jeudi 12 janvier 2023

Le tombeau de Poutine - Trois scenarios pour la suite de la guerre en Ukraine


L’anticipation est au futur ce que le souvenir est au passé, une pure construction intellectuelle qui se prend un peu pour de la réalité, cette création permanente. Ces projections passées ou futures sont pourtant indispensables à l’action. On cède souvent aux premières aux anniversaires et aux secondes en début d’année, comme si par un biais optimiste on imaginait que cela pouvait se réaliser avant sa fin. On commence donc à décrire la guerre en Ukraine comme devant se terminer obligatoirement en 2023. Rien n’est moins sûr pourtant comme on va le voir.

Un bon officier d’état-major s’efforce toujours de regrouper les possibilités décrites dans le champ de manipulation cognitive de son chef, pas plus de cinq objets et parfois moins pour certains chefs. On va se contenter de trois scénarios pour la suite des évènements qui, comme les mousquetaires, sont en fait quatre.

1 Reconquista 

La campagne de frappes s’enraye face à la montée en puissance de la défense anti-aérienne et faute de munitions russes. Grâce à l’aide occidentale, qui ne faiblit pas, la mobilisation intérieure et un bon processus d’innovations, les forces aéroterrestres ukrainiennes restent supérieures aux forces russes. Elles le sont suffisamment pour infliger des coups décisifs et des dislocations de dispositifs, a priori d’abord dans les provinces de Louhansk et de Zaporijjia. L’armée russe ne parvient pas à arrêter l’armée ukrainienne qui enveloppe les républiques du Donbass et s’approche de la Crimée. Ces défaites et cette approche de zones très sensibles provoquent forcément un grand stress du côté russe.

Écartons l’hypothèse du stress paralysant. On pouvait imaginer lors des succès ukrainiens de septembre-octobre que le Kremlin reste en situation d’inertie consciente, paralysée par la peur des conséquences intérieures de l’implication de la société russe dans la guerre, seule issue possible pour contrer l’armée ukrainienne. Il n’en a rien été, Vladimir Poutine ordonnant une mobilisation partielle des hommes et de l’industrie, le raidissement de la discipline et procédant même à l’annexion des conquêtes. Ce saut a provoqué quelques troubles, en particulier une fuite massive intérieure et extérieure des mobilisables, mais le test a finalement été réussi. Il n’y a eu aucune révolte sinon très ponctuelle en « Russie périphérique » lors de l’annonce de la mobilisation et la stratégie « Hindenburg 1917 » - rigidification du front + frappes sur la profondeur stratégique de l’ennemi – a permis de stopper, au moins provisoirement, les Ukrainiens. Le surcroît de pertes provoqué par l’engagement massif de mobilisés mal formés, pourtant d’un coefficient de sensibilité politique plus grand que celui des contractuels, n’a pas non plus engendré de troubles sérieux. Dans ces conditions, pourquoi s’arrêter là ?

Dans le champ extérieur, la Russie peut essayer d’accentuer la pression sur les pays occidentaux afin qu’ils cessent enfin leur aide, condition sine qua non de la victoire de l’Ukraine. La menace directe de rétorsion s’avérant inefficace, la Russie peut être tentée par des opérations clandestines en Europe occidentale (cyberattaques, sabotages), « niées mais pas trop » afin de délivrer quand même un message. L’inconvénient de ce mode d’action qui vise à provoquer un stress paralysant peut au contraire produire un stress stimulant, mais contre la Russie. Notons qu’il peut en être de même à l’inverse pour les actions occidentales clandestines ou non menées contre la Russie. La Russie peut jouer sur une mobilisation accrue de ses sympathisants. Mais là encore on semble loin de foules scandant « plutôt Poutiniens que mort », comme les « rouges » en puissance des années 1980, qui quoique plus nombreux n’avaient pas non plus modifié les politiques du moment. Dans tous les cas de figure, les effets stratégiques à attendre dans cette voie seraient sans doute trop lents à survenir pour enrayer la « reconquista » ukrainienne, qui elle-même a plutôt tendance à renforcer le soutien occidental, car on voit que l’aide fournie est utile et efficace, ce qui est plus stimulant que lorsqu’on imagine que c’est à fond perdu.

À défaut de démobiliser les pays occidentaux et bien sûr l’Ukraine, le Kremlin jouera donc la carte de la mobilisation accrue de la société russe. Après la première tranche de 150 000 hommes déjà engagée en Ukraine fin 2022 puis la deuxième bientôt, rien n’interdit désormais d’envoyer de nouvelles classes dans le brasier au fur et à mesure de l’avancée ukrainienne, pour au moins la freiner et au mieux la stopper. Si cela réussit, on basculera dans les scénarios 2 ou 3.

Cela peut aussi échouer parce que les problèmes de l’armée russe sont trop structurels pour que l’envoi de mobilisés ou de conscrits y change vraiment les choses. Dans ce cas, Les défaites continueront, l’armée russe reculera et le doute augmentera dans la société russe par l’accroissement des sacrifices qui apparaissent en plus comme inutiles ainsi qu’au Kremlin où on s’inquiètera aussi de la perte possible du Donbass mais surtout de la Crimée. Dans un pays où on ne pardonne pas les désastres extérieurs, la politique de Vladimir Poutine sera forcément remise en cause. La guerre en Ukraine se doublera alors de troubles en Russie, peut-être dans les rues de Saint-Pétersbourg comme en 1917 et/ou plus sûrement entre les tours du Kremlin. Vladimir Poutine peut alors se retirer en douceur, à la manière de Khrouchtchev en 1964, mais c’est peu probable. Il tentera plus probablement de se maintenir au pouvoir à tout prix.

1 bis, Crimée châtiment

Cette tentative peut passer par une « stalinisation » accrue à l’intérieur, purges et dictature, à condition de pouvoir s’appuyer sur un appareil sécuritaire de confiance, le FSB ou la Rosgvardia, et une escalade vis-à-vis de l’extérieur avec l’emploi de l’arme nucléaire, très probablement d’abord par une frappe d’avertissement en mer Noire ou en haute altitude. Il est certain que ce recours au nucléaire accentuera considérablement le stress en Russie et contribuera probablement aux troubles au sommet de la part de groupes ou d’individus puissants qui ne souhaitent pas être entraînés dans un processus qui apparait désastreux pour la Russie et donc in fine et peut-être surtout pour eux-mêmes.

Si le processus d’engagement des forces nucléaires en riposte d’une attaque de même type peut se faire en très en petit comité du fait de l’urgence de la situation, et dans ce cas-là il n’y a guère de doutes sur la décision, on peut supposer qu’il n’en serait pas de même en cas d’emploi en premier. Dans le seul cas à ce jour, la décision d’Harry Truman d’utiliser l’arme atomique contre le Japon en 1945 a été précédée de longues discussions. Alors que toutes les conditions étaient réunies pour une décision favorable – pas de riposte japonaise possible, niveau de violence déjà inouï à ce moment-là de la guerre, possibilité d’accélérer la fin de la guerre et d’impressionner l’Union soviétique, etc. – Truman a pourtant hésité. On peut imaginer qu’une décision similaire dans une Russie beaucoup plus menacée et vulnérable susciterait quelques débats et quelques doutes au sein de l’appareil d’État. Il est probable qu’un tel « aventurisme », pour reprendre l’accusation portée à Khrouchtchev au moment de son éviction, susciterait, sans doute même avant la fin du processus de décision, quelques réactions parmi les tours et pas forcément dans le sens d’un suicide collectif. Mais nous sommes là dans une zone extrême où les prévisions comportementales sont difficiles. Si Poutine est empêché, il parait difficile cependant de l’imaginer toujours au pouvoir le lendemain.

Admettons qu’il ne soit pas empêché et lance un avertissement nucléaire. Le recours en premier au nucléaire, même sous forme d’avertissement, entraînera immanquablement une condamnation internationale et la perte des quelques alliés, en particulier la Chine. Dans une hypothèse optimiste pour Poutine, on peut cependant imaginer que Joe Biden fasse comme Barack Obama face à Bachar al Assad en 2013 et se dégonfle finalement devant l’emploi d’armes de destruction massive. L’Occident ne bouge pas et l’Ukraine prend peur et accepte de négocier ou du moins d’aller plus loin. Nous voilà plongés dans le scénario 3.

Dans un second cas, le plus probable, la Russie frappe mais n’empêche rien. Les pays de l’OTAN entrent en guerre. Profitons en au passage pour tuer cette idée de cobelligérance instillée par le discours russe et qui n’a en aucun sens dans le cas de la guerre en Ukraine. On est en guerre ou on ne l’est pas. Si on mène deux guerres parallèles contre le même ennemi, là on se trouve en cobelligérance. Dans le cas présent, seule l’Ukraine est en guerre contre la Russie, pas les pays occidentaux qui se contentent de la soutenir et la taille ou la puissance des armements fournis n’y change rien.

En revanche, l’emploi de l’arme nucléaire par la Russie entraîne des frappes conventionnelles de grande ampleur contre les forces russes en Ukraine. L’armée russe se trouve encore plus en difficulté et il n’y a pas d’autre choix pour Vladimir Poutine dans ce poker que de « monter » pour essayer d’obtenir quand même cette paralysie ou de « se coucher » ou d’« être couché ». Alors que son entourage ne peut plus ignorer dans quel engrenage il se trouve impliqué, il est probable qu’il intervienne à un moment donné pour imposer le plus tôt possible la deuxième solution, ce qui, on y revient, implique sans aucun doute le retrait de Poutine. Le nouveau pouvoir –qu’il soit radical ou non et changeant avec le temps, peu importe du moment qu’il renonce à l’emploi de l’arme nucléaire - devra bon gré mal gré admettre la défaite et le retrait forcé de l’Ukraine. Comme il est exclu que l’Ukraine poursuive son avantage sur le sol russe, les choses peuvent en rester là sous une forme de guerre froide prolongée, scénario 3, ou déboucher sur un vrai traité de paix et une normalisation progressive des rapports avec l’Ukraine et les pays occidentaux.

2 La route vers l’inconnu

Comme en politique les courbes se croisent rarement deux fois dans les guerres. On y assiste généralement à des flux qui se terminent par une victoire rapide ou par un inéluctable reflux si l’ennemi attaqué prend le dessus. Mais un croisement peut arriver. La guerre de Corée est ainsi pleine de flux et reflux en 1950 et 1951 et Séoul y change quatre fois de main.

Renverser le rapport de forces en Ukraine suppose d’abord un épuisement ukrainien par les pertes militaires trop lourdes, la ruine du pays et l’essoufflement de l’aide occidentale par manque de volonté ou simplement de moyens une fois les stocks disponibles épuisés. De l’autre côté, il faut imaginer au contraire une mobilisation des ressources humaines et industrielles russe qui réussit ainsi qu’une bonne réorganisation des forces et des innovations. En résumé, le processus que l’on a connu dans les six premiers mois de la guerre mais au profit des Russes cette fois. Le rapport de forces redevient favorable aux Russes. Qu’en faire ? Trois hypothèses sont possibles.

La Russie peut décider de verrouiller le statu quo, en considérant que ce serait déjà une victoire même si largement en deçà de ce qui était espéré au départ. Vladimir Poutine sauve son pouvoir. Il peut espérer obtenir une paix négociée mais il est infiniment plus probable que l’on se tourne vers le scénario 3 de longue guerre.

La Russie peut renouveler sa tentative avortée de s’emparer de tout le Donbass, la « libération » du Donbass de la « menace ukronazie » étant après tout le prétexte de la guerre. On sera donc reparti pour une nouvelle offensive jusqu’à la prise de Kramatorsk, Sloviansk et Pokrovsk. Soit la nouvelle supériorité russe est importante et les choses se feront rapidement, soit et c’est le plus probable, elle n’est pas suffisante pour éviter à nouveau de très longs mois de minuscules combats et de progressions qui se mesurent en mètres. Ce serait la prolongation des tensions et des incertitudes intérieures sur une durée indéterminée, avec la perspective d’un éventuel nouveau croisement des courbes.

Si la supériorité est vraiment écrasante, Vladimir Poutine peut peut-être renouer avec les objectifs initiaux de destruction de l’armée ukrainienne, de conquête de Kiev puis d’occupation du pays. En admettant que cela soit possible, on voit mal comment, alors que la société ukrainienne est militarisée, déterminée et simplement qu’il y ait des armes partout, cette situation ne déboucherait pas sur une Tchétchénie puissance 10 qui serait au bout du compte forcément désastreuse pour la Russie. Que ce soit clandestinement, à partir d’un réduit à l’ouest ou depuis la Pologne, le pouvoir ukrainien actuel pourrait continuer à conduire une résistance centralisée, mais celle-ci peut s’effectuer aussi « à l’afghane » de manière dispersée mais toujours soutenue par les Occidentaux. Ce serait à nouveau le scénario 3 de longue guerre mais sous sa forme sans doute la plus terrible pour tous. A ce stade, c’est quand même la moins probable.  

3 Ni victoire, ni paix

Dans ce scénario, l’effort ukrainien de reconquête se trouve contrebalancé par l’effort russe de mobilisation. Les deux adversaires sont en position d’équilibre sans jamais parvenir à modifier significativement le rapport de forces à leur avantage. La consommation de soldats et de matériels, qu’ils soient produits ou importés, dépasse très largement leur production et les combats diminuent en intensité entre adversaires épuisés. Comme cela a été évoqué plus haut et même si la probabilité en est faible, on peut imaginer aussi que le sentiment d’être au seuil d’un basculement nucléaire, peut aussi contribuer au calme des ardeurs.

Le conflit gelé devient alors comme celui du Donbass de 2015 à 2022 mais à plus grande échelle. Notons que, comme cela a été dit plus haut, l’éviction des troupes russes de tous les territoires ukrainiens, peut aussi déboucher sur un conflit gelé. Les Russes se satisferaient plutôt de la première solution, moins de la seconde, mais dans les deux camps on ne pourra sans doute pas échapper à un état de guerre permanent des sociétés pendant de longues années. À l’instar d’Israël, cela n’empêche pas la démocratie et le dynamisme économique. Sur la longue durée, la victoire de l’Ukraine sur la Russie ou au moins sa sécurité passe en premier lieu par ce dynamisme économique nécessairement supérieur à celui de la Russie. En attendant, tout est à reconstruire.

Avant même toute alliance militaire, il y a toute une architecture de soutien à l’Ukraine, humanitaire d’abord et économique ensuite, à organiser sur la longue durée. L’Union européenne peut être cette structure. L’institution européenne a de gros défauts, mais c’est une machine à développement. Le niveau de vie des Ukrainiens était équivalent à celui des Polonais en 1991, il était devenu quatre fois inférieur avant le début de la guerre. Or, l’Ukraine quatre fois plus riche qu’au début de 2022 serait quatre fois plus puissante face à la Russie. L’Ukraine en paix ou du moins sans combats, c’est aussi un marché où ceux qui ont le plus aidé le pays précédemment et qui ont su en profiter pour se placer en toucheront les dividendes, pour leur bien et celui des Ukrainiens qu’ils aident. À ce jeu-là, les entreprises allemandes sont souvent les premières et les françaises, par manque d’audace et par manque de coopération diplomatico-économique, les dernières.  

