lundi 21 mai 2018

Tactimétrie


Du combat rapproché et du sport collectif : aujourd’hui, l’approche scientifique

Le 13 novembre 1960, au Stade Silvo-Appiani de Padoue, l’Inter Milan subissait une défaite humiliante en septième journée de série A. C’était la troisième journée sans victoire pour le nouvel entraîneur Helenio Herrera. Ereinté par la presse, Herrera remet tout à plat. A partir des observations des matchs (il note alors tout de la qualité de l’herbe des terrains aux tics techniques de ses jours en passant par les trajectoires des ballons) et de l’étude des idées des autres jusqu'à loin dans le passé, il met en place un nouveau système : le « catenaccio » (verrou), avec une défense renforcée grâce au libero et une capacité de contre-attaque verticale ultra-rapide, système qui va lui permettre de s’imposer dans le championnat italien et même en Europe, en prenant simplement moins de but (0,9 en moyenne par match contre 1,7 marqués pendant huit ans) que les adversaires. On en reparlera.

Ce qui est intéressant dans les sports collectifs pour qui étudie le combat, c’est qu’on s’y affronte aussi de manière directe et dans un cadre très contraint. Il y a peu d’innovations techniques dans les sports collectifs (de nouveaux ballons, quelques équipements personnels plus sophistiqués mais guère plus) et donc une obligation d’innover dans tous les autres champs. Ces innovations de structures ou de méthodes, de loin les plus nombreuses dans tous les domaines, surviennent après un changement de regard, parfois soudain par intuition, mais bien plus souvent par une analyse rigoureuse.

En 1977, l’historien Bill James publie Baseball Abstract, qui popularise l’analyse mathématique du base-ball (ou sabermetrics par référence à la SABR, Society for American Baseball Research, une société fondée en 1971). Il faut cependant attendre en effet le début des années 2000 et une grande nécessité, une très faible masse salariale pour un club de Major League baseball, pour que Billy Beane, le directeur-général des Athletics d'Oakland, l'adopte

Le plus intéressant de cette histoire (décrite en 2003 dans Moneyball de Michael Lewis et dans un film éponyme [ou « Le stratège »] en 2011) est que cette étude rationnelle a montré que les critères qui étaient utilisés « habituellement » par tous les clubs pour recruter des joueurs étaient complètement dépassés. On recrutait donc très cher des joueurs pour de mauvaises raisons, et par voie de conséquences, il était possible d’acquérir des joueurs en réalité plus performants mais sous-estimés. A partir de 2002, l’équipe atypique des Athletics a pu ainsi rivaliser avec les meilleures équipes de MLB avec une masse salariale trois fois inférieure, jusqu’à ce que les grandes équipes intègrent  à leur tour cette innovation (et le succès de Moneyball n’est pas étranger à ce retournement).

Ce qui est intéressant aussi c’est qu’en réalité cette méthode scientifique était déjà employée dans d’autres sports. Encore fallait-il regarder hors de son centre d’intérêt et son domaine de compétence pour trouver des idées nouvelles. Cette configuration mentale en T (compétence profonde + ouverture d’esprit), on pouvait dès l’époque de Baseball Abstractla retrouver  à Kiev chez Valeri Lobanovksi, entraîneur du Dynamo. Lobanovksi présentait la caractéristique, courante à cette époque en URSS, d’avoir été à la fois un bon joueur de football, médaille d’or de mathématique dans son lycée et diplômé d’ingénierie de chauffage de l’institut polytechnique de Kiev.

