mercredi 31 août 2022

Des ponts trop loin

Il y a trois unités de mesure des opérations en cours en Ukraine : la frappe, le raid et l’attaque. La frappe est l’envoi d’un ou plusieurs projectiles représentant quelques centaines de kilos d’explosifs sur un point donné. Le raid est la même chose, mais en employant une petite unité terrestre qui va effectuer elle-même la destruction sur le point donné avant de revenir. L’attaque est la manœuvre d’au maximum un bataillon de mêlée, soit dans les normes russes et ukrainiennes guère plus de 100 à 200 hommes visant à s’emparer d’un point. On peut mesurer ainsi l’évolution de la forme des combats en fonction des dosages, de la combinaison et de la réussite de ces trois modes d’action.

L’odyssée de l’impasse

Quand on assiste surtout à de nombreuses attaques réussies avec la conquête de nombreux km2, on se trouve typiquement dans une «guerre de mouvement», ou plutôt pour garder leur sens aux mots, à une «campagne de mouvement» que l’on peut suivre sur la carte en faisant bouger tous les jours des petits drapeaux. Quand les drapeaux bougent beaucoup moins vite et que l’on commence à s’intéresser surtout aux raids et aux nombre de frappes, c’est que l’on a basculé dans une «campagne de position» où l’objectif premier n’est plus la conquête du terrain mais l’affaiblissement de l’autre.

Clausewitz décrivait l’affrontement des États comme le choc de deux trinités. Aux pointes de ces deux triangles, les armées se rencontrent et s’affrontent. Au-dessus d’elles les États décident. En bas et en arrière de part et d’autre, le peuple fournit les ressources nécessaires aux armées selon deux modes : l’«appel au peuple» (Révolution française, nationalisme prussien, etc.), puissant, mais dangereux comme l’ouverture d’une boîte de Pandore, et la «guerre de Prince» qui maintient autant que possible le peuple à l’écart en ne s’appuyant que sur des soldats de métier parfois même étrangers. Le processus normal de la guerre était donc pour lui celui d’un duel des armes dont la conclusion s’impose aux États par un traité de paix où le vainqueur impose ses conditions au vaincu en proportion de l’ampleur de son succès. À l’époque de Clausewitz, le duel trouvait toujours assez rapidement sa conclusion, mais depuis la révolution militaire industrielle et en premier lieu l’augmentation soudaine de la puissance de feu il peut arriver que ce duel s’enraye et que la guerre que tout le monde espérait courte voit surgir une ligne de front bien solide et le ralentissement très rapide des opérations.

En Ukraine, il a fallu à peine plus d’un mois pour atteindre ce stade. Depuis en cinq mois, la puissante armée russe qui faisait si peur a pris seulement trois villes d’au moins 100 000 habitants : Marioupol, Lysychansk et Severodonetsk. L’armée ukrainienne de son côté n'en pu en reprendre d’assaut aucune. En revanche, on a multiplié dans les communiqués le nom de villages, et parfois de parties de villages, attaquées, pris ou repris, le long du Donbass, près de Kharkiv ou sur la ligne de la tête de pont russe au-delà du Dniepr dans la région de Kherson. On se retrouve dans une impasse dont on avait oublié qu’elle était classique.

Pour en sortir, il y a alors deux approches. La première consiste à essayer de sortir de la crise en modifiant le rapport de forces entre les deux armées afin de pouvoir reprendre le duel, cette «campagne de mouvement» beaucoup plus décisive. La seconde est de s’attaquer directement au reste de la nation, afin d’en briser la volonté et les ressources, avec cette particularité que l’arrière ukrainien s’étend jusqu’au bloc occidental et que c’est ce même bloc occidental qui s’attaque à l’arrière russe, en particulier par le biais des sanctions économiques. Les Russes espèrent que les Occidentaux ne voudront pas avoir froid pour l’Ukraine, et le bloc occidental espère on ne sait trop quoi en fait de sérieux, du renoncement de Vladimir Poutine à poursuivre la guerre à la rébellion de la population en passant par une révolution de palais. On en reparlera.

Revenons au duel, ses frappes, ses raids et ses attaques. Changer le rapport de forces s’effectue de deux manières : la première consiste à multiplier ces actions afin d’affaiblir l’autre, ses unités de combat, mais peut-être surtout son deuxième échelon, réseau de commandement, artillerie, bases, dépôts, etc. La seconde consiste à se renforcer en créant de nouvelles unités et surtout en innovant, c’est-à-dire en opérant une combinaison différente de moyens matériels, de compétences/méthodes, de structures et de façons de voir les choses (culture), les quatre composantes d’une Pratique (ce que l'on réellement capable de faire). C’est un processus moins visible que le premier et qui fait donc l’objet de moins d’attention, mais qui est pourtant le plus important.

Dans les faits, et depuis le premier jour de la guerre ce processus est en œuvre des deux côtés, avec un avantage pour le camp ukrainien qui a réalisé un «appel au peuple» qu’il ne faut pas considérer comme un seul appel aux bras, mais aussi aux cerveaux et aux compétences, qui bénéficie du soutien occidental, et qui est surtout beaucoup plus stimulé par l’urgence que l’armée russe du Prince. L’évolution connaît ensuite deux phases en fondu enchaîné. La première est celle du bricolage où on s’adapte en fonction des idées et des moyens sur étagères, souvent de manière un peu anarchique. La seconde, qui se surajoute plutôt qu’elle ne se substitue, est celle de la rationalisation où on forme des liens plus profonds entre les besoins des armées et l’infrastructure arrière de production des moyens, infrastructure qui dans le cas ukrainien va jusqu’au cœur du bloc occidental. On constitue alors une boucle complète depuis les idées nées sur le front et la connexion avec l’infrastructure arrière souvent par le biais d’intrapreneurs civilo-militaires, experts militaires ou réservistes civils, qui alimentent un cerveau militaire qui tente de coordonner tout cela en doctrines et ordres afin de modifier la pratique. On peut espérer ainsi sortir de la crise tactique, à la manière de la sortie d’une crise schumpetérienne, mais cela demande beaucoup d’effort et de temps.

Tout ce long préambule pour parler évidemment de la bataille de la tête de pont de Kherson, une bataille qui n’a jamais cessé en réalité depuis le début de la guerre, mais qui prend un tour nouveau et que les Ukrainiens décrivent comme la sortie de crise tactique et le retour des combats où on ne se contente pas de grignoter, mais où on disloque des armées ennemies. C’est sans doute un peu tôt.

Pendant ce temps du côté de Kherson

Rappelons rapidement les données du problème tactique. La zone tenue par les Russes au nord du Dniepr est une poche de 20 à 50 km de large au-delà du fleuve et de 150 km de Kherson à Vysokopillya, la petite ville la plus au nord. En écoutant les informations, on pourrait imaginer que les forces ukrainiennes sont aux abords de Kherson. Il n’en est rien, on se bat ici sur la surface moyenne d’un département français. Quand on annonce triomphalement avoir pris un village, il faut donc imaginer un communiqué de victoire indiquant la prise d’une bourgade dans, par exemple, les Hautes-Pyrénées. Cette zone très plate, assez ouverte et visible depuis le ciel, est maillée par un réseau de petits villages assez dense au sud (un tous les 2/3 km) entre Mykolaev et Kherson et plus ouvert au nord de la rivière Inhulets qui coupe la zone au premier tiers sud et longe le reste.

Elle est défendue par un ensemble assez disparate de 22 à 25 groupements tactiques (GT) sous le commandement du 22e corps d’armée et de la 49e armée. En théorie, un GT russe regroupe un bataillon blindé-mécanisé et un groupement d’artillerie très diversifiée, soit au total environ 800 hommes. À ce stade de la guerre, cette structure théorique est loin d’être respectée et elle varie beaucoup d’une unité à l’autre entre les troupes d’assaut par air, très présentes dans la zone, les brigades de l’armée de Terre russe ou les trois régiments de la République séparatiste de Donetsk, mal équipés, mal formés et qui se demandent ce qu’ils font là. Ces groupements s’appuient sur les points d’appui de villages fortifiés reliés par des tranchées en un seul échelon de plusieurs lignes au sud près de Kherson et en deux échelons au centre du dispositif entre les lignes de défense le long de la rivière Inhulets une réserve près du Dniepr au-delà de Nova Kakhovka, le deuxième point d’entrée russe dans la tête de pont après Kherson. Outre les batteries détachées dans les groupements, l’artillerie de la 49e armée est répartie en deux groupements. Le principal, avec les lance-roquettes multiples, est au sud du Dniepr et de Kherson dans le Park Vsohosvoho d’où il est possible de frapper la moitié de la zone d’opération. Le second est dans l’échelon de réserve au nord de Nova Kakhovka pour frapper sur toute la partie Nord. Les postes de commandement des grandes unités, et en premier lieu celui de la 49e Armée sont pour la plupart au sud du Dniepr entre Kherson et Nova Kakovka.

Depuis peu, les Russes ont réuni aussi une réserve générale de trois armées entre le Dniepr et Mélitopol : la 5e au sud à une cinquantaine de kilomètres de Nova Kakhovka, la 35e à 100 km au nord de Nova Kakhovka jusqu’à la centrale nucléaire d’Enerhodar et la petite 29e armée près de la Crimée également à une centaine de kilomètres. En comptant les quelques éléments de réserve de la 58e armée à Mélitopol, à 250 km, les Russes disposent de 27 GT et au moins trois groupements d’artillerie d’armée susceptibles d’intervenir au profit de la tête de pont, sans parler des forces aériennes et des régiments d’hélicoptères de combat.

L’ensemble du dispositif russe est donc considérable, pratiquement le tiers de tout le corps expéditionnaire en Ukraine, ce qui témoigne par ailleurs d’une redistribution des forces en faveur du sud et probablement au détriment du Donbass, ce qui expliquerait peut-être le ralentissement des attaques dans ce secteur.

Face à cela, les Ukrainiens semblent persuadés d’avoir suffisamment fait évoluer leur pratique et élever le niveau de gamme tactique pour pouvoir au moins disloquer en un mois le dispositif russe au nord du fleuve et sans doute reprendre Kherson. Leur atout est la nouvelle artillerie fournie par les Occidentaux, obusiers et lance-roquettes multiples HIMARS et peut-être M-270, très supérieurs en précision et en cadence de tir aux équivalents russes. La majeure partie de cette artillerie de gamme supérieure a été réunie autour de la tête de pont puis on a assisté depuis plusieurs semaines à une multiplication des frappes sur le deuxième échelon russe, et jusqu’en Crimée. Cette campagne de raids et de frappes a incontestablement fait beaucoup de mal à l’artillerie russe et sa logistique, aux forces aériennes aussi durement touchées en Crimée et parfois obligées de s’éloigner de la zone d’action. Les Ukrainiens se sont également efforcés d’isoler les forces russes au nord du Dniepr en rendant aussi peu utilisables que possible les quelques ponts sur le Dniepr.

Après cette phase de modelage, les Ukrainiens ont ensuite lancé le 29 août leur plus grande préparation d’artillerie de la guerre, frappant simultanément les forces russes de deuxième échelon au sud du Dniepr et les unités russes de première ligne en préalable d’une douzaine d’attaques sur toute la largeur du front. Face aux 22-25 GT de la région, les Ukrainiens, commandés depuis Mykolayev, ont déployés sept brigades et quatre bataillons de manœuvre de l’armée régulière, sept brigades de l’armée territoriale et de la Garde nationale et quelques milices. Les Forces spéciales ukrainiennes sont également très présentes. Les structures ukrainiennes, qui ne semblent pas avoir beaucoup varié depuis le début de la guerre, sont différentes de celles des Russes. Une brigade de manœuvre doit équivaloir à peu près trois GT russes. Une brigade territoriale est une grosse brigade d’infanterie, légèrement équipée et formée. Elle est plus apte à la tenue du terrain qu’à sa conquête. Les unités de garde nationale et de milices sont également des unités d’infanterie, souvent de qualité encore inférieure. L’ensemble donne malgré tout une légère supériorité numérique aux attaquants, ce qui est la norme des combats modernes très loin des 3 contre 1 jugés indispensables, mais qu’on ne réalise quasiment jamais.

Ce sont donc les brigades de manœuvre qui portent les attaques et effectivement plutôt bien. Complètement au sud du dispositif, la 28e brigade mécanisée a pris Pravdhine et réalisé une avancée de plusieurs kilomètres, peut-être la plus importante avancée ukrainienne de la guerre, le long de la route T1501 jusqu’à Tomyna Balka à 25 km de Kherson. L’avancée est d’ailleurs telle que l’unité se trouve en flèche et très vulnérable à des contre-attaques. Au centre de la zone d’action, la 36e brigade d’infanterie de marine a pris Sukhyi Stavok et élargi un peu la tête de pont au-delà de l’Inhulets. Au nord aussi, la 60e brigade motorisée a progressé le long du Dniepr à Zolota Bravka et Petrivka, tandis que sur la bordure nord-ouest de la zone la 63e brigade motorisée et peut-être la 5e brigade de chars se sont emparées d’Arkhanhelske et de Novodmytrivka, en faisant fuir le 109e régiment DNR.