Il faut penser aussi à une architecture de sécurité où la priorité ne sera pas de ménager une Russie hostile, mais au contraire de s’en préserver. Qu’on le veuille ou non et quel que soit en fait le scénario, la rupture avec la Russie est consommée et elle le restera tant qu’un régime démocratique et amical ne sera pas en place à Moscou.  En attendant, et cela peut être long, la confrontation avec la Russie sera un état permanent. Les sanctions et les embargos continueront, les actions clandestines également ainsi que les jeux d’influence.

Cela implique aussi une remise en ordre de bataille de nos forces armées, de notre industrie de Défense et de nos divers instruments de puissance (c’est-à-dire tout ce qui peut nuire à la Russie ou à toute autre puissance qui nous ennuierait) et arrêter d’affirmer que le dialogue est la solution à tous les problèmes, ou alors on dialogue avec un gros bâton à la main. Cette nouvelle puissance doit en premier lieu aider l’Ukraine qui se retrouve en première ligne face à l’adversaire principal comme l’était la République fédérale allemande pendant la guerre froide. Cette politique de puissance européenne doit, comme pour la reconstruction, nous aider aussi à nous placer et engranger des gains politiques. Pour l’instant, dans ce contexte-là, ce sont les Américains qui raflent la mise, mais ils se sont dotés, eux, des moyens de le faire.

En conclusion, aucun des scénarios exposés n’est satisfaisant pour qui que ce soit, mais c’est ainsi. Faire des choix en temps de guerre, c’est toujours gérer du difficile.

3 024 commentaires:

  1. Merci Colonel.
    Vos lecteurs sont à la chasse au Troll sur la file précédente.... Alors forcément ça occupe. Joli leurre les trolls du reste.

    RépondreSupprimer
  2. La voix du réalisme. Merci pour cela. Je reste accroché a l'idée qu'avec un peu plus d'audace, les alliés de l'Ukraine auraient déjà pu influer sur le sort de la guerre en aidant plus et mieux. J'espère que nous n'aurons pas a avaler cette coupable honte, mais une fenêtre d'opportunité semble bien s'être fermée, même si j'espère me tromper
    Fritz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Retour sur Terre? Un grand merci Michel GOYA.
      Plus et Mieux, sans doute Fritz - pas assez, pas suffisamment vite! C'est mon ressenti aussi.
      Mais... Le temps, toujours le temps, encore le temps, pas à contre-temps surtout...
      Pourtant une petite musique intérieure me dit que le temps,
      que l'empereur du néant, pense être son allié...
      Que le temps, que le temps, maintenant, est Ukrainien.
      Le temps est Ukrainien. Plus question de temps, il est.
      Sans fondement tout ça... je sais. Mais...
      PE de Toulouse

      Supprimer
  3. J'avais retenu que le nombre d'options que pouvait traiter un cerveau humain pour un choix est de 7.
    Notre hôte tient compte de son audience et les réduit à 3/4.
    Qu'il en soit remercié !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas faux Chaudard. Seulement.
      Un cerveau humain devant ce genre de problème est rarement seul. Il y a du "team working" en général structuré.
      Et il existe des processus également très structurés, en général matriciels pour analyser et décider.
      "problem understanding and decision making" c'est du reste, assez complexe. On pourra en rediscuter si le sujet vous branche.

      Supprimer
    2. Dans les formations sur la mémoire (= comment améliorer ma mémoire), il est classique de se voir catégoriser les éléments qu'on a à traiter ou à retenir, surtout s'il sont nombreux.
      Par exemple, si je vais faire les courses, que ma liste contient 25 choses à acheter et que je les laisse en désordre, je risque d'en oublier beaucoup si j'essaye de faire ça de tête. Si je catégorise (et sous-catégorise) toutes les choses à acheter par paquets de 5, tout se passe bien.

      EC du 35

      Supprimer
    3. Merci, Teasin', c'est sympa. Mais ça me rappellerait ces réunions interminables ou on parvient, à force de notations graphes, brainstorming à dégager des priorités... qui ne sont pas suivies d'effets pour plein d'excellentes raisons.
      Ou la seule chose qui sera faite c'est celle qui est sur le graphe dans le quadrant facile/utile. Et surtout... Pas chère.

      Supprimer
    4. Chef Chaudard12 janvier 2023 à 20:03- Merci, Teasin', c'est sympa. Mais ça me rappellerait ces réunions interminables...
      Ca ça s'appelle du Team building. le résultat importe peu. Je parle de processus structurés où le résultat est obli gatoire.

      Supprimer
    5. @Teasin'
      Comme souvent, on est rebuté quand on aborde un sujet par le mauvais bout.
      Auriez vous un ouvrage, un site, par lequel je pourrais commencer?
      Brièvement, sans trop donner dans le hors sujet...

      Supprimer
  4. Merci, jolie analyse, a mon avis plein de gouvernements evaluent les probabilites actuelles de l une ou de l autre un peu comme on predit la meteo on citera en exemple nos voisins allemands pour ne surtout pas trop se mouiller. Au final c est que ce sera surement aucun de ces scenarios ;) mais tant que les russes se font remettre chez eux tout me va... bonne soiree christian

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quid de la prochaine offensive russe d’hiver avec leurs 600 000 hommes pas encore engagés le sera dès que le sol est parfaitement gelé fin janvier début février face à des ukrainiens en manque de matériel et de ressource humaine perdant en ce moment 10 hommes pour chaque russe apparement ? On serait dans le scénario 2-ter du colonel Goya avec en gros le plan d’attaque du début de l’opération de février 2022 mais avec 3x les moyens initiaux et consigne d’y aller à fond avec des moyens lourds pas en mode raid léger pour tenter de faire tomber le gouvernement de Kiev ou en espérant peu de résistance comme au début de 2022.

      Mes sources : 1. le colonel Douglas MacGregor ancien de la cavalerie de la 1 ère guerre du golfe et ancien conseiller du secrétaire à La Défense à la fin de la mandature Trump qui fait beaucoup d’interviews publiées sur YouTube et à ses sources dans l’armée US s’occupant de l’Ukraine et 2. le chef d’état major US Miley qui avait fuité toute fin 2022 dans la presse US que les ukrainiens étaient à bout de souffle et que c’était le moment de négocier (rejeté par Biden).

      Ses dernières interventions ici sous titres disponibles via l’interface YouTube http://futuredefensevisions.blogspot.com/

      Il explique aussi que Poutine n’initiera pas d’escalade nucléaire réservée à des représailles 1. en cas d’attaque nucléaire contre la Russie ou 2. D’attaque conventionnelle menaçant l’existence même de l’état russe : on n’en est pas là même en cas de reconquête de la Crimée.

      En revanche l’administration Biden parle maintenant d’un emploi d’arme nucléaire tactique en premier pour des besoins opérationnels militaires tactiques ce qui est nouveau côté US.

      Le gros risque d’escalade serait, en cas d’effondrement ukrainien face à la prochaine offensive russe d’hiver (la nomination du chef en état major russe comme responsable de l’opération marque bien son ampleur), l’intervention des 40 000 soldats US stationnés en Pologne pour sécuriser l’ouest de l’Ukraine et une confrontation directe entre armée US (et polonaise et roumaine) et russe.

      Supprimer
    2. /!\ Anonyme12 janvier 2023 à 21:48 /!\

      Le colonel Douglas MacGregor est un trumpiste complètement taré. Toutes ses "prédictions" sur la guerre en Ukraine se sont avéré fausses jusqu'à présent, bref c'est un guignol du niveau de stratpol, c'est dire.

      TLG

      Supprimer
    3. Le simple fait d'affirmer que Biden envisage l'emploi de l'arme nucléaire en premier discrédite totalement votre commentaire.

      Supprimer
    4. C est pourtant documenté. Depuis quand la vérité est-elle discreditante ?

      Supprimer
  5. Le Coq Français12 janvier 2023 à 19:14

    Salut à tout le monde ,

    Les illuminés du plafond vont ils résister ou vont ils basculer sur ce fil de discussion ?

    Je crains que cet article soit un peu trop évolué pour leur compréhension primaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. /!\ Lecteur intelligent, tu peux éviter ce commentaire...

      Supprimer
    2. En parlant de plafond :
      Ici, on à une courbe qui s'en rapproche ; celle du matériel russe.
      https://github.com/leedrake5/Russia-Ukraine
      Si on pouvait de même manière réalisé la courbe prouvée des pertes en personnel, le plafond, je crois bien qu'il serait crevé.

      Supprimer
    3. ON doit quand même noter que ce sont les trolls qui ouvrent le feu en premier sur ce nouveau sujet, avec leur "finesse argumentative" habituelle .....
      Faudrait leur donner un autre ose à ronger, une nouvelle pandémie, peut être, avec un nouveau vaccin.
      Ils ne pourront pas être sur tous les fronts en même temps, vu que ce sont pour beaucoup les mêmes ...

      Supprimer
    4. Nanker tu as le droit de signer tes messages on t’as reconnu…

      FredV

      Supprimer
  6. Et merci pour le jeu de mot "Crimée châtiments".

    RépondreSupprimer
  7. Il s'est posé, je crois, la question du renouvellement des stocks de munitions pour le soutien à l'Ukraine (dans le fil précédent) : un post du live du Monde (19:14) vient de donner il y a quelques minutes des infos intéressantes là-dessus. Allez voir, lecture gratuite (pas besoin d'être abonné).
    Lien

    RépondreSupprimer
  8. Des deux côtés, on pousse pousse maintenant de force les soldats dans le hachoir, qu'ils y soient hachés ou brûlés, l'un ou l'autre, ou un peu des deux. Mais, bon, ceux qui, à l'origine, ont poussé dedans : Zelensky, comme marionnette, les bandéristes, les oligarques et, derrière, les USA sous influence de néo-conservateurs cyniques. Toute cette horreur était parfaitement évitable. Les demandes de la Russie concernant sa sécurité, parfaitement légitimes, clairement formulées, auraient été satisfaites, ces massacres étaient évités. Ne pas le reconnaître relève de la malhonnêteté intellectuelle. Mais l'admettre signifierait, pour les bellicistes NATOnesques de ce blog, accepter une évidente souillure morale.

    Sinon, un combat de boxe entre un poids lourd et un mi-lourd, le résultat final ne fait de doute pour personne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'histoire de David et Goliath, vous connaissez ? Et il y en a d'autres, comme ça... beaucoup d'autres !

      Supprimer
    2. "Les demandes de la Russie concernant sa sécurité" : déjà dit, mais personne n'aime les chouineurs. Ils sont méprisés, en général. La Russie, plus grand pays du monde, puissance nucléaire, possédant de réputation (jusqu'en février 2022) la 2e armée du monde, autonome sur absolument toutes les matières premières, craint pour sa survie parce que ses voisins préfèrent intégrer une alliance militaire défensive que de rester à sa merci. Un peuple mature se remettrait en question, regarderait son histoire en face, se demanderait pourquoi tant de crainte de la part de ses anciens satellites et états fédérés, essaierait de repartir sur des bases saines à partir de ses atouts (nombreux au début du siècle). Les Russes ont préféré foncer la tête la première dans des fantasmes impériaux archaïques. Vae victis, comme dirait l'autre.

      Supprimer
    3. Franchemment, vous perdez votre temps, et le nôtre. Vous vous adressez a un public européen, nous ne sommes plus en 1800, l instuction obligatoire a fait son travail. La russie n avait aucun besoin de garanties de sécurité, c est une puissance nucléaire. Je ne m étendrai pas, renseignez vous. L Ukraine, qui, elle, a renoncé a ses armées nucléaires, a effectivement grand besoin de garanties de sécurité, on ne le voit que trop.
      Cette horreur était effectivement, parfaitement évitable, il eut suffi que la fédération de russie ne tente pas d envahir un pays voisin.
      Ce qui me dérange dans votre discours, puant (ben oui, toutes les dentelles du monde n ont jamais dissimulé l odeur de la crasse, et c est un infirmier qui vous le dit, ai l expérience), c est que par Russie, vous entendez "russie" telle que définie par quelques tordus nationalistes, laquelle comprend l Ukraine et les pays baltes. Ni l Ukraine, ni les pays baltes ne veulent être russes. La fédération de russie, telle que reconnue par la communauté des nations (l ONU) n était en rien menacée et n avait aucun besoin d autres garanties que ses 6000 têtes nucléaires. La responsabilité de ces horreurs incombent entierement a l aggresseur, a savoir la fédération de russie.

      Supprimer
    4. Votre comparaison avec un combat de boxe aurait sans doute beaucoup amusé Ho Chi Minh.

      Supprimer
    5. Personne ne pousses les Ukrainiens au hachoir, ils sont chez eux et défendent leurs terres ce qui explique leur forte motivation.
      Par contre les "soldats" russes, peut être devais-je plutôt dire les "condamnés" russes, car sortant de prison et promis à une mort quasi certaine par Wagner, n'ont pas cette motivation.

      Cette horreur était paefaitement évitable, si les Russes n'avient pas envahi l'Ukraine.

      L reste ne mérite pas de commentaires, c'est la régurigiation sans imagination de la logorrhée russe, c'est sans intérêt.

      Je vais juste revenir sur la méthaphore du combat du lourd et du poids moyen qui est fausse.
      Dans les début du MMA à l'époque ou les catégories de poids n'avaient pas lieu, on a vu des surprises de taille avec des vainqueurs de poids notablement plus faible, pratiquant par exemple le Ju Jitsu brésilien, qui épuisaient leur adversaire au sol.
      Le poids n'est pas toujours un avantage, trimballer de la masse est épuisant pour le métabolisme.

      C'est peut être ce qui se produira chez les Russes, ils auront de la masse mais pas la logistique pour l'alimenter ...

      A quoi peut servir un soldat s'il n'est pas alimenté, soigné, ravitaillé en munitions et surtout pas motivé au combat ...
      ET c'est déjà le cas pour les soldats russes.

      Supprimer
    6. Ça fait plaisir de voir que ce fil n est plus monochrome. Cela dit, force est de constater que les tenants d une victoire ukrainiennne et ceux d une victoire russe vivent dans deux réalités parallèles : pour les uns les orcs russes mal formés, mal équipés, démotivés et criminels sont sur le point de s'effondrer, c est la position de notre hote, pour les autres, un corps expéditionnaire russe de moins de 200 000 hommes s'interdisant les bombardements des zones civiles "à l américaine" a vaincu une première armée ukrainienne de 500 000 hommes formés aux normes de l OTAN et ce au prix de manœuvres audacieuses et incomprises, puis a contenu tant bien que mal une seconde armée ukrainienne de 500 000 hommes, équipés, formés et commandés par l OTAN avant que les renforts russes et une doctrine moins protectrice des civils viennent à nouveau lui donner l avantage. Je pense qu on saura bientôt quelle propagande est la moins délirante
      Num

      Supprimer
  9. J'ai tremblé en attendant la conclusion. Mais celle-ci est (un peu) pessimiste. Pourtant, on dit souvent "À toutes choses malheur est bon" !

