dimanche 27 mars 2022

Point de situation des opérations en Ukraine 27 mars J+31

Situation générale 

Le général russe Rudskoï, adjoint du chef d’état-major des armées, a effectué un point de situation au bout d’un mois de combats, expliquant que la première phase de la guerre était un succès avec la destruction d’une grande partie de l’armée ukrainienne et que l’armée russe et ses alliés DNR/LPR se concentreraient sur la conquête complète des deux provinces du Donbass. Il a officialisé ainsi ce qui était observé depuis au moins une semaine (cf CR précédents). Dans les faits, à court terme cela ne change donc rien.

Situations particulières 

Ciel 

Selon les chiffres donnés par le général Rudskoï, l’armée ukrainienne aurait perdu les ¾ de ses avions, 35 drones TB2 sur 36, plus de 80% de ses moyens antiaériens (S300-Buk M1). Après la découverte que les Ukrainiens avaient autant de drones TB2 (et a priori plus qu’au début de la guerre), c’est l’admission en creux que l’aviation ukrainienne est toujours active et probablement toujours sa flotte de drones.

Il ne faut pas confondre campagne de conquête et campagne de frappes. Si la campagne de conquête est officiellement (et pour l’instant) concentrée sur le Donbass. La campagne de frappes continue sur l’ensemble du territoire. Il ne faut donc pas s’étonner de frappes d’opportunité (dépôt d’hydrocarbures) à Lviv, dans l’Ouest du pays et proche de la Pologne, sans doute aussi en lien avec la visite de Joe Biden dans ce dernier pays.

Les Russes auraient utilisé plus de 1 000 missiles balistiques/croisière soit environ 2/3 du stock.

Ouest 

La déclaration du général Rudskoï officialise aussi peut-être qu’il n’y aura pas d’opération russo-biélorusse dans l’Ouest de l’Ukraine. Le potentiel militaire biélorusse est estimé de toute façon à environ 5 GTIA de faible niveau tactique. Rien qui puisse changer fondamentalement la situation sur le terrain, pour des coûts politiques et économiques importants pour la Biélorussie.  

Kiev et Nord-Est

La réorientation annoncée ne change rien à la situation dans le Nord. Les forces russes sont toujours en posture défensive/retranchement et en reconstitution. Plusieurs brigades des 35e et 36e A à l’Ouest de Kiev ont formé chacune un GTIA de marche avec leurs dernières forces combattantes, plusieurs unités à plus de 50 % de pertes ont été envoyées dans la région de Bryansk (Russie) afin de se reconstituer. Les attaques russes sont plutôt limitées à la zone de Chernihiv. Peut-être peut-on imaginer une rectification de la ligne de front russe, cherchant à assurer une présence forte à proximité de Kiev avec la conquête de Chernihiv et de l’axe E95 jusqu’à Brovary par la 41eA et la 2e AG, mais abandonnant par ailleurs les zones difficiles à tenir, en particulier l’axe H07 de Soumy à Kiev.

Les forces ukrainiennes continuent leur pression à l'Ouest de Kiev sur le quadrilatère Ivankiv (NO-point clé axes vers la Biélorussie)-Dymer (NE-près du Dniepr)-Irpin-Myla (SE) et Kalymiv (SO) avec le projet d’étouffer les 35e et 36e A. La destruction de ces deux armées russes et des VDV restants serait une victoire majeure. Elle est cependant peu probable pour l’instant.

Sud : inchangé. Les forces russes sont sous pression et plutôt sur la défensive. Le général Rezantsev, commandant la 49e Armée a été tué dans la région de Kherson. C’est le 7e général russe tué (plus 3 colonels commandants de régiments/brigades tués et un suicidé) en un mois en Ukraine. Cela confirme l’activité ukrainienne dans la zone de Kherson et la présence de l’état-major de la 49e A venu du Caucase.

Donbass 

Marioupol est presque coupée en deux par la progression russe. Il n’est pas dit que la résistance ukrainienne s’arrête pour autant. Si la prise de la ville est inéluctable, une question majeure est de savoir dans quel état se trouveront la 150e Division d’infanterie motorisée, dont un groupement tchétchène, et la 810e Brigade d’infanterie navale après les combats. Il n’est pas évident que ces unités importantes puissent être réutilisées à court terme pour relancer l’offensive dans le reste du Donbass.

Dans la bataille du « saillant du Donbass », il semble que les Russes ont abandonné l’idée d’un encerclement de l’armée ukrainienne en contrôlant l’axe E105 entre Kharkiv et Dnipropetrovsk. Ils ne tiennent pas Kharkiv et ne pourraient sans doute pas contrôler cet axe de 250 km. S’ils ne renoncent sans doute pas à une poussée par le Sud, de Zaporijjia vers Dnipropetrovsk, ils cherchent pour l’instant simplement à repousser les forces ukrainiennes au-delà des limites des oblasts de Donetsk et Louhansk. 

