mercredi 10 juin 2020

La bataille de Bir-Hakeim, courage et innovation dans les sables


Dans la nuit du 10 au 11 juin 1942 les combats de Bir Hakeim se concluaient par le repli de la 1ère Brigade française libre (BFL) à travers les positions germano-italiennes, dernier exploit d’une série commencée le 27 mai. Dans les faits, l’engagement de ces 3700 soldats français n’est qu’un combat mineur par son volume. La France a connu des milliers de combats et batailles de plus grande ampleur, et pourtant on connaît tous le nom de Bir Hakeim.

Cela n’a pas été une brillante manœuvre, mais une défense héroïque face à des forces très supérieures en nombre, le genre de choses que l’on aime bien célébrer dans les armées françaises (Sidi Brahim, Bazeilles, Camerone) parce que le courage, quelle belle valeur, peut s’y exprimer au mieux. La défense de Bir Hakeim est également le premier grand engagement de la France libre et a donc également une valeur symbolique et même politique forte. Pendant la bataille, de Gaulle écrivait au général Koenig, commandant la 1ère BFL : «La France vous regarde et vous êtes son honneur». Cela a été aussi une victoire de l'innovation militaire. 

«300  » dans les sables 

L’enjeu était important, mais l’épée était courte comme le soulignait encore le général de Gaulle dans ses mémoires de guerre, certes, mais quelle belle épée! Ce qui est frappant dans la bataille c’est la performance de la brigade alors que sur le papier la 1ère BFL ne se distingue pas beaucoup des centaines de régiments qui constituaient l’armée française en mai 1940, à peine deux ans plus tôt.

L’offensive de l’Axe débute le 26 mai 1942 par un vaste contournement de la ligne de Gazala par le Sud, c’est-à-dire Bir Hakeim, le «box» le plus en profondeur de la 8e armée britannique. Le 27 mai, la position subit une première attaque blindée italienne sans préparation d’artillerie, mais très agressive, avec 70 véhicules et de l’infanterie portée. L’artillerie française parvient à arrêter l’infanterie, tandis que quelques véhicules parviennent à pénétrer à l’intérieur de la position française où ils sont finalement arrêtés. En trois quarts d’heure, les Italiens ont perdu 32 chars et 90 prisonniers. Les Français n’ont perdu que deux blessés et un canon de 47 mm. Les Français contre-attaquent avec des unités mobiles et repoussent la division Ariete. Pendant quatre jours, les Français affrontent les Italiens du XXe corps, effectuant régulièrement des sorties qui désorganisent leurs adversaires, incapables en retour de franchir les défenses françaises. Cette résistance inattendue place toute l’offensive de Rommel en grande difficulté puisque toute la logistique des unités mobiles doit passer au sud de Bir Hakeim. Avec un commandement de la 8e armée plus efficace, le sort de la bataille générale aurait pu être très différent.

Le 1er juin, Rommel arrive en personne pour faire sauter ce verrou qui entrave son offensive. La division italienne Trieste est au Nord et la 90e division légère allemande au sud, tandis que l’ouest est verrouillé par deux bataillons de reconnaissance allemands. Pendant dix jours, la position est soumise à un bombardement intensif, notamment de la part des avions d’attaque Stukas. Ces derniers effectuent plus de sorties sur les Français qu’ils n’en feront quelques mois plus tard au-dessus de Stalingrad. Chaque jour, des milliers d’obus tombent sur la position et au moins une attaque d’infanterie est lancée, toujours sans succès. Le 6 juin, des blindés allemands et italiens sont concentrés pour un assaut général. Le 8 juin, plus de 60 bombardiers exécutent un raid de préparation sur les positions françaises. Le 10 juin, le commandement britannique donne l’autorisation de repli. Les pertes françaises s’élèvent alors à 99 tués et 109 blessés. La garnison parvient à s’exfiltrer dans la nuit qui suit. Durant cette sortie, 72 Français sont encore tués tandis que 763 manquent à l’appel. La plupart des disparus sont des égarés revenus sur la position, où ils combattront encore avant d’être faits prisonniers et libérés un an plus tard avec la reddition de l’Italie. Les pertes ennemies sont estimées à presque 3600 tués, blessés et prisonniers, 52 chars ont été détruits, ainsi que 11 automitrailleuses, 5 canons automoteurs et 10 avions.