    RépondreSupprimer
  10. Avis à la population
    Les commentaires venant des trolls (du moins, ceux qui sont repérés), sont signalés par le signe suivant : /!\

    Par conséquent, un conseil : vous pouvez allègrement les sauter, et économiser vos forces pour une lecture plus instructive.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon pauvre ami, c'est vous le troll, le fermier et je ne sais quoi encore, avec votre avis à la population et votre signe ridicule

      Supprimer
    2. Bien ce rappel pour les nouveaux lecteurs. A mettre au début de chaque nouvel article du Colonel.
      Laure H

      Supprimer
  11. Ma solution: Donnons la bombe atomique aux Ukrainiens!

    Ce n'est pas une blague. La France devait surveiller l'application des clauses des Accords de Budapest: elle a failli à sa mission! Les Ukr. se sont désarmais tandis que les RuZZes ont envahi la Crimée. Donner (en fait, redonner) à l'Ukraine la Bombinette réparera ce préjudice!

    Ainsi échec à Putin, tenu en respect par la crainte nucléaire, et plus besoin d'envoyer du matériel militaire à Kiyv!

    Fin de l'histoire.

    CQFD.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme quoi le vieil adage : "Si vis pacem para bellum" est à remettre à l'honneur.

      EC du 35

      Supprimer
    2. Pareil pour Taiwan et on n'en parle plus, mais de facto, la russie et la chine la donne à l'iran ( si ce n'est pas déjà fait..) et autre pays "terroristes".

      Supprimer
    3. @Ano 20:07
      Pas de facto, mais illico (sinon, ça ne veut pas dire grand chose...

      Supprimer
    4. Oui, ne traînons pas, livrons aux Ukrainiens l'atomique avec célérité pour réparer cette injustice.

      Supprimer
  12. Avec tout le respect qui vous est dû, colonel, c'est "Pokrovsk" et pas "Prokovsk". La dernière X, vous nous aviez déjà gratifiés d'"Optyne" au lieu d'Opytne.
    Ne justifions pas les préjugés sur les Français et la géographie, de grâce!
    Bien cordialement

    RépondreSupprimer
  13. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "quel que soit le prix", le seul moment sensé de votre message.

      Supprimer
    2. Quels moyens, les drones et missiles iraniens et obus de corée du nord, plus chair à canon locale?

      Supprimer
    3. Moi, le rythme de croisière de la Russie, je me demande combien de temps il va encore tenir ...
      https://github.com/leedrake5/Russia-Ukraine

      Supprimer
    4. C'est justement ce genre de "confort" qui a coûte Soledar aux FAU... Donc plus les russes sont confortables, plus c'est bon pour les FAU...
      Fritz

      Supprimer
  14. Excellente analyse.
    Voici la mienne. Les USA et l'Europe ont augmenté les cadences de production de munitions , à cause de l Ukraine et de Taiwan.
    Ca ne coute rien à l'Amérique de fournir des tonnes de munitions. La 🇷🇺 a 300M d 'avoirs gelés. Ca servira éventuellement à les payer.
    L'armee 🇺🇦 va donc pouvoir bombarder à loisir les russes. Ils vont tuer un nombre illimité de soldats si la Russie continue de mobiliser. On va vu les images de Bakhmut ou les attaques de Himars.
    Immense usure en approche pour la Russie.
    Aucune chance d'emploi d'arme nucleaire. L'Otan interviendrait et la 🇷🇺 deviendrait un paria pour 50 ans.
    Bref, conflit long car Poutine ne peut plus reculer. Carnage coté russe.. Et immense victoire à venir pour l'Otan, debarassée de la Russie agressive pour 50 ans
    Heureusement, car vu les allemands, l'alliance est en mauvais état.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aucune chance d'emploi d'arme nucleaire.
      Cela me parait un constat pour le moins particulièrement optimiste...qu'est ce qui vous donne autant d'assurance dans ce constat (visiblement pas partagé par l'auteur de ce blog)

      Supprimer
  15. Beaucoup de commentateurs ici veulent pousser toujours plus de viande dans le hachoir...
    Qu'ils y mettent la leur, de viande !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. /!\ le seul qui veut envoyer de la viande au hachoir, c'est Vladimir Poutine. Par transitivité, cela s'applique aussi aux supporters de Poutine, dont vous faites partie de facto.


      TLG

      Supprimer
    2. Juste faux, et vous le savez bien. Poutine a été très, très patient face aux provocations occidentales calculées. Prudence qui s'explique par une bonne connaissance des possibilités de l'armée russe entre 2014 et 2022, forces terrestres non modernisées ? Trop prudent, comme un apparatchik ? On ne saura pas de sitôt. Mais le hachoir, il a tout fait pour l'éviter, jusque dans la manière mesurée avec laquelle les opérations militaires ont été conduites au début. Maintenant, on est dans l'ascension aux extrêmes jusqu'à ce que le plus faible cède - ou meure. Comme les Ukrainiens sont moins nombreux à pouvoir mourir, que les Occidentaux ne veulent pas mourir à leur place, l'issue de la guerre ne fait aucun doute. Tout le monde le sait sur ce blog, quoi qu'ils éructent à qui mieux mieux pour faire leur BA NATO.

      Supprimer
    3. /!\ Anonyme12 janvier 2023 à 22:19 /!\

      Vous devriez changer de disque, celui là est un peu rayé. Poutine a attaqué l'Ukraine alors que personne ne menaçait la Russie. Il pensait que l'Ukraine serait une proie facile. Il s'est gravement planté, et tous les russes qu'il envoie au hachoir vont mourir pour rien.

      Quant à l'issue de la guerre, elle ne fait en effet aucun doute: victoire ukrainienne. Et la victoire sera d'autant plus rapide qu'on lui fournisse enfin le matériel dont elle a besoin pour écraser l'armée russe.

      TLG

      Supprimer
  16. A fonds perdus mon Colonel, à fonds perdus ! Ibuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heu... je n'ai trouvé la contrepèterie.

      Supprimer
  17. Et « Tombeau pour cent mille soldats » ? Non, c'est déjà pris et on arrive à deux cent mille, en attendant mieux. « Jusqu'au dernier Ukrainien » serait assez adapté, mais il ne faut surtout pas le leur dire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est « Tombeau pour cinq cent mille soldats » qui est pris ? Peut-être le programme pour l'Ukraine.

      Supprimer
    2. Jusqu'au dernier russe, vous voulez dire.

      Supprimer
    3. Anonyme12 janvier 2023 à 20:35
      Jusqu'au dernier russe, vous voulez dire.

      Poutine a l'air bien parti pour !

      Supprimer
  18. Bonjour,

    Encore une fois une analyse claire et sensée. Merci pour ça.

    Quelques remarques et questions sur le texte :
    "L’Occident ne bouge pas et l’Ukraine prend peur et accepte de négocier ou du moins d’aller plus loin."
    Qu'entendez-vous par aller plus loin ? Vous faites référence au scénario 3 mais je n'ai pas saisi le lien.

    "Alors que son entourage ne peut plus ignorer dans quel engrenage il se trouve impliqué, il est probable qu’il intervienne à un moment donné pour imposer le plus tôt possible la deuxième solution, ce qui, on y revient, implique sans aucun le retrait de Poutine."
    sans aucun doute ?

    "L’Ukraine en paix ou du moins sans combats, c’est aussi un marché où ceux qui ont le plus aidé le pays précédemment et qui ont su en profiter pour se placer en toucheront les dividendes, pour leur bien et celui des Ukrainiens qu’ils aident. À ce jeu-là, les entreprises allemandes sont souvent les premières et les françaises, par manque d’audace et par manque de coopération diplomatico-économique, les dernières."
    Dans le contexte actuel où l'Allemagne est un peu à la traîne concernant l'aide militaire et dans la mesure où des initiatives préparant la reconstruction se font jour en France, ne pensez-vous pas que les entreprises françaises seront moins à la peine que lors d'autres conflits quand le moment viendra ?

    Cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l'âne qui vielle12 janvier 2023 à 20:53

      La reconstruction de l'Ukraine fait l'objet d'un plan stratégique qui a été lancé par l'Europe en mai 2022
      https://ec.europa.eu/commission/presscorner/detail/en/ip_22_3121
      C'est du donnant, donnant (particulièrement le nettoyage de la corruption dont on fait souvent état ici) et c'est structuré de façon transverse. Les initiatives individuelles des pays ou des citoyens ne sont bien sûr pas interdite mais le cadre est fixé .
      Un comité de pilotage Ukrainien-UE est constitué.
      Le premier grand forum se tient en Pologne en février
      https://rebuildukraine.in.ua/en
      Les entreprises Françaises sont, de mon point de vue, incontournables vu leur professionnalisme dans la gestion de l'eau, des infrastructures vitales, de l'agroalimentaire, de l'énergie,...
      Elles sont bien sûr présentes à ce forum.


      Supprimer
    2. l'âne qui vielle12 janvier 2023 à 21:02

      Plus de détail sur l'organisation française à ce forum.
      https://extranet-btob.businessfrance.fr/rebuild-ukraine-2023-pavillon-france/

      Supprimer
    3. Les entreprises allemandes ne seront pas aussi regardantes..
      Fritz

      Supprimer
    4. "À ce jeu-là, les entreprises allemandes sont souvent les premières et les françaises, par manque d’audace et par manque de coopération diplomatico-économique, les dernières. "
      Tellement malheureux mais tellement vrai...

      Supprimer
  19. Assez saisissant comment le colonel réintroduit l'hypothèse de l'emploi du nucléaire comme quelque chose de "probable" dans le cas où la Crimée serait menacée.
    J'imagine qu'aucun dirigeant occidental n'a envie de s'essayer au scénario 1bis...d'où peut être les réticences à livrer des armes de façon décisive pour les Ukrainiens ? Et se contente d'appuyer suffisament les FAU pour garantir une perte de territoire minimale et une fin dans l'esprit du scenario 3

    RépondreSupprimer
  20. Je dirai que pour l'heure ce sont surtout les Américains qui raflerai la mise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sans doute, mais ce sont eux qui misent le plus.

      Supprimer
    2. J'ai rien compris. Quelle mise? Dans quel cas?

      Supprimer
  21. Hors sujet mais un article qui explique que les leopards 2 ne sont pas si invincibles https://nationalinterest.org/blog/the-buzz/germanys-leopard-2-tank-was-considered-one-the-best-until-it-24234

    RépondreSupprimer
  22. Le Coq Français12 janvier 2023 à 20:35

    A mettre en parallèle ce soir, l'approche va-t-en guerre des illuminés du plafond qui alimentent les commentaires de ce blog avec la retenue (voir la défiance) quand à la fourniture de matériels de Christine Lambrecht (ministre de la défense de l'Allemagne) !!

    Vivement le retour aux frontières de 1939 et tout les problèmes seront réglés !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas faux, Le Coq français...

      Supprimer
    2. Retourne jouer à la loterie rashiste, le poulet français collabo et ne nous fait pas iech
      https://qph.cf2.quoracdn.net/main-qimg-b9edc2c4f01d3e97f21b7c487c643a35-lq

      Supprimer
    3. Ben voyons, les frontieres de 1939 pour la pologne... espece de connard, j ai pas d autres mots. C est tranquille, refaisons l histoire, et si on remettais les frontieres de 1913 a la France tiens, histoire de voir, avec l alsace-lorraine au allemands, hein, vous seriez daccord aussi? empaffé va

      Supprimer
    4. /!\ Les frontières de 1939 ? Mais tonton Adolf était contre, il voulait bien davantage. Espèce de pourri au service de la conspiration juive internationale dénoncée par notre Führer bien-aimé.

      Supprimer
    5. Frontière de 39, trahison le troll veut rendre koeningsberg à l’Allemagne

      Supprimer
  23. "La prédiction est un art difficile, surtout lorsqu'elle concerne l'avenir" Il y a le cas aussi où Poutine meurt et sa volonté de ne pas perdre et de remettre constamment la main au pot pour relancer, n'est pas reprise par ses successeurs qui lui collent tout sur le dos pour se dédouaner. Ben Hodge parle d'une contre-offensive qu'il voit réussir des Ukrainiens. En tant qu'occidental pro Ukr, cette prévision à ma préférence. Mais en effet, et vous avez raison de le souligner, rien ne dit que la Russie ne mette un point d'arrêt à celle-ci par une utilisation de leur dernier joker. Il est vrai aussi que coupler l'effort de guerre et une mobilisation massive en Russie aura certainement des conséquences. Les occidentaux doivent quand même bien se rendre compte des risques que la situation comporte et comment y remédier. Les annonces de fournitures accélérées et d'armement lourd semblant aller dans ce sens. (croise les doigts)

    RépondreSupprimer
  24. Merci pour ce post très détaillé. Vous parlez de réarmer notre pays y compris contre des pays « en principe alliés » - a qui pensez vous ?

    RépondreSupprimer
  25. Concernant la bombe en haute altitude: un incident malheureux lié au brouillard de la guerre serait aussi trés bien pour sidérer calmer voire occuper les ardeurs tant Ukrainiennes que Occidentales. Politiquement beaucoup plus soft qu'une vraie de vraie bombe. Autant garder les engins atomique uniquement si attaque sur la Sainte Patrie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Beaucoup plus soft"?
      Spéculer sur les conséquences d'une bombe disseminant des matières radioactives sur l'europe, en v'la une bonne idee!
      Je suis pas sûr que ça calmerait grand monde...

      Supprimer
  26. Il va être temps de fournir aux Ukrainiens des missiles à longues portées .

    RépondreSupprimer
  27. Telegramm нетвойне

    🇩🇪⚡️⚡️Le chef du ministère allemand de la Défense a autorisé pour la première fois la fourniture de chars Leopard 2 à l'Ukraine, - RND.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apparemment fausse nouvelle

      Supprimer
    2. Le Coq Français12 janvier 2023 à 22:28

      Vu la déclaration de Christine Lambrecht aujourd'hui, je ne pense pas qu'elle ai changé d'avis alors qu'elle semblait agacé par le comportement des polonais !

      Supprimer
  28. l'âne qui vielle12 janvier 2023 à 21:11

    Il y a, dans le fil CNN joint, des photos satellite de soledar avant et après. 4ème post à l'heure de ce message.
    La mission civilisatrice de la Russie ne changera jamais dès qu'on passe de la théorie à l'application.
    https://edition.cnn.com/europe/live-news/russia-ukraine-war-news-1-12-23/index.html
    Je suppose que vous êtes au courant mais l'Ukraine a annoncé une contre attaque sur Soledar il y a quelques heures. Dans le même fil.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Coq Français12 janvier 2023 à 21:20

      Je reste "baba" devant les capacités tactiques et stratégiques des contributeurs de ce blog qui nous répètent depuis plusieurs semaines que Bakhmut et Soledar ne représentent aucun intérêt dans ce conflit et que parallèlement les ukrainiens engagent des ressources non négligeables pour défendre ces deux zones.