Cela faisait longtemps que les forces ukrainiennes n’avaient pas réussi autant d’attaques dans une même journée. Pour autant, cela reste des succès minuscules (Arkhanhelske est un village de 239 habitants) et on est toujours dans du grignotage. Pour un premier jour de grande offensive et après une préparation d’artillerie inédite, c’est en fait assez peu. Rien n’indique, pour l’instant en tout cas, une évolution radicale de la pratique ukrainienne qui permettrait d’espérer une dislocation de la 49e armée, c’est-à-dire le moment où elle n’est plus capable de combattre de manière cohérente. Pour réussir, il aurait fallu au moins une quinzaine d’attaques victorieuses et si possible dans un même secteur afin d’obtenir un ébranlement qui aurait pu déboucher sur autre chose, comme un repli général. Peut-être que les forces ukrainiennes parviendront par la suite à augmenter leur nombre d’attaques réussies tout en maintenant la même pression par leur force de frappe, mais il faudrait pour cela au moins aller au-delà de sept brigades de manœuvre en bon état pour un front de 150 km. Il n’est pas certain qu’ils aient cette ressource. Si les choses continuent comme cela, et en comptant sur une très improbable absence de réaction russe, il faudra des mois aux Ukrainiens pour atteindre le Dniepr et encore plus pour prendre Kherson.

Le premier constat de l’offensive ukrainienne est donc qu’on ne semble pas sorti de la crise et de l’enraiement du duel des armes. La guerre de corsaires, la guerre des coups et des coups d’éclat, a encore des mois devant elle. Il ne sera pas possible apparemment d’éviter une profonde transformation de leurs armées si les deux camps veulent relancer des opérations offensives. Il ne sera pas possible non plus d’éviter aussi une bataille des opinions sur les arrières.

1 712 commentaires:

  1. En regardant la carte, je me demande si le but n'est pas de couper les forces russes en 2, en s'emparant de la route de Beryslav.

    Puisque l'on parle de raids, celui d'Uskub avait bien fonctionné lors de l'offensive depuis Salonique en 1918.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le raid d'Uskub avait fonctionné... à la surprise de tout le monde d'ailleurs !!!!

      Supprimer
  2. Merci beaucoup mon colonel pour cet éclairage qui prend de la hauteur. L’absence de réaction russe n’a pas eu lieu puisqu’il semblerait qu’ils ont repris une grande partie du terrain perdu le premier jour dans le Nord et dans le secteur de l’inhulets river

    RépondreSupprimer
  3. C'est le black out général sur l'offensive ukrainienne.
    Et ce black-out qui est demandé par le gouvernement de Kiev semble respecté.
    Sans doute que les médias occidentaux obéissent aussi au dictat de Zelinsky.
    C'est aussi peut etre que les nouvelles ne sont pas vraiment " bonnes " apparement à cette heure les Ukrainiens ont progressé que de quelques kilomètres dans le sud.
    Ce que l'on peut avancer est que les forces russes ont réussi à repousser la plupart des attaques ukrainiennes au Nord-Est de ce front de Kherson grâce à une ligne de défense solide s'appuyant sur la rivière Ingoulets ou sur le Dniepr ainsi qu'un important soutien d'artillerie et d'aviation. Sur ces 3 directions offensives ukrainiennes, les défenses et contre attaques russes ont, à priori, réussi à repousser toutes les actions ukrainiennes.
    Cependant, plus au Sud-Ouest il semble que les forces ukrainiennes, au prix de lourdes pertes disproportionnées aient réussi à progresser de quelques kilomètres d'une part vers Kherson le long de l'embouchure du Dniepr et d'autre part à élargir leur tête de pont au Sud de l'Ingoulets. Mais, ne disposant pas d'appuis feu suffisants pour briser les contre attaques russes, les forces ukrainiennes ont rapidement arrêté leurs progressions.
    Apparemment Lyubimovka n'a pas été capturé, ils ne l'ont même pas atteint, mais ont été arrêtés à la périphérie d'Olgino et d'Arkhangelsk, il n'y a plus eu de progrès et les combats se poursuivent , et au sud au début de l'attaque l'AFU a pu percer et capturer Sukhoi Stavka, Kostroma et atteindre Brusnikinskoe, mais après quelques heures, ils ont été forcés de se retirer sur la rivière d'Ingoulets dans le rayon Andreevka Lozove d'où ils ont lancé la contre-attaque .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "les médias occidentaux obéissent aussi au dictat de Zelinsky".. le petit commentaire du petit nazillon zélé au service de la propagande expansionniste du kremlin n'a pas tardé a venir défendre ses petits camarades fascistes...

      Supprimer
    2. > Ce que l'on peut avancer est que

      Ben non, on ne peut pas. Vous n'en savez rien. Et nous non plus.

      --
      TurtleCrazy

      Supprimer
    3. "les médias occidentaux obéissent aussi au dictat de Zelinsky"
      Comment se trahir et se décrédibiliser en 1 seule phrase !
      Faut être un troll extrêmement velu pour oser ça !

      Supprimer
    4. Ah bon, parce que vous avez entendu une opinion contradictoire dans les médias depuis que la guerre a commencé? Soyez gentils d'éclairer ma lanterne...

      Supprimer
    5. Reflet de la propagande russe sans aucune source indépendante ....
      ON a l'habitude de leur intervention en début de post. Ils disparaissent après.

      Supprimer
    6. CItation :
      "Ah bon, parce que vous avez entendu une opinion contradictoire dans les médias depuis que la guerre a commencé?"

      Je confirme qu'on a pas entendu une opinion contradictoire dans la presse russe ou d'extrême-droite en France et ce même avant la guerre ....
      Je suppose que c'était ça que vous vouliez dire ?

      Sinon, vous seriez déjà en taule pour avoir employé le mot "guerre" ....

      Supprimer
    7. La raison empêche d'être gentil avec les abrutis

      Supprimer
    8. Propagande russe, tellement gros

      Supprimer
    9. ""Ah bon, parce que vous avez entendu une opinion contradictoire dans les médias depuis que la guerre a commencé?"" ---> oui souvent et en général pas d'opinion, juste des faits

      Supprimer
    10. Vous nous dites que c'est le black out total mais vous semblez très bien informés.
      Personnelement je préfère le black out dans ce genre de non information que des communiqués de victoires imaginaires, que se soit du côté russe ou ukrainien....

      Supprimer
  4. Les ukrainiens ont repris Karkiv et Mykolaiev tout de même.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais Mokolaiev et Kharkiv n'ont jamais été prises par les Russes.

      Supprimer
    2. Non ils n’ont pa repris Kharkiv car les russes ne l’ont jamais prise

      Supprimer
  5. ha enfin ! une mise à jour ! je guette chaque journée voir si elle arrive, et enfin la voilà ^^ je suis devenu accro semble il ! bon, je suis content d'avoir un topo sur les avancées Ukrainiennes ; même si je croisait les doigts pour qu'ils bousculent les russes rapidement. C'est hélas , et malgré les progrès, pas encore effectif. et pour cause, peut-être trop de publicité côté Ukrainiens, qui a laissé le temps aux russes de se renforcer ? ceci dit, ils ne sont pas idiots et ont dû anticiper ça. alors cette attaque est elle une diversion annonçant une attaque dans le dombass sans tambour ni trompettes ? ce serait bien car ça déstabiliserait encore plus les russes, qui seraient occupés à courir à droite à gauche colmater les brèches en perdant l'initiative et le moral.. l'avenir nous le diras.En attendant.... Force et Honneurs aux Ukrainiens !!!

    RépondreSupprimer
  6. Anonyme31 août 2022 à 23:57
    "Les ukrainiens ont repris Karkiv et Mykolaiev tout de même."
    Durant l'invasion de l'Ukraine par la Russie, depuis le 8 mars, les russes pilonnent la ville,
    les russes n'ont jamais pris la ville Mykolaiev donc les ukrainiens n'ont pas pu la reprendre .
    Idem pour Karkiv .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, mais les russes sont bien entrés dans Kiev et dans Kirkiv. Et Mikolaiv a semblé prise à un moment. Donc ce que je retiens c'est que les ukrainiens ont une capacité de réaction et d'organisation pour bousculer la pointe de l'épée russe et de l'émousser. Je me souviens aussi de ces soldats russes occupant Kirkiv et qui se sont fait descendre dans une station-service. Ou de ce Boxer russe qui croise un blindé AA ukrainien au milieu d'une cité de Karkiv. le Boxer tira à bout portant (5m) sur le blindé AA ,qui pourtant réussi à s'enfuir.

      Supprimer

    2. A Anonyme1 septembre 2022 à 00:24

      "Effectivement, mais les russes sont bien entrés dans Kiev et dans Kirkiv. Et Mikolaiv a semblé prise à un moment.
      Je me souviens aussi de ces soldats russes occupant Kirkiv...."
      Quand ? vérifier vos dires,vous devez confondre les villes ,c'est soit Kiev et Karkov ou Kyiv et Kharkiv.
      Pareil pour Mykolaïv en ukrainien ou Nikolaïev en russe mais pas Mikolaiv.
      Toutes ces villes par contre ont été bombardées

      Supprimer
    3. Les russes sont bien entrés dans Kyiv et Khirkiv.
      Quelques blindés dans Kyiv: "26 févr. 2022 L’armée ukrainienne a déclaré ce samedi 26 février avoir repoussé une attaque de l’armée russe sur l’avenue de la Victoire, une des artères principales de Kiev située dans le nord-ouest de la ville".
      Idem pour Khirkiv les russes ont occupé le nord de la ville quelques jours, puis repoussé dans la forêt surplombant la ville. C'est là que j'ai commencé à suivre sur les cartes, et constaté que la caserne du district de Kivskyi au nord-est de Khirkiv, sous les télés-siège, avait été conquise par les russes, puis ensuite libéré à mon grand étonnement.

      Supprimer
    4. https://en.wikipedia.org/wiki/Kyivskyi_District,_Kharkiv Ce district est le N°3 sur la carte, donc oui les russes ont occupé une partie de Khirkiv. Ce qui n'apparait pas sur Liveuamap.

      Supprimer
  7. Le front n'est qu'à 25 km de Kerson, ce qui représente en gros une dizaine de localités à prendre pour y faire une percée.
    Et ne pas oublier justement que les russes manquent de pont pour ravitailler Kerson et le front...

    RépondreSupprimer
  8. Cette offensive est un test effectivement, attendons de voir les résultats.
    Un échec serait une humiliation grave pour le commandement américain avec une perte de prestige internationale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais que vient faire le «commandement américain» là dedans ?

      Un échec ne serait rien d'autre qu'un échec. Reste à voir si cette «offensive» en est vraiment une.

      Quand à la perte de «prestige internationale», c'est la Russie qui la subit.

      --
      TurtleCrazy

      Supprimer
    2. Ce n'est pas le commandement américain qui fait la stratégie de l'Ukraine.

      Il y a un vol d'étourneau d'extrême-droite au dessus de ce site en ce moment, il y a des déjections partout ....

      Supprimer
    3. Ces pro russes d'extrème droite (ou gauche parfois) veulent impliquer les USA et l'OTAN à chaque fois. Rappelez vous, au tout début, ils nous disaient que c'était l'OTAN qui agressait la russie !

      Supprimer
    4. @intermittent j'aurais plutôt dit un vol de pigeon, les étourneaux c'est encore un peu intelligent. Ceci dit, excellent comme remarque ! Je la retiens :-)

      Supprimer
    5. Mais que vient faire le «commandement américain» là dedans ?

      Ceci : Dans la préparation de la contre- offensive ukrainienne actuelle , les États-Unis ont exhorté Kiev à maintenir l'opération limitée à la fois dans ses objectifs et dans sa géographie pour éviter de s'étendre et de s'enliser sur plusieurs fronts, ont déclaré à CNN plusieurs responsables américains et occidentaux et des sources ukrainiennes.

      Supprimer
    6. Pour Anonyme 11:41 "exhorter" et "commander" c'est la même chose... LOL...

      Supprimer
  9. Je pense que l'Ukraine fait un gros pari avec cette offensive. Si cela échoue malgré tout le battage médiatique , ce sera très démoralisant et embarrassant pour eux. C'est toute la force vive de l'armée de l'AFU, ce à quoi nous assistons ici.

    RépondreSupprimer
  10. Le colonel a fait tellement d'erreurs dans ses prévisions depuis le début de cette guerre et même avant que j'ai bon espoir pour les Ukrainiens.

    D'autre part, toutes les rumeurs circulant sur les réseaux sociaux sont ici annoncés comme des certitudes... encore un article qui s'annonce plein de bonnes surprises!

    RépondreSupprimer
  11. Même si je ne partage pas toujours les propos de M Goya il a raison d'être prudent dans ses analyses .
    il y a tellement de propagande de chaque camp. .

    RépondreSupprimer
  12. Alors que la ligne de défense, bakhmut soledar siversk tremble de plus en plus, Zelenski gaspille de la ressource pour une offensive qui n'a pas le moindre intérêt, les attaques banzai ou sont sacrifiés des centaines de soldat pour prendre un village au milieu de la pampa... l'hiver est dans moins de 100 jours je ne vois pas les allemands soutenir très longtemps zelenski

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A Bakhmut tout le monde aimerait tant voir enfin ces fameux BMPT Terminator, avec un type sur le toit pour les guider, se rabouler sur le front. lol
      Pour les T-14 je pense que Poutin préfère les garder au chaud autour de sa Datcha secrète. Hi hi

      Supprimer
    2. Merci de ces commentaires largement documentés mr Nostradamus...

