jeudi 15 décembre 2022

Tumulte à Bakhmut

Depuis la reconquête de Kherson le 11 novembre, clôturant deux mois d’offensives et deux victoires spectaculaires ukrainiennes, les opérations semblent marquer le pas, ce qui ne veut pas dire qu’elles sont moins violentes. On meurt tout autant dans ces petits combats fragmentés que dans les grandes attaques, mais pour chaque soldat tombé de part et d’autre, il y a infiniment moins de terrain conquis.

Il ne s’agit sans doute là que d’une pause opérationnelle avec la reprise d’opérations d’ampleur lorsque les conditions – météo, logistique, reconstitution des forces, mise en place d’appuis, etc.- le permettront comme après l’arrêt de juillet-août. En attendant et par contraste avec l’absence de grands mouvements, les combats autour de la ville de Bakhmut, ont acquis le statut de bataille et c’est peut-être la principale surprise du moment.

La ligne Surovikine

La défaite cinglante des forces russes au début du mois de septembre dans la province de Kharkiv a agi comme un révélateur. Face à la supériorité désormais manifeste de l’armée ukrainienne, il n’était plus possible pour la Russie de continuer à faire la guerre de cette manière sous peine d’un effondrement militaire. S’il faut faire un parallèle historique, le changement opéré par les Russes à la fin du mois de septembre a ressemblé par de nombreux aspects à celui des Allemands à la fin de 1916 après les deux batailles géantes de Verdun et de la Somme : changement de direction militaire, création d’une grande ligne fortifiée, repli derrière cette ligne, mobilisation industrielle et reconstitution des forces en attendant de pouvoir reprendre l’offensive. Dans le même temps, les Allemands accentuent la pression sur les sociétés ennemies par les bombardements des capitales, le blocus économique du Royaume-Uni par la guerre sous-marine et le soutien aux révolutionnaires russes. En 2022, le Kremlin a ajouté une touche russe avec une mobilisation de réservistes anarchique et l’envoi immédiat au front de dizaines de milliers de poitrines sans formation ni équipements adaptés, mais encadrés par une législation d’inspiration stalinienne punissant par exemple par avance ceux qui se constitueraient prisonniers.

À partir du mois d’octobre, on creuse donc partout côté russe y compris devant la Crimée ou Marioupol, on colmate le front de Louhansk en formant une ligne frontière-Svatove-Kreminna, on se replie derrière le Dniepr dans la province de Kherson et on contre-attaque seulement le long de la province de Donetsk. Des salves hebdomadaires de missiles et de drones frappeurs s’abattent par ailleurs sur les infrastructures énergétiques, en particulier électriques, du pays afin d’entraver l’effort de guerre ukrainien et de saper le moral de la population.

La nouvelle stratégie russe a suscité, comme c’était attendu, quelques troubles intérieurs et en particulier une fuite massive des réfractaires, mais pas de révolte. Elle peut donc, du moins le croit-on au Kremlin, s’inscrire dans la durée en comptant sur un épuisement plus rapide des sociétés ukrainienne et même occidentales que du côté russe, afin d’obtenir au moins un statu quo, qui pourrait être présenté malgré les immenses pertes et dégâts comme une victoire par Vladimir Poutine, et au mieux la possibilité de reprendre l’offensive au début de 2023 avec une armée renouvelée.

Dans l’immédiat et au prix de pertes humaines considérables, cette stratégie semble porter ses fruits malgré la perte de Kherson. Contrariée également par la pluie et la boue de l’automne, l’offensive ukrainienne devant Svatove et Kreminna marque le pas, tandis que les attaques russes dans la province de Donetsk attirent l’attention. Tactiquement, ces attaques semblent étranges puisqu’elles s’effectuent dans des zones solidement tenues par l’ennemi, du fort au fort donc. C’est peut-être parce que la conquête complète de la province de Donetsk reste le dernier, au sens de seul, objectif terrain possible à atteindre pour les Russes. C’est sans doute aussi paradoxalement dans cette longue bande fortifiée que les forces russes sont le plus à même d’utiliser leur seul principal atout : l’artillerie. Ce terrain fortifié édifié depuis 2015 est le plus important au monde après celui qui sépare les deux Corées. Il avantage évidemment le défenseur et nous rappelle l’utilité de la fortification de campagne mais il oblige aussi à rester sur place. Or, coller au terrain, le tenir absolument, c’est offrir des cibles immobiles à la puissance de feu russe. L'artillerie russe est amoindrie par le harcèlement de sa logistique par les frappes ukrainiennes et simplement par la raréfaction des obus, mais même en tirant trois fois moins qu'au moins de juin, elle envoie encore en moyenne 20 000 obus par jour, contre peut-être 7 000 ukrainiens.

Les attaques russes de Donetsk ressemblent ainsi beaucoup à celles du trimestre avril-mai-juin mais en plus petits. Là où ils employaient encore des bataillons, ils n’utilisent plus que des détachements d’assaut de la taille maximale de compagnies - c’est le retour des « compagnies d’avant-garde » bien connues des soldats de la guerre froide – précédées de lourdes frappes d’artillerie pour s’emparer au mieux de quelques centaines de mètres en une journée, voire quelques dizaines dans les zones urbaines. Les détachements d’assaut sont parfois précédés de reconnaissances de « consommables », ceux dont les pertes comptent peu pour les Russes comme certains miliciens du Donbass ou des prisonniers recrutés par Wagner. Contrairement aux « expendables » de cinéma, ce ne sont pas des soldats d’élite et ils sont mal équipés, mais dans le cas des prisonniers de Wagner ils sont moralement soutenus par le plomb des pelotons de barrage. Employés parfois en masse ils ont pu surprendre et subjuguer les Ukrainiens sur quelques positions, mais ils servent surtout à indiquer à l’artillerie où sont les défenseurs. Si l’artillerie fait bien son travail sur ces positions décelées, le détachement d’assaut pourra alors peut-être occuper le terrain. Si ce n’est pas le cas, l’artillerie aura usé les forces ukrainiennes. Dans ces combats, les Ukrainiens tombent bien plus souvent par les éclats ou le souffle des obus et roquettes que par les balles d’AK-12. Un médecin franco-ukrainien déclarait récemment avoir vu passer des centaines de blessés en trois semaines dans son centre de triage dans la région mais pas un seul blessé par balle.

Petit Verdun

Parmi une petite dizaine de combats le long du Donbass, la bataille de Bakhmut est devenue emblématique de cette nouvelle campagne offensive russe. Après la prise de Severodonetsk le 25 juin et de Lysychansk le 3 juillet par les Russes, celle de Bakhmut apparaissait comme l’étape indispensable pour aborder Kramatorsk et Sloviansk par le sud-est. La ville de 70 000 habitants a été frappée sporadiquement depuis la fin du mois de mai et on pensait qu’elle serait subjuguée au mois de juillet, mais les choses avaient changé. Alors que leur avance paraît alors inexorable, les forces russes sont en fait épuisées par l’effort fourni depuis trois mois et frappées d’une sorte d’apathie offensive.

C’est le moment où le groupe Wagner, l’armée de l’entrepreneur Evgueni Prigogjine, saisit l’occasion de se montrer. Le groupe a alors des bataillons sur différents fronts, dont Kherson, mais la zone de Bakhmut est sa zone d’action principale. Il n’en faut pas plus pour décider de s’emparer de la ville, en déconnexion alors avec la tendance générale de l’armée russe et peut-être justement parce qu’en déconnexion avec cette armée alors très critiquée. Bakhmut est alors la plus grande ville prenable par les forces de la coalition russe. Et il ne faut sans doute pas chercher d’autre raison à ces attaques obstinées qui prennent de l’ampleur depuis le 1er août. De ce fait, la bataille devient connue et devient donc aussi un objet stratégique. C’est une sorte de bataille Potemkine qu’on ne peut se permettre de perdre sous peine de perdre aussi la face.

Tactiquement, les grandes villes sont difficiles à prendre. Toutes celles qui ont été prises en Ukraine par un camp l’ont été par surprise, comme Melitopol au début de la guerre, ou après un encerclement ou une menace d’encerclement, comme à Marioupol, Lysychansk voire Kherson. Même ainsi cela n’a pas été certain. Tchernihiv ou Soumy ont résisté en étant encerclées pendant des semaines avant le repli des forces russes. Aucune grande ville n’a pu être saisie alors qu’elle était reliée à son camp et que le défenseur pouvait toujours ravitailler et relever ses forces. Non que ce soit impossible, c’est simplement beaucoup plus difficile.

C’est la raison pour laquelle les Russes, avec Wagner en pointe avec des miliciens du Donbass et l’artillerie régulière, attaquent la ville de trois côtés simultanément, espérant comme au go couper toutes les « vies » de Bakhmut : par le nord via Soledar, le sud via Zaitseve puis Optyne et directement par l’est depuis Poproskve et la route T0504. On est loin des « offensives à grande vitesse ». La progression est millimétrique, de l’ordre parfois de 100 mètres par semaine, mais semble inexorable au moins dans le sud et à l’est. À ce jour, les Russes aborderaient enfin la ville de Bakhmut proprement dite, en particulier à l’est où ils se sont emparés de la zone industrielle le long de la rue Patrice Lumumba et semblent avoir pénétré dans le grand quartier résidentiel à l’est de la rivière Bakumukovka. Ils se seraient également emparés d’Optyne au sud, mais piétinent encore au nord.

