lundi 27 septembre 2021

Pour le caporal-chef Maxime Blasco

Publié dans Le Figaro, ce jour.

Nous sommes dans la nuit du 14 juin 2019 au Mali. Ils sont trois dans l’hélicoptère Gazelle, Kevin et Adrien dans le cockpit et Maxime, le tireur d’élite, à l’arrière les pieds sur les patins. Tous les trois sont engagés dans un combat qui a déjà commencé depuis plusieurs heures contre une quarantaine de combattants djihadistes. Cela se passe mal. Dès son arrivée dans la zone, l’hélicoptère est accroché, percé et chute. Le crash est très rude et tous se retrouvent brisés à l’intérieur alors qu’un incendie menace de tout faire exploser. N’écoutant que son courage, qui lui disait beaucoup, Paco, le chef de bord de l’hélicoptère Tigre évoluant à proximité, décide de se poser à une cinquantaine de mètres de là pour tenter de récupérer ses camarades au milieu de la zone de combat. Voyant cela et les flammes qui montent, Maxime surmonte ses douleurs et va chercher ses deux camarades encastrés dans le cockpit. Ils sont incapables de marcher. Qu’à cela ne tienne, Maxime les traîne jusqu’au Tigre. Petit détail : l’hélicoptère Tigre n’a aucune capacité de transport. Les trois hommes s’accrochent donc comme ils peuvent au train d’atterrissage et tiennent à la force des bras pendant les cinq minutes de vol jusqu’à un lieu plus sûr. En tout, du crash au posé du Tigre, douze minutes de courage pur.

Vous en avez entendu parler? Il est probable que non, même si un petit reportage a été fait et bien fait. Éternel problème : la France a des hommes et des femmes ordinaires qui font régulièrement des choses extraordinaires loin de chez eux, mais peu le savent. Et quand par chance, on les voit sur le petit écran, on ne cite que rarement leur nom complet.

Maxime est tombé le 24 septembre dernier. Pour l’honorer complètement, on peut donc enfin dire son nom complet : Maxime Blasco. Pas sorti d’une grande école, pas riche héritier, pas joueur au Paris–Saint-Germain, pas influenceur sur Instagram, Maxime n’avait pas de chance de faire la une, sauf peut-être en passant par le Meilleur Pâtissier, son premier métier. En fait, la pâtisserie ce n’était pas son truc, son truc, comme beaucoup d’hommes et de femmes qui s’engagent dans un régiment de combat c’était justement le combat. Il a voulu une vie forte en échange du risque qu’elle soit brève et comme il était des Alpes, il s’est engagé au 7e bataillon de chasseurs alpins où il a trouvé ce qu’il cherchait. Dès sa première opération, en Centrafrique, Maxime a participé au combat de Batangafo au nord du pays les 4 et 5 août 2014. Ce combat très violent a fait au moins 70 morts parmi ceux qui avaient attaqué les soldats français qui n’avaient alors eu que deux blessés, sans doute pas assez pour que cela intéresse plus les médias que les fausses accusations de pédophilie dans la même région. Mais si on ne veut pas les voir et si l’armée ne sait pas les montrer, les bons combattants sont au moins reconnus en interne. Maxime Blasco, alors tireur d’élite, a reçu là la Croix de la Valeur militaire et sa première citation. Pour les non-initiés, c’est la version de temps de paix de la Croix de guerre, qui récompense de la même façon le courage au combat. Pour dévoiler la suite, Maxime Blasco en recevra quatre en sept ans.

Car bien entendu cela ne s’est pas arrêté là. Comme il était très bon, il a rapidement rejoint le Groupement de commandos montagne, ce qui se fait de mieux à la 27e brigade d’infanterie de montagne. À partir de là, il a rejoint tous les ans à partir de septembre 2016 et pour quatre mois à chaque fois, l’unité d’intervention aéromobile au camp de Gao au Mali. Il a donc enchaîné aussi les combats à terre ou depuis l’hélicoptère où il servait comme tireur d’élite, un rôle d’autant plus lourd que l’on voit qui on tue et qui est également essentiel dans des engagements où il faut à tout prix éviter de tuer des innocents. L’importance des tireurs d’élite est considérable dans notre armée, quasi stratégique quand on considère le poids d’une seule erreur. Clint Eastwood a fait un film sur l’un d’entre eux, mais Clint Eastwood est américain et Maxime Blasco était infiniment plus humble que Chris Kyle, mais tout aussi accroché à sa mission et à ses potes, refusant tout poste «tranquille» après ses blessures pour les rejoindre plus vite.