La construction de l’épée

Une unité militaire est une association d’hommes avec leurs équipements, leurs méthodes et leurs valeurs et façons de voir les choses (culture tactique), le tout au sein de structures particulières. Faire évoluer une organisation militaire, quelle que soit sa taille, c’est donc faire évoluer une ou plusieurs de ces composantes, sachant que celles-ci interagissent forcément.

Les hommes qui composent la 1re BFL, créée en décembre 1941, sont tous des volontaires fortement motivés. Ils l’ont montré déjà en se rebellant d’abord contre leur propre hiérarchie, majoritairement fidèle à Vichy, et en franchissant des milliers de kilomètres pour rejoindre les Forces françaises libres. Les deux bataillons de la 13e demi-brigade de la Légion étrangère (DBLE) et les trois bataillons coloniaux, bataillon du Pacifique (BP), formé à Tahiti et en Nouvelle-Calédonie, bataillon d’infanterie de marine (BIM) formé de «rebelles» en poste à Chypre et au Levant, et le 2e bataillon de marche de l’Oubangui-Chari (BM2), forment cinq unités d’infanterie à très forte cohésion commandées par de jeunes chefs énergiques comme les capitaines Broche (BP) ou Savey (BIM) qui se sont révélés dans la crise, bousculant le processus d’avant-guerre de sélection des officiers.

Tous ces hommes, d’origines extrêmement diverses, sont aussi, presque tous, des vétérans de France, de Narvik, d’Érythrée ou qui connaissent désormais bien un ennemi, italien ou allemand, qu’ils ont d’ailleurs déjà vaincu. Les plus anciens ont fait la Grande Guerre. Ils ont également déjà combattu ponctuellement en Libye, notamment avec des raids motorisés. Il y a là un capital de compétences évidemment supérieur à la quasi-totalité des unités terrestres françaises en mai 1940, mais à l’époque c’était aussi le cas dans une moindre mesure des unités allemandes en face qui avaient pour beaucoup déjà l’expérience de la compagne de Pologne.

Au point de vue des structures, la BFL est plus une division miniature qu’un régiment d’infanterie, même si son effectif est à peine plus élevé (3600 hommes contre 3000). La BFL possède cinq bataillons au lieu de trois, mais, surtout, elle dispose de son propre régiment d’artillerie, d’une compagnie antichar formée par des Nord-Africains, d’une compagnie du génie et d’un bataillon antiaérien armé par des fusiliers marins. Elle a développé des savoir-faire interarmes inédits à cette échelle.

L’équipement est issu pour l’essentiel des dépôts de matériels français de Syrie avec quelques compléments britanniques. L’infanterie est équipée comme en 1940, mais avec une dotation en armes collectives et d’appui double d’un régiment de l’époque. On y trouve ainsi 470 armes automatiques (dont 76 mitrailleuses Hotchkiss). La brigade possède de nombreux moyens antichars : des fusils antichars Boys (peu efficaces, il est vrai), 18 canons de 25 et 14 canons de 47 mm. La BFL dispose aussi de dizaines de milliers de mines, antichars pour l’essentiel. Développant des initiatives de certaines unités de 1940, elle innove surtout avec 30 canons de 75 modifiés dans les ateliers de Syrie pour servir en antichar. Les affûts ont été rabaissés, les boucliers coupés ou supprimés, les roues remplacées par des essieux de camions pour plus de mobilité. Certains d’entre eux sont portés directement dans les camions pour former un engin très mobile et capable de tirer un obus toutes les cinq secondes à une distance bien supérieure à celle des canons des chars qu’ils chassent. Ces canons sont dotés d’une optique spécifique, d’origine britannique, pour effectuer des tirs tendus et précis. Outre la quarantaine de mortiers de 80 mm ou de 60 mm des bataillons, le régiment d’artillerie dispose de 24 canons de 75 mm, un apport très appréciable, mais qui manque d’allonge pour effectuer de la contre-batterie.