Lui aussi, lorsqu’il prend la tête du Dynamo en 1973 et comme Billy Beane plus tard, est confronté au problème du manque de ressources. Le football n’est pas prioritaire dans une URSS où les fonds sont centralisés et les joueurs sont de semi-amateurs qui doivent se confronter aux clubs professionnels européens (dont Saint-Etienne en demi-finale de Coupe d'Europe). Par nécessité (mais ce n’est pas le seul à devoir face au même défi) et par goût, il entreprend de remettre les choses à plat et de pratiquer un « football scientifique ». Lobanovski est le premier à utiliser les nouvelles technologies de l’époque (informatique, cassettes vidéos) pour accumuler le maximum de données sur ses joueurs, ceux des autres clubs, toutes les méthodes et systèmes de jeu utilisés par les autres. Il est le premier aussi à s’entourer de scientifiques, comme le Dr Anatoliy Zelentsov, spécialiste de bio-énergie (avec qui il écrit Base méthodologique du développement de modèles d’entraînements) mais aussi des psychologues et même des philosophes. Curieux, il s’intéresse aussi au fonctionnement du cirque de Moscou ou le Bolchoï dont il tire de précieux enseignements.

A partir de toutes ces analyses, Lobanovski modélise le jeu (14 tâches individuelles pour les attaquants, 13 pour les défenseurs, 20 actions de coalition) et définit un modèle de jeu jugé optimal (où l’aléatoire est réduit au maximum) avec les joueurs dont il dispose : un 4-4-2 avec milieu en losange et des schémas collectifs appris par cœur par drill. S’appuyant à l’époque sur une grande longévité de joueurs (et de l’entraîneur), Lobanovski fait du Dynamo une « machine » remarquablement bien organisée et performante jusqu’au moment où ses innovations sont copiées, son système de jeu étudié et contré. Surtout l’environnement économique et sociologique change radicalement avec la fin de la guerre froide et il ne peut plus bénéficier de la stabilité nécessaire à l’efficacité du système.

Le monde militaire sait aussi parfois faire des observations rigoureuses du réel et elles donnent souvent des résultats surprenants. A la fin du XVIe siècle, Maurice de Nassau qui dispose lui aussi de ressources limitées face à la puissante Espagne fait analyser rationnellement le combat de l'époque. Il en déduit une optimisation du comportement des hommes sur le champ de bataille, matérialisé par les fameuses planches où, trois siècles avant le taylorisme, les gestes des soldats sont découpés et minutés. S’il mécanise le comportement des hommes, il assouplit le fonctionnement des unités de combat et en obtient une « productivité tactique » très supérieure à ce qui fait alors. 

Si Maurice de Nassau est un enfant de la Révolution des sciences (exactes) de son époque, Ardant du Picq, moins de trois siècles plus tard, accompagne la naissance des sciences humaines. Il est le premier à s’intéresser scientifiquement (par le biais d’enquêtes et de sondages) au comportement des hommes sur le champ de bataille. Notons qu’il agit ainsi en amateur éclairé, de soldat qui va vers les sciences, et qu’il perdra la vie au cœur de son domaine d’étude. 

Quelques dizaines d'années plus tard, à la fin des années 1930 puis dans les années de guerre, une analyse rigoureuse du combat d’infanterie « tel qu’il se pratique » aboutit à des observations étonnantes, en particulier celle que montrait que tout, ou presque se passait à moins 400 mètres. Dans ces conditions, il n’était pas forcément utile de disposer de munitions capables de frapper avec précision jusqu'à 800 mètres. Avec des munitions moins puissantes que celles des fusils mais avec un peu plus que celles des pistolets mitrailleurs, il devenait possible de concevoir une arme capable de tirer au coup par coup ou en rafale sur la majorité de l’espace de combat d’un fantassin. C’est ainsi qu’est né le fusil d’assaut, dont la variante AK-47 et ses dérivées ont eu une influence forte sur l’évolution du monde. L’observation des combats aériens au Vietnam a mené à une révolution des méthodes d’entrainement des pilotes américains et un accroissement spectaculaire de leur efficacité.

