samedi 21 mai 2022

Point de situation des opérations en Ukraine 21 mai 2022—La bataille du Donbass

Rappelons que le seul objectif opérationnel affiché par les Russes à la fin du mois de mars est de terminer la conquête complète du Donbass, que l’on associe à la prise des zones des deux provinces de Louhansk et Donetsk encore sous-contrôle ukrainien.

Les données du problème

Dans les faits, cela revient à s’emparer du port de Marioupol et 250 km plus au Nord des deux couples de villes Sloviansk-Kramatorsk (SK) et Severodonetsk-Lysystchansk (SL) distants l’un de l’autre de 80 km.

La bataille de Marioupol fera l’objet d’une analyse à part. Retenons à ce stade qu’elle a fixé environ 12 groupements tactiques (GT) divers, armée russe, garde nationale tchétchène, 1er corps d’armée DNR (République populaire de Donetsk) et une ou deux brigades d’artillerie, pendant sept semaines. Les forces russes, sans doute très usées, ont pu commencer à en être retirées dans les dix derniers jours d’avril et réinjectées ailleurs après deux ou trois semaines de reconstitution.  

On se concentrera sur la bataille du quadrilatère des quatre villes de 100000 habitants (SK et SL) à conquérir et qui constituent l’« effet majeur » de l’ « opération Donbass ». Une fois assurée la conquête de ces quatre villes, avec peut-être celle plus aisée de Propovsk — un carrefour de routes au Centre-Ouest de l’oblast de Donetsk, 65000 habitants — il sera possible de dire que la mission russe est accomplie, au moins dans cette phase de la guerre.

Cette zone opérationnelle est abordée par au moins 50 groupements tactiques (GT) russes, appuyés par sans doute sept brigades d’artillerie et une centaine de sorties aériennes/jour, soit la moitié du corps expéditionnaire russe en Ukraine, face à 12 brigades de manœuvre, brigades territoriales ou de garde nationale (au moins) et plusieurs bataillons de milices. On peut estimer le rapport de forces général à une légère supériorité numérique russe en hommes, de trois contre deux en leur faveur pour les véhicules de combat et de deux contre un pour l’artillerie et bien plus encore les appuis aériens.

Combien ça coûte?

La plupart des unités de combat de part et d’autre sont usées par plusieurs semaines de combat, et leur niveau tactique est amoindri. Même si les Russes ont procédé à quelques adaptations, ce niveau reste cependant en moyenne supérieur pour les unités ukrainiennes sur les points de contact. Bénéficiant d’une posture générale défensive et d’une supériorité du renseignement, les unités ukrainiennes ouvrent le plus souvent le feu efficacement en premier et donc l’emportent aussi dans la majorité des cas.

Cela se traduit dans les pertes. Si on considère les pertes matérielles documentées par le site Oryx pour l’ensemble du théâtre d’opération les Russes auraient perdu dans le mois passé 400 chars et véhicules blindés d’infanterie. On rappellera qu’il ne s’agit que des pertes documentées et donc à la fois inférieures à la réalité (on ajoutera un supplément de 30 %) avec peut-être un biais en faveur des Ukrainiens, ceux-ci fournissant a priori plus de documents que les Russes. On peut donc considérer comme vraisemblable la perte de la dotation d’environ 10 GT russes en un mois sur l’ensemble du théâtre, dont 6 ou 7 dans le Donbass, soit entre 12 et 15 % du potentiel. Il est intéressant de noter que ces pertes sont inférieures à celles du mois précédent — 700 pertes de véhicules de combat documentées — ce qui s’explique par les dégâts considérables de la bataille de Kiev pour les Russes (dont on rappellera qu’elle est présentée comme une diversion dans le narratif prorusse).

Dans le même temps, le rapport de pertes entre Russes et Ukrainiens n’a guère changé d’une bataille à l’autre. Les Ukrainiens ont perdu en effet 100 véhicules de combat pendant le dernier mois, soit 1 pour 4 russes, contre 150 dans le mois précédent et 1 pour 4,7, ce qui témoigne, malgré l’usure, du maintien de la différence de niveau tactique. Les Ukrainiens ont en revanche trois fois moins frappé l’arrière russe — artillerie et logistique — que dans le mois précédent, ce qui s’explique par une meilleure protection russe de cet arrière par rapport à la bataille de Kiev où les longs et fins axes de pénétration russes pouvaient être attaqués par les forces ukrainiennes.  

Derrière ces pertes matérielles, il y a évidemment des hommes qui souffrent. Les pertes humaines sont très difficiles à estimer. Après avoir constaté la corrélation entre les pertes constatées en véhicules et les pertes humaines estimées par des sources non officielles, on prendra comme base de calcul que la perte documentée d’un véhicule de combat russe est corrélée (et non la cause de) à celle de 24 pertes définitives (morts, blessés graves, prisonniers) pour 40 du côté ukrainien. La différence entre les deux camps s’explique par la plus grande densité matérielle russe, avec un rapport véhicules blindés/hommes très élevé, et une différence de la source des pertes humaines. Il est en effet très probable que la majorité des pertes ukrainiennes viennent des tirs d’artillerie et des feux aériens et non des combats directs, ce qui est moins le cas du côté russe.

Avec ces paramètres empiriques, on peut estimer que les Russes ont à ce stade perdu définitivement entre 9 et 10000 hommes dans l’offensive du Donbass contre 4 à 5 000 Ukrainiens, hors la bataille de Marioupol qui équilibre un peu ce rapport. Ces pertes se concentrent très majoritairement de part et d’autre dans les unités de mêlée et plus particulièrement celles des Russes, qui multiplient les attaques de 2 à 3 GT sur 5 km de front et dont trois sur quatre environ sont repoussées avec pertes. Mais c’est le 1 sur 4 qui réussit qui permet aux Russes de progresser, à la manière des forces alliées martelant — avec nettement plus de succès — le front allemand de juillet à novembre 1918.

Alors que le terrain conquis peut difficilement être repris par les Ukrainiens et que le 1 sur 4 tend à devenir 1 sur 3, les Russes conservent ainsi l’espoir de finir par l’emporter.

Le martelage du front

La zone d’action peut être partagée d’Ouest en Est en quatre zones de combats courant largement le long de la rivière Donets et la zone forestière qui l’entoure : Izium, Lyman, Nord-Ouest Severodonetsk, Est-Severodonetsk et Popasna.

Avec au moins une vingtaine de GT, la poche d’Izium était sans doute considérée comme la zone d’action principale avec la volonté russe de pousser dans toutes les directions. La première attaque a d’abord eu lieu vers l’Ouest sans doute pour protéger la grande ligne de communication vers Belgorod et inversement couper l’axe P78 entre Kharkiv et Barvinkove puis Sloviansk. L’attaque dans cette direction a progressé pendant plusieurs kilomètres avant de s’arrêter face à la bonne résistance ukrainienne. Elle s’est poursuivie vers le Sud en direction de Barvinkove, face à la 3e brigade blindée avec sans doute l’intention d’envelopper par l’Ouest la zone d’opération. L’attaque a, semble-t-il, atteint son point culminant à la fin avril, sans parvenir jusqu’à Bervinkove. Les attaques se sont alors plutôt portées vers l’Est contre la 81e brigade d’assaut aérien dans le cadre d’attaques convergentes en direction de Sloviansk, avec peu de succès à ce jour mais peut-être plus dans les jours à venir.

Les progrès russes les plus importants ont eu lieu dans la zone dans un rayon de 20 km autour de Lyman, une ville de 20000 habitants, à 20 km au nord-est de Sloviansk. Lyman est un point clé au nord du parc naturel de Sviati Hory et de la rivière Donets commandant l’axe Nord entre Sloviansk et Severodonetsk. La conquête de toute cette zone face à la 57e brigade motorisée et les 95e et 79e brigades d’assaut aérien prend tout le mois d’avril. Les Russes obtiennent un succès significatif le 30 avril en perçant en direction d’Ozerne sur la rivière Donets puis en prenant Yampi à quelques kilomètres au Sud-Est de Lyman. Depuis le début du mois de mai, les efforts russes portent sur la prise des villages au Nord-Ouest de Lyman, qui se trouve de plus en plus menacée d’encerclement. Une fois prise Lyman, principal verrou au Nord de Sloviansk, les forces russes pourront parvenir au début de juin jusqu’aux défenses Nord de Sloviansk, plutôt solides sur la rivière Donets à l’Est, la forêt au Nord et la chaîne de localités depuis Barvinkove à l’Ouest.

La zone Nord-Ouest de Severodonetsk est celle où les combats ont été les plus difficiles. Ceux-ci ont commencé dès le début du mois de mars et surtout de la part de l’armée de la République populaire de Louhansk, LNR (14000 hommes au total) qui profite de la faiblesse de l’armée ukrainienne dans la région pour, avec l’aide de la 8e armée russe de s’emparer du reste de la province de Louhansk. La ligne bouge peu jusqu’au mois d’avril où l’effort coalisé russe dont Tchétchènes-LNR se porte sur la conquête de la ville de Rubizhne (56000 habitants, 37 km2) qui est conquise définitivement le 13 mai, après plus d’un mois de combat. C’est en essayant d’étendre l’attaque plus à l’Ouest que deux brigades de la 41e armée ont franchi la rivière Donets afin d’aborder Lysychansk, à l’immédiat Ouest de Severodonetsk. et que l’une d’entre elle a perdu un GT complet le le 9 mai près de Bilohorivka.

Peu de chose à dire sur la zone Est de Severodonetsk où les forces de la 127e division d’infanterie motorisée russe et 3 brigades LNR progressent peu. On y décèle une forte concentration d'artillerie russe, avec par exemple l'arrivée récente de batteries de 2S4 Tyulpan de 240 mm.

La progression russe la plus spectaculaire à lieu à Popasna (22000 habitants), 50 km au Sud de Sverodonetsk, prise le 7 mai après six semaines de combat. Popasna est clairement le nouvel axe d’effort après l’échec à Izium. Une dizaine de GT y sont rassemblés dont des unités russes d’infanterie navale et d’assaut aérien, signe de priorité, mais aussi la 150e division d’infanterie motorisée, présente à Marioupol. La prise de la ville, un point haut, permet d’observer et donc de frapper avec l’artillerie tous les mouvements ukrainiens, notamment entre le nœud routier de Bakhmut (77000 habitants) et Lysytchansk-Severodonetsk. Les forces russes et LNR réussissent ensuite à poursuivre dans toutes les directions au rythme, inédit depuis la bataille de Kiev de plusieurs kilomètres par jour. La progression vers le Nord, menace déjà d’encerclement les forces ukrainiennes dans les petites villes de Zolote et Hirske le long de la ligne de front, avant d’atteindre Lysytchansk-Severodonetsk (LS) et à l’Ouest l’axe principal de ravitaillement de LS dans la région de Soledar, voire Bakhmut.

Perspectives

Un mois après l’annonce officielle de la phase principale de la bataille du Donbass, et en réalité depuis déjà deux mois d’attaques, les Russes sont encore loin de la victoire opérationnelle. Après avoir envisagé un enveloppement total, ils ont réduit leur ambition à l’encerclement de Lysytchansk-Severodonetsk et la prise de Lyman avant l’abordage de Sloviansk qu’ils espèrent également encercler et prendre.

Cela suppose d’abord de pouvoir continuer à porter un effort soutenu pendant plusieurs semaines au prix de pertes importantes. Il faudra pouvoir également ravitailler les forces au fur et à mesure de la progression à l’intérieur de la zone entre LS et SK, une mission toujours difficile lorsqu’on s’éloigne des voies ferrées et que l’on s’expose des axes logistiques au harcèlement ukrainien. La problématique est sensiblement la même pour les sept brigades ukrainiennes dans le chaudron, très usées et difficilement ravitaillées.

On peut difficilement imaginer que les Ukrainiens resteront sans réaction devant l’encerclement de Lysytchansk-Severodonetsk et sans doute viendront ils disputer le terrain, peut-être en essayant de reprendre Popasna. Reste à savoir si ce renforcement s’effectuera au prix de l’affaiblissement d’autres secteurs et surtout quel sera son effet.

En admettant réalisé l’encerclement de Lysytchansk-Severodonetsk, il faudra ensuite s’emparer de ces deux localités qui se préparent à un siège depuis deux mois et disposent de forces supérieures à celles qui défendaient Marioupol. On voit mal comment, au prix de beaucoup d’efforts et à moins d’un effondrement ukrainien, les Russes pourraient s’emparer des deux villes avant la fin du mois de juillet. Pourront ils soutenir un combat parallèle pour encercler Sloviansk-Kramatorsk, qui ne pourra sans doute pas survenir avant fin juin à ce rythme, puis un investissement des deux villes encore plus difficiles qu’à Lysytchansk-Severodonetsk, car encore mieux défendues et surtout à proximité des forces ukrainiennes?

Tout cela paraît difficile, mais pas insurmontable si les autres fronts — Kharkiv, Zaprojjia, Kherson — tiennent devant les attaques ukrainiennes. Que l’un craque, et surtout du côté de Kherson et c’est toute l’économie des forces dans le théâtre d’opérations qui sera mise en cause. L’opération Donbass sera compromise. Si les autres fronts tiennent et si l’armée russe est capable d’alimenter le théâtre avec une rotation d’unités reconstituées à Belgorod ou Rostov avec un matériel suffisant et des volontaires relativement bien formés, et en innovant (par exemple en modifiant la structure des groupements tactiques), la conquête du Donbass peut-être une réalité à la fin août. À ce moment-là, les pertes des deux côtés seront très lourdes et plus équilibrées qu’actuellement avec les prisonniers des villes capturées. Il est probable que la Russie envisagera alors de passer à une posture défensive générale avec peut-être une proposition de paix négociée, au moins le temps de voir s’il est possible de relancer une offensive vers Odessa.

Le problème pour les Russes est que les Ukrainiens ne se laisseront pas faire et qu’avec leur mobilisation humaine et l’aide matérielle américaine, ils peuvent aussi alimenter le front pendant quelques mois dans un désordre similaire à celui des Russes, même avec une rupture de charge au delà du Dniepr. Ils peuvent surtout envisager de former de nouvelles unités, bataillons dans un premier temps et nouvelles brigades dans quelques mois, et disposer ainsi d’une forte capacité offensive qu’ils ne manqueront pas d’utiliser avant que l'Occident ait épuisé ses capacités d'aide avec des équipements modernes. 

808 commentaires:

  1. Merci pour cet article limpide et précis !
    Pensez-vous qu'une contre-offensive de grande envergure sur l'Oblast de Kherson de la part des Ukrainiens puisse provoquer un effondrement côté russe, ou du moins un affaissement ? Face à une potentielle percée, je suppose que l'état-major russe sera pressé de retirer quelques bataillons du Donbass pour renforcer le front Sud, laissant -supposément- plus de marge de manoeuvre pour les Ukrainiens dans le Donbass.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les Ukrainiens sont forts dans la région de Kherson mais ils n'arrivent pas à concrétiser leur supériorité. La reprise de Kherson et l'exploitation immédiate au delà du Dniepr serait un coup dur pour les Russes.

      Supprimer
    2. Merci pour votre réponse!
      En ce cas, l'aide occidentale peut-elle être le facteur déterminant permettant de concrétiser cette supériorité ? De nombreuses armes ont été livrées ou sont en cours de livraison, peut-être faut-il attendre encore un peu pour voir leurs effets...
      Également, des actions de partisans semblent avoir lieu dans les grandes villes ou certaines localités - je pense à Kherson et Melitopol notamment- de l'Oblast de Kherson. Pensez-vous qu'un "soulèvement" armé soit possible dans ces zones (peut-être à l'aune d'une contre-offensive ukrainienne)?

      Supprimer
    3. J'espère que Michel Goya gardera soigneusement, pour l'histoire, les textes enfantins de tous ces charmants gamins qui ont joué à la guerre pendant quelques mois, poussant leurs petits soldats pour imaginer "provoquer un effondrement côté russe, ou du moins un affaissement".
      Traduits en Russe, ils permettront à certain de se distraire aux pieds de l'Oural, et au-delà. On entend déjà l'écho des rires, des claquements de mains sur les cuisses...

      Supprimer
    4. @ Anonyme du 22 mai.
      On a bien compris comment vous percevez cette guerre : une bonne rigolade avec claquements de mains et accolades à chaque mort militaire ou civil. De notre côté, nous voyons cela non pas comme un jeu, mais comme une tragédie incommensurable, comme l'effondrement de la civilisation, ce qu'est toute guerre. Votre chef Poutine sera un jour traduit en justice, si ce n'est devant le tribunal des hommes, ce sera devant celui de l'Histoire. Votre sale guerre est perdu d'avance, et vous le savez.

      Supprimer
  2. "Le narratif russe" était dés le début de conquérir totalement l'Ukraine en mettant à genoux sa capitale, et ne pas oublier les échecs (appelés "diversions" en russe) des tentatives de prise de kharkiv et de Soumy , qui ont foiré totalement!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourriez-vous donner la source (fiable) de ce "narratif russe"?