Contrairement aux régiments de 1940, la 1re BFL est entièrement transportable par camions. Elle possède également 63 chenillettes Bren Carriers, dont certaines, à l’imitation des Canadiens et des Australiens, ont été bricolées pour porter un canon de 25 mm au lieu d’une mitrailleuse. Les Français ont également bricolé 30 camions américains Dodge, baptisés «Tanake», sur lesquels ont été placées des plaques de blindage et une tourelle avec un canon de 37 mm et une mitrailleuse.

Les Français libres ont tiré les leçons de 1940 et savent faire face au couple char-avions d’attaque qui avait fait tant de ravages à l’époque. La BFL est placée à l’extrémité sud de la ligne de défense britannique, dite ligne Gazala, au cœur du désert libyen. Elle a eu plusieurs semaines pour s’installer après les violents combats de l’opération Crusader, terminée en décembre 1941. La position française est sur un terrain presque entièrement plat, et donc a priori particulièrement vulnérable à une offensive blindée. Elle va pourtant s’avérer impénétrable grâce à une remarquable organisation du terrain. La BFL est d’abord protégée par au moins 50000 mines placées au loin dans un marais de mines peu dense, mais très étendu, puis par de vrais champs au plus près des postes de combat français. Ces postes sont eux-mêmes enterrés, y compris pour les véhicules, et presque invisibles. Dispersés en échiquier sur un vaste triangle d’environ quatre kilomètres de côté, la plupart des hommes sont dans des trous individuels «bouteille», de la taille d’un homme et invulnérables sauf à un coup direct, d’autant plus que le sol est très dur.

La BFL est également capable d’actions offensives, adoptant la méthode des Jock Column (du lieutenant-colonel britannique «Jock» Campbell), compagnie interarmes (une section de Tanake, deux sections portées, une section de camions-canons et d’armes antiaériennes portées) organisées pour mener des actions de harcèlement dans le no man’s land de trente kilomètres qui sépare les deux adversaires ou, pendant la bataille elle-même, des raids à l’intérieur des lignes ennemies.

Le potentiel caché des grandes organisations

La courbe de Yerkes-Dodson (1908) décrit la relation entre le stress et la performance cognitive selon le même principe que la courbe de Laffer relative à l’impôt : trop peu ne stimule pas, trop ne stimule plus. Entre les deux pôles, on trouve l’«eustress» défini par le médecin autrichien Hans Selye comme la zone positive du stress, celle où on met en œuvre tous les moyens à sa disposition pour faire face à un événement donné, jusqu’au moment où une pression trop importante finit pour inverser le processus et devenir paralysante.

À la manière du biologiste et politiste britannique Dominic Johnson on peut établir un parallèle entre ce phénomène individuel et le comportement des armées ou des composantes d’armées. Si elle ne reste pas inactive pendant la «drôle de guerre», l’armée française évolue relativement peu pendant la période et c’est une de ses fautes majeures. Il y a alors beaucoup trop de blocages, de rigidités et peut-être aussi d’assurance pour qu’elle se mette vraiment au travail, comme cela avait pu être le cas dans l’hiver 1917-1918 par exemple dans un contexte proche. Elle n’y est pas beaucoup incitée en fait et en premier lieu par le haut-commandement, très différent en ce domaine de celui de 1918. En Allemagne, où il est vrai on ne craint pas d’invasion et où on n’a pas besoin d’être tous «sur les créneaux» on s’entraine et on travaille beaucoup pendant la drôle de guerre, en tirant les leçons de la campagne de Pologne.