      La compréhension à postériori du conflit nécessitera de re-démarrer les commentaires sur les même sujets une fois que la guerre sera finie afin de les comparer avec ceux qui sont écrits actuellement. C'est toujours intéressant de faire de la prospective du passé à postériori !!

      Supprimer
    2. @Coq
      Vous restez baba, parce que vos capacités intellectuelles ne permettent pas de saisir la nuance entre un but stratégique et un qui ne l'est pas.

      Supprimer
    3. Tu te répètes et tu nous ennuies.
      Fritz

      Supprimer
    4. Le Coq Français12 janvier 2023 à 21:33

      @Fritz ... On va vous parachuter sur Königsberg , OK ??

      Supprimer
    5. Mz foi, je pense arriver sur mes deux pieds, et toi c...?
      Fritz

      Supprimer
    6. Perso je fais du parachute et j ai toujours voulu aller voir là ou mon grand pere avait été captif... Stablak Stalag 1A, pres de konigsberg. Il à été capturé dans les faubourgs de Dunkerque, il combattait avec les francais bien que chasseur ardennais. Il a été libéré par les russes, j ai encore un tract qu il avait ramassé, l armée du général barmamian ou barsamian. Et bien il a toujours dit : " les américains ont libérés ma famille, ils ont donné du chocolat et des chewing gums, ils ont étés bien, et on leur doit beaucoup. Les russes m ont libérés, ils ont pris ma montre, mon alliance et mon dernier colis croix rouge, je ne leur doit rien, je les ai payés". Et je pourrais rajouter que ma famille maternelle libérée par les anglais a elle aussi gardé sa montre et recu du chocolat des anglais du XXXeme corps et des polonais de la division blindée du général Maczek.

      Supprimer
    7. @lecoq. Les Ukrainiens ont choisi de relèver le gant.
      Ils ne peuvent pas céder face aux ruSSes.

      Actuellement les Ukrainiens ne peuvent pas manoeuvrer et faire bouger leurs poing armé facilement c'est leur seul problème.

      La position des ruSSes est précaire et tout en défense, rien ne bouge sauf a soledar.

      Face à un pays mieux doté en aviation et artillerie moderne les ruSSes seraient anéantis. Il reste que face a l'armée Ukrainienne qui manque de tout en particulier du fait de la pingrerie des occidentaux les ruSSes bougent encore.

      Seule bonne nouvelle les femmes ruSSes pourront facilement trouver des maris a l'ouest et en Ukraine une fois le conflit passé. Tout les reproducteurs ruSSes seront morts.

      Supprimer
    8. C'est marrant cette volaille qui ne comprend pas qu'une position peut n'être pas stratégique mais symbolique. D'ailleurs c'est pire que Verdun qui avait un intérêt stratégique Quand Même. Ça a été dit x fois sur bien des medias.
      Mais bon. Ibuse.

      Supprimer
    9. @coq

      Oh toi "Dysenterie" fais pas chier les autres!

      Supprimer
    10. Le Coq Français12 janvier 2023 à 22:32

      @jph ... Rien ne vous empêche d'aller au Stalag 1A , il est localisé en Pologne, proche de la frontière avec la Russie mais le camp était dans une zone qui est polonaise aujourd'hui !

      Supprimer
    11. @l'âne qui vielle12 janvier 2023 à 21:11 Vous viellez mieux que tout le monde.

      Supprimer
    12. Le Coq Français12 janvier 2023 à 22:47

      Je trouve qu'utiliser les "S" majuscules dans le nom ruSSes, c'est vraiment faire offense à la schutzstaffel. La schutzstaffel nettoyait de manière méthodique alors que les russes le font de manière chaotique !

      LSSAH, Das Reich et Totenkopf dans le donbass, cela ferait longtemps que les FAU aurait été nettoyées.

      D'ailleurs les allemands connaissent leur instinct génétiquement guerrier, c'est peut-être pour cela qu'ils ne veulent pas s'engager plus dans ce combat !! c'est pas @FRITZ qui nous dira le contraire !

      Supprimer
    13. Vous avez tout à fait raison, le Coq FranSSais, c'était le bon vieux temps !

      Par contre, j'ai bien peur que vous ne déchantiez gravement sur la valeur au combat des divisions SS. Ils étaient fort pour massacrer les civils, par contre contre des vrais soldats, ils ne faisais souvent pas mieux que l'armée régulière.

      TLG

      Supprimer
  29. Les russes sont vraiment les plus forts !
    Les 4 premiers Bradley - qui n'ont pas encore été livrés - ont été officiellement détruits.

    https://twitter.com/bayraktar_1love/status/1613630101739999245?t=w5F4DxpRghEO_Etz3d3_KA&s=19

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en avance sur le plant quinquenal, c'est bien ça.....

      Supprimer
    2. C'est un montage ou il dit vraiment ça?

      Supprimer
    3. C'est pas un montage.

      https://t.me/killpukin/13015

      Supprimer
    4. Ils sont comme nos trolls : on est effaré de leur bêtise, puis on finit par en rire et s’en moquer.

      — LoD

      Supprimer
  30. Tout l argumentaire foireux de Poutine sur les russophones d Ukraine, tout comme en son temps celui d un autre sur les minorités des sudetes, repose sur un préalable bancal. A savoir, parceque l on parle une langue et qu on est d une culture, on se sent partie de la nation originelle de cette langue et culture. C est foireux. Demandez a un suisse romand ou a un belge ce qu il en pense.
    Maintenant, il y a un exemple, peu connu, d intégration lent et laborieux, mais réussi d une minorité.
    En 1919, suite au traité de versailles, mon pays "récupere" ce que l on appelle les cantons de l est. Dire que l intégration de ces allemands dans le royaume de Belgique à été sans injustice serait faux. Jusqu en 1935 a peu pres, ils seront traités en citoyens de seconde zone. En 1940 ils sont réintégrés au reich. En 1945, ils redeviennent belges.
    En 1963, nous créons un régime linguistique avec des communautés, et donc, enfin, la Belgique a la bonne idée de ne pas créer 2, mais 3 communautés, adoptant l allemand comme langue nationale au même titre que le neerlandais et le français.
    De nos jours, 200 000 belges sont germanophones, ils gerent leur éducation etc... en allemand et sont partie de la région wallone. Avons nous des problemes avec les germanophones? aucuns. On s étripe entre flamands et wallons, mais les germanophones sont probablement la communauté la moins problématique du pays.
    Alors, est-ce parceque les belges sont particulierement avisés? Non... On est cons comme des boulons, c est notoire. Mais nous n avons pas comme voisin un état allemand fou et dictorial (cfr russie) pour souffler sur les braises, ce qui a permis en 40 ans (1919-1963) de trouver une solution digne et vivable pour tous.
    La russie a t elle donné a l Ukraine ne fut ce qu une chance de trouver une solution? non.
    Un donbass russophone et une Ukraine fédérale aurait pu être envisagés. Bien sur avec du temps, pas 5 ans, plutôt 50.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette leçon d'histoire ! Je ne connaissais pas l'origine de cette petite partie germanophone de Belgique.

      La partie qui me dérange absolument dans le comportement russe est son refus de prendre en compte les arguments adverses. Cette méthode est celle des gourous et fanatiques religieux (de toute religion), sur la forme de "Mon Dieu M'a Dit...", aucun compromis, aucun accord, aucune discussion ne sont possibles. Selon eux, leurs interlocuteurs ne méritent aucun respect. Il ne reste que l'épreuve de force.

      Je savoure la maxime de Montesquieu : "Seul le pouvoir arrête le pouvoir" pour éviter les abus de pouvoir...

      Supprimer
    2. Merci. Très intéressant.
      Fritz

      Supprimer
    3. Nous sommes sur un blog d un officier français, donc le public est majoritairement français. Mis a part d étranges individus, dont on ne sais s ils sont russes ou français.
      Moi je suis belge, ce n est certes pas un titre de noblesse :D Mais comme citoyens d un petit pays coincé entre trois grands et un moyen ( UK-allemagne-france-pays bas), je suis peut être un peu plus pérméable aux idées diverses dans l union européenne. Je constate que les français, comme les anglais, partent du principe que ce qu ils connaissent, a savoir leur état, est la norme. La france est minoritaire en tant qu état, ce n est pas un royaume , ce n est pas un état fédéral , c est une république avec un président a l américaine. Ben en fait, en europe, il n y a quasi que vous, sur ce modele. peut être la pologne? suis pas sur. En tout cas pas l allemagne, ni l UK, ni les pays bas, ni la belgique, ni la hollande ni l italie ni l espagne ni le luxembourg ni la suisse bref aucun de vos voisins.
      Et le multilinguisme est un problême auquel vous n êtes pas confrontés. Mais d autres pays y sont confrontés, et le reglent pacifiquement (avec comme summum la suisse et la belgique).
      Enfin, je trouve que trop souvent les citoyens des grands pays prennent pour des absolus, des relatifs. Prenons la constitution... Un pays peu il vivre sans? Ben les anglais n en ont pas... Enfin pas une écrite avec tout le tralala, ils se basent sur la tradition et la jurisprudence, ils n ont pas vu l utilité d en rédiger une.

      Supprimer
    4. Le Coq Français12 janvier 2023 à 23:00

      Le multilinguisme nous y sommes confrontés tout les jours. Par exemple, aujourd'hui, je traverse mon centre commercial, je n'ai pas entendu un mot de français... Cela ne parlait qu'en arabe, maghrébin, kabyle, etc, etc, ...
      Vous allez me dire que j'exagère, mais non, c'est la strict réalité. Nous enregistrons une dilution culturelle hyper-violente en France que je considère comme critique et qui me font réfléchir à un déménagement vers un pays d'Europe ou je considère que la proximité culturelle est supérieure à celle de la France actuelle.

      Supprimer
    5. Demenagez et bon debarras... Au fait quel est ce pays européen ? Le pays de Candy?
      Fritz

      Supprimer
    6. Le Coq Français12 janvier 2023 à 23:20

      @Fritz befiehl wir folgen dir !!! :-) :-) :-)

      Supprimer
    7. j entends. Et je vais vous répondre. Je vis dans un village ou le seul arabe est un mec tout gentil qui aime bien la musique mais n en joue pas... du coup il porte fierement la banniere de la fanfare catholique du village^^ Et je travailles dans un hopital bruxellois, ave 87 nationalités. Votre ennemi, c est le pré-supposé. J ai eu de violentes discussions aprés les attentats de bruxelles avec des collegues nettoyeurs, cuisiniers, infirmiers etc.. Mais je dis bien discussions. Et il étaient souvent étonnés, parceque généralement ils rencontrent le silence. Ce silence qui empêche le dialogue, en gros le manque de couilles. J ai engueulé 3 gamins dans le métro le soir de l attentat de charlie hebdo, 2 garcons de 15-16 ans et une fille, ils rigolaient en regardant la vidéo ou ce pauvre policier se fait abbatre sur un trottoir. Je pese 48kg... Vous croyez qu ils m ont déglingué? Non. La jeune fille a regardé les 2 gars d un air de dire " il a pas tort". Je leur disais " ce mec a peut être des enfants, et vous riez en regardant son execution??". Et dans ce métro, ben y avait que moi, les gens détournaient le regard.
      Oui, j ai dit et je le redirait, a des collegues musulmans que musulman c est pas une nation et que si des petits cons belges avaient pas été violer des gamines en syrie et jouer a call of duty avec une kalash dans un pays qui est pas le leur, on aurait ptet pas du envoyer nos f16. Et que la premiere intervention étrangere dans ce pays était celle des irakiens et des volontaires étrangers, pas nos armées. Et oui, je dis aux cathos que si leurs prêtres tenaient leur zgeg dans leur slip quand ils voient un enfant de choeur, ils seraient plus crédibles. Et oui j admet que si on arretais de vouloir un portable tout les 6 mois il est probable que la guerre des grands lacs (23 000 000 de victimes) se terminerait.
      Et j ai jamais recu de pain dans la gueule...Mais j avoue, je suis inconscient... d apres l extrême droite... Tout le monde sait que j ai jamais fait de tort a personne, du moins intentionellement, et que si j ai quelqu un qui parle arabe, araméen, chinois peu importe, je vais esayer de le soigner au mieux. Mais c est pas une raison pour pas oser donner mon point de vue. Essayer l option avec des couilles... Vous verrez, le dialogue est possible.

      Supprimer
    8. Je ne veux pas avoir l'air d'un mauvais esprit, mais la situation linguistique en Ukraine est tout de même assez différente de la Belgique. quelques rappels:
      Le russe et l'ukrainien sont deux langues slaves. Elles se ressemblent mais sont différentes. Un peu comme le néerlandais et l'allemand.
      En Ukraine 95% des habitants sont russophones (parlent ou comprennent le russe) et 95 % sont ukrainophones (parlent ou comprennent l'ukrainien). Le président Zelensky qui est bilingue (il a joué dans des films russes et s'est adressé en russe aux Russes dans une interview donnée aux médias russes d'opposition) est un bon exemple de ses compatriotes.
      Depuis l'indépendance (1991), il n'y a qu'une langue officielle, l'ukrainien, sans que cela ait vraiment posé des problèmes.
      Dans la pratique, les deux langues cohabitaient et cohabitent encore. Il suffit d'avoir mis les pieds dans une librairie, vu un kiosque de journaux, ou regarder les médias ukrainiens pour s'en rendre compte. (vous pouvez aller faire un tour sur Ukrainska pravda par exemple https://www.pravda.com.ua/eng/)
      Depuis l'agression de la Russie en 2014, et encore plus en 2022, le russe recule. Normal des gens qui parlaient russe avant le rejettent désormais. Mais le russe est loin d'avoir disparu. Et sa disparition paraît très problématique. Sa connaissance est d'ailleurs très utile au renseignement ukrainien.
      La fédéralisation est peut-être une bonne solution en Belgique, mais en Ukraine on ne voit pas très bien comment elle pourrait être mise en oeuvre. Elle ne mettrait pas fin à l'invasion russe.
      La fédéralisation était une vieille tarte à la crème de la propagande russe: on donne un statut aux deux entités de Luhansk et Donetsk, contrôlée en fait par le Kremlin, lesquelles ont un droit de veto sur la politique du pays. C'était le piège contenu dans les deux accords de Minsk. Aujourd'hui cela n'a plus aucun intérêt, puisque la Russie a "annexé" les deux régions administratives.
      Les discours sur la nécessaire fédéralisation chez nous émanent des habituels supplétifs du Kremlin et des idiots utiles.
      Pardonnez-moi d'avoir été un peu long, mais il fallait donner ces précisions pour les lecteurs peu au courant.
      Powstanec

      Supprimer
    9. @powastanec Je ne dis pas que la fédéralisation de l Ukraine est la solution. C est a l Ukraine de trouver son modus vivendi, et à elle seule. Pas à la russie. Si les Ukrainiens trouvent un modele qui leur convient, parfait. Et je pense qu ils en sont tout à fait capable, pourpeu qu on leur fiche la paix et qu on leur laisse le temps.