      Supprimer
  13. Enfin, vous nous avez tellement manqué Colonel depuis 3 semaines. Comme d'habitude, analyse brillante, didactique, documentée et profonde. Dont je ne partage pas les conclusions. Je précise tout de suite que je n'ai aucune expertise militaire pour me permettre cet avis, et que donc j'ai à priori tord à cause de mon biais pro-ukrainien. Néanmoins, mon petit doigt, qui s'est rarement trompé, me dit que :
    - l'EM Ukr est nettement superieur à son homologue moscovite. Ils ont très méticuleusement et intelligemment préparer cette contre offensive.
    - L'armée russe dans ses structures et son commandement est dans un état lamentable. Sans la m'esestimer, en particulier dans son artillerie monstrueuse, je ne lui prête aucune intelligence tactique et guère de motivation à mourir pour garder Kherson (qui n'est ni Moscou, ni Stalingrad).
    Je ne rêve pas d'une victoire éclaire des Ukr sur ce front, eux même annoncent que cela sera long (1 mois, 2 mois ?), mais je pense que vous surestimer l'armée russe et sous estimer la volonté Ukr, et un peu taquin, je vous fait remarquer que vous pensiez au début de la guerre, comme tout le monde, que Kiev serait prit en 1 semaine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. << l'EM Ukr est nettement supérieur à son homologue moscovite. >> Dans un article de DSI (1), publié peu de temps avant l'invasion russe, l'auteur dresse un tableau sombre de l'armée ukrainienne : << Au bilan, la culture même de l'armée de terre - et plus généralement des forces - est presque intégralement dysfonctionnelle et orientée vers le maintien d'un système inefficient. >> Espérons qu'en six mois le haut-commandement a pu être purgé et réformé...

      Supprimer
    2. A anonyme 04:41
      Vous citez un article d'avant la guerre (sans lien, sans auteur), et Arpad vous parle de faits : 2 ieme armée du monde qui entame son 7 ieme mois de guerre éclair ...
      On peut donc réellement douter de la compétence de l'EM ruSSe.

      Supprimer
    3. @Alain H. Ce n'est pas parce que l'EM Russe est mauvais que l'EM Ukr est forcément bon (ni d'ailleurs l'inverse). DSI est un magazine sérieux et il doit être être fort possible de retrouver l'article en question.

      Supprimer
    4. Oups! (1) n° 157 janvier-février 2022 "L'armée ukrainienne, une réforme impossible ?" par Joseph Henrotin
      anonyme 04:41

      Supprimer
  14. Bonjour, je ne connais bien évidemment pas la situation actuel en Ukraine mais selon les diverses déclarations associées, enfin en vérité je crois avoir lu une demi ligne dans le monde il semblerai que cette contre-offensive n'est pas pour le moment un objectif de prise de térritoire mais soit essentiellement une évaluation de la capacité réel et actuel de l'armée russe à défendre et riposter. En gros ou en sont les Russes après six mois de guerre. De part leur annonce et leur discours les russes ont eu enormément recourt au bleuf et à la désinformation et controlent l'information de manière extrémement serré. Les Ukrainien et leur conseiller on visiblement décider de tester la réalité avant que l'armée russe ne se renforce dangereusement et que le temps ne rendent encore plus difficiles de nouvelle prise de terrain... Bon pour une offensive majeur il aurait fallu que de nouvelle vague d'assaut succéde au première et utilise les infos acquise pour marquer l'éssaie, cela ne semble pas vraiment être le cas, même si la volontée Ukrainienne de rester discrétes sur les succès ou echec de leur opérations rang toutes infiormations peu fiables, rien à réellement perdre cependant, au mieux les défenses russes ne sont qu'un ballon de bodruche et s'effondre d'ici quelques jours, au pire c'est le statue quos... Salutation, Ludovic Melin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que lorsqu'on veut maximiser les chances d'une contre offensive victorieuse l'on ne l'annonce pas deux mois avant ... Pourtant l'EM Ukrainien n'est ni bête ni arrogant.

      Pour moi cette manœuvre répond à plusieurs besoins :
      - pousser à ce que les Russes redistribuent des unités de l'est vers le sud pour desserrer la pression dans le Donbass
      - éprouver durement la logistique et le moral russe qui doit soutenir Kherson, grâce à l'artillerie performante livrée par nous ainsi que par des actes de guerilla et sabotages
      - empêcher la tenue de referendums.

      Nous sommes nombreux à espérer une contre offensive massive depuis le mois de main, façon grande manœuvre mais ce n'est ni la première guerre mondiale ni la seconde, le guerre de Corée ni tempête du désert.

      Supprimer
    2. ISW met en garde contre la propagande russe, prompte a declarer que l'offensive a ete arrêtée.

      Le black out complet à été demandé par les Ukrainiens à tous les blogueurs. Aucune info du terrain ne doit remonter. Les Youtubeur que je suis relaient souvent la propagande russe, faute d'infos. Des sites d'ukrainiens donnent des infos demoralisantes sur l'état de l'armée ukrainienne, comme Davidoff et "War in Ukraine". J'ai constaté, pour ces derniers, qu'ils sont passés de l'optimisme au pessimisme du jour au lendemain... pile poil le jour de l'offensive, tous ensemble. Ce qui sent le coup monté.

      ISW indique qu'il ne s'agit pas d'une offensive de grand style, mais d'une suite d'attaques réelles mêlées a des feintes. Ce que dit notre hôte, en substance. Les résultats demanderont quelques jours, voire semaines, pour être visibles.

      Supprimer
  15. L'espace commentaire de ce blog m'avait beaucoup manqué ! C'est quand il ne marche plus et qu'on doit se contenter du live de Le Monde que l'on réalise à quel point on est peu informé de ce qu'il se passe là bas...
    D'ailleurs, durant cette cure de sevrage, nos intervenants les plus efficaces n'ont-ils point trouvé un forum de repli où partager ce qu'ils trouvent ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour suivre au quotidien la situation je conseille de suivre la chaîne youtube Denys Davydov. Il est ukrainien mais, pour avoir recoupé ses propos, d'une objectivité et d'une précision intéressantes. Il admet les échecs, reculs ou statu quo sur des fonds de carte très précis. Dans sa dernière publication il évoque sans détour la corruption.

      Supprimer
    2. +1 je vous rejoins sur ce point !

      Supprimer
    3. Perso je suis passé sur air-defense.net, il y a un bon niveau de discussion

      Supprimer
    4. Concernant un forum de repli je me pose en effet la question. La plupart du temps les échanges sont déconnectés au bout d'un moment de l'article auquel ils sont reliés.
      De plus ce site Google n'est pas taillé ni organisé pour gérer une telle masse de commentaires.

      Personnellement, je pense qu'un forum du type de celui de Doctissimo avec un fil dédié serait plus pertinent. De plus, on n'aurait pas de posts Anonyme multiples puisqu'il faut créer un compte avec pseudo unique pour pouvoir poster.

      Il y déjà un fil sur la guerre en Ukraine sur Actu de Doctissimo mais il n'est pas aussi bien alimenté que celui-ci en nouvelles du front.

      Mais si quelqu'un a une autre idée de Forum ?

      Supprimer
    5. La chaine Youtube de Denys Davidoff est en anglais. Ca limite ... et n'est pas adaptée à des échanges nombreux
      Et personnellement je préfére l'écrit

      Supprimer
    6. La corruption est un énorme problème en Ukraine. Même en ce moment ils se gavent (de peur qu'après ce ne soit plus possible ?)
      La police arrête les contrevenants, un juge mets en prison, appel de la décision et hop relâchés (et pas les petits voleurs).
      Il faut virer TOUS les juges (et leurs collaborateurs) et en premier ceux de la cours constitutionnelle (mais si on fait cela on va crier à l'atteinte à la démocratie). La cours constitutionnelle a saboté tous les textes contre la corruption.
      Les partis pro-russes ont été interdits, mais les élus n'ont pas été virés et ont gardé les postes de direction qu'ils occupaient (l'adjoint du conseil régional d'Odesa qui insultait l'armée ukrainienne en février est toujours en poste, et impossible de le virer car soutenu par le maire d'Odesa - mafieux pro-russe de longue date mais converti mi-mars à l'Ukraine).
      D'abord gagner la guerre, mais après il y aura du travail pour purger tout ça.
      Mais bon, l'Ukraine corrompue c'est toujours mieux que de subir sous le joug ruSSe.

      Supprimer
  16. Les russes ont pris trois villes de 100.000 habitants en 5 mois...enfin les ruines et les quelques vieillards apeurés qui restent. Je suis pas sûr qu'on puisse parler de gain stratégique pour eux. Les seuls vrais apport c'est Kherson, tombé relativement intact au début de la guerre et Marioupol pour le verrou stratégique qu'il a représenté au début de la guerre

    RépondreSupprimer
  17. Michel Goya: "...le bloc occidental espère on ne sait trop quoi en fait de sérieux, du renoncement de Vladimir Poutine à poursuivre la guerre à la rébellion de la population en passant par une révolution de palais."
    Non, c'est beaucoup plus simple et rationnel: 1) Le bloc occidental, après des dizaines d'années d'aveuglement et de cupidité (et je pointe en particulier les machines à lessiver l'argent sale des oligarques), se résout enfin, contraint et forcé (et au grand désarroi des collabos comme Schröder), à traiter son ennemi comme un ennemi. 2) Le bloc occidental fait ce qu'il peut pour que la russie et l'armée russe soient affaiblies, le plus possible, pour qu'elles arrêtent de nous faire chier, le plus longtemps possible.
    Les russes seront toujours les russes (je parle de leurs dirigeants).
    https://www.nouvelobs.com/monde/20181110.OBS5200/bill-donne-l-europe-a-la-russie-les-incroyables-echanges-secrets-clinton-eltsine.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur la Russie "ennemie", je reste sidéré du temps qu'il aura fallu pour le comprendre... Et pas seulement pour la populasse qui d'ailleurs - a en juger par le score de Lepen - n'a en grande partie toujours rien compris... 70% des candidats aux élections précédentes étaient pro-poutine. Il fallait pourtant pas beaucoup de neurones pour comprendre pendant la crise tchétchène (et accessoirement syrienne) à quel point ce type est un porc et à quel point les russes sont crétins pour le croire.

      La Russie aurait dû être traitée en ennemie des le début de l'ère Poutine.

      https://www.lexpress.fr/actualite/monde/europe/presidentielle-11-candidats-7-pro-poutine_1898700.amp.html

      Supprimer
    2. Les gens qui sont nés en démocratie et qui n'ont pas connu la guerre froide ne comprennent pas que c'est à elle (la démocratie, la base de l'état de droit) qu'ils doivent, en grande partie, de ne pas vivre dans la misère. Ceux qui vivent déjà dans la misère ne voient pas pourquoi la dictature serait pire. Et enfin il y a les profiteurs de tous bords qui s'accommoderont toujours du régime, quel qu'il soit.
      Je l'ai peut-être déjà sortie, mais j'aime bien cette citation: "La démocratie, c'est donner le pouvoir aux voleurs pour qu'il ne soit pas pris par les assassins."

      Supprimer
    3. Un documentaire Arte hier soir, suite à la mort de Gorbatchev, a révélé sa profonde détestation de Eltsine (que les russes, la population, ont bel et bien porté sans qu'il ait visiblement cru réaliste de s'y opposer brutalement!). Et encore est-il resté prudemment en retrait à de multiples reprises, visiblement bien conscient d'être dans la Russie du successeur Poutine et à la merci d'un sale coup s'il donnait trop libre cours à sa pensée. On n'en saura hélas sans doute jamais plus!
      Pour votre n°1, on pourrait ajouter les multiples graissages de patte inspirés de Gazprom. Au delà du célèbre "exemple" Shröder, le Canard Enchaîné se faisait encore écho récemment de subventions envers un parti écolo allemand. Une de plus. A ce niveau, on est AMHA très au delà de la simple cupidité. Ce sont donc des politiques payés par Gazprom qui ont orienté les politiques énergétiques stupides des 2 dernières décennies! Probable que partout ou il en a été de même (donc y compris sans doute chez nous), il y ait matière à trouver: A ce niveau, le bon qualificatif n'est plus cupidité mais trahison.

      Supprimer
  18. Que je sache la Russie ne nous a pas attaqué. C'est donc une affaire entre Russes et Ukrainiens. Que ces derniers se débrouillent avec leur maître américain et ses laquais européens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "la Russie ne nous a pas attaqué"...

      Pas encore, mais à écouter les propos de Poutine, c'est pas l'envie qui lui en a manqué (aujourd'hui toutefois, peut-être bien que c'est en train de lui passer...)

      Supprimer
    2. Electeur RN ou LFI ?

      Supprimer
    3. Vous voulez dire, la Russie ne nous a pas encore attaqués. Hitler n'avait pas encore attaqué la France lorsqu'il a attaqué la Pologne, qu'on avait laissée "se débrouiller" avec les Allemands d'un côté et les soviétiques qui attaquaient de l'autre.

      Supprimer
    4. Ici, c'est un forum français, donc les laquais européens c'est nous. N'oubliez pas de rajouter dans vos bases de spam russes qu'il faut modifier cette phrase, elle est débile.

      Supprimer
    5. Que je sache l'Allemagne n'avait pas attaqué les USA, le Canada, l'Australie, la Nouvelle-Zélande, etc. en 1944. C'était donc une affaire entre Français et Allemands. Que ces derniers se débrouillent donc entre eux, on ne va pas aller laisser nos boys mourir en débarquant chez eux...

      Supprimer
    6. L'Allemagne a déclaré la guerre aux USA juste après Pearl Harbor. Quand au Canada, Australie et NZ, en tant que membres de l'empire colonial britannique, ils étaient de facto en guerre avec l'Allemagne.