L’armée française devient «incitée à innover» dès le 10 mai 1940 et la survenue des premiers grands échecs. Elle monte vers le sommet de la courbe de Yerkes-Dodson et innove très vite. L’armée française qui se bat sur la Somme mi-juin 1940 a beaucoup changé en faisant évoluer ses méthodes, avec la mise en place des points d’appui tous azimuts comme celui de Bir Hakeim deux ans plus tard, mais à ce moment-là le décalage dans le rapport de forces est devenu trop flagrant pour espérer l’emporter, au moins en métropole. Les FFL sont toujours sur cette dynamique de stimulation, et d’autant plus qu’elles doivent faire feu de tous bois. Il n’y a dans la BFL aucun matériel nouveau, mais des bricolages, des détournements d’emploi (canon de 75 en antichar) et quelques emprunts d’équipements aux Britanniques, voire à l’ennemi (mitrailleuses antiaériennes italiennes Breda, par exemple). Ces équipements ont permis de développer de nouvelles méthodes (raids mobiles) à moins que ce ne soit ces méthodes qui aient «tirées» les innovations techniques (besoin d’équipements antichars et antiaériens) et ont contribué à accroître la confiance des hommes (l’abondance des armes collectives donne par exemple un plus grand sentiment de puissance aux fantassins), et donc en retour leur capacité à bien les utiliser. La confiance dans les hommes et leur motivation permettent également de les disperser, et donc de diluer les effets de l’artillerie ou des Stukas. Il faut noter que, se souvenant de certaines faiblesses des unités de 1940, le général Koenig a exigé que tous les hommes des unités de soutien soient également formés comme de solides fantassins. L’ensemble, motivation, expérience, équipements puissants et adaptés, forme une spirale de confiance particulièrement efficace.

Il n’y avait rien là qui ne soit impossible en 1940. Il y avait dans l’ordre de bataille du Front Nord-Est et sans toucher aux forteresses de quoi former l’équivalent d’au moins 120 BFL. Avec le budget d’un seul navire de ligne Strasbourg, sabordé à Toulon en 1942 sans n’avoir jamais servi, on pouvait largement leur financer la même dotation d’armes individuelles et collectives qu’à Bir Hakeim. Les mines antichars, les camions ne représentaient pas des sauts technologiques et leur production en masse n’était pas un défi impossible dans les années 1930. Pour le reste et c’est l’essentiel, il fallait faire investir dans les hommes, innover dans l’entrainement et la formation, bricoler, expérimenter, étudier l’ennemi et ses propres performances, transpirer pendant tous les mois de la drôle de guerre. Avec de l’effort, de la volonté et de l’imagination, il aurait été possible, à ressources constantes, de nettement monter en gamme les unités de mêlée existantes tout en conservant de la masse. Il aurait été possible disposer sur la ligne de front de l’équivalent de 120 points d’appui de Bir Hakeim. Nul doute que les événements auraient été différents, montrant ainsi les possibilités de l’imagination et de la détermination.

18 commentaires:

  1. Mon Colonel,
    Cet article est vraiment éclairant. En effet, on ressent une grande frustration en pensant à ce qui aurait pu être fait pour éviter un désastre absolu et qui résonne encore, si l'on en croit le dernier Guerre & Histoire. Mais hélas on ne refera jamais l'histoire autrement qu'en fiction avec les uchronies. C'est malheureux, mais les cas d'indolence face au danger sont nombreux dans l'histoire militaire, et pas seulement en France. Je pourrai par exemple citer les cités italiennes de la Renaissance, qui ont complètement négligé leur protection face aux menaces étrangères pourtant proches et ont abandonné leur protection à des condottieri aussi ruineux qu'inefficaces, sauf Venise mais seulement pour le domaine naval. Ou bien la méthode Coué en se disant que tout va bien se passer tout en oubliant que l'adversaire veut aussi que tout se passe bien pour lui, comme Franz von Weyrother à Austerlitz. De même que le réflexe de se dire que "ça ne peut pas marcher chez nous" est aussi fréquent (ici, ce serait plutôt l'Union Soviétique, justement en 1940). C'est toujours difficile de bouger quand tout un corps est frappé de sclérose et je vois mal quelle autre issue aurait été possible.
    Mais le plus frustrant dans cette période concerne la Marine Nationale, malgré le prix de ses vaisseaux et certains défauts récurrents comme l'absence de radars. Elle aurait pu avoir une très grande utilité, si seulement les politiques ne s'étaient pas dégonflé comme des baudruches face au danger. C'est d'ailleurs ce que montre l'ouvrage collectif "Et si la France avait continué la guerre" (encore une uchronie). La vraie faute (et la honte car il s'agissait d'une vraie possibilité) est d'avoir laissé cette Royale inemployée dans sa rade de Toulon puis de la faire couler sans combat.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La marine voulait continuer la guerre en juin 1940, car elle le pouvait largement (tous les amiraux alors plaident pour cela), mais Darlan l'a refusé (a préféré un portefeuille à Vichy avec le maréchal, tout comme Weygand je crois).
      Par ailleurs, la marine était dimensionnée pour protéger les colonies et les voies de communication, mais n'avait guère d'aéronautique navale, ni de corvette capable de traverser l'Atlantique... acteurs principaux de la victoire de la Bataille de l'Atlantique contre les U_Booten de la Kriegsmarine

      Supprimer
  2. Un documentaire pour ceux qui seraient passé à côté :
    https://www.dailymotion.com/video/x2hhsto
    Et vous pourrez dire, voila des braves.