      Supprimer
    10. Merci pour ce chouette post jph, évitement ou confrontation, l'un fait stagner, l'autre progresser.... on se confronte surtout à soi meme et à nos peurs quand on ose communiquer avec l'autre.
      Pour revenir au sujet du blog, je ne sais pas à quel degré une grande partie des russes est dans un déni et un évitement total de la conscience de leur situation.
      On peut lire de très bonnes analyses comme celles d'Anna Colin Lebedev, mais au final, on en revient à cette capacité à se confronter à la réalité, pour un individu comme pour un groupe.

      Supprimer
  31. Les ukrainiens défendent la route à l’ouest de Soledar
    https://twitter.com/WarMonitor3/status/1613630745494589440

    RépondreSupprimer
  32. La forteresse Soledar tombe... Cela dit, Zaluzhnyi a eu raison de retirer les troupes de Soledar, comme à Lysychansk et Severodonetck: pour nous occidentaux, la vie humaine est importante, on n'est pas des ruZZes justement.

    RépondreSupprimer
  33. Wagner veut frapper le France en Afrique... osef.

    Perso j'aimerai bien un affrontement 13dble vs Wagner histoire de les détruire façon puzzle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Coq Français12 janvier 2023 à 22:36

      La 13° DBLE est installé dans le camp du Larzac depuis 2016 ! Elle a déserté ses bases de l'est africain !

      Supprimer
    2. Oui mais ça reste un symbole Africain. D ailleurs je n' ai jamais compris le jeu de mettre la 13eme dble en Arabie puis en France... Djibouti...

      Supprimer
  34. De ChrisO_wiki sur Wagner partie 1

    1/ L'assaut extrêmement sanglant du groupe Wagner contre Soledar est motivé par le souhait du chef de Wagner Yevgeny Prigozhin de renforcer sa main contre le ministère russe de la Défense dans la direction de la guerre en Ukraine, selon la chaîne VChK-OGPU Telegram. ⬇️Image
    2/ Selon une source (apparemment un initié de Wagner) citée par VChK-OGPU, la compagnie de mercenaires "doit être reconstituée de toute urgence dans la région de 25 à 30 000 personnes (principalement des troupes d'assaut) juste pour compenser les pertes totales. "
    3/ (Notez que cela correspond assez bien aux chiffres des victimes cités par @michaeldweiss et @JimmySecUK dans leur article lié ci-dessous - "les États-Unis estiment que 4 100 ont été tués et 10 000 autres blessés". Les chiffres américains pourraient bien être sous-estimés.)
    news.yahoo.com/russian-mercen…
    4/ La source dit : "Si 50-60 000 personnes sont ajoutées, alors nous pouvons utiliser la même tactique pour dévorer Bakhmut (à condition d'avoir un approvisionnement en munitions)".

    L'approvisionnement en munitions de Wagner a été un problème important récemment, comme le montre la vidéo ci-dessous.

    https://twitter.com/clashreport/status/1607344204484689921?s=20&t=DNPCXgDWDinKBfY96JPYCw

    5/ VChK-OGPU commente : "Maintenant, après Soledar, la question des grandes négociations entre Prigozhin et le ministère de la Défense est inévitable. Et Prigozhin n'avait besoin de Soledar que pour rejouer les anciens arrangements dans cette relation ; il a tout mis sur le la ligne.
    6/ « D'un point de vue purement militaire, la prise de Soledar au prix de pertes d'hommes n'est absolument pas rentable. Soledar est un tel point absolu de concentration de morts au mètre carré.
    7/ "Cependant, Soledar est un prologue militaire pour les négociations entre Prigozhin et le ministère de la Défense. C'est le principal atout des Musiciens [Wagner].
    8/ "Étant donné que l'armée est revenue [Col Gen Aleksandr] Lapin [au commandement], nous pouvons nous attendre à une confrontation directe entre les Musiciens et le ministère de la Défense si les négociations échouent.
    9/ "Prigozhin montre qu'il est prêt à faire les choses 'sinon dans le bon sens, du moins dans le bon sens'."

    RépondreSupprimer
  35. De ChrisO_wiki sur Wagner partie 2
    Selon la source de VChK-OGPU, "Prigozhin a personnellement donné l'ordre de s'empiler avec tout ce qu'ils avaient.
    10/ "Et ici, il faut honnêtement comprendre : il n'y a pas de contes de fées, lorsqu'ils prennent d'assaut une zone bien fortifiée, les attaquants subiront toujours des pertes plus importantes. Soledar est une forteresse solide avec des communications souterraines, qui a été percée par des groupes d'assaut .
    11/ "L'armée considérait cet assaut comme une tâche totalement impossible, donc pour Prigozhin personnellement, c'était considéré comme une question de principe. Par conséquent, le nombre total de victimes était très élevé.
    12/ Entre eux, [les membres de Wagner] discutent de la phrase de Prigozhin selon laquelle Soledar "mange récemment plus de personnes par jour que sur l'ensemble du front des musiciens en une semaine", mais ne prenez pas cela comme des mathématiques précises, Prigozhin aime les tournures de phrase artistiques ."
    13/ L'armée russe ne s'est pas directement jointe à l'assaut contre Soledar. VChK-OGPU caractérise son rôle comme "s'asseoir quelque part loin et en quelque sorte" ne pas les laisser se retirer ". Il commente :
    14/ "La situation est telle que même un grand complexe peut facilement être perdu. Wagner ne travaille qu'en petits groupes, et les militaires, avec une telle approche, dissoudraient toute coordination."
    15/ Cela reflète vraisemblablement le manque de communication, de coordination et de leadership qui a tourmenté les forces régulières russes pendant la guerre en Ukraine. La coordination serait un tel problème que Wagner a dû agir pour empêcher l'armée de tirer sans discernement sur ses positions.
    16/ VChK-OGPU rapporte que "des négociations entre Prigozhin et le ministère de la Défense eux-mêmes auront lieu à la fin de toute l'opération Soledar.
    17/ "Ce que Wagner craint : que l'armée fasse pression pour que les Musiciens passent immédiatement à un assaut similaire à grande échelle contre Bakhmut. Mais Prigozhin ne doit pas tomber dans le piège, car il n'y a tout simplement pas assez de monde physiquement.
    18/ "Ils ont déjà déployé tout ce qu'ils peuvent de partout, le super-réapprovisionnement de prisonniers a été utilisé jusqu'au sol."
    19/ "Ce qu'on attend des Musiciens : qu'ils reçoivent désormais un approvisionnement renforcé en obus et qu'ils lancent une grande mobilisation, afin qu'ils puissent se procurer des refuzniks en quantité suffisante."

    RépondreSupprimer
  36. De ChrisO_wiki sur Wagner partie 3
    20/ La référence aux refuzniks est probablement liée à des rapports antérieurs selon lesquels Wagner vise à mobiliser de force des soldats russes qui refusent de se battre dans des bataillons pénitentiaires de type Seconde Guerre mondiale, pour être utilisés comme chair à canon.

    https://twitter.com/ChrisO_wiki/status/1612348451659960321

    21/ Le recrutement dans les prisons est maintenant beaucoup plus difficile pour Wagner, en raison des nouvelles des pertes massives en Ukraine qui reviennent aux colonies pénitentiaires en Russie. Une source raconte à VChK-OGPU que "le flux de 'nouveaux arrivants' dans les entreprises militaires privées s'est considérablement réduit.
    22/ "Ceux qui étaient prêts à partir tout de suite ont presque tous été enlevés. Et maintenant, on parle constamment dans les prisons des PMC comme étant de la 'viande pure et des pertes totales'."/end

    Sources :
    🔹 t.me/vchkogpu/ 35832
    🔹 t.me/vchkogpu/35879
    🔹 t.me/vchkogpu/35880
    threadreaderapp.com/thread/1613474…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci cette mise en perspective est très enrichissante
      Fritz

      Supprimer
  37. Un point de vue toujours intéressant @Tatarigami_UA:

    " Malgré les rapports continus des groupes OSINT, des chercheurs et même des officiels, sur la base des informations dont je dispose, je ne peux pas confirmer que les Russes ont des problèmes logistiques critiques.

    Voici quelques points majeurs :
    1. Oui, les Russes connaissent des pénuries occasionnelles de certains types de munitions, mais dans l'ensemble, nous continuons d'observer des efforts significatifs pour organiser la logistique et déplacer des quantités énormes de fournitures à travers toute la Russie.

    2. Les itinéraires logistiques russes ont été perturbés de manière significative à plusieurs reprises, ce qui les a obligés à modifier leurs méthodes de livraison et de transport des fournitures. Cela rend la livraison plus difficile, mais aussi plus sûre pour eux.

    3. Parce que leurs routes logistiques ont été perturbées, les gens ont supposé à tort que les Russes sont à court de munitions. C'est faux et factuellement incorrect.

    4. Nous continuons à observer des préparations massives d'unités mobilisées, des formations de nouveaux régiments, et d'autres unités organisationnelles. Contrairement à la mobilisation initiale, cette fois-ci, ils font plus d'efforts pour préparer et approvisionner les unités.

    5. La Russie poursuit la constitution d'unités mettant l'accent sur les capacités offensives, composées principalement d'unités mobilisées mélangées à des unités en rotation."

    https://twitter.com/Tatarigami_UA/status/1613611530464919560

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. " Malgré les rapports continus des groupes OSINT, des chercheurs et même des officiels, sur la base des informations dont je dispose, je ne peux pas confirmer que les Russes ont des problèmes logistiques critiques. <:em>
      Donc il conteste les nalayses de" l'Osint , des chercheurs et même des officiels" mais ne donne aucune source des informations dont il dispose.

      Aucune base factuelle -> poubelle

      Analyse très contestée dans les réponses faites dans le tweet, particulièrement celle-ci :

      https://www-n--tv-de.translate.goog/wirtschaft/Fuer-Russland-geht-es-in-Richtung-Sowjetunion-article23840110.html?_x_tr_sl=auto&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr

      Sinon article de CNN confirmant la baisse de 75% des bombardements russes

      Russian artillery fire down nearly 75%, US officials say, in latest sign of struggles for Moscow
      https://edition.cnn.com/2023/01/10/politics/russian-artillery-fire-down-75-percent-ukraine/index.html

      Supprimer
    2. Sur le Live du Monde (page d'hier)
      https://www.lemonde.fr/international/live/2023/01/13/guerre-en-ukraine-en-direct-quelques-centaines-de-civils-sont-toujours-a-soledar-ou-se-deroulent-des-combats-acharnes_6157533_3210.html
      => à 20h 18 : à la fin de la réponse : article en 2 parties sur les munitions russes et les stocks
      => à 19 h 14 : au début, la production des munitions USA, et à la fin 3 autres articles
      (pas eu le temps de lire, mais sujets intéressants)

      Supprimer
    3. @ Intermittent,
      Apparemment vous avez mal lu...
      1) il dit qu'il y a pénurie de munitions coté russe.
      2) son fil est principalement axé sur la logistique de transport, la réorganisation de la mobilisation et la création de nouvelles unités au sein de l'armée russe.
      3) - ni vous, ni moi, ni CNN, ni votre économiste militaire suisse ne connait exactement le stock d'obus des russes, ni leur capacité à en produire.

      Supprimer
  38. Le fond de la pensée des citoyens de Moscou...

    https://youtu.be/BFJRlJBC4cM

    Fritz

    RépondreSupprimer
  39. Intéressantes fictions.

    Il manque pourtant un scenario.
    La Russie grâce à son réservoir de mobilisables, sa BITD, sa puissance de feu superieure et le soutien sans faille de sa population détruit l'armée ukrainienne et récupère ses territoires historiques, données à l'Ukraine en 1922 par la brute communiste Lénine et ou la population lui est globalement favorable, nouvelle frontière sur le Dniepr et oblasts de la façade maritime.
    Et n'ayant plus en face d'elle que l'Ukraine restante c'est a dire l'Ukraine pauvre, ruinée et dépeuplée.
    ( Bonne chance à la soi-disant guérilla dans les oblasts en particulier ceux de Lugansk et Donetsk )
    Jomini


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. sa puissance de feu superieure et le soutien sans faille de sa population détruit l'armée ukrainienne et récupère ses territoires historiques,

      Dans tes rêves de facho .... le croisement des puissances militaires a déjà eu lieu en aout. Ca ne pourra que s'aggraver en même temps que la crise économique en Russie.

      "l'Ukraine pauvre, ruinée et dépeuplée." Grossière erreur, l'Ukraisne soutenue par l'Ue se reconstruira et la Russie continuera à s'enfoncer dans la nuit du Poutinisme, ce nouveau stalinisme.

      Supprimer
    2. Facho des le 6eme mot, ça commence fort !
      Croisement de puissances militaire en Aout ?
      Des preuves a avancer ?
      Crise économique russe ? PIB - 3.5 %, une mini crise...( mais vous faites probablement partie de la secte du grand maître économiste Le Maire ).
      L'Ukraine se reconstruira ?
      Sans agriculture et sans industrie, cela ne va pas être simple.

      Votre pseudo " Intermittent " fait référence a l'activité de votre cerveau je suppose ?



      Supprimer
  40. J'ai beau lire et relire votre article, mon Colonel, aucune des options ne me convient. La seconde, la Russie qui se requinque pour prendre la main, je n'y crois pas. Mais la 1e et la 3e, j'ai du mal à me les imaginer réelles - même si je comprends très bien les mécanismes que vous avez démonté et suivi... Alors j'ai inventé une autre issue : depuis le début, l'Ukraine et la Russie nous ont surpris. L'Ukraine en résistant face à la 2e armée du monde, le pays entier s'unissant avec son président et son armée qui se révélait de taille à faire face. Et la Russie a surpris dans l'autre sens, en agressant l'Ukraine et en enchaînant échec sur échec malgré la taille du pays, de son armée, de la logistique attendue... Jamais on n'aurait pensé il y a un an, que Poutine aurait pu réunir autant de monde ensemble contre lui, et aussi vite.
    Donc, mon autre solution, c'est qu'il n'y a pas encore tous les ingrédients en place pour la prévoir.
    L'économie peut réserver des surprises... Une épidémie nous a bien pris par surprise depuis 2020. Il y a quelques jours il y a eu une éruption solaire de classe X (= méga éruption) au point que le magnétisme a été touché, le pôle nord a bougé et tout est très vite revenu à la normale (en quelques minutes je suppose). Ce n'était pas prévu...
    Ces exemples pour dire que l'Ukraine nous a surpris par son inventivité, et sa réactivité : de quoi demain sera fait, je ne sais mais eux sont sur cet élan, une nation jeune, avec force et détermination, ils tiennent. En face, il y a la Russie ou plutôt Poutine prêt à tout pour garder le pouvoir, mais ce n'est une seule entité que si son pouvoir est assez fort. S'il faiblit, ce seront de multiples factions... Bigre, je retombe sur la solution 1...
    Bon, j'abandonne pour ce soir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme le colonel s'est quand meme régulièrement un peu planté, ces 3 scénarios me vont, il se passera autre chose.
      Signe ou pas, mais j'ai du relire plusieurs fois, et je suis pas arrivé vraiment à les imprimer...