L’observation des choses ne débouche pas forcément sur des changements profonds mais elle s'avère toujours utile ne serait-ce que pour confirmer que le système en vigueur fonctionne bien, en attendant, en combat comme en sport, les adaptions de l'adversaire. Cette observation peut être surtout, on l’a vu, la source d'innovations radicales ou même de rupture. Dans ces conditions pourquoi ne le fait-on plus régulièrement voire de manière permanente ?

En premier lieu, parce que cela demande des ressources et des efforts, ces mêmes ressources que l’on supprime en premier lorsqu’on veut faire des économies à court terme et que l’on préserve lorsqu’on réfléchit à long terme. En France, outre les initiatives de certains corps et unités élémentaires, le combat rapproché aux petits échelons est étudié par deux laboratoires principaux : les Commandement des opérations spéciales et la Direction des études et de la prospective (EDP) de l’infanterie, et particulièrement son Bureau études générales et doctrine. Ils font un travail remarquable mais leurs moyens, notamment humains, sont limités, loin de la Close Combat Lethality Task Force mise en place en février 2018 par le Département de la défense américain avec des moyens conséquents et directement rattaché au Secrétaire.Surtout, il faut en comprendre la nécessité et avoir conscience limites des habitudes et des croyances, qui sont destinées là-encore à être périmées un jour. Le vrai professionnel cultive le doute. 

Pourtant que d’économies, et avant tout en vies humaines, en observant, expérimentant, encourageant les exercices et les combats réels dans le détail. Où se trouve la banque de données qui compile les retex détaillés de tous les combats d’infanterie depuis cinquante ans ? Est-on capable d’expliquer en détail comment sont tombés les 600 soldats morts et les milliers de blessés  « pour la France » depuis la guerre d’Algérie et d’en tirer des enseignements ? Existe-t-il un équivalent à la Society for American Baseball Research consacrée au combat, une Académie du combat rapprochée qui rassemblerait autour des institutions des experts bénévoles (ou réservistes) militaires ou civils venus d’horizons divers ? Encourage-t-on les idées des chefs de groupe, de sections et de compagnie ? Comment peut-on expérimenter au plus petits échelons ? Avec quels moyens ? Existe-t-il des instruments de simulation efficaces du combat rapproché ? J’ai vu dans un manuel de la Seconde Guerre mondiale et réalisé moi-même (ce qui m’a été utile un jour) des études sur le comportement tireur-cible (combien de mètres peut-on parcourir face à un tireur en attente, surpris, etc.) pourquoi cela n'existe-t-il pas au niveau national ? Pratique-t-on des expérimentations bioénergétiques avec capteurs ? 
Il est temps de travailler comme au XXIe siècle.


Raphaël Cosmidis, Christophe Kuchly, Julien Momont, Les entraîneurs révolutionnaires du football, Solar, 2017.
Jonathan Wilson, Inverting the Pyramid: The History of Football Tactics, Orion, 2008.
Michael Lewis, Moneyball: The Art of Winning an Unfair Game, WW Norton & Co, 2003.

14 commentaires:

  1. Les règles du sport permettent de paramétrer une certaine tactique, mais à la guerre il n'y a pas de règle ni de terrain délimité (guerre-souterraine), et surtout à la différence du spectacle sportif, le publique participe directement. A ce moment là les règles d'engagement deviennent tellement nombreuse que la situation tactique à changé avant même que l'on est fini d'analyser le commencement. Au sport on connait d'avance le nombre de participant, et le matériel réglementaire, alors qu'à la guerre on ne peut qu'estimer le rapport de force, et si le brouillard de guerre est trop épais, c'est que l'adversaire a les moyens de faire très mal. Mais pour revenir aux mouvements tactiques du fantassin, je pensais que cela existait déjà, FELIN étant l'outil de coordination de ces mouvements, grâce à l'info-centralisation du système, permettant ainsi le renseignement et le commandement pour chacun des fantassin. L'embuscade qu'ont subis les américains dans un Oued du Niger, a été recréé en images virtuel, et permet de faire une analyse tactique sur ce qui s'est passé. Mais dans cette vidéo on ignore toujours la puissance de l'ennemi représenté par un brouillard rouge. Pour dire finalement que l'analyse tactique doit effacer les incertitudes, et si il n'y a pas d'incertitude, alors l'adversaire à peu de chance de s'en sortir puisque l'on peut anticiper ces capacités. Pour la question -"Combien de mètres peut-on parcourir face à un tireur en attente, surpris, etc?" On peut en effet faire des calcules spatiales ou cognitif, mais on pourra jamais prévoir(au début) si le tireur est un bon tireur, ou si il a un AK ou un Dragunov . Je pense perso que la guerre est très éloigné du sport, car à la guerre tous les coups sont permis, et que quand on perd on mange du plomb, ce qui bien sûr affect bien plus psychologiquement le participant et ses motivations, qu'un joueur de foot à 150 briques.

