mardi 31 mai 2022

Frédéric Leclerc-Imhoff, éclaireur

Il y a de nombreuses similitudes entre la vie, et parfois la mort, des soldats professionnels et la vie de reporters, ne serait-ce que parce que les uns comme les autres, plongent régulièrement dans des zones de crises. Forcément, devrait-on dire, car s’il n’y avait pas de problèmes, personne n’aurait besoin de les y envoyer. D’une certaine façon, les reporters sont même des soldats de l’information, à ce détail énorme près qu’ils n’y ont pas le droit de tuer, n'y d'y être tués d'ailleurs, mais seulement celui de prendre des risques pour témoigner.

Si les gens peuvent dormir en sécurité, c’est parce que certains veillent sur la muraille. Si les gens peuvent être informés avec des éléments de première main, et en premier lieu celle qui porte la caméra, c’est parce que d’autres vont directement là où les choses se passent mal, voire se passent dans le mal, voir, dire et montrer. Ce sont les éclaireurs, à tous les sens du terme : ceux qui sont en avant et ceux qui mettent de la lumière sur le tragique et son pendant l’héroïque.

Frédéric Leclerc-Imhoff était éclaireur pour BFM TV, et un très bon éclaireur. Frappé de manière indigne et criminelle dans un convoi humanitaire par l’artillerie russe, Frédéric est tombé en montrant avec ses camarades, Maxime Brandstaetter et leur «fixeuse» Oksana Leuta, la réalité des pauvres gens écrasés par une guerre imbécile.

Sans eux, la guerre resterait un huis clos propice à encore plus de délires dans nos réseaux. Sans eux et leur capacité de dire «j’étais là et j’ai vu», les massacres de Boutcha, entre autres horreurs, seraient décrits comme des manipulations avec acteurs-cadavres. Frédéric, Maxime et les autres de toutes les rédactions sont donc comme dans le roman Dune, des «diseurs de vérité», bardés de leur compétence à décrire et de leur éthique de journaliste. Ce sont des témoins que l’on ne convoque pas après les évènements, mais sur le moment afin que les gens derrière leur écran puissent se faire leur propre jugement.

Bien entendu donc qu’il ne faut pas les retirer des zones de guerre, sous prétexte du danger et parfois de petites économies, c’est au contraire parce qu’il y du danger qu’ils doivent y être, non pour celui-ci, mais parce que la guerre a créé un nouveau monde qu’il faut forcément décrire. Ces hommes et ces femmes courageux sont indispensables à la connaissance impartiale des choses, et la connaissance des choses offerte à tous est indispensable à la démocratie.

Maintenant, tout cela n’est pas gratuit et le prix peut parfois être très élevé. On pense à ceux, eux et leurs proches, qui l’ont payé et le payent toujours dans leur chair et leur âme.

131 commentaires:

  1. Très très bel hommage aux éclaireurs de l’information, ils sont héroïques ! Merci à vous

    RépondreSupprimer
  2. Très bel hommage, et très juste. Merci pour lui et ses collègues.

    (On appréciera au passage la médiocrité du pouvoir russe, qui tente de le faire passer pour un mercenaire. Ces merdes n'ont vraiment que leur capacité de nuisance pour exister. La marque des minables.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Depuis qu'on m'a fait remarquer, il y a deux mois, que Vladimir Poutine utilisait l'argot des mafiosi russes, je l'analyse comme une simple terreur de Lycée - avec juste des bombes atomiques à la place de la chaine de vélo pour terroriser les gens passant dans son champ de vision. Cette grille de lecture, depuis, ne m'a jamais fait défaut.

      Supprimer
  3. Merci pour cet hommage et cet article qui met en lumière les héros de notre quotidien.

    RépondreSupprimer
  4. Les américains ont du pétrole de schiste c’est sûr, commenceraient t-il aussi à avoir un cerveau à la place d’une caisse enregistreuse.
    L’avenir nous le dira !!!!
    https://meta-defense.fr/mots-cles/congres-americain/
    https://meta-defense.fr/2022/05/24/lus-army-abandonne-son-programme-de-super-canon-strategic-long-range-cannon/
    https://meta-defense.fr/2022/05/13/selon-son-chef-detat-major-lus-navy-ne-peut-pas-sengager-sur-deux-fronts-majeurs-simultanement/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Intéressant, le dernier lien, mais la marine Russe (hors sous-marins nucléaires, mais si on entre en guerre nucléaire, tout ceci n'a plus d'importance) ne poserait pas des masses de problèmes à l'OTAN. Donc le front naval principal, c'est bien la Chine, et tout le reste est secondaire. Ca me va.

      Supprimer
    2. Hmmm. le rapport avec l'article ? C'est bien de commenter, mais, ici comme à la guerre, il y a des règles. Sinon, on est juste poutiniste. Quant à savoir quel pays dans le monde peut maintenir deux fronts... même le soldat poutiniste a du mal avec un seul, régional.... Du moment qu'il n'a que des femmes et des enfants à violer, oui, c'est vrai, l'armée russe est imbattable.

      Supprimer
  5. Merci mon Colonel, pour cet hommage si sensible et humain.
    Si injuste et douloureux.
    Je pense à ses proches même si je sais que ça ne changera rien pour eux...

    RépondreSupprimer
  6. Mes plus sincères condoléances à la famille de Monsieur Frédéric Leclerc- Imhoff. C’est très inhumain de perdre ainsi un fils
    Tous ces journalistes, reporters de guerre ont un courage immense à faire vois et valoir la réalité du terrain.
    Nombres de journalistes de tous pays sont morts dans l’accomplissement de leurs missions d’informations,
    Les uns suites à des opérations de guerre, d’autres par assassinats ou enlèvements
    - Philippe CARON (disparu)
    - Jamal Khashoggi (dissous dans de l’acide)
    Et dernièrement dans l’indifférence la plus totale mondiale et victime d’un snipper, la journaliste Américano-Palestinienne de la chaine Al Jazeera Madame Shireen Abu Aklech ( volontairement tuée par un snipper)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien de rappeler que certains journalistes qui prennent les mêmes risques pour les mêmes raisons comme Shireen Abu Aklech sont assassinés dans l'indifférence des uns et les mensonges des auteurs du crime

      Supprimer
    2. Ca, c'est la version d'Al Jazeera, basée sur rien de tangible. Ne cédons pas à la propagande des uns et des autres.

      Supprimer
    3. Réponse à anonyme 31 mai à 16h07
      Au sujet du meurtre de la journaliste Américano-Palestinienne de la chaine Al Jazeera Madame Shireen Abu Aklech
      Parce que c’est la version d’Al Jazeera cela doit obligatoirement être faux ????
      Vous êtes vraiment un troll manipulateur !!!!
      Et la version de CN.N. qu’en faites vous ???
      https://www1.alliancefr.com/actualites/enquete-cnn-abu-akala-a-ete-deliberement-abattu-par-les-forces-de-tsahal-6104598
      Enquête CNN : « Abu Akala a été délibérément abattue par les forces de Tsahal»
      Une enquête approfondie menée par la chaîne américaine CNN basée sur de nouvelles vidéos, des experts et des témoins oculaires, a affirmé que la journaliste d'Al-Jazeera aurait été abattue à Jénine par un soldat de Tsahal. "Le tir indique un tir intentionnel"

      Supprimer
    4. Toujours pour anonyme 31 mai à 16h07
      Liberté de la presse dites vous ??????
      https://lemonde.co.il/une-presentatrice-et-productrice-de-mbc1-arretee-a-hebron/
      Une présentatrice et productrice de MBC1 arrêtée à Hébron !
      24 mai 2022
      1 Israël se rend vraiment populaire aux yeux du monde entier. Quand elle ne tue pas les témoins les gênants, elle les bloque aux aéroports ou bien les arrête pendant leur travail.
      C’est le cas de Haya Yasmeen, de la chaîne MBC1, embarquée de force par des soldates à Hébron.
      Elle dit avoir subi une fouille au corps humiliante, sans la moindre raison.
      MBC (Centre de radiodiffusion du Moyen-Orient) est un groupe audiovisuel saoudien dont le siège est à Dubai et qui produit 18 programmes de télévision.

      Supprimer
    5. Indifférence générale? Je n'ai pas l'impression que la mort de Shireen Abu Aklech n'ait pas fait scandale. Elle a suscité des protestations légitimes un peu partout dans le monde. Mais il est certain que cela a moins été couvert en Europe pour diverses raisons. Mais moins couvert, n'est pas pas passé sous silence ou accepté. Et certainement pas de l'indifférence. Et je n'ai pas vu quelqu'un ici qui conteste qu'Israël est capable de crimes de guerre.

      Supprimer
    6. Si monsieur "Anonyme" pouvait éviter de déverser sa bile, concernant un hommage à un journaliste mort pour avoir fait son métier, ce serait un minimum décent.

      Supprimer
  7. Merci Colonel pour ce bel hommage.
    Et merci à tous ces courageux journalistes de guerre qui risquent le vie pour nous tenir informés.
    Enfin, et surtout, une grosse pensée aux proches du disparu. Un de plus malheureusement.

    RépondreSupprimer
  8. Merci pour l'hommage à des gens qui risquent tout pour notre petit confort de commentateurs distants.