Le plus étonnant est que les Ukrainiens ont accepté la bataille dans ce qui apparait pour eux surtout comme un piège à feux. Ils ont déployé une armée de six brigades renforcées de bataillons autonomes sur une douzaine de kilomètres de front, soit plus d’un homme par mètre de front. Les Ukrainiens ont organisé des rotations de brigades, ce qui témoigne de leur volonté de mener le combat sur la durée, un élément de comparaison de plus au-delà des images, des méthodes de combat et la valeur symbolique des combats, avec la bataille de Verdun en 1916. Il est possible que Bakhmut ait fait fonction d’aimant pour les Ukrainiens au détriment de l’attaque qu’ils semblaient organiser en direction de Kreminna ou peut-être dans la province de Zaporijia. Ce serait là un premier succès russe, le deuxième étant de « saigner à blanc » l’armée ukrainienne pour rester dans l’analogie avec Verdun et le troisième serait simplement de planter le drapeau russe (ou de Wagner) au centre de Bakhmut.

Pour autant, comme pour les Allemands en 1916 cette bataille peut aussi être un piège pour les Russes. En premier lieu, il n’est pas du tout certain que la bataille de Bakhmut soit le principal ralentisseur des opérations ukrainiennes. Si, comme le laissent entrevoir certains indices, les Ukrainiens attendent la solidification des sols pour tenter de percer dans la province de Zaporijjia, l’attaque de Bakhmut n’aura pas freiné les ambitions ukrainiennes et passera au second plan. Mais même en devenant la bataille principale, Les Russes subissent aussi des pertes terribles dans les combats autour de Bakhmut et en subiront sans doute encore plus à l’intérieur de la ville, là où le combat rapproché prend le pas sur le pilonnage d’artillerie. S’il est possible pour les Russes de couper la route M03 qui alimente la ville par le nord, un pont clé serait déjà détruit, il leur sera presque impossible de couper celui qui l’alimente par l’ouest. Autrement dit, il y aura toujours des soldats ukrainiens, renouvelés, bien équipés, motivés, souvent compétents dans la ville à moins de prendre chaque bâtiment. La prise de Bakhmut, maison par maison, est un défi majeur pour l’armée russe qui, rappelons-le, ne dispose pas du meilleur capital humain en nombre et qualités. Pire, si même ils parvenaient à prendre la ville, il sera difficile de la tenir puisqu’elle se trouve sous les feux des hauteurs de Tchassiv Iar 4 km à l’ouest.

Au bout du compte, en exagérant un peu Bakhmut peut aussi être le tombeau de l’armée russe et c’est peut-être pour cela que les Ukrainiens acceptent cette bataille, nouvelle surprise dans cette guerre qui n’en manque pas.

1 801 commentaires:

  1. Des combats ultra violents , entre vagues russes successives et pluies glaciales.
    Selon moi, l'armée ukrainienne a accepté le combat pour ne pas perdre certains noeuds de logistiques dans la zone.
    Par ailleurs, ils ont aussi la solution de faire venir des Himars sur zone quand leur position sera plus problematique.
    Selon moi, le but de l'Otan est de tuer un maximum de russes pour demolir l'armee russe pour 30 ou 40 ans. Donc, strategie de guerre longue.
    A un moment, poutine devra mobiliser dans les grandes villes russes comme Moscou...et la situation politique deviendra intenable.
    L'explosion de la Russie devrait logiquement suivre .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour cette remarquable analyse

      Supprimer
    2. "poutine devra mobiliser dans les grandes villes russes comme Moscou...et la situation politique deviendra intenable."
      Contrairement à ce que l'on imagine, la propagande poutinienne semble avoir été efficace au fil du temps. Même parmi la jeunesse moscovite, rares sont ceux à ne pas s'affirmer soutenir la position russe. Cf. vidéo-trottoir récent de l'excellente chaîne 1420 in https://youtu.be/uFd5lu8OqsM

      Les jeunes opposants ont majoritairement fui la conscription.

      Fabrice

      Supprimer
    3. @FabGreg dire en public c’est une chose, le penser réellement c’est une autre. Dire ce qu’on pense réellement est redevenu trop dangereux pour le citoyen russe moyen. Depuis la mobilisation le citoyen moyen a retiré les rubans de saint Georges de sa voiture. Mais si tu lui poses la question bien sûr qu’il est pour l’opération militaire spéciale.

      Supprimer
    4. Il y a une grande différence entre soutenir et consentir à mourir.

      Supprimer
    5. Zaluzhny dit pourtant dans the Economist de la semaine que la mobilisation russe a fonctionné, en pointant Kreminna ou Svatove où ils ont ralenti (pour ne pas dire arrêté) les tentatives ukrainiennes d’avancer. La réalité, c’est quand on se cogne, disait l’autre.

      Supprimer
    6. A ce jour la situation semble entièrement bloquée. Poutine compte sur les renforts humains au printemps pour saigner à blanc les Ukrainiens, les Ukrainiens espèrent qu'un surcroît d'armement US leur permettra de reprendre le Donetsk voire la Crimée. Quant à Macron, il est clair qu'il ne croît plus à une victoire ukrainienne (ce qui ne signifie pas qu'il croît à une victoire russe).

      Supprimer
    7. Macron n'a jamais cru a une victoire ukrainienne et encore moins à une défaite Russe. Pour Macron, la géopolitique est immuable, d'où ses appels à ménager le régime russe qu'il n'envisage pas comme quelque chose qui puisse changer. Macron est guidé par la peur et n'a aucune vision pour cette partie du monde.

      Supprimer
    8. @Anonyme15 décembre 2022 à 21:0

      Zaluzhny ne pointe ni Kremina ou Svatove, quand il parle de la mobilisation c’est pour dire que les Russes auront assez de mobilisés prêts à mourir au printemps. Et qu’il n’attend pas grand chose de ces mobilisés à titre individuel (ils mourront en masse) mais comme il y en a beaucoup il doit s’en préoccuper quand même.

      Supprimer
    9. @Anonyme15 décembre 2022 à 21:09
      Il faut bien comprendre ce que dit Zaluzhny. Quand il évoque la réussite de la mobilisation côté russe, c'est par rapport aux possibilités de manifestations de masse et de désertions. Il fait d'ailleurs référence au Tsar. En gros, il souligne la solidité du régime russe, qui a pu lever des centaines de milliers d'hommes, sans que les Russes ne se rebellent.
      Clairement, il ne fait pas référence à une réussite technique (pour le coup, c'est un échec, les mobilisés manquant de tout). Mais pour le reprendre, le Tsar a obtenu sa chair à canon.
      A partir de là, il part du principe que ces gars ayant accepté de mourir pour Poutine, ils vont se battre. Mal, sous-équipés, mais ils se battront. Il faut donc en tenir compte.
      Concernant Svatove et Kremina, c'est plus compliqué. La météo a eu (et a encore) un rôle majeur. Mais les Russes ont fortement renforcé la zone, et pas qu'avec des mobilisés. Loin de là. On y voit des Terminators et des T90.
      Maintenant, les Ukrainiens avancent sur Kremina, mais ne peuvent déclencher de vraie attaque tant que le sol est boueux. La ville pourrait tomber dans les prochaines semaines, les Russes prépareraient d'ailleurs déjà son évacuation. Il y aura peut-être un Lyman bis.

      Supprimer
    10. Pas si sûr que ce soit facile de savoir ce qui se passe dans la tête des restants.
      Peut être un indice: https://www.youtube.com/watch?v=xqohApD6Ng8

      Supprimer
    11. @Anonyme16 décembre 2022 à 07:09
      >Macron n'a jamais cru a une victoire ukrainienne et encore moins à une défaite Russe.

      La conviction de Macron a toujours été que l’Ukraine gagne ou perde une Russie (pas nécessairement poutinienne) existerait toujours à la fin de la guerre et donc il faudra discuter avec elle. C’est le simple bon sens. Ce qu’on lui reproche ce n’est pas de le penser c’est d’agir comme si ce moment était déjà arrivé.

      Ça n’a rien à voir avec une croyance dans la défaite ukrainienne ou dans la victoire russe. Que je sache personne à Kiev ne s’imagine marcher sur Moscou même en cas d’élimination complète du corps expéditionnaire russe.

      Supprimer
  2. Bonsoir Colonel Goya. Merci pour ce billet sur ce sujet brûlant. Bakhmut.
    Je me demandais (en poireautant chez le dentiste) quelles seront les conséquences long terme de ce conflit. Une saignée dans la jeunesse des pays belligérants. Déjà en Russie manquent les mains d'oeuvre de labeur manutentionnaires, livreurs etc... les cerveaux sont partis ou partent, le capital surement aussi ... en douce.
    Il se dira, certes, mais en 14-18 ce fut pire. True... mais la démographie à cette époque n'était pas au ralenti comme de nos jours.
    On parle beaucoup des obus sur les plateaux, mais peu des tubes qui doivent s'user a grande vitesse, et là c'est de la fonderie... avant usinage. Quid des capacités de production de fonderie... la Chine derrière ?
    Merci encore pour vos apports.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est plutôt de la forge et les russes ont ce qu il faut

      Supprimer
    2. @Anonyme 18 36
      C'est à dire? Ils ont quelles capacités ? Vous nous intéressez!