      Supprimer
    7. @Anon 11.54: Exactement: en juin 1940, l'Allemagne n'avait pas attaqué la Grande Bretagne. Les Anglais auraient dû laisser les Français se débrouiller avec les Nazis, ça aurait dissuadé Hitler d'attaquer la Grande Bretagne, c'est sûr, hahaha.

      Supprimer
    8. L'amateur d'aéroplanes1 septembre 2022 à 17:47

      La Russie en Centrafrique et au Mali a un comportement agressif envers la France entre autres.

      Supprimer
  19. Excellente analyse, mon colonel, merci !

    RépondreSupprimer
  20. Les dirigeants ukrainiens sont toujours aussi stupides : ils ont crée une poche, enclave, un chaudron qui peut très bien se retourner contre eux en se faisant totalement encercler par le nord. Ils pourraient ne plus pouvoir en ressortir sauf à se rendre ou mourir en perdant une fois de plus beaucoup d'hommes et de matériels.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais qu'ils sont fatigants ces trolls russes...
      Les militaires stupides sont clairement russes pour le moment...
      Ils nous l'ont prouvé à maintes reprises
      FredV

      Supprimer
    2. l'âne qui vielle1 septembre 2022 à 10:10

      Depuis César les conquérants essaient de valoriser leur adversaire, ça rend leur conquête plus grande.
      Imaginez une seconde que les dirigeants Ukrainiens soient stupides et arrivent à tenir en échec 6 mois la deuxième armée du monde, ridiculise sa marine, épuise ses stocks de missile etc...
      Subir ça de la part d'imbéciles serait encore plus humiliant et donnerait l'impression que le plus fort sur le papier est encore plus stupide que son adversaire.
      Heureusement il s'agit d'une guerre éclair ou on ne fait que renverser des chaudrons.

      Supprimer
    3. Attention anonyme de 9h32 major de promotion de l école de guerre de palavas les flots a parlé ...

      Supprimer
  21. Attention,
    Les Russes ne sont pas fous, Cassad et Rybar mettent l'attention sur la région de Karkhov, où les Ukrainiens préparent une autre offensive.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cassad et Rybar ne sont pas fous, en effet. Leurs informations sont précieuses.

      Mais ce ne sont pas eux qui dirigent les opérations.

      Supprimer
  22. Bonjour,
    je m'interroge sur un point : d'après le décompte du Colonel Goya, il devrait y avoir environ 34 000 Ukrainiens dans l'offensive en cours (7+7 brigades, chacune équivalent à 3 GT Russes de 800 hommes -> 14*3*800).
    Or les capacités Ukrainiennes me semblent bien supérieures.
    - Quelle est la part de troupes bloquées sur la ligne de front ; et la part de réserve en arrière ? (et donc la proportion de "réserve" engagée ici ?)
    - On sait que les Ukrainiens ont appliqué des techniques issus du plan Fortitude (en réalisant des HIMARS en bois par exemple ^^) ; et que sur le territoire Ukrainien avait eut lieu (en 1944) une bonne partie de l'opération Bagration (dont le prélude était une maskirovka au cours de laquelle les Soviétiques avaient fait croire aux Nazis que leurs troupes se massaient en un point donné, alors que la nuit elles se rendaient feux et radios éteintes vers un autre point).
    - Est-il possible aujourd'hui, avec les drones et satellites, de tenter et réussir une opération "Fortitude/Bagration" pour fixer les Russes au sud (de toutes façon avec les ponts détruits, ils ne peuvent pas avancer vers Odessa par exemple), tandis que la véritable contre-offensive aura lieu dans le Donbass (dont Poutine a terriblement besoin pour sa politique intérieure).

    RépondreSupprimer
  23. Mais oui, crétin ! Apprends donc la géographie ! La Russie n'est pas près ni prête à nous attaquer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas immédiatement, non. Maintenant, ils ont fait de la Pologne, de la Moldavie, des pays baltes, leurs objectifs suivants. Puis Berlin. Et leur objectif final est à Lisbonne. C'est officiel.

      Supprimer
    2. Ca fait des années que la Russie nous attaque ainsi que les autres pays démocratiques.

      La désinformation via RT France et Spoutnik, le soutien et l'agitation des mouvements sociaux antidémocratiques par le biais de leurs plate-forme internet, le developpement des thèses complotistes sur les réseaux sociaux, les contacts avec les partis d'extrême droite de tous les pays démocratique et leur soutien financier, le soutien à des "ONG" environnementales comme en Allemagne (voir article du Canard enchainé et de Libération)pour faire valoir leur point de vue, la corruption à coup de siège d'administrateur chez Gazprom de politicien comme Fillon en France et Schroeder en Allemagne, j'en oublie certainement ...

      C'est une guerre contre la démocratie pour nous affaiblir et ainsi affaiblir le soutien qu'on pourrait apporter aux pays limitrophes qui se battent pour garder leur liberté.

      Vous êtes un élément de cette guerre, la notion "d'idiot utile" du communisme n'étant pas nouvelle même si ce pays n'a plus rien de communiste.

      Supprimer
  24. Comme à chaque nouvelle publication de M. Goya les trolls russes et autres se déchaînent, et puis passent à autre chose.
    Les échanges souvent contradictoires nous permettent de nous faire une idée.

    Bonne journée à toutes et à tous.

    Le cafard flytoxé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils sont tellement pathétiques avec leurs tics de langage, "opération spéciale" et non pas guerre, leur obsession anti-américaine qu'on les voit venir facilement avec leurs gros sabots
      En fait ils sont au niveau de l'armée russe : sans finesse et sans intelligence avec un sentiment de supériorité qui vient d'on ne sait ou car leurs arguments sont nuls !
      fredV

      Supprimer
    2. En tout cas une chose est certaine : les trolls poutinophiles n'evoluent pas, n'apprennent pas. C'est toujours la meme rengaine, les memes arguments ridicules. Mais que fout Darwin ?!?

      Supprimer
  25. l'âne qui vielle1 septembre 2022 à 10:02

    Un article récente de CNN qui explique que les US ont travaillé des war game avec les Ukrainiens et leur ont conseillé un format de contre attaque "réduit" plutôt qu'une opération massive.
    https://edition.cnn.com/2022/08/31/politics/ukraine-us-wargames-counteroffensive/index.html
    Dans le contexte actuel aucune communication n'est innocente mais tout veut indiquer un format de contre attaque tel que décrit par notre hôte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela fait 20 ans que je fais cette guerre en virtuel avec les jeux vidéos Operation Flaspoint et Arma II. Le contexte est le même, les camps, le matériel et le nom des villes, tout nous ramène à cette guerre entre la Russie et l'Ukraine. Je précise qu'Opération Flashpoint est un jeu qui a été utilisé dans l'armée française pour de la simulation d'infanterie.

      Alors effectivement une attaque massive n'aurait pas d'impact significatif, voir plutôt catastrophique, car l'arme blindé ne répond plus aux attentes attendus sur le cahier des charges, sauf pour le transport des troupes, les LRAC et les drones apportent une vison de rupture dans la tactique.
      A priori, une offensive serait de travailler au corps les positions russes du front, par l'artillerie, permettant une avance lente mais protègeant ses flancs. Tout en faisant des tires d'opportunité sur les positions d'artillerie russes à l'arrière.
      -On avance, on stabilise la position, on se déploie, on se ravitaille, et on recommence-

      Bien sûr les chars ukrainiens ont peu de chance face aux LRAC et aux mines russes, donc l'infanterie doit faire le boulot avec l'artillerie, les blindés servant surtout pour le transport.

      Allez expliquer à l'état-major français, viré du Mali, qu'il faut revoir les doctrines d'emplois, relèverai au mieux du miracle, au pire de la haute trahison... MDR. Je dis ça pour les anciens qui vantaient le rouleau-compresseur russe, mais qui était en faite qu'une Lada déguisé en Mustang. lul

      Supprimer
  26. https://charter97-org.translate.goog/ru/news/2022/9/1/513736/?_x_tr_sl=auto&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=wapp

    Un nouveau suicide ?
    Si ce sont les Ukrainiens, le FSB aura résolu l'affaire ce soir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l'âne qui vielle1 septembre 2022 à 10:17

      Le FSB a conclu à un accident. "Voulant fumer une cigarette sans gêner son voisin de chambre, Ravil Maganov s'est trop penché à la fenêtre et est tombé. L'histoire est authentifiée par les trois membres des services spéciaux qui ont assisté à la scène et ont essayé en vain de le retenir dans sa chute."

      Supprimer
    2. Clair que ces meurtres sont une réponse à ceux qui se demandent pourquoi le peuple russe ne se rebelle pas plus...
      FredV

      Supprimer
    3. Dans les hôpitaux beaucoup de gens meurent: dans l'ambulance en arrivant à l'hôpital, sur la table d'opération, aux soins intensifs, dans leur lit après une longue maladie. Par defenestration, c'est assez inhabituel...;o)

      Supprimer
  27. En annonçant bien à l'avance cette contre-offensive vers Kherson, je pense que les Ukrainiens voulaient attirer le plus possible de forces russes dans le Sud, essentiellement pour soulager le front du Donbass. Voire en détruire un maximum, si l'opération fonctionne bien grâce la diminution sensibles des approvisionnements adverses.
    Peut-être aussi qu'ils préparent une grande offensive ailleurs, qui sait...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça fait des semaines qu'ils poussent, lentement mais surement, en direction de Mélitopol. Je ne sais pas sil ils ont les moyens de passer par là, toutefois.

      Supprimer
  28. Ni électeur RN, ni LFI. Simplement un Français qui raisonne en tant que tel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Maitre américain, laquais européens" Un troll des extremes oui !

      Supprimer
    2. Quand on dit "Que je sache la Russie ne nous a pas attaqué. C'est donc une affaire entre Russes et Ukrainiens. Que ces derniers se débrouillent avec leur maître américain et ses laquais européens" on est clairement un français qui raisonne comme les collabos de la dernière guerre...
      Donc vous raisonnez soit, mais votre jugement est biaisé et honteux
      Déjà signez vos commentaires...
      FredV

      Supprimer
    3. Un lâche quoi, qui préfère détourner le regard des atrocités russes commises en Ukraine au nom de sa petite tranquillité.

      Supprimer
    4. Et qui oublie volontairement que si la Russie n'est pas encore prête à nous attaquer, c'est bien GRACE à la résistance ukrainienne!

      Supprimer
    5. Quand on ne sait pas appliquer la règle de l'accord du participe passé avec le COD, on ne se targue pas de vouloir "raisonner".

      Supprimer
    6. Que vous soyez un français, sans en être certain, on a de quoi en douter. Mais qui "raisonne", il n'y a par contre aucun doute sur le fait que ça ne soit pas le cas. Si vous aviez été à l'école (en tout cas ailleurs qu'en russie), vous auriez étudié un truc qui s'appelle l'histoire et qui illustre bien en quoi le problème des uns est aussi le problèmes des autres. Et il n'y a même pas besoin d'empathie pour le comprendre. Notez d'ailleurs que même sans cette instruction, vous ne diriez pas un truc aussi crétin si vous raisonniez vraiment.
      Enfin... Comme on dit... On ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif.

      Supprimer
    7. Vous ne raisonnez pas, vous resonnez de toutes les aneries des idiots qui ne parviennent meme pas a comprendre que ce qui se passe aux portes de l'Europe les concerne.

      Supprimer
    8. Anonyme 11h52... pas aux portes de l europe mais en Europe même... je comprend que toute votre analyse soit ainsi biaisée...

      Supprimer
    9. > Anonyme 11h52... pas aux portes de l europe mais en Europe même... je comprend que toute votre analyse soit ainsi biaisée...

      Certes et ca renforce le point : certains idiots ne comprennent pas que ce qui se passe en Europe nous impacte directement. Pas besoin d'avoir les Russes dans nos frontieres.

      Supprimer
  29. Merci pour cette analyse de ce début d’offensive mon colonel. En revanche je suis surpris que vous ayez fait l’impasse sur la capacité de l’armée russe à tenir le choc sur le moyen terme.


    L’armée ukrainienne a fourni beaucoup d’efforts pour couper les lignes logistiques en détruisant systématiquement les ponts.

    Quelle est votre ressenti quant à la capacité de résistance d’une formation coupée quasiment complètement de son ravitaillement et de ses renforts?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah, je me suis fait piquer mon commentaire. Il me semble que la tactique ukrainienne est d'épuiser le ravitaillement russe de la poche, pour ensuite voir ce front s'écrouler. En tous cas la partie du mauvais coté du Dnipro. Les "réserves" russes de l'autre coté dont parle le colonel ne serviront à rien, jusqu'à leur redéploiement.

      Après, c'est un pari. On verra si ça marche.

      Supprimer
    2. ""Et ne pas oublier justement que les russes manquent de pont pour ravitailler Kerson et le front..." C'est ce que je disais plus haut. Mais ne pas oublier que l'essentiel de l'artillerie russe se trouve du côté Est du Dnipre. Donc sans problème de ravitaillement en obus. Là en ce moment dès que l'armée ukrainienne avance, c'est sous les obus russes. Reste à savoir si la tactique de contre-batterie ukrainienne est efficace en profitant de son matériel nouvellement reçu. Pour l'instant je pense que la bataille fait rage, mais surtout au niveau de l'artillerie. Donc à l'Est, rien de nouveau.