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour
    c'est toujours triste, quelqu'un qui se fait tuer...
    Si j'ai bien compris : tué d'un éclat d'obus?
    D'expérience, je sais qu'un obus disperse des dizaines d'éclats or seul lui semble atteint.
    Personne d'autre de touché aux alentours? Si non pourquoi attacher une plus grande importance à un tel plutôt qu'à un tel?
    "la réalité des pauvres gens écrasés par une guerre imbécile." Les "pauvres gens" ont visiblement droit à moins d'égards.
    Bien à vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Maman
      C'est ici, surtout, un hommage aux journalistes, sans qui les "pauvres gens" mourraient dans l'indifférence générale.
      Et ils ne sont pas oubliés, ces "pauvres gens", "Frappé(s) de manière indigne et criminelle dans un convoi humanitaire par l’artillerie russe, ..."

      Supprimer
    2. C'est le seul tué, les autres, dont son binome et sa fixeuse, été blessés, mais aucun n'est mort. Rassuré?

      Supprimer
  10. Merci pour cet article et l'hommage rendu à ces journalistes qui prennent tous les risques pour nous informer de l'infamie. Merci aussi à vous pour vos comptes rendus sur cette sale guerre.
    cordialement
    Patrick Lariviere

    RépondreSupprimer
  11. Merci pour cet hommage, il en faut du monde sur les murailles et je crains qu'il en faille de plus en plus.

    RépondreSupprimer
  12. "Eclaireur pour...BFMTV"... Mdr!! Pour paraphraser qui vous savez, BFMTV.. plus haut c'est le soleil... Comme chaîne de désinformation, vous ne pouvez pas trouver mieux.. à part peut-être ce blog? Je préfère prendre en considération l'éclairage de vrais pro de l'info comme Anne-Laure BONNEL... ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, l’épigone de Mme Néant... C’est une objectivité très russocentrée qu’elle vous fournit là. C’est la version « du terrain » des éléments de langage de M. Lavrov.

      Supprimer
    2. Imbécile ignorant

      Supprimer
    3. S'il y avait bien un article où vous auriez pu avoir la décence de ne pas venir déverser votre soupe qu'on ne connait que trop bien, c'était celui-ci.

      Supprimer
    4. @Phildefer ... vous êtes la preuve de tout le bien qu'une société a à gagner d'une presse libre et du travail de journalistes comme Frédéric Leclerc-Limhoff, Shireen Abu Aklech ou Anna Politkovskaya. Je vous plains, vous et vos proches.

      Supprimer
    5. @phildefer Calomnier un mort est facile et lâche. S'insérer dans un hommage à un journaliste mort sur le front pour expliquer que la Vérité est ailleurs est d'un manque de savoir être confondant.
      Je veux vous décevoir, je ne vais pas vous faire le plaisir d'être choqué par vos propos.
      Par contre la valeur humaine que vous montrez me rend sûr de deux choses: vous finirez seul et l'hommage de vos héritiers lors de votre disparition tiendra en un mot "enfin".
      Retournez vite à la poussière, vous ne valez pas mieux.

      Supprimer
    6. Dire la vérité, selon vous, se limite donc à dire la vérité de Moscou... pour l'objectivité et l'indépendance vous repasserez.

      Supprimer
    7. Il rst une sorte d'homme toujours e' avance sur ses excréments.
      René Char (qui savait de quoi il parlait)

      Supprimer
    8. Moi la vérité je la cherche en permanence! et je reconnais que de nos jours il faut savoir la trier parmi les poubelles.. la preuve je m'inflige même la lecture régulière de ce blog "consensuel" où vous suivez tous la ligne éditoriale de la bien-pensance... on se croirait à une bénédiction mariale...

      Supprimer
    9. Je n'ai pas souvenir que toute votre joyeuse bande de béni-oui-oui ait fait grand cas de la journaliste vedette d’Al Jazeera, Shireen Abu Akleh ayant été tuée par l'armée sioniste.... certes dans ce cas c'était pas tendance...

      Supprimer
    10. @Phildefer
      Vous? Rechercher la vérité auprès d'une source qui relaie EXCLUSIVEMENT la propagande du Kremlin? Vous êtes sérieux?
      Il est plus probable que vous êtes une victime de cette propagande. Vous n'avez plus d'esprit critique.

      Supprimer
    11. Vous répondez donc vous existez vraiment.
      Vous vivez en effet dans une poubelle. Vous en avez tous les reflexes.
      C'est un bon début de la prise de conscience.
      Ca ne retire rien au fait que votre mort sera solitaire et triste comme votre vie doit l'être.

      Supprimer

    12. Snif snif grrrrr snif snif grrrr ouaf ouaf ouaf ouaf ouaf ouaf ouaf ouaf ouaf ouaf ouaf ouaf

      Supprimer
    13. @Phildefer Vous prétendez rechercher la vérité... éh bien cherchez encore.

      Supprimer
    14. Ah, ah. Anne Laure Bonnel journaliste .

      Voici un extrait de ce qu'en écrit Libération :
      ----------------------------------------------------------------------------
      Dans une intervention télévisée ce jeudi, le ministre des Affaires étrangères de Vladimir Poutine, Sergueï Lavrov, est revenu sur les récentes interventions, dans les médias et sur Twitter, de la reporter française Anne-Laure Bonnel : «Le président Macron s’est exprimé, a dit qu’il ne fallait pas accuser Zelensky. Et une journaliste française lui a répondu. Elle, qui s’est rendue au Donbass, a publié ses observations des pilonnages des écoles, des meurtres de deux femmes qui travaillaient dans cette école, et a appelé les Occidentaux à regarder la vérité en face. Elle n’a pas eu le droit de faire cette publication, mais son commentaire est disponible sur Internet, donc je vous invite à prendre connaissance des faits.»
      .../...
      En 2020, elle disait «refuser qu’on l’appelle journaliste», depuis qu’elle s’était rendue dans le Donbass, car «extrêmement déçue par la profession» et par «honte de la médiatisation de ce conflit». Des propos qu’elle tenait lors d’un débat organisé par Dialogue Franco-Russe – une association présidée par Thierry Mariani, eurodéputé russophile et membre du Rassemblement national – autour de son documentaire, Donbass, sorti en 2016.
      .../...
      Un biais qui lui est reproché par certains confrères, notamment Benoît Vitkine, correspondant du Monde à Moscou, qui rapporte sur Twitter qu’Anne-Laure Bonnel a été accompagnée tout au long de son film par des membres des groupes séparatistes. «C’est eux que l’on entendait, dans le film, poser des questions aux témoins, pas la journaliste. Que racontaient-ils ? D’horribles exactions de l’armée ukrainienne : femme enceinte décapitée, retraités aux oreilles coupées, exécutions de masse… Des choses fausses, qui ont été démontées à maintes reprises, des fables concoctées par la TV russe et que les guides d’Anne-Laure Bonnel lui mettaient magiquement sous le nez.» Des accusations que la journaliste dément auprès de nous.
      ----------------------------------------------------------------------
      Etre recommandée par Lavrov, c'est un gage de qualité et d'objectivité ....🤥

      Supprimer
    15. Guère épais? ou plutôt l'étroit mousquetaire...

      Supprimer
    16. Ce blog me fait penser à ce que pouvait être un rassemblement de collabos sous l'occupation..

      Supprimer
    17. Les collabos étaient, précisemment, les partisans de l'entente avec l'agresseur. Un peu comme vous, mon cher. Les Ukrainiens se battent pour leur terre, rien de plus estimable. Et, si un jour ceci devait arriver de nouveau en France, j'ose espérer que des peuples étrangers se préoccuperont de notre sort plus que du prix de leur gaz.

      Supprimer
    18. Etroit mousquetaire m'irait bien et me ferait plutôt plaisir.
      C'est remarquable de vouloir faire de l'humour dans un cimetière devant une tombe encore fraîche. C'est, comme on dit, de circonstance.
      Je ne vous reproche pas de vous entraîner à penser, il semble que même les mouches se sentent obligées de cela.
      Je vous reproche objectivement d'avoir pris ce fil pour faire vos exercices et de nous avoir choisi comme témoins de vos efforts nécessairement méritoires mais assez médiocres au final.
      Vous tentez de penser mais comme un faible, un aigris, une personne qui n'a rien réalisé et qui habille sa jalousie de raisonnements à sa portée.
      Il ne vous reste que les tombes de ceux qui ont essayé de faire quelque chose d'utile de leur vie pour projeter votre médiocrité.
      Continuez et vous continuez à vous rapetisser.

      Supprimer
    19. Pour me dissocier un peu de mes petits camarades, je ne connais pas Mme Bonnel. Disons que dans cette guerre entre l'Ukaine et la Russie qui a commencé il y a pas mal de temps au Dombass, il serait un peu "primaire" de dire que les soldats russes sont des coupeurs de tête et les soldats ukrainiens des enfants de coeur. Je pense que globalement, ils ont une façon assez commune de penser la guerre... sauf qu'actuellement, c'est essentiellement les bombes et les balles russes qui tuent des civils.

      Par contre, se permettre d'insulter indirectement un homme qui - quelques soit ses opinions - va se faire tuer pour ns ramener de l'information, c'est abject.

      Supprimer
  13. Il est toujours utile et bénéfique de rappeler ce que la presse apporte. Bravo!

    RépondreSupprimer
  14. Merci Mr Goya pour cet hommage et votre blog. Dommage que les pro russes viennent y cracher leur venin...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au moins 6 morts et 15 blessés dans le centre de Donetsk après une attaque hier de l'artillerie lourde ukrainienne. Que des civils.

      Et pas un mot ici : c'est sûr que votre propre venin est beaucoup plus silencieux...

      Mais restez entre vous ici, au moins vous ne faites de mal à personne !

      Supprimer
    2. Il suffit de parler de pro russe pour que la bête sorte, c'est le blog attribué au troll anonyme par son supérieur direct!
      Respect au reporter qui a pris tous les risques pour nous tenir informer, de la vraie information, pas de la propagande russe au parfum soviétique!

