dimanche 10 février 2013

Gagner une guerre aujourd'hui- Colonel Stéphane Chalmin (dir.)


Gagner une guerre aujourd'hui est la réunion des réflexions de dix-neuf praticiens et experts, civils et militaires, Français ou étrangers, sur le thème du rapport entre les démocraties modernes, la France en particulier, et la guerre dans le monde de l’après-Guerre froide. Ce travail de longue haleine est l’œuvre du colonel Stéphane Chalmin, actuel chef de corps du Centre militaire de formation professionnelle de Fontenay-le-Comte, et dont il faut saluer la persévérance.

Le projet du colonel Chalmin, était « d'analyser un paradoxe : les armées gagnent des batailles mais les résultats diffèrent des objectifs fixés par les différentes parties. C'est une façon de questionner le rôle de l'Etat qui dispose d'un outil mais dont la volonté finale reste fluctuante. Pour qui, pourquoi nous battons-nous? Au final, les guerres donnent l'impression de ne pas pouvoir être gagnées ».

Le résultat, comme il est possible de le constater en lisant le sommaire, est riche et varié. Il précède évidemment l’opération actuelle au Mali dont le contraste avec la manière dont les opérations étaient conduites depuis la fin de la guerre froide témoigne justement du bien-fondé des doutes qui y sont souvent exprimés.

Ce qui me font l’amitié de me lire sur ce blog reconnaîtront les idées que j’y expose dans un article qui reprend une conférence donnée il y a deux ans et qui m’avait valu les foudres de ma très haute-hiérarchie. J’osais dire, à l’époque, que les réformes en cours dans les armées avaient un objet purement  économique et qu’elles pouvaient engendrer des coûts humains qui compenseraient sans doute les quelques gains budgétaires obtenus en supprimant des dizaines de milliers de postes et en « rationalisant» à tous crins.  

A lire de toute urgence.
Gagner une guerre aujourd'hui, Economica, 192 pages, 23 €.

Introduction générale
L’impuissance de la puissance militaire
Préambule du Général Vincent Desportes
Les forces morales, Alain de Benoist.
La France peut-elle encore gagner une guerre ?, Colonel Michel Goya

La nature des opérations a profondément changé
La place des guerres urbaines, Antonin Tisseron
La place du droit dans les guerres, Michel Deyra
Les limites de l’approche globale en Afghanistan, Olivier Hubac

Un environnement bouleversé
Les défis d’un monde polycentrique et déséquilibré. De l’Europe à
l’Occident, Jean-Sylvestre Mongrenier
La société civile et la guerre, Jean-Jacques Roche
De la guerre à l’intervention, de la victoire au succès, Christophe
Wasinski

Une légitimité remise en question
L’avenir de la guerre et des armées, Dominique Venner
Le Front moral de la guerre, Louis Gautier
Armée et démocratie : le réquisit d’une raison éthique consolidée,
Cynthia Fleury
Le « déni de la mort » dans les sociétés modernes occidentales et ses
conséquences sur la vision de la guerre, Frédéric Coste

Les acteurs doivent s’adapter pour obtenir la victoire
Gagner par l’artefact ? Le rôle de la technique dans la victoire, Joseph
Henrotin
Agir militairement en Afrique, GCA Jean-Paul Thonier
La régénération des nations. Schwitzer werden - la voie suisse –
Swissbollah, Bernard Wicht
L’introuvable patrie, Raymond Boudon
La force des démocraties, Élie Baranets
Les démocraties savent-elles encore gagner les guerres ?, Jacques Sapir

1 commentaire:

  1. Vaste sujet, vaste programme, vaste ambition ! Peut-on répondre à la question : " Pourquoi ? "

    RépondreSupprimer