Les Ukrainiens résistent par une manœuvre de freinage fondée sur des bastions urbains. Le coût en pertes et en temps pour s’emparer de chaque kilomètre est très élevé pour les Russes et alliés. Le 1er Corps d’armée DNR s’est épuisé à s’emparer de Volnovakha (20 000 habitants, et ville détruite) entre Donetsk et Marioupol et bute devant Mariinka, Kurakhove, Avdiivka et Vouhledar à proximité de la ville de Donetsk. Il en est de même dans le Nord du saillant avec la résistance à Yzium et à Severodonetsk (solide bastion de 100 000 habitants) et inversement une attaque ukrainienne en direction d’Horlivka, au nord de Donetsk. Même si Severodonetsk tombait entre les mains de la 8e A et du 2e Corps d’armée LNR, la ligne Sloviansk-Kramatrosk- Droujkivka- Kostiantynivka- Toretsk constitue un véritable front urbain de 70 km de long et 450 000 habitants, très difficile à prendre.

L’annonce pour une fois d’un objectif clair-la conquête du Donbass-signifie peut-être que celui-ci est considéré comme atteignable. C’est possible, mais ce sera quand même difficile, notamment si les forces ukrainiennes peuvent être renforcées dans la région.

Notes

En politique, quand on triomphe on s’en vante. Quand on envoie le numéro 2 du CEMA pour annoncer un succès et une inflexion majeure, c’est que cela n’est pas forcément perçu en interne comme un grand succès.

Le général Rudskoï a annoncé par ailleurs la destruction d’un gros tiers de l’artillerie et des deux-tiers des véhicules de combat blindés ukrainiens, un bilan sans aucun doute très exagéré. Les pertes documentées par Oryx, n'indiquent que 227 véhicules de ce type perdus, un chiffre important et forcément inférieur à la réalité mais on se trouve sans doute loin des 2/3 annoncés. On rappellera qu’un tiers des véhicules de combat russes perdus sont en réalité capturés par les Ukrainiens, soit au minimum 300 engins pour la plupart réutilisables par les Ukrainiens.

Quand on examine les chiffres de destruction de véhicules le long de la semaine par le site Oryx au cours de la semaine, on s’aperçoit qu’en 8 jours les Russes ont perdu 170 véhicules de ce type pour 38 ukrainiens. Les pertes journalières en véhicules de combat blindés ont tendance à diminuer des deux côtés surtout du côté ukrainien. Les pertes en pièces d’artillerie ont en revanche plutôt tendance à augmenter également des deux côtés (30 pièces russes en huit jours pour 100 auparavant, 14 ukrainiennes pour 29 avant), ce qui témoigne aussi de l'importance croissante de cette arme dans des combats plus statiques et sans doute aussi plus de contre-batteries.

De la même façon que les remplacements en cours ont tendance à diminuer le capital humain de l’armée russe. Il en est apparemment de même pour les matériels remplacés par des matériels anciens récupérés dans les stocks.

Partir à l’anglaise, c’est partir sans le dire ; partir à la russe, c’est dire très fort que l’on part alors que l’on reste. Les Russes ont ainsi annoncé à plusieurs reprises leur retrait de Syrie alors qu’il ne s’agissait que de relèves des forces. Les Russes annoncent qu’ils se concentrent sur le Donbass, mais ne renoncent à rien pour l'instant. 

71 commentaires:

  1. Merci Monsieur Goya pour vos points de situation journaliers clairs et précis.
    On apprend beaucoup en vous lisant.
    Continuez s'il vous plaît.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,

    "Les pertes en pièces d’artillerie ont en revanche plutôt tendance à augmenter également des deux côtés (30 pièces russes en huit jours pour 100 auparavant, 14 ukrainiennes pour 29 avant). Je ne sais pas comment interpréter ces tendances."

    Ne serait-ce pas simplement qu'avec un front plus statique, les pièces d'artillerie ont un rôle plus important et deviennent, de fait, des cibles de plus grande valeur ?

    Cordialement

    RépondreSupprimer
  3. Merci Monsieur Goya. Question 1: Peut on réellement se fier à une source comme Oryx ? Question 2: Les missiles hypersoniques sont ils réellement "un game changer" si demain ils sont lancés contre un porte avion par exemple ? Cordialement!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On peut effectivement se fier à Oryx. Ils vérifient chacun des "kills" attribués par comparaison visuelle avec ceux enregistrés avant et avec vérification qu'il ne s'agit pas de vieilles photos.
      Par contre, en raison de la petite taille de leur équipe, ils ne peuvent réaliser des enregistrements que pour un nombre limité d'engins par jour. De mémoire, c'est entre 50 et 100 véhicules vérifiés chaque jour. Régulièrement d'ailleurs, les chiffres des différentes armées sont mis à jour, ce qui a fait bondir de joie les kremlinbots lorsqu'ils ont vu les pertes ukrainiennes augmenter de 20% en un jour. Alors qu'ils ne s'agissait en fait que d'une publication des pertes enregistrées ces derniers jours.