Plein de combats donc, dont un où il a stoppé un convoi ennemi à lui tout seul et cette fameuse nuit de juin 2019. Au bout du compte, Maxime Blasco est un des Français qui a fait le plus de mal à nos ennemis djihadistes. Le président de la République l’a même décoré de la Médaille militaire, il y a quelques mois seulement. Il faudra qu’on arrête un jour cette distinction aristocratique entre la Légion d’honneur pour les officiers et la Médaille militaire pour les autres, mais il faut que les Français se rendent compte que recevoir la Médaille militaire comme caporal-chef après neuf ans de service, c’est très exceptionnel. C’est recevoir une médaille d’or aux Jeux olympiques, mais discrètement.

Mais le combat est aussi forcément un risque. Pénétrer dans une zone de danger, c’est lancer un dé. Selon le résultat, on en sort le plus souvent indemne, on est parfois blessé dans son corps et son âme, on y perd aussi de temps en temps la vie. Le 24 septembre dernier, dans cette mission de reconnaissance près de la frontière burkinabé, le dé est mal tombé. L’ennemi n’était pas détruit après le passage des Tigre et il restait encore un homme pour tirer à bout portant sur Maxime, qui n’a sans doute et comme souvent, même pas vu qui lui tirait dessus. Comme les héros de l’Illiade, le puissant destin s’est emparé de ses yeux et son âme s’est envolée sans souffrir. Celle de son ennemi n’a pas tardé à le rejoindre.

Ce n’est pas parce que nos soldats tombent que nous perdons les guerres. Si nos soldats tombent, c’est parce que nous acceptons comme nation qu’ils prennent des risques, ce qui reste à ce jour le seul moyen de vaincre nos ennemis. Pour autant, ils sont peu nombreux ceux qui acceptent de pénétrer volontairement dans ces bulles de violence, quelques dizaines de milliers tout au plus. Ils constituent un trésor national qui mérite sans doute plus, plus de moyens, d’attention, de considération. À tout le moins, le minimum est de ne pas attendre qu’ils soient tombés pour voir qu’ils sont grands.

49 commentaires:

  1. Il manque un "si" à la première ligne du 2ème paragraphe.
    Même si ...
    Vous pouvez supprimer mon commentaire.
    Merci pour votre texte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Des soldats morts pour qui, pour quoi ... dans les sables du Sahara ou dans les montagnes afghanes ?
      Tués par des djihadistes créés, soutenus, armés, par des puissances étrangères à ces pays pour imposer le NWO ... djihadistes qui faisaient du bon boulot d'après nos élites politiciennes françaises ... RIP Maxime.

      Supprimer
  2. Merci beaucoup.
    https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/13h15/video-operation-barkhane-oh-p-ils-se-sont-crashes-images-et-recit-exclusifs-du-sauvetage-de-l-equipage-de-la-gazelle_4042649.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour cet article aussi...
      https://www.lefigaro.fr/international/la-plupart-des-soldats-francais-sont-tues-sans-voir-l-ennemi-comment-se-battent-nos-forces-au-sahel-20210925

      Supprimer
  3. La médaille militaire ce n'est pas rien ;c'est une haute décoration. Les généraux vainqueurs peuvent se la voir attribuer pour service exceptionnel.
    Elle est attribuée aux sous-officiers et militaires du rang ayant grand mérite ;ce qui ne les empêche pas d'avoir plus tard la Légion
    d'Honneur.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,
    pourriez-vous corriger la coquille les "pantins" de l'hélicoptère...

    RépondreSupprimer
  5. Très beau texte en forme d’hommage pour ce soldat d’exception qu’était le CCH Maxime Blasco. Merci Michel et paix à son âme

    RépondreSupprimer
  6. Merci pour cet hommage rappelant les valeurs d'un soldat mort pour la France loin des siens.

    RépondreSupprimer
  7. Bravo pour ce mémorandum de ce soldat du XXI° siècle. Mais en mettant en exergue vos mots "pas sorti d'une grande école " pourquoi l'Armée française ne l'a pas nommée sergent ? Surtout avec quatre citations...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si Maxime ne le voulais pas par exemple. Puis dans les unités de ce genres les gardes ont moins d'importances que les compétences.

      Supprimer
  8. 5 séjours, Caporal-Chef 34 ans, Père ; un beau passé ; on aurait du le mettre "à l'abri".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui ça "on" aurait dû le mettre à l'abri? C'est son choix d'être sur cette mission, fait en toute conscience et assumé.
      Vous croyez qu'il avait besoin de vos bons soins ou de vos conseils? Il était la ou il voulait être, avec ceux avec qui il voulait être pour faire ce qu'il voulait faire.