      Supprimer
  30. @Fredv
    Apprenez la géographie et l'histoire. Les milliers de km qui nous séparent de la Russie. Elle nous a jamais attaqué, seul Napoléon et son hubris guerrier l'a attaqué pour son et notre malheur. Par ailleurs sachez que comparaison n'est jamais raison. Quant à "honteux" moi je ne fais pas de la morale mais une analyse géopolitique. Je laisse cela à ceux qui n'ont jamais rien fait personnellement et ne feront rien sinon taper sur un clavier d'ordinateur ce qui ne mange pas de pain; Se battre par personne interposée est une solution de facilité qui n'est pas mienne.
    Quant aux atrocités le récent rapport d'Amnesty International a démontré montre qu'elles sont largement partagées. Déjà en 2018 un rapport de l'OFPRA les mettait en évidence. Depuis 2014 les Ukrainiens en ont commis dans le Donbass. Aucune guerre n'est "propre".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah mais ouais, il a raison, l'autre ! Les atrocités sont LARGEMENT partagées. Tout le monde sait que les ukrainiens ont massacré des femmes et des enfants russes et pillé des villages entiers. Tout le monde sait que le sophisme du pire, c'est totalement valide comme "raisonnement". Et pis d'abord : l'Irak, le Vietnam, les Indiens, l'esclavage aux USA, Richard III, Napoléon, Mary Stuart, Nabuchodonosor, Hector et Achille, la Guerre du Feu, Caïn et Abel... Moi aussi je sais faire de la géopolitique si je veux!

      Supprimer
    2. Oh punaise.... Tous les éléments de language des fermes à troll de moscou...

      Supprimer
    3. Lisez donc le rapport de l'OFPRA en date du 13 novembre 2018 sur les violences commises depuis 2014 par les groupes "ultranationalistes" dans le Donbass envers toute personne soupçonnée de séparatisme pour vous informer un peu plus.....
      La géographie, ça consiste à constater que nous n'avons aucune frontière commune avec la Russie donc elle ne nous attaquera pas, elle a déjà trop à faire en Ukraine.

      Supprimer
    4. Oh punaise ! Vous me citez un document sans lien avec un acronyme incompréhensible, ça y est vous m'avez convaincu !

      Supprimer
    5. > Quant à "honteux" moi je ne fais pas de la morale mais une analyse géopolitique.

      Votre "analyse", vous pouvez nous en faire profiter ?

      Supprimer
    6. "Quant aux atrocités le récent rapport d'Amnesty International a démontré montre qu'elles sont largement partagées." Mensonge éhonté. Amnesty a critiqué les tactiques ukrainiennes qui, selon eux, mettaient en danger des civils. Où est votre lien vers un rapport démontrant que les soldats ukrainiens tuent et violent des civils?
      La Grèce, la Grande-Bretagne, etc., n'avaient pas de frontière commune avec l'Allemagne nazie. Les USA n'avaient pas de frontière commune avec le Japon. Mon histoire bat votre géographie.
      L'armée russe a déjà trop à faire en Ukraine... donc vous voudriez qu'on laisse tomber les Ukrainiens pour que l'armée russe ait les mains libres pour passer à la suite.

      Supprimer
    7. Re: Anonyme 01/09 10:34
      "Elle nous a jamais attaqué"
      Puisque vous invoquez l'Histoire, vous savez évidemment que la Russie a déclaré la guerre à la France en 1798, et que nos troupes se sont affrontées en Italie du Nord et en Suisse (cf. Bataille de Zurich entre Souvorov et Masséna). De plus, l'armée russe et son empereur étaient aux premières loges lors de la bataille d'Austerlitz. Cela fait partie des grandes heures de l'Histoire militaire française. Avant 1798, je n'ai pas souvenir que la France ait jamais attaqué la Russie.

      Quant à la géographie, les milliers de km n'ont jamais impressionné les russes, leur colonisation de la Sibérie en témoigne. Idem pour leur conquête tardive de l'Asie Centrale à la fin du XIXe siècle, équivalent russe des colonisations occidentales qui a perduré jusqu'à la chute de l'URSS.

      Supprimer
    8. A Anonyme1 septembre 2022 à 11:40

      OFPRA un acronyme incompréhensible !

      Office français de protection des réfugiés et apatrides.
      L'Ofpra est un établissement public doté d'une indépendance fonctionnelle, chargé de l'application des textes relatifs à la reconnaissance de la qualité de réfugié, d'apatride et à l'admission à la protection subsidiaire.
      Sur les violences groupes ultranationalistes le rapport détaillé de novembre 2018 :
      https://www.ofpra.gouv.fr/sites/default/files/atoms/files/1811_ukr_violences_groupes_ultranationalistes_0.pdf

      Supprimer
    9. Eh bien je viens de lire ce rapport (il n'est pas très) long. C'est sûr: c'est après avoir lu ce rapport que Poutine a décidé d'entamer une opération spéciale pour libérer le peuple ukrainien de l'oppresseur, hallelujah. D'ailleurs les soldats russes et les pro-séparatistes n'ont jamais commis la moindre atrocité, sinon il y aurait un rapport de l'OFPRA dessus. Et le vol MH17 rempli de civils innocents est tombé du ciel tout seul. Etcaetera.

      Supprimer
    10. "'Se battre par personne interposée est une solution de facilité qui n'est pas mienne." On a bien compris, votre solution, c'est d'appeler, par clavier interposé, à la capitulation de l'Ukraine car vous admirez poutine.

      Supprimer
  31. "Que je sache la Russie ne nous a pas attaqué. C'est donc une affaire entre Russes et Ukrainiens. Que ces derniers se débrouillent avec leur maître américain et ses laquais européens"
    "Quand ils sont venus chercher les communistes, je n'ai rien dit, je n'étais pas communiste.
    Quand ils sont venus chercher les syndicalistes, je n'ai rien dit, je n'étais pas syndicaliste.
    Quand ils sont venus chercher les juifs, je n'ai rien dit, je n'étais pas juif.
    Quand ils sont venus chercher les catholiques, je n'ai rien dit, je n'étais pas catholique.
    Puis ils sont venus me chercher. Et il ne restait plus personne pour protester"
    Poème écrit à Dachau attribué au Pasteur Martin Niemoller.
    À méditer
    Laure H

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comment osez-vous ? Ce monsieur ne fait pas de morale, il fait des analyses geopolitiques ! C'est un vrai lui, un penseur.

      Supprimer
  32. Bjr, les blocs en présence dans cette 3éme guerre mondiale qui s'annonce ne sont pas si simplement séparés Oui le monde occidental ET démocratique, contre un autocrate Russe. Mais il y a en embuscade bien d'autres pays avec régimes autocratiques ou au mieux avec des institutions fragiles devant les normes démocratiques Européennes, ceux-là bien proches de chez nous : Serbie, Hongrie, Turquie. D'autres ailleurs, la Chine et toute l'Asie/Pacifique, Afrique, Amerique Latine et le moyen/proche Orient une bombe à retardement , avec plein d'autres problématique majeure pour eux, la premiére pour beaucoup : nourrir leurs population ! Et l'impact du réchauffement climatique qui va croissant, catastrophe en tout genre, l'accés à l'eau et l'émigration qui va aller croissant de ce fait.
    Cette guerre supportée uniquement par les Ukrainiens actuellement est le début d'une troisiéme guerre mondiale, personne ne le dit mais pourtant ... ! regardez l'usage du blé fait par Poutine et Erdogan : une arme hegemonique.
    La centrale nucléaire de Zaporidjia va être un abcés dans ce conflit ! Nous verrons l'évolution des choses avec la mission de l'AIEA mais c'est elle, la centrale, qui risque d'accélerer le processus vers un élargissement du conflit, pensez vous donc que ¨Poutine renoncera à son joker facilement ? Compte tenu des risques, l'OTAN un jour devra s'y coller comme par exemple au minimm une no-fly-zone ? ou bien les démocraties vont elles imposer à l'Ukraine sa possession par Poutine ? et restera toujours une Ukraine dévastée comme terrain de confrontation (pauvre pays !) dans une partie de poker d'échecs ou de monopoly mondiale. Dans ce genre de jeux, un élément compliqué c'est l'imaginaire Russe. Je pense que ceux -là ne sont pas dérangés d'avoir à côté d'eux un environnement complétement dégradé, toxique et dangereux, je pourrais développer ce point de vue, il me semble crucial pour l'avenir du conflit. Plus le temps passe plus j'ai honte que nos démocraties Européennes aient pu oublier que le glaive et la cuirasse soient une nécessité en ce bas monde. Tu veux la paix ? prépare la guerre ! c'est ainsi ! l'homme étant un animal fondamentalement prédateur. Acrimonieux, concupiscent et animé par la convoitise, les régimes politiques autocratiques sont l'émanation sociale et politique ultime de ces caractères naturels humains dont il faut savoir éviter les piéges. En l'occurence actuellement l'humanité se tape en Ukraine des plats que l'histoire nous a déjà servi !

    La troisiéme guerre mondiale a commencé. Et la Chine tergiverse pour l'instant ? Pendant les deux guerres mondiale l’Amérique Latine neutre avait vécu un âge d'or, les Chinois bien bêtes et vaniteux parfois (cf stratégie antiCOVID par exemple) savent néanmoins très bien tirer des leçons de l'histoire. Sans doute vont ils attendre bien tranquillement de recueillir les fruits du conflit.

    Excusez moi je cause trop ici, forum surtout sur la chose militaire. Si vous avez un autre forum quelque part plus adéquat pour partager ce genre de vues ce serait la bienvenue pour moi.
    Cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On n'assiste pas à une guerre des démocraties contre les dictatures, mais à une guerre contre la Russie. Directe, pour les ukrainiens, par proxy pour ses alliés.

      Mettre dans le même sac des pays qui n'ont comme point commun que d'etre des dictatures (et encore, la Hongrie...), avec des intérêts, des situations politiques, économiques, géographiques totalement divergents demande un peu plus que des affirmations péremptoires.

      Beaucoup de pays comptent profiter de la déconfiture de la Russie. Aucun n'a intérêt à ce que l'Europe, les USA subissent des conséquences économiques, car ce sont leurs clients principaux, ceux qui font bouffer leur population et leur permettent de garder le pouvoir.

      La Russie est en train de démontrer à tous que la troisième guerre mondiale n'est pas la solution aux problèmes, donner des coups de pieds dans la fourmilière est un suicide pour le pays qui le pratique.

      Supprimer
    2. 3ème guerre mondiale ? C'est celle du climat. Sur le reste, oui, des conflits ici et là. Mais vu que l'ogre russe semble se dégonfler, qui se risquerait à déstabiliser un peu plus sa propre population par une guerre ? Qu'on se batte pour des ressources, sans doute. Pour du zemmourisme poutiniste... bref du nationalisme, damned, non, je crois que ce temps là est fini : un autocrate va devoir trouver autre chose pour mobiliser sa population à mourir. Même chez nous, les zemmouristes sont repartis en rampant avec leurs envies datées du XIXème siècle.

      Supprimer
    3. @Chef Chaudard: "On n'assiste pas à une guerre des démocraties contre les dictatures, mais à une guerre contre la Russie. Directe, pour les ukrainiens, par proxy pour ses alliés." Mouais. N'empêche que la Chine, la Corée du Nord, l'Iran, la Syrie, etc. soutiennent de fait l'invasion russe. On pourrait même supputer que la Chine est en guerre contre l'occident par Russie interposée: la Chine espérait que la victoire de la Russie lui ouvrirait la porte de Taiwan...

      Supprimer
    4. > On pourrait même supputer que la Chine est en guerre contre l'occident par Russie interposée: la Chine espérait que la victoire de la Russie lui ouvrirait la porte de Taiwan...

      Il y a quand meme une grosse difference : les Chinois n'ont pas livre d'armes a la Russie. En revanche ils ont du bien voir maintenant que le soutien du monde occidental peut etre un serieux obstacle a leurs ambitions (meme si je doute que l'Europe s'engagerait au cote de Taiwan comme elle s'engage au cote de l'Ukraine).

      Supprimer
  33. Très heureux de bénéficier à nouveau de votre expertise mon Colonel. On peut toujours discuter de tout y compris sans compétence, mais vos analyses ouvrent à la réflection et la discussion et je me régale, ne fusse la gravité du sujet, de la qualité générale des commentaires générés. Merci

    RépondreSupprimer
  34. Vu qu'il n'y a pas beaucoup de nouvelles à se mettre sous la dent, un article d'un journal biélorusse d'opposition.
    A prendre avec beaucoup de réserves.

    https://charter97-org.translate.goog/ru/news/2022/9/1/513713/?_x_tr_sl=auto&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=wapp

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, un tableau bien rose de la situation .

      Supprimer
    2. Si cela pouvait être réél, ce serait formidable, mais effectivement soyons prudents...
      FredV

      Supprimer
  35. Il y a un paramètre que je ne vois pas apparaitre dans l'article et qui me semble pourtant essentiel. Les Ukrainiens semblent avoir réussi à couper la possibilité pour les Russes d'alimenter le front en matériels lourds en endommageant les 3 seuls ponts (2 routiers et 1 ferroviaire) qui traversent le Dniepr, plus un ponton d'accès aux ferries que les Russes avaient mis en place. Cela ne va-t-il pas empêcher les Russes de régénérer leurs forces ? En étant même optimiste, ne seront-ils pas très rapidement à court de carburant et/ou munitions (dans le sens ou ils arriveront toujours à en faire passer, mais peut-être insuffisamment pour alimenter des batailles de haute intensité...). Ne peut-on pas estimer que les Russes se défendent bien au départ mais de moins en moins bien au fil du temps ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait. Et la dimension "moral" est assez absente - le colonel maître de la mort comme hypothèse de travail, peut-il nous aider à saisir ce qui peut être dans la tête de troupes russes sur ce front en ce moment et l'évolution envisageable de cet état d'esprit?