    RépondreSupprimer
  3. Grenadiers de la Garde10 juin 2020 à 20:30

    Bravo pour votre texte toujours aussi bien documenté et surtout votre analyse de la reprise en main tactique et technique avec finalement peu de moyens nouveaux. Mais surtout, les carcans avaient sauté.Plus de références à ceux qui avaient gagné la grande guerre. Plus de déférence aux vainqueurs de la guerre d'avant si méritants avaient-ils été dans leur jeunesse. Liberté d'innover puisque la défaite de mai juin 40 avait tout balayé à commencer par l'habituelle bureaucratie. Malheureusement, il faut un choc pour sortir des hiérarchies habituelles et des normes incapacitantes. L'histoire de la création des DLM et des DCr est particulièrement instructive de ces blocages franco-français, des rivalités d'armes, des soutiens à l'industrie en dépit de l’intérêt des combattants, des rivalités de chefs et d'ego....a méditer car j'y vois beaucoup de choses encore d'actualité. Cordialement.

    RépondreSupprimer
  4. bonjour,
    merci pour cet article fondé et solide;
    j'ai cependant tiqué sur "faire feu de tout bois", "faire feu de toutes ses pièces" notamment sur mer, et "faire flèche de tout bois" sur terre ?
    bravo et merci de votre blog,
    cordialement,
    Jean-Marc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai aussi tiqué sur "trous individuels invulnérables à un coup direct".

      De mon expérience, simulée je m'empresse de le dire, le trou individuel est invulnérable aux éclats des obus tombant à coté et parfaitement vulnérable au coup direct.

      En revanche, les Viets avaient mis au point le trou incliné protégeant (dépendant de la profondeur) du coup direct des faibles calibres et protégeant au mieux du napalm, avec bouchon fait de branchage et terre.

      Mais c'est là un détail d'un ensemble qui fait rêver aux autres possibles en mai-juin 1940, sans matériels supplémentaires.

      Je me demande si la course aux matériels de plus en plus coûteux, en cours depuis au moins 20 ans, n'est pas le reflet d'une paresse intellectuelle, semblable à celle de 1939. L'évolution des Peshmergas de 1966 par rapport aux mêmes américanisés de 2014 semble montrer que trop de matériels inadaptés rend les forces beaucoup moins inventives, tactiquement au moins.

      Supprimer
    2. "invulnérables sauf à un coup direct" bien sûr, merci pour cette remarque.
      Sinon, pour le reste je suis assez d'accord avec vous.

      Supprimer
  5. Mercis pour toutes ces infos, très instructif.

    RépondreSupprimer
  6. Très bon article qui montre que l'armée française vaincue en 1940 était sur la bonne voie. Quelques mois supplémentaires et la situation aurait été tout autre tant sur terre que dans les airs.

    RépondreSupprimer
  7. Excellent article, comme d'habitude.

    Citation du général de Gaulle :« Général Kœnig, sachez et dites à vos troupes que toute la France vous regarde et que vous êtes son orgueil ! »

    RépondreSupprimer
  8. Vous avez bien démontré que l'esprit ''Français libres '' avait commencé dans les sables et la poussière du désert cyrénaïque et de la Tripolitaine. Ce mélange de Français de métropole et de Français d'Outre-mer avait eu du bon, sans oublier les combattants de l'unité de la Légion étrangère. Par contre, vous avez omis de citer une femme: Susan Trevor, britannique chauffeuse de Koenig (voir plus...) qui remonté le moral de son chef et a conduit le véhicule lors de la fameuse nuit d'exfiltration.