      Supprimer
    3. Vous avez raison, la guerre de poutine n'épargne personne

      Supprimer
  15. Paix à son âme, condoléances à sa famille. J'ai l'espérance que ceux qui se sacrifient ainsi suivent un chemin de lumière.
    Merci pour cet hommage et le rappel de l'importance de ces hommes et femmes engagés pour transmettre des constats au péril de leur vie.

    RépondreSupprimer
  16. Paix à son âme, condoléances à sa famille. J'ai l'espérance que ceux qui se sacrifient ainsi suivent un chemin de lumière.
    Merci pour cet hommage et le rappel de l'importance de ces hommes et femmes engagés pour transmettre des constats au péril de leur vie.

    RépondreSupprimer
  17. Toute mort est malheureuse et on ne peut que la regretter. Et l'engagement des journalistes reporters de guerre est sans le moindre doute admirable.

    Toutefois, d'après ce que j'ai entendu (sur LCI) de ses camarades sur place, je me permets d'émettre quelques doutes sur le "indigne et criminel". D'après eux, il avait pris place dans un véhicule blindé conduit par des membres des services secrets ukrainiens, qui voyageait au sein d'un convoi de ravitaillement, avec un marquage humanitaire.

    Je m'interroge sur la manière dont on doit considérer un véhicule d'origine militaire, conduit par des militaires en civil sur ordre du gouvernement et participant à une opération de ravitaillement d'une poche de résistance dans laquelle au moins 50% des gens sont des militaires en armes.

    Et, si cette pratique est courante (et ça n'est pas la première fois) sur la manière dont les règles d'engagement doivent considérer les convois "humanitaires" non couverts par un accord spécifique des deux parties ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand j'étais enfant un chasseur soviétique avait abattu un avion de ligne coréen. Comme j'ai eu la chance d'avoir des parents communistes qui croyaient sincèrement que l'Union Soviétique n'était pas capable d'abattre un avion de ligne (un peu comme les séparatistes du Donbas) ils me disaient que l'avion était un avion espions et que les pilotes jouaient au poker en buvant du whisky plutôt que d'ecouter les annonces les invitant à se retourner. Je répétais la même chose à mes copains à l'école. J'avais 9 ans et vous c'est quoi votre excuse ?

      Supprimer
    2. Mgm
      Quand j'etais enfants, j'ai entendu qu'au vietnam, des soldats americains sont entres dans le village de My Lay et ont des effusions avec les villageois, si intenses qu 'elles se sont terminées en orgies

      Supprimer
    3. Anonyme de 19h30 veut tester notre mémoire ?
      Un massacre il y a plus de 50 ans n'autorise personne à en commettre en 2022.

      Supprimer
    4. Je n'ai pas de doutes qu'a l'époque certains aient expliqué en long et en large que c'était une provocation du Viêt Cong et que les victimes étaient des acteurs...

      Supprimer
    5. Hm et mgm
      On pourrait aussi parler de Sabra et Chatilla à Beyrouth , ou je puis vous en citer d autres de plus recents.
      Pas de problèmes

      Supprimer
    6. Cher anonyme. Si je suis votre raisonnement initial, on ne peut pas vraiment en vouloir aux phalangistes... Après tout, on n'a pas de preuves qu'il n'y avait pas de combattants de l'OLP dans le camp (ou pas de résistants à Oradour ou pas de combattants Houthis dans les hôpitaux yéménites ou de terroristes dans le métro quand la police britannique à tué un passant aux cheveux frisés ou d'agents du Mossad dans la rue des Rosiers). Je ne vois toujours pas où vous voulez en venir ... Bonne soirée.

      Supprimer
    7. Mgm
      Quand on divague et que l' on n'en arrive plus qu'a raconter des con...rie, on ferme sa gu...le

      Supprimer
    8. Mgm
      En parlant du Mossad, vous aurirz pu raconter l'exploit de l'agent du mossad qui a abattu un caricaturiste palestinien dans les rues de Londres, il y a de cela quelques annees. Quel beau acte de guerre

      Supprimer
  18. Bonsoir,
    Bel hommage a ce journaliste et role de la presse.
    En référence au commentaire de Herr Elle de 12:22, et comprendre cette logique, mode de pensee et de fonctionnement du pouvoir russe actuel, je vous invite à écouter le fort instructif podcast sur "Poutine, le tsar soviétique" 5 épisodes de France Inter.
    Bonjour, je te conseille d'écouter l'émission "Poutine, le tsar soviétique" sur Radio France
    https://www.franceinter.fr/emissions/poutine-le-tsar-sovietique

    RépondreSupprimer
  19. Bel hommage. Merci mon Colonel.

    RépondreSupprimer
  20. Les russes semblent avoir régulièrement ciblé les journalistes depuis le début du conflit: Directement ou, pour faire d'une pierre deux coups avec les secours, en répétant des frappes sur un lieu quelques dizaines de mn plus tard... Le compte ci dessous a encore épinglé en tête une victime tuée par son propre pays:
    https://twitter.com/christogrozev

    Et si au début du conflit, c'est l'OSINT qui a été le plus réactif n'ayant pas à se déplacer, désormais cette source semble se tarir un peu. Sans journaliste, désormais, il serait bien difficile de savoir ce que commets un pays dégueulasse qui va traîner cela comme un boulet pendant de longues décennies:Ils parlent de dénazification, ils auront une longue dépoutinisation.

    RépondreSupprimer
  21. La contre attaque ( contre offensive ?) se précise. Une ligne de combat se dessine de Ivanivka à Snihourivka en passant par Bruskyne'ke. Si c'était confirmé cela prouverait que les Ukrainiens ont réussi à passer en nombre Davydiv Brid sur la rive gauche de la rivière 'Inhoulet. Si Snihourivka est reprise, la route de Kherson est "ouverte", à 56km de là....
    Une offensive victorieuse pourrait amener les forces ukrainiennes sur les berges du Dniepr et repousser les forces russes sur la rive droite.
    Et libérer Kherson.
    Quelqu'un a-t-il des infos sur l'avancée des combat?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les pro-russes laissent entendre que cette contre-attaque a été jugulée. Il y a une video montrant de grosses pertes présentées comme Ukrainienne sur un axe routier et ferroviaire (environ 90 morts annoncés). Je ne fais pas de l'OSINT, donc je n'ai pas vérifier cette vidéo, mais elle me semble présenter une grosse faille: aucune présence de véhicules ou de blessés. Et j'ai cru comprendre que les Ukrainiens avaient fait passer pas mal de matériel.

      Supprimer
  22. C’est tout de même un peu pénible, cette manière de juger troll tout intervenant émettant un avis différent. Argumentez, défendez votre point de vue mais de manière intelligente.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Par definition, un troll n'argumente pas. Il assène sa vérité, au mieux, et/ou insulte ses interlocuteurs.
      Voir Anonyme 1 juin 07:18 et Phildefer plus haut.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
  23. Pour une analyse sur les comptes rendus de l'échec de la contre attaque ukrainienne voir la video sur Defense Politic Asia , la video du 1er juin . D'apres cette analyse l'attaque à complètement échouée .
    Ce site propose des analyses quotidiennes sur cartes très pertinantes avec des mises aux points dans la journée sur certains secteurs du front .
    Concernant la vidéo montrant de nombreux morts sur l'axe routier longeant une ligne de chemin de fer il est difficile de savoir si effectivement les morts sont des soldats ukrainiens.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ajoute que l'argument selon lequel cette contre-attaque a complétement échoué sur cette seule base est très contestable. Comme je l'ai indiqué, pas de blessés, pas de matériel ou véhicules détruits. Or, les Ukrainiens sont passés avec des véhicules blindés et une force importante. Cela colle mal avec cette vidéo. Ensuite, il n'y a pas de ligne de chemin de fer à Davydiv Brid et vers Kozatske.
      D'ailleurs, ils viennent de poster un message indiquant que cette vidéo aurait été tournée vers Vysokopillya, et probablement il y a plus d'un mois.
      Donc, intox.

      Supprimer
    2. Contre-offensive : plus de 20 colonies libérées dans la région de Kherson


      Plus de 20 colonies dans la région de Kherson de Krivoï Rog ont été libérées par nos forces de défense.

      Cela a été annoncé par le président de l'administration militaire régionale de Kherson, Gennady Laguta, sur les ondes du téléthon.

      « Plus de 20 colonies ont été libérées de la région de Dnipropetrovsk », a déclaré Laguta.

      Il a noté que la contre-offensive des troupes ukrainiennes dans la région se poursuit.

      Le chef de l'OVA a déclaré que plus de 50% de la population avait quitté la région de Kherson depuis le début de la guerre.