      Supprimer
    2. Anonyme excédé par les trolls français21 mai 2022 à 20:19

      Inutile Gus
      Féroce lapin : difficultés de concentration. Réactions normées à son environnement. est susceptible d'évoluer dans son comportement par un suivi constant, mais ne parviendra jamais totalement à une vision de la "réalité", demandant une adaptation inventive.

      Supprimer
    3. A Féroce lapin: dans son discours annonçant l'opération spéciale, Poutine précise que l'un des objectifs est de denazifier le pouvoir Ukrainien.
      Où se trouve le pouvoir ukrainien ? A Kiev.
      Des le 24 février, les troupes russes tentent une décapitation rapide de la tête de l'état, en envoyant des forces spéciales sur l'aéroport de Gostomel. Cette attaque très risquée n'a aucun intérêt stratégique si l'objectif n'est pas de renverser le pouvoir.
      Puis il ordonne à ses troupes d'encercler Kiev. Là encore envoyer autant de forces n'a aucun sens s'il ne s'agit que de fixer la défense ukrainienne. Il eut été beaucoup plus simple de couper les voies de ravitaillement de l'Est.

      Le discours a été suivi des actes. La source c'est Poutine lui-même.

      Supprimer
    4. @Benoit C
      Comme vous l'avez dit le narratif russe était de "dénazifier" l'Ukraine, mais pas forcément "envahir tout l'Ukraine" (mais si les discours officiels disent le contraire, je suis preneur).
      Donc, en termes d'objectifs opérationnels, cela donnerait :
      - s'emparer de Kiev, renverser le gvt en place = objectif hautement probable (et les éléments que vous citez vont dans ce sens),
      - s'emparer du Donbass : idem.
      - En revanche, envahir tout l'Ukraine : peu probable en raison de la faiblesse des effectifs engagés à savoir 150 à 180 000 h (en 1968 en Tchécoslovaquie, ils avaient engagés 600 000 h, en 2 vagues successives).

      Supprimer
    5. @Benoit C
      Opération risquée certes mais qui aurait pu réussir avec quelques centaines de spetnatz en plus. Ceux d'un avion abattu avant d'atterrir à Hostomel, cf. https://www.lefigaro.fr/international/guerre-en-ukraine-un-avion-russe-avec-des-centaines-de-soldats-a-son-bord-abattu-au-debut-de-l-invasion-grace-au-renseignement-americain-20220429

      Cela m'a rappelé la liquidation du président afghan lors de l'intervention soviétique en Afghanistan.

      Associée à la décapitation du pouvoir politique, la prise de pouvoir par un oligarque bienveillant protégé par les troupes russes venus de Biélorussie, et la résistance armée ukrainienne aurait été considérablement moindre.

      Il s'en fallait de presque rien...

      Supprimer
  3. Ça ne sert à rien que je l'écrive., mais j'ai mal pour les Ukrainiens, militaires et civils. Très en colère contre ceux qui ont retardé l'envoi de matériel performant européen.
    Voilà...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je suis ukrainienne de l'Est, ma famille originaire du Donbass, de la Crimée et de Zaporojiye, mes frères combattent le régime de Kiev depuis 8 ans, et l'Europe dépourvue de vraies médias honnêtes avec vos soi-disant droits de l'homme envoie des armes pour nous achever? Honte à vous et à vos politiques, aussi malhonnêtes et rachetés par les EU comme Poroshenko et Zelensky, qui ont sacrifié leur populations pour du pognon. Qui ont financé les nazis sadiques d'Azov (appartenant à Igor Kolomoiski, ex roi de Mariupol). Pensez un peu à des familles entières réfugiées en Russie, à des enfants tués, à des gens vivant dans des caves, des retraités sans retraites.... la liste est longue, mais cela ne vous dérangeait pas.

      Supprimer
    2. Surtout pour une guerre qui ne nous concerne paset qui est celle des bouricains avec leurs lobbys militariste et tenant du nouvel ordre mondial se souvenir des marrons du feu que nous tirons pour eux a nos frais ,de la folie furieuse

      Supprimer
    3. Triste de voir qu’il y a des trolls même ici... Je vis en Ukraine depuis 10 ans. La dernière chose que veulent les Ukrainiens c’est bien l’aide de leurs « frères » russes et de vivre dans une dictature. Poutine avait bien essayé de propager cette dictature jusqu’à l’Ukraine, mais il a eu Maidan comme réponse. Les Ukrainiens ne sont pas comme les Russes, prêts à tout accepter, c’est ce qui fait la différence. Et c’est aussi ce qui fait la jalousie des Russes, qui repartent avec des lave-linge ou des toilettes, un vrai trésor chez eux. Qui pourrait avoir envie de vivre ou se réfugier en Russie, à part, bien sûr, des gens décervelés à force d’écouter la tv russe... ? Je sais que l’extrême majorité des gens qui lisent ce site sont informés et éduqués, mais je ne voudrais pas que certains, qui ne connaissaient pas l’Ukraine avant ce conflit, puisse douter et croire une seconde ces trolls pro-russes.

      Supprimer
    4. Commentaire totalement décalé, basé sur de l'opinion gratuite et des arguments d'autorité non vérifiés : poubelle !

      Supprimer
    5. Anonyme excédé par les trolls français21 mai 2022 à 19:58

      @ Anonyme21 mai 2022 à 19:5. Faible empan intellectuel. Accumulation exacerbée d'arguments faibles pour dissimuler l'absence de réflexion

      Supprimer
    6. menteuse ou menteur, vous n'êtes pas ukrainienne - Kolomoisky est de Dnipro

      Supprimer
    7. Soldat Pithivier21 mai 2022 à 21:57

      Allez GUS un coup d'accordéon pour nous jouer ta célèbre '' BERCEUSE DU TROLL RUSSE''


      Il était un petit troll,
      mauviette, malhonnête,
      il était un petit troll
      qui matraquait sa propagande,
      qui matraquait sa pro-pa-gande…
      Son bagou est un égout,
      soviet d’opérette,
      son bagou est un égout,
      sa rhétorique est en plastique,
      sa rhétorique est en plas-tique…
      Il adorait raconter,
      sornettes, clopinettes,
      il adorait raconter
      tout un tas d’imbécillités,
      tout un tas d’im-bé-cill-lités...
      Il pouvait pas s’arrêter,
      tinette, bistouquette,
      il pouvait pas s’arrêter
      ses divagations de taré,
      ses diva-ga-tions de ta-ré…
      Dans ses mensonges éhontés,
      pompette, mal de tête,
      dans ses mensonges éhontés
      traînait parfois une vérité,
      traînait parfois une vé-ri-té…
      Des lascars du FSB,
      trompette, baïonnette,
      des lascars du FSB
      sont arrivés pour l’arrêter,
      sont arrivés pour l’ar-rê-ter…
      Notre troll fut déporté,
      lavette, savonnette,
      notre troll fut déporté
      jusqu’à un camp de prisonniers,
      jusqu’à un camp de pris-on-niers…
      Triste histoire, en vérité,
      défaite, pas tripette,
      triste histoire en vérité,
      Messieurs, Mesdames, compatissez,
      compatissez si vous pouvez.

      Supprimer
    8. @janus: une pensée construite s'enonce clairement. Relisez-vous !
      Hormis le verbiage habituel de la complosphere qui vous caractérise, l'on ne comprend pas grand chose.

      Supprimer
    9. Très fort soldat Pithivier, il faut vous nommer Colonel, au moins.

      Supprimer
    10. Soldat Pithivier21 mai 2022 à 22:29

      D'abord c'est pas de moi mais de @GUS qui a publié la chanson sur le point situation précédent. Je n'ai fait qu'un copier/coller, certes fort à propos, mais cela ne m'autorise pas pour autant à en accepter la paternité : mes enfants me suffisent merci.
      Et puis franchement pourquoi devenir colonel ? être un simple soldat me va très bien surtout que cela correspond exactement à mes capacités militaires.

      Supprimer
    11. Vous êtes pathétiques. Il y a 10 trolls pro-ukrainiens pour un troll pro-russe . C’est quoi d’ailleurs cette nouveauté apparue il y a 2/3 ans qui consiste à traiter de troll quiconque pense différemment de soi ?
      La France n’est pas en guerre contre la Russie que je sache, la Russie ne nous a causé aucun tort, donc je ne vois pas au nom de quoi je devrais prendre partie pour un camp contre l’autre. L’Ukraine a été envahie et la Russie est l’agresseur ? 100% vrai, et la Russie est en tort.
      Une fois cela dit, je n’ai pas souvenir que les français avaient une haine viscérale contre les américains en 2003 quand ils ont envahi l’Irak de façon tout aussi illégitime. Et pourtant, ils en ont détruit des villes et tué des civils innocents !

      Supprimer
    12. Vous n'êtes pas un troll. vous argumentez. au milieu de votre texte, vous reconnaissez la réalité. La Russie est l'agresseur 100% tort. Cependant en fin de texte vous comparez - de manière subreptice -la Russie à l'Amérique : rappel, c'est l'Allemagne qui avait envahi, et donc pour reprendre votre formule : 100% tort.
      Au début vous dites qu'il y a 10 trolls ukrainiens pour un troll russe. Je ne vois pas les commentateurs répéter les mêmes formules stéréotypées qui sont la caractéristique des propagandistes, et qui sont des assertions assénées hors de toute réalité. C'est le début de votre texte qui fait "un peu troll", mais le tout le reste demande réponse (ce que je viens de tenter)

      Supprimer
    13. @Anonyme 0h50: vous êtes libre de votre position vis-à-vis de ce conflit mais puisque vous demandez les raisons qui vous y amènerait, j'argumenterai en premier lieu, une empathie à l'égard des ukrainiens. Si les Russes ont choisi la guerre, les Ukrainiens la subissent.
      Des civils meurent tous les jours à cause de cette guerre. Des soldats conscrits aussi.
      S'agissant des intérêts de la France, il s'agit plus généralement des intérêts des pays démocratiques. Poutine est parti dans une guerre idéologique, arguant que le modèle de nos pays est dépassé. Il entend montrer la supériorité d'un modèle autocratique par rapport à la démocratie.

      Enfin concernant 2003, peut-être est-ce le temps qui estompe les émotions ou la force des réseaux sociaux qui augmentent votre impression, mais pour ma part je me souviens de ressentiments très forts des français avec l'envie notamment de boycotter les produits américains. Les relations bilatérales normales avaient d ailleurs pris des années à se rétablir.

      Supprimer
    14. @Anonyme22 mai 2022 à 00:50

      Bien sûr que la France est en guerre avec la Russie. Les pirouettes sémantiques n'y changent rien : soutenir des sanctions de plus en plus lourdes et livrer des armes montre clairement dans quel camp la France se situe. Notre hôte a d'ailleurs écrit récemment que les arguties ridicules entre armes "offensives" et armes "défensives" avaient surtout eu un rôle diplomatique pour ne pas hérisser trop rapidement l'autocrate du Kremlin. Depuis l'arrivée de Poutine au pouvoir, la Russie est entrée en guerre idéologique contre l'Occident par le biais du "soft power", ainsi que l'a très bien expliqué Soldat Pithivier sur un autre fil. Pendant longtemps, l'Europe et les Etats-Unis n'ont que très mollement réagi après les différentes atrocités commises par Poutine (la deuxième guerre de Tchétchénie, la deuxième guerre d'Ossétie du sud, l'intervention en Syrie, l'annexion de la Crimée, sans même parler des assassinats politiques à l'intérieur du pays), pratiquant depuis des années une politique d'apaisement qui n'apaise rien du tout. Fin février, Poutine décide d'y aller carrément en envahissant l'Ukraine et là, les occidentaux tout étonnés semblent enfin comprendre que les visées expansionnistes du gonze ne s'arrêteront que lorsqu'on lui aura opposé une résistance ferme et déterminée. Les ukrainiens résistent, et plutôt bien. Le courage étant un truc qui ne court pas les rues, pas davantage aujourd'hui qu'en 1940, les occidentaux sont encore une fois étonnés et se disent que tant qu'à faire, ils vont refiler des armes à l'Ukraine et comme ça, peut-être que les ukrainiens qui ont tout à perdre dans cette histoire sordide voudront bien faire le sale boulot à leur place.

      Maintenant, deux autres remarques rapides: j'ai des amis et de la famille en Ukraine, comme je le suppose, beaucoup de contributeurs de ce blog, ce pour quoi nous avons commencé à le fréquenter. Nous ne sommes pas des trolls pro-ukrainiens ; nous sommes venus chercher et échanger des informations, pas relayer bêtement de la propagande frelatée. Comme j'ai une certaine inclination à la gaudriole, il m'arrive de rédiger une pochade pour tourner en dérision les sinistres individus qui viennent polluer les échanges. C'est moins constructif que de leur répondre patiemment en déconstruisant leurs mensonges mais c'est aussi plus rigolo. Je ne pense pas que ça fasse de moi un troll pro-ukrainien, mais si vous voulez me considérer ainsi, eh bien, peu me chaut.

      Dernier point : l'analogie avec l'Irak est l'une des antiennes des trolls pro-russes. Il y a des analogies, certes, mais je vous ferai remarquer que 1) en tant que chef d'Etat, Zelenski n'a pas grand-chose à voir avec Saddam Hussein et 2) le précédent d'une ignominie ne justifie en rien qu'elle soit à nouveau perpétrée par quelqu'un d'autre.

      Tant qu'à chercher des parallèles historiques, l'honnêteté intellectuelle devrait vous pousser à en chercher d'autres qui me semblent tout aussi probantes. Aux alentours de l'été 1939, si vous voyez ce que je veux dire.

      Supprimer
  4. Armand DELALANDE21 mai 2022 à 18:29

    Merci mon Colonel pour ce point de vue très opérationnel et qui se place, du point de vue feuille de route, du côté russe. Je note pour ma part que la stratégie russe, en termes de grandeur d'objectifs, se réduit de plus en plus.
    De la phase initiale, passé l'échec de la prise "politique" pour rentrer dans le militaire, où toutes les grandes villes devaient être encerclées pour être réduites , Kiyv par deux axes (puis un troisième devant la résistance à Tcherniyv), Kharkiv, le Donbass, Odessa (par l'est et débarquement depuis la mer noire), à la deuxième phase (en finir avec Marioupol et encercler le Donbass), à la troisième sur le couple SL, on est bien passé, en ordre de grandeurs, de plusieurs milliers de kilomètres, à plusieurs centaines et maintenant une "victoire" se mesurant sur une prise de quelques dizaines de kilomètres.

    On voit bien l'entêtement russe et la stratégie militaire mise en place.

    Côté Ukrainien, on a une résistance acharnée sur les points de front, le harcèlement des lignes, la guérilla urbaine qui a fait gagner 2 mois à Marioupol, bref, une stratégie acharnée de défense.
    Mais l'on a pas vu effectivement déployer une feuille de route en terme d'offensive. La libération de Kiev, de Kharkiv, ne s'est pas faite dans le sens d'une grande offensive impliquant des dizaines de brigades.

    L'on attend avec espoir celle ci sur Kherson, et sur le flanc pour couper l'axe Belgorod Isyum, mais elles ne viennent pas.
    Est ce à cause d'un manque d'artillerie, ou de peur d'un échec alors que de nombreuses forces sont engagées, et ce pour garder le narratif "héroïque" et booster un moral dans une spirale de "gagne" ?

    Butcha et tout ce qu'on découvre dès que des zones sont libérées ont coupé l'envie aux ukrainiens de négocier un cessez le feu, autre chose qu'un retrait russe, et de son côté l'Etat Major semble esquissez de nouvelles victoires pour le mois de juin.

    Il faut à tout prix que la guerre en Ukraine, passé l'effroi, reste au centre de notre actualité et que nous continuons à ce que tout soit fait pour la défense de la démocratie et de l'occident.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. vous ne ferez pa lire ceux qui par principe comme pour les "vacciné" sont des croyants c'est à dire ayant abandonné tout esprit critique,carbonisés du bulbe ils ne sont pas a même d'avoir une vision impartiale de ce qui se passe en se croyant à l'état major de Poutine :https://www.profession-gendarme.com/bulletin-n84-reddition-de-marioupol-bataille-du-donbass-20-05-2022/

      Supprimer
    2. Le Chancelier Allemand a annoncé il y a quelques semaines que les Russes avaient 20.000 morts. Les Ukrainiens annoncent maintenant 28.300. Là on parle de 10.000... Je sais bien que Foch disait que les informations, il s'en moquait, mais là on est quand même dans un gros délire médiatique. Juste pour info, le Chef d'Etat Major US a conversé avec celui de la Russie et a demandé un cessez-le-feu global (info d'il y a 2 jours). Cela montre déjà que Zelendsky n'est qu'une marionnette et cela semble aussi montrer que c'est pas bien parti pour les Ukrainiens. J'ai du mal à imaginer Joukov, en avril 45, appeler Hitler en lui demandant s'il serait d'accord pour un cesser le feu...