    RépondreSupprimer
  2. Réflexions personnelles.
    Bonjour, En sports collectifs, l'étude tactique se fonde sur des paramètres constants qui sont les dimensions du terrain de jeu, les règles à respecter par les joueurs, même si elles peuvent varier d'une saison à une autre, et la distribution des joueurs selon des postes fonctionnels. L'exemple le plus flagrant est le football américain et ses livres de skills qui tentent, dans la mesure du possible, de réduire la part du hasard dans l'application des schémas tactiques d'une équipe. En tant que téléspectateur ordinaire, en matière de tactique sportive, je me suis rendu compte de la priorité donnée à la défense pour toute équipe jouant la gagne, de la nécessaire condition physique supérieure des joueurs, ne serait-ce que pour exister sur le terrain, de la possession d'habiletés individuelles et collectives, comme diraient nos amis québécois, de l'animation d'une vie de groupe sur et en dehors de la surface de jeu, de la qualité et la quantité des équipements individuels et collectifs mis à la disposition des joueurs, de l'éducation permanente à la tactique des entraîneurs et des joueurs … ainsi que d'une foultitude d'autres paramètres.
    Il est possible de transposer ces constatations dans la zone des 400 m du combat d'infanterie, aux différences près que le champ de bataille est changeant à souhait, que les adversaires s'y présentent en effectifs variables à des moments plus ou moins longs, qu'ils peuvent agir de manière imprévue, voire déconcertante, que tout pour eux peut faire arme de guerre, qu'ils peuvent n'accorder qu'une importance variable, voire nulle, aux fautes qu'ils commettent, vu qu'il n'existe aucun arbitre de champ ou de touche … et que, parfois, ils ne possèdent pas de livrets de schémas tactiques.
    En guise de conclusion, nous laisserons les remarques de la fin au célèbre théoricien prussien de la guerre Carl von Clausewitz extraites de son ouvrage majeur De la guerre.
    " La plupart des innovations dans l’art de la guerre sont dues aux nouvelles conditions sociales et non aux inventions et aux nouvelles tendances d’esprit. "
    " La guerre est le domaine de l’incertitude ; les trois quarts des éléments sur lesquels se fonde l’action restent dans les brumes d’une incertitude plus ou moins grande. Plus qu’en n’importe quel domaine, il faut qu’une intelligence subtile et pénétrante sache y discerner et apprécier d’instinct la vérité. En raison de cette incertitude de toutes les informations, de toute base solide, et de ces interventions constantes du hasard, la personne agissante se trouve sans cesse placée devant des réalités différentes de celles auxquelles elle s’attendait. (…) "
    Bon week-end à tous.