      Je vérifiais tout à l'heure: entre l'opération Uranus (19-23 novembre 1942, préparée dès septembre) et la reddition de Paulus (2 février 1943), il s'est passé 75 jours.
      Un étalon temporel pour la contre-offensive en cours.
      (Modulo l'encerclement, puisque les russes ne sont pas pressés sur leurs arrières, juste coupés d'eux, ils se trouvent un peu dans la situation de la 6ème armée après la perforation de ses GLOCs démesurément étirées, surprise stratégique d'ampleur équivalente à celle de la coupure des ponts et franchissements qui s'est jouée en quelques jours)

      Dupont

      Supprimer
    2. Cela dit, merci et bravo au Colonel Goya pour ce billet d'analyse enlevé, comme d'habitude. Les opérations militaires (la guerre...?) sont ramenées dans leur dimension matérielle et historique, tandis que le bruit ambiant vit au rythme des vagues, du flux et du reflux, des réseaux sociaux.
      C'est d'ailleurs une question qui me taraude depuis le début du conflit: la vérité est-elle du côté de l'accumulation d'annonces et d'informations spectaculaires (=video) et disruptives, ou de fondamentaux plus atemporels. L'esprit start up est-il supérieur à l'organisation de la grande entreprise?
      Dupont

      Supprimer
    3. > Je vérifiais tout à l'heure: entre l'opération Uranus (19-23 novembre 1942, préparée dès septembre) et la reddition de Paulus (2 février 1943), il s'est passé 75 jours.
      > Un étalon temporel pour la contre-offensive en cours.

      Je ne vois pas en quoi des operations qui se sont deroulees durant l'hiver peuvent servir d'etalon temporel a une operation declenchee a la fin de l'ete. Je ne parlerai meme pas du fait que 80 ans separent ces evenements. Les conditions me paraissent radicalement differentes.

      Ce genre de comparaison me fait penser a ces traders amateur qui croient que l'historique passe d'un titre peut predire son avenir. On se demande pourquoi ils ne sont pas millionaires.

      Supprimer
    4. @Anonyme1 septembre 2022 à 13:24
      vous êtes bien déplaisant. Pourquoi?
      Cette référence historique qui comporte certains éléments de comparaison pertinents, pas tous bien sûr, mais chacun sera capable d'y réfléchir et de nuancer (c'est un peu comme les messages des trolls (pro-)russes, il n'y a pas besoin d'agonir d'insultes leur auteur, toute personne sensée est capable d'identifier une rhétorique excessive), donne une indication parmi d'autres, du temps qu'il a fallu pour obtenir la destruction opérationnelle et la capitulation d'une armée éloignée et coupée de ses bases. Au même moment certains propagandistes ou "fans", qu'ils soient (pro-)ukrainiens ou (pro-)russes, essaient déjà de qualifier de réussite ou d'échec une opération qui peut prendre des semaines - mais dont les fondamentaux semblent déjà posés, même si la tactique et l'analyse fine des forces en présence sont complexes.
      Il me semble qu'il n'y a pas d'amateurs ou de professionnels. Il y a des gens qui essaient d'apporter des éléments qui sont informés et qu'il est possible de discuter rationnellement.
      Une autre analogie qui présente ses intérêts et limites est celle de l'isolement des troupes allemandes lors de la bataille de Normandie. Il s'est, là aussi, passé 2 mois et 1/2 entre la fermeture du théâtre d'opérations par les opérations aériennes de "modelage" et la fuite des débris de l'armée allemande à travers la Seine. Il y a des similarités suffisamment intéressantes pour qu'on puisse en discuter.

      Je ne suis pas assez riche pour être trader amateur, mais suffisamment instruit pour avoir étudié la théorie financière. Je sais donc bien qu'un historique ne permet pas de prédire un cours, merci ; on sait cependant en observant l'historique d'un cours, identifier des fondamentaux de marché, de liquidités, macroéconomiques, et relatifs au sous-jacent lui-même, qui peuvent, rétrospectivement expliquer rationnellement l'évolution. La reproduction de ces fondamentaux peut permettre d'inférer des évolutions comparables.
      Il n'est évidemment pas dit que cette bataille "contre-offensive de Kherson" durera 75 jours, il est cependant vraisemblable qu'elle débouchera sur la destruction de l'armée russe présente de ce côté là du Dniepr - et qu'il faudra bien plus de 7j.
      Le battage médiatique dans le camp ukrainien et occidental sur cette contre-offensive depuis des mois, des semaines, jusqu'aux annonces tonitruantes de ces derniers jours, oblige en quelque sorte les ukrainiens au succès sur une opération de grande ampleur
      Quant aux objectifs (présumés, et mégalomaniaques vus ses moyens) du Kremlin (le contrôle de la mer noire, le "pont" terrestre vers la Transnistrie, la Novarossia, et bien sûr l'objectif symbolique suprême Odessa, hors de portée dès lors que les têtes de ponts seraient perdues) ressemblent beaucoup aux raisons (Volga, Caucase, extrême avance allemande, et bien sur symbole du nom) qui font fait s'accrocher Hitler l'idée qu'il ne fallait en aucun cas faire reculer sa pointe avancée dans Stalingrad.
      Dupont

      Supprimer
    5. Navre, je ne voulais pas etre desagreable a ce point. Votre precedent message laissait a penser que vous etablissiez un parallele un peu trop strict avec des combats qui se sont deroules il y a 80 ans. Je pense bien mieux comprendre (et respecter !) votre point de vue maintenant que vous avez pris le temps de le developper ;-)

      Supprimer
  36. l'âne qui vielle1 septembre 2022 à 10:52

    Il y a, dans l'article du Colonel Goya, une référence à une action Ukrainienne qui durerait un mois (du point de vue Ukrainien).
    "Face à cela, les Ukrainiens semblent persuadés d’avoir suffisamment fait évoluer leur pratique et élever le niveau de gamme tactique pour pouvoir au moins disloquer en un mois le dispositif russe au nord du fleuve"
    Pourquoi un mois. Il n'y a eu, à ma connaissance, aucune communication officielle sur la durée de l'opération (sinon que ce sera long).
    S'agit il des changements liés à la météo?

    RépondreSupprimer
  37. @ LaureH,
    Bravo pour votre récitation.
    Comparaison n'est jamais raison.
    Allez donc vous engager pour faire la guerre en Ukraine au service d'intérêts américains si ça vous chante. Ces derniers ont toujours fini par laisser tomber leurs alliés locaux dans toutes les guerres qu'ils ont entrepris depuis 50 ans. Tôt ou tard ils se lasseront et laisseront tomber les Ukrainiens comme leur première veste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous avez vraiment un problème avec les américains me semble t'il...Vous avez dans votre passé été refoulé par l'immigration US ? Donc selon vous, on ne fait rien et on regarde ailleurs ?

      Supprimer
    2. @ Anonyme 10h53:
      J'imagine que de votre côté vous allez partir au front défendre les intérêts russes?
      Il semble que vous n'ayez pas pleinement compris le sens du texte en limitant votre analyse à une défense des intérêts américains. Je vous invite donc à le relire...
      Laure H

      Supprimer
    3. Je n'ai pas l'impression que les USA ont laissé tomber leurs alliés européens pendant les 46 ans de la guerre froide... (ce qui ne me fait pas approuver systématiquement tout ce qui vient des Américains - surtout quand ce sont des Bush ou des Trump qui sont au pouvoir).

      Supprimer
    4. Z'allez voir, dans un prochain message il va venir nous reparler de Bandera.

      Il y a vraiment quelque chose de désarmant à voir un troll essayer d'argumenter. C'est drôle et triste en même temps.

      Supprimer
    5. > Il y a vraiment quelque chose de désarmant à voir un troll essayer d'argumenter. C'est drôle et triste en même temps.

      Une seule certitude a leur propos : Darwin n'a pas de prise sur eux. Ils n'evoluent pas. Il est probable qu'ils se reproduisent entre eux, la consanguinite devrait finir par regler le probleme, mais ca peut etre long.

      Supprimer
    6. En fait les trolls ne se reproduisent pas entre eux, mais soit c'est la même personne, soit c'est un collègue qui a reçu les mêmes consignes et les mêmes éléments de langage le matin en allant au boulot dans leur ferme à troll...
      Les plus droles sont quand mêmes les trolls africains qui sévissent sur France 24 notamment...
      Y'a du big level là !
      FredV

      Supprimer
    7. Les Américains ont soutenu leurs alliés tant qu'iel était possible de le faire.
      Ils nous ont soutenu pendant la deuxième guerre mondiale, puis pendant la guerre du Vietnam et de Corée ou les agresseurs expansionnistes étaient les mêmes qu'aujourd'hui auréolés à cette époque d'une étiquette de libérateur qui n'a pas tenu longtemps ses promesses.

      Vous préférez la Corée du Nord ou la Corée du Sud pour y vivre.

      Il ya eu la première guerre du Golfe ou l'Irak a envahi un des pays du Golfe, puis la deuxième guerre du Golfe absolument injustifiée.

      Vous voulez vous pencher sur un pays perpétuellement en guerre ?

      Allez donc lire l'article de Wikipédia sur " Liste des guerres de la Russie"
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_guerres_de_la_Russie#F%C3%A9d%C3%A9ration_de_Russie

      Ca va vous remettre les idées en place parce que ça m'a l'air confus dans votre tête ....

      Supprimer
  38. Peut-être que si la contre offensive ne donne pas de résultats probants d'ici fin septembre, on risque un status quo au niveau des positions et là ce serait clairement un échec des FAU. J'espère de tout coeur qu'il n'en sera rien...

    RépondreSupprimer
  39. Lecteur attendant le nouveau post1 septembre 2022 à 11:01

    Je suggère aux participants de faire très bref avec les trolls…
    Le blog sature (on vient de le voir) et ils ont compris que faire parler longuement est une technique qui peut s’avérer utile…

    RépondreSupprimer
  40. Le blog est donc limité à 1546 commentaires ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, d'après ce que j'ai vu précédemment, un autre item de ce blog a été saturé au bout de 1200 et quelques commentaires; la limite doit plutôt être un nombre de caractères (plus les interventions sont courtes, plus il peut y en avoir). Cordialement.

      Supprimer
    2. Pas certain. Depuis que ce nouveau billet est publié les commentaires se sont débloqués sur le précédent, et des commentaires soumis mais non publiés sont également apparus.

      Supprimer
  41. Relisez les déclarations de Poutine et les écrits des idéologues poutiniens. Leur objectif ultime est de faire tomber l Occident et l OTAN pour créer un nouvel empire russe englobant l Europe et l Asie qui refonderai les valeurs traditionnelles slave comme modèle universelle sur les peuples dominés.
    Comme la Russie n a pas les moyens aujourd’hui d envoyer des chars jusqu a Paris, elle a ouvert un autre front contre l Occident avec quelques succès, c est celui de la déstabilisation interne des démocraties occidentales via une guerre de désinformation et de propagande.
    Elle dispose d une troupe ici même d ‘idiots utiles’ que sont les adeptes des théories du complot et antiaméricains primaires.
    Donc oui Poutine est en guerre contre nous, l Occident et nos valeurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas d'accord. Non pas que je nie que certains en Russie croient cela, il y a indubitablement des courants panrusses et nationalistes dans ce pays. Le régime de Poutine est nationaliste, il est normal qu'il y ait des mouvances extrémistes plus ou moins tolérées et utilisées par le gouvernement. Mais je pense que les dirigeants Russes connaissent leurs limites.

      A la chute de l'URSS, la Russie a accepté que les pays dans l'orbite soviétique (les "Pays de l'Est") deviennent indépendants. Dans leur esprit, la Russie devait en revanche conserver ceux ayant fait partie de l'URSS, comme l'Ukraine (je laisse de côté les pays Baltes, pour les besoins de la démonstration).

      C'est pour cela qu'elle a déduit des accords signés que "l'Ouest" lui laissait le champ libre dans ses possessions, que "l'OTAN promettait de ne pas s'étendre à l'est". Elle pensait avoir signé de nouveaux accords de Yalta sur un partage de cette partie du monde.

      Elle a rapidement soupçonné des tentatives de déstabilisation fomentées par la CIA quand ces "possessions" ont eu des velléités d'indépendance, comme l'Ukraine, ou subit des troubles mettant en péril leurs gouvernements fantoches, en Géorgie, au Kazakhstan ou en Biélorussie, par exemple.

      Elle a donc dénoncé les USA et son instrument, l'OTAN et s'est attachée à la tâche de réduire ces risques, par des interventions brutales directes, dans le pur style soviétique.

      Elle pensait (comme beaucoup d'analystes militaires à l'Ouest) que l'armée Ukrainienne ne résisterait pas à une opération du genre de celle ayant eu lieu au printemps a Prague en 1956. L'Ouest, mis devant le fait accompli, ayant accepté tacitement la mainmise Russe sur son pré carré, comme indiqué plus haut, ne riposterait que mollement.

      C'est là que tout a dérapé...