      Supprimer
    3. Un anonyme excédé par les trolls français21 mai 2022 à 19:38

      Bien ça, très bien, continuez, je n'ai pas assez d'élements pour établir votre QI...

      Supprimer
    4. C'est tellement mal parti pour les Ukrainiens, que dans la guerre de 3 jours qui dure déjà depuis 3 mois, les russes ont fait demi-tour à Kiev, la queue entre les jambes, se replie de Kharkiv, et n'ont toujours pas pris le Donbass, malgré le bombardement ininterrompu.
      Ensuite, relisez l'article tranquillement, et vous comprendrez pour le nombre de morts.
      Et vous avez oubliez de dire que Zelinsky est un clown.

      Supprimer
    5. Il me semble que vous avez lu trop vite. Michel Goya précise bien 10000 hommes « dans l’offensive du Donbass ». Il ne s’agit pas de la totalité des pertes russes, assez largement évaluées à plus de 50000 hommes (morts et blessés).

      Supprimer
    6. Féroce lapin et Janus : arrêtez d'écrire de la merde avec arrogance.

      Supprimer
    7. Il paraît évident que les Ukr n'ont pas les moyens de faire des contres-offensives décisives. Il me semble qu'ils en ont parfaitement conscience, et que, sagement, ils défendent, harcèlent, et surtout, sans avoir d'illusion sur leur propre pertes, ils "saignent" l'armée russe. En vérité ils n'ont, à ce stade, pas beaucoup d'autres choix possibles, mais ils le font tres bien, eux, contrairement aux russes dans l'application de leur stratégie.

      Supprimer
    8. Remarque à Féroce Lapin: je reviens sur les pertes humaines. Une règle du pouce dit qu'en guerre, si on compte un mort, on a deux ou trois blessés, plus ou moins gravement. On parle de 30'000 casualties en Russie, mais ce mot anglais recouvre les morts et les blessés. Si les Russes avaient perdu subi 30'000 morts, ils auraient vu sortir du champ de bataille près de 100'000 hommes, sur une armée petit format de 160'000. Autrement dit, toute l'Ukraine, de la taille de la France, ne serait mise en échec que par 60'000 Russes résiduels. Cela me semble impossible Le calcul du col Goya, qui corrèle les décès avec les pertes matérielles que l'on peut observer, me semble une bonne approche pour procéder à cette estimation. Une fois de plus, le travail de qualité du col Goya montre qu'entre les élucubrations des journalistes et une approche objective des faits, un monde existe. L'armée ukrainienne reste quand même une des plus fournies d'Europe en nombre. Si les Russes devaient casser cette noix, cela changerait durablement le rapport de force en Europe.

      Supprimer
  5. Est-ce que c'est envisageable que ni les russes ni les ukrainiens n'arrivent plus à avancer et que le conflit se transforme en '' guerre de tranchées '' pendant plusieurs années ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui… mais pas tant que çà (je ne suis pas l'auteur du oui prédécent). Un accélérateur possible de sortie de crise, serait la perception à l'échelle du pay des conséquences des sanctions économiques. Certaines connaissances russes aujourd'hui exilees estiment qu'il faudra patienter jusqu'à la fin de l'année (vers décembre ou un peu avant) pour que les effets concrets des sanctions se fassent réellement sentir.

      Supprimer
    2. Soldat Pithivier21 mai 2022 à 22:20

      Les effets se font déjà sentir dans certains secteurs comme la logistique :
      https://www.interfax.ru/russia/842137

      Supprimer
  6. Merci pour ce point extrêmement précis et complet. Je me demande s'il peut être question d'une paix négociée car aucune partie n'a d'intérêt a la concession. Il me semble probable qu'en cas de victoire militaire au Donbass, la Russie déclare unilatéralement "l'opération" terminée afin de faire croire à une victoire et de placer l'Ukraine dans une posture offensive, afin d'affaiblir son discours. Je pense que des a présent il est important de montrer à la Russie et au monde que l'Europe soutiendra l'Ukraine dans la durée jusqu'à ce qu'elle recouvre la souveraineté sur son territoire et qu'elle définisse elle même les termes de la négociation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Russie ne partira pas de la Crimée ni du Donbass. Cette vidéo de l'Université de Chicago a quelques années mais explique parfaitement la situation:
      https://www.youtube.com/watch?v=JrMiSQAGOS4
      La seule issue c'est la création d'un état russophone à l'Est. Le massacre des "pro-Russes" dans la maison des syndicats à Odessa en 2014 a définitivement scellé la rupture.

      Supprimer
    2. Anonyme excédé par les trolls21 mai 2022 à 19:44

      Continuez, j'ai besoin de plus de corpus de déclaration. Mais d'ores et déjà j'ai des éléments pour passer votre cas à un psychologue scolaire, vu les troubles logiques de votre discours

      Supprimer
    3. Vue que les trolls créés du "courant alternatif", je me demandais si l'on ne pouvait pas les utiliser comme source d'énergie en les raccordant au réseau EDF?

      Supprimer
    4. Excédé par les trolls, les insultes et autres calomnies n’impressionnent personne, ça ne remplace jamais un argument. Alors par piété pour ceux qui pêchent dans le fil des points de vue intéressants, arrêtez ou argumentez.

      Supprimer
    5. Souhaitons aux Ukrainiens que les bataillons russes soient aussi mauvais que leur petite armée de trolls sur les réseaux sociaux.

      Supprimer
    6. Anonyme excédé par les trolls21 mai 2022 à 22:06

      J’assume. Comment argumenter contre ceux qui croient que la terre est plate, montrant qu’ils n’ont pas écouté les leçons de géographie, donc pensent que les images de la terre depuis l’espace sont des fakes. Qu’ils aillent ailleurs que chez les géographes

      Supprimer
    7. Soldat Pithivier21 mai 2022 à 23:13

      Féroce Lapin ( d’aprés Théodore de BANVILLE )

      Je suis le Féroce Lapin,
      Troll étranger à l’écriture
      Et chaussé des seuls escarpins
      Que m’a donnés la Nature.

      Sans humour et en parfait abruti
      Et fuyant les ennuis moroses,
      Tout le temps j’écris des âneries,
      Comme un rosier fleurit ses roses.

      Je suis le Féroce Lapin,
      C’est le poil qui forme mes bottes,
      Et, n’ayant pas de calepin,
      Je ne prends jamais de notes.

      Et dans la bonne odeur des pins
      Qu’on voit ombrageant ces clairières,
      Je suis le Féroce Lapin
      Assis sur mon petit derrière.

      Supprimer
    8. Un troll est plus qu’un facheux, bien plus qu’un propagandiste, C’est une muse ! Me pardonneront-elles ?

      Supprimer
    9. @Soldat Pithivier:

      à mon tour de te remercier pour le fou rire! Félicitations!

      Et merci les trolls, sans vous, on trouverait moins d'occasion de rigoler.

      Supprimer
    10. Contre le Féroce Lapin, mieux que la Sainte Grenade d'Antioche de Frère Maynard, il y a le Soldat Pithiviers!
      "Once the number three, being the third number, be reached, then lobbest thou thy Holy Hand Grenade of Antioch towards thy foe, who being naughty in my sight, shall snuff it. Amen"

      Supprimer
    11. Putain Chaudard tu m'as flingué là !!!! Arriver à claquer une citation de Monty Python "Sacré Graal" sur ce blog... chapeau bas ! Tu mériterais qu'on te fasse une lettre de féloches façon "Z ofthe Day".

      Supprimer
  7. https://www.profession-gendarme.com/bulletin-n84-reddition-de-marioupol-bataille-du-donbass-20-05-2022/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aux trolls de langue française, inutile de donner la recette des pâtes. Comme l'intelligence se développe par les travaux manuels, je leur recommande le tricot. De plus, ça les occupera utilement et au moins ils ne martyriseront plus le clavier

      Supprimer
    2. Mais stop, on s'en bat les steaks de profession gendarme !

      Supprimer
    3. @janus vous savez, le pauvre gars qui débarque ici et tombe sur vos posts pourrait se demander s'il n'y a pas des raisons de douter de la version occidentale du récit... Puis (heureusement) il tombe sur vos sources / liens et il comprend que vous êtes le genre de gars à relayer des complots du style la terre est plate, c'est les américains qui ont inventé de sida et le covid (qui d'ailleurs se soigne très bien a l'hydroxychloroquine), que l'homme n'a jamais marche sur la lune etc...

      Aussi, merci de nous laisser ces indices.

      Supprimer
    4. @Anonyme: Je confirme tous vos propos! La terre est plate, les américains ont "inventé" le sida et le covid.. celui-ci se soigne en effet très bien avec des médicaments connus et l'homme n'a jamais marché sur la lune... Zelinsky est une crapule juive cocaïnomane parmi tant d'autres aux manettes de ce Monde.. et il est ouvertement cité dans les Panamas Papers. Compte tenu des dégâts immenses occasionnés à l'Ukraine par cette guerre et dont il lui faudra des décennies pour se remettre, les Russes l'ont dores et déjà gagnée!

      Supprimer
    5. Anonyme excédé par les trolls21 mai 2022 à 23:52

      Phildefer. Évaluation. Rhétorique capable de s’adapter à la situation mais dont les conclusions stéréotypées montrent une juxtaposition plutôt qu’une avancée logique. Cela montre la possibilité de faire de l’ironie qui consiste à reprendre de manière distanciée ce qu’a dit l’interlocuteur, ce qui dispense d’argumenter en-contre. La conclusion n’en est pas une, elle est en réalité le point de départ. Structure fermée capable de jusqu’au boutiste verbal mais dont les avancées en termes d’acquis sont nulles. Défavorable pour toute prise de parole. Peut candidater pour scander des slogans correspondant à son niveau.

      Supprimer
    6. Une main qui écrit comme Janus, finit par porter des excréments !

      Supprimer
    7. Anonyme excédé par les trolls22 mai 2022 à 00:21

      @Janus. Je vous donne une chance. Faites un effort. Soyez disert. Je vous évaluerai sur la base d’un texte que vous aurez bien préparé. Ne copiez pas sur profession gendarme.

      Supprimer
    8. Le trollisme étant une forme de combat, j'imagine qu'il s'inscrit dans une vision stratégique, et je verrai bien comme postulat stratégique de base l'idée que plus il y a de réponses à un post trolleque, plus la stratégie est efficace, parce que ça éloigne des vrais débats sur les vraies idées. Ça explique notamment que les trolls répondent rarement aux posts qu'ils suscitent. Est-ce qu'on ne devrait pas, du coup, laisser leurs fulminations toutes seules leur coin, et nous concentrer sur la discussion infiniment plus pertinente autour des propos de M. Goya ?

      Supprimer
    9. @Anonyme 11:38
      Certains recommandent effectivement de "ne pas nourrir le troll" pour les contrer. Ne pas leur répondre.
      Pour ma part, je me contente, pour le "troll de base", d'une reponse brève et je m'abstiens si une réponse a déjà été faite.
      Beaucoup ici font comme moi: si un troll reçoit plusieurs reponses, c'est que les intervenants ont répondu en même temps. Perdre du temps sur un message sans intérêt soulage, mais ne sert pas à grand chose.

      Supprimer
  8. 87-ye sutki geroicheskogo Soprotivleniya ukrainskogo naroda polnomasshtabnomu vtorzheniyu natsistskoy rossii. Posledniye 24 chasa vydalis' dovol'no nasyshchennymi v plane novostey. Nachnem, kak obychno, s situatsii na frontakh. Uvy, obstanovka na glavnom seychas uchastke – v Luganskoy oblasti, u Severodonetsko-Lisichanskoy aglomeraii – prodolzhayet obostryat'sya. Protivnik razvivayet svoy uspekh, nastupaya silami 76-y divizii VDV i 57-y motostrelkovoy brigad ot Popasnoy srazu po dvum napravleniyam – na zapad, v storonu Bakhmuta, i na severo-zapad, stremyas' kak mozhno skoreye vyyti na imeyushchuyu uzhe strategicheskoye znacheniye avtodorogu T 1302, po kotoroy osushchestvlyayetsya snabzheniye ukrainskikh voysk, sosredotochennykh v aglomeratsii. Krome togo, segodnya aktivizirovalis' boyevyye deystviya (shturm) v ney samoy, boi vedutsya na severnoy i yuzhnoy okrainakh Severodonetska. K vecheru subboty vrag podorval most mezhdu Lisichanskom i Severodonetskom. Soobshcheniye mezhdu gorodami yest', no oslozhneno.
    Afficher plus
    948 / 5 000
    Résultats de traduction
    87e jour de la résistance héroïque du peuple ukrainien à l'invasion à grande échelle de la Russie nazie.

    Les dernières 24 heures ont été assez mouvementées en termes d'actualités. Commençons, comme d'habitude, par la situation sur les fronts. Hélas, la situation dans la zone principale actuelle - dans la région de Lougansk, près de l'agglomération de Severodonetsk-Lisichansk - continue de se détériorer. L'ennemi développe son succès en avançant avec les forces de la 76e division aéroportée et de la 57e brigade de fusiliers motorisés de Popasnaya dans deux directions à la fois - à l'ouest, vers Bakhmut et au nord-ouest, en essayant d'atteindre l'autoroute T 1302, qui est déjà d'une importance stratégique, dès que possible, par lequel s'effectue le ravitaillement des troupes ukrainiennes concentrées dans l'agglomération. De plus, les hostilités (agressions) dans la ville elle-même se sont intensifiées aujourd'hui, des batailles se déroulent à la périphérie nord et sud de Severodonetsk. Le samedi soir, l'ennemi avait fait sauter le pont entre Lisichansk et Severodonetsk. Il y a une communication entre les villes, mais c'est compliqué.
    Les soldats ukrainiens tiennent bon, mais si les Russes trouvent et lancent de nouvelles forces, ils devront battre en retraite pour ne pas être encerclés.

    L'analyste militaire autrichien Tom Cooper explique le succès de la Fédération de Russie dans la région de Popasnaya par la proximité des lignes de chemin de fer. Cela facilite grandement la logistique - les approvisionnements et les réserves sont transférés presque en première ligne par le transport ferroviaire. Et nul besoin d'organiser des cortèges automobiles : non seulement l'armée russe connaît une pénurie de camions, mais ce sont des véhicules qui restent l'une des principales cibles de l'artillerie ukrainienne.

    De plus, selon les informations de l'état-major général des forces armées ukrainiennes, l'agresseur va reprendre les opérations offensives en direction de Yampol-Seversk afin de couper la deuxième ligne de communication reliant Severodonetsk et Lysychansk à l'arrière. À cette fin, les Russes envisagent de rétablir des points de passage pour traverser le Seversky Donets.

    "Dans la zone indiquée, il y a une concentration d'équipements spéciaux ... des unités supplémentaires sont en cours de transfert", note l'état-major général.

    Dans d'autres zones opérationnelles, la situation n'a pas beaucoup changé - sauf qu'hier soir, le même état-major général a signalé des actions offensives des Forces de défense dans le nord de la région de Kherson, près du village de Davydov Brod. La gravité de ce qui se passe peut être mise en évidence par le fait que l'ennemi a même été contraint de miner le pont sur la rivière Ingoulets et équipe une deuxième ligne de défense.

    RépondreSupprimer
  9. Texte source
    Po vsey vidimosti, ukrainskiye zashchitniki nanosyat udar v napravlenii Novoy Kakhovki, gde nakhoditsya strategicheski vazhnyy most cherez Dnepr. Yesli nastupleniye budet uspeshnym, to khersonskaya gruppirovka rf okazhetsya v nezavidnom polozhenii – yeye prizhmut k glavnoy reke nashey strany i moryu, ostaviv lish' odnu kommunikatsiyu. V takom sluchaye okkupantam pridetsya otkhodit' na Levoberezh'ye. Pravda, Kherson oni v lyubom sluchaye prosto tak ne otdadut, tak chto, povoyevat' tam pridetsya osnovatel'no. Stali izvestny novyye podrobnosti vozdushnykh i morskikh boyev za ostrov Zmeya, kotoryye razvorachivalis' v nachale maya. Po vsey vidimosti, Voyenno-morskiye sily Ukrainy kak minimum povredili yeshche odnu yedinitsu chernomorskogo flota rf - sredniy razvedyvatel'nyy korabl' «Ekvator» proyekta 861. Eto kosvenno podtverdili sami rossiyane, opublikovav nekrolog o trekh pogibshikh chlenakh ekipazha SRZK. Kstati, chto kharakterno, okkupanty uzhe schitayut ostrov svoim. Tak, oni ostanovili torgovoye sudno «Britta K», kotoroye pod flagom Respubliki Togo sledovalo mimo Zmeinogo v rumynskiy port Sulina. Pod ugrozoy primeneniya sily rossiyskiye natsisty potrebovali ot nego «pokinut' territorial'nyye vody Rossii». Kakaya «denatsifikatsiya»? Kakaya «pomoshch' respublikam?» O chem vy? Tsel' u nikh odna — grabezh i zakhvat Ukrainy.
    Afficher plus
    1 254 / 5 000
    Résultats de traduction
    Apparemment, les défenseurs ukrainiens frappent en direction de Nova Kakhovka, où se trouve un pont stratégiquement important sur le Dniepr. Si l'offensive réussit, le groupement de Kherson de la Fédération de Russie se trouvera dans une position peu enviable - il sera pressé contre le fleuve principal de notre pays et la mer, ne laissant qu'une seule ligne de communication. Dans ce cas, les envahisseurs devront se replier sur la rive gauche. Certes, en tout cas, ils n'abandonneront pas Kherson comme ça, ils devront donc s'y battre à fond.