      Supprimer
    2. L'état de l'économie russe sera un élément important de cette équation, non évoqué, c'est le nerf de la guerre.
      Si en plus de morts ou blessés graves par centaine de milliers, les Russes sombrent dans la pauvreté, ca fera beaucoup à avaler pour la population ...

      Supprimer
  41. La population favorable !? quand vous virez une population pour ne garder que ceux qui ont été mis par le pouvoir soviétique pour travailler dans les mines et les industries et faite venir des populations du fin fond de la Russie pour occuper l'espace vide. On peut dire ça. Nombre d'Ukrainiens en exil dans leur propre pays depuis invasion russe, environ 1,5 millions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un petit exemple personnel et concret de ce que vous dites:
      la famille de ma compagne est russe, et est arrivée en Ukraine, dans le Dombass, dans les années 70, pour prendre la direction d'une usine locale (c'était des purs apparatchiks privilégiés du régime).
      Elle est née dans les années 80, dans un monde communiste, et se souvient encore de l'embrigadement de ses jeunes années dans les pionniers et autres organisations paramilitaires soviétiques.
      Puis vint l'indépendance de l'Ukraine, la marche vers l'ouverture mondiale et la modernité.
      Ma compagne a voyagé, découvert l'Europe, son mode de vie, la démocratie etc..
      Elle ne parle pas ukrainien, elle est donc une pure russophone du Dombass, d'origine russe de surcroit.
      Cela ne l'a jamais empêchée d'être pro-européenne, pro-Maidan, anti-Poutine, et elle a quittée Donetsk fin 2014 après le coup d'état des séparatistes et l'invasion des miliciens ruSSes, comme beaucoup de ses amie(s) de sa génération, qui ont émigrés en Ukraine de l'Ouest ou dans d'autres pays (7 ou 8 différents !).
      Ses parents, par contre, nés en Russie, et âgés de plus de 60 ans, sont pro-ruSSes.
      Cette famille illustre à elle seule la complexité de la situation dans le Dombass. Globalement, les "jeunes" (nés après 1975-80) sont Ukrainiens / pro-occident, les générations d'avant sont pro-ruSSes.
      C'est en tout cas la réalité que j'ai découvert bien avant février 2022.

      Supprimer
    2. Merci pour ce témoignage Brennos,
      Peu de française savent que plus d'1,5 million d'Ukrainiens ont été déplacés après l'invasion russe en 2014.
      Qu'il y ait eu une guerre larvée entre l'Ukraine et les milices épaulées par le kremlin qui les ont fait fuir se comprend facilement.
      On est à des km des pauvres russes martyrisés par les Ukrainiens !
      https://www.lexpress.fr/monde/ukraine-pour-les-deplaces-du-donbass-une-crise-sans-fin_2167932.html
      Après je te rejoins sur le fait que la situation est complexe et vécu différemment en fonction des gens.
      D'ailleurs Zelenski dont un grand-père, était un héros de la grande guerre patriotique, est un pur russophone, qui a appris l'ukrainien sur le tard !

      Supprimer
    3. D'accord 1000 fois avec Brennos. Moi j'ai aussi des attaches avec la Russie et l'Ukraine. Les choses ne sont pas binaires, c'est bien plus compliqué que ça. Les membres de mêmes familles se déchirent autour de ce conflit, et, il est vrai, la question générationnelle est globalement respectée. Les histoires personnelles, mêlées à l'histoire familiale complètent une partialité qui ne s'explique pas toujours, et qui varient d'une personne à l'autre ayant la même origine ou étant issue du même milieu.

      Supprimer
  42. La Suisse bloque l'approvisionnement de l'Ukraine en provenance d'Espagne. La ministre de la Défense, Margarita Robles, a déclaré que la Suisse n'autorise pas certaines livraisons, qui nécessitent une garantie du pays producteur pour la réexportation. "La guerre montre que nous vivons dans une situation d'insécurité absolue."
    La Suisse dans toute sa spendeur, refusant le réexportation d'armes mais autorisant l'importation des Russes pourvu qu'ils soient plein de pognon ....
    Après l'or des Nazis, l'or des Russes ...
    Quatre-vingt-cinq pour cent de l'or nazi exporté d'Allemagne aurait transité par la Suisse afin d'être blanchi. C'est ce qu'affirme un rapport commandité par le Congrès juif mondial publié hier. Le rapport rédigé par un ancien de la CIA et du Trésor, l'économiste Sydney Zabludoff, affirme que les nazis ont fait transiter par les banques helvétiques plus d'or que les Suisses ne l'ont reconnu jusqu'ici. Sur les 8,5 milliards de dollars en or, au cours actuel, pillé aux banques centrales des pays occupés et aux juifs d'Europe, 5,2 milliards auraient été «lavés» en Suisse.

    RépondreSupprimer
  43. 🔥Kadirov's Chechen troop commander Zamid Chalaev, was captured alive near #Bakhmut by the 🇺🇦SSO forces
    https://twitter.com/Azovsouth/status/1613297738493624320

    Une bonne nouvelle, j'espère qu'il croupira longtemps en prison, ce copain de Khadyrov décoré par Poutine.
    Comment ! il n'a pas combattu jusqu'à la mort ?

    Commander loyal to Vladimir Putin's Chechen warlord boasts he enjoys killing Ukrainians
    Police colonel Zamid Chalaev, 40, has been awarded the Hero of Russia award by President Vladimir Putin despite multiple allegations of human rights abuses

    https://www.mirror.co.uk/news/world-news/commander-loyal-vladimir-putins-chechen-27101291

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le style de barbu que poulet avarié apprécie !
      https://pbs.twimg.com/media/FmOVvdYXEAY6Ew7?format=jpg&name=small

      Supprimer
  44. RFU Jour 323 : 12 janvier Les combats les plus intenses continuent d'avoir lieu à Soledar. Aujourd'hui, la ligne de front ici s'est égalisée et les Ukrainiens ont établi leur prochaine ligne de défense le long des voies ferrées. Cette nouvelle ligne de défense tire parti de la géographie locale et crée une série d'obstacles naturels qui devraient ralentir le rythme de l'avancée russe. Néanmoins, cette ligne de défense n'est pas parfaite, et voici pourquoi. La dernière fois, je vous ai dit que les Ukrainiens se sont retirés de la partie centrale de Soledar vers l'ouest afin d'échapper à l'encerclement imminent. L'encerclement était imminent car après la chute de Yakovlivka, les Russes gagnèrent l'accès aux hauteurs locales et, malgré les efforts des Ukrainiens, l'étendirent progressivement autour de Soledar. Je vous ai également dit que je ne m'attendais pas à ce que les Ukrainiens tiennent trop longtemps la deuxième zone de mine de sel parce qu'il est très difficile d'y livrer des fournitures, car de nombreux tronçons des routes menant à cette zone industrielle sont sous contrôle des  Russes. Aujourd'hui, les Ukrainiens se sont retirés dans la troisième zone de la mine de sel, ce qui appuie mon analyse. La preuve de la poursuite de la retraite a servi une séquence postée par les forces de Wagner où ils ont marché dans les rues légèrement au nord des mines de sel. La principale ligne de défense ukrainienne passe actuellement par la station  et la troisième mine de sel. La concentration des forces ukrainiennes au nord de Soledar a augmenté. En plus d'occuper les deux dernières positions à Soledar, qui sont la mine de sel et la gare de Sil, les Ukrainiens tentent de construire leur ligne de défense le long des voies ferrées. Il y a des avantages et des inconvénients à tenir cette ligne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'une part, les Ukrainiens empêchent la ligne de front de s'effondrer, ce qui signifie que les Russes doivent encore se battre pour chaque position défensive, et rien n'est donné gratuitement. Les Ukrainiens ont établi leurs positions le long du remblai du chemin de fer, et les remblais se sont avérés être un obstacle important dans cette guerre. Les constructions ne sont pas non plus trop dispersées, ce qui permet d'avoir plus de positions couvertes et de petits entrepôts de munitions et de fournitures. D'autre part, les Russes contrôlent toujours les hauteurs, ce qui leur permet d'avoir de nombreuses routes de ravitaillement sous contrôle de tir. En général, cette ligne de défense constitue un grand obstacle sur le plan technique, bien qu'elle n'offre aucun avantage significatif sur le plan tactique. Désormais, les Russes se préparent à attaquer Krasna Hora et Parakoviivka. Ils se seraient approchés assez près de ces zones, leur permettant d'établir un contrôle direct des tirs sur certains segments des routes d'approvisionnement importantes. Certaines sources disent que les Russes ont déployé leurs forces aéroportées pour ces tâches spécifiques, pas les Wagner. Auparavant, les Russes n'étaient pas en mesure d'avancer sur Krasna Hora depuis l'est, c'est pourquoi ils se concentraient davantage sur Pidhorodne, mais maintenant, avec Pidhorodne sous leur contrôle, les Russes ont lancé plusieurs groupes de reconnaissance au sud de Krasna Hora. Dans l'ensemble, la bataille pour Soledar est presque terminée. Les Ukrainiens se sont progressivement retirés vers la ligne de défense suivante et n'ont pas permis à la ligne de front de s'effondrer. Les forces russes continueront probablement à prendre d'assaut la station Sil et la mine de sel avec la même intensité, mais probablement pas pendant trop longtemps, car ces positions sont assez éloignées de la ville et ne permettent pas l'avancement bloc par bloc tout en étant à l'abri des bâtiments environnants . Espérons que nous verrons une stabilisation de la ligne de front dans les prochains jours. https://youtu.be/2jqZtEUh1vY

      Supprimer
  45. Elle est forte l'armée russe !

    « Le porte-parole du ministère russe 🇷🇺 de la Défense, Igor 🤡Konashenkov, a déclaré que la Russie avait déjà détruit 4 véhicules de combat 🇺🇸 Bradley en Ukraine 🇺🇦. Ce qui est en effet remarquable dans la mesure où aucun n'a encore été livré » 👊🏻 Gal Yakovleff

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aïe aïe aïe oh non ! On est foutus, ils ont découvert la machine à voyager dans le temps.
      Je pense qu'ils vont détruire dans les jours qui viennent une batterie de Patriot et peut-être même quelques Leopards 2 non-donnés à l'insu du plein gré de Scholtz !

      Supprimer
    2. Pas de trace des Bradleys dans la liste oryx en tous les cas à l’heure de mon post, j’ai vérifié. C’est dingue, ce site, cette liste. Le César dedans fait mal au coeur, les 7 VAB moins, à condition qu’ils aient été vides. Des M113, des transports, mais pas de Bradleys. Pourtant s’il y en avait de détruits, ce serait documenté à fond. Après je ne sais pas pour les livraisons, si elles ont commencées où pas encore.
      Je suis le seul à vérifier les photos? Sur Oryx? Pas toutes bien sûr mais par petites séries.
      Et pour le plaisir : Slava Ukraini

      Supprimer
    3. PeF : si Oryx ne recense pas les Bradleys c'est simplement qu'ils ne sont pas encore arrivés en Ukraine ! Absence = pas de photos ou vidéos prouvant leur destruction donc pas d'inscription dans l'inventaire des 8000 véhicules russes perdus :)

      Supprimer
    4. Z'avez rien compris : il faut toujours être en avance sur le plan quinquennal !

      Supprimer
  46. Pour les poutinistes qui s'ennivrent encore d'un "Monde russe" étendu à l'Ukraine, méditer cet extrait de la série ukrainienne humoristique "Serviteur du Peuple", saison 1, 23e épisode (le dernier de la saison). C'est un dialogue entre le Président en exercice de l'Ukraine (ici joué par Volodimir Zelenski, alors humoriste) et un Tsar de Russie médiéval lui apparaissant en esprit. Au début, il s'agit de combattre la corruption. Traduction en sous-titre de la version française diffusée par ARTE.

    Président : Nous, on essaiera de résoudre tout démocratiquement. Les scandinaves ont réussi. Ce sont vos ancêtres, à propos. Vaincre la corruption légalement.
    Tsar : Mais tu es fou ! Nos hommes sont différents, ils sont sauvages. Nos gens n’apprécient pas la bonté. Alors si une main vole, coupe-la !
    Président : Je vais pas le faire. Vous savez, ce n’est pas un problème de mains. Le problème est dans nos têtes.
    Tsar : Coupe-leur la tête alors ! C’est la tradition d’antan chez nous. Suis-la. Tu es un tsar russe.
    Président : Toujours la même rengaine. Je ne suis pas un tsar.
    Tsar : Alors qui es-tu ?
    Président : Je suis le Président de l’Ukraine.
    Tsar : De l’Ukraine ? T’es un Prince de Kiev.
    Président : Si çà vous convient, oui.
    Tsar : Comment çà va les frères ? Toujours sous le joug des Polonais et des Lituaniens ? Soyez patients mes chers. On va vous libérer.
    Président : Non, merci, il faut pas.
    Tsar : Comment ça ?
    Président : On va en Europe.
    Tsar : Comment ça, en Europe ?
    Président : Bah oui.
    Tsar : Mais on est des Slaves. Nous avons le même sang.
    Président : Ne recommencez pas avec le sang. Vous choisissez votre chemin, et nous, le nôtre. On se reverra dans 300 ans et on en parlera.
    Tsar : Quel autre chemin ?
    Président : Le nôtre. Un chemin différent.
    Tsar : C’est quoi, ce chemin ?
    Président : C’est le chemin à nous ! Différent du vôtre.
    Tsar : Mais lequel ? Nous avons le même chemin !
    Président : La même rengaine. Vous avez le vôtre, et nous…
    Tsar : Quoi ?
    Là s’interrompt le dialogue en esprit.

    La série fit un carton d'audience en 2015, et 4 ans plus tard, Volodimir Zelenski est élu largement Président de l'Ukraine. En 2022, l'agression poutinienne prouve la volonté ukrainienne d'un chemin autonome.

    Fabrice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Visionnaire...!

      Supprimer
    2. Merci! La série est géniale. Et on peut affirmer que Zélensky sait très bien, vu les dialogues, ce qu’il affronte en essayant de libérer le pays de la corruption!
      Soit dit en passant l’humour Ukrainien de la série est savoureux.
      Je ne retrouve pas deux liens, le monde ou Le Figaro, parlant de destitution d’un gars, très corrompu, en profitant des réorganisations liées à la guerre, et pareil, un organisme de je ne sais plus quoi, identifié comme lieu de pouvoir très corrompu, fermé.
      Bon je sais, affirmer sans source se réfute sans source. Mais je vais essayer de retrouver les articles promis!