      Supprimer
  24. Il est tout à fait regrettable qu'un témoin objectif, qui n'a écouté que son seul courage pour rapporter des faits, se fasse ainsi tuer. Il était juste de lui rendre hommage. Mais beaucoup de gens meurent là-bas, soldats ou civils. J'encourage les lecteurs à suivre le Jerusalem Post (www.jpost.com) qui est souvent très bien informé (on se demande pourquoi). ZELENSKY vient de dire que l'armée ukrainienne perdait entre 50 et 100 morts par jour (mais il ne dit pas clairement depuis quand) et plus de cinq cents blessés. L'attrition est donc très importante. Concernant la journaliste d'Al-Jazeera, les autorités palestiniennes gardent la balle homicide et ne la montrent à personne. Je ne vois pas quelle conclusion sérieuse on peut déduire sur l'origine du tir sans disposer de cet élément fondamental pour toute enquête criminelle sérieuse. Mais la logique n'existe plus depuis un certain temps dans ce monde de fous. By the way, et le col GOYA a peut-être des informations venant de ses anciens compagnons d'arme, on parle de militaires français, encore vivants, qui ont été récupérés dans AZOVSTAL. On en parle certes dans des medias douteux, mais aussi parmi des proches de l'armée française (ce qui n'est pas encore une preuve certaine, mais ouvre la réflexion). Des informations à ce sujet ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Effectivement, il ne faut pas oublier tout le reste. Et concernant Shireen Abu Aklech, il faut évidemment une enquête indépendante. Ce qui n'enlève rien au fait qu'Israël n'est pas capable de crime de guerre (ce qui peut ou pas être le cas en l'occurrence).
      Il y a des Français dans le régiment AZOV, cela a été dit à plusieurs reprises. Dont certains possiblement étaient à Azovstal.

      Supprimer
    2. Pas incapable.
      Folker

      Supprimer
  25. Sans rentrer dans une comptabilité morbide, le chiffre donné par le Président Zelensky ne me semble pas très élevé (sachant qu'un mort est toujours un mort de trop!). Sur un mois on aurait un total compris entre 1500 et 3000, soit depuis février entre 5000 et 10 000 (approximativement). Ce qui comparé aux chiffres russes seraient inférieur entre 2 et 4 fois si l'on retient le chiffre de 20000 morts. Ces 50 à 100 morts quotidiens sont (malheureusement pour les soldats concernés...) plutot dans la fourchette basse des estimations occidentales.

    RépondreSupprimer
  26. Concernant la contre attaque ukrainienne voir le site : Ministry of Defense of Ukraine : https://www.mil.gov.ua
    Bilan de la mise à jour opérationnelle concernant l'invasion russe à 06h00 le 1er juin 2022 / " Au sud, dans les oblasts de Kherson et de Mykolaïv, les pertes des occupants russes, en plus du matériel militaire, s'élèvent à environ soixante-dix personnes." Je pense que si l'attaque se poursuivait à ce jour les commantaires seraient plus axés sur la progession de l'attaque que sur le simple décompte de pertes ennemies .

    RépondreSupprimer
  27. Appelez moi troll ou idiot utile du poutinisme si vous voulez, mais pas avant d'avoir démonté rationnellement, ou avec des informations complémentaires (j'en demande), mes interrogations:

    Toute mort est tragique et je n'aimerais pas être le frère ou les parents de ce garçon.
    La mort par fait d’arme avec ciblage délibéré d’un journaliste est un crime de guerre – encore faut-il pouvoir prouver tout cela. Que des journalistes aient été délibérément ciblés en d'autres points du conflit ne permet pas encore de le dire ici.
    Evidemment, la guerre d'agression russe contraire au droit international, et donc ceux ou celui qui l'ont/l'a décidée, en est, en dernier ressort, la responsable.
    Il y a toutefois un certain nombre de choses qui vont dans l'exagération voire la manipulation autour de cette mort.

    - d’abord la présentation mensongère faite par les médias français qui ont tous repris le tweet du chef de l'Etat, comme s’il s’agissait d’une information alors qu’il relevait de la désinformation : « tué dans un bus humanitaire ». Les premiers éléments donnés par BFM parlaient d’un blindé de la police qui suivait un convoi humanitaire. Toute la presse a embrayé sur le tweet du Chef de l'Etat. Les seuls éléments probants que nous ayons eus, sont plutôt ceux d’un camion civil aux normes civiles (poids lourd de temps de paix, bas sur roues), de couleur gris, avec, en assez petit (10cm x 1m ?), et aux couleurs ukrainiennes, sous le pare-brise, un autocollant « humanitarian aid ». Il y a une grosse différence entre un "bus humanitaire" et un camion. On imagine un bus civil bien identifié rempli d’enfants et de personnes âgées, sous le feu d’un barrage d’artillerie sur une route dégagée (mais dans ce cas les artilleurs localisés à plusieurs km au minimum peuvent-ils savoir ce sur quoi ils tirent ?) ou délibérément pris pour cible par un char ou autre (ce qui serait effectivement criminel). Ce n’est pas le cas. Le chef de l’Etat (rien contre lui en particulier mais la fonction oblige quand même à une certaine retenue dans l’exagération, le mensonge, la désinformation), en a rajouté à Bruxelles hier en ouvrant sa conférence de presse en parlant de journaliste "assassiné".
    Non, c’est un journaliste tué par faits de guerre, de manière intentionnelle ou non, et si ciblé délibérément, reste à savoir si c’était en temps que journaliste.



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (suite)

      Il serait aussi question de tir d’artillerie.
      On imagine un obus de de moyen ou gros calibre (122 ou 152mm) ou même de mortier tombé à côté du véhicule, soit qu’il l’ait ciblé délibérément, soit qu’il se soit agi d’un tir à l’aveugle sur un quartier, ou une route.
      Les éléments disponibles en attendant mieux – de source ukrainienne donc du camp du bien et de la vérité, c’est dans le titre même pravda.com.ua/eng/news/2022/05/30/7349452/index.amp on les prendra donc pour justes – donnent à observer les choses suivantes : le quartier n’est pas dévasté par l’artillerie. L’immeuble situé à qq mètres du poids lourd conserve tous ses carreaux et bow window. Les lieux ne ressemblent pas à un endroit qui vient de recevoir une salve d’obus HE de plusieurs dizaines de kg. Le camion ne semble marqué que d’un seul impact, à travers le pare brise. Il aurait pu être constellé d’éclats, brûlé… non, un seul impact, qui semble indiquer une trajectoire fichante puisque plus haut dans le pare brise que le cou du malheureux reporter. Anecdotiquement ( ?) le camion est immatriculé en UK et son volant est à droite. FLI était assis à gauche du chauffeur et de l’habitacle.
      De ces éléments on peut penser, soit, qu’il s’agit d’un unique projectile, soit un éclat d’obus, soit une balle de petit ou moyen calibre. On pourra faire les hypothèses qu'on veut sur l’intentionnalité du tir sur le camion, l’intentionnalité du tir sur l’habitacle, l’intentionnalité du tir sur la personne occupant la place avant gauche, l’intentionnalité du tir sur un passager ou chauffeur qui se trouvait être un journaliste étranger. On peut aller du coup de malchance absolu (une balle tirée en l’air à plusieurs centaines de mètres…) au crime caractérisé: tir délibéré par un sniper ou un canon situé à plusieurs km avec un tir parabolique sur coordonnées, sachant clairement qu'il visait un véhicule occupé par des journalistes...)
      Les photos montrent l’habitacle examiné par un militaire ou milicien ukrainien, vêtu d’une tenue camouflée; on voit nettement un AK-47 ou assimilé avec chargeur posé a côté de lui. S’agit-il du conducteur et de ses effets, ou d’un militaire intervenu en secours juste après les faits? Ce n'est pas anodin: si un convoi humanitaire est conduit par/sert à transporter des hommes en uniformes et/ou en armes, on entre dans une zone grise.
      Les déclaration un peu grotesques (mais qui peuvent indiquer a minima un état d’esprit et une certaine paranoïa: le brouillage entre aide humanitaire et convois est une pratique ancrée dans ce conflit, depuis 3 mois ou 8 ans; au pire une gêne d’avoir commis une bavure en tirant "vers" un camion humanitaire ou militaro-humanitaire), d’un milicien de la RPL dont les propos sont relayés « à la russe » par Tass (ie : un peu de foutage de gueule quand même) l’accusent d’être potentiellement, un mercenaire qui a bien cherché ce qui lui est arrivé. Ces propos déplacés et provocateurs ne doivent pas interdire de se poser des questions, ou d'émettre des objections, même si elles sont indécentes:

      Supprimer
    2. (suite)


      - Sur le compte twitter de Maxime Brandstaetter https://twitter.com/branchtmaxime, on voit un reportage sur la ligne de front datant du 27 mai, qui, outre qu’il présente sous un jour très favorable les soldats ukrainiens et fait clairement des journalistes de BFM TV des "embedded", indique que ces journalistes ont pris un certain nombre de risques et auraient bien pu être tués deux jours plus tôt : rejoindre le front dans une voiture civile marquée d’une simple feuille imprimée "press" en format A4 sous le pare brise. Comment qualifier un véhicule dépourvu d’insignes militaires mais qui circule aux abords du front et transporte des militaires ou miliciens armés ?
      Quand je veux lire ce qui est écrit sous un pare-brise, il me faut approcher à qq mètres d'un véhicule, et encore, sans reflet sur la vitre.

      - les circonstances suggèrent qu’il faudrait encadrer la pratique du journalisme de guerre. A brève échéance, une convention internationale pourrait obliger les reporter de guerre à se vêtir intégralement de jaune fluo. Et à "bomber" de la même couleur leurs véhicules d’un carré de 1m x 1M chaque coté visible et le toit. Le tir intentionnel caractérisé sur un journaliste deviendrait plus facile à définir, le crime moins contestable. Comment ? Ils seraient moins beaux pour les prises de vue ?
      Accessoirement, on peut se demander quel est le besoin d’aller en première ligne et pour y trouver quoi?, alors que 100% des civils et combattants ukrainiens sont munis de smartphone et qu’on reçoit un véritable déferlement d’images. A la rigueur, aller avec les unités russes, en respectant la même prudence sur la signature électronique notamment, apporterait un réel "plus" à l'information.