    De nouveaux détails sur les batailles aériennes et navales pour l'île du Serpent, qui se sont déroulées début mai, sont devenus connus. Apparemment, la marine ukrainienne a endommagé au moins une autre unité de la flotte de la mer Noire de la Fédération de Russie - le navire de reconnaissance moyen Equator du projet 861. Les Russes eux-mêmes l'ont indirectement confirmé en publiant une nécrologie sur les trois membres d'équipage décédés du SRZK.

    D'ailleurs, ce qui est typique, les envahisseurs considèrent déjà l'île comme la leur. Ainsi, ils ont arrêté le navire marchand "Britta K", qui, sous pavillon de la République du Togo, a suivi le Serpent jusqu'au port roumain de Sulina. Sous la menace de l'usage de la force, les nazis russes ont exigé qu'il "quitte les eaux territoriales de la Russie". Quelle "dénazification" ? Qu'est-ce que "l'aide aux républiques" ? De quoi parlez-vous ? Ils ont un seul objectif - voler et capturer l'Ukraine.

    Le président ukrainien Zelensky a exposé sa vision pour mettre fin à la guerre. Selon lui, ce sera "diplomatique". Autrement dit, le chef de l'État considère le retrait des troupes ukrainiennes sur la ligne de contact à partir du 23 février 2022 comme une victoire militaire, et la libération complète de nos terres devra être obtenue à la table des négociations.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'article mentionne une retraite de Severodonetsk-Lisichansk tandis que M. GOYA parlait d'un siège type Marioupol. Quelle est la difference stratégique derrière ?

      Supprimer
    2. Aussi, je ne comprend pas pourquoi les lignes de chemin de fer ne sont pas des cibles de l'artillerie ukrainienne, qui semblent être à portée à certains endroits.

      Supprimer
  10. Merci pour vos articles dont la lecture est hautement instructive. On sent bien que dans ce "brouillard de la guerre", des points comme Kherson ou le GLOC depuis Belgorod sont des points de bascule possible , et qui si les ukrainiens arrivent à faire sauter l'un de ses verrous , il risque d'y avoir comme un effet "chateau de cartes".... Quand à la Russie, elle recoît des coups de partout, de l'extérieur avec les sanctions et sur le terrain militaire (le moskva, la traversée ratée d'une rivière) mais reste encore debout. Que peuvent-ils réellement espérer aujourd'hui à part satisfaire une pulsion mortifère de destruction ?

    RépondreSupprimer
  11. On entend plus parler des caesar et des M777 sont-ils en action ?

    Ce genre d armes ainsi que de nouveaux drones peuvent-ils permettre aux ukrainiens de gagner cette guerre ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les M777 sont en actions (certains du moins). Il y a d’ailleurs une critique car ils ont été livrés sans informatique, ce qui complique leur operationnalité. Pour les CAESAR, RAS. A priori, Macron a dû s’avancer sur leur mise en service début mai. A mon sens, la formation doit être aussi plus longue que pour les M777.

      Supprimer
    2. Je me pose la même question. Seront-ils efficace en contre artillerie, et si oui, sur quel front ?

      Supprimer
    3. Petit ajout: ces armes à elles seules ne feront pas gagner la guerre. Mais permettent de rééquilibrer un peu les écarts en matériel avec les Russes. Fondamentalement, c’est les hommes qui gagnent la guerre.

      Supprimer
    4. Bonjour,
      Les CAESAR sont des armes qui offrent de nombreuses possibilités du fait de leur mobilités, de leur rapidité de déploiement et d'esquive et de leur punch.
      En revanche ils sont vulnérables à un tir intense sur une zone (les obusiers allemands chenillés et blindé seront meilleur dans cette configuration).
      Si l'évolution de combat le permet, ils seront engagés pour soutenir une offensive où l’on espère une avancé rapide.

      Supprimer
    5. Steve macqueen21 mai 2022 à 23:07

      Merci d arreter de nous bassiner avec ce site profession gendarme qui sous couvert de defendre les professions de gendarmes et policiers defend des thèses anti vax et pro russes....apparemment les rédacteurs ne supportent pas les bulles!! Solution: l eau plate ....comme la terre ( je rigole)

      Supprimer
    6. @anonyme 19:58
      La formation chef de pièce sol-sol dure 4 mois dans l'armée de Terre. On peut certes un peu couper dans les virages, rogner sur les WE, jours fériés, les créneaux de sport et les perms, mais on ne forme pas un chef de pièce et des servants CAESAR en 15 jours, ni même en 2 mois.

      Supprimer
    7. Armand DELALANDE22 mai 2022 à 06:33

      @Semper Fi.
      Ok pour former un "homme" en artilleur en 4 mois ... mais qui de former un artilleur sur materiel soviétique en artilleur sur Caesar/M777 et P2000 ?

      Supprimer
    8. @A. Delalande...
      Quelques points que j'ai oubliés :
      La barrière de la langue. Les instructeurs CAESAR parlant ukrainien couramment ne doivent pas courir les rues (et la Légion Etrangère n'a pas de régiment d'artillerie, donc même pas moyen de trouver un natif de là-bas qui serve sur ce matériel). Donc à partir du moment où on doit passer par un interprète, ça prend 2 fois plus de temps (expérience vécue).
      La technicité : il y a un bond technologique entre l'artillerie issue du PAVA et le CAESAR ou le Pzh2000. Même si les artilleurs ukrainiens sont bien câblés et n'ont pas deux mains gauches, ça ne s'apprend pas avec 2 tutos sur YT.

      Supprimer
  12. Et que dites vous de "l'entretien" des 2 chefs d'état-major US et Russe cette semaine ?

    RépondreSupprimer
  13. ils sont agressifs ce soir les trolls.
    anonyme de 19:08 est un troll - stupide en plus - c'est soit disant une ukrainienne du Donbass, et elle ne sait même pas qui est l'oligarque qui contrôle, elle a confondu avec un autre, ce que les Ukrainiens ne risquent pas de faire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il était inutile de le préciser, même sans savoir ça (comme moi), c'est si grossier et si mal fait que je n'imagine personne tomber dans ce piège absurde.

      Supprimer
  14. Le point de Monsieur Goya était attendu. Merci Colonel
    Visiblement les trolls pro-russes aussi par l'artillerie !

    RépondreSupprimer
  15. Point toujours aussi inepte...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas content le troll?

      Supprimer
    2. Un anonyme excédé par les trolls français21 mai 2022 à 20:27

      Marc : dissimule son inappétence pour la lecture (et peut-être par un complexe devant la culture) par des formules à l'emporte pièce qui sont l'expression de son désarroi. Il tente d'exister dans l'opposition

      Supprimer
    3. Bel effort pour une andouille inculte: quatre mots alignés dont un compliqué bien que de moins de trois syllabes, pas encore de verbe.
      L'opinion ainsi formulée montre une profonde incapacité à discuter d'une argumentation et a donc le niveau d'une bêtise chimiquement pure.
      Vous avez touché le fond, je vous encourage à sortir la pelle et creuser. Ca vous sera manifestement plus facile que réfléchir.

      Supprimer
  16. Bravo pour vos informstions sobres sans être austères, Monsieur Goya. Pensez-vous que le général Zaluzhnyi est suffisamnent prudent?
    En outre, serait-il possible de bloquer les trolls putiniens qui souillent les commentaires? La bêtise de ces bots pro-russes est déprimante: on a l'impression que des alcooliques à QI bichiffre viennent uriner sur votre mur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, non, pas d'accord: ça défoule de les envoyer bouler. Et certains ici prennent le temps de leur répondre de façon claire et argumentée. C'est important d'exposer leurs mensonges au vu de tous.

      Supprimer
    2. Les trolls c'est un peu la rancon du succès de Mr Goya . Auparavant (avant la guerre d'Ukraine) il y avait bcp moins de commentaires et tous de très bonnes qualité ...maintenant Mr Goya a été "identifié" comme un ennemi de la Russie alors qu'il ne fait que donner un compte rendu professionnel des operations .. mais cela dérange le biais cognitifs de certains olibrius ...

      Supprimer
    3. Il est toujours utile d'écouter une voix discordante, car susceptible d'éclairer une autre face de la réalité, donc d'en avoir soit même une meilleure perception. Il est vrai que certaines interventions manifestent une grande méconnaissance du sujet, tant volets militaires que contexte historique. Ne devraient abuser que le citoyen peu éduqué, mais cela fait déjà beaucoup trop de monde.

      Tristement, on s'aperçoit aussi que certains sont français, éduqués, avec une expression correcte et un orthographe châtié, mais prêts à toute manipulation pour promouvoir celui qu'ils ont élu comme leader idéologique. A l'encontre des intérêts fondamentaux de leur propre pays. Dans le passé, il y eu les adorateurs de l'URSS en dépit du Goulag. Aujourd'hui, on a droit aux poutinistes dont peu démontrent une bonne connaissance de la Russie et sa culture. Une 5e colonne que Poutine n'a pas même besoin de rémunérer.

      Il y a aussi les anticapitalistes forcenés qui chérissent l'ennemi de mon ennemi, mais sans doute rares sur ce blog car peu appétents à la chose militaire.

      Supprimer
    4. Moi j'aime bien les trolls russes, ils me rappellent, si jamais je l'oubliai, que Poutine ne fait pas la guerre qu'à l'ukraine, mais à tout l'occident et, plus généralement, à tout système démocratique et libéral.

      Supprimer
    5. Bien vu. Et cette "guerre"; elle se joue sur notre propre sol, et pas seulement dans l'espace médiatique.

      Supprimer
    6. Expliquez moi en quoi c’est notre guerre, et en quoi Poutine fait la guerre à l’occident. Poutine fait la guerre à l’Ukraine qui n’a jamais été un pays occidental. Dans le Donbass les gens parlent russe et écrivent en cyrillique. Zelensky lui-même est russophone de langue maternelle. C’est l’occident qui a décidé de faire la guerre à la Russie. Et encore, c’est l’Amérique qui décide de tout.
      Personnellement je suis sur une position de non aligné comme le reste du monde, c’est à dire 80% des pays et de la population mondiale.

      Supprimer
    7. @Anonyme 08:23
      "Expliquez moi en quoi c’est notre guerre, et en quoi Poutine fait la guerre à l’occident."
      C'est une blague? Vous avez un problème de compréhension, de lecture, de mémoire?
      Reportez-vous au message de Gus, plus haut à 07:23. Vous aurez votre explication.

      "Dans le Donbass les gens parlent russe et écrivent en cyrillique."
      Et les Belges, les Suisses, une partie des Canadiens et j'en passe, parlent Français. Ce qui n'en fait pas des Français pour autant, justement parce qu'ils sont Belges, Suisses, Canadiens et j'en passe...
      Vous voulez dire quoi, avec cet argument moisi?

      " C’est l’occident qui a décidé de faire la guerre à la Russie."
      Il me semblait, peut-être à tort, que c'est L'Ukraine qui est attaquée par la Russie. Que ce n'est même pas une guerre stricto sensu, mais une "opération spéciale". Qu'à ma connaissance, aucune armée occidentale n'a commis d'acte de guerre envers la Fédération de Russie, pas plus que cette dernière n'en a commis contre un pays Occidental (sauf si on considère que l'Ukraine est "l'Occident" à elle toute seule, mais vous nous dites que "L'Ukraine... n'a jamais été un pays occidental" vous même). On nous aurait menti?

      Même en prenant "guerre" dans le sens figuré, c'est Poutine qui a commencé. Souvenez-vous du vol MH17, des opposants empoisonnés dans des pays étrangers, de l'attaque de la Géorgie, de l'annexion de la Crimée, de la déstabilisation de l'Ukraine en aidant des groupes séparatistes dans certaines provinces, etc, etc...

      "Et encore, c’est l’Amérique qui décide de tout. "
      Ce sont les USA qui ont décidé d'envahir l'Ukraine? Sont trop forts ces Américains! Z'arrivent même à téléguider Poutine!
      Vous n'avez pas plus débile comme affirmation?

      "Personnellement je suis sur une position de non aligné comme le reste du monde, c’est à dire 80% des pays et de la population mondiale."
      Vous n'êtes pas "non aligné". Vous avez affirmé une position. Stupide, basée sur du vent, certes, mais une position quand même.

      Supprimer
    8. @Chef Chaudard Juste une remarque : on peut être "non aligné" et avoir une position. C'est même le sens initial : n'être ni systématiquement aligné sur l'URSS, comme l'était le bloc de l'Est, ni systématiquement aligné sur les USA, comme l'étaient beaucoup de pays de l'OTAN. Certes, et en particulier dans ce conflit, ça a souvent été utilisé pour "masquer" une position pro URSS puis Russe. Mais de manière générale, c'est une position politique qui peut se justifier dans un monde bipolaire - et qui a souvent été celle de la France.
      En revanche, je ne vois pas bien ce que cette position peut concrètement signifier appliquée à l'invasion de l'Ukraine par la Russie actuelle, dans lequel il y a au moins quatre "camps" en présence, aux frontières et aux positions évolutives, en plus de la malheureuse Ukraine (USA et alliés, pays de l'UE, bloc russe-biélorusse, Chine)... sauf bien sûr servir à plaquer sur la réalité d'aujourd'hui un narratif qui se décrit la réalité fantasmée d'hier - comme le terme "dénazifier" dans le discours de Poutine.

      Supprimer
    9. @Disette
      c'était un raccourci. La grande majorité des "non alignés " à l'ONU ont condamné la Russie, puis se sont abstenus sur les sanctions.
      Ils ont une position, qui, au mieux, peut être qualifiée de plus proche des Occidentaux, au pire, neutre (ce qui n'empêche pas les arrières pensées, j'imagine).
      Le troll en question entendait demontrer notre supposé aveuglement en presentant son non alignement, dans le sens de "neutralité", alors qu'il est clairement propoutine.

      Supprimer
    10. message @Wirette, non "@Disette". &£$%! de correcteur!

      Supprimer
  17. Encore un mégot oublié en Russie me dit mon épouse. Je n'ai pas de lien mais un laboratoire serait en trai de brûler à Joukov. Quelqu'un a des infos?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. * en train de brûler

      Supprimer
    2. Incendie dans une sous-station de l'Institut central d'aérohydrodynamique de Joukovski près de Moscou
      Il y a 11 h. Source liveuamap. Onglet russie

      Supprimer
    3. C'était le cœur de l'industrie aérospatiale Russe de la grande époque, l'équivalent de la zone 51 des US.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/TsAGI
      On peut déjà prédire qu'il s'agit d'une vieille installation électrique dans une zone désaffectée et qu'il n'y a pas de victime.
      SI c'est volontaire, c'est juste énorme. Toutefois les Russes n'ont pas besoin des Ukrainiens pour faire des incendies dans les endroits les plus inattendus. Le seul porte avion qui leur reste à été gravement endommagé par un incendie fin 2021
      https://www.lefigaro.fr/international/grave-incendie-a-bord-du-porte-avions-russe-amiral-kouznetsov-20191212
      Cela suivait la submersion du dock flottant qui l'abritait, submersion toujours inexpliquée mais nécessairement autogène.

      Supprimer
    4. wow... Le TsAGI est la grande institution de référence en Russie (l'équivalent l'Onera en France toutes choses égales par ailleurs). Et il se trouve que de tres nombreux spécialistes de l'hypersonique y officient, exploitant d'importants moyens d'essais (souffleries, acoustique, notamment m). C'est au TsAGI qu'une partie significative du développement des nouveaux outils de frappe hypersonique dans la profondeur, a été mené. Outre le T177, un moyen d'essai particulier, le T131, sert à tester les écoulements de superstatos (en anglais, "scramjet") les moteurs aérobies d'engins hypersoniques. A signaler : beaucoup de coopération internationale concernant l'utilisation de certains de ces moyens d'essais dans le cadre de projets communs dans un contexte plutot hyperbordé (p. ex: projet de missile hypersonique indo-russe "Bhramos II", etc.). Il y a également à Zhukovsky le LII Gromov (le centre d'essais en vol, mais ce n'est pas là, bien sûr, que tout est testé…). Pour la partie moteur / propulsion, c'est généralement dans un autre centre d'excellemence, le TsIAM, que ca se passe.