    RépondreSupprimer
  9. Mon Colonel,
    Merci pour ces précisions très utiles sur cette bataille clé. Pourtant, il y a un élément que j'aimerai savoir plus en détail: qu'en était-il des transmissions au sein de cette BFL comparativement aux troupes de 1940, alors que le manque de radios avait été identifié comme l'une des principales (sinon LA principale) défaillance de l'armée française? La BFL était-elle mieux équipée, mieux organisée, ou bien a-t-elle réussi à se débrouiller sans ?

    Respectueusement.

    RépondreSupprimer
  10. Deux lectures possibles:
    La première se concentre sur l'analyse historique, la seconde nous renvoie à l'actualité de nos armées. Le lien entre elles peut être trouvé dans un précédent article relatif aux MENTAT: Comment la connaissance historique peut être un moteur de notre réflexion contemporaine .
    Les messages (les enseignements) sont multiples et mériteraient chacuns de longs commentaires. J'en choisis deux contenus dans deux citations:
    - "l fallait faire investir dans les hommes, innover dans l’entrainement et la formation, bricoler, expérimenter, étudier l’ennemi et ses propres performances";
    - "Avec le budget d’un seul navire de ligne Strasbourg, sabordé à Toulon en 1942 sans n’avoir jamais servi, on pouvait largement leur financer la même dotation d’armes individuelles et collectives qu’à Bir Hakeim".
    Comme une mise en cause de choix qui perdurent, au détriment des hommes et en faveur des mirages technologiques.
    D'autres peuvent être évoqués, l'importance des appuis, la mobilité, le principe du couple dispersion- concentration....

    RépondreSupprimer
  11. Le dernier paragraphe n'est pas sans rappeler l'essai d'histoire alternative "1940: et si la France avait continué la guerre", qui reprend notamment l'idée de points d'appui en France métropolitaine pour freiner l'avance allemande.

    RépondreSupprimer
  12. Difficile, on ne refait pas les matchs. Bir Hakeim ç' est 1942. Un commandement Anglais. 2 années de combats et d'expériences accumulées.

    1940, 22ans après l'armistice, une sclérose et des choix stratégiques difficiles.

    Plus que le croiseur Strasbourg, le vrai problème est la construction de la ligne maginot.

    Vous pouvez faire refaire les armées de 40... Elles se sont bien battu, mais les états major étaient aux fraises.

    La défaite de 40 c'est surtout une faillite intellectuelle... et la négation des faits....

    La victoire de Bir Hakeim, des hommes et 2 ans de maturation...

    RépondreSupprimer
  13. C'est intéressant ces commentaires sur l'innovation et le matériel, mais vous allez un peu trop vite sur un point fondamental, je vous cite : "Les hommes qui composent la 1re BFL, créée en décembre 1941, sont tous des volontaires fortement motivés. Ils l’ont montré déjà en se rebellant d’abord contre leur propre hiérarchie, majoritairement fidèle à Vichy, et en franchissant des milliers de kilomètres pour rejoindre les Forces françaises libres."

    Je pense que ce point est bien plus important que les autres.

    RépondreSupprimer
  14. Merci pour cet article très instructif. Il serait cependant intéressant de voir comment, dans le même temps, les allemands et italiens ont évolué, et dans quel sens. Les vainqueurs (de 40) se remettent moins en question, c'est entendu, mais il doit quand même y avoir des différences.

    RépondreSupprimer
  15. christophe Frugier22 juin 2020 à 15:19

    Analyse passionante qui donne envie, à modeste niveau, d'analyser ce qui dans les lourdeurs d'une grosse société d'un indice boursier connu, pourrait être la BFL du temps présent... Seul hic: la lourdeur de l'échelon hiérarchique, imbu de suffisance et convaincu qu'ils font au mieux en respectant les dogmes stratégiques du moment (financiarisation à outrance, le prix pour seul horizon d'innovation, le silence et la conformité comme gage de promotion,...). On voit du côté de Bir Hakeim, des officier qui, ayant "mangé leur képi" on dut se débrouiller avec les moyens du bord et donc, remettre en question les dogmes. Dans l'exemple qui me vient à l'esprit, la grosse société protège les cadres en place, y compris de leurs propres erreurs.
    Merci beaucoup

    RépondreSupprimer