      - les circonstances suggèrent aussi qu’il faudrait encadrer la pratique du convoi humanitaire : des véhicules nettement reconnaissables, déclarés, conduits par des personnels non militaires et non armés ou en tout cas des militaires neutres. Si on est révulsé par les morts civils, il est temps d’envoyer des casques bleus, avec des véhicules blancs siglés UN. On a assez de VAB en stock pour ça.

      Pour rappel, à l’été 44, tout véhicule même une simple charrette tirée par des chevaux et transportant du foin, quelque part en Normandie ou dans le nord de la France, était une cible potentielle des chasseurs-bombardiers alliés et le malheureux paysan qui ramenait sa récolte pouvait finir en charpie.

      Supprimer
    3. la suite de 16h44 n'était pas passée...

      Il serait aussi question de tir d’artillerie.
      On imagine un obus de de moyen ou gros calibre (122 ou 152mm) ou même de mortier tombé à côté du véhicule, soit qu’il l’ait ciblé délibérément, soit qu’il se soit agi d’un tir à l’aveugle sur un quartier, ou une route.
      Les éléments disponibles en attendant mieux – de source ukrainienne donc du camp du bien et de la vérité, c’est dans le titre même pravda.com.ua/eng/news/2022/05/30/7349452/index.amp on les prendra donc pour justes – donnent à observer les choses suivantes : le quartier n’est pas dévasté par l’artillerie. L’immeuble situé à qq mètres du poids lourd conserve tous ses carreaux et bow window. Les lieux ne ressemblent pas à un endroit qui vient de recevoir une salve d’obus HE de plusieurs dizaines de kg. Le camion ne semble marqué que d’un seul impact, à travers le pare brise. Il aurait pu être constellé d’éclats, brûlé… non, un seul impact, qui semble indiquer une trajectoire fichante puisque plus haut dans le pare brise que le cou du malheureux reporter. Anecdotiquement ( ?) le camion est immatriculé en UK et son volant est à droite. FLI était assis à gauche du chauffeur et de l’habitacle.
      De ces éléments on peut penser, soit, qu’il s’agit d’un unique projectile, soit un éclat d’obus, soit une balle de petit ou moyen calibre. On pourra faire les hypothèses qu'on veut sur l’intentionnalité du tir sur le camion, l’intentionnalité du tir sur l’habitacle, l’intentionnalité du tir sur la personne occupant la place avant gauche, l’intentionnalité du tir sur un passager ou chauffeur qui se trouvait être un journaliste étranger. On peut aller du coup de malchance absolu (une balle tirée en l’air à plusieurs centaines de mètres…) au crime caractérisé: tir délibéré par un sniper ou un canon situé à plusieurs km avec un tir parabolique sur coordonnées, sachant clairement qu'il visait un véhicule occupé par des journalistes...)
      Les photos montrent l’habitacle examiné par un militaire ou milicien ukrainien, vêtu d’une tenue camouflée; on voit nettement un AK-47 ou assimilé avec chargeur posé a côté de lui. S’agit-il du conducteur et de ses effets, ou d’un militaire intervenu en secours juste après les faits? Ce n'est pas anodin: si un convoi humanitaire est conduit par/sert à transporter des hommes en uniformes et/ou en armes, on entre dans une zone grise.
      Les déclaration un peu grotesques (mais qui peuvent indiquer a minima un état d’esprit et une certaine paranoïa: le brouillage entre aide humanitaire et convois est une pratique ancrée dans ce conflit, depuis 3 mois ou 8 ans; au pire une gêne d’avoir commis une bavure en tirant "vers" un camion humanitaire ou militaro-humanitaire), d’un milicien de la RPL dont les propos sont relayés « à la russe » par Tass (ie : un peu de foutage de gueule quand même) l’accusent d’être potentiellement, un mercenaire qui a bien cherché ce qui lui est arrivé. Ces propos déplacés et provocateurs ne doivent pas interdire de se poser des questions, ou d'émettre des objections, même si elles sont indécentes.

      Supprimer
    4. Cibler un camion civil, a fortiori dans un convoi humanitaire, est un crime de guerre. Avec ou sans journaliste.

      Supprimer
    5. @Anonyme1 juin 2022 à 16:56
      Est-il clairement, incontestablement établi qu'aucun camion civil ne transporte de ravitaillement militaire et d'hommes en armes sur cette partie du front? Les photos du site pravda.ua/eng susmentionné (il ne s'agit pas de Donbass Insider ou autre officine, mais d'un organe de presse ukrainien) permettent d'en douter, au minimum. Le convoi était, a minima, encadré de militaires ou miliciens ukrainiens armés.
      Cela dit vous avez peut-être des éléments de droit de la guerre et de jurisprudence que je ne connais pas: quelles sont les règles si un camion civil est conduit par des hommes en uniforme et armés? Quelles sont les règles si un camion civil transporte des armes ou du ravitaillement pour des combattants? Quels sont les comportements d'armées aux standards occidentaux en ces cas? Comment doivent être matérialisés des véhicules d'aide humanitaire? Un autocollant à peine plus visible que le nom d'une station sur un abribus, et de surcroît aux couleurs ukrainiennes, est-il censé protéger le véhicule? Je suis preneur d'infos et naturellement je m'inclinerai s'il y a lieu.

      (en fait, si on prend les choses au pied de la lettre, on se dit: si l'armée russe était entrée massivement en Ukraine à bord de véhicules civils tout tir de défense des forces ukrainiennes relèverait donc du crime de guerre?)

      Supprimer
    6. @Anonyme 17:40
      Les convois humanitaires sont souvent l'objet d'accords entre les belligérants.
      Une partie propose de faire passer un convoi que l'autre partie accepte de laisser passer.
      C'était peut être le cas ici. Comme on n'en sait rien, si on doute, on peut, au minimum, réserver son avis et attendre les conclusions de l'enquête en cours.
      En attendant, tirer de conclusions définitives comme vous le faites est inutile.

      Supprimer
  28. (suite et fin ouf)


    - Enfin, on ne voit pas ce que vient faire Boutcha dans le texte du colonel Goya. Pour couvrir Boutcha, il n’y a pas eu de reporter de guerre. Et c’est bien dommage. Pour filmer certaines scènes, il n’y a pas eu besoin de "journalistes de guerre", puisque les images et les lieux étaient fournis clefs en mains par la partie ukrainienne. Les journalistes de guerre ne s’y étaient pas risqués et n’ont pas pu y voir les dizaines de cadavres résultant d’exécutions sommaires et qui seraient restés plusieurs semaines en pleine rue.
    Il y a eu des exactions à Boutcha, évidemment, qu’elles procèdent d’une politique délibérée, généralisée, à faire remonter jusqu’à quel niveau, reste à documenter. Cependant on espère qu’un jour on connaîtra l’identité, la date et les circonstances de la mort de TOUS les cadavres retrouvés. Il est vraisemblable qu’une partie résulte d’exécutions ou tirs intentionnels par des russes, d’autres de bavures et dommages collatéraux. Espérons qu’un jour nous aurons la preuve irréfutable qu’il n’y avait, par exemple, aucun « collaborateur » exécuté froidement lors de la reprise et du nettoyage de Boutcha par l’armée et les milices ukrainiennes. Notamment parmi les cadavres alignés de cette fameuse rue.

    - si on ne veut pas de morts, on arrête la guerre. Si on estime qu'il faut poursuivre la guerre, parce que, par exemple, il faut saigner au maximum l’armée russe, affaiblir Poutine etc, on accepte les morts et les destructions.
    - enfin se pose la question de l’objectif d’une telle opération de déformation de l’information concernant le malheureux JRI français tué lundi. La plus forte probabilité est qu’il s’agit d’une bavure, d’un erreur, d’un tir perdu, ou qu’on se situe dans la zone grise où « l’aide humanitaire » amène des soldats ou du ravitaillement sur le front et revient avec des civils. Dans ce cas tous les protagonistes sont coresponsables de ce qui arrive. Rien ne permet de dire, et encore moins au niveau du chef de l’Etat, que notre compatriote a été visé intentionnellement, lui, pour ce qu’il était. Ça demeure condamnable, mais ce n’est pas la même chose. Le "narratif" construit autour de cette mort sert la diabolisation de l’ennemi, c’est-à-dire de rendre plus difficile la sortie de guerre.

    Un troll à passeport français.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous faites des amalgames assez innommables. Les morts civiles de Boutcha sont largement documentées et le fait très majoritairement des occupants Russes.
      Comprenez-vous que votre « bavure » ou votre « erreur » sont par essence criminelles?
      Diaboliser l’ennemi? Il se décrédibilise très bien tout seul. Même en Russie chez ceux qui n’idolâtre pas Poutine.
      Que Macron prenne des libertés avec la réalité est une chose, mais il est demandé une enquête pour éclaircir les faits. Mais votre raisonnement est ignoble car il implique qu’en guerre toutes les exactions sont possibles. Ce serait « des faits de guerre ». Et bien non, torturer ou violer des enfants, ça ne l’est pas. Ni violer une femme dont on vient d’assassiner son fils ou son mari sous ses yeux. Je ne vais pas faire la liste, c’est déjà suffisamment pénible comme cela.

      Supprimer
    2. @Anonyme1 juin 2022 à 17:08
      Je ne vois pas le rapport.
      La manière dont les morts de Boutcha ont été, sinon mises en scène, du moins exploitées médiatiquement et politiquement, impose qu'il n'y ait pas le moindre doute sur qui sont les victimes et dans quelles circonstances elles sont mortes. Si 20 victimes sur les 400, et a fortiori celles de la fameuse rue, devaient être des collaborateurs des russes exécutés par les UAF ou miliciens ukrainiens, alors une partie de la construction émotionnelle et politique est mensongère.

