mercredi 25 novembre 2020

Etoile rouge, réactualisé

L'étude sur l'engagement militaire russe en Syrie est réactualisée.

Cette note de 27 pages est disponible (ici) en version Kindle.

La prochaine étude sera historique et portera sur la Border war à la frontière entre la Namibie et l'Angola (1978-1989).

Toutes les autres études sont disponibles également sur Kindle. 

A défaut de Kindle passez par le bouton "Faire un don" en haut à droite et j'envoie en format pdf tout ce que vous me demandez dans les instructions ou encore à l'adresse indiquée sur le message. Un don d'un euro suffit.


Si vous avez déjà une version ancienne d'une note, il suffit de me demander la nouvelle.

01-La guerre première. De la guerre du feu à l'empire de fer
02-La voie romaine. L'innovation militaire pendant la République romaine
03-L'innovation militaire pendant la guerre de Cent ans

04-Corps francs et corsaires de tranchées. La petite guerre des Français (1915-1918)
05-Innovations militaires en Indochine (1945-1954)
06-La victoire oubliée. La France en guerre au Tchad (1969-1972)
07-La guerre d'usure entre Israël et l'Egypte (1969-1970)

08-GI’s et Djihad. Les évolutions militaires pendant la guerre en Irak (2003-2008)
09-Sisyphe à Gaza. Israël contre le Hamas, enseignements opératifs et tactiques (2008-2014)
10-Levant violent. Une brève histoire militaire de la guerre en Syrie et en Irak (2011-2016)
11-Etoile rouge. Enseignements opérationnels de quatre ans d'engagement russe en Syrie (2015-2019)
12-Lutter contre les organisations armées en Afrique subsaharienne (avec Laurent Touchard)

13-L'art de la guerre dans Starship Troopers de Robert Heinlein

14-Théorie de la section d'infanterie
15-Régiment à haute performance
16-Une expérience de lutte contre les snipers (Sarajevo, 1993)
17-Retour sur les combats d'Uzbin (18 août 2008)

18-VE 1 Manager comme un militaire. Recueil de billets
19-VE 2 20 notes sur les organisations humaines. Recueil

20-L'expérience des Combined action platoons-Une expérience réussie de contre-guérilla au Vietnam
21-Le vainqueur ligoté-L’armée française des années 1920
22-Confrontation en Ukraine (2014-2015)-Une analyse militaire
23-Barkhane-Une analyse de l'engagement militaire français au Sahel

lundi 16 novembre 2020

Guerres et terrorisme : sortir de l'idéologie

Le 30 octobre dernier, la chroniqueuse Judith Bernard invitée sur le plateau de 28 Minutes répondait à la question "Pourquoi la France est-elle visée par les attentats terroristes ?" par l'idée d'une réaction à une agression de la France et des pays Occidentaux contre les pays arabes et en France même par une "guerre symbolique" contre les musulmans. C'est ici

Le 14 novembre, une tribune intitulée "Guerres et terrorisme : sortir du déni" et signée par plusieurs personnalités est publiée dans L'Obs ici venant en soutien de cette thèse. 

Je réponds à ces propos et à cette tribune ici dans un podcast de 30 minutes pour l'Institut de recherche et d'études sur les radicalités.

mercredi 11 novembre 2020

Le 11 novembre, rien ne remplace la victoire


Publié le 24 octobre 2018

Il se murmure (ici) que le président de la République ne souhaiterait pas célébrer le centenaire de la victoire de la France et de ses alliés le 11 novembre prochain. A la place, il ne serait question, à travers un « périple mémoriel », que d’évoquer les souffrances de nos soldats et de rendre hommage à leur courage tout au long de la guerre, ce qui paraît être la moindre des choses, mais sans évoquer le sens de ces mêmes souffrances, ce qui paraît être une faute.