      Supprimer
    3. @Anonyme non ils n’ont pas ce qu’il faut, ils n’avaient même plus de quoi fabriquer l’acier spécial nécessaire aux canons des Msta-S et autres Koalitsia, le parc date des années 90 et le peu de nouveaux exemplaires était fabriqué avec de l’acier importé. Les hauts fourneaux nécessaires avaient été fermés car non rentables (je suppose qu’au moins un de ceux ci est en cours de redémarrage).

      C’est pour ça que les russes tirent jusqu’à ce que leurs canons explosent en fleur.

      Supprimer
    4. Sur les soucis de production russes (acier compris)
      https://novayagazeta.eu/articles/2022/11/02/the-barren-barrels-en

      Supprimer
    5. @nim15 décembre 2022 à 19:47

      Excellent votre lien. L'article aussi excellent.

      Supprimer
    6. L’Ukraine en est à sa dixième vague de mobilisation depuis le début du conflit. Sûrement un détail que l’auteur du blog a omis de préciser.
      https://mobile.twitter.com/narrative_hole/status/1602991099651715072

      Supprimer
    7. /!\
      Bien au contraire, l'Ukraine a même décidé de ne pas lancer la mobilisation d'automne (Novembre) qui était prévue.
      Pour le moment elle a beaucoup plus d'hommes disponibles que de matériels pour les équiper.
      Par rapport à sa population, la France avait mobilisé 5 fois plus en 14-18.

      Supprimer
    8. Chef Chaudard, vous êtes fantastique de naïveté, et vous me faites toujours autant rire

      Supprimer
  3. Merci colonel pour votre nouvelle analyse.
    Est-ce que pendant que les regards sont attirés par Bakhmut, on ne pourrait pas voir apparaître un "autre Lyman" du côté de Kreminna ?
    Même si le franchissement et un développement d'offensive au-delà du cours d'eau à l'ouest de Cheropoivka (désolé pour l'orthographe) semble compliqué, différentes cartes semblent faire apparaître un début de saillant russe à l'ouest de Krémina...

    RépondreSupprimer
  4. Post bienvenu ! j'étais justement en train de regarder ceci https://youtu.be/0p3XeZQY-F0 ou il montrait à 6' que les avancées russes, présentées comme des victoires en germe par certains, n'étaient pas si définitives que cela !

    RépondreSupprimer
  5. https://www.youtube.com/watch?v=PpGMOCSk114

    RépondreSupprimer
  6. Merci de votre nouveau billet, mon Colonel.

    RépondreSupprimer
  7. > Le plus étonnant est que les Ukrainiens ont accepté la bataille dans ce qui apparait pour eux surtout comme un piège à feux.

    La réponse est dans l’interview de Zaluzhny
    https://www.economist.com/zaluzhny-transcript

    > So the next problem that we have is, first of all, to hold this line and not lose any more ground. It’s crucial. Because I know that it is ten to 15 times harder to liberate it than not to surrender it. So our task now is to hold on.

    L’armée ukrainienne tire son inspiration plus des Baltes que des Occidentaux suréquipés, elle considère que sa force est la défense pas l’attaque, elle est peu disposée à abandonner la moindre position défensive. On peut considérer que c’est un biais cognitif.

    (Ça rend d’autant plus risible le baratin russe qui prétendait qu’une offensive était imminente en début d’année).

    RépondreSupprimer
  8. "ce qui apparait pour eux surtout comme un piège à feux"
    Je connais un sac à puces publiant des vidéos du type piège à cons qui aurait plutôt dit "sac à feux".

    RépondreSupprimer
  9. Bon apparemment le gouvernement français n'était pas pressé de le rapatrier, il faut dire qu'il va creuser un peu plus le trou de la secu .... Un peu comme tous ceux qui partent en hors-piste ou en vacances à l'étranger et qui au premier pet de travers qui au scandale parce que la France ne s'occupe pas d'eux !!

    https://www.leprogres.fr/defense-guerre-conflit/2022/12/15/le-volontaire-francais-blesse-en-ukraine-en-cours-de-rapatriement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "qui partent en hors-piste ou en vacances à l'étranger..."
      Ou les étrangers qui prennent leurs vacances en France...Le trou de la sécu, c'est pas les volontaires français en Ukraine, rassurez vous...

      Supprimer
    2. Probablement moins coûteux, si la chose se révèle possible, de lui sauver son pied (même si tous les soins ne pourront faire revenir au statu quo ante) que d'avoir un homme de 32 ans invalide pour le restant de ses jours.
      Je ne parle là que du côté utilitaire, pas de l'humain ou moral.
      signé jsp

      Supprimer
    3. /!\ C'est toi qui creuse le trou de la sécu. Va donc rejoindre Venner

      Supprimer
  10. Merci pour l'analyse toujours captivante

    RépondreSupprimer
  11. Avez vous remarqué que l’auteur du blog compare systématiquement les forces russes aux ennemis de la France, telle l’Allemagne de 1918 en prenant bien soin de ne jamais la comparer à l’armée nazie ? Est ce parce que les admirateurs de la division Das Reich ou de la division Totenkopf portent tous le drapeau ukrainien sur leurs uniformes ?
    En tout cas assez amusant de le voir revenir à Bakhmut, une bataille commandée selon lui par l’entrepreneur Prigozhin (!). Il faut lire entre les lignes pour comprendre à quel point les forces ukrainiennes se font laminer, malgré l’avantage de se cacher dans les zones les plus fortifiées de la planète. La comparaison avec les commissaires politiques de l’armée rouge en 41 mérite une réponse en vidéo, tournée par un drone russe il y a quelques semaines.
    Filmée depuis un drone, on y voit des soldats ukrainiens mener leurs frères d’armes vers une tranchée où ils les exécutent :
    https://mobile.twitter.com/narrative_hole/status/1599714496779468800
    On est fin 2022, et c’est de plus en plus difficile de livrer une version hollywoodienne des événements, mais certains ont apparemment du mal à le comprendre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une guerre de tranchées c’est plus 14 que 39. Et sinon Bakhmut c’est la boucherie des deux côtés, voulue par Prigozhin et Poutine, et il faut être une sacrée ordure pour trouver ça amusant.

      Supprimer
    2. "pour comprendre à quel point les forces ukrainiennes "
      Mort de rire, la boucherie c'est pour les "nus pieds russes" qui sont envoyés à l 'abattoir, quand aux russes, de leurs morts, voire blessés, ils s'en occupent quasiment pas....

      Supprimer
    3. Les commentateurs sont bien moins cons que le troll qui poste ça, en se prenant pour un prix Pulitzer. Plutot un laval d'or !

      Cela pourrait être des Russes portant des uniformes ukrainiens, cela pourrait être des Ukrainiens qui ont capturé des infiltrés russes.
      Il pourrait très probablement s'agir de séquences spécialement conçues pour la propagande.
      Même -si- c'est entièrement comme vous le dites, cela n'a toujours aucun fondement factuel
      .

      Supprimer
    4. Ah non, je vous arrête 20:48
      En 2023, vous comprendrez qu’il fallait être complètement con pour croire à une victoire ukrainienne fin 2022. Même l’auteur du blog, qui n’aime pas se dédire, n’a plus du tout l’air d’y croire :)

      Supprimer
    5. Malheureusement, nous essayons de nous convaincre que l'armée ukrainienne sera victorieuse, ou plutôt de 'ous faire croire qu'elle sera victorieuse. Ce conflit sera perdu par l'Europe

      Supprimer
    6. /!\
      @Anonyme 20:48 Je vous invite à lire l'article de Mr Goya datant du 24 février, cela pourrait vous surprendre, notamment la conclusion (à sa décharge, tout le monde avait surestimé la capacité russe à s'imposer et sous-estimé la résistance ukrainienne)...

      @Anonyme 01:32 Connaissez-vous la projection ?
      En psychologie, la projection consiste à attribuer involontairement à d'autre ses propres sentiments/idées/raisonnements..., afin de se sortir d'un inconfort mental (ou dissonance cognitive) ; remplacez "ukrainienne" par "russe", ça pourrait faire tilt et, je vous le souhaite, remettre en question vos idées.

      Supprimer
    7. Réponse à 6:16. Je pense plutôt que c'est vous qui êtes aveuglé par vos convictions et qui refusait le débat

      Supprimer
  12. Alain H, j’ai pensé à vous et à vos enfants en regardant le reportage sur une école d’Odessa encore ouverte dans C dans l’air ce soir. Bon courage et je vous souhaite tout de même de bonnes fêtes.
    Ck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Ck,
      Mes enfants ne vont pas à l'école car la leur n'a pas d'abris anti-bombes. Ils étudient à la maison (depuis le Covid ils sont habitués).
      Les fêtes seront bonnes, car passées chez nous, et pas sous occupation ou réfugiés dans un autre pays. Il faudra juste éviter de préparer quelque chose qui va au four, l'électricité étant fournie aléatoirement.