      Comme le sont les propos du chef de l'Etat qui désinforme une première fois en affirmant que Frédéric Leclerc-Imhoff se trouvait dans un "bus humanitaire", affirme bien légèrement des choses qui ne sont pas prouvées, en parlant d'assassinat. Ce qui est possible mais pas avéré.
      Dans les deux cas il s'agit d'un mensonge qui sert une construction de la réalité à l'appui d'une certaine politique. Que les russes soient dix, cent fois plus menteurs, dissimulateurs, désinformateurs, ne change rien.

      PS: où ai-je écrit que "torturer ou violer des enfants", "violer une femme dont on vient d’assassiner son fils ou son mari sous ses yeux" sont des faits de guerre acceptables?

      Supprimer
    3. Je ne sais pas ce qui a été fait côté français, mais du côté de la TV suisse, leurs 2 reporters de guerre (d'abord Sébastien Faure, puis Maurine Mercier) se sont rendus à Boutcha de façon indépendante. Si Faure, arrivé très tôt sur place, a montré les mêmes horreurs, il a pu témoigner en parlant avec la population, en voyant les scènes qui ne peuvent donc découler d'une éventuelle propagande ou mise en scène.
      Pour le reste, on sait que les Russes visent délibérément les civils. Qu'ils visent des personnes à une gare, dans des hôpitaux ou dans un convoi relève de la même ignominie.

      Supprimer
    4. Le troll plus ou moins pro russe ou plutôt anti-américain et souvent anti-occidental, voire anti-macron utilise toujours la même méthode :

      - l'affirmation d'un doute même partiel : "si 20 victimes sur 400 sont des collabos".
      L'intervention des enquêteurs du tribunal international n'a JAMAIS évoqué une telle hypothèse. Qu'est ce qui vous permet donc de l'évoquer, vous qui n'être pas sur place et n'avez aucun contact sur place.

      - la relativisation : "on n'est sûr de rien", certains cadavres pourraient ne pas être l'oeuvre des Russes.

      Tout ceci pour justifier la conclusion qui suit :
      "Dans les deux cas il s'agit d'un mensonge qui sert une construction de la réalité à l'appui d'une certaine politique. Que les russes soient dix, cent fois plus menteurs, dissimulateurs, désinformateurs, ne change rien."

      Cette phrase démasque sous un verbiage "modéré" la méthode complotiste habituelle visant à instiller le doute dans l'esprit des personnes.

      Comme pour Poutine il faut toujours bien lire et écouter ce qui est dit.
      Quand on signe "un troll français", c'est qu'on est un troll français qui relativise des crimes de guerre russes.
      C'est bien comme ça qu'il faut lire cette intervention.

      Supprimer
    5. Je rectifie : "un troll à passeport français" , et le terme n'est pas neutre, peut vouloir dire que cette personne ne vit pas en France voire ne peut avoir comme origine française qu'un seul parent français
      Ca peut donc être un citoyen français qui vit en Russie, par exemple ....

      Supprimer
    6. @intermittent
      Je signe "un troll à passeport français" car je suis bien conscient que mon raisonnement va à contre-courant et plus encore, que toute voix dissonante sur ce blog où je lis quotidiennement les commentaires se voit immédiatement qualifier de troll ou d'idiot utile du poutinisme. Il n'y a rien de glorieux à pratiquer à cette échelle le maccarthysme.

      Supprimer
    7. Sauf que ce n'est pas un raisonnement. C'est une manipulation pour en arriver à relativiser les ignominies commises par les Russes.

      Et personnellement, je suis un peu las moi aussi de qualifier des personnes aussi malhonnêtes de trolls ou d'idiots utiles. "Collabos" me semble mieux convenir.

      A bon entendeur...

      Supprimer
    8. @intermittent
      je suis à Paris et n'ai jamais mis les pieds en Russie.
      Sur le fond, comment qualifier un tweet du Président de la République (je n'ai rien contre lui et quand bien même, c'est en rapport avec sa fonction que je m'insurge contre cette méthode) qui colporte une désinformation nette (le journaliste cameraman aurait été tué dans un "bus humanitaire"), tweet ensuite repris par toute la presse et les médias les plus légitimes, et qui installe donc dans l'opinion collective une contre-vérité caractérisée? Quelle est l'intention derrière un tel ... mensonge d'Etat? Pourquoi ne pas se contenter de dire que la République et les français s'inclinent devant la mémoire d'un journaliste tué par faits de guerre demeurant à élucider, sur le front du Donbass? Pourquoi y ajouter un mensonge aussi lourd de conséquences?

      Supprimer
    9. Ca, c'est un autre problème. Notre président raconte un nombre de c... assez incalculable. En quoi cela relativiserait les saloperies commises par les orcs?

      Supprimer
    10. @Anonyme1 juin 2022 à 18:17
      Il est question ici de la mort de Frédéric Leclerc-Imhoff. Que la voix la plus élevée du pays écrive une première fois un énorme bobard repris par toute la presse, et qui donc s'installe instantanément dans les esprits, est un problème au coeur du sujet car le résultat est d'attribuer aux russes un crime qu'en l'occurrence ils n'ont pas commis tel quel. Qu'il enfonce le clou en parlant d'assassinat est une seconde désinformation car (jusqu'à fourniture d'éléments probants indiscutables) ce n'est pas ça un assassinat et ça contribue à ôter à l'un des belligérants toute légitimité dans d'éventuelles négociations.
      Ce qui d'ailleurs n'est pas cohérent avec le reste de sa politique, Macron, Scholtz, Draghi, autrefois héros de la démocratie raisonnable contre les populistes, se font copieusement insulter sur les RS en ce moment pour essayer une autre approche.

      Supprimer
    11. Anonyme1 juin 2022 à 18:01

      votre raisonnement est malhonnête et porte préjudice à quelqu'un... ce qui s'apparente plus à du sabotage qu'à autre chose.

      en passant pour Boutcha effectivement il y a des enquêteurs dont c'est le métier et qui ont certainement plus de compétences et d'honnêteté que vous...
      vous avez consacré beaucoup d'énergie 3 gros pavés pour arriver aux résultats très bien décrit par Intermittent...
      vous n'êtes pas quelqu'un qui fait part sincèrement d'un autre point de vue ou qui porte une interrogation. non : ce que disent les faits c'est que votre propos emprunte à la manipulation -
      et c'est un vol
      (et sur un hommage à un journaliste décédé c'est pas respectueux pour lui non plus)

      Supprimer
    12. On ne sait rien de précis sur les crimes de guerre commis en Ukraine, mais il y en a certainement. Je viens de terminer l'ouvrage de RONDEAU sur le Soldat britannique pendant la Seconde guerre mondiale, ouvrage excellent au demeurant. L'armée britannique s'est très bien comportée pendant le conflit, et mieux en tout cas que ses adversaires allemand ou japonais. Mais il est arrivé que des soldats britanniques se soient aussi rendus coupable de crimes de guerre sporadiques (viols, violences aux civils, etc) et que pour certains, ils ont été voulus en haut lieu (bombardement massifs anti-cités en Allemagne). Une armée en marche qui ne commettrait aucun crime de guerre est impossible au même titre que le crime existe aussi dans nos sociétés démocratiques. Maintenant, il existe une hypocrisie en ce qui concerne le droit pénal humanitaire. Les USA accusent la Russie de crimes de guerre, mais la politique officielle des USA est de refuser d'adhérer aux Statuts de Rome, la CPI, parce qu'elle considère que les accusations portées devant cette cour sont POLITIQUEMENT MOTIVEES. L'Ukraine n'est devenue membre de la CPI qu'au début de cette guerre, parce qu'elle ne voulait pas que la CPI enquête sur les exactions commises au Dombass... Bref, il ne fait aucun doute que la CPI est instrumentalisée par les Etats pour servir à des fins politiques. Cela ne veut pas dire qu'elle enquête sur des crimes imaginaires, ni que les personnes condamnées n'ont pas commis les crimes constatés. Mais la CPI peut choisir QUI elle entend poursuivre et ne pas poursuivre (en Ukraine, ira-t-elle poursuivre aussi les crimes commis par des Ukrainiens ? étendra-t-elle sa saisine sur le Dombass après 2014 ?). Enfin, plus on remonte dans la hiérarchie des coupables, plus les preuves sont ténues d'une implication pénale personnelle. HARENDT le faisait remarquer au sujet de Eichmann, et le fait qu'il avait commis un crime purement intellectuel, planifier la mort d'êtres humains, sans en tuer personnellement un seul. Ce ne sont donc plus tellement les faits qu'une appréciation du contexte qui permet d'impliquer un dirigeant dans ces crimes. Je ne suis pas en train d'exonérer Eichman ! Mais dans une affaire récente de la CPI, le cas BEMBA, on peut quand même se demander comment elle a pu condamner en première instance pour acquitter en appel, en invoquant la responsabilité opérationnelle d'un chef politique qui ne se trouvait pas physiquement à la tête de sa troupe, mais à 1000km. J'ai moi-même participé la poursuite de crimes contre l'humanité au sein de l'armée suisse. Je n'ai jamais eu de doutes sur le fait que les crimes rapportés et commis au Rwanda et en Yougoslavie étaient vrais. J'ai cependant douté que les cocos que l'on nous avait amenés étaient bien l'auteur de ces crimes, commis à des centaines de kilomètres de la Suisse, dans un paysage et un environnement culturel totalement différent du mien. Et de fait, on a prononcé un acquittement dans un cas, en pensant qu'on nous demandait de condamner un fils pour les crimes de son père. Enfin, tout prend du temps. L'OTAN est intervenue pour prévenir au Kosovo la commission de crimes de guerre. On a poursuivi des Serbes, mais au final, c'est toute la très haute direction politique du Kosovo (président, premier ministre et président du Parlement) qui se retrouvent à LA HAYE, 20 ans plus tard...