    RépondreSupprimer
  3. Au vu des retex de l'exercice en Estonie, il va falloir mettre les bouchées doubles pour ne pas voir s'effondrer les compétences des jeunes soldats (jeunes urbains, n'ayant jamais campés et découvrant les éléments topos à l'armée alors que le gps c'est tellement simple à utiliser pour eux...).
    C'est vital !
    https://geointblog.wordpress.com/2018/05/02/developper-la-culture-du-geoint-dans-les-armees/

    RépondreSupprimer
  4. Je palrais de cet exercice: http://www.opex360.com/2018/02/24/gps-unites-de-larmee-de-terre-doivent-developper-capacite-a-sorienter-systeme-gps/
    Bon week end

    RépondreSupprimer
  5. > Pourtant que d’économies, et avant tout en vies humaines, en observant, expérimentant, encourageant les exercices et les combats réels dans le détail.

    Eh oui. toujours la dictature du cout terme (comme vous l'avez justement fait remarquer), qui pousse à l'immédiat "le nez dans le guidon" sans réfléchir.
    Pourtant, une petite cellule motivée étudiant le combat coûterait moins qu'une section de VAB, mais pourrait mettre l'armée à la pointe de l'innovation, à condition d'avoir des chefs jeunes à l'esprit "ouvert". Les membres vigoureux ne sont rien en l'absence de tête pensante.
    Bien cordialement. J'aime beaucoup vos réflexions.

    RépondreSupprimer
  6. En parlant d'analyse tactique, je pratique le wargame, et suis depuis longtemps surpris par la faible attraction des officiers français pour ces "simulations de guerre". Préfère-t-on faire du sport plutôt que penser ? Je suis un brin provocateur, mais l'analyse intellectuelle de la tactique ne semble pas être le fort des officiers français (en comparaison des Etats-Unis).

    RépondreSupprimer
  7. " La guerre est le domaine de l’incertitude ; les trois quarts des éléments sur lesquels se fonde l’action restent dans les brumes d’une incertitude plus ou moins grande. Plus qu’en n’importe quel domaine, il faut qu’une intelligence subtile et pénétrante sache y discerner et apprécier d’instinct la vérité. En raison de cette incertitude de toutes les informations, de toute base solide, et de ces interventions constantes du hasard, la personne agissante se trouve sans cesse placée devant des réalités différentes de celles auxquelles elle s’attendait. (…) "

    C'est juste, mais il ne faut pas exagérer non plus, et considérer qu'on ne peut pas tirer des enseignements et adopter des tactiques et doctrines gagnantes, en raison des incertitudes.
    Par ailleurs, la modélisation tient compte de certaines incertitudes, qui sont souvent statistiquement modélisables.
    En football aussi, les incertitudes existent bien. Pour autant, l'analyse scientifique peut rester largement gagnante dans l'ensemble (sur un grand nombre de matchs).
    a plus grande échelle (division, corps d'armée), les hasards tactiques deviennent assez négligeables, car incapables de peser sur une situation d'ensemble.
    Bref, ne pas prendre ce prétexte pour ne pas analyser et utiliser son cerveau.

    Merci pour vos réflexions enrichissantes !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. -"a plus grande échelle (division, corps d'armée), les hasards tactiques deviennent assez négligeables, car incapables de peser sur une situation d'ensemble."
      Au contraire, je pense que 1 homme peut seul changer une situation d'ensemble, aidé ou non par le hasard! Le pilote du swordfish dont la torpille a détruit le gouvernail du Bismarck en est un exemple. Le record du nombre de ponts détruits en une seul journée détenu par Robert Maloubier est un autre exemple. Le hasard peut être également un paramètre d'action à intégré, comme encore cet exemple d'un corps balancé à la mer par les anglais, afin que le hasard fasse que les allemands le repêchent est croient fermement aux fausses infos trouvés sur le cadavre, tactique de déception superbe par la création d'un faux hasard!... Mais c'est vrai qu'à notre époque on peut créer des algorithmes qui côtoient de très près le hasard,en frôlant juste le calcule chaotique qui mène au plantage, par un système de reboot automatique et ultra rapide, cet-à-dire que dès qu'une IA se retrouve devant une situation trop hasardeuse, chaotique, elle relance le processus d'analyse et obtient une nouvelle solution qui s'est servit du plantage précédent en l'intégrant dans la nouvelle analyse. Je pense particulièrement aux algorithmes de gyros-stabilisation inertiels que l'on trouve sur la Fusée Falcon 9 ou sur la flyboard, et où le hasard des calcules n'a pas lieu d'être. Transposé ces algorithmes à la tactique, et vous avez de très fortes probabilités de retomber sur vos pieds. Donc j'admets qu'aujourd'hui le hasard est très maîtrisé, mais que le hasard est par définition, jamais totalement prévisible. Il faudrait l'avis d'un matheux surtout, ce que je suis très loin d'être. En tout cas voilà un exemple récent de maitrise du hasard par des algorithmes: https://www.youtube.com/watch?v=xagyQFWcdms