      Supprimer
    3. Un épisode se moquait de la piètre maîtrise de la langue ukrainienne par l'équipe présidentielle, incluant le Président incarné par Volodimir Zelenski. Une réalité initialement pour Zelenski, de langue maternelle russe.

      Fabrice

      Supprimer
  47. Bonsoir, j’ai une question, pour les connaisseurs, où les petits futés. Que risquerait-on à frapper en Afrique les musiciens Wagner qui nous fatiguent? En invoquant une menace plus ou moins réelle, mais juste histoire de montrer les dents autrement qu’avec des opérations de contre-offensive en communication.
    C’est une supposition, pas un appel à la guerre. Détruire là-bas quelques-uns de leurs hélicos, ce serait cool. Quel en serait le prix?
    Vous noterez l’effort pour coller au post du colonel, en anticipant des scénarii!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi aller s'occuper de Wagner en Afrique ? Il me semble que c'est le problème des pays africains pas le notre.
      On pourrait pas pour une fois arrêter de sonner du clairon et utiliser un de nos grands atouts : notre soft power français. Mais bien évidemment la Francophonie tout le monde en France s'en fout !

      Supprimer
    2. Notre hôte avait proposé la création et l'utilisation de "groupes privés" pour "soulager" nos forces armées et intervenir la ou elles n'avaient pas d'intérêts à le faire.

      Donner u petit coup de pouce à un gouvernement ami, contrer des tentatives de déstabilisation, soutenir un parti démocratique....

      Supprimer
    3. Si la France le fait avec son armée, on se brouille franchement avec les pays d'Afrique qui comprendront qu'ils ne sont pas libres de choisir leurs partenaires commerciaux puisque Wagner est une société privée de défense... et que ce statu a probablement été choisi pour maximiser le risque d'embrouilles diplomatiques. Donc en effet, il faudrait répondre à cette milice par une milice...

      Supprimer
  48. L'immanence de l'impérialisme russe illustrée par cette intervention du Doyen de l'Institut des Relations Internationales de Moscou sur une chaîne publique russe, à l'émission-débat de Soloviev, cf. https://www.youtube.com/watch?v=Hp_is4IbNxk

    Déclare entre autres : "C'est notre pays, notre zone d'intérêt stratégique. Tout ce qui a été territoire de l'Empire Tsariste, et ensuite partie de l'URSS, appartient à la zone d'intérêt stratégique de la Russie. (...) C'est notre territoire." N'est pas précisé le statut des territoires associés au Bloc Soviétique...

    Pour rappel, l'Empire tsariste incluait entre autres le Grand-Duché de Finlande, le Royaume de Pologne, tout le Caucase et toute l'Asie Centrale. Pas sûr que la Chine soit ravie car l'Empire Tsariste incluait la Mandchourie chinoise (jusqu'à 1905), une petite partie du Xinjiang, tout en prenant ses aises au Tibet. L'Iran pourrait aussi se souvenir du simili protectorat tsariste de la moitié nord de l'Empire Perse, allant jusqu'à utiliser le nord-ouest pour livrer bataille à l'Empire Ottoman pendant la Campagne du Caucase de 1914 à 1917.

    Fabrice

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A noter que l'étudiant Volodimir Zelenski avait candidaté sans succès à l'Institut des Relations Internationales de Moscou, et avait dû se rabattre sur des études de droit.

      Fabrice

      Supprimer
    2. @ FabGreg. On peut ajouter l'Alaska, vendue par le tsar aux USA en 1867 ( Alaska qui a déjà répondu, suite à une intervention d'un illuminé de la Douma a ce sujet, que les russes seraient bien accueillis) voire penser à la Californie où les russes ont été présents pendant 30 ans début 19 ème siècle.
      De pus en plus à l'ouest, ces russes.
      Ok, je sors.
      Laure H

      Supprimer
  49. Bonjour,
    Je continue à vous suivre, c'est indispensable.
    Cependant ce billet est un rien confus, entre les scénarios 1, 2, 3, ..., entremêlés avec des sous scénarios 1 et 2.
    Je me limite ici à un point de détail, mais aussi important que l'os d'un talon archéologique dont les paléontologues peuvent tirer de nombreux enseignements absolument certains.
    Quand vous écrivez "état de guerre permanent des sociétés pendant de longues années. À l’instar d’Israël, cela n’empêche pas la démocratie", là cher monsieur Goya vous devriez revoir un peu vos infos et votre logiciel. Israël n'est pas une démocratie, et "la" démocratie c'est à revoir.
    Je suppose que vous avez un rien de connaissance des discours foireux en temps de guerre, chez les fous et débiles et tueurs comme Poutine ou Hitler, c'est facile, mais aussi dans notre camp du bien et du progrès. Il y a ce petit livre belge de l'universitaire bruxelloise Anne Morelli, "Principes élémentaires de propagande de guerre : Utilisables en cas de guerre froide, chaude ou tiède", https://www.babelio.com/livres/Morelli-Principes-elementaires-de-propagande-de-guerre--U/129846

    RépondreSupprimer
  50. Girkin le criminel,commente et partage sur Telegram une parution sur un blog(?) russe,qui sous-entend,insinue,que Shoîgu pourrait être...

    Girkin Telegram: Je n'ai pas de commentaire... Si j'étais un responsable de la sécurité de l'État, je ne ferais pas de commentaires non plus - il y a des mesures à prendre... sur papa."

    Post Blog:
    Eh bien, raisonnons avec les faits,
    et les faits sont...
    (a) Les Émirats arabes unis sont un pays calme et neutre où les citoyens russes peuvent voyager librement.
    Ksenia Sergeyevna est une citoyenne de la Fédération de Russie et peut donc voyager librement dans les Émirats arabes unis.

    (b) La présence militaire américaine est très forte dans les EAU (deux bases, environ 5 à 6 mille militaires), il y a une puissante ambassade américaine et la principale résidence de la CIA pour le Moyen-Orient.

    (c) Les États-Unis mènent une guerre acharnée contre la Russie, en utilisant les Ukrainiens comme main-d'œuvre, mais sont directement impliqués dans tous les autres domaines.

    (d) Le père de Ksenia Sergeyevna est le ministre russe de la défense, chef d'un grand clan "profond", et Ksenia Sergeyevna elle-même, travaillant dans le système de son père, en sait beaucoup.

    (e) Ainsi, Ksenia Sergeevna est un atout précieux - à la fois comme objet de recrutement et comme (si, par exemple, pour trouver de la drogue) instrument de pression (chantage).

    (f) Même si Ksenia Sergeyevna ne comprend pas cela, son papa,étant lui-même père de deux filles adultes, j'en suis sûr) comprend tout et ne mettrait pas sa fille en danger.

    Conclusion : le père de Ksenia Sergeyevna est sûr qu'il n'y a pas de danger de l'ennemi dans les EAU. Il y a deux explications à ce fait, dont l'une est que le ministre russe de la défense croit en la générosité des Américains, et l'autre est que chacun peut la formuler lui-même ....

    https://t.me/strelkovii/3725
    https://putnik1.livejournal.com/9234355.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec ce type de raisonnement on peut aussi penser que poutine est une taupe de l'OTAN !

      Supprimer
  51. Bonsoir monsieur GOYA,

    Je trouve vos scénarios crédibles.

    "À l’instar d’Israël, cela n’empêche pas la démocratie"
    J'ai pas compris ... Israël est l'état "des juifs" et continue la colonisation. Et avec le nouveau gouvernement, il semble qu'ils comptent redoubler d'efforts dans cette direction.
    Il y a bien un état de droit (mais quel droit ?) et du parlementarisme, mais cela suffit-il à en faire une démocratie ?
    Si on parle de "volonté du peuple" et que celui-ci est colonisateur, alors là oui, je comprends.

    En quoi le colonialisme/impérialisme de la Russie est-il différent de colonialisme d'Israël ?
    Les deux se font d'ailleurs à partir d'une vision de l'histoire plus que douteuse ... même si aujourd'hui, "la sécurité" semble se suffire à elle-même comme raison pour continuer plus avant dans ces politiques coloniales ...

    "Cela implique aussi une remise en ordre de bataille de nos forces armées, de notre industrie de Défense et de nos divers instruments de puissance (c’est-à-dire tout ce qui peut nuire à la Russie ou à toute autre puissance qui nous ennuierait) et arrêter d’affirmer que le dialogue est la solution à tous les problèmes, ou alors on dialogue avec un gros bâton à la main."
    --- > "La France, puissance d'équilibreS !"
    ^^
    Ou, comme vous le disiez sur Twitter :
    "Au passage, si quelqu'un sait ce que veut dire "puissance d'équilibre", à part "pays qui veut jouer un rôle sans s'en donner les moyens", je suis preneur."

    Cordialement,
    Bonne continuation à vous, et au plaisir de vous lire et de vous écouter.

    RépondreSupprimer
  52. Il est absolument désolant de voir un militaire évoquer les impensables que sont 1) l'emploi de l'arme nucléaire 2) une victoire militaire ukrainienne. On laissera donc charitablement de côté ces scénarios-là en plaignant leur auteur.

    Une chose me semble sûre: l'absence future de toute négociation, que ce soit avec l'Ukraine, l'Europe ou les USA. Même les USA, à moins qu'ils ne se désolidarisent de l'OTAN, n'ont rien à dire aux Russes, qui s'acheminent tranquillement vers une situation à la Corée du Nord derrière un glacis assez large pour conforter leur domination sur toute la façade maritime de l'ex Ukraine. C'est maintenant leur but de guerre principal, une fois le Donbass reconquis et l'armée ukrainienne détruite.

    Car on y est presque: les forces humaines ukrainiennes arrivent en bout de course et l'Etat nazi croupion sera bientôt réduit à une zone corrompue en ruines totalement assistée, bien sûr incapable du moindre développement économique. L'Europe devra financer à fonds perdus un réduit dont la natalité va avoir du mal à refaire une armée: faudra-t-il attendre vingt ans pour récupérer de la saignée ? À moins que l'on ne se lance simultanément dans un scénario 4 sans doute inévitable: l'emploi massif de mercenaires plus ou moins terroristes pour maintenir un niveau de violence et de misère justifiant les subventions.

    Une bande de gaza permanente, exactement ce dont se contentent les pays arabes pour maintenir la cohérence de leurs sociétés bloquées, arc boutées sur leurs autoritarismes et leurs corruptions, ce qui exactement ce qui est en train de se passer en Europe. Le reste de votre vie à fantasmer sur la ruine future de l'ennemi judéo-bolchevique, il en faudra des statues de Bandera repeintes en arc en ciel dans toute l'Europe pour alimenter la haine éternelle envers le Russe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. /!\ Allez vous reposer à nouveau. Ça n'a pas l'air de vous faire du bien de vous levez si tôt (ou de vous coucher si tard).
      EC du 35

      Supprimer
    2. /!\ les russes alimentent eux-mêmes la haine contre eux. Ils sont experts pour cela, pas besoin d'aide.

      Supprimer
    3. Après les ethno-nationalistes voici les judéo-bolchéviques. On en apprend des trucs avec vous !! Bon après on ne voit pas tellement la place majeure des Juifs dans l'entourage de Poutine par contre... Vous nous expliquez ?

      Supprimer
    4. Car on y est presque: les forces humaines ukrainiennes arrivent en bout de course et l'Etat nazi croupion sera bientôt réduit à une zone corrompue en ruines totalement assistée, bien sûr incapable du moindre développement économique. L'Europe devra financer à fonds perdus un réduit dont la natalité va avoir du mal à refaire une armée: faudra-t-il attendre vingt ans pour récupérer de la saignée ? À moins que l'on ne se lance simultanément dans un scénario 4 sans doute inévitable: l'emploi massif de mercenaires plus ou moins terroristes pour maintenir un niveau de violence et de misère justifiant les subventions.


      Ce scénario issu de la propagande russe a subi quelques erreurs de traduction, voici la version originale :

      Car on y est presque: les forces humaines russes arrivent en bout de course et l'Etat russe sera bientôt réduit à une zone corrompue totalement assistée, bien sûr incapable du moindre développement économique.

      La natalité russe déjà bien mal en point subira une nouvelle chute due à la perte de jeunes hommes russes en âge de procréer. La conservation du sperme des ces hommes prédit une vague d'insémination artificielle et obligatoire dans la droite ligne des LebensBorn allemands de la dictature nazie.

      L'Europe Financera la reconstruction de l'Ukraine comme cela est déjà prévu et comme cela a été fait pour l'Allemagne à la fin de la deuxième guerre mondiale.
      L'emploi massif de mercenaires issus des prisons russes génére un niveau d'inquiétude important dans la société russe quand ceux-ci (enfin le peu qui reste)reviendront en Russie, amnistié par Poutine (qui n'a pas encore signé le décret).
      Il se pourrait qu'il y ait des "cocus" dans cette histoire ...
      D'autre part, le taux de perte élevé chez ces mercenaires induit une baisse drastique du volontariat issu des prisons russes. L'information circule de plus en plus dans les prisons russes malgré la propagande.
      Mieux vaut taulard que mort
      .

      Supprimer
    5. @ 5:59
      Totalement d’accord avec vous sur ce billet complètement déconnecté de la situation sur le terrain, et l’usage de l’arme nucléaire dont plus personne ne parle (les psyops les meilleures sont les plus courtes). Soit l’auteur du blog est très fatigué, soit il a écrit ce post fin septembre.
      A mon avis, la Russie n’a jamais lâché l’objectif de reprendre Odessa, où la majorité de la population autochtone attend les libérateurs et faire le lien avec la Transnistrie. Faire de l’Ukraine un protectorat polonais enclavé, à la charge d’une UE tombée en déshérence serait la cerise sur le gâteau.

      Supprimer
    6. Les judéo-bolchévique... Ah ça ! C'est bien de connaître Umbertto Eco et d'avoir été un élève assidu de l'université d'insignifiance comparée, mais je ne sais pas si vous avez été mis au courant d'un détail sur cette formation ? A moins que vous n'ayez pas fréquenté le département tétrapilectomie ?

      Supprimer
    7. Le Chasseur de Rashistes13 janvier 2023 à 09:33

      "ennemi judéo-bolchevique", "état nazi croupion"...
      Pas de doute, notre idiot de Troll Aviv est tombé dans le coma en 1944 et s'est réveillé il y a 6 mois...
      C'est la seule explication rationnelle à tant de dérangement mental.

      Supprimer
  53. /!\ la comparaison avec israel (la russie qui veut s etendre) est debile tant les civilisations voisines UK et russie occidentale sont culturellement proches..