Le président, pour reprendre les termes de Bruno Roger-Petit, son « conseiller mémoire », « regarde l'histoire en face » et souhaiterait d'abord que l'on retienne que la Grande Guerre fut « une grande hécatombe » lors de laquelle « les combattants, qui seront au cœur des commémorations, étaient pour l’essentiel des civils que l’on avait armés ». Ces mots paraissent difficiles à imaginer en 2018 tellement ils apparaissent comme la lumière résiduelle d’une étoile idéologique déjà morte. Ils l’ont été pourtant témoignant alors d’une histoire non pas vue de face mais de biais. Non monsieur le président, il ne s’agissait pas de « civils que l’on avait armés » mais de citoyens, qui pour reprendre les termes de la loi du 5 septembre 1798, étaient forcément « aussi des soldats et se devaient à la défense de la patrie ». Concrètement, en 1914, tout français physiquement apte était soldat jusqu’à l’âge de 49 ans, plus tardivement encore pour les militaires. 

Le citoyen défend la cité lorsque celle-ci est menacée, c’est un des fondements de la République, or, il ne faudrait pas l’oublier, la République française était bel et bien menacée en août 1914. Elle fut même partiellement envahie et ravagée. Les quatre millions d’hommes qui se sont rassemblés alors n’étaient pas des civils naïfs. C’était absolument tous des soldats d’active ou de réserve qui répondaient sans joie mais consciemment à l’appel à défendre la patrie. Il n’y avait alors et il n’y aura jamais aucun doute parmi eux sur la justesse de ce combat sinon sur la manière de le mener. Même les mutineries de 1917 ont été à cet égard bien plus des grèves que des révoltes, l’idée d’arrêter le combat et d’accepter la défaite en étant exclue.

Ce combat, ils ne l’ont pas mené non plus sous la contrainte impitoyable et au profit d’une classe de profiteurs et de généraux bouchers, mais pour « faire leur devoir », selon les mots qui reviennent sans cesse dans leurs propos ou leurs lettres. Ils n’auraient jamais combattu avec une telle force si cela n’avait pas été le cas. Faut-il rappeler que le nombre d’exemptés demandant à aller au combat malgré tout a toujours été très supérieur à celui des réfractaires ? Que ce nombre très faible de réfractaires n’a cessé de diminuer avec la guerre ? Dire que leur combat n’avait pas de sens, ce qui est le cas lorsqu’on refuse d’évoquer la victoire, équivaudrait à traiter ces hommes d’idiots. Ils savaient ce qu’ils faisaient, ils méritent mieux que cela.

D’ailleurs ces « civils que l’on a armés » et qui auraient pris sur eux toute la charge du combat, qui sont-ils ou plutôt de qui faudrait-il les distinguer ? Des professionnels ? Car ceux-ci ne souffraient peut-être pas, eux et leur familles, parce qu’ils étaient volontaires ? Des officiers, dont un sur quatre a laissé la vie dans l’infanterie ? Des généraux, ceux-là même dont 102 sont « morts pour la France » en quatre ans ? Des dirigeants et représentants du peuple, dont 16 ont été tués par l’ennemi ? Faut-il rappeler aussi que les uns et les autres avaient leur fils en première ligne ? Le général de Castelnau en a perdu trois, le sénateur et futur président de la République Paul Doumer quatre, et il n’agissait pas hélas de cas isolés.

Faut-il rappeler encore que loin de la vision idéologique que ce conseiller du président semble reprendre à leur compte, ces généraux ont non seulement conduit les troupes à la victoire sur le champ de bataille mais ont réussi également la plus importante transformation de toute notre histoire ? L’armée française de novembre 1918 était la plus forte et la plus moderne du monde. Cela n’a pas été pas le produit d’un heureux hasard mais d’un immense effort et peut-être d’un peu d’intelligence.

Parmi ces généraux, les plus illustres ont reçu le titre de maréchal de France, ce n’est pas rien maréchal de France, c’est une dignité dans l’Etat. Ne pas les évoquer serait donc déjà étonnant. Il est vrai que parmi eux il y a le très gênant Pétain, futur coupable d'intelligence avec l'ennemi et de haute trahison, mais aussi, l’avenir ne détruisant pas le passé, un des artisans majeurs de la victoire de 1918. Mais il est vrai que si on ne veut pas parler de celle-ci il n’est pas besoin de parler non plus de tous ses artisans. Les maréchaux, et peut-être même les généraux, et pourquoi pas tous les officiers pour peu qu'ils soient professionnels, seront donc effacés de l’histoire comme les ministères de la vérité effaçaient les indésirables des photos dans les régimes totalitaires.