      Supprimer
    2. c’est sur la base de photos… et les militaires russes n’ont pas d’appareils ni téléphone… donc je vous laisse imaginer le biais en ce qui concerne les pertes ukrainienne.
      Et le site manifeste sont parti pris en demandant l’envoi d’arme aux ukrainiens…
      Ils vous en faut beaucoup plus pour réaliser?

      Supprimer
    3. Le site Oryx ne peux effectivement pas être complètement fiable. D'une part il a un parti pris même si l'auteur turc vient plutôt d'un pays neutre. D'autre part, les photos étant essentiellement prises par des civils ukrainiens, les pertes russes sont moins montrées.

      Néanmoins, cela reste très intéressant pour étudier les tendances. Pour constater les versions de matériels détruits (de plus en plus vieux ou de plus en plus récent ?) et pour estimer la localisation de ces pertes.

      Ce site est certainement l'une des meilleures sources d'information grand public disponible. Demain nous pourrons faire le bilan de la guerre et constater de combien le site Oryx s'est trompé mais pour l'instant il faudra sans doute s'en contenter, avec les précautions qui s'imposent. Néanmoins comme le précisait le colonel Goya dans je ne sais plus quel article, les réseaux sociaux font de ce conflit l'un des plus ouvert jamais connu.

      D'ailleurs on peut constater que la carte des opérations présentée par l'armée russe est très proche de celles des spécialistes OSINT sur Twitter et paradoxalement beaucoup plus pessimistes que les cartes présentées par certains thuriféraires de Poutine qui montre d'immenses pans de l'Ukraine aux mains des Russes.

      Supprimer
    4. Il y a toujours des civils une fois le terrain occupe par les russes donc toujours des photos. Au mieux, il y a une semaine de delai supplementaire pour une perte ukrainiene, le temps que le front bouge.

      Ce qui est plus difficile c'est d'evaluer les morts et blesses. Les russes ont l'air d'abandonner facilement leurs vehicules.

      Supprimer
    5. fowpo, les informations fiables à 100% durant un conflit comme celui-ci sont celles que possèdent les forces de sécurité et sont par définition "classées" et donc inaccessibles pour le commun des mortels, au moins jusque la fin de la guerre,
      le site Oryx comme dit précédemment n'est pas fiable à 100%, néanmoins, son travail de recoupement d'information et de vulgarisation est appréciable, et tente au moins d'apporter des faits tangibles (photos...)
      C'est plus objectif que de dénoncer un fantomatique bataillon Azov qui tiendrait un pays de 44 Millions d'habitants à lui tout seul..... On attend toujours les photos .

      Supprimer
    6. Non aucune 8nfo n est fiable dans un conflit mais on peut voir des tendances mais il faut être prudent.

      Si le pouvoir russe vacillait alors l armée russe tomberait sans combat.


      Actuellement cette guerre ne tient plus que sur les menaces contre les troupes russes de la part des supérieurs qui ont un pistolet sur la tête.

      Cela pourrait ne pas durer longtemps les commissaires politiques ne sont plus.

      La guerre risque de prendre un fort tournant psychologique et le soldat russe peut craquer ce qui mettrait fin de facto au conflit attendons.

      Dans le sud l Ukraine devrait se concentrer sur la destruction de la 58eme armée si cette armée tombe le reste devrait faire domino....

      Supprimer
    7. Il y a encore des commissaires politiques puisque putin a envoyé des unités spéciales pour régler leur compte aux récalcitrants. Et, elles vont avoir du boulot puisque des soldats russes au niveau d'une des unités qui encerclent Kiev ont tué leur général en lui roulant dessus avec un tank alors qu'un autre général russe s'est suicidé toujours dans une des unités autour de Kiev.

      Supprimer
  4. La question pour les ukrainiens est l'aspect logistique; Comment remplacer du matériel lourd perdu dans le Donbass sans que l'aviation et les missiles longue portée russe ne pilonnent les convois ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dirais qu'il leur suffit justement de ne pas se déplacer en convois mais de disperser les camions dans le temps et l'espace.