    RépondreSupprimer
  54. ISW
    ÉVALUATION DE LA CAMPAGNE OFFENSIVE RUSSE, 12 JANVIER 2023

    • Les forces russes ont probablement capturé Soledar le 11 janvier, mais cette victoire à petite échelle est peu susceptible de présager un encerclement imminent de Bakhmut.
    • Le président russe Vladimir Poutine cherche probablement des boucs émissaires pour la lutte de la base de l'industrie de la défense russe pour relever les défis en matière d'équipement et de technologie, et conserve des attentes irréalistes quant à la capacité de la Russie à remplacer rapidement les pertes.
    • Les services de renseignement ukrainiens ont confirmé que les hauts dirigeants militaires russes se préparent à d'importantes réformes militaires au cours de l'année à venir, bien que l'ISW continue d'évaluer que la Russie aura du mal à mettre en œuvre rapidement, voire pas du tout, les réformes prévues.
    • Les forces russes et ukrainiennes auraient poursuivi leurs opérations offensives le long de la ligne Svatove-Kreminna.
    • Les forces russes ont poursuivi leurs opérations offensives autour de Bakhmut, Avdiivka et à l'ouest de la ville de Donetsk.
    • Les forces russes ont poursuivi leurs opérations défensives sur la rive est (gauche) du fleuve Dnipro.
    • Les responsables russes et les autorités d'occupation se préparent peut-être à la déportation massive de citoyens ukrainiens des territoires occupés vers la Fédération de Russie.
    • Le président du Comité de la Douma d'État sur la défense, Andrei Kartapolov, a annoncé que les bureaux de recrutement militaire russes pourraient augmenter l'âge d'éligibilité à la conscription dès le cycle de conscription de ce printemps.
    • Le commandant en chef des forces terrestres russes, Oleg Salyukov (qui a été nommé l'un des trois «adjoints» du chef d'état-major général Valery Gerasimov en tant que commandant de théâtre en Ukraine), est arrivé en Biélorussie pour prendre le contrôle des exercices de coordination de combat pour le Groupement régional de forces conjoint russo-biélorusse (RGV).

    RépondreSupprimer
  55. Bonjour, merci pour cet excellent article! Que pensez-vous du droit de veto allemand sur les re-exportations d'armes vers l'Ukraine dans le cadre d'une architecture européenne de sécurité? Faut-il déplacer le complexe militaro-industriel hors d'Allemagne, transférer ce veto au niveau du conseil européen, l'abolir? Faux problème?

    RépondreSupprimer
  56. Précisions importantes à apporter sur le compte rendu de l'ISW
    Les opérations d'information russes ont exagéré l'importance de Soledar, qui est au mieux une victoire tactique russe à la Pyrrhus.
    L'ISW continue d'évaluer que la capture de Soledar - une colonie de moins de 5,5 miles carrés - ne permettra pas aux forces russes d'exercer un contrôle sur les lignes de communication terrestres ukrainiennes critiques (GLOC) vers Bakhmut ni de mieux positionner les forces russes pour encercler la ville à court terme. terme.[8]
    Les forces russes ont probablement capturé Soledar après avoir engagé des ressources importantes dans une victoire tactique hautement attritionnelle qui accélérera le point culminant probable des forces russes dégradées près de Bakhmut.[9]

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourtant un commandant de l’armée ukrainienne affirmait hier au Wall Street Journal que les pertes ukrainiennes à Soledar étaient beaucoup plus importantes que celles des Russes. Ne suivez pas l’auteur du blog dans sa fuite en avant - il a un contrat avec BFM TV, pas vous :)

      Supprimer
    2. Les ruSSes sont si fort qu'ils vont détruire la France et qu'ils sont les seuls au monde à avoir un ratio de 3 défenseurs pour un attaquant tué. Vodka pour tous.

      Supprimer
    3. L'ISW relativise les succès russes à Soledar, mais si l'armée russe a perdu beaucoup de ressources là-bas, les Ukrainiens aussi. Ce début d'année me paraît bien maussade et m'inquiète. Pourquoi les pays européens ne se bougent-ils pas plus ? Soit on s'engage à la hauteur des enjeux, soit on ne fait rien. Et combien de temps l'Allemagne va-t-elle encore tergiverser ?

      Supprimer
  57. Les quatre Bradley sont bien décomptés sur le site oryx à l'instant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Suite à votre post je suis allé voir Oryxs : soit vous mentez, soit vous ne savez pas lire.
      J'ai vérifié, ils n'y sont pas - à moins qu'il y ait un site spécial Oryxs pro-russes ?

      Supprimer
    2. Le slip Français13 janvier 2023 à 08:51

      Non Alain c'est l'effet de la vodka au petit-déjeuner : Anonyme13 janvier 2023 à 08:26 n'a pas les yeux en face des trous et comme il n'a pas assez du vodka, il a confondu Bradley et Brandy .

      Supprimer
    3. /!\
      La flotte russe et tous les bateaux de pêche de Sébastopol sont réquisitionnés pour l'évacuation de la Crimée à l'instant.

      Supprimer
    4. Je ne les ai pas trouvé. Il n'y a que des T64M2 Bulat , pas des M2 Bradley: https://www.oryxspioenkop.com/2022/02/attack-on-europe-documenting-ukrainian.html

      Supprimer
  58. Passionnante mise en perspective des enjeux er scenarii : merci pour cet enrichissement de nos réflexions à chaque contribution, mêlant hauteur et recul dans la mesure du possible, alors que nous sommes accrochés par la dureté effroyable des affrontements en cours sur toute la ligne de front, masquant parfois les lignes de force et de fond autorisant ces mises en perspective...
    Car les combats sont effroyables : voir ce reportage à Bakhmut des reporters de France 24 sur le terrain [ https://youtu.be/1jUm07cTETA ] ..........

    RépondreSupprimer
  59. 3 réponses pour les Bradley.
    Je penses pouvoir obtenir plus demain il y a plus d'intervenants.
    En plus ils sont allés vérifier......

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toute information doit être vérifiée.
      Nous sommes pas comme les connards pro-russes qui disent n'importe quoi.
      En plus je suis au boulot, et il n'y a pas grand chose à faire... ça m'occupe !

      Supprimer
    2. /!\
      > En plus ils sont allés vérifier......

      Tout est dit : le troll ne vérifie pas et ne comprend même pas qu'on puisse vérifier. En plus il est assez idiot pour tendre le bâton pour se faire taper dessus.

      Puis faut dire que vérifier requiert au moins 30 secondes, même pas le temps de boire son café. Vous n'avez pas plus subtil pour occuper toute une pause café ? Non, je déconne, bien entendu que vous n'avez rien de plus subtil.

      PS - Les verbes du 1er groupe ne prennent pas de 's' à la première personne du singulier.

      -- LoD

      Supprimer
    3. Ce que veulent les moscovites...

      https://m.youtube.com/watch?v=BFJRlJBC4cM&feature=youtu.be

      "A peacefull sky over our head"...
      L'expression est reprise plusieurs fois, ça sonne bizarrement si on la traduit littéralement.

      "Un ciel pacifique ?"
      "Une ère de paix"...

      Mais si on s'éloigne de la traduction littérale on trahit et on perd l'état d'esprit orthodoxe qui est : "Il y a toujours une surpuissance qui nous domine tous..."

      Ne pas oublier que même les prêtres sont au même niveau que les fidèles, ils ne dominent pas la foule du haut d'un hôtel. Ils s'abaissent pour les écraser encore plus au sol.
      Quiconque a assisté à une cérémonie orthodoxe l'a vu en direct.
      Alors obtenir des russes qu'ils mettent fin aux tsarismes, même après une défaite en Ukraine et la fin de Putine, c'est pas gagné...
      L'autre option c'est qu'ils s'écrasent tous définitivement et ne se relèvent jamais ?

      Supprimer
  60. 4 réponses je m'améliore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 5 mon coco, 5 ! Vas-y tu peux faire mieux !

      J'ai presque fini mon café. Je vais ptet en prendre un autre, y'a débarquement de neuneus. Friday is trollday !

      -- LoD

      Supprimer
    2. Et de 6 avec papy lod

      Supprimer
  61. Le media russe indépendant Mediazona publie une carte des incendies suspects se multipliant en ruSSie : https://en.zona.media/article/2022/10/13/burn-map
    Voir le talk-show sur LCI s'en faisant l'écho (certes avec des interventions des "débatteurs" de qualité moyenne) : https://youtu.be/IwLw9YbiMvQ
    S'il s'avère que la guerre s'invite en ruSSie (quel que soient les auteurs à l'œuvre : je ne crois pas... ou plus... à la vétusté des infrastructures russes pour s'abandonner à l'hypothèse des incendies purement accidentelles) pour propager la réalité d'une guerre qui ne veut pas dire son nom hors d'Ukraine, c'est une tactique rampante aux effets sans doute réels pour saper la confiance des consciences du plus grand nombre des Russes frappés de cécité inconsciente ou volontaire...
    Le "travail" de l'opinion russe est l'un des paramètres d'influence sur le cours du conflit, me semble-t-il...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. > je ne crois pas... ou plus... à la vétusté des infrastructures russes pour s'abandonner à l'hypothèse des incendies purement accidentelles

      J'avais entendu une autre hypothèse (navré, je n'ai pas eu le temps de regarder la vidéo, elle y est donc peut-être déjà évoquée) : la consommation se cassant la figure, certains magasins sont en grande difficulté et les propriétaires feraient de l'arnaque à l'assurance en mettant le feu.

      > Le "travail" de l'opinion russe est l'un des paramètres d'influence sur le cours du conflit

      J'y ai cru au début. Mais force est de constater que l'opinion publique russe n’évolue pas. Elle ne condamne pas la guerre, pardon, l’opération spéciale, elle condamne le peu de moyens donnés aux soldats pour éliminer les Ukro-nazis. Elle est tellement verrouillée par la propagande que ça prendra des années pour que les Russes ouvrent les yeux.

      Mon avis vaut ce qu'il vaut (pas grand-chose), mais je ne compte plus du tout sur l'opinion publique russe pour faire bouger les choses, attentats sur leur sol ou pas (il leur suffit de dire que ce sont des fanatiques ukrainiens ou pro-ukrainiens et ça pourrait même renforcer l'esprit patriotique). La Fédération de Russie est en mort cérébrale pour des décennies.

      -- LoD

      Supprimer
  62. Les AMX 10RC seront livrés d'ici 2 mois (MoD français) :
    https://twitter.com/NOELreports/status/1613806291473801218

    RépondreSupprimer
  63. passionnant. Ca fait froid dans le dos

    RépondreSupprimer
  64. "d'ici 2 mois " = dans les 2 mois ...

    RépondreSupprimer
  65. Maria Lvova Bellova - commissionnaire aux droits de l'enfant de la fédération de Russie. Organisation de la déportation d'enfants ukrainiens et leur transfert en vue d'adoption dans des familles Russes plus Informations diverses
    https://youtu.be/WBCQM7yJeDI

    RépondreSupprimer
  66. Un fil Twitter intéressant que je ne crois pas avoir vu cité ici sur Wagner.
    A partir de témoignages, ChrisO_Wiki reconstitue l'organisation barbare de cette milice qui recrute les bagnards et les consomme come chair à canon.
    https://twitter.com/ChrisO_wiki/status/1613250290165157889

    Une interview plus ancienne de Prigogine explique également que les "sodomites" violés par leurs "camarades" ne sont pas admis dans les unités normales, mais qu'ils seront regroupés dans une "division spéciale de Cocqs".
    https://twitter.com/ChrisO_wiki/status/1593042478235807744

    Y'a pas à dire, ça fait envie la société que nous préparent les ruSSes.
    C'est ça que veulent les collabos français/israéliens pour l'Europe ?

    RépondreSupprimer
  67. Notre hôte se moque des esprits limités incapables de manipuler mentalement plus de 3 objets à la fois et même pas capables de dénombrer le nombre d'objets présents...

    RépondreSupprimer
  68. Un article intéressant du Monde, malheureusement réservé aux abonnés sur la notion de ce pourrait être idéalement une paix juste: La difficile quête de la paix juste
    https://www.lemonde.fr/idees/article/2023/01/13/la-difficile-quete-de-la-paix-juste_6157687_3232.html
    Extraits:
    "Alors que la guerre entre Russes et Ukrainiens perdure, la question de ce qu’est une paix juste resurgit. Depuis plus d’un siècle et la première guerre mondiale, la réflexion est menée pour aboutir à des fins de conflits durables et donc acceptés par toutes les parties. .../...
    Définir ce que peut être une paix juste et durable est d’autant plus difficile que la notion même de paix dans les relations internationales reste pour le moins floue. .../...
    L’arrêt des combats est loin pourtant d’être la paix. Nombre d’historiens préfèrent d’ailleurs désormais parler de « sortie de guerre », notion qui insiste sur ce qui subsiste de la guerre dans la paix .../...
    La transition est nécessairement longue et implique aussi bien les questions de la reconstruction, de la réparation, de la justice et de la réconciliation des mémoires. C’est à cette aune que l’on peut évaluer dans la durée ce que peut être une paix juste et la difficulté de la faire accepter par toutes les parties.
    L’arrêt des combats est loin pourtant d’être la paix. Nombre d’historiens préfèrent d’ailleurs désormais parler de « sortie de guerre », notion qui insiste sur ce qui subsiste de la guerre dans la paix. .../...
    Etablir un accord qui prenne en compte les intérêts des différents camps en lice, convaincus chacun d’être dans son bon droit, est pour le moins difficile, sinon impossible.
    Une paix injuste peut être durable si le rapport de force et la contrainte qui l’ont imposée perdurent. La dissuasion nucléaire et l’équilibre de la terreur sont aussi des facteurs de paix.
    A l’opposé, une paix juste, ou que l’on espérait telle, peut s’avérer très fragile.
    Vous pouvez partager un article en cliquant sur les icônes de partage en haut à droite de celui-ci.
    La reproduction totale ou partielle d’un article, sans l’autorisation écrite et préalable du Monde, est strictement interdite.
    Pour plus d’informations, consultez nos conditions générales de vente.
    Pour toute demande d’autorisation, contactez droitsdauteur@lemonde.fr.
    En tant qu’abonné, vous pouvez offrir jusqu’à cinq articles par mois à l’un de vos proches grâce à la fonctionnalité « Offrir un article ».

    https://www.lemonde.fr/idees/article/2023/01/13/la-difficile-quete-de-la-paix-juste_6157687_3232.html

    Un certain nombre de principes restent ou devraient rester en tout cas incontournables. « Pour qu’elle soit durable, la paix doit être juste, c’est une condition nécessaire, même si elle n’est pas suffisante. Ce n’est pas une question de ressenti, de partage équivalent des territoires, etc. La paix juste, c’est une paix où le droit international s’est appliqué : le droit de la guerre, la recherche des criminels de guerre, la punition des génocides et des crimes contre les civils, et tout ce qui relève de la Cour pénale internationale. C’est une paix où la justice a défini clairement qui était l’agresseur et qui était la victime, où les responsabilités individuelles des auteurs des crimes ont été déterminées et où ils ont été punis », explique Nicole Gnesotto, vice-présidente de l’Institut Jacques Delors. Elle rappelle en outre « qu’une paix juste et durable sur le plan des sociétés ne se décrète pas par le droit mais se construit petit à petit par des processus de réconciliation ». Un scénario inenvisageable à propos de la guerre en Ukraine tant que le régime de Poutine restera en place, et probablement même ensuite. .../... "
    Dache

    RépondreSupprimer