      Supprimer
  13. Il n'y a pas que les patriots
    Les US seraient prêts à fournir des kits capables de rendre les bombes classiques "intelligentes" afin d'améliorer l'efficacité de l'armement actuel.
    https://www.washingtonpost.com/national-security/2022/12/14/ukraine-smart-bomb-jdams/

    RépondreSupprimer
  14. Je ne pouvais pas ne pas souhaiter un joyeux noel a tous les slava ukraini du blog, encore persuadés que l’armée russe, sur les rotules, allait rendre son dernier souffle en 2022.
    https://mobile.twitter.com/narrative_hole/status/1603167236784816128
    Bonne année et bon courage pour les pannes de courant du mois de janvier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça.. adieu!
      (Bon débarras)

      Supprimer
    2. Anonyme15 décembre 2022 à 20:36 Retourne jouer dans le vide-ordure !

      Supprimer
    3. Rentre vite chez toi, les ramasseurs de poubelles vont passer...

      Supprimer
    4. /!\
      Pour une fois, je ne ferai même pas l’effort d’aller voir le lien pour voir à quel point le troll est complètement con.
      Au fait, le troll, ta mère m’a appelé, elle te dit que ton père, qui est aussi ton oncle (tu suis, ou je t’explique ?), voudrait que tu retournes dans ton placard. Allez, bonne bourre, garçon, même avec la lumière, tu vas prendre ton pied.

      — LoD

      Supprimer
    5. @Anonyme15 décembre 2022 à 20:36

      Cher monsieur ( avec une minuscule )
      Le groland n'a pas besoin du FSB pour se foutre en l'air tout seul.
      Les pannes de janvier, si elles arrivent ne seront pas dues a la Grande armée " Rossiya " mais à la connerie génétique de certain président qui a mis à la tête d'AREVA l'ex fleuron de ce pays UNE CONNE
      Une femme ? Ah bien coco.... la parité
      Elle est gouine ? .... Non elle a sucé CRJ ... ah dommage ! ( comme HAL de 2001 space odissey ajoutez une lettre )
      Elle est écolo..... Ah bien "coco" , une écolo à la tête du fleuron nucléaire... ça c'est bien ... préviens Libé et Médiamerde.
      Une fois en place elle s'est entourée de "comme elle".
      Et ils ont copieusement SABORDé l'entreprise.
      Tous les vieux crabes de Framatome ont du partir. Les "vrais" patrons de gros projets (genre EPR), aux abonnés absents.
      Choigou à Poutine
      " et si on envahissait la France ? "
      La France? Pas besoin. Appelle la CGT, avec 250 braillards ils te bloquent le pays... ca fait monter le FN qu'on finance.

      Supprimer
    6. Allez vous faire mettre

      Supprimer
    7. /!\ Pauvre truffe. Les problèmes de courant c'est de la c. franco-française, rien à voir avec la guerre. On devrait te couper ton abonnement cela te ferait les pieds. Et tu pourrais alors aller t'engager chez les Moskals, ils ont besoin nde chair à canon tu ferais l'affaire.

      Supprimer
  15. Pour info, nouvelle video sur le site de Xavier Tytelman
    "UKRAINE / RUSSIE] Jusqu'où iront les contre-offensives ?" https://youtu.be/xspwVg7X1b4

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je préfère lire l’interview de Reznikov dans le Guardian du jour :
      https://www.theguardian.com/world/2022/dec/15/ukraine-says-putin-is-preparing-major-offensive-in-new-year
      Ou celle de Zaluzhny dans the Economist :
      https://www.economist.com/leaders/2022/12/15/a-looming-russian-offensive
      Sont sûrement contrôlés par le Kremlin en sous main, ces deux là. En tout cas nettement moins optimistes que Tyleman, Cédric Mas, l’auteur du blog ou BHL (qui croient peu ou prou au même récit, un peu daté depuis le mois de septembre).

      Supprimer
    2. /!\ le lâche de 20:56
      Ton oncle de papa t’attend toujours dans le placard pour te montrer tout son amour.

      — LoD

      Supprimer
    3. J’ai de bonnes histoires avec des soldats de l’OTAN et des bacha bazi mais je doute que vous me compreniez.

      Supprimer
    4. /!\ le troll de 21:11
      Non, on ne peut pas te comprendre, nous sommes tellement stupides.
      Ton papa avait l’air content, ça va toi ? Tu aurais préféré qu’il te prête à ses potes russes, c’est ça ? Courage, ça va aller.

      — LoD

      Supprimer
    5. Vous défendez les valeurs européennes avec vos blagues sur les homosexuels ? Il y a pas plus slava ukraini que vous, lod.

      Supprimer
    6. Ha oui, tu en es à confondre homosexualité et consanguinité incestueuse (au diable les pléonasmes) ? Tu veux que je demande à ton papa de t’expliquer la différence ?

      Allez, j’arrête, ça n’est pas bien charitable de s’acharner sur un neuneu, il y a des choses plus intéressantes à faire.

      — LoD

      Supprimer
    7. @Anonyme15 décembre 2022 à 20:56 Si vous voulez la ramener, faites-le intelligemment. Les informations sur l'offensive prévue par les Russes, avec leurs forces et faiblesses, ont en a déjà parlé ! Si ça ne vous intéresse pas, passez votre chemin et aller faire le mariole ailleurs !

      Supprimer
    8. Point de condescendance lod, vous ne vous acharnez pas, vous me faites doucement rigoler. Vous n’assumez même pas vos références sodomites. Il n’y a pas de honte. A Tel Aviv, la gay pride est une fête. En revanche à Kiev, c’est pas tous les jours la joie :
      https://www.newyorker.com/news/news-desk/the-assault-on-kiev-pride

      Supprimer
    9. Une des façons classique de pourrir une communauté, c'est de se faire passer pour un défenseur farouche des opinions que l'on attaque, et se comporter odieusement, pousser le débat vers du répugnant. Le terme, pas qu'en français est: "agent provocateur"... https://dictionary.cambridge.org/dictionary/english/agent-provocateur

      Supprimer
  16. Prendre une ville en ruines aboutée à des batteries d'artillerie adverses, c'est nouveau, ça vient de sortir.
    Non, Bakhmout, c'est le Dien Bien Phu russe. A traiter au H3PO4 dès la prise accomplie.

    RépondreSupprimer
  17. Ou comment la Russie légalise ses crimes de guerre : https://twitter.com/colinlebedev/status/1603377803470295040

    — LoD

    RépondreSupprimer
  18. Pour détendre l'atmosphère (et répondre à certains commentaires trolleux) une blague de Zelinsky citée par Le Monde aujourd'hui :
    « C’est l’histoire de deux juifs d’Odessa… », raconte-t-il. L’un prend des nouvelles de la guerre « entre la Russie et l’OTAN ». « Les Russes ont perdu 70 000 hommes, tous leurs missiles et beaucoup d’équipement militaire », répond le second. Et l’OTAN ? reprend le premier. L’OTAN ? « Ils ne sont pas encore arrivés »…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et l’OTAN n’arrivera pas, malgré la blague du tracteur en Pologne.
      Ah ca valait bien la peine de perdre 100 000 compatriotes, un quart de son territoire et la moitié du réseau électrique. Trop marrant ce Zelensky.

      Supprimer
    2. @Anonyme15 décembre 2022 à 21:34
      Trop drôle en effet, avec 5% de son budget militaire, l'otan a liquidé 50% des capacités militaires de la Russie.
      Le reste va s'effondrer gentiment tout seul !

      Supprimer
    3. /!\ Tu te venges sur Zelensky, parce que dans ta connerie maurachienne t'as voté Zemmour?

      Supprimer
    4. En attendant, c’est l’armée ukrainienne qui s’effondre à Bakhmut. Dieu sait que l’auteur du blog nous a longuement expliqué que c’était inutile, même s’il affirme le contraire aujourd’hui. Ce qui est sûr c’est que la supériorité des forces ukrainiennes, toujours en quête du point omega, met du temps à se concrétiser sur la carte.
      Bonne année malgré tout et n’oubliez pas d’économiser l’énergie par solidarité avec les Ukrainiens de Galice.

      Supprimer
    5. L'armée ukrainienne qui s'effondre et les Ukrainiens de "Galice"..Olé ! un bourricot a décidé de me faire rire ce soir ...allez toutou, coucouche panier, trop dur la vie de troll pour les faiblards , faut se reposer.Vae victis.

      Supprimer
    6. https://targum.video/v/2022/12/13/d742e97631b1677171be0dc6f9b12da4
      avec traduction sous-titrée
      signé jsp

      Supprimer
    7. Oh non, les Zouaves Paris ‘ont pris le parti de l’Ukraine’ :
      https://www.midilibre.fr/amp/2021/12/08/qui-sont-les-zouaves-paris-groupuscule-dextreme-droite-implique-dans-les-violences-au-meeting-de-zemmour-9979611.php
      Ça m’en touche une sans bouger l’autre de me traiter de facho, quand c’est les fachos qui se font démonter jusqu’en Galice.
      Oh non, des ethno nationalistes qui se rendent par dizaines ici :
      https://mobile.twitter.com/narrative_hole/status/1603173237881348096
      Bons baisers de Tel Aviv les ‘résistants’ du canapé

      Supprimer
    8. Tiens je ne savais pas qu'un quartier de Moscou s'appelait Tel Aviv...