      Supprimer
    2. D'ailleurs on ne bombarde probablement pas des convois avec des missiles longue portée. Ça voudrait dire qu'au moment où le missile décolle il faut être sûr que le convoi sera précisément à son point d'atterrissage une heure plus tard. J'imagine que les missiles de longue portée ne servent qu'à viser des cibles un minimum statiques

      Supprimer
  5. Les missiles de croisiere longue portee frappent les objectifs en utilisant les coordonnées Glonass (GPS russe) ce qui ne doit pas être plus précis que quelques mètres
    Après des autodirecteurs a imagerie radar, visible ou infrarouge peuvent guider les missiles avec une précision mieux que le mètre mais il faut avoir l image de reference de la cible pour la comparer en temps réel avec celles obtenues par le radar ou la caméra de l autodirecteur
    Dans ce cas l image de référence est obtenue par des satellites radar visible ou infrarouge ou des avions de reconnaissance devant pénétrer l espace aérien de l adversaire

    RépondreSupprimer
  6. Bonjours et merci pour votre blog.
    Mykolaiv semble tenir et repousser les forces russes .
    Peut on dire qu'Odessa peut respirer ? Au moins quelques temps ?
    Kherson pourrait elle être reprise ou bien les Russes la considèrent elle comme un verrous stratégique dans leur opération ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Kherson est un verrou, qui bloque à la fois le chemin vers la Crimée et vers Melitopol. Mais les distances sont longues, et les ukrainiens ne semblent pas avoir les moyens de mener des offensives sur de longues distances (on peut voir ça autrement : eux ne vont pas au delà de leurs capacités de ravitaillement).

      La Crimée est plus proche, mais y aller pourrait donner un prétexte aux russes pour passer en guerre totale (ils ne sont pas en guerre totale, juste en OPEX de masse, contrairement aux ukrainiens). Melitopol est plus loin, mais ouvrirait le chemin vers le littoral de la mer d'Azov, si critique pour les russes. Après, je ne suis pas au QG ukrainien. Ce sont juste les deux chemins que je vois.

      Supprimer
  7. Vous avez raison de souligner que les annonces de redéploiement ne préjugent de rien mais en Syrie, c'était sous des motifs diplômatiques. Ici , il faut se justifier sous la pression militaire. Si ramener "les frères ukrainiens" au sein de la sainte russie est le projet de sa vie pour Poutine, la seule chose sur laquelle lui et ses soutiens ( non, il n'est pas isolé dans son bunker) ne peuvent transiger, c'est leur pouvoir sur toute la Russie. Ils peuvent parfaitement renoncer à une bonne partie du projet initiail s'ils estiment le morceau trop indigeste à avaler. Ils n'ont de compte à rendre à personne chez eux et on connaît leur art à expliquer que blanc est noir ou inversement . Côté négociation, Poutine se contante d'exiger des Ukrainiens qu'ils donnent servilement ce qu'il n'a pas pu leur voler. Ce qui dévoile à minima une volonté de ne pas aboutir ou un mépris et une méconnaissance totale des réalités psychologiques

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour
    Les russes ont utilisé les 2/3 de leur stock de missiles.
    En combien de temps peuvent-ils le régénérer "en régime normal" = sans augmentation drastique de la production ?
    Voit-on un augmentation de production des usines d'armement russe ?
    Les misilles sont des armes à haute technologie. L'embargo sur puces électroniques peut-il poser des pbs d'approvisionnement ou les russes peuvent-ils trouver des dérivatifs aux puces occidentales en Chine ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On rapporte que pour un Exocet, il faut trois ans entre la commande et la livraison à la Marine nationale.

      Supprimer
    2. Croyez vous l'on fasse l'embargo hors de l'occident ?

      Supprimer
    3. Simple réassort en missile ou autre est quasi impossible en temps guerre ce sont des armes trop complexes à produire.

      Supprimer
    4. Ils ont un stock infini d'obus et de missiles anciens moins sophistiqués. Très probable qu'ils soient capables d'en refabriquer une partie rapidement, même s'ils sont un peu bricolés Non, Improbable que les bombardements arrêtent faute de munitions.

      Supprimer
    5. Oui oui un stock infini...
      Ah les préjugés sur l'armée russe, je ne sais pas ce qu'il faut encore à certains pour qu'ils tournent la page de l'URSS et comprennent que les stocks sont pour l'essentiel des chiffres, dans la réalité pas grand chose n'est opérationnel car ces stocks servent depuis 30 ans pour pièces détachées à l'armée russe et à l'export.
      C'est bien beau d'avoir 100 avions sur le tarmac en se disant que c'est du stock alors qu'il n'en reste que la structure et que vous n'arriverez pas à les remettre en état ou que vous ne pourrez pas. Sauf une infime partie qui sera bricolé mais qui ne pourra pas être soutenu bien longtemps.
      Et comme la maintenance est bien faite, souvent on a besoin des mêmes pièces, donc ça contribue encore plus à rendre un stock inopérant, car vous allez avoir 100 matériels à qui il manquera la même pièce et non pas un matériel sur lequel on aura pris 100 pièces.
      L'attrition arrive vite dès lors que l'industrie ne produit plus rien et que vous n'avez pas le personnel formé.
      Les stocks russes sont pour l'essentiel à ciel ouvert et soumis à la rouille.