Ce sont les nations qui font les guerres et non les armées et la guerre est un acte politique. Célébrer la fin de la guerre sans célébrer la victoire, c’est refuser la politique et sans politique l’emploi de la force n’est que violence criminelle. Refuser la politique et donc la victoire, c’est traiter le gouvernement de la France pendant la Grande Guerre comme l’on traite les organisations terroristes lorsqu’on leur nie tout projet politique et on les cantonne à la folie. C’est placer Poincaré ou Clemenceau au rang de criminels et tous les soldats à celui de victimes. Et si les événements n’ont été que pure criminalité de la part des dirigeants de l’époque, la suite logique en serait pour les dirigeants actuels de s’en excuser, encore une fois.

Sans la défaite de l’armée allemande, concrétisée par l’armistice du 11 novembre 1918, la France et l’Europe n’auraient pas été les mêmes. Il n’est pas évident qu’elles en fussent meilleures sous la férule du Reich. La moindre des choses serait de le rappeler et de le dire, à moins qu’une loi mémorielle non écrite interdise de fâcher nos amis d’aujourd’hui parce qu’ils ont été nos ennemis hier, ce qui conduit de fait à interdire de célébrer une grande partie de notre passé. On peut même imaginer en allant jusqu’au bout, d’inverser la logique expiatrice en participant aux célébrations des victoires de nos anciens ennemis, comme celle de Trafalgar en 2005. Les Britanniques, eux, n’ont pas honte de leurs combats et ils n’hésitent pas à les célébrer dignement sans considérer que l’hommage à leurs soldats vainqueurs soit une insulte aux anciens vaincus. Faut-il rappeler le contraste édifiant à quelques semaines d’écart en 2016 entre les traitements respectifs des batailles de Verdun et de la Somme ?

La victimisation est peut être une tendance actuelle, elle n’était pas du tout celle de mon grand-père, valeureux combattant des tranchées qui n’aurait absolument pas compris qu’on lui vole ce pourquoi lui et ses camarades se sont battus. Lorsque plus de trois millions d’hommes ont été tués et gravement blessés pour atteindre un but, on peut considérer que celui-ci aussi a, à peine cent ans plus tard, encore des « droits sur nous ».

Pour fêter cette victoire, nul besoin forcément de défilé militaire grandiose mais au moins une reconnaissance, un remerciement, un mot, un geste du chef des armées serait suffisant. Un discours de vainqueur à la hauteur de ceux de Clemenceau, l’annonce que le centenaire du défilé du 14 juillet 1919 sera le moment principal de la célébration, entre nous ou avec nos alliés de l’époque, voilà qui serait un minimum, en complément de l’indispensable hommage aux soldats.

Pour le reste pour célébrer l’heureuse amitié franco-allemande, retournement incroyable au regard de l’histoire, il sera possible le 22 janvier de fêter l’anniversaire du traité de l’Elysée qui la marque bien plus dans l’histoire que le 11 novembre. Nous n'étions pas du tout amis à l'époque. Il n’y a pas d’ « en même temps » en histoire, il n’y a que des faits réel et distincts, et on peut tourner le 11 novembre dans tous les sens, cela restera toujours l’anniversaire de la victoire de la France.

lundi 2 novembre 2020

Donnez pour les blessés de guerre et les victimes d'acte de terrorisme


Pour faire un don, cliquez > ici

À l'occasion de sa campagne d'appel aux dons de novembre, le Bleuet de France lance sa collecte numérique. Conséquence de la crise sanitaire que traverse le pays, les opérations de collecte sur la voie publique ne peuvent plus se tenir. Plus que jamais, le Bleuet de France a besoin d'une forte mobilisation pour continuer à soutenir ses projets solidaires et mémoriels.

Pour cette collecte, le Bleuet de France veut en particulier orienter ses dons en faveur de l'hôpital d'instruction des armées (HIA) Begin. Ce centre hospitalier accueille les militaires rapatriés sanitaires en provenance des théâtres d'opérations extérieures. Il participe aussi au service public et est ouvert aux civils. Il est particulièrement reconnu dans la prise en charge des maladies infectieuses émergentes dont la COVID-19.