      Supprimer
    9. Non mais a Tel Aviv on sait bien pour qui roulent les fachos. Mon petit doigt me dit que l’analyse est partagée par la DGSI :)

      Supprimer
    10. /!\ Rien d'autre à répondre, vu le dernier message. Vous racontez n'importe quoi et n'avez aucune idée de ce qu'est la DGSI. Demandez à votre officier traitant de vous mettre sur un forum plus facile, genre yahoo news.

      Supprimer
    11. Non seulement un quartier de Mouscou se nomme Tel-Aviv, mais en ce moment sur le front de l'est pas si loin de Bakhmut, il y a New York!!!

      Supprimer
  19. Depuis les contre offensives de Kiev et de Kharkiv,le Kremlin malgré lui, s'est vu obligé de miser sur le temps long.
    Fixer le front,du moins essayer autant il se peut de le contenir.
    La mobilisation partielle même désorganisée et peu entrainée y a largement contribué. La météo aussi probablement.
    Dommage de ne pas avoir pris en compte ce paramètre " du temps long" dans la vision stratégique que pourrait représenter la prise de Bakhmut pour les russes.

    Un autre point de vue:
    https://typefully-com.translate.goog/J_JHelin/REYoHS7?_x_tr_sl=auto&_x_tr_tl=fr&_x_tr_hl=fr&_x_tr_pto=wapp

    RépondreSupprimer
  20. On sent la fébrilité des slava ukraini du blog, eux qui il n’y a pas si longtemps croyaient dur comme fer aux objectifs maximalistes affichés par le pitre Zelensky (dont la plus grande qualité reste l’escroquerie) et de son ‘entourage’ de nationalistes tarés qui préparent déjà leur retraite dans l’Ohio. Ca nous joue de la flûte au son des ‘valeurs européennes’ pendant que leurs alliés rebaptisent des boulevards à Kiev du nom d’illustres ethno nationalistes :
    https://mobile.twitter.com/edolinsky/status/1600905899857453057
    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Mykola_Mikhnovsky
    Nier la dimension ethno nationaliste à Kiev est la première étape du déni dans lequel sont plongés tous les contributeurs pro ukrainiens. Le nier, c’est affirmer qu’on ne connaît rien au pays qu’on prétend défendre. J’attends un débat avec des arguments, mais je crois que tout est dit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. /!\
      > J’attends un débat avec des arguments, mais je crois que tout est dit.

      Mais quelle lucidité, j’en aurais la larme à l’œil. La quintessence de la bêtise crasse du troll : je veux bien parler mais je sais déjà tout ! La contradiction intrinsèque de cette phrase n’a même pas du le choquer.

      — LoD

      Supprimer
    2. Anonyme15 décembre 2022 à 21:31 Après le couplet sur les bombardements de donetz, une resucée sur les avenues Bandera. L'inspiration s'est drôlement tarie ces derniers temps !

      Supprimer
    3. /!\
      Il faudrait vérifier avec l'Excel du blog, mais j'ai l'impression que nous sommes censés être "fébriles" a chaque nouveau post de notre hôte...
      Ou comment confondre fébrilité et écœurement.

      Supprimer
    4. Merci pour vos réponses. Tout est dit.

      Supprimer
    5. Edouard Dolinsky, cité plus haut, est le directeur général de l’Ukraine Jewish Comittee dont le président est le député de Kharkov, affilié au parti Nash Krai.
      A la demande de Zelensky, les Israéliens n’ont pas été invité à la conférence de Paris sur l’Ukraine. On apprend dans l’article ci dessous que Kiev, capitale du monde libre circa 2022, a voulu ‘punir’ Jerusalem pour son refus d’envoyer son système anti missiles Iron Dome. Ils ont notamment voté en faveur d’une motion des Nations Unies appelant à une conférence pour la paix entre Israéliens et Palestiniens devant se tenir à… Moscou.
      Les Israéliens furent parmi les premiers à installer un hôpital de campagne au début de l’opération militaire spéciale. Je ne vous cache pas que la cote de Zelensky auprès des Israéliens, n’a pas l’air de décoller. C’est qu’à Jerusalem on connaît bien les valeurs européennes des années 30 à nos jours. On a rien oublié.
      L’article, pour ceux que ça intéresse :
      https://www.al-monitor.com/originals/2022/12/israel-excluded-ukraines-solidarity-conference-paris

      Supprimer
    6. Ici , ce genre de références indiffèrent...

      Supprimer
    7. Peu importe en fait, ce qui se passe ‘ici’. La France n’a ni les capacités, ni même la volonté politique de sauver l’Ukraine. Elle ne compte pas.

      Supprimer
    8. Seule, sa marge de manœuvre est limitée, d'où l'intérêt d'évoluer au sein de l'Otan et de l'Europe. En démocratie, que vous l'appréciez ou non, la volonté politique dépend aussi de l'opinion publique, et le soutien reste important, malgré l'inflation, les menaces de la Russie couplés aux discours défaitistes et la "lassitude" du conflit :

      https://kbs-frb.be/fr/legere-baisse-du-soutien-des-europeens-lukraine
      https://eupinions.eu/de/graphics#.tile

      54% des français soutiennent la livraison d'armes à l'Ukraine pour se défendre (50% Europe) ; 56% sont favorables à l'entrée de l'Ukraine dans l'UE (63% Europe) ; 72% pensent que leur pays doivent accueillir les réfugiés ukrainiens (77% Europe). C'est trop peu à mon goût, mais bien loin d'un désintérêt pour l'Ukraine.

      Les récent sommets de Paris contredisent également votre affirmation d'un manque de volonté politique, insuffisant, peut-être, tout dépend où se situent vos priorités :

      https://www.lemonde.fr/international/article/2022/12/13/a-paris-deux-sommets-pour-soutenir-l-ukraine-a-court-et-long-terme_6154117_3210.html

      Supprimer
    9. /!\ discours d'ectopasme prédigéré /!\

      Supprimer
    10. @Anonyme15 décembre 2022 à 21:31 La fébrilité, c’est disque rayé des trolls russes, qui essaient désespérément de détacher l’Ukraine de ses soutiens tout en affirmant que rien de tout ceci ne va les arrêtez.

      Même pas peur mais arrêtez d’être vilains avec nous quand même !

      Aucunes pertes significatives, d’ailleurs c’est pour ça qu’on mobilise !

      L’armée ukrainienne s’est effondrée, si on avance centimètre par centimètre c’est que les mobiks ont piscine !

      Supprimer
    11. /!\ On sait depuis le début que les capacités offensives de l'Ukraine sont (1) limitées par les livraisons occidentales (particulièrement de munitions), et (2) limitées par la raspoutitsa. Raspoutitsa qui leur a bien sauvé les fesses au printemps, mais les a bien bloqués cet automne.

      Je n'ai pas vu de pro-Ukraine prétendant le contraire.

      L'intérêt de l'OTAN, c'est de continuer. L'effort des 10 premiers mois a détruit 50% de l'armée de terre russe (matériel et munitions, plus ou moins). On remet autant au pot, et il n'y a plus d'armée de terre russe - et on peut se concentrer sur l'aéronavale et la menace chinoise, la seule autre menace massive qui pèse sur l'OTAN (plus indirecte, mais pas moins dangereuse). Et les Ukrainiens sont preneurs de tout support qu'on peut leur offrir.

      Supprimer
  21. Entrepôt de munitions: again and again
    https://twitter.com/NOELreports/status/1603486385972862981

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ces entrepôts qui décident spontanément d'exploser à près tous en même temps, c'est curieux quand même !

      Supprimer
    2. Ils ont plus de munitions épisode 2048 :)

      Supprimer
  22. Allez, c'est le temps des 200 premiers commentaires et des vomis d'anonymes reprenant en boucle leurs vieilles haines recuites : ethnonationalistes, clown de Zelensky,....
    Après le pet foireux on ouvrira la fenêtre
    A.

    RépondreSupprimer
  23. Poutine est soulagé : Kadyrov is back and he is very enerved
    https://twitter.com/chambersharold8/status/1603101809865809920

    — LoD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme15 décembre 2022 à 21:53 Lol, j'adore l'image juste en dessous ! :)

      Supprimer
    2. Next?
      https://defenceredefined.com.cy/wp-content/uploads/2020/08/Optimized-NINJA-BOMB-R9X.jpg

      Supprimer
    3. Il a fait appel à la même agence que Kim Jong-Un ? XD

      Supprimer
  24. Quand la Russie tente de faire croire que les vilains ukrobolcheviques (c’est bien comme ça qu’on dit maintenant dans le cercle informé de ceux qui ont le sachoir ?) sont responsables de tous les maux à Donetsk : https://twitter.com/AndrewPerpetua/status/1603449754477903889

    Ca va bien avec leurs contorsions pour faire accepter par des lois internes tous leurs crimes à l’extérieur. On dirait des gamins de 10 ans cherchant des justifications à toutes leurs conneries. Pitoyables.

    — LoD

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C’est ce qu’on dit pour caresser le RN dans le sens du poil. Pour parler aux Chinois on garde les ukronazis nationalistes, faudrait pas vexer Xi…

      La seule réalité c’est Poutine qui se promène dans les palais des tsars remis à neuf, avec les jeunes en uniformes de 1905 qui lui ouvrent les portes.