      Les munitions de l'URSS ne sont pas en parfait état. Un missile ou tout autre roquette propulsée, c'est environ 15 ans de conservation, dans un environnement optimisé.
      Donc non les russes n'ont pas cette masse de munitions qu'on imagine héritée de l'URSS, pas plus qu'ils n'ont des masses de munitions de 7.62 (Kalash) qu'ils ont largement refourgué à l'occasion depuis qu'ils sont passé en 5.45...
      Idem d'ailleurs pour les Kalash au passage. Ce qui s'est passé en Europe de l'Est après la fin de la guerre froide, s'est passé aussi en Russie.

      Supprimer
    6. Je confirme au moins pour l'aéronautique : en raison de l'embargo en cours, leurs fournisseurs sont Airbus et Boeing, l'aviation civile russe manque déjà de pièces de rechange. Ils vont sans doute se servir sur les avions loués aux compagnies occidentales et coincés sur les tarmacs russes puisque Poutine a interdit leur retour. Dans deux mois ils n'auront plus rien et ne pourront rien fabriquer puisqu'ils ne fabriquent pas de composants aéronautiques au sens large du terme.

      Supprimer
  9. Bonjour. Hier il y a eu des messages concernant la destruction des ponts, et, je me pose la question de la destruction du pont de Crimée reliant la péninsule de Kertch à la péninsule Taman. Apparemment sa protection est assuré par une surveillance satellite, 4 bateaux militaires et je suppose des contrôles militaires terrestres. Kertch est à 300 km de Kherson et à 500 km d'Odessa. La mer d'Azov a une profondeur de 9 m puisque c'est une sorte de lagune fluviale. la structure et l'architecture du pont telles qu'on peut les voir sur Internet n'ont l'air d'avoir rien de spécial, c'est pas la prouesse technique du pont de Millau. Et comme cette semaine il y a eu des attaques sur des bateaux russes au port de Berdiansk. J'aimerais bien qu'un militaire m'explique si c'est possible ou pourquoi ce n'est pas possible. Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'un point de vue technique ça ne semble pas impossible. D'un point de vue tactique et opératif cela aurait peut être du sens, d'un point de vue stratégique pas sûr que ce soit productif. Le pont relie un territoire Russe à un territoire que la Russie considère comme sien... Le pont est donc de fait un territoire Russe... Malgré le fait que l'Ukraine soit engagée dans une guerre totale il n'est pas sûr qu'elle souhaite que les Russes se considèrent également dans une guerre totale...

      Supprimer
    2. Bonjour,

      La destruction du pont de Crimée :
      - au point de vue politique : ne pose pas plus de problème que les frappes sur l'aéroport militaire au début du conflit ;
      - au point de vue stratégique : n'aura probablement pas beaucoup d'effet, on a vu que les Russes débarquaient beaucoup de matériel à Berdiansk et il doit y avoir un certain stock en Crimée ;
      - au point de vue tactique : je ne suis pas sûr que les Ukrainiens aient des missiles de cette portée, il me semble avoir lu que la frappe sur Berdiansk était à peu près en limite pour un Tochka; le pont de Crimée est beaucoup plus loin et encore faudrait-il le toucher si la portée est là.

      Cordialement

      Supprimer
    3. Merci pour votre réponse. N'ayant aucune compétence militaire j'ai toujours tendance à croire que tout est faisable mais bon comme je suis aussi tendance St Thomas j'ai vérifié la portée d'un Tochka, 70 à 120 km, et la distance Berdiansk-Kertch, 160 km environ. Donc vous avez raison le Tochka c'est pas possible. Et vous avez encore raison de dire qu'on est pas sur de toucher le pont avec un missile. Dommage !

      Le pont de Crimée a été conçu par les russes pour bloquer l'accès aux ports de Berdiansk et Marioupol des navires de commerce puisque sa hauteur est faible 33m. De plus les bateaux ne peuvent passer qu'a un seul endroit sous ce pont. Le pont comprend une autoroute, une voie de chemin de fer et un passage pour piétons.
      Débarquer du matériel à Berdiansk plutôt qu'a Sébastopol permet de gagner environ 350 km de distance. Est-ce que ce gain de distance peut être intéressant au point de vue militaire ? pour alimenter par ex plus rapidement les russes de Marioupol et du Donets ?

      Supprimer
  10. Bonjour à tous, pour ma part je pense que la destruction, même très partielle, du pont reliant la crimée devrait être un objectif, mais je rêve peut-être ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je pense qui j'y on pensé. Si ils ne l'ont pas fait il doit il y avoir une raison.