      Ce n'est donc pas une guerre idéologique, juste une guerre "défensive" contre l'extension du sentiment national dans ses possessions, la fragilisation du pouvoir des gouvernements marionnettes sous sa coupe. La Russie veut se voir comme une grande puissance, elle pensait avoir sauvé les meubles en signant les accords avec les USA suivant l'éclatement de l'URSS, en ayant raffermi sa mainmise local. Et voila que tout part en sucettes, parce que les Ukrainiens se sentent ukrainiens et veulent vivre libres.

      Supprimer
    2. Je suis entièrement d'accord avec vous. Le grand public ne se rend absolument pas compte de cela et c'est dangereux à terme.

      Supprimer
    3. @Chef Chaudard: ou alors, le Kremlin sent son pouvoir menacé, pas tellement par l'OTAN, mais par la contagion du "mode de vie" occidental où on peut changer de président après quelques années et où le président ne peut pas changer la constitution quand ça l'arrange. Accuser l'OTAN d'avoir "rompu un traité" (signé où?) ou la CIA d'avoir fomenté la révolution orange ou Maidan ne sont que des prétextes.
      Une seule chose est sûre: le pouvoir russe se fiche complètement de l'intérêt du peuple russe.

      Supprimer
    4. @ chef Chaudard : Prague en 68 !
      Mais je pense que vous vouliez faire référence à Budapest en 56

      Supprimer
    5. Merci Anonyme 12:50. J'me suis emmêlé les crayons.

      Supprimer
    6. @ chef Chaudard
      Les deux mouvances existent (pana russe et simple nostalgique de l URSS) mais le fait que Poutine utilise et intronise les plus virulents et impérialistes me semble très dangereux et l exemple allemand avec Hitler le confirme. La majorité des allemands ne souhaitaient pas forcément la conquête de l Europe mais les idéologues nazi les y ont poussés

      Supprimer
    7. La référence la plus proche est bien Prague 68. Invasion massive depuis de nombreux axes pour amener l'armée à ne pas avoir de ligne de front et se retrouver sans commandement suite à la prise de l'aéroport de la capitale qui ensuite décapiter le pouvoir. Le gros des forces est armée de bouclier et de matraques pour réprimer les euromaidans anticipés (la longue colonne qui s'est retrouvée bloquée au nord de Kyiv.

      Sauf que l'aéroport n'est pas tombé et que le tout c'est grippé.
      Prague a impliqué aussi beaucoup plus de troupes (4/fois plus pour un pays plus petit et moins peuplé)

      Les russes ne sont jamais attendus à être reçus avec des fleurs mais pensaient devoir seulement jouer de la matraque après que les spetnaz aient fat me boulot

      Supprimer
    8. @Anonyme 13:13 L'exemple de l'Allemagne est à la fois bon et mauvais: bon, une flopée d'idéologues plus ou moins farfelus ont émergé suite à l'arrivée au pouvoir d'Hitler, mauvais, car il avait DEJA son programme idéologique, par forcément le même. Rien ne montre que Poutine le suive sur ce terrain. Ses séides proclament des idées extrémistes, mais je pense que c'est plutôt un "débordement par la droite" que Poutine tolère, pour intimider le monde, montrer qu'il ira jusqu'au bout, chauffer, si possible, les Russes.

      Pour étayer mon propos, il faut considérer la constance de Poutine a respecter l'esprit des "accords" qu'il a pensé avoir passé avec les Américains. Et là je réponds également @Anonyme 12:50.
      Il a ainsi soigneusement fait la différence entre les pays que ce "partage" lui avait laissé, et ceux passés "à l'Ouest". Il a considéré que les "Pays de l'Est" étaient maintenant aux mains des Américains et ne les a pas traités autrement que les autres pays d'Europe, "vassaux des USA". Pas forcément bien, mais pas différemment.
      Ces accusations d'ingérence envers les Occidentaux ont pour but premier de les culpabiliser, donc potentiellement les paralyser et motiver le peuple russe. Mais c'est également une manière de montrer les dents quand ils se rapprochent trop de ce qu'il estime être à lui. Ce n'est donc pas qu'un prétexte.

      Il me semble que, selon Poutine, la Russie doit comprendre les anciennes républiques soviétiques (hors états baltes, passés à l'Ouest), sur lesquels les USA (dont les autres pays ne sont que des vassaux, mais également seule super puissance digne de discuter avec la Russie Eternelle) lui avaient laissé implicitement ou explicitement droit de vie et de mort. Je ne sais pas s'il a le but à long terme d'étendre son Empire plus loin, mais je pense, en revanche, qu'il se "contenterait", en ce moment, d'une mise au pas des états rebelles, à commencer par l'Ukraine et la Moldavie et une reprise en main de ses vassaux, avec la bénédiction des USA. un but bien assez lointain comme ça.

      Supprimer
    9. @chef chaudard de la part d'anonyme 12:50 (le premier des 2): Là où je ne vous suis pas c'est quand vous parlez de "La Russie selon Poutine." Je pense que Poutine définit l'intérêt de la Russie en fonction de son intérêt personnel. Je ne connais pas d'exemple de dictateur (ou d'autocrate si vous n'aimez pas le mot dictateur) qui ait jamais fait passer son intérêt personnel après celui de son peuple (et même dans les pays démocratiques c'est pas toujours gagné d'avance). Pour moi, Poutine affirme qu'il est dans l'intérêt de la Russie de restaurer sa sphère d'influence simplement parce qu'en fait c'est dans son intérêt personnel. Il me semble que l'intérêt du peuple russe aurait plutôt été de faire réformer l'économie, les infrastructures, etc. plutôt que l'armée. Etant donné l'arsenal nucléaire russe, AUCUN pays, limitrophe ou pas, n'est une menace pour la Russie (ou alors la Chine?).

      Supprimer
  42. Étonnant cet article précipité Mr Goya, je pensais pas vous voir écrire avant une semaine ... pour l'instant nous n'avons accès qu'a une bouillie d'information pratiquement toutes invérifiables, à part un élargissement de la tete de pont sur l'Inhulets qui semble admis par tous. Les flèches ukrainiennes qui avancent dans la poche russe viennent des canaux telegram de désinformation russe non ? Bref bcp de prudence surtout qu'on ne connait pas vraiment l'objectif ukrainien : reprendre du terrain rapidos ou aspirer l'armée russe dans une poche difficile a ravitailler ? En tout cas agréablement surpris car je pensais les Ukr vraiment a bout de souffle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "..les Ukr vraiment a bout de souffle."
      Vous ne lisez pas les bonnes infos!
      A bout de souffle, c'est plutôt la russie, l'Ukraine a bénéficié de milliers de soldats formés soit à l'arrière ( et sur nouveau materiel) soit à l'étranger, et à "du souffle nouveau" pour cette contre offensive.

      Supprimer
    2. Des troupes de haute valeur tactique ne se forme pas en 6 mois. Même chez les occidentaux. Et en plus il faut une certaine expérience de combat ...
      C'est pas ça qui va retourner la situation ou en tout cas pas tout seul.
      Le front de Kherson était devenu très calme et la défense UKR est toujours sous tension dans l'est ( même si elle ne recule pas bcp )
      Bref c'est ce qui me faisait dire que les UKR avait touché leurs limites. Mais ils ont bien caché leur jeu.

      Supprimer
    3. Mais attention pour l'instant ils auraient enfoncés quelques lignes russes mais il va falloir maintenir l'effort pendant quelques semaines... et c'est pas gagné !
      wait and ser

      Supprimer
  43. Parce que si les Ukrainiens maintiennent l'effort pendant quelques semaines ca va devenir un cauchemar pour l'armée russe. Même si les gains sont minimes ce sera très compliqué de ravitailler massivement les troupes les plus éloignées de Kherson. Ca les oblige a se placer dans des goulots d'étranglement ( cf les troupes qui attendent derrière le pont Anthonevsky à Kherson et qui se font régulièrement vitrifier par les HIMARS ). Bref les camions et dépôts russes n'ont pas fini d'exploser !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Kherson sera pris, quasi sûr, et la population résistante et armée entrera en action dès les premiers combats dans les faubourgs de la ville

      Supprimer
    2. Encore faut-il que les ukrainiens maintiennent leur effort et ça c’est pas sûr au regard des ralentissements des approvisionnements otan

      Supprimer
    3. @Anonyme 14:27
      Quel ralentissement? Avez vous des sources?

      Supprimer
  44. Cedric Mas: Nous ne sommes que le 1er septembre et l’offensive informationnelle russe est intense.
    Tous les réseaux collaborant à la propagande pro-russe sont actifs ce matin.
    https://mobile.twitter.com/CedricMas/status/1565261303677128706

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois plutôt ça comme un bon signe. Ils s'en prennent plein la gueule sur le terrain alors ils mettent la double ration de propagande.

      On compense comme on peut.

      Supprimer
    2. Je lis les posts sur twitter, trop rigolote la propagande Russe... Première heures : la contre offensive Ukrainienne n'existe pas, c'est une invention de la presse occidentale. Puis dans les heures suivantes : la contre offensive à lamentablement échouée (ah bon, je croyais qu'il n'y avait pas de contre offensive ;-) ). Puis le lendemain : les pertes Ukrainiennes ont encore augmentées (ah bon, je croyais qu'elle avait échouée...). Bref...

      Supprimer
    3. l'âne qui vielle1 septembre 2022 à 11:50

      ISW fait un long commentaire dans sa dernière livraison sur l'information de source Russe et les divers leviers utilisés par la propagande de guerre. (lien en fin de commentaire)
      Ils détaillent aussi les techniques de "leurre" utilisées dans ce genre de combat et la lecture qui peut en être faite d'un point de vue local/factuel.
      En gros une attaque "leurre" est faite pour dégarnir d'autres parties du front et est faite pour être repoussée. Cela apparait comme une victoire de la partie adverse alors que c'est la première mâchoire du piège.
      On est parti pour une longue période de desinformation active avec une presse qui relaiera les messages des uns et des autres en précisant bien qu'elle ne peut pas vérifier.
      https://www.understandingwar.org/backgrounder/russian-offensive-campaign-assessment-august-31

      Supprimer
    4. L'Histoire est parsemée de ce genre de ruses de guerre - qui de mon point de vue sont "de bonne guerre" -, avec leur lot d'entreprises de désinformation plus ou moins grosses... En l’occurrence la grosseur semble bien être du côté russe, et la finesse du côté ukrainien, ce qui devrait être de nature à calmer les ardeurs trollesques, ou au moins à les pousser vers la finesse. Est-ce possible ? Mystère... (en fait non, y a pas de mystère...)

      Supprimer
    5. Source: Cedric Mas.

      Lol

      Supprimer
  45. Prenez de la hauteur et tenez, quoi qu'il arrive. L'unité du lieutenant-colonel Sergei Boyko a accompli cette tâche et a réussi à repousser les tentatives ennemies de reprendre la position. Nos combattants étaient cinq fois moins nombreux. Mais ils ont survécu et ont donné l'opportunité d'attaquer avec succès d'autres unités. Tous, dirigés par le commandant, sont les vrais héros de l'opération Z !

    Abonnez-vous à la chaîne | #HeroesZ

    Герои спецоперации Z - à suivre sur Telegramm !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les russes pensent qu'ils tournent un nouveau film, avec leurs "hérozs" invincibles ! J'espère que les Ukrainiens leur mettent une bonne br...

      Supprimer
  46. Ceci n'a sans doute rien à faire ici, mais comme ce lieu d'échanges est intéressant j' y refourgue quelques supputations. Merci, d'abord, Colonel, pour éclairer de façon si intelligente et documentée le présent. Je ne comprenais pas les buts qu'avaient des dirigeants Russes pour se lancer dans cette aventure anthropocide. Je suis donc aller chercher, principalement sur Wikipédia, des données quantitatives permettant peut-être de fournir quelques indices. Ainsi, on peut avoir accès à différentes données publiques, notamment celles concernant les taux d'homicides par pays ( fournis par des groupes liés à l'ONU, souvent ). La Russie a vu son taux d'homicides ( donné en nombre d'homicides pour 100000 habitants, comme les données fournies avec les pandémies ) baisser drastiquement. Ce taux est de devenu si faible, qu'il en vient presque à être aussi anémique que celui de l'ennemi satanique juré : les USA. Il me semble donc opportun de considérer que V Poutine ne fait que tenter d'endiguer cette dégringolade, et, on peut raisonnablement penser qu'il y parvient de belle manière. Les soldats russes, en mourrant par milliers sous les projectiles divers, travaillent de façon efficace à la réalisation de la volonté de leur glorieux maître béni par Kiril (pas le clown au gros nez rouge, mais le patriarche affublé du même appendice nasal ). Certes, il y a d'autres raisons qui expliquent cette opération militaire spéciale, mais il me semblait important de ne pas laisser passer celle-ci.

    RépondreSupprimer
  47. l'âne qui vielle1 septembre 2022 à 13:45

    Les statistiques Russes avant conflit indiquaient de nombreuses améliorations (depuis un niveau vertigineusement bas). Baisse des homicides, baisse du taux de suicide, remontée de la natalité, remontée de l'espérance de vie, baisse de la consommation d'alcool. Le tout sur fond de hausse du PIB.
    Cela faisait dire à certains que la Russie sortait cahin-caha du sous développement post effondrement soviétique et était entrain d'émerger économiquement (au niveau de l'Espagne) et socialement (au niveau des meilleurs pays d'Amérique du Sud).
    Depuis le début de l'opération spéciale la direction des statistiques Russes est passée sous contrôle strict du politique afin que personne ne puisse lire directement les effets des sanctions occidentales et les effets éventuels de la guerre.
    Il va donc falloir attendre un moment avant de pouvoir faire confiance aux chiffres produits par l'administration Russe. Par contre ce sera amusant pour ceux qui aiment torturer les chiffres de mettre en évidence les contradictions des statistiques officielles Russe et des pays clients/fournisseurs.
    Je serai très surpris que le conflit actuel enrichisse les Russes à court et moyen terme. Plus on est pauvre et plus toutes les statistiques évoquées repartent dans le mauvais sens.