      Supprimer
  25. Bonjour à tous (bonsoir en fait, mais bon...)

    Merci pour l'article mon colonel, et désolé pour les trolls... On reconnait le génie à la coterie qui se forme immanquablement pour s'y opposer. On peut donc considérer vos articles comme étant de qualité (ceci dit je fréquente ce blog depuis longtemps et ai acheté un certains nombre de vos ouvrages). Mais je m'égare.

    Votre analyse me paraît excellente (parce que j'avais à peu près la même avant de lire cet article), je m'inquiète de la puissance "retrouvée" (oui, bon... relativement quand même) de l'armée russe, choquée mais pas tombée, je ne dis pas que pour les ukrainiens tout est à refaire,mais ça doit être un peu frustrant quand même. Je maintient (malheureusement) qu'il faut que les ukrainiens renvoient un maximum de jeunes gens russes dans des sacs à leurs familles, je trouve ça assez tragique (et les russes le savent, qui brûlent leurs morts ou ne les récupèrent pas... "missing in action", c'est toujours mieux que "killed in action"...).

    Je reste toutefois un peu (très prudemment en fait) optimiste sur une offensive ukrainienne à venir, en espérant qu'elle soit couronnée de succès (possible, mais ce n'est pas fait). Ces derniers semblent conscient du fait que ce n'est pas fini (et contrairement à ce que certains trolls dénoncent). Perso je n'y ai jamais cru, même si j'ai espérer me tromper quand les offensives de septembre ont donné des résultats stupéfiants. Le nouveau commandant en chef semble un peu moins con (désolé pour la vulgarité) que les autres, et ce n'est pas rassurant. J'espère sincèrement que la situation va pourrir à l'arrière et que les familles russes vont se réveiller rapidement.

    Accessoirement, je me console en me disant que si, pour recruter 300 000 gars, il y en a 700 000 qui se barrent, on a encore une chance de voir la Russie plier. Affaire à suivre lors de la prochaine mobilisation (je pense que ça va quand même continuer).

    Une question cependant mon colonel, avons nous des sources à peu près fiable du volume de perte russe de ces dernières semaines, et un ratio de pertes entre ukrainiens et russes sur le front de Bahkmut?

    Bonne soirée à tous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il me semble que ce nouvel article du col GOYA met en exergue une question que j'ai déjà évoquée, à savoir quelles sont les pertes des parties respectives. Les deux parties essaient de se saigner à blanc, mais qui saigne plus que l'autre ? Une fois de plus, nous n'avons pas de chiffres, alors que c'est la question centrale de l'article, si l'on souhaite anticiper la fin de la partie. Mais ces chiffres sont-ils disponibles ?

      Supprimer
    2. Tiens! Orekhdin qui n'a pas lu les réponses qui lui étaient faites, encore une fois!
      Vous êtes risible, Orekhdin...

      Supprimer
    3. Orekhdin, il y a quelques jours j'avais essayé de faire une synthèse des chiffres disponibles. Vous ne voulez pas y croire, c'est votre choix, mais vous n'aurez pas mieux.

      En quelques mots:
      1) Sur les pertes Russes
      - les sources disponibles (OSINT, MoD Ukrainien, estimation basée sur le nombre de véhicules détruits, "fuites" russes) convergent vers un chiffre de l'ordre de 70 à 100 000 russes "définitivement hors de combat"
      - il y a une ambiguité sur la signification de ce "définitif", est-ce que ça compte seulement les morts (et prisonniers, MIA, etc) ou aussi les blessés graves qui ne reviendront pas au front ? La plupart des sources ne se mouillent pas.
      - Les sources qui prennent une position claire là dessus (Volya) interprétent ça comme des morts, et considèrent que ça représente 1/3 des pertes totales, donc 100k morts, 100k blessés graves, 100k clessés légers (souvent déjà revenus au front)

      2) Sur les pertes Ukrainiennes
      - Les Ukr sont très discrets sur leurs pertes et les estimations sont moins faciles à trouver
      - Ils ont perdus moins de véhicules - donc une répartition différente des pertes
      - Les estimations (Volya, "Icelandic Data Scientist" basé sur OSINT) sont de l'ordre de 1/2 des pertes Russes, donc si on prend le même schéma 50k morts, 50k blessés graves, 50k blessés légers

      Dans les deux cas selon votre interprétation de "pertes irrémédiables" vous pourriez diviser par deux ces chiffres

      3) Effectifs engagés
      - Ukraine : armée avant la guerre à environ 250k soldats. On ne connaît pas l'ampleur de la mobilisation depuis. En cherchant un peu on trouve des chiffres de l'ordre de 350k soldats actuellement.
      - Russie : force d'invasion originale de 180k hommes, armée totale avant la guerre 900k dont une partie est allée en Ukraine. Mobilisation de Septembre affichée à 300k, estimée plus proche de 500k ou même plus selon les sources. Je n'ai pas trouvé d'estimations de l'effectif actuellement en Ukr, ça pourrait facilement atteindre les 500k (mon estimation de 1M de l'autre jour semble un peu haute, rétrospectivement).

      4) Impact sur les forces totales (et donc sur la capacité de combat)
      - Difficile à estimer, parce qu'on ne connaît pas clairement les effectifs engagés totaux
      - Si on part sur les chiffres donnés plus haut on serait à 50/350 (1/7) pour l'Ukraine et 100/500 (1/5) pour la Russie
      - Ce sont des chiffres trés élevés, de l'ordre de celui des grandes batailles de la 1e GM (Verdun, pour la même durée de 9 mois, c'est 1/6 pour la France et 1/8 pour l'Allemagne; Stalingrad est plus proche de 1/2 pour les deux bélligérants, la campagne de France de 44-45 c'est 1/10 à 1/20).
      - Dans tous les cas les armées concernées ont pu continuer le combat au moins un certain temps et même remporter la victoire, ce ne sont donc pas des niveaux insupportables militairement

      5) Impact sur la population nationale
      - 50 ou 100k morts, ça reste assez faible par rapport aux pertes des grandes guerres du XXe siècle (France 1e GM 1.8M; Corée 60k pour la Corée du Sud sur une pop de 15M à l'époque). L'impact "concret" (économique) sur les pays reste supportable
      - L'impact psychologique est plus compliqué à quantifier. L'URSS a été ébranlé par les 10-20k de l'Afghanistan en 10 ans, mais on peut trouver plein d'autres exemples de pertes équivalentes qui n'ont pas affecté le tissu social du pays.
      - Pour reprendre mon exemple de l'autre jour c'est un nombre de morts voisin de lceui de la CoVid, visible et marquant mais pas forcément traumatique en soi (chaque citoyen connaissait un ou deux des morts, c'est dur à vivre mais ça ne donne pas forcément une impression de dévastation).

      Supprimer
    4. ...je reprends un vieil exemple pour relativiser l'impact des pertes sur la conscience collective.
      Il y a un peu moins de 30k morts par an à cause des accidents de la route en Russie. Sans que personne ne semble particulièrement s'en préoccuper.
      La résilience aux "décès prématurés " est un phénomène complexe et seuls les sociologues peuvent apporter un début de reponse. Mais l'Histoire nous montre que les populations peuvent accepter des chiffres très élevés par la force de l'habitude ou quand ils estiment que le but l'exige.

      Supprimer
    5. @A.N. O'Nyme les Russes ont certes mobilisé un peu plus que prévu (318k d’après les chiffres officiels il me semble), mais les 500k estimés sont plus dû au raclage de fond de panier systématique depuis février qu’à la mobilisation officielle (les paramilitaires, les wagner, les unités de volontaires régionales, etc).

      Et la gestion catastrophique du Covid a causé une surmortalité d’un million de morts environ (comme les USA de Trump pour une fois), sans ébranler le pouvoir plus que ça.

      Supprimer
    6. Y a quand même une différence avec le Covid, c'est qu'il a majoritairement tué des personnes âgées et/ou très malades. La guerre, ça tue des jeunes hommes dans la force de l'âge. L'impact psychologique, de même qu'économique, n'est pas le même.
      Mais bon, les Russes sont un peuple de gros soumis qui accepte de se faire maltraiter par les mafieux qui les dirigent. On appelle ça "la résilience". C'est d'une tristesse...

      Supprimer
    7. @ A.N. O'Nyme L'impact des pertes en Afghanistan a probablement été plus important par son étalement dans la durée. Il y avait un petit côté torture du goutte à goutte.
      L'effet psychologique de la guerre Ukrainienne devrait prendre plus de temps.

      Supprimer
  26. Combats Bakhmut
    https://twitter.com/aldin_aba/status/1603311322782961665

    RépondreSupprimer
  27. Ooooh, un début de post, je tente une question qui me turlupine depuis longtemps (simple curiosité) pour le colonel Goya.
    - Il y a 2 semaines UANews relayait un message de l'EM ukrainien qui proposait à quiconque de poster ses propositions stratégiques sur le guerre (sorte de "boite à idée")
    - @M. Goya, dans le même ordre d'idée, utilisez-vous ce blog comme base d'informations (à travers les liens partagés) ou les échanges entre intervenants (soit par la pertinence de certaines interventions, soit au contraire par l'aspect candide de celles-ci qui vous aident à developper vos idées) ?
    - Ou alors vous subissez le capharnaum des discussions, victimes de l'attention que vous suscitez, et se coltiner 2 heures de lecture journalière pour trier le bon grain et l'ivraie n'est pas un investissement rentable ?