      Supprimer
    2. peut-être la crainte de fournir à Moscou le prétexte pour une frappe nucléaire...

      Supprimer
    3. Au point de vue militaire cela voudrait dire quoi une guerre totale pour la russie ? sachant par ailleurs que putin vend à sa population une opération spéciale et pas une guerre, il aura donc bien des difficultés à décréter une mobilisation générale. Quant au prétexte pour déclencher une frappe nucléaire, les russes peuvent trouver plein d'autres prétextes, par ex l'agression ''des nazis ukraniens'' sur le Donbass futur territoire russe après référendum. Ne prenant pas non plus les ukraniens pour des idiots, j'essaye juste de comprendre pourquoi rien n'a été fait sur ce fameux pont. En tout cas merci pour vos réponses actuelles et j espère futures.

      Supprimer
  11. Bonjour à tous, bravo mr Goya pour votre analyse. Une question. Si d'après vous les Russes ont déjà utilisé les 2/3 de leur stock de missiles balistiques/croisière, que se passera-t-il d'ici qqs semaines quand, au même rythme, ils auront tout épuisé ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que ça signifie ? Ben que la Russie se mettra à se concentrer sur le Donbass à portée des canons et LRM.

      C'est le parfait déroulé du plan qui se passe comme prévu...

      Supprimer
  12. il m'a semblé voir un début de fuite de citoyens russes de la Crimée vers la Russie. Si c'est le cas, cela signifierait que les locaux russes craindraient de voir les forces ukrainiennes tenter de s'emparer assez vite de la Crimée. En savez-vous davantage?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non la Crimée restera russe parce même si Poutine saute les ukrainiens n ont pas d'intérêt à jeter de l huile sur le feu.

      Quand la défaite sera la il faudra ménager les russes parce que c est l intérêt de tous de rester en bons termes avec les russes y compris les ukrainiens.

      Cette guerre stupide emmerde tout le monde. Elle est la volonté d un homme seule et de son équipe inféodée. Cette clique sait qu elle va sauter...

      Mais leurs remplaçants auront besoin d un soutien fort sinon ce sera réparti pour un cycle et le réchauffement climatique va créer des tensions telles que il faut rester calm cool

      Supprimer
    2. le président ukrainien a signé en mars 2021 un décret de reprise de la Crimée...(selon Jacques Baud : https:/ /www-lequotidien-re.cdn.ampproject.org/c/s/www.lequotidien.re/actualites/societe/obligation-vaccinale-des-agents-publics-le-tribunal-annule-les-suspensions/amp/)

      Supprimer
    3. au temps pour moi, le bon lien est là : https://www.youtube.com/watch?v=noqlx0B6evo&ab_channel=SudRadio
      désolé pour l'erreur de manip.

      Supprimer
    4. Peut être qu'en effet le président ukrainien a signé un décret mais techniquement le plupart de la communauté internationale ne reconnait pas l'annexion de le Crimée. Pour la plupart des pays européen la Crimée est encore ukrainienne...

      Supprimer
    5. Bonsoir. D'après un article de ukrinform.net il y aurait actuellement une conscription obligatoire en Crimée, et, les départs pourraient être la conséquence de cette conscription. Mais j'ai aussi vu passer sur Twitter cette semaine des messages indiquant un renforcement des contrôles militaires à l'entrée du pont de Crimée pour éviter le départ massif de russes retournant chez eux.
      Après en 2014 il y a eu un référendum en Crimée dont le résultat a été une demande d'intégration à la russie, quel est la validité de ce référendum je ne sais pas.

      Supprimer
    6. Au sujet de Jacques Baud, bien comprendre que celui ci, qu'elles que furent ses responsabilités, est connu pour son soutien inconditionnel a Moscou et plus largement pour les thèses conspirationnistes ,ce qui incite à examiner avec une extrême prudence les informations qu'il prodigue.

      Supprimer
    7. À propos de Jacques Baud, son assertion que la guerre est une instrumentalisation des Ukrainiens – de leurs dirigeants – par les USA me semble juste une évidence. Actuellement l’OTAN fait la guerre à la Russie. Avec des Ukrainiens. Il suffit de regarder un site comme flightradar24.com pour trouver des avions de guerre électronique US, anglais et italiens volant en hippodrome. L’OTAN est cobelligérante de fait.

      Supprimer
    8. Ca "vous semble juste une evidence"...
      Moi, ca me semble juste lié à une méconnaissance des événements depuis la fin de la Guerre Froide, du fonctionnement des démocraties et un relai aveugle de la propagande russe.
      Comment est la météo à St Pétersbourg?