      Supprimer
    5. Mince c'est parti!! Je voulais corriger la parenthèse pour écrire que le centre d'excellence en furtivité n'était pas le TsAGI. Il existe en russie un autre centre spécialisé. Enfin pour tester les cibles, mais pas pour développer des matériaux à SER réduite… Ca c'est développé ailleurs voire un peu partout en fait car c'est de l'innovation, et tout dépend du donneur d'ordre et de la nature du programme… (Cette interface est peu pratique pour rédiger des commentaires. Veuillez excuser mes fautes de frappe.)

      Supprimer
    6. Anonyme (autre mais pas troll))21 mai 2022 à 21:26

      J'ai lu plus haut que c'était une "sous-station". Avez-vous des infos là dessus ? Merci

      Supprimer
    7. Bon. Apparemment, cette "sous-station" est un (simple) poste de transformation électrique. En attendant d'en savoir plus, la conclusion de comptoir s'impose : si le feu n'a pas atteint les installations (moyens d'essais), cette indisponibilité compliquera de beaucoup leur utilisation. Si les transformateurs sont

      Supprimer
    8. (arrggh)… sont aussi bien conçus que leurs tanks, çà promet de claquer partout de manière erratique. Pas besoin de saboter. L'autosabotage est une constante, parfois.

      Supprimer
    9. @ Guère épais. Attention aux confusions… Le TsAGI n'a strictement rien à voir avec un équivalent russe de la "zone 51", qui, pour rappel est une base aérienne classifiée, notamment utilisée comme centre d'essais en vol de plate-formes aérospatiales classifiées (il y a aussi North Base situé sur la base aérienne d'Edwards, ailleurs le Tonopah Test Range ou TTR, et des tas d'autres installations plus ou moins "médiatiques" – moins que plus d'ailleurs). Il y a en revanche, juste à côté du TsAGI, le LII Gromov comme je l'ai précédemment indiqué (le LII Gromov se trouve sur la base aérienne de Ramenskoe). Là, certains engins sont testés. https://en.wikipedia.org/wiki/Gromov_Flight_Research_Institute Pour la discrétion, on peut vraiment mieux faire… Un centre d'essai en vol en zone péri urbaine vs un centre d'essai en plein désert, ? Hmm… Sans mauvais jeu de mot : il n'y a pas photo (pas pour longemps car avec les prochaines générations de constellations privées de satellites de reconnaissance optique, des passes auront lieu toutes les 50mn sur chaque point du globe, avec une résolution annoncée à 40cm) … La Russie opère de nombreux endroits particuliers. Bon… Assez récemment, le TSNII VVKO a eu un soucis : il a pris feu. C'était l'un des centes d'excellence en recherche sur la furtivité (ils travaillent à reconstituer les cibles pour faciliter la mise au point des ECM en coordination avec des labos spécialisés dépendant de l'Académie des sciences russes RAN ou d'autres intervenants du cmplexe militaro-industriel…) Si la zone 51 est devenue un mythe et traine aux USA son lot de farfelus de tous poils, il existe un lieu assez problématique en Russie qui charrie sa mythologie propre : un complexe sous-terrain gigantesque "Yamantau" (le nom de la montagne, pas celui de l'installation…), situé dans la chaine de l'Oural. Encore que dans ce dernier cas, ce mythe s'est aussi ancré en occident, à la faveur d'un jeu, Call of Duty, où, imaginé, il tient une place centrale… Bref, tout ca pour dire que le TsAGi n'est pas un centre d'essai ni ne eut être comparé à Dreamland !

      Supprimer
  18. Allons messieurs, qui n'a jamais rêvé de ce magnifique modèle russe, cette liberté d'opinion totale, ce respect des droits humains, cette joie de vivre au quotidien? Comme disait l'humoriste, c'est le mec s'il t'attaque pas il cherche qu'à se défendre! Cela reste très instructif de suivre vos échanges, merci aux personnes éclairées

    RépondreSupprimer
  19. Merci pour ce rapport de qualité. Chose très rare ... On a soit droit à de la desinformation grotesque type Statpol soit à une information mediocre et tronquée dans les medias "mainstream"

    RépondreSupprimer
  20. C'est toujours avec intérêt que je lis ce rapport hebdomadaire des opérations en Ukraine.

    RépondreSupprimer
  21. Bonjour, je rebondit sur l'article d'Alain qui mentionne la retraite de Severodonetsk-Lisichansk tandis que M. GOYA parlait d'un siège type Marioupol. Ça voudrait dire que l'Ukraine cherche à sauver des soldats plutôt que de retarder l'avancée ? Quelle est la stratégie derrière ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les forces ukrainiennes ont effectué plusieurs replis tactiques. La question de Severodonetsk est posée depuis plusieurs semaines. Mais c’est symbolique et un point d’ancrage important avec des défenses importantes. Un abandon pourrait porter un coup au moral des troupes. Fondamentalement, depuis le début de la guerre, l’Ukraine cherche à épargner la vie de ses soldats. Beaucoup plus que les Russes. L’idée est bien qu’un soldat expérimenté est difficile à remplacer, car il faut des années pour parvenir au niveau d’excellence. Les Russes ont été dispendieux à ce niveau, et globalement le reste (le coût humain des avancées est très élevé). Dans le cadre d’une guerre qui dure, garder de bons professionnels est forcément un atout. Cela fait donc sens d’évacuer des positions trop compromises.

      Supprimer
  22. Une question, M Goya, qui est Oryx, ce site dont vous vous inspirez? J’ai cherché pour établir leur crédibilité et je n’ai rien trouvé de pertinent. Qui sont ils?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. https://www.oryxspioenkop.com/

      Supprimer
    2. Précision : le site Oryx fait le bilan des pertes de matériel militaire à partir de documentation qui est donnée en cliquant sur la perte. Photos presque toujours. Les pertes réelles sont supérieures parce que beaucoup ne sont pas répertoriés. D’où les correctifs proposés par M. Goya. Site de référence

      Supprimer
    3. Un problème pour Oryx est que moins d’infos circulent qu’en mars/avril. Des deux côtés ont essaie de limiter l’info pour éviter de renseigner l’adversaire.

      Supprimer
    4. La problématique d’Oryx est que les russes ne postent pas beaucoup de photos et de vidéos des matériels ukrainiens détruits ou capturés. Si on se fie à Oryx, la guerre devrait être gagnée depuis longtemps par l’Ukraine.
      Et puis a titre personnel je trouve cela très malsain de filmer depuis le ciel pendant de longues secondes des soldats aller et venir autour d’un camion avant de voir l’engin recevoir un obus ou un missile qui tue tout le monde. S’ensuit des dizaines de commentaires de charognards de canapé assoiffés de sang.

      Supprimer
    5. Oryx et Bellingcat sont des officines Américaines qui font partie intégrante du dispositif militaire américain actuellement engagé dans une guerre hybride contre la Russie. Le dispositif d'intoxication a une puissance de feu supérieure à bien des canons...
      Il est aussi débile, non factuel et non valide de s'y informer que de suivre, ce que font tous les médias mainstreams, les communiqués du gouvernement Ukrainien...
      Pourquoi ne pas reconnaitre que dans la guerre de l'information, on peut tout simplement IGNORER ce qui se passe vraiment, plutôt que de participer comme petit soldat de l'internet à une guerre qui ne nous ne concerne en rien ?

      Supprimer
    6. @François Carmignola
      "Oryx et Bellingcat sont des officines Américaines qui font partie intégrante du dispositif militaire américain actuellement engagé dans une guerre hybride contre la Russie."
      Source?

      Commentaire pourri - Rasoir de Hitchens - Poubelle

      Supprimer
    7. Un lien concernant l'auteur du post qui cherche sans doute plus à générer du flux vers son blog que de participer au débat :
      http://francoiscarmignola.hautetfort.com/

      Supprimer
    8. @Anonyme22 mai 2022 à 08:37
      Concernant les videos par les Russes, cela n'est plus tout à fait vrai. Et ils ne manquent généralement pas de poster la prise d'un M777 ou la destruction d'un drone. Quitte d'ailleurs (comme l'a montré Xavier Tytelman) à faire plusieurs vidéos sur le même sujet en les présentant comme des prises différentes. Les Tchétchénes se filment continuellement.
      Je partage votre réserve sur le visionnage de ces vidéos. Je ne me réjouis pas de morts, quelles qu'elles soient. Mais Oryx n'y est pour rien, et se contente d'exploiter ces videos. Ceux qui les diffusent le font pour des raisons diverses. Fierté de la destruction d'un tank, dégout et rage devant le cadavre d'un bébé, avec besoin de montrer ce que font les adversaires. J'admire leur travail de vérification, car on tombe nécessairement sur des choses ignobles.

      Supprimer
  23. Toujours aussi passionnant, les commentaires aussi ! Je travaille dans l'agriculture pour un grand groupe Fr. Nous avons perdu un de nos collègues Ukrainien spécialiste du tournesol. Nos collaborateurs Russes le connaissait très bien et pour la première fois ont pris conscience de ce que leur nation faisait subir a leurs frères. Quand on met un visage sur les victimes de cette infamie les choses deviennent bien plus concrètes. Cette guerre (comme toutes les guerres) est un désastre pour l'agriculture il faudra des années pour reconstruire les champs et le potentiel agricole Ukrainien. Les répercussions a moyen terme vont être terrible. L'été va passer mais après l'hiver arrive ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait. Et Il est bien utile de le rappeler.
      L'exercice d'empathie qui consiste à imaginer ses proches dans la même situation que les Ukrainiens: un fils ou un frère sur le front, des parents touchés par des tirs, est une approche salutaire dans nos pays où les blessures de la guerre sont trop anciennes.

      Supprimer
  24. Ce compte-rendu n'évoque pas le devenir de la poche russe situé au Nord-Est de Kharkiv qui est contigue à la frontière russe vis à vis de Belgorod. Cette zone est-elle destinée à revenir à l'Ukraine même en cas d'occupation prolongée du Donbass ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n’y a pas lieu, puisque des combats sont en cours et que cette poche s’est considérablement réduite car l’objet de contre attaques ukrainiennes ces dernières semaine.

      Supprimer
  25. Bonsoir,

    Voici le briefing quotidien du ministère russe de la défense, publié sur son mur vkontakte plus tôt en début d'après-midi.

    Les forces armées de la Fédération de Russie poursuivent l’opération militaire spéciale en Ukraine.

    - Les missiles de précision longue distance tirées depuis la Mer « Kalibr » ont anéanti un dépôt d’armes et de matériel expédié des USA et destinées aux groupes de combat ukrainien dans de le Donbass sur le territoire de la gare de Malin Zhitomirskyi.

    - Des missiles de haute précision des forces aériennes et spatiales de la Russie ont détruit des dépôts de carburant destiné à alimenter les forces armées ukrainiennes dans l’ « Usine portuaire d’Odessa » sur le territoire d’Odessa. En outre, les missiles de haute précision des forces aériennes et spatiales de Russie ont touché trois points de contrôle, dont le centre de commandement de la 109ème brigade de défense territoriale dans la localité de Bakhmut, ainsi que 36 zones de concentration de personnel et de matériel des FAU, ainsi que 8 dépôts de matériel et de munition d’artillerie dans les localités de Galitzinovo (oblast’ de Mikolayev), Nyrkovo (LNR), Krasnyi Liman et Ocheretini (DNR).

    - Les frappes de l’aviation tactico-opérationnelle militaire ont touché 4 points de contrôle et de commandement, 47 zones de concentration de matériel et de personnel des FAU et également détruit un dépôt de munition dans le district de Drobychevo [Ndt – District de Liman, DNR selon les russes, Oblast’ de Donetsk selon la nomenclature ukrainienne].

    - En tout, le résultat des frappes aériennes est la destruction de 270 nationalistes et la mise hors-combat de 52 unités de matériel militaire. De plus, l’aviation de chasse a abattu un avion Su-25 ukrainien au cours d’un combat aérien qui a eu lieu dans le territoire de Belitskoyè (DNR).

    - Les forces de défense anti-aériennes ont également abattu un avion Su-25 des forces aériennes ukrainiennes dans le district de Novoalexandrovka (oblast’ de Kherson), ainsi que 14 appareils sans pilote sur le territoire des localités de Slavnoyè, Krutaya Balka, Alexandrovka, Krasnogorovka, Petropavlovka, Pervomaïsk (DNR), Popasnaya (LNR), Novaya Kakhovka, Alexandrovka (oblast’ de Kherson), Malye Prokhodi, Kunjè et Brazhkovka (oblast’ de Kharkov). En outre, 8 roquettes tirées depuis des systèmes lance-roquette multiples « Smertch » sur le territoire des localités de Malaya Kamyshevka, Kamienka, Brazhkovka (oblast’ de Kharkov) et à Chernobayevka (oblast’ de Kherson).

    - Les forces d’artillerie et de roquette ont touché 77 postes de commandement, 602 zones de concentration de personnel et de matériel militaire des FAU, parmi lesquelles une base d’entraînement des forces spéciales des FAU occupée par du personnel aux alentours du lac Sassyk, district d’Odessa [il y a un truc curieux car la localité semble hors de portée de l’artillerie ou des lances roquettes d’ordinaire mis à l’honneur dans cette rubrique même en considérant une frappe venue de Transnistrie ou de l’Ile aux serpents - Ndt ], 43 pièces d’artillerie et mortier sur leurs positions de tir, deux batteries de RSZO « Grad », 10 dépôts de munitions et un véhicule de défense anti-aérienne ZRK (« Buk-M1 ») sur le territoire de la localité de Mayak, oblast’ de Kharkov.

    En tout, depuis le début de l’opération militaire spéciale ont été détruits 174 avions, 125 hélicoptères, 966 véhicules aériens sans pilote, 314 systèmes de missiles, 3 182 chars et autres véhicules blindés de combat, 402 lance-roquettes multiples, 1 614 mortiers et pièces d'artillerie de campagne, ainsi que 3054 unités de véhicules militaires terrestres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a plus d'avions détruits que ce que comptait la flotte ukrainienne avant la guerre.

      Supprimer
    2. Le chiffre du jour: 1659 objets explosifs et mines ont été neutralisées dans les territoires des DNR et LNR.

      Je passe mon tour ce soir sur le portrait du héros de Z (pas le temps) en revanche j'ai vu que notre connaissance l'effreitor Ayur Balzhumimaiev (un des héros de Z déjà cité dans le fil de la publication précédente) a l'honneur d'une deuxième citation pour un nouvel exploit (la destruction d'un BMP) qui lui vaut de plus la parallélisation de sa vie avec un héros de la Grande Guerre Patriotique.

      Supprimer
    3. Merci MGM.
      Merci Alain H également

      Supprimer
    4. Les bombardements ont "tué 270 nationalistes". Ils sont entrés dans chaque tranchée ukrainienne, chaque bâtiment détruit, pour compter les victimes. A des dizaines de km...
      Sont trop forts, ces Russes.

      Supprimer
    5. @MGM
      "Je passe mon tour ce soir sur le portrait du héros de Z (pas le temps)"...
      Moi qui attendais avec gourmandise de lire les aventures incroyables du SGT Trucov, qui au fond de son atelier a réparé 40 T72 en 12h, ou du LTN Macheproduguidonsky, qui avec sa section de transmetteurs binoclards avaient réussi à tendre une ficelle et 2 pots de yaourt entre Marioupol et le Kremlin... je suis déçu.

      Supprimer
    6. @Semper Fi
      Pour la "ficelle entre deux pots de yaourts", je suis prêt à y croire! Les transmetteurs sont capables de miracles: envoyer des messages en Morse en tapotant sur des tuyaux pour négocier la reddition d'Azovstal, mettre le feu à un T-72 pour faire des signaux de fumée en secouant dessus une vieille couverture empruntée a une babouchka...

      (Paf, bien fait, chacun son tour...)
      😁

      Supprimer
  26. Un lecteur attentif sur la guerre en Ukraine21 mai 2022 à 22:40

    Quand une bête fauve est acculée, elle se déchaîne avec l'énergie ultime du désespoir : tels sont les pro-poutiniens trollesques éructant leurs inepties ici... Il est néanmoins utile de prendre connaissance des vidéos de Stratpol (dont ils sont sans doute l'émanation) pour connaître ce fameux narratif révisionniste des néo-poutiniens (ne disons pas pro-russes : le peuple russe est otage d'une dictature... et n'a rien demandé d'une guerre d'aggression et d'invasion). Il est vrai que se joue sur le terrain ukrainien un conflit plus vaste entre "Occident", "Russie" (ou plutôt le régime de Poutine) et la "Chine" (là encore, le peuple chinois n'a rien à voir avec le régime en place : voyons les frondes populaires devant les confinements autoritaires liés à la crise Covid...). Il n'empêche que se trame malgré tout un enjeu existentiel majeur pour notre avenir commun en Europe. Il faut arrêter Poutine désormais. Et aider l'Ukraine à vivre en peuple souverain, libre. Malheureusement la paix de tous est à ce prix malgré l'horreur de toute guerre. Sinon... Je trouve que pour un "Gamelin" (sobriquet de Mr Goya sur Stratpol), ces clefs de lecture sont éclairantes sur les aspects militaires du conflit.