      Supprimer
  9. Ces deux âmes ne sont pas au même endroit ! Celle de Maxime brillera pour l'éternité dans nos esprits ! RIP merci pour ce brillant hommage Mon Colonel

    RépondreSupprimer
  10. Mon Colonel,
    Je vous remercie profondément de cet éloge funèbre digne et touchant d'un de nos frères d'armes. Il est vrai que les soldats français sont rarement mis en avant de nos jours comme "combattants", ce qui constitue pourtant notre ethos. La faute sans doute à beaucoup de choses, mais c'est un autre sujet.
    Je suis d'accord avec vous, la distinction entre Médaille militaire et Légion d'honneur est aujourd'hui ridicule et devrait être sérieusement révisée. Dire que Napoléon III avait créé la Médaille militaire au prétexte que la Légion ne devait se donner que dans des conditions restreintes... Toutefois, j'avoue que je serais plus fière de recevoir la Médaille militaire, qui continue de représenter le courage, le devoir et l'abnégation, que la Légion qui a depuis longtemps été dévoyée et donnée à une belle liste de crapules et autres crevures pour des motifs méprisables.
    Pour ce qui est de la mise en avant de nos combattants, en revanche, je reste plus dubitatif. Sans doute ai-je été conditionné car je viens du ComRens, où la discrétion est la règle d'or et le silence un devoir sacré. Mais dans la guerre que nous menons, je préfère cette ombre protectrice, ne serait-ce que pour la tranquillité de mon esprit. Depuis 2012 et l'assassinat de soldats en uniformes en pleine rue, il est devenu évident que tout soldat est, pour ceux que nous affrontons, une cible à abattre (avec tous ses proches pour faire bonne mesure). Il n'y a plus de front ni d'arrière, alors je préfère assumer cette situation, et continuer à agir dans cette ombre, loin des regards. Au moins je sais que je continuerai à "produire un effet", sans doute pas énorme, mais c'est mieux que de subir. Pour les autres, pour ceux qui sont tombés, je repense à chaque fois à Charles Péguy:
    "Mère, voici vos fils qui se sont tant battus.
    Qu'ils ne soient pas pesés comme on père un esprit.
    Qu'ils soient plutôt jugés comme on juge un proscrit
    Qui rentre en se cachant par des chemins perdus".
    Respectueusement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre engagement indéfectible vous honore. Merci pour votre témoignage.

      Supprimer
  11. C'est un texte magnifique, bravo et merci.
    La médaille militaire obtenue au combat a une valeur inestimable, pour ma famille j'ai une pensée pour le sergent Marcel Grandjean qui l'a obtenue début 1915 pour ses actions de la bataille de la Marne à la guerre des mines. Son héroïsme n'est pas oublié et son souvenir toujours vivace.
    Le caporal-chef Maxime Blasco est de la même trempe

    RépondreSupprimer
  12. Hommage très émouvant. Merci pour ce portrait d'un homme courageux et engagé pour l'humanité.

    RépondreSupprimer
  13. Merci pour cet éloge tout de force et de fraternité.

    RépondreSupprimer
  14. Dans notre pays , nous avons oublié ce que c'est que soutenir nos soldats. Chaque jour ils risquent leurs vies. Beaucoup de respect pour eux, du courage aux familles des blessés et des défunts.

    RépondreSupprimer
  15. Magnifique et très vrai
    Rip grand monsieur, ta patrie est fière.
    Courage à sa famille.

    RépondreSupprimer
  16. ça mérite effectivement d'être connu. Voici un lien vers un reportage de France 2 (dont le reportage France Info partagé plus haut est tiré) https://www.youtube.com/watch?v=RPPyWYKi9Sc

    RépondreSupprimer
  17. Une belle page pour un de nos militaires du rang qui donnent la mesure de la valeur des armées françaises.

    Il paraît que l'on appelle cela une page de gloire.
    Une de ces pages que l'on ne veut pas tourner, mais faire tourner.

    Bravo pour avoir si bien exprimé cet hommage; bien mieux par écrit qu'en quelques secondes sur un écran.

    RépondreSupprimer
  18. Bravo à ce soldat, qui comme tant d'autres si souvent oublier ����♥️��

    RépondreSupprimer
  19. Ce que je sais de l'armée c'est qu'elle est faite pour tuer point final ! Eux hier, vous et moi demain. Il suffit de définir l'ennemie et vous foncez. Les médailles... je rigole jaune. L'aventure "engagez-vous vous verrez du pays" A part quelques égarés du bulbe, qui croit encore à ces sornettes ? Vos maîtres vous tiennent en laisse. L'adrénaline est votre came, à eux l'élixir de jouvence. Vous ne mourrez pas au combat, désolée pour votre égo. Vous mourez pour le plus grand profit des multinationales. Le 1% te le met où je pense soldat et t'en redemandes, pôvre larbin !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes tous des larbins cher ami. Apres on peut chevaucher le Tigre avec panache et esthétisme ou préférer la rancoeur stérile et la médiocrité. Chacun ses choix....