      Supprimer
    9. Mais vous ne dites rien, là !
      Les analyses de Jacques Baud sont reprises par le CF2R :
      https://cf2r.org/documentation/le-point-sur-la-situation-militaire-en-ukraine-au-25-mars-2022/
      Tous des suppôts de Moscou, le CF2R, c'est-à-dire de l'URSS ?

      Supprimer
    10. Vous n'apportez rien, là!

      Le Cf2r est juste le site hébergeant l'article du Col. Baud.
      Ce qui n'est en aucune manière un garant de sérieux dudit article.

      Son analyse est discutable sur plusieurs points.

      Un exemple: longue description des "nazis" qui dirigent l'Ukraine et de leur volonté d'opprimer la minorité russe. On aurait pu penser que Poutine aurait pu exiger, avant d'entrer en guerre, la tenue d'un référendum dans les provinces contestées, encadré par l'UE ou l'ONU? Des moyens de régler le problème, de proteger les droits des citoyens ? Ben non. Il a exigé le remplacement du gouvernement d'un pays étranger, son desarmement. Sans compter l'ultimatum lancé à l'OTAN demandant le désarmement des pays qu'il juge trop proches, comme la Roumanie et la pologne.

      Avec des demandes aussi irréalistes, pouvait il être question de paix? Il s'enfermait lui meme dans une logique de guerre.

      La conclusion de Baud est un exemple parfait du "whataboutisme": les "autres" font ou ont fait des choses pas bien (bon, il met dans le meme panier tous les autres pays autres que la Russie et il tord bien le bras aux faits pour qu'ils correspondent à son narratif, mais passons), donc la Russie est parfaitement justifiée à faire des horreurs.

      Je ne cherche pas à vous convaincre: vous prendrez vos 30 deniers (ou vos roubles) et vous arrangerez avec votre conscience. C'est juste pour illustrer pour les lecteurs.

      Supprimer
    11. « la Russie est parfaitement justifiée à faire des horreurs »
      La politique poursuivie par les gouvernants ukrainiens depuis 2014 à l'égard des russophones, c'est le nettoyage ethnique. Les "horreurs" ont été initiées par ces gouvernants.

      Les lecteurs sont invités à consulter l'analyse de Jacques Baud et à juger par eux mêmes, par exemple :
      https://cf2r.org/documentation/le-point-sur-la-situation-militaire-en-ukraine-au-25-mars-2022/
      ou :
      https://www.sudradio.fr/monde/jacques-baud-on-a-instrumentalise-lukraine

      Supprimer
  13. Il devrait y avoir le même compte rendu coté ukrainien, pour faire contre poids, car bien sûr, venant de russie, tout n'est pas bon à prendre.
    On en trouve des journaliers, fait par l'état major ukrainien, traduit en Français, sur twitter ou mieux Télégram!

    RépondreSupprimer
  14. Merci mon Colonel pour vos points de la situation quasi-quotidiens.

    Depuis quelques temps j'ai cessé de m'informer auprès des chaînes TV ou de la presse grand public (Le Monde Libé Le Fig ...) pour m'informer sur votre site (que je suivais par ailleurs depuis quelques années), c'est beaucoup plus clair et précis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. https://t.me/NewsUkraineFR
      https://t.me/UkraineNowFrench
      https://t.me/ukrainelivefrance
      Faut installer telegram avant!

      Supprimer
  15. Bonsoir Monsieur Goya,
    Merci pour vos analyses qui sont d’une rare clarté.
    Pourrais-je avoir l’adresse, sur Twitter ou Telegram, du compte rendu journalier fais par l’État major Ukrainien, en français ou en anglais.

    RépondreSupprimer
  16. Bonsoir,
    La carte présentée au JT de la télé russe montre une très grosse différence avec celles que nous voyons en occident. Est-on certain de la validité de ces dernières ? Sont-elles également "optimistes" ou confirmées par des observateurs fiables ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'après les russes, ils sont déjà à Berlin et seront à Paris dans 48h, l'armée russe c'est la plus forte, tout le monde la craint et elle écrase tout sur son passage grâce à ses armes ultra méga giga modernes.
      J'exagère... à peine

      Supprimer
  17. On peut douter aussi de la validité des cartes russes..

    RépondreSupprimer
  18. pour essayer de répondre au sujet de la destruction du pont :
    il me semble qu'il a aussi pour fonction d'acheminer de l'electricité...