      Supprimer

    13. Concernant BUTCHA, mon nez d'avocat dit la chose suivante: il faut les balles, les autopsies, les noms des victimes et leur rang social pour se faire une idée des circonstances du crime. Il faut des témoins et un procès public. Pour le moment, les Ukrainiens n'ont offert au public que trois procédures de plaider coupable. Dans cette procédure, le coupable reconnait le crime en échange d'une peine réduite. Mais dans ce cas, pas de procès, pas de témoins, pas de preuves: seules les déclarations du coupable suffisent. Maintenant, est-ce qu'un prisonnier de guerre russe de 20 ans, dans un conflit si chargé émotionnellement, pourrait chanter la Traviata en langue inuit pour sauver sa peau ? peut-être, peut-être pas. On verra.

      Supprimer
    14. Orekhdin, quand vous plaidez, vous expliquez vraiment au juge qu'il ne faut pas condamnez trop lourdement votre client car d'autres ont fauté avant lui, et qu'après tout dans d'autres juridictions les jugements ont parfois été discutables ? Ce serait débile, n'est-ce pas ? Ben voilà, c'est très exactement votre argumentation, bravo. En tout cas, la guerre a au moins le détestable mérite de clarifier les positions des uns et des autres. Mon nez de pékin moyen sans aucune influence sur les événements mais qui essaie au moins de vivre de façon à peu près décente, et qui était tout autant revolté des actes des USA en Irak que d'Assad ou de Daesh en Syrie, de l'Arabie saoudite et de l'Iran au Yemen ou des Russes en Tchetchenie, me dit ceci : vous, et tous les gens comme vous, qui relativisez, comparez, supputez, interrogez, sous-entendez, nuancez, mettez en perspective, quand des pékins comme moi, mes proches ou mes voisins crèvent sous les bombes, êtes des merdes.

      Supprimer
    15. à propos de relativisme:
      voilà qu'une puissance impériale déchue et revancharde, ayant perdu au XXème siècle une grande partie de son empire constitué à travers les siècles, s'apprête une nouvelle fois à envahir au mépris du droit international une portion de son voisin qui ne lui a rien fait et où elle soutient depuis une décennie des mouvements armés, accessoirement dirigés et composés de fous obscurantistes et sanguinaires, qui veulent renverser le pouvoir en place. Elle y renforcera le séparatisme de facto d'une partie du pays, tout en écrasant les factions qui ne lui plaisent pas. Cette puissance est membre de l'OTAN, et le secrétaire général de l'organisation dit comprendre ses motivations, ce qui revient à un soutien. Il ne risque pas d'y avoir de sanctions visant à la ramener à l'âge de pierre ni de livraisons massives de Javelin, NLAW, M-777, Caesar, Stinger, Starstreak, équipements de communication et de vision, drônes armés, munitions rôdeuses, Panzerfaust 3, etc, à ceux des milices ou troupes régulières qui se trouveront sur le passage de ses colonnes mécanisées. Ses exportations seront-elles interdites? Ses avoirs internationaux confisqués? Sera-t-elle débranchée des circuits financiers mondiaux, avec intimidation à tout pays voulant conserver des liens avec elle? Ses dirigeants seront-ils soumis à interdiction de déplacement ou mandat d'arrêt? nos médias et RS déverseront-ils un flot ininterrompu d'images de "miliporn" montrant la destruction en direct de ses véhicules et la mort de ses soldats? ... N'en jetez plus
      Un indice: cette puissance avait fourni tout l'équipement nécessaire à un petit pays du Caucase pour écraser il y a deux ans son voisin, pauvre petit état abandonné de tous, et dont le peuple fut un des premiers cobayes de l'expérience des crimes contre l'humanité au XXème siècle. (Elle n'était pas la seule, même l'Etat d'un peuple anciennement génocidé avait participé à cette infâmie)
      Je suis un troll à passeport français, master en whataboutisme. Suis-je le même?

      Supprimer
    16. @Thomas Locquet: je ne vois pas la raison de me traiter d'un mot devenu célèbre lors d'une retentissante défaite de l'armée française, juste avant que les braves parmi les braves ne se débandent devant leur Empereur. Je crois que vous n'avez pas compris mes arguments, alors qu'ils sont relativement simples. Je dis simplement que la CIJ n'est pas considérée comme fiable, car politique, par les USA, puisqu'ils ne veulent pas y envoyer leurs soldats. Mais ils veulent y envoyer les Russes, justement parce que les jugements seront politiques, et pas juridiques ! Et les Ukrainiens n'en étaient pas membres quand ils risquaient de s'y voir attraire pour les faits commis dans le Dombass après 2014, pour la même raison que les Américains: ils ne voulaient pas prendre le risque de se faire condamner ! Je ne dis pas qu'aucun crime n'a été commis en Ukraine, je dis que La Haye n'est pas un endroit sérieux pour juger de ces crimes. Les Etats africains, qui avaient adhéré avec enthousiasme, ont tiré la gueule et se sont plaint du fait que plus les conflits se passaient dans les pays de gens à la peau noire, plus on instruisait et on condamnait ! Pour le Tribunal pénal spécial du Liban enquêtant sur l'affaire Hariri, on n'a jamais condamné que des lampistes, sans oser remonter à la tête. Je rappelle aussi qu'un de mes anciens professeurs de droit pénal à Genève s'est fait dégager de ce Tribunal du seul fait qu'on le soupçonnait de partialité, en raison de ses origines juives. Enfin, le précédent Procureur général de la CIJ est parti de son poste sur des soupçons de corruption. Pas mal quand même pour ces donneurs de leçons !

      La France a fait liquider le père Khadafi après s'être prosterné devant lui pendant des années. Elle a détruit au passage la Libye qui vit depuis dix ans dans une guerre civile tripartite. Je ne vois pas qu'un seul politique ou militaire français ait simplement été inquiété par un début d'enquête pénal. Quant au missile Milan, qui a mis le feux aux poudres au Rwanda, on attend toujours de savoir qui en a ordonné le tir, à l'origine de près de 800'000 morts.

      Dès lors, effectivement, je me demande de quel cloaque sortent ces Vestales effarouchées qui prônent le respect du droit et de la justice. Charité bien ordonnée commence par soi-même.

      Supprimer
    17. @orekhdin : bravo, vous venez de découvrir que l'Histoire est remplie de saloperie. Et donc ? Du point de vue des Ukrainiens et, étrangement, de la quasi-totalité des pays à l'Est de l'Europe, y compris certains qui qe refugiaient depuis des décennies dans la neutralité, il est important d'arrêter maintenant l'avancée des troupes russes. Je pense que leur avis sur le sujet compte plus que le nôtre, étant donné que les enjeux sont potentiellement bien plus graves pour eux que pour nous. Il se trouve que les forces en mesure de les aider actuellement sont l'OTAN et, plus spécifiquement, les USA. Et donc ? Faut-il ne pas aider l'Ukraine du fait de l'Irak et des débuts discutables de la CPI ? Ils en sont responsables ? Non, donc où voulez-vous en venir, à par vouloir faire votre malin à rappeler des faits que tout le monde connaît déjà ? Les USA profitent de la guerre en Ukraine ? Oui, et même dans l'hypothèse où cette guerre serait un piège tendu par les USA à la Russie (ce que je pense non exact vu l'enchaînement des événements préalables), Poutine serait coupable d'y avoir précipiter son pays - Poutine et personne d'autre. Donc, une nouvelle fois, faites l'effort si vous avez quelque chose à dire de le dire clairement, pour que le noyer et le sous-entendre dans une logorrhée immonde. D'autre part, même pour un européen USA-phobe comme moi, le développement d'une coopération militaire en Europe, même au sein de l'OTAN, est une bonne nouvelle à long terme : l'Histoire ne se déploie jamais sur du vide, et une Europe autonome et indépendante se fera forcément à partir de ce qui existe déjà, même vérolé par des intérêts extérieurs à l'intérêt collectif des peuples européens comme l'UE ou l'OTAN. Je ne vous ferais pas l'injure d'aligner les exemples historiques, vous les connaissez. Donc même du point de vue de l'intérêt cynique de l'Europe vos messages n'ont aucun sens. C'est ça qui est énervant avec les gens comme vous : non seulement la forme est prétentieusement dégueulasse, mais on pressent que le fond l'est aussi.

      Supprimer
    18. @orekhdin : j'ai parlé de l'OTAN et des USA, mais vous étiez surtout sur l'Histoire française. Certes, et encore vous avez omis l'Algérie et l'Indochine, et Haïti et la Vendée. Quelle rapport avec l'Ukraine ? De même, vous parlez de la CPI, alors que la principale préoccupation des Ukrainiens est de l'emporter dans un conflit armée. Vous noyez le poisson, vous relativisez, vous réduisez le massacre - documenté - de civils à une argutie juridique sur la légitimité de la CPI. C'est fatiguant.

      Supprimer
    19. @orekhdin
      On comprend que vous êtes avocat.
      Vous aimez parler, vous argumentez, détournez les faits pour trouver des excuses aux pires criminels.
      Vous êtes utiles, mais parfois vous ... énervez.
      C'est toujours intéressant de vous lire.