      Supprimer
    2. Bonsoir, vous pourrez vous y mesurer si le coeur vous en dit... https://www.athena-vostok.com/de-lutilite-des-wargames-urban-oparations

      Supprimer
  8. Excellent article ! Comme d'habitude !

    RépondreSupprimer
  9. Vous évoquez d'excellentes pistes. Mais étant donné que les hommes politiques se refusent à jouer leurs rôles de décisionnaires, nous nous battrons sur notre sol et ce sera très sale comme toutes les guerres civiles.
    http://archives.polemia.com/article.php?id=758

    RépondreSupprimer
  10. Bonsoir monsieur Goya,
    Je suppose que vous l'avez déjà lu depuis longtemps, mais venant d'un "think tank" complètement en accord sur les réformes de l'outil militaire et le recours aux cabinets de conseil, je trouve que faire semblant de tomber des nues est fort de café : http://www.ifrap.org/etat-et-collectivites/combat-de-haute-intensite-ou-en-sommes-nous
    Votre démonstration est excellente comme à chaque article.

    RépondreSupprimer
  11. Ce type d'analyse a déja fait l'objet de multiples prototypes qui ont donnés quelques résultats dans le combat aéromaritime et aéroterrestre où le niveau de technologie est un discriminant fort de l'efficacité tactique et où le pion de combat tactique à des conséquences sur le combat de plus grand ampleur et où les combats sont aisément modélisables,

    Pour le combat aéroterrestre, on se heurte à différentes difficultés de modélisation de combat, des forces adverses mais surtout où l'efficacité de la somme des combats individuels n'est pas égale à l'efficacité du combat total.
    Je pense que la difficulté de l'armée de Terre dans ce domaine provient de la faible influence des officiers de formation scientifique dans les processus d'analyse mais il semble que le Cyber et la mise en place de Scorpion provoque une évolution.

    RépondreSupprimer
  12. Evolution certes louable mais qui reste à ce jour très modeste.
    L'armée de Terre fait des efforts pour avancer dans le domaine de la simulation, mais ces efforts mettront 50 ans à déboucher.
    Pour l'instant on paie grassement des industriels, qui nous enfument avec des simulateurs tout juste bons à reproduire le comportement d'un système d'arme dans un environnement vaguement réaliste, mais sans aucune intelligence ni AMI ni ENI, sans rien de solide derrière pour donner un caractère réaliste, ou du moins plausible, à la situation. ceci dit, même les éditeurs de jeux vidéos, aux moyens pourtant considérables, peinent à reproduire la réalité des comportements.
    Si nous voulons vraiment tirer bénéfice de la science dans ce domaine, et avant toute réalisation technique, il faudra impérativement passer par des études sérieuses (celles évoquées par l'auteur de cet article) que nous n'avons pas les moyens (humains) de réaliser.
    Bref rien de bien neuf, on se lance dans la simulation, mais à moitié, sans se donner vraiment les moyens de réussir. Donc on échouera, et SCORPION risque d'être le même FIASCO que FELIN.
    A court terme c'est embêtant (et très couteux), mais à long terme, nous finirons bien par en tirer profit. Il faudra simplement plusieurs générations d'outils.

    RépondreSupprimer