      Supprimer
    2. je vous plains. Votre vie doit être bien terne.

      Supprimer
    3. Jmoute votre commentaire est indigne.Il montre à quel point la sottise fait concurrence à la méchanceté et je reste poli.Il faut rendre hommage à ces soldats qui combattent pour permettre à des ignorants de pouvoir écrire des idioties. Personnellement je m'incline devant le courage et l'abnégation du Sergent Maxime BLASCO.Mes pensées vont à sa compagne et à son fils ainsi qu'à ses parents.

      Supprimer
  20. Il était malheureusement in très bon soldat. Il est tombé au front. Bel hommage.

    Par contre je ne suis pas d accord sur les médailles. Je pense que le système convient bien vu que la légion d honneur a été dévoyée par les institutions.

    Sur le fond je n'aime pas pas trop cette mise en avant d'un homme sur le collectif.

    Il était grand et humble. Je retiens cela et les propos de sa compagne.

    Enfin dernière remarque quand je relis sa nécrologie je ne comprends pas pourquoi il a été autorisé à retourner en première ligne. Son parcours étant si dense avec des blessures graves.

    Je comprends le point de vu du soldat qui souhaite toujours y retourner mais pas celui de l'institution qui perd un grand élément. Je comprends que cela puisse être contradictoire...

    RépondreSupprimer
  21. Bonjour
    petit rappel historique : à l'origine la Légion était décernée sans distinction de grade.
    Jean Roch Coignet, grenadier au 1er régiment de la Garde fut parmi les premiers récipiendaires de la décoration.
    Bien à vous

    RépondreSupprimer
  22. Merci pour cet hommage, bien plus vrai que les grands discours habituellement entendus.
    Comme de nombreux civils, je n'ai appris l'existence et les faits d'arme du Caporal-Chef Blasco qu'à sa mort.
    Il n'est pas normal que l'on ne parle pas suffisamment des hommes et des femmes engagés au combat pour la France et notre sécurité. Ils en acceptent le risque d'être tué, la moindre des choses serait que l'on parle d'eux autrement que lorsque cela arrive.

    RépondreSupprimer
  23. Bel hommage Mon colonel. A mon sens il faut que notre armée fasse connaître aux français tous les héros qui se battent pour que notre pays ne disparaissent pas. Ne pas le faire est une erreur. Dans cette période de veulerie de lâcheté et de médiocrité il est essentiel de reprendre courage grâce à l'exemple de tous nos héros.

    RépondreSupprimer
  24. Bel hommage pour ce frère d'arme exemplaire
    Honneur et respect pour tous nos frères d'armes tombés au combat

    RépondreSupprimer
  25. Pas étonnant que personne ne s’intéresse à nos braves et courageux soldats et encore moins les jeunes depuis que le vrai service militaire n’existe plus.

    RépondreSupprimer
  26. en tant que civil et citoyen merci

    RépondreSupprimer
  27. mon cher michel
    je ne comprends pas ton analyse sur la LH et la MM. et je te retournerais même l'argument
    la MM est réservée à une minorité parmi la seule communauté militaire : plus aristocratique, il n'y a pas mais elle ne découle pas d'un esprit de caste. elle n'interdit pas l'accès à la LH bien au contraire. l'inverse n'est pas vrai : la LH n'est pas une médaille militaire et elle est accessible à l'ensemble des français. on peut surtout déplorer que ces jeunes français décorés de la MM ne soient pas systématiquement mis à l'honneur. je mets de coté le cas particulier des généraux ayant conduit et gagné la bataille. amicalement

    RépondreSupprimer
  28. Reconnaissance à nos frères d'armes pour leurs actions qu'ils font au présent et gratitude infinie envers nos héros de l'ombre tombés.
    Reconnance à ta personne mon colonel pour entretenir la lumière de nos frères d'âmes.
    Force et courage aux familles des blessés et des défunts.
    De l'ombre à la lumière,on est Ensemble.

    RépondreSupprimer
  29. Superbe texte... Deux seules modestes remarques. 1. Le "petit reportage" (Dorothée Ollieric et l'Armée, me semble-t-il) était effectivement remarquable et France 2 l'a bien publié, alors. Tant pis si les téléspectateurs préférait alors autre chose... 2. Eastwood a eu raison de réaliser son film, et Kris Kyle, auparavant, de parler. Respects à tous. Et bien sûr à Maxime Blasco!

    RépondreSupprimer
  30. Merci mon Colonel pour cette hommage à nos camarades morts au champs d’honneur

    RépondreSupprimer