    RépondreSupprimer
  27. Merci Colonel Goya pour votre point du jour. Je vous lis avec autant d ' intérêts que le blog du séparatiste pro russe et Breton : Erwan Castel. Tous les 2 avaient été des hommes de terrain Vous êtes les 2 seuls à relater les faits avec exactitude. Colonel, vous acquiècez enfin dans le même sens qu' Erwan Castel qui nous dit depuis quelques jours que les défenses Ukrainiennes craquent dans le Donbass. Je ne peux plus écouter les journalistes de télévision et leur propagande ni les 2 Xavier ( Moreau et Tytelman vendus chacun à la propagande) . L 'Occident n n'envoie que des armes légères et quelques armes lourdes le plus souvent détruites par les Russes dans la semaine qui suit leur arrivée sur le front. Quand l 'Occident va t ' il vraiment aider les Ukrainiens à se défendre et leur envoyer de l 'aviation et des missiles ? Réponses de trolls non acceptées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir,
      Bien que civil je vais pouvoir prendre en charge le volet aviation du fait de mon expérience professionnel.
      Prendre en main un avion moderne, que ce soit pour le pilotage ou pour la maintenance est une affaire longue. Même avec une expérience professionnel initial réel, beaucoup de bonne volonté et en taillant dans la formation, il faut des mois pour assimiler des systèmes aussi complexes et surtout être capables de les exploiter même avec des pannes mineures.
      Pour la maintenance il faut disposer d’une foule d'équipement spéciaux lourd qui vont jusqu’au banc d’essai moteur qui sont des installations en dur.
      Fournir des avions de combat modernes est une illusion a moins de disposer d’au moins un an, d’un environnement sûr où l’on ne sera pas bombardé pour construire les infrastructures lourdes.
      Les drones déjà en exploitation apportent une aide bien plus précieuse.

      Supprimer
    2. @anonyme de 23:18, même constat, ce qu'on envoie n'est pas du tout à la hauteur (les Français et les Européens de l'ouest). Pour avoir poser cette question un certain nombre de fois, on a fini par me répondre ici que les occidentaux n'avaient pas de missiles (ce qui n'excuse pas le peu qu'on fait)... Du coup, j'ai épluché la liste des missiles connus par l'OTAN, et effectivement, c'est un peu la merde car la quasi totalité de l'arsenal occidental est fait pour partir depuis des avions (de l'OTAN) ou des bateaux. La France par exemple n'a AUCUN missile sol-sol (a par les MMP (et Eryx), version EU du Javelins qui n'est pas produit industriellement et hors de prix). Reste les ICBM américains (missiles atomiques) qui pourraient accueillir des charges conventionnelles, mais à 100 millions le missile... Et encore, il doit falloir ses installations au sol pour les lancer.
      Bref, a court terme, on a effectivement pas grand chose à proposer. A plus long terme, il faut espérer que les US aient déjà entrepris de transformer des camions pour accueillir des tubes capable de lancer des Tomawaks car sans missiles, c'est vraiment mal barre pour l'Ukraine.

      Supprimer
    3. En un mot MLRS. C'est l'arme dont ont besoin en priorité les Ukrainiens et dont les US disposent.
      Pour le package d'armement qui vient de passer les US envoient des systèmes SOL - AIR très performants de ce que j'ai lu.
      Il faut donc attendre la prochaine liste de livraison. Car le choix ou non de délivrer des MLRS sera un indicateur important qu'en a la durée de cette guerre et le potentiel de victoire Ukrainienne.

      https://www.politico.com/news/2022/05/18/biden-resists-ukrainian-demands-long-range-rocket-launchers-0003347

      Supprimer
  28. pour rebondir sur le propos d'un lecteur attentif - une des raisons pour laquelle la Chine s'accroche à sa politique zéro covid c'est que leur système médical ne tiendrait pas le choc... cependant ils sortent 4 navires de guerre par an... donc après l'enfermement-covid pour le peuple s'esquisse en double peine un dessein d'encre...
    Aussi autant que la puissance militaire d'un pays doit être corrélée aux sens des responsabilités de leurs dirigeants.... à ce titre il faut poncer l'armée russe. ça fait un moment que la brute verse du poison dans nos verres, l'intention effectivement de nuire aux démocraties à l'Europe est maximum... à l'heure où les défis sont mondiaux et nécessitent des citoyens éclairés et des relations de coopération faut faire comprendre aux bourrins mafieux que les stratégies low cost violentes et nombrilistes sont sans avenir.

    Wagner L'armée de l'ombre de Poutine :
    https://www.youtube.com/watch?v=Knlry6kIU8k

    @Aimstrong merci pour les liens - l'article sur l'Europe après l'invasion vaut le coup d'oeil

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Reportage très instructif, merci pour ce partage

      Supprimer
  29. Bonjour Mon Colonel,

    Faut il redouter dans un avenir proche une mobilisation partielle russe et un appel accru aux mercenaires, y compris non russes, pour recompléter les GT usés ? Même si la remise à niveau de ces réservistes prendra du temps et la motivation plus ou moins douteuse, n'est ce pas un atout, avec la masse d'artillerie, pour des combats, moins mobiles, risquant de s'inscrire dans la durée ? l'effet de masse ne risque t il pas de finir pae jouer en faveur des russes en cas de mobilisation ?

    n'y a t il pas le risque d'un conflit long dans le style guerre Irak Iran, où les armes chimiques furent utilisés pour freiner les offensives iraniennes ?

    RépondreSupprimer
  30. Soldat Pithivier22 mai 2022 à 00:31

    Un article écrit par une journaliste russe, Eleny Kostyuchenko, sur la prise de Kherson et l'occupation russe :
    Le reportage est daté du 30 mars et elle y parle des enlèvements et des prisons secrètes.

    https://meduza.io/feature/2022/03/30/herson-reportazh-spetskora-novoy-gazety-eleny-kostyuchenko

    RépondreSupprimer
  31. Questions aux stratèges militaires : je m'étonne toujours de la non utilisation de leurres aériens dans cette situation pour faire surchauffer les défenses antiaérienne ennemies... Au prix des S300/S400, y a t-il une raison pour ne pas envoyer des centaines d'avions en carton ou des faux missiles a guidage approximatif (quitte à un mettre un vrai de temps en temps) ? Un turboreacteur de modélisme, ça coûte 3000 ou 4000€ et c'est largement capable de faire voler un tube vite a 800km/h sur une ou deux centaine de kilomètres...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attaque russe. Hélices. Leurres
      https://www.youtube.com/watch?v=WwcuZjQwYVY

      Supprimer
    2. Bonjour,
      La vidéo présente des FLARE. Ces leurres détournent les petits missiles sol air qui se dirigent grâce à la chaleur des moteurs. Ils sont déclenchés en cas de danger immédiat.
      Après pour votre idée de saturer l’espace aérien de leurres « ce n’est pas si simple la technique » comme on dit dans certaines sociétés.
      Les « radars modernes » sont capables d’identifier la nature de l’écho. Ne sous-estimez pas l’aide informatique à l’identification des cibles. Il ne s’agit pas que de faire voler un avion en carton, il faut que l’avion en carton ait le comportement d’un vrai avion de combat.
      Un bidule qui vol en ligne droite à vitesse constante à altitude de détection ce n’est pas très crédible. Cela implique que votre leurre soit piloté et capable de répondre de manière crédible au détection radar.

      Supprimer
  32. Anonyme excédé par les trolls22 mai 2022 à 00:56

    Bonjour
    Je lis ce blog depuis longtemps et je ne suis JAMAIS intervenu, même en tant qu’anonyme sans qualificatifs. J’apprécie le travail du Colonel et les apports des commentateurs qui dans leur connaissances et compétences propres se livrent à un véritable partage et à une recherche de données pour avancer. Pour avancer… Toutes les questions ont du sens, elles montrent le désir de comprendre. Tout débat sur un thème précis est éclairant. Cela arrive très souvent. On pense tout seul, certes, mais on réfléchit mieux à plusieurs. C’est l’« ambiance » de la partie commentaire du blog
    Samedi 21 mai, à la publication du point de la situation du Colonel Goya, j’ai éprouvé après le plaisir de la lecture du texte, carte affichée sur un autre écran par commodité, j’ai éprouvé un franc déplaisir à voir les trolls faire irruption, comme s’ils attendaient la publication. Je sais qu’ils sont vertement rabroués d’habitude, mais je n’ai pu m’en empêcher… J’ai craqué.
    Comme le disait Juan Carlos, roi d’Espagne, après une grosse, très très grosse bourde (tuer un éléphant dans un safari et se faire photographier) : « Je suis vraiment désolé. C’était une erreur. Cela ne se reproduira plus. ».
    Merci à Monsieur Goya, merci aux commentateurs.
    Je retourne à ma lecture silencieuse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est très difficile de garder son calme devant une personne qui assène des arguments faux, des affirmations sans aucun argument, des insinuations blessantes et refuse de discuter sur le fond, se contentant de répéter les mêmes âneries ou en rajoutant d'autres, tout aussi idiotes.

      Le but de ce que l'on appelle des "trolls" (en général) est précisément cela: mettre en colère leurs interlocuteurs.

      Les trolls russes ont un autre but, même si le résultat est le même: populariser la propagande du Kremlin. Faire qu'elle soit présente, trouver, convaincre des "idiots utiles" et, surtout, relativiser l'impact de la vérité en présentant des hypothèses alternatives pour instiller le doute.

      Votre réaction était naturelle. Les trolls pourrissent les discussions. Gus et le soldat Pithiviers ont, avec talent, à mon avis, trouvé le bon angle: la dérision et la poésie.

      De toutes façons, tenter de discuter avec un troll est sans intérêt et même contre productif car valorisant ses messages en les hissant au niveau des vrais arguments.

      "Ce qui est affirmé sans preuve, se rejette sans preuve". Le "rasoir de Hitchen" doit être appliqué avec toute sa rigueur aux affirmations des trolls.

      Supprimer
    2. Bonjour, les "vrais trolls" cherchent à publier au tout début de la partie commentaires car c'est celle qui est le plus lu après l'article. Ils sont donc à l'affût de nouvelles publications.

      Supprimer
    3. J'avoue aussi ne pas comprendre ce phénomène de trollisation. Ce site est excellent, car le col GOYA est un soldat de métier qui a acquis une formation d'historien. Il écrit régulièrement dans Guerre & Histoire, une revue très intéressante. Il donne des analyses tactiques et parfois les raccroche à la stratégie et à la grande stratégie. Il permet donc de se faire une idée éclairée de ce qu'il se passe et de ce qui pourrait se passer. Il est ensuite louable que les citoyens émettent par le blog une opinion sur ces événements et se répondent par leurs arguments, contradictoires. Mais là où je m'inquiète, c'est que les échanges quittent le terrain de la spéculation intellectuelle pour gagner celui de l'insulte et de la démonisation. Certains n'émettent une opinion fondée que sur leurs seuls sentiments et agressent ceux qui ne partagent pas leur opinion, en les affublant du sobriquet dénigrant de troll. Pourquoi cherchons-nous à prédire les événements futurs ? Parce que tous nous ne voulons pas l'extension de la guerre et de ses ravages, et nous ne voulons pas non plus qu'elle s'étende à nos foyers. Déterminer les raisons ultimes qui poussent les Russes à agresser l'Ukraine n'a pas pour seul but de rendre des jugements moraux sur le acteurs de cette tragédie. Poutine est méchant et les Russes des bêtes féroces ? Et nous retournons dans nos foyers, heureux d'avoir en choeur entonné cette antienne ? Mais si Poutine, à sa manière, est un patriote et ne craint pas de se sacrifier pour son pays, nos concerts de moraline le laissent froid. Et il continuera, jusqu'au bout, à mener son action. Nous devons comprendre en dehors de toute morale, mais en toute logique, pour élire du personnel politique qui prendra les bonnes décisions, celles qui respectent nos intérêts. Notre intérêt est d'éviter l'extension de cette guerre, sans que nos ayons à renier nos principes moraux, ni sacrifier nos libertés. Il s'agit d'un exercice délicat. Je pense que l'Occident, indirectement, a aussi sa responsabilité dans ce désastre. La morale à deux balles est une drogue distribuée par les candidats à l'élection chez nous, de sorte que le personnel politique occidental, par paresse intellectuelle, n'a jamais voulu proposer un remodelage du monde rationnel pour organiser la fin du communisme. L'OTAN n'a jamais vraiment voulu agresser directement les Russes, mais finalement, l'effilochement graduel de la Russie arrangeait tout le monde. Et on a pensé que ce pays accepterait de partir petit à petit dans les oubliettes de l'histoire, en chantant gloire à Mickey Mouse. Cela ne se passe pas ainsi et le cours actuel de l'histoire coûte de nombreuses vies humaines, inutilement sacrifiées. Il faut donc sortir de ce tunnel, et pour cela, nos dirigeants doivent être capables de proposer une solution équilibrée pour toutes les parties, susceptible d'offrir un équilibre stable à toutes les puissances impliquées, d'une manière ou d'une autre, dans cette affaire. Je ne connais pas cette solution, mais je sais que les insultes ne participent pas à sa découverte.

      Supprimer
    4. Orekhdin vous partez de l'axiome que la cause de ce conflit est la peur russe de l'OTAN, alors même que - comme vous le dites vous même - ce n'était pas une menace contre la Russie. Et ce point est bien trop évident pour qu'il n'invalide pas cette cause prétendue.
      Il y a donc quelque chose d'autre que la Russie veut. Des terres cultivable ? Une citation dans les livre d'histoire pour Poutine comme celui qui a conquis l'Ukraine ? l'assimilation d'une population pour contrer des soucis démographiques ou que sais-je... Le fait est qu'on ne sait même pas avec certitude qu'est ce qu'on doit négocier, sachant en plus que certaines choses ne sont tout simplement pas négociables (annexion pour l'histoire, besoin de main d'oeuvre pour remplacer la disparition du goulag, génocide "ethnique"...)

      Et puis même... il suffit de déclencher une guerre pour négocier ensuite la propriété du territoire convoité ? C'est un avis personnel, mais même ça, c'est parfaitement inadmissible !

      Bref, je ne crois pas à la diplomatie car il ne peut pas y avoir de compromis juste quand l'une des parties a des prétentions innacceptables. Encore une fois, si les prétentions justes étaient justifiables, la Russie se justifierait et n'inventerait pas ce prétexte fallacieux de menace de l'OTAN.

      Supprimer
    5. correction : si les prétentions RUSSES* étaient justifiables

      Supprimer
    6. Soldat Pithivier22 mai 2022 à 09:33

      Vous êtes l'exemple typique de ce que vous dénoncez : un prêchi-prêcha pro-russe non étayé par des références , une logorrhée ne laissant aucun espace de réflexion au lecteur et donc aucun échange possible.

      Supprimer
    7. @Orekhdin
      Pour commencer: Non, Orekhdin. Un troll est un troll. Ce n'est pas possible de discuter avec un troll. Il est imperméable à tout argument. Il est même quelquefois payé pour l'être.

      Et si "Certains n'émettent une opinion fondée que sur leurs seuls sentiments et agressent ceux qui ne partagent pas leur opinion, en les affublant du sobriquet dénigrant de troll.", c'est, souvent, à cause du point cité plus haut: aucun argument ne fera changer d'avis à un troll. Des arguments qui ont, tous et depuis des semaines, été exposés en long, en large et en travers, par ces même personnes au fil des pages de ce forum. Les répéter est sans intérêt. La seule chose à faire est d'exposer le troll.
      Un conseil à ceux qui se sentiraient injustement traités de trolls: revenez dans la discussion avec des arguments, des faits, des preuves, des sources. C'est la seule défense. Faute de ça, vous ne prouverez que ce qui est dit de vous: vous êtes un troll.

      "Déterminer les raisons ultimes qui poussent les Russes à agresser l'Ukraine n'a pas pour seul but de rendre des jugements moraux sur le acteurs de cette tragédie."
      Homme de paille. Personne, ici, n'a affirmé que les raisons des Russes ne devaient être étudiées que sous l'angle moral. Au contraire.

      "Je pense que l'Occident, indirectement, a aussi sa responsabilité dans ce désastre." Affirmation basée sur rien. Rasoir d'Hitchen. Poubelle.

      "L'OTAN n'a jamais vraiment voulu agresser directement les Russes, mais finalement, l'effilochement graduel de la Russie arrangeait tout le monde."
      Non. Le monde aurait largement préféré une Russie démocratique, soucieuse d'entrer dans le concert des Nations, de se développer. Que les Russes aient été incapables d'y parvenir et aient préféré s'en remettre à un dictateur est à la fois de leur fait et de leur seule responsabilité.
      Ils avaient l'opportunité, les moyens et ne l'ont pas fait.