Dans le contexte des récents attentats survenus sur le territoire national, le Bleuet de France souhaite aussi apporter, via les dons récoltés, un soutien aux victimes d’acte de terrorisme et aux pupilles. Donnez au Bleuet de France, c’est être solidaire auprès d’eux. Ils ont besoin de nous.

Date de fin : 30 novembre 2020


dimanche 1 novembre 2020

Space invaders-Faire face à une invasion extra-terrestre


Version longue de l'article publié dans Diplomatie (ici)
Mes remerciements à Amaury Dufay

L’hypothèse d’une rencontre avec une civilisation extra-terrestre est un thème majeur de la science-fiction, mais peu de la réflexion stratégique. C’est peut-être un tort, car toutes les réflexions sur cette possibilité, et notamment celles de l’astronome Frank Drake depuis 1961, concluent à une probabilité très faible, mais non nulle. Sur le très long terme, cela arrivera très certainement, ce qui veut dire aussi que cela peut survenir aussi bien demain que dans 10000 ans.

La probabilité de la découverte soudaine d’une civilisation extra-terrestre est très faible, mais ses conséquences seraient sans aucun doute colossales, à plus forte raison si cette découverte était en réalité une rencontre physique. En termes d’espérance mathématique, probabilité d’un évènement multipliée par l’importance des conséquences, cette hypothèse devient dès lors «stratégique» et en tant que tel devrait susciter un minimum d’attention et de préparation, au même titre par exemple que la rencontre avec un astéroïde de grande dimension.

Cette rencontre avec des extra-terrestres pourrait prendre plusieurs formes. La science-fiction a sans doute abordé toutes les possibilités, depuis l’arrivée de réfugiés de l’espace dans le film District 9 jusqu’à l’invasion brutale de La guerre des mondes de H. G. Wells en passant par plusieurs formes de coopération amicales comme dans le cycle de l’élévation de David Brin ou hostiles comme dans la série de télévision V.

Dans presque tous les cas, la civilisation humaine se trouve vulnérable par rapport à cette présence étrangère dotée nécessairement d’une technologie supérieure. Quelles que soient les intentions affichées des extra-terrestres, cette vulnérabilité est forcément source de stress. L’idée d’une relation entre l’évolution technique d’une civilisation et sa bienveillance suscite également de grands doutes depuis plus d’un siècle et l’histoire des rencontres entre civilisations très différentes sur notre monde n’incite pas à l’optimisme. La perspective de rencontrer des êtres obéissant à des logiques difficilement compréhensibles pour nous, à la manière d’animaux rencontrant des humains n’est pas non plus très rassurante.

L’idée de menace est donc inséparable de celle de rencontre avec des extra-terrestres et le rôle des stratégistes, à l’instar de la guerre nucléaire, est de prendre en compte cette possibilité, tout en espérant qu’elle ne se réalise jamais.

D’un point de vue opérationnel, cette hypothèse n’a de sens qu’en cas de rencontre avec une civilisation de type II ou III sur l’échelle de Kardashev. Une civilisation de type I, qui voyage et colonise son système stellaire (nous y sommes presque) est incapable de réaliser un voyage intergalactique. Des civilisations au-delà du niveau III, s’étendant sur des centaines de mondes, ne pourraient sans doute exister que par la maitrise de théories physiques qualifiées pour ]l’instant d’«exotiques» permettant de se déplacer plus vite que la lumière. On peut supposer dans ce dernier cas que des civilisations capables de voyager au-delà de la vitesse de la lumière directement ou indirectement par des «percées» dans l’espace seraient d’une telle supériorité technique que le combat des humains contre eux serait aussi vain que celui d’un nid de frelons chassé d’un chantier en construction. Il n’est pas du tout évident heureusement que de telles civilisations, qui auraient par ailleurs sans doute une signature énergétique repérable, existent réellement dans notre galaxie.