    PS : Je n'attends pas vraiment une réponse. Mettons que si vous commencez votre prochaine article avec une locution latine, c'est que nos commentaires ont une balance positive dans votre travail.
    172

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Opération spéciale deleda est"?
      OK, je sors.

      Supprimer
    2. "9mm parabellum"?
      Je sors aussi...

      Supprimer
    3. J'imaginais plus solennelle mais je validerai si c'est du latin revisité.
      171

      Supprimer
    4. "Nunc est bibendum..." A la victoire !

      Supprimer
    5. C'est un Casus belli ?
      Je sors aussi...

      Supprimer
  28. Merci Colonel pour cet excellent article, qui corrobore et synthétise toutes les informations que j'obtiens par ailleurs.
    La salve groupée de trolls et collabos du PPF plus actifs que jamais ne fait que souligner leur désarroi devant cette "Conquête de 3 jours" qui se transforme en tombeau de l'ex 2° armée du monde.
    C'est aussi un rappel salutaire que l'occident ne doit rien lâcher, et faire son maximum pour aider l'Ukraine tant que la bête rashiste bouge encore.

    RépondreSupprimer
  29. Pour tous les trolls qui croient que l'européen a peur de la guerre du boucher du Kremlin.
    74 % des citoyens européens approuvent le soutien de l'Union Européenne à l'#Ukraine.
    https://twitter.com/srodan/status/1603373418874691586

    RépondreSupprimer
  30. sur les forteresses et les fortifications:
    on comprend que les ukrainiens ont eu le temps de fortifier depuis 2014-15, et ont mis les bouchées doubles depuis février.
    on comprend qu'il y a plus d'envie d'utiliser une ville comme forteresse, et dans de meilleurs conditions (ravitaillement, soutien de la population), quand on joue à domicile, enfin, qu'on défend son pays.

    Pas de contestations là-dessus mais deux affirmations du texte m'interrogent quand même:
    - "Ce terrain fortifié édifié depuis 2015 est le plus important au monde après celui qui sépare les deux Corées."
    - "ligne Surovikine" "création d’une grande ligne fortifiée, repli derrière cette ligne" (comme l'Allemagne impériale après l'épuisante boucherie de 1916
    La Corée on comprend, ça ressemble aux lignes que faisaient les allemands en Italie, ou les lignes fortifiées utilisant les reliefs des Vosges ou de l'Eiffel (Westerwall): une section de front assez réduite, un relief TRES difficile et très favorable à la défense. Bakmouth entre autres nous rappelle que la plaine ukrainienne n'est pas absolument plate néanmoins, sur quels reliefs peut s'appuyer la ligne de défense, sinon celle du bâti urbain? A-t-on, sinon encore une fois les villes, quelque chose de comparable aux grandes lignes de défense de la première ou de la seconde GM, et de la ligne de démarcation coréenne? Comment ça se matérialise?
    Les défenses de type tranchées sont-elles encore efficaces? Il me semble que l'efficacité d'il y a un siècle était due au combo terrain méconnaissable, barbelés, boue et ornières sur le no man's land, mitrailleuses et artillerie, et parfois pentes, en complément des tranchées. La chenille rendra cette ligne infranchissable obsolète. Qu'en est-il aujourd'hui?
    Quels sont les moyens des russes pour constituer une ligne de défense infranchissable? alors qu'ils manquent d'hommes, d'équipements...
    /!\

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En ce qui concerne la ligne de défense contre les blindés (anti-franchissement) de type tranchée, elles sont efficaces ssi elles ont un certain dimensionnement (largeur/profondeur), et si le fond est rendu meuble (par explosion par exemple). C'est ce que m'avait expliqué un ex-militaire il y a une dizaine d'année.

      Supprimer
    2. Ce qui est devenu obsolète c’est la chenille comme moyen de franchissement des tranchés. Trop vulnérable aux manpad modernes.

      Cette guerre a reléguée les blindés en dernière ligne. Au lieu de servir en pointe en tir direct on les utilise de l’arrière depuis des positions camouflées en tir indirect, avec des drones pour le réglage du tir (les vidéos de chars en tir direct se terminent généralement par l’élimination de ces chars).

      Un peu comme la cavalerie traditionnelle qui a été progressivement reléguée de moyen d’enfoncer l’infanterie en moyen d’exploiter les brèches une fois l’infanterie enfoncée par d’autres moyens.

      Supprimer
  31. J'ose une prédiction, je dirais même une prophétie : Les Ukraimens veulent seulement gagner du temps et fixer les Russes à Bakmut tout en préparant quelque chose de déterminant ailleurs. La grande offensive X démarrera le 1° janvier Ce jour-là , les terrains seront bien gelés et tous les soldats russes seront ivres-morts . Pour rappel, lors de la deuxième bataille de la Marne en 1918, une offensive des allemands leur a permis de prendre Reims et les caves de Champagne de la région que tous les soldats se sont empressés de piller . Ils ont ensuite été si soûls qu'ils n'ont pas pu aller plus loin. Ce qui a laissé le temps à Foch d'amener des renforts et d'inverser le mouvement. Ce n'est pas une blague.
    Alain S

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ceci dit j'ai depuis quelques temps une idée stupide mais qui serait efficace : arriver à faire parvenir de grosses quantités d'alcool sur les lignes russes... la question étant "comment livrer l'alcool ?". Le parachutage étant exclu ; il reste les drones mais trop faible charge.

      Supprimer
    2. J’espère que vous avez envisagé la chute de Bakhmut parceque l’auteur du blog l’a bien intégré.

      Supprimer
    3. @ Alain S, vous écrivez <>, vous avez raison, c'est une énormité, car Reims n'a été prise que quelques jours en septembre 1914. En 1918, cela presque quatre ans que les Allemands étaient à portée de canons de la ville, les caves étaient donc vides depuis longtemps. J'ignore vos sources mais je vous engage à en trouver de plus fiables historiquement.
      BFA

      Supprimer
  32. @ Nanker
    Bakhmut tient !
    Les principaux efforts des forces russes consistent à étendre leur percée à la périphérie est de la ville.
    Les forces ukrainiennes ont réussi à retirer la force de certains assauts avec des contre-attaques.
    https://twitter.com/WarMonitor3/status/1603493879344422936

    RépondreSupprimer
  33. L’UE adopte de nouvelles sanctions contre la Russie

    Les 27 Etats membres de l’UE se sont entendus jeudi soir pour adopter de nouvelles sanctions contre la Russie, en réponse à la guerre engagée par Moscou en Ukraine, ont indiqué à l’AFP plusieurs sources diplomatiques.

    La Commission européenne avait présenté le 7 décembre ce nouveau paquet de sanctions, proposant d’ajouter près de 200 individus et entités sur la liste noire de l’UE, dont les forces armées de Russie et trois banques du pays.
    Live 20 minutes

    RépondreSupprimer
  34. Harald Thorvaldson15 décembre 2022 à 23:35

    Merci pour cet article une fois de plus très intéressant. Je vous suis essentiellement sur Twitter, on peut aussi se demander devant la supériorité (du moins aux yeux d'un profane comme moi) des Ukrainiens en matière de combat urbain, quel prix ils pourraient faire payer aux russes pour progresser en ville une fois la bataille se portant davantage sur de la guérilla urbaine que sur des frappes d'artillerie et des vagues d'assaut d'infanterie. Quoiqu'il en soit, l'Ukraine a su montrer une véritable vision stratégique et tactique sur ce conflit jusque là, donc leur choix de tenir à tout prix le secteur en dépit de pertes réelles n'est probablement pas anodin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand on en est à la 10e vague de mobilisation, comme c’est le cas des forces armées ukrainiennes, plus rien n’est anodin. L’adjectif qui convient est plutôt celui de catastrophique. Le Valhalla est plein.

      Supprimer
    2. /!\
      Source concernant la 10ème vague de mobilisation en Ukraine ?
      Je rappelle qu'une mobilisation partielle de 300 000 hommes a eu lieu en Russie alors que les pertes officiellement reconnues se comptait en dizaine de milliers à peine (mobilisation qui continue d'ailleurs) et dont la moitié sert déjà ou a servi de chair à canon. Tout ça pour le désir de grandeur d'un type indifférent à la vie des autres.

      https://www.rfi.fr/fr/en-bref/20221207-mobilisation-partielle-russe-environ-150-000-soldats-d%C3%A9ploy%C3%A9s-en-ukraine-poutine

      Supprimer
  35. Bakhmut est simplement le Stalingrad ukrainien.
    Comme Hitler voulait la ville sur la Volga, Poutine veut absolument Bakhmut pour des raisons politiques et morales.
    Les ruSSes ont tellement annoncé son importance et sa capture imminente, qu'y renoncer serait perçu dans leur pays comme une défaite majeure. Donc utile ou pas, ils n'ont pas le choix et doivent la prendre, même si c'est militairement idiot.
    La ville est fortifiée, son ravitaillement facile (contrairement à la situation où étaient Severodonetsk ou Lyssitchansk). Il est donc logique que les ukrainiens s'y accrochent pour fixer l'ennemi et lui causer un maximum de pertes.
    Comme disait Napoléon, "N'interrompez jamais un ennemi qui est en train de faire une erreur".
    Et pendant que les ruSSes s'acharnent bêtement sur Bakhmut, rien n'empêche Zaluzhny de préparer une offensive ailleurs en attendant le moment favorable.
    Peut-être même que les ukrainiens attendront que les ruSSes épuisés aient peu à peu saisi la majeure partie de la ville pour lâcher l'enfer sur leurs ailes, à l'instar de Joukov à Stalingrad...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec des si, la France aurait gagné la drôle de guerre en 40. Mais les Ukrainiens vont perdre Bakhmut, et tout le reste du Donbass dans la foulée.