      "Il faut donc sortir de ce tunnel, et pour cela, nos dirigeants doivent être capables de proposer une solution équilibrée pour toutes les parties, susceptible d'offrir un équilibre stable à toutes les puissances impliquées, d'une manière ou d'une autre, dans cette affaire."
      Cette "solution stable" supposerait de la part de l'agresseur un minimum d'ouverture d'esprit dans des discussions constructives. Chose qu'il n'a pas démontrée jusqu'à présent, montrant clairement qu'il préférait la force à la concertation et ne renoncerait pas à son but affiché d'annexer une partie de l'Ukraine. Ce qui est inacceptable, pour les Ukrainiens et les Occidentaux, pour plein de raisons.

      "Je ne connais pas cette solution, mais je sais que les insultes ne participent pas à sa découverte."
      Appeler un troll, un troll, n'est pas une insulte.

      J'attends avec impatience vos messages, qui me permettront de réviser ma liste des sophismes. J'en ai trouvé que deux, là. Je suis un peu déçu.

      Dans la première partie, attaquer un hypothétique "Certains n'émettent une opinion fondée que sur leurs seuls sentiments et agressent ceux qui ne partagent pas leur opinion,...".
      "On" est un c...
      Je soupçonne un sophisme, là... possible Homme de paille? Equivocation? Pente glissante? Je vais chercher à affiner.

      Supprimer
    8. Soldat Pithivier22 mai 2022 à 10:03

      Orekhdin : Quand on n’a rien à dire

      Quand on n’a rien à dire et du mal à se taire,
      On peut toujours aller écrire sur un site Internet,
      Parler des trolls qui n’ont pas fait la guerre,
      Parler de la Russie agressée par l’Otan ,
      Parler parler parler… pour que l’air se déplace,
      Pour montrer qu’on sait vivre et qu’on a des façons,
      Parler de son opinion ou bien des saints de glace,
      Pour fair’ croire aux copains qu’on n’est pas le plus con.

      Quand on n’a rien à dire on parle du l’Ukraine
      De l’Amérique du Nord où tous les gens sont fous,
      Des stratèges et de leurs analyses, des sobriquets,
      De nationalisme d’élections et des machines à sous,
      Des soldats des tués, d’la musiqu’ militaire,
      De la soupe à l’oignon, de nos intérêts.
      Quand on n’a rien à dire et du mal à se taire
      On arrive au sommet de l’imbécilité.

      d’après Bernard DIMEY

      Supprimer
    9. @orekhdin
      La volonté de la Russie (pas que de Poutine) est parfaitement claire: reconstituer l'Empire ou un Empire. L'union de tous les Russes: Grands Russes, Russes Blancs et Petits Russes, et restaurer le contrôle sur les territoires perdus (Pays Baltes, Kazakhstan....). Tout le reste est de l'habillage. Ensuite, que les Petits Russes soient en fait des Ukrainiens, et qu'il s'agisse d'une culture et d'une langue différente, c'est justement ce qui est nié par les idéologues russes.
      Il faut bien comprendre, que le Russe, l'Ukrainien et le Biélorusse sont des langues différentes, ayant divergé il y a près d'un millénaire. Le narratif russe est donc très contestable.
      Pour les langues (vidéos en anglais):
      https://www.youtube.com/watch?v=CQLM62r5nLI
      https://www.youtube.com/watch?v=R-RQ-lwIsEU
      Il est parfaitement clair que si une solution diplomatique avait existé, et avait été considérée du côté russe, il n'y aurait pas de guerre. La Russie ne l'a jamais considérée, car elle considère que l'Ukraine n'existe pas.
      Tout cessez-le-feu sans retour sur les frontières antérieures (au pire du 24/02, au mieux de 2014) ne serait qu'une étape intermédiaire pour la suite des opérations militaires, juste le temps pour le Russie de reconstituer ses forces.
      Il s'agit d'une guerre existentielle pour la Russie, mais aussi pour l'Europe (l'UE surtout, mais pas seulement).
      Par ailleurs, je suis toujours atterré par la grande difficulté qu'ont les Occidentaux pour comprendre le raisonnement de non Occidentaux (dont les Russes dans une certaine mesure). Cela me rappelle mes cours de Japonais, où on nous expliquait que lorsqu'un Japonais répondait "un petit peu", cela voulait bien dire "pas du tout". Et que les vendeurs sur les Champs Elysée ne comprenant pas, perdaient leur temps à continuer à proposer des produits similaires.
      La morale n'a rien à voir avec tout cela. C'est juste un habillage. La morale politique n'est pas la morale privée.
      Vous comprendrez donc qu'il n'y a pas de compromis acceptable par tout le monde. Le compromis "acceptable" pour les Occidentaux, ce serait de littéralement "castrer" la Russie et qu'elle n'obtienne rien, ou que le peu qu'elle obtienne lui revienne si cher qu'elle soit obligée de renoncer à tout jamais à retenter une telle aventure. C'est le minimum pour nous. Et c'est totalement inacceptable pour la Russie. Donc, elle n'acceptera que si elle est à genoux, et qu'il s'agisse de la seule solution pour elle de ne pas tout perdre (tout perdre = disparition de la Russie). On en est loin. La guerre va donc durer.
      Clairement, Macron suit l'Allemagne, qui est dans une position d'entre-deux intenable. Cela pourrait changer dans les prochaine semaines/ prochains mois, car la coalition est soumise à de très fortes tensions, et un renversement d'alliances pourrait intervenir à cause de ce manque de soutien à l'Ukraine (Scholtz ménage le SPD, qui est très divisé, mais au prix de brouilles avec les Libéraux et les Verts, au point que ces derniers acceptent des alliances ponctuelles avec la CDU pour forcer Scholtz à agir). L'histoire qui vient de sortir sur les chars Marder risque encore d'empirer les choses en Allemagne. En France, Macron a toujours eu des difficultés avec la Diplomatie et l'Armée. Clairement, il n'est pas pris au sérieux à l'Etranger, et il doit composer avec des tendances anti-OTAN et pro-russes en France. Compliqué, et je ne suis pas sûr qu'il soit l'homme de la situation. Trop jeune pour avoir vraiment connu l'URSS, pas de véritable culture historique (contrairement à un Chirac par exemple), ni de sensibilité à des cultures différentes (contrairement à Sarkozy, qui avait forcément une certaine sensibilité à certaines questions du fait de ses origines hongroises et juives).
      On n'est pas rendu!

      Supprimer
    10. orekhdin22 mai 2022 à 08:38

      "mais finalement, l'effilochement graduel de la Russie arrangeait tout le monde. Et on a pensé que ce pays accepterait de partir petit à petit dans les oubliettes de l'histoire, en chantant gloire à Mickey Mouse."
      c'est surtout qu'à un moment la Russie a raté le coche de la démocratie et des relations de coopérations plus grandes avec l'occident. mais ça c'est la responsabilité des russes. Ils "se sont choisis" un mode de gouvernance qui mène à rien.

      Comme le peuple Russe est imbriqué avec le peuple Ukrainien qui lui s'est choisi un mode de gouvernance plus efficace - démocratique - il y a un peuple qui va influencer l'autre et lui tendre un miroir, le miroir de sa faillite.
      Et pour le mafieux poutine ça va mettre rapidement en cause son pouvoir... pour palier à ces menaces il a déjà muselé les médias emprisonné l'opposition... c'est pas l'OTAN ça ?

      Tous ces grands ensembles mariés sous la contrainte la peur sont amenés à exploser comme en son temps la Yougoslavie. Soit ils sont capables de se réinventer de se redéfinir des relations respectueuses et mutuellement enrichissantes et ils pourront se perpétuer (et s'agrandir même) soit ils ne seront pas capables de hausser leurs standards relationnels et ils exploseront.
      On peut déjà voir comment sont gérés ces mariages et on ça va immanquablement craquer... Si poutine s'y était pris différemment aurait pu espérer réinventer son "empire" mais par le viol et sous le regard de tous ça n'a aucune chance de marcher.

      On peut espérer et être vigilant à ce que le contrat de mariage fasse toujours sens - on peut espérer que l'Europe soit un ensemble de nations bien mariées pour de bonnes raisons qui la protègera de l'éclatement. Et on oublie pas que poutine travaille à son dynamitage par son ingérence dans les élections de pays démocratiques, le soutient aux mouvements séparatistes d'extrême droites et j'en passe qui sont tout sauf être anodin.

      on compte pas devenir des autocraties car ce sont des systèmes inefficaces : par exemple la Chine enferme sa population dans sa politique de zéro-covid parce qu'elle a préféré sortir quatre de guerre par an plutôt que de construire des hôpitaux. Elle préfère enfermer sa population, arrêter son économie et hypothéquer ses partenariats économiques avec l'occident plutôt que d'admettre que son vaccin ne vaut pas tripette et en acheter un qui serait efficace. tout ça au mépris du peuple du bien commun de la création de richesse et de la coopération internationale.
      on compte pas changer notre système politique imparfait contre un qui dégénère au moindre rhume narcissique de son dirigeant.

      Et pour rappel d'un point de vue climatique que - au delà des frontières des uns des autres - que les conditions de survie des sociétés et de l'espèce humaine ne sont pas encore réunies.
      Ce à quoi on assiste là c'est un détournement de moyens de ressources d'intelligence. ça se fait au détriment du monde entier des générations futures et c'est la responsabilité d'un régime autocratique - d'un vieux monsieur à la santé dégradée qui s'est choisi le parasitisme comme rapport aux autres plutôt que l'échange et la coopération.

      Il faut quand même que le plus responsable le plus porteur d'avenir impose la raison c'est une question de survie même pour l'aveugle et la brute.

      poutine comme souvent les hommes il a trouvé une stratégie qui a marché jusque là et il va recommencer jusqu'à taper le mur... et à part lui approcher le mur je vois pas comment faire en sorte que les graines poutiennes du pourrissement ne germent si tant est qu'on réussisse à négocier le virage climatique entre temps...


      Supprimer
    11. La position de la France par rapport à l’OTAN est un marqueur. Le débat sur l’indépendance de la France vis-à-vis de lui a souvent été un révélateur de la vision géopolitique de nos dirigeants devant les enjeux géopolitiques.
      A noter que jusqu’à l’annexion de la Crimée
      Sarkozy avait en 2007 annoncé le projet de réintégration de la France dans le commandement intégré de l'OTAN à la tribune du congrès des États-Unis.
      En 2008, Hollande annonce la même chose au Sénat.
      On en peut que constater que Macron a essayé de jouer pour la France la défense européenne contre l’OTAN déclaré en mort cérébrale. Il semble actuellement revenu à la position des présidents précédents et « en même temps » proposer une union européenne élargie pour intégrer l’Ukraine et l’Angleterre. Bref, il retarde l’entrée de l’Ukraine en Europe et « en même temps » lui propose une entrée dans une structure qui n’existe pas. A noter que cette Union européenne élargie est la reprise d’un projet de déposé par des députés européens pour concilier les visions divergentes des États membres par rapport au degré d’intervention dans le soutien à l’Ukraine

      Supprimer
    12. J’ai fais une étude plus poussée des sophismes utilisés par Orekhdin (j’avais un peu de temps à perdre).

      La première partie, concernant le Col. Goya et les intervenants est un « appel à la flatterie », une manière d’obtenir l’oreille de tous. Mais je suis peut-être mauvaise langue, ici. Peut-être Orekhdin est-il sincère, mais connaissant ses messages, j’en doute. D’autre part, son post n’est qu’un « chiffon rouge » (associations émotionnelles qui vont déclencher la colère du public et nuire à sa capacité de raisonnement), l’arme fétiche des trolls. C’est ce que je vais démontrer.

      « Mais là où je m'inquiète, c'est que les échanges quittent le terrain de la spéculation intellectuelle pour gagner celui de l'insulte et de la démonisation. » A première vue, nous serions tous d’accord avec une telle affirmation. Mais, si on y réfléchit, pourquoi appeler un démon, « démon » serait-il une erreur ou immoral ? Appelons un chat, un chat. Il s’agit, ici, d’une affirmation pure et simple, sans aucune démonstration.
      Ipse dixit.

      « Certains n'émettent une opinion fondée que sur leurs seuls sentiments et agressent ceux qui ne partagent pas leur opinion, en les affublant du sobriquet dénigrant de troll. » On a affaire clairement ici à un « homme de paille » (créer une image déformée des adversaires pour en faire un argument plus facilement réfutable). Pas de nom, pas d’exemple.

      « Déterminer les raisons ultimes qui poussent les Russes à agresser l'Ukraine n'a pas pour seul but de rendre des jugements moraux sur le acteurs de cette tragédie. » Homme de paille, déjà signalé : l’auteur va détruire une idée… Que personne ne défend ! Celle que « certains » n’agiraient que sous le coup de l’émotion. Sophisme « déshonneur par association », également, car la communauté de ses contradicteurs est assimilée à cet homme de paille.

      «  Poutine est méchant et les Russes des bêtes féroces ? Et nous retournons dans nos foyers, heureux d'avoir en choeur entonné cette antienne ? «  Le « nous » fédérateur tendrait à être un « appel à émotion » pour faire passer la pilule en faisant entrer l’auteur dans la communauté de ceux qui seraient dans l’erreur. Derrière, comme dans les Doubitchous, une deuxième couche aussi fétide que la première : un vrai « homme de paille », encore une fois. On a retiré le droit à ce « nous » d’avoir réfléchit et s’être fait une position rationnelle pour le réduire à une bête hurlant avec les loups.

      « Je pense que l'Occident, indirectement, a aussi sa responsabilité dans ce désastre. »
      Ipse dixit. Déjà signalé.

      « La morale à deux balles est une drogue distribuée par les candidats à l'élection chez nous,... « 
      Ipse dixit

      « L'OTAN n'a jamais vraiment voulu agresser directement les Russes, mais finalement, l'effilochement graduel de la Russie arrangeait tout le monde. »
      Ipse dixit

      «  Il faut donc sortir de ce tunnel, et pour cela, nos dirigeants doivent être capables de proposer une solution équilibrée pour toutes les parties, susceptible d'offrir un équilibre stable à toutes les puissances impliquées, d'une manière ou d'une autre, dans cette affaire. « Sophisme du juste milieu » (raisonnement erroné qui implique que la vérité est un compromis entre deux positions opposées). Sous-entend que Poutine a autant le droit à obtenir des choses que l’Ukraine (que ce soit légalement ou moralement, je suppose).

      « Je ne connais pas cette solution, mais je sais que les insultes ne participent pas à sa découverte. » Je sais pas trop ce que cette phrase est sensée conclure. Ca ressemble à un « non sequitur » (la conclusion ne suit pas la démonstration), l’auteur n’ayant cherché à aucun moment a démontrer que si des intervenants en arrivaient à s’insulter sur un forum, cela reculerait une possibilité de solution au conflit. Ou les « hommes de paille » créés ici sont généralisés au monde et ses dirigeants ? Aux Occidentaux ? L’autre option est que Zelenski (les dirigeants occidentaux) et Poutine s’insultant, cela compromet toute recherche de solution entre eux et qu’ils devraient changer ? Sait pas..

      Supprimer
    13. @ChefChaudard
      Brillant

      Supprimer
    14. @Chef Chaudard22 mai 2022 à 13:10
      Belle réponse à la Clément Viktorovitch (vous connaissez ?).
      La rhétorique est une arme qui bien utilisée atteint son but de façon précise (et sans faire de dégâts collatéraux).
      Après votre passage, Orekhdin ressemble à un T72 sans tourelle ...

      Supprimer
  33. Pour des vues plus fines sur les positions du moment, voir https://m.youtube.com/watch?v=lcnn3XxhSK8

    Par un ukrainien qui pointe les positions périlleuses de l'armée ukrainienne, donc pas de la bête propagande. Bon complément au point hebdomadaire du Colonel Goya.

    Annonce pour demain un retour sur le déroulement de la guerre depuis son début. Ce rappel pourrait être de qualité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une vidéo passée de ce même ukrainien met l'accent sur un pont reliant la presqu'île de Crimée au reste du territoire ukrainien, voir à partir de 1'35 in https://m.youtube.com/watch?v=oX0X4OL4oUk

      Ce pont me semble dans l'immédiat beaucoup plus critique que le pont de Kertch qui fait rêver certains.

      Supprimer
    2. Soldat Pithivier22 mai 2022 à 09:08

      Vous avez raison.

      Supprimer
    3. merci. Très intéressant.

      Supprimer
  34. La Russie a déployé des Iskanders dans la région de Belgorod et renforce l'utilisation de l'aviation dans la zone de combat, - État-major

    Le 88e jour d'opposition héroïque du peuple ukrainien à l'invasion militaire russe a commencé.

    Comme indiqué dans le résumé du matin de l'état-major général, l'ennemi a augmenté l'intensité de l'utilisation de l'aviation afin de détruire l'infrastructure critique des colonies dans la zone des hostilités actives.

    Dans les directions Volyn et Polissya, les unités des forces armées du Bélarus ont intensifié leur reconnaissance, le déploiement d'équipements de renseignement électronique supplémentaires dans les zones frontalières de la région de Gomel a été noté. Il existe toujours une menace de missiles et de frappes aériennes contre des cibles sur le territoire de l'Ukraine depuis le territoire de la république.