Dans ce cadre la seule hypothèse compatible avec les lois de la physique est celle du «grand voyage» de plusieurs siècles d’un ou plusieurs vaisseaux-mondes dotés d’écosystèmes autorégénératifs. C’est l’hypothèse retenue par Isaac Asimov à la fin de La conquête du savoir. C’est également celle décrite par Liu Cixin dans son roman Le problème à trois corps, avec une flotte lancée depuis le système d’Alpha du Centaure pour un voyage de quatre siècles. Cette expédition constituerait un investissement très important, même pour une civilisation très avancée, qui ne se justifierait sans doute que par un enjeu majeur. L’objectif peut-être scientifique, avec la volonté comme la Directive première de la Fédération des planètes unies dans la série Star Trek interdisant d’interférer dans la vie des civilisations primitives. Il serait probablement plus vaste et plus proche d’enjeux existentiels.

Cette flotte pourrait être précédée d’engins de reconnaissance non habités plus rapides car susceptibles de plus grandes accélérations et décélérations et destinés à explorer et renseigner la flotte principale sur notre monde. Ce serait peut-être alors l’origine du phénomène des OVNI, dont la discrétion serait alors le signe d’une volonté de camouflage d’un projet plus grand tout en constituant un risque peut-être peu rentable d’être décelé bien avant l’arrivée. Il en serait sans doute de même d’un bombardement préalable. Or, la question de l’alerte est fondamentale. Aurions-nous la possibilité de détecter précocement cette expédition et donc de nous préparer pendant des siècles, comme dans Le problème à trois corps ou saurions-nous nécessairement surpris? En l’état actuel de nos moyens et en imaginant qu’une expédition hostile prendrait également des précautions, c’est de très loin la seconde possibilité qui est la plus probable. Nous parviendrons probablement à détecter seulement la flotte extra-terrestre à son entrée dans le système solaire, à la manière des cités bordant l’océan Indien découvrant l’arrivée des vaisseaux chinois de l’amiral Zhang He puis quelques dizaines d’années plus tard des navires portugais, plus dangereux.

Contrairement à ce que l’on voit dans de nombreuses fictions, comme le film Independence Day de Roland Emmerich, la nécessaire décélération de la flotte extra-terrestre nous accorderait quelques mois et peut-être même quelques années de préparation.

On tentera alors à ce moment-là d’établir une relation diplomatique avec les étrangers, sans doute par l’intermédiaire des Nations-Unies, peut-être par des initiatives séparées, au moins pour essayer d’éclaircir les intentions de nouveaux venus, sans garantie aucune. Dans tous les cas de figure, il y aura une préparation militaire. Elle sera peut-être unifiée si la menace est évidente, elle sera peut-être fragmentée si certains États ou groupes estiment préférable de ne pas provoquer une force supérieure ou de s’y soumettre, à l’instar des cités grecques divisées face à l’invasion perse au V siècle av. J.-C, des royaumes africains négriers du golfe de guinée ou des peuples indiens venant renforcer la petite expédition d’Hernán Cortés en 1519. Il faudra compter sans doute avec un «parti extra-terrestre» sur Terre, avantage supplémentaire pour lui, et source de problèmes internes peut-être même de guerre civile se superimposant à la guerre contre les extra-terrestres.

Cette confrontation, si elle devait avoir lieu, aurait une forme clairement asymétrique avec les humains dans le rôle du plus faible au moins techniquement. Cela ne veut pas dire sans espoir. L’histoire de ce type de conflit depuis 70 ans tend même à montrer que ce n’est pas forcément le camp le plus puissant qui l’emporte.

Le combat sera mené sur quatre espaces différents : l’espace profond, l’orbite terrestre, la surface de la Terre et le monde souterrain. Dans l’espace profond, à l’approche de la Terre, il est toujours possible de tenter de frapper les grands vaisseaux ennemis à l’aide de projectiles quelconques, pas forcément très sophistiqués du moment qu’ils ont une masse, une grande vitesse et sans doute aussi une manœuvrabilité. Sans effet de souffle dans le vide spatial, le mode d’agression le plus simple et le plus efficace est la percussion. On pourrait donc essayer d’attaquer l’ennemi avec un essaim de robots-kamikazes, sans forcément beaucoup d’espoir de succès, une flotte interstellaire ayant sans doute à sa disposition de quoi faire face à des objets spatiaux dangereux.