      Supprimer
  29. Cher anonyme de 16h43. Merci de votre long et intéressant développement qui ne concerne d'ailleurs pas que les journalistes mais également les humanitaires. Je me permets cependant d'insister sur un point qui me préoccupe de manière générale. Vous semblez douter de l'utilité de la présence des journalistes en première ligne vu que des images nous parviennent dejà. Sans faire offensé à votre intelligence je vous imagine mal comme quelqu'un qui pense qu'il pourrait être facile de connaître la réalité d'un conflit à partir d'images prises par des particuliers qui apparaîtraient de manière aléatoire. Le rôle d'un reporter de terrain n'est-il pas de rendre compte à partir de ce qu'il voit, voire devine, sur le terrain et ainsi de permettre d'articuler le global et le local. Et si ce n'est pas à lui de le faire, à qui revient cette tâche de trouver et rapporter des faits ? Cette question se pose d'ailleurs pour les mouvements sociaux avec le développement du street journalisme (cf le site Tatamis et l'interview de so' fondateur sur Tinkerview)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @MGM
      Vous aurez noté que je mesure mon jugement: la présence de journalistes au prix de tous les risques est-elle justifiée et/ou ne faut-il pas mieux pouvoir les identifier?
      Il y a quand même une différence entre les conflits du milieu du XXème siècle (WW2, Vietnam) et aujourd'hui, tant les images et témoignages circulent en quantité et en temps réel.
      Le mieux serait que les journalistes de guerre soient clairement identifiés par des vêtements voyants et ne laissant aucune place au doute, idem pour leurs véhicules, et qu'une convention internationale le pose clairement. Le gilet jaune fluo servant déjà à autre chose, il faudrait inventer la combinaison jaune fluo. Disant cela je ne plaisante pas car même des miliciens ou pieds nickelés en viendraient à tirer sur eux en toute connaissance de cause.
      A noter que dans le feu de l'action, même des militaires occidentaux aux chances de survie élevées et dotés de "standards" très élevés en sont venus à tuer des journalistes, comme ce fut le cas à Bagdad en 2003 quand un char Abrams tira au canon de 120mm sur un hôtel censé être identifié comme le lieu d'hébergement des journalistes internationaux.
      Quand une armée d'occupation tire au fusil à lunette voire à bout portant à travers un pare-brise sur un journaliste clairement identifié, c'est encore autre chose.
      Ce qui leur est arrivé est dramatique, mais Frédéric Leclerc-Imhoff et Maxime Brandstaetter ont pris des risques (je ne dis pas le 30 mai, mais le 27, cf la video de leur petit raid en voiture banalisée avec militaire ukrainien armé au volant, en direction du front) qui posent question.

      Supprimer
    2. Dit autrement, le journalisme est un métier. Un métier qui ne s'improvise pas. Des professionnels iront chercher des choses que les amateurs ne verront pas. D'où leur importance.

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    4. Ah d'aaaccord là j'ai compris
      Mais pour en revenir au grrrand débat d'anonyme je pense qu'il a raison et que dans son hommage sous le coup de l'émotion le Colonel Goya s'est laissé emporter par sa plume. Il n'aurait pas dù écrire "indigne et criminel" mais "digne et innocent"
      J'ai bon ?

      Supprimer
  30. Grosse et inhabituelle activité observée du côté de Chaplynka aujourd'hui. De -tres- longues colonnes de matériel roulant se serait dirigée vers le sud.
    À confirmer

    RépondreSupprimer
  31. Je voulais bien sûr parler de Taranis news

    RépondreSupprimer
  32. Salut,

    vu les commentaires idiots (des civils ?) que je lis depuis plusieurs semaine sur l'excellent blog du colonel Goya, je vous invite tous à regarder une vidéo youtube avec un youtubeur qui n'est pas de ma famille de pensée (plutôt de gôche), mais néanmoins a fais un bon boulot sur les raisons profondes de cette "guerre".
    https://www.youtube.com/watch?v=a9RvNZzg1tQ

    Pour de journalisme in vivo, Andrei Filatov un Russe qui a été en Syrie et actuellement en Ukraine, impossible à suivre en France, seulement sur telegram (pas de censure)
    https://www.youtube.com/watch?v=GaXHRmdZQ_w


    Et au nom de dieu, vive la coloniale !

    Bruno 18 ans de TDM

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Accès limité. Pouvez pas faire un résumé, s'i vous plaît?

      Supprimer
    2. @ bruno

      les gens qui arrivent dans un groupe et qui de but en blanc le dénigre tout ou partie ce n'est pas très prometteur... vous avez quelque chose à dire mais c'est pas accessible et rien qu'à voir les coms sous la video on a compris ce que va être le propos...

      des profils d'orgueilleux qui viennent nous expliquer qu'ils voient plus loin que les autres c'est pas ça qui manquent... mais aujourd'hui il y a concours !

      Supprimer
    3. "18 ans de TDM"

      ???

      Trouble dépressif majeur?

      Supprimer
    4. C'est bien ce que je disais, des civils ! n'importe quel militaire saurait ce que signifie TDM.

      Supprimer
    5. Sinon pour la vidéo, le youtubeur s'appelle "trouble fait", vous devriez retrouver la vidéo.

      https://youtube.com/c/TroubleFait

      Supprimer
    6. TDM, de bons soldats, mais souvent un muscle et deux cerveaux, et qui ont tendance à mépriser les autres armes et les pékins.
      Redescend sur terre Bruno.

      Supprimer
    7. J'adore le lien vers un donneur de leçon qui se place en pseudo position neutre qui s'avère un parfait soutien de Poutine en reprenant tout son narratif et ses éléments de langage.
      C'est assez typique de l'extrême-gauche et l'extrême-droite. Chez eux, le deux poids deux mesures est assez net: tous ce qui est anti-OTAN est par défaut crédible, tout ce qui est neutre ou favorable au pays attaqué (ici l'Ukraine) est par défaut douteux.

      Supprimer
  33. Et vous c'est quoi votre pensée ?

    RépondreSupprimer
  34. Bon, les pro-Poutine ont maintenant un nouveau discours, et c'est autour d'un cessez-le-feu...
    Je ne me casse pas la tête à les contrer, j'ai assez de peine au cœur à regarder le Donbass.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si ils cherchent un cessez-le-feu, c'est qu'ils ne sont pas sur de pouvoir tenir leurs positions.

      Tant qu'ils ont de l'artillerie, ça devrait pouvoir aller pour les russes, hein. Mais vu l'état du reste de leurs forces, si les ukrainiens arrivent à casser l'artillerie de manière significative, ça sera une toute autre musique, en effet.

      (après, la question du comment est complexe)

      Supprimer
    2. Tout ce que je souhaite aux Ukrainiens, c'est d'avoir ce qu'ils veulent , ce serait mérité il me semble.
      Pourvu que les envois ne soient pas trop tarifs..

      Supprimer
  35. Internet est un espace comme un autre où on devrait pouvoir rendre hommage à quelqu'un qui a essayé de rendre sa vie utile sans être encombré par ceux qui pensent que cet hommage n'est pas mérité pour toutes les mauvaises raisons du monde.
    Je vois les suivantes à lire certains commentaires
    - c'est un mort comme un autre
    - on a en moins fait pour ceux qui sont tombés dans les guerres Puniques
    - les circonstance sont douteuses ou pas complètement éclaircies. Est il vraiment mort de la bonne façon?
    - il n'a pas la bonne religion, c'est peut être même un Bouddhiste quand on écoute son nom. D'ailleurs il travaillait pour BFM qui est un nid de Bouddhistes...
    - il l'a cherché en prenant de tels risques
    - c'est un sacrifice inutile, on a WhatsApp et twitter
    - C'est triste MAIS... Comme si la tristesse d'une mort avait une sorte de négation dans des considérations obligatoirement plus larges.

    Il y a des morts gênantes pour ceux qui ont des "causes" à défendre, des morts qui ne cadrent pas avec leur schéma mental , des morts qui créent une dissonance cognitive dans leur esprit, une brèche dans leur vérité.

    Pour tous ceux là, il est facile de résoudre votre dissonance cognitive. Lâchez vos claviers, faites quelque chose d'utile pour votre cause jusqu'au péril de votre vie et racontez le.
    Si vous ne vous en sortez pas, rassurez vous quelqu'un, quelque part fera votre hommage et d'autres imbéciles baveront sur votre tombe. Vous n'en serez que plus grand.

    Pour l'instant vous bavez


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je vais "baver" - la mort d'un journaliste de BFM TV ne me touche pas. Je ne regarde pas BFM TV car je n'aime pas BFM TV. Oui je sais c'est très primaire. je suis très primaire, les gens corrects , bien propres sur eux me le disent depuis des années à la télé et ailleurs. Donc on fait une grande marche blanche médiatique parce qu'un journaliste a été tué dans une zone de guerre. Si je dis que je trouve bizarre que l'on s'étonne qu'il y ait des morts à la guerre c'est pas bien ? c'est suspect ? Michel Goya (qui passe à la télé régulièrement) nous verse une larme sur un journaliste tué . Tout le monde aura compris. J'aime bien ses descriptions au jour le jour des opérations militaires en Ukraine. Mais je n'achète pas la vision méchants russes / gentils ukrainiens modèle hollywood.
      oui je sais c'est pas bien , c'est pas dans l'air du temps ni dans celui de la majorité des commentateurs du blog de MG. Mais c'est mon avis et je le partage un autre "anonyme "

      Supprimer
  36. La version agresseur/agressé est suffisante.

    RépondreSupprimer