    Est-ce que le détruire c'est avant tout punir (ou braquer) une population qui aura été la 1ère à subir une invasion... ?
    On connaît l'état d'esprit de la population de la crimée ? ... je n'ai jamais croisé l'info...

    cdlt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne serait ce pour marquer r toutes les destructions commises par la Russie, oui, je détruirais ce pont

      Supprimer
    2. Faut savoir, soit disant le referendum pour être russe, fut un plébiscite....;)

      Supprimer
  19. Bonjour. L'idée n'est pas de braquer la population civile de Crimée mais de bloquer les bateaux militaires russes qui bombardent, désolé si je n'utilise pas le bon terme militaire je suis juste un pékin de base, Mariopoul depuis la mer d'Azov et utilisent le port de Berdiansk pour décharger du matériel militaire en provenance soit de Sebastopol soit de Novorosiisk.
    Compte tenu des informations provenant de la marine marchande, on peut dire que la marine russe défend vigoureusement l'entrée de la mer d'Azov puisqu'elle a coulé tous les bateaux de commerce qui ne s'étaient pas détournés vers les ports russes de la mer d'Azov ou de la mer Noire. Encore une fois, elle ne respecte pas le droit international en prenant en otage les navires de commerce, les équipages et les cargaisons.
    Source : International Maritime Organization

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attention, il ne faut pas se poser autant de question, car les armées venues de crimée ont envahi l'ukraine, des avions décollent tous les jours et des missiles sont tirés de la crimée, alors à la place de l'ukraine je ne me poserais pas de question!

      Supprimer
  20. Le pont de Crimée n’a effectivement rien à voir avec le viaduc de Millau. Du massif, assez bas de tablier, difficile à casser et facile à réparer. Une construction de type infrastructure militaire qui laissait présager son utilisation actuelle.

    Sinon, les Russes épuisent leurs stocks énormes datant de l’URSS. Pour les blindés comme pour les munitions, ils consomment ce qui aurait été ferraillé ou mis au rebut à brève échéance. Calcul qui indique qu’ils prévoient une guerre longue.

    Un point que je ne comprends pas : le ravitaillement semble toujours arriver à Kiev par rail. Or, une ligne de chemin de fer, ça se bombarde. Depuis les environs d’Irpin, ça semble possible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ou alors les stocks d'armes plus modernes ne sont pas non plus pléthoriques... Donc ils utilisent ce qu'ils ont...

      Supprimer
    2. Une ligne de chemin de fer, comme une piste d'aviation, se répare en quelques heures.
      On bouche les trous, on remet du ballast si on a le temps, un coupon de rail, 4 soudures et le tour est joué.

      Supprimer
    3. Sans doute, mais je n'ai lu nulle part que la voie de chemin de fer ait été coupée, même temporairement. Sinon les bombardements ce jour en arrière d'Irpin pourraient viser la liaison ferroviaire :
      https://liveuamap.com/en/2022/28-march-armed-forces-russia-attempts-to-break-through-defenses
      https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/88/Rail_Map_Ukraine.png/440px-Rail_Map_Ukraine.png
      Un doute toutefois sur les emplacements signalés comme bombardés.

      Supprimer
    4. Il y a un article dans railfreight.com
      Selon les chemins de fer ukrainiens, toutes les lignes de chemin de fer entre ukraine et russie avaient ete neutralisees par les militaires au 26 fevrier.
      Le journal donne en lien le site des CdF ukrainiens

      Supprimer
    5. « Mais le rail résiste malgré les bombes qui touchent régulièrement le réseau. "Nous réagissons et réparons les voies ferrées même sous les bombardements d'artillerie, tous les jours. Malheureusement, certains de mes collègues ont été tués", explique le directeur des infrastructures, Roman Chernitskyi. Jusqu'ici, 32 employés ont été tués et 23 sont blessés.»
      La situation ne semble pas avoir changé depuis le 14 mars. Détruire et re-détruire les voies de chemin de fer, par tous moyens, ça devrait être un objectif majeur pour les Russes. Or les trains circulent.

      Supprimer
  21. Pont de Crimée d'après sources OSINT : depuis le 26 mars, le pont de Crimée est gardé par la Rosgardia qui interdit le passage de la Crimée vers la Russie pour éviter la fuite des russes entrés illégalement depuis 2014. Dans l'autre sens c'est une voie logistique vitale pour l'armée russe. La surveillance par drones a été renforcée. Les sociétés néerlandaises qui ont participé à sa construction ont communiqué les informations en leur possession. Les forces ukrainiennes ne peuvent rien faire parce qu'elles n'ont pas pour l'instant d'armement de portée suffisante pour l'atteindre ( DMZ vous avez raison !). Il n'est pas nécessaire de le détruire complètement mais il suffit de rendre inutilisable certaines zones pour empêcher son utilisation comme ''fil de ravitaillement'' et bloquer l'accès aux navires en mer d'Azov. Bonne fin de journée à tous.

    RépondreSupprimer
  22. Bonjour,
    Je tenais à vous remercier pour la qualité de vos analyses et leur fréquence. Face à cette situation très anxiogène, votre travail apporte un précieux éclairage qui permet de beaucoup mieux saisir la situation sur le terrain militaire. Merci !

    RépondreSupprimer