    RépondreSupprimer
  48. Merci encore pour votre travail monsieur GOYA, c'est toujours un plaisir de vous lire.

    PS (HS) : Un plaisir de vous lire, excepté lorsque vous écrivez des choses comme celles-ci :
    "L'admirateur poutino antivax du jour."
    https://twitter.com/Michel_Goya/status/1565068197140783105?cxt=HHwWgoCzvfbOnrgrAAAA
    Jamais je ne me ferai inoculer, mais "je m'inocule du Michel GOYA quotidiennement" ...
    "Le pire est qu'on s'entendait plutôt bien, mais ça c'était avant le drame des vaccins."
    https://twitter.com/Michel_Goya/status/1565255852302520321?cxt=HHwWgsC-sfL587grAAAA
    Comme vous dites, ce fut un drame ...

    Bonne continuation à vous,
    Cordialement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est amusant comme certains arrivent à distinguer le bien du mal avec les troll pro-russes mais sont incapable d'en faire autant avec les antivax ! Complot de 99% des épidémiologistes et des immunologistes qui - organisés en fermes à trolls - vous rabâchent que vous avez tort et que la réalité n'est pas ce qu'elle est pour que Pfitzer puissent se faire du fric ?
      J'aurais aimé obliger les antivax a visiter mon service de réa en juin 2020, quand seul 50-60% de la population était vaccinée. Je crois que c'est aussi ce que Zelensky aurait aimé faire avec les russes à Boutcha.

      Supprimer
    2. Je trouve les antivax encore pires que les trolls poutinophiles. Au moins ces derniers ont l'excuse du brouillard de la guerre et de la propagande, ou juste le besoin de gagner de l'argent. Les antivax sont bien souvent atteints d'ultracrépidarianisme comme la plupart des complotistes, ils croient qu'ils savent tout et ont tout compris.

      Supprimer
    3. À "Anonyme - 1 septembre 2022 à 15:52",
      Je ne compte pas poursuivre cet échange avec vous.

      Bonne continuation à vous (et bon courage si vous êtes toujours dans le soin hospitalier).
      Cordialement.

      Supprimer
    4. À "Anonyme 1 septembre 2022 à 16:14",

      "Les antivax sont bien souvent atteints d'ultracrépidarianisme comme la plupart des complotistes, ils croient qu'ils savent tout et ont tout compris."
      Du Étienne KLEIN dans le texte !
      J'ai bon ?
      ^^

      Bonne journée à vous.

      Supprimer
    5. > Du Étienne KLEIN dans le texte !

      Absolument :-) C'est lui qui m'a appris l'existence de ce mot. Je le trouve plus amusant a utiliser que "effet Dunning-Kruger".

      Supprimer
  49. Je ne comprends pas .... il est évident que cette contre offensive Ukrainienne n'est pas encore à 100% opérationnelle, ils sont simplement entrain de tâter le terrain au Nord de Kherson pour attirer le regard des armées et BT russes positionnées autour et au sud de Kherson... afin d'attirer toute leur chaîne de logistique et d'armements vers cette région, permettant de regrouper tout ce beau monde afin de les viser plus efficacement ...Ce n'est pas pour rien que les HIMARS et autres missiles détruisent les stocks de munitions et lieux de ravitaillments depuis Juillet, ce n'était que des préludes aux opérations de leurres ukrainiennes actuelles. La prise de Kherson ne sera décidée seulement quand suffisament de munitions et de logisitiques russes seront vaporisées dans les semaines à venir... On observe sur FIRMS de la NASA, depuis quelques semaines de nombreux feux sur les lignes arrières de Kherson et vers l'est entre Novokyivka et Semenivka ce qui semble être le noeud logistique russe, parfait barycentre pour alimenter le front de Kherson et du Donbass donc parafit endroit ou frapper en profondeur les stocks de missiles russes.... De plus l'observation continue de la Mer Noire par les USA et l'OTAN permet de donner du renseignement aux Ukrainiens quant à la position et les décisions des sous marins et lanceurs de missiles de croisières russes.... L'Ukraine agit lentement mais méthodiquement, une fois la logisitique russe et le moral des soldats suffisament corrodés ( fin Septembre ) Kherson sera reprise bien facilement, sans munitions, sans moral , pas de contre attaques russes pis si ils continuent à gâcher leur potentiel létal sur des HIMARS en bois .... ils n'iront plus bien loin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben alors ça va prendre beaucoup de temps si les Ukrainiens agissent de cette façon ! Et avec un résultat des plus incertains…. Non une offensive se doit d’être rapide sinon c’est l’enlisement : regardez les russes dans le Donbass. Dire que les ukrainiens procèdent avec lenteur c’est un prétexte pour camoufler un échec.

      Supprimer
    2. Cher Anonyme, pouvez-vous nous indiquer des offensives dans l'histoire militaire qui ont permis d'enfoncer un front de près de 50 kms avec une armée qui avait eu le temps de préparer ses défenses en 3 jours ?
      J'attends une réponse cohérente de votre part...
      FredV

      Supprimer
    3. @FredV: les offensives de la fin de l'été 1918, ainsi que l'offensive depuis salonique en septembre.

      Mais les alliés avaient alors bien plus de moyen que l'armée ukrainienne aujourd'hui.

      D'un autre coté, il ne s'agissait pas pour les premières d'offensives /grand style/ mais d'une succession ininterrompue de *coups* sur toute la ligne de front. C'est ensuite le moral qui a lâché du coté allemand.

      --
      TurtleCrazy

      Supprimer
    4. Cher Anoynyme, déjà je déteste répondre aux anonymes, ils sont capables de se cacher éternellement et de retourner constamment leurs vestes... bref je vais te répondre pour ton plaisir : une opération militaire de cette envergure ne se termine ni ne s'execute pas en une semaine, si vous aviez une connaissance en histoire ou même une expérience militaire vous le sauriez ... ce sont des mouvements et des planifications très longues surtout à ce niveau là ou deux armées de professions se font face... même en Syrie ou en Afghanistan face à des simples rebelles armés d'armes rudimentaires qui connaissent très bien le terrain les opérations prennent des mois entiers dans certains secteurs... Les Russes ont largement eu le temps de fortifier des positions autour de Kherson car l'Ukraine communique très bien depuis des semaines qu'une contre offensive aura lieu, c'est bien joué car les russes penseront à concentrer la majorité de leurs efforts de ce côté, les autres fronts pourraient être soulagés pour les Ukrainiens, enclanchant je pense un joli piège de la part des Ukrainiens dans les semaines à venir ! Lisez Sun Tzu pour savoir ce qu'est un échec militaire, les russes les accumulent depuis 6 mois... Certes les prises de Marioupol et Kherson peuvent être considérées comme des victoires selon leur point de vue mais c'est plus facile de prendre une ville ennemie proche de ses frontières qu'au plus profond de l'Ukraine #Kiev #Kharkiv

      Supprimer
  50. Un titre référence pour cet article pour se demander si l’objectif Kherson n’est pas trop ambitieux pour l’état açtuel de l’armée ukrainienne mon Colonel ?
    Premièrement, il ne me semble pas y avoir de ponts plus près donc cela voudrait dire que les FAU ne seraient pas en mesure de prendre une initiative tout court.
    Deuxièmement, il me semble qu’ils sont au contraire à distance idéale pour être visés par l’artillerie de precicion

    Nous voudrions tous d’une reprise de Kherson rapide mais s’il y a des HIMARS en bois et qu’ils brulent c’est qu’il y a des yeux pour regarder tout cela, et les ukrainiens ne souhaite pas d’une victoire à la pyrrhus et prendront le temps qu’il faudra.
    Cela me rappelle la reprise d’Irpin qu’on annonça un peu trop tôt, mais elle finit par y arriver. Je pense que les mêmes causes produiront les mêmes effets à Kherson qu’à Irpin

    RépondreSupprimer
  51. https://charter97-org.translate.goog/ru/news/2022/9/1/513782/?_x_tr_sl=auto&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=wapp

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Alain H et merci d'avoir tenu le lien avec l'ISW.
      Je vous ai lu tous et me tenais au courant comme je pouvais, mais sans pouvoir voir de cartes, sans mes accès habituels, c'était parfois bien difficile...
      Cet article dont vous donnez le lien confirme d'autres sources prises ça et là depuis ce midi que je regarde et fouine dans mes liens habituels. Il semble exister bel et bien un mouvement de panique chez les Russes. Un peu comme le jour où l'aéroport près de Sébastopol avait été touché... Mais là il s'agirait de militaires.

      Supprimer
    2. Bonsoir Isaty,
      Ravi de vous revoir parmi nous !

      Supprimer
  52. https://twitter.com/wartranslated/status/1565278195536068612

    Dit rapidement, les Russes sur télégram avaient ouvert un canal pour alimenter en temps réel leurs artilleurs en coordonnées GPS de cibles.

    Ils l'ont coupé rapidement : c'était inondé par les pro-ukrainiens et de coordonnées de troupes russes (ou aléatoires, genre l'aéroport de Koursk).

    RépondreSupprimer
  53. Une lie assez épouvantable sous les articles. Un résidu assez révélateur, avec ses approximations orthographiques et culturelles, ses références à des jeux vidéos, sa fausse bonne conscience autosatisfaite, sa vision binaire et hystérique de la géopolitique et de l'actualité, sa vulgarité en un mot.
    Si abattre des russes sur jeu vidéo ne suffit plus et si la russophobie devient vraiment trop forte, comme une envie d'uriner, les ukrainiens accueillent des étrangers dans leurs rangs ( pour un résultat mitigé mais c'est un autre débat).
    Empêcher les russes de menacer Lisbonne, vos """valeurs démocratiques"""" et votre pavillon résidentiel est possible...
    Et vous arrêterez en plus de nous pomper l'air.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. un peu charabia et incompréhensible votre propos : vous pourriez éclaircir si vous désirez être compris.

      Supprimer
    2. Je ne sais pas ce qu'il vous faut de plus... Un russophile dit son mépris des "russophobes" vulgaires. HM

      Supprimer
    3. Voici une règle simple, cher Monsieur : en français, une phrase se compose a minima d'un sujet et d'un verbe conjugué. Ensuite, vous pouvez éventuellement ajouter un prédicat. Mais n'oubliez pas que la phrase se construit d'abord autour du verbe, sans quoi l'intelligibilité de l'énoncé se voit anéantie.

      Un peu comme il en sera bientôt de l'armée ruSSe.

      Supprimer
    4. Simple : vous répondez à quelqu'un mais qui et à quel message ? (être anonyme est repéré par l'horaire)
      Clair : on comprend que certains propos vous excèdent, mais seule la dernière phrase "Et vous arrêterez en plus de nous pomper l'air" est claire.
      Russophile, russophobe... ou non, ou autre cause, un échange reste un échange et s'il est incompréhensible, autant se passer d'écrire.

      Supprimer
    5. J'aimerai bien savoir pourquoi on est "russophile" actuellement. En dehors d'être anti-américain. Être pro-russes parce que anti-américain c'est être un gros débile.
      Moi, je suis russophobe, et j'assume. J'ai quelques excuses ! D'ailleurs à la maison les enfants ont commencé à parler en ukrainien.

      Supprimer
    6. La lie ? Vous parlez de vous et de vos amis trolls je suppose...
      Vous prenez donc bien le pli de votre dictateur préféré (poupou 1er) qui n'est jamais meilleur que d'accuser les autres de ses propres turpitudes.
      En premier lieu, identifiez vous au moins par la signature, nous saurons ainsi si nous avons déjà échangé sur ce blog ce qui donnerait un peu de légitimité (est-ce possible ?) à vos propos
      FredV

      Supprimer
  54. De retour parmi vous, bonsoir à vous tous.
    Merci au colonel Goya pour cette nouvelle analyse et de la reprise des commentaires.
    Depuis la fin juillet (depuis mon départ), je ne constate pas grand changement du côté russe sur les cartes, à part au nord-est de Silversk (en dessous d'Izium pour ceux qui se poseraient la question). C'est une pause vraiment allongée...
    L'attaque démarrée depuis le 29 aout par les Ukrainiens annoncée autour de Kherson, semble être plus vaste puisque des groupes ukrainiens ont tenté aussi de débarquer ce matin près de la centrale d'après les Russes (*Le Monde - live). Par ailleurs, des localités sont annoncées prises par les Ukrainiens (par des Russes) et celles-ci semblent bien loin derrière le front connu... Ce "brouillard de guerre" est nécessaire et notre besoin de savoir n'y changera rien.
    Attendons donc...

    RépondreSupprimer
  55. Sur la prise « trop rapide » de Kherson par les Russes au début de l’invasion. Préparation par les services secrets russes corruption au plus haut degré des fonctionnaires et militaires ukrainiens. Article journal espagnol. À mettre en relation avec les limogeages qui ont eu lieu et avec la campagne anti corruption actuelle.
    https://www-elconfidencial-com.translate.goog/mundo/2022-08-24/grandes-enigmas-invasion-rusa-ucrania_3479663/?_x_tr_sl=es&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=sc

    RépondreSupprimer