      Supprimer
    2. /!\ Vous lisez dans le marc de café, où c'est un tirage de cartes ?

      Supprimer
    3. Et toujours cette incroyable arrogance et suffisance qui consiste à penser que l’ennemi est stupide et qu’à l’inverse nous sommes tellement plus intelligents. C’est comme ça qu’on perd les guerres.

      Supprimer
    4. @anonyme de 00:06
      Avec des si, la Russie aurait pris Kiev en Mars. Mais les Russes vont perdre Svatove, et tout le reste du Donbass dans la foulée.

      Supprimer
    5. Depuis que Lyman et Izyum ont été libérées, l'éventualité d'une prise de Bakhmut a beaucoup perdu en importance (hors symbolique). Encore une fois, l'avantage et le désavantage de l'avenir est qu'il est incertain, même s'il y a une tendance de fond très favorable aux ukrainiens, et c'est tant mieux.

      Au passage, voici un lien pour avoir un aperçu rapide de l'occupation russe depuis le début de l'invasion ; cela peut permettre de rester confiant lorsque le front est figé et aussi renvoyer les admirateurs de Poutine devant leurs contradictions (typiquement, si le Donbass était l'objectif depuis le début, pourquoi attaquer Kyiv et Kharkiv, prendre Kherson puis la rendre ?) :

      https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2022/05/11/invasion-de-l-ukraine-en-cartes-l-evolution-des-combats-semaine-apres-semaine_6125591_4355770.html

      Supprimer
  36. J'ai une question: pourquoi l'Ukraine défend-elle Bahmut avec ses unités mécanisées, et pas ses unités de défense territoriale ? N'est-ce pas un risque d'user ses meilleures unités pour rien ? Il doit bien y avoir une raison.

    Première hypothèse: les combats seraient trop "durs" pour la défense territoriale, qui n'arriverait pas à tenir le front, il faut donc tenir le front avec de meilleures unités.

    Deuxième hypothèse: cela fait quelques temps qu'on entend plus parler des unités de défense territoriales (qui ont pourtant participé aux offensives de Kharkiv et de Kherson). Se pourrait-il que l'Ukraine est en train de transformer/équiper ces unités à l'arrière pour en faire des unités de manoeuvre ?

    Troisième hypothèse: en fait, les Ukrainiens mentent sur leur ordre de bataille, et font croire que ce sont leurs unités de manoeuvre qui tiennent Bakhmut alors que la ville est principalement tenue par la défense territoriale. Et que en vrai, ces unités de manoeuvre sont en train de préparer la prochaine offensive surprise.

    TLG

    RépondreSupprimer
  37. La réticence d’Israel à s’engager plus pour l’Ukraine est expliquée par la très importante communauté russe dans ce pays. Plus d’1 millions de personnes sur une population totale de 9 millions qui parlent russe, ont des journaux en russe, mange russe et surtout voté pour les candidats d’origine russe. Dans un pays où il faut des coalitions souvent difficiles à trouver, ils sont incontournables mêmes si beaucoup d’entre eux ne soutiennent pas Poutine, il est difficile d’avoir une politique anti Russie.

    RépondreSupprimer
  38. Colonel Goya, j'apprécie énormément vos analyses en tant qu'historien militaire, mais vos articles dans ce blog sont de moins en moins partial, ce qui est dommage. Celà fait des mois que l'on nous annonce que l'armée Russe n'a plus de missiles, d'obus etc.....et pourtant il n'en est rien, les Russes tirent toujours plus de 20000 obus/jours, chaque semaine des missiles et des drones détruisent les infrastructures énergétiques et logistiques de l'Ukraine. L'impact sur e moral de la population ukrainienne doit être terrible malgré la propagande de nos journaux mainstream, j'ai connu personnellement un hiver rude sans électricité en 1999/2000 au Kosovo et je peux vous dire que les populations locales quittaient le Kosovo pour les pays limitrophes, et que les tensions étaient exacerbées contre la KFOR en raison de ces coupures.
    Pour information je ne suis pas un troll, mais un ancien TDM, qui travaille dans la dépollution sur différents théâtres d'opérations

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. " Celà fait des mois que l'on nous annonce que l'armée Russe n'a plus de missiles, d'obus "

      Non, c'est pas ce qu'on nous annonce. Ce qui est vrai, c'est que les Russes vivent sur leur stock (comme l'occident d'ailleurs, personne n'est capable de produire assez de munition et d'équipement pour soutenir une guerre de haute intensité) et que ces stocks s'épuisent à grande vitesse.

      Ils lancent moins de missiles qu'au début de la guerre (7/jour en moyenne alors qu'en février/mars c'était du 15/jour), ils ressortent de plus en plus leur vieux matos (char T62, missile Kh22), tirent beaucoup moins d'obus qu'en avril-juin, etc. Bref, ils sont sur une pente descendante.

      TLG

      Supprimer
    2. TLG vous oubliez de mentionner dans votre commentaire que le complexe militaro-industriels russe qui date de l'époque soviétique est intacte, que la Russie dispose de matières premières suffisantes pour produire des obus, grenades etc....dans les conditions extrêmes les équipements militaires russes sont beaucoup plus résistants que nos équipements modernes, de part leur rusticité, le minimum d'électronique etc....

      Supprimer
    3. @Anonyme 02:47
      C'est faux, comme indiqué un peu plus haut.
      https://novayagazeta.eu/articles/2022/11/02/the-barren-barrels-en

      Supprimer
    4. Les Albanais du Kosovo en voulaient beaucoup à la KFOR (surtout aux Français) parce que celle-ci les empêchait d'aller massacrer les Serbes qui vivaient autour de Kosovska Mitrovitsa, et les populations qui se réfugiaient ailleurs étaient surtout les Serbes fuyant les persécutions (viols, pendaisons ... de civils) - dans leur zone les Français protégeaient, les Allemands tournaient la tête. Je ne pense pas que l'électricité y ait joué un grand rôle.
      Ancien trans qui était aussi là-bas à la même époque.

      Supprimer
    5. "mais vos articles dans ce blog sont de moins en moins partial,"
      Ils ont donc de plus en plus impartiaux ....😁😁

      Supprimer
    6. @Anonyme16 décembre 2022 à 01:24

      VOus écrivez n'être pas un troll, mais vous en avez tous les attributs ....
      "Celà fait des mois que l'on nous annonce que l'armée Russe n'a plus de missiles, d'obus etc."
      Personne n'a écrit qu'lls n'en n'avaient plus, mais que ses stocks étaient au plus bas.
      L'armée russe tire 7 fois moins d'obus qu'au début de la guerre, vous pensez que c'est par bonté d'âme ?

      Elle a rapatrié les stocks d'obus de la Biélorussise, elle cherche à acheter des obus à la Corée du Nord.
      D'après vous, c'est pour quelle raison ?


      Elle tire de moins en moins de missiles et surtout des missiles de moins en moins sophistiqués. Les missiles tirés sont d'après les morceaux recueillis sur le terrain de date de plus en plus récente.

      La Russie achète des drones de faible qualité à l'Iran.
      Pourquoi ?




      Supprimer
    7. Réponse à intermittent : vous parlez de la diminution des stock Russe, mais vous omettez les ruptures de stock de l'OTAN, l'incapacité de produire suffisamment de munitions de la part des alliés de l'Ukraine, tout ceci est factuelle régulièrement mentionné par auteur de ce blog, et par l'ensemble de la presse, médias etc...pour résumer ce conflit se terminera par un accord de paix sans vainqueur, mais par contre une Ukraine détruite pour des dizaines d'années

      Supprimer
    8. "complexe militaro-industriels russe qui date de l'époque soviétique est intacte, que la Russie dispose de matières premières suffisantes pour produire des obus, grenades etc....dans les conditions extrêmes les équipements militaires russes sont beaucoup plus résistants que nos équipements modernes, de part leur rusticité, le minimum d'électronique etc...."

      Le complexe militaro industriel n'est pas intact. Si c'était le cas, où sont les missiles de dernière générations. Où ont les tanks de dernière génération (ARMATA). Pourquoi les conscrits sont-ils dotés de fusils Mosson-Nagan d'avant la deuxième guerre mondiale, comme vu sur les vidéos russes.

      Ou sont les gilets pare-balle ? Pourquoi les soldats russes se plaignet-ils des manques d'