    Dans la direction de Seversk, l'ennemi continue de bombarder des colonies et des infrastructures dans les régions de Soumy et de Tchernihiv. Il a effectué des bombardements dans les zones des colonies de Boyar-Lezhachi, Ulitsa, Bunyakino, Gorki, Gremyach et Ants.

    Dans la direction de Slobozhansky, l'ennemi, utilisant les forces d'unités individuelles de la 6e armée interarmes du district militaire occidental et de la flotte de la Baltique, mène des opérations militaires afin de maintenir les lignes occupées dans la direction de Kharkov et d'empêcher nos troupes de atteindre la frontière de l'État.

    Le groupement des forces ennemies s'apprête à reprendre l'offensive en direction de Slaviansk. Les envahisseurs ont effectué des bombardements d'artillerie dans les zones des colonies de Vernopolye, Dibrovnoye et Dolgenkoye.

    Dans la région de Belgorod, l'ennemi a déployé des lanceurs du système de missiles opérationnels et tactiques Iskander-M. De plus, l'ennemi augmente le système logistique et les bases de réparation.

    Dans la direction de Donetsk, les envahisseurs tentent de percer les défenses de nos troupes et d'atteindre les frontières administratives de la région de Lougansk.

    L'ennemi a lancé des frappes aériennes sur des infrastructures civiles dans les zones des colonies de Vrubovka et de Bakhmut.

    L'ennemi n'a pas mené d'hostilités actives dans la direction de Liman. Il a bombardé des infrastructures dans la zone des colonies Liman, Ozernoye, Zakotnoye, Dibrova et Serebryanka.

    Dans la direction de Severodonetsk, à l'aide de mortiers et d'artillerie à canon, l'ennemi bombarde les positions des Forces de défense sur toute la ligne de contact, concentrant ses efforts en direction des colonies de Severodonetsk et de Lisichansk. L'ennemi a mené des opérations d'offensive et d'assaut dans les zones des colonies d'Oskolonovka, Purdovka, Shchedrishchevo et Smolyaninovo. L'offensive a été repoussée, l'ennemi a subi des pertes et a été contraint de se replier sur ses anciennes positions.

    Dans la direction de Bakhmut, avec le soutien de l'artillerie, l'ennemi a tenté d'améliorer la situation tactique dans les zones des colonies de Trypillya, Lipovo et Vasilyevka, les combats se poursuivent.

    Dans la direction d'Avdeevka, les envahisseurs russes ont subi des pertes dans la zone de la colonie de Krasnogorovka.

    Dans la direction de Kurakhovsky, l'ennemi a mené des opérations d'assaut dans la région de Maryinka, mais sans succès. Il a tiré sur Novomikhailovka et Vladimirovka. Frappes aériennes infligées sur les colonies de Nikolskoye et Katerinovka.

    RépondreSupprimer
  35. Dans les directions Novopavlovsk et Zaporozhye, l'ennemi a tenté de prendre pied sur les lignes occupées, a tiré sur les positions des Forces de défense et des infrastructures civiles.

    Dans la direction sud de Buzh, l'ennemi n'a pas mené d'hostilités actives. Il concentre ses principaux efforts sur la tenue des lignes occupées, la réalisation de reconnaissances et de mesures pour l'équipement technique des positions. Il a tiré sur les positions des Forces de défense à l'aide de mortiers et d'artillerie à canon. Construit le système de défense aérienne.

    Du côté de la Bessarabie, la situation n'a pas changé.

    Au cours des dernières 24 heures, neuf attaques ennemies ont été repoussées dans les directions Donetsk et Lougansk, cinq chars, quatre systèmes d'artillerie, dix unités de véhicules blindés et deux véhicules ennemis ont été détruits. Les unités de défense aérienne ont touché un drone Orlan-10.

    Des unités de missiles anti-aériens de l'armée de l'air ont abattu deux missiles de croisière et des avions d'attaque ont détruit 12 pièces d'équipement militaire ennemi.

    RépondreSupprimer
  36. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  37. Merci M. Goya pour ce point très clair. On constate chaque jour, malgré leur defense acharnée, des manques ou des décisions non prises par les armées UKR . Je pense en particulier à la zone de Kharkiv qui peut servir maintenant pour des bombardements sur la zone de Belgorod afin d'atteindre et couper les flux logistiques russes alimentant la poussée russe dans le dombass. Je m'interroge à ce sujet, est-ce par manque de moyens en artillerie ou la crainte de déclencher une réponse plus violente encore de la Russie ? Ou alors cela n'aurait que peu d'effet ? Un autre point : cette guerre démontre la nécessité pour une armée moderne de disposer de missiles de croisière afin de frapper en profondeur. Or, sans aviation ni navires leur utilisation s'avère impossible. Je n'ai pas constaté dans les arsenaux occidentaux et UKR l'existence de moyens mobiles équipés de missiles de croisière. Des camions ou blindés en mesure de lancer deux ou 3 missiles de type apache ou scalp aurait été de grande utilité pour l'Ukraine pour militer les sorties aériennes russes ou couper les flux logistiques russes. Je pense que c'est l'un des enseignement de cette guerre : il nous faut développer ce type d'armement autant que de s'équiper de drone, batterie SAM ou de brouillage.

    RépondreSupprimer
  38. https://twitter.com/Osinttechnical/status/1528196618813677571?t=okneJ317igMzztAMOwm_GQ&s=19

    Pour ceux qui l'auraient raté, ce magnifique véhicule blindé russe avec son drapeau rouge à l'effigie de Staline...Ces russes n'ont décidément peur de rien. C'est même a ça qu'on les reconnaît !

    RépondreSupprimer
  39. Je suis frappé par une chose: on voit encore beaucoup de matériel russe purement et simplement abandonné. Rien que ce matin, j’ai vu les Ukrainiens récupérer un obusier autopropulsé et un tank T72. Cela dit des choses sur l’état réel des troupes du côté russe.

    RépondreSupprimer
  40. J'ai oublié évidemment "les russes, ils osent tout. C'est même a ça qu'on les reconnaît".

    RépondreSupprimer
  41. J'ai oublié évidemment "les russes, ils osent tout. C'est même a ça qu'on les reconnaît".

    RépondreSupprimer
  42. Bonjour, est ce que l'artillerie récemment fournie par l'ouest est elle déjà en action ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      Le gros matériel ne semble pas être entré en action, où alors ponctuellement, pour l'instant.
      Il semble quand même qu'un matériel d'origine tchèque, susceptible de tirer 40 roquettes de 122mm d'affilée, ait été inauguré hier dans l'est. Les ukrainiens auraient été dotés d'une vingtaine de ce matériel.
      A noter que si je me souviens bien, la république tchèque a autorisé le départ d'une centaine de combattants tchèques qui souhaitaient en découdre en Ukraine. Ca peut avoir aidé à la mise en action de ce matériel.

      Supprimer
    2. D'après les communications ukrainiennes personnellement j'ai tout de même l'impression qu'une opération d'envergure se prépare pour la libération (phase finale, frontières du 23/02, jour de la victoire) et que les armes lourdes ne sont pas exposées pour la bataille du Donbass.
      Il y a d'ailleurs beaucoup de retrait stratégique de l'armée ukrainienne, ce qui semble dire qu'ils préfèrent sauvegarder des hommes que de ralentir l'avancée russe. Comme dit M. Goya, le siège de Sevierodonetsk aurait pu durer 2 mois mais l'Ukraine parle déjà de retrait.
      Ou alors le Donbass est définitivement lâché par l'Ukraine et se focalise sur la suite (reprise du sud ou défense de Kiev en cas de poursuite de la Guerre) ?

      Supprimer
    3. Effectivement, quelquechose semble se préparer. Même si les M777 sont déjà dans le Donbass. Quand Zelensky indique qu'il y a 700 000 hommes qui défendent l'Ukraine, et qu'on ne les voit pas sur le terrain, et qu'un responsable Ukrainien demande des armes pour équiper 1 000 000 d'hommes, c'est qu'il se prépare quelquechose.
      Je n'ai pas l'impression que l'Ukraine ait abandonné le Donbass, mais je pense qu'il n'est pas question de perdre trop d'hommes pour l'instant, sachant que les Russes ont massé 50 GT (plus les auxilaires) pour la conquête de Sevierodonetsk et Lyssytchansk. Essayer de contrer veut dire amener beaucoup de troupes, avec des problèmes logistiques qui deviendraient probablement insurmontables.
      Là, les Russes perdent beaucoup d'hommes.
      A priori, ils viendraient de perdre un GT en essayant à nouveau de passer le Donets à Serebryanka (et alors qu'ils avaient eu un résultat catastrophique à Bilohorivka).

      Supprimer
  43. J'ai trouvé cela sur le Figaro, à propos des missiles russes :

    l'industrie militaire russe produit chaque année «50 à 100 missiles Kalibr [missiles de croisière tirés depuis des navires] et 24 Iskander [famille de missiles de croisière ou semi-balistiques tirés depuis la terre]», peuvent-ils augmenter cette capacité de production ? Pour le chef des services de renseignement des États-Unis, Avril Haines, Vladimir Poutine n'a en tout cas pas le choix. S'il veut atteindre tous ses objectifs, le chef du Kremlin doit «se tourner vers des mesures plus drastiques», comme «la réorientation de la production industrielle».

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Juste une précision: ces missiles sont bourrés de technologie occidentale (à 70% pour les Kalibr). Soumise à embargo désormais. Il ne faut pas compter voir remplacés les missiles utilisés avant un bon moment.

      Supprimer
  44. Soldat Pithiviers : votre modestie, qui vous honore, vous impose de décliner la proposition de promotion au grade de Colonel. Soit. Néanmoins vous ne pourrez refuser éternellement à la communauté le souhait de manifester sa gratitude envers les apports majeurs avec lesquels vous avez enrichi ce forum. En y introduisant le premier Edmond Rostand, et par la suite de nombreuses références aux différentes cultures du monde, bien au delà des grands écrivains, vous avez suscité tant de vocations que ce forum rivalise désormais avec les plus brillants salons littéraires.
    On y fait assaut d'esprit en commentant ceux de l'armée ukrainienne.
    Je propose que vous soyez nommé Chevalier des arts et des lettres.Ne vous dérobez pas cette fois ci. A travers vous, c'est l'ensemble des contributeurs qui sera honoré.

    RépondreSupprimer
  45. Bonjour,

    Les russes auraient commencer à miner certains axes dans le secteur de Kherson.
    Ca n'augure pas d'une très grande confiance en l'avenir.

    RépondreSupprimer
  46. Le site MitilaryLand, son fondateur a repris : le 21 mai - 87e jour
    en anglais : https://militaryland.net/ukraine/invasion-day-87-summary/
    en français : https://militaryland-net.translate.goog/ukraine/invasion-day-87-summary/?_x_tr_sl=auto&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr

    Sur ISW le 21 mai, à 17 h 30 HE (à 0 h 30 en France ce matin)
    en anglais : https://www.understandingwar.org/backgrounder/russian-offensive-campaign-assessment-may-21
    en français : https://www-understandingwar-org.translate.goog/backgrounder/russian-offensive-campaign-assessment-may-21?_x_tr_sl=auto&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr
    En résumé : Des points partiels cèdent sur la couture, maintenue jusqu'ici, dans la poche avec au fond Sievierodontsk-Lysytchansk. Les Russes poursuivent des avancées peu larges qui se forment le long d'axes, dans des directions éclatées : au sud d'Isyum, autour de Pospana...

    RépondreSupprimer
  47. Vous êtes tous très intelligents a débattre, troller et contre troller,mois je pleure avec ceux qui souffrent,l’idéologie n'as toujours fait que détruire le monde depuis la nuit des temps,
    la Russie semble s’installer dans la sclérose et l'obscurité....
    enfin ,cette guerre m'aura permis de connaitre un peu le peuple ukrainien ,et aussi ce magnifique chanteur okean elsy
    heureux les pauvres en esprit.....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Soldat Pithivier22 mai 2022 à 13:07

      Vince,
      Ecrire des idioties et débattre m'empêche juste de hurler de désespoir.

      Supprimer
    2. On se sent parfois comme complice de regarder ou lire au calme quand des gens meurent ou souffrent.

      Supprimer
    3. Je pense que tout le monde connait mais pour se sentir moins coupable: https://u24.gov.ua/
      C'est toujours pas grand-chose, mais bon...

      Supprimer
    4. A 13h54, j'écrivais évidemment pour remercier Soldat Pithiviers.

      Supprimer
    5. Avec son idéologie de chiottes, Poutine va laisser la Russie dans le même état qu'il l'a trouvé en arrivant

      Supprimer
  48. Ça y est ! Je viens de finir mon 2eme Goya (le temps des guépards après Sous le feu). Je ne saurai qu'en recommander sa lecture. Clair, précis tout en montrant dans son ensemble l'évolution des interventions de nos armées. Ouvrage facile d'accès et ne se perdant pas dans des détails techniques propres aux militaires. Merci pour vos ouvrages Mr Goya. Sur ce, je repars sur d'autres lectures pour parfaire ma culture stratégique(Beaufre, Bihan, Desportes...) que ce domaine est intéressant :-) et stimulant.

    RépondreSupprimer
  49. https://youtu.be/9RYy_8u4blk
    Je crois qu'il n'y a qu'un seul passage où il faut remplacer "Allemand" par "Russe".
    Pour le reste tout est dit/chanté avec un talent certain.
    Sachant que Léonard Cohen était probablement un "nazi" Canadien comme Zelensky est un "Nazi" ukrainien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En fait il y a deux et non pas un passage où il faut remplacer "Allemand" par "Russe", mais le fond de l'histoire reste inchangé.

      Supprimer
    2. Tiens, c'est drôle, je suis justement en train de lire une biographie de ce grand poète. Quand Dylan a eu le Nobel, je m'étais réjoui mais je m'étais aussi dit que c'était dommage pour Cohen.

      Dans la même veine, et toujours d'actualité, il y a aussi celle-ci:

      https://www.youtube.com/watch?v=VXxhmaQBeg8

      "There is a war between the ones who say there is a war
      And the ones who say there isn't"

      Supprimer
    3. Pour mémoire, cette chanson a été écrite en 1943 à Londres, texte du résistant Emmanuel de la Vigerie sur une musique d'Anna Marly (qui est aussi l'auteur du plus connu Chant des Partisans).
      Par cette magnifique reprise (1969) et interprétation Cohen à remis à la mémoire des français et du reste du monde cette chanson intemporelle (Hélas) .

      Supprimer
  50. Bonjour. Je lis ici ou là dans la presse l'arrivée d'une dizaine de "terminators". Nom ridicule, il en a été question dans un des commentaires. Présenté comme une arme redoutable, le renseignement britannique estime cependant qu'ils n'aurront pas un impact significatif sur la guerre. Certe, mais ils auraien été tous déployés pour la dite "bataille de Sievierodonetsk". Quel est le poids de cet armement dans cette bataille ? Merci si quelqu'un a des informations ou des hypothèses. Cordialement

    RépondreSupprimer
  51. Pour ajouter un paradoxe à cette chanson "Le Partisan' Anna Marly était russe.( Immigrée après la révolution bolchevique) Ça s'entend d'ailleurs dans cette musique, ainsi que dans celle du "Chant des Partisans', inspirés de mélodies populaires russes.

    RépondreSupprimer
  52. Je ne suis pas un spécialiste mais il semble un LRM tchèque en action.
    https://t.me/c/1229200156/1034

    RépondreSupprimer
  53. Hi there !
    Allez voir... https://www.flightradar24.com/NATO11/2bf39fe4
    Etiquette FORTE11 (Drone RQ4b Global Hawk ) étiquette NATO 11 ( AWACS Luxembourg ) Etiqutte LM36 ( 93 Orion ) Ca surveille dur la Moldavie today !
    Ca rapelle le coup du Moskva ou de la Fregate A Makarov
    Who knows !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. FORTE et NATO étaient là peu après le début du conflit. Voir aussi LAGR et MMF

      Supprimer
    2. Ils surveillent du nord au sud. Voir aussi JAKE et YANK. Ils ne sortent pas tous en même temps. Ils surveillent depuis les pays limitrophes. On voit bien sur Flightradar24 la zone d’exclusion aérienne au dessus de l’Ukraine

      Supprimer
    3. Oui, exact ça fait un moment qu'ils rôdent, il y aussi un Pilatus français qui fait sans doute des baptêmes de l'air ou des touchs. Parfois un appareil UK de surveillance.
      Par contre au dessus de la Pologne c'est assez discret, sauf des ATR .
      Bonne journée !

      Supprimer
    4. LGR121 vient d’arriver en Pologne
      RRR9922 part d’Estonie

      Supprimer
  54. Sir https://liveuamap.com/, envoyé il y a 4 h : https://twitter.com/hochu_dodomu/status/1528273143915225088
    "Le chef des autorités d'occupation à Enerhodar aurait été blessé à la suite d'une explosion ce matin"

    RépondreSupprimer