La flotte extra-terrestre sera ensuite en orbite elliptique dans le système solaire, ou installée autour de bases secondaires, Lune, grands astéroïdes ou points de Lagrange. Elle y sera sans doute inaccessible aux forces terriennes au moins dans un premier temps. Inversement, l’humanité survivante sera presque obligatoirement installée dans des souterrains où elle pourra espérer résister aux coups et maintenir une capacité de production. Entre les deux, les forces se battront surtout pour la domination du sol et du ciel.

Nous pouvons en premier lieu être protégés par la différence de milieu. Il n’est évident qu’une civilisation devenue nomade et vivant dans des écosystèmes confinés soit forcément à l’aise pour pénétrer et évoluer dans un monde à plus forte gravité et écosystèmes sans doute plus complexes. Si l’échange épidémiologique entre Indiens d’Amérique et envahisseurs a été en grande partie fatal aux premiers, c’est aussi la crainte des maladies tropicales qui a longtemps protégé l’Afrique subsaharienne des invasions. Dans La guerre des mondes, Wells s’est probablement inspiré du désastre de la première expédition coloniale française à Madagascar ravagée par la maladie trois ans plus tôt.

Il y a également une question de masse. Envahir et contrôler 510 millions de km2 peuplés de 7,5 milliards d’êtres humains nécessite une présence peut-être au-delà des capacités d’une expédition nomade et sans doute au fonctionnement un peu malthusien et protecteur. Les expéditions militaires occidentales du début du XXe siècle sont conduites par des petites armées où la mort de quelques soldats est vécue comme une défaite. Peut-être en sera-t-il de même pour ces envahisseurs puissants, mais peu nombreux et réticents au risque.

La guerre devrait alors prendre la forme d’un siège d’une violence graduée selon l’intention des envahisseurs. Ils peuvent chercher la destruction totale de l’humanité ou sa soumission, ce qui dans ce dernier cas nécessiterait un dialogue, peut-être par le biais de groupes «collaborateurs». Dans tous les cas, il faut s’attendre à une campagne de bombardement aérospatial avec emploi d’armes de destruction massive. Cette campagne de frappes pourrait être combinée avec des opérations au sol menées par des troupes réduites, sans doute fortement robotisées et peut-être en liaison avec des partisans terrestres.

Face à cela, il est peu probable que l’ennemi présentera une vulnérabilité stratégique qui permettrait à un groupe de héros de le vaincre d’un seul coup. C’est un procédé très utile cinématographiquement, mais historiquement pour le moins assez rare. Pour les Terriens, la guerre sera forcément une guérilla sur plusieurs dizaines d’années, avec l’espoir au pire de lasser l’envahisseur et l’amener à négocier, au mieux de le détruire.

La résistance au sol aura pour objet d’empêcher à tout prix l’ennemi de contrôler la surface du globe et si possible de lui infliger des pertes douloureuses. Dans le même temps, il faudra lui disputer la maitrise du ciel et de l’orbite terrestre, un espace de bataille clé dont la possession permet de se protéger des attaques de l’autre. Ce n’est qu’ensuite qu’il sera peut-être possible de partir à l’attaque des vaisseaux-monde, le centre de gravité de l’adversaire, un défi considérable, car il suppose de préparer de grands assauts spatiaux en toute discrétion. Tout cela peut prendre des siècles.

En résumé, se préparer à une invasion extra-terrestre n’est pas très différent de se préparer à une catastrophe naturelle majeure, comme l’arrivée d’un astéroïde géant ou l’explosion d’un super-volcan, ou à une guerre nucléaire généralisée. Encore faut-il le faire, ce qui suppose des efforts d’autant plus difficiles que la menace est invisible et peu probable. Nous nous retrouvons sensiblement dans la position de l’Empire aztèque face à la perspective de l’arrivée d’étrangers puissants et dangereux depuis l’autre bout du monde, hypothèse jugée farfelue jusqu’en 1519.

Frank D. Drake, Is anyone out there? : the scientific search for extraterrestrial intelligence, Delta Book/Dell Pub, 1994.

Sur la classification de Kardashev et ses conséquences stratégiques, voir Travis S. Taylor et Bob Boan, An Introduction to Planetary Defense, Brown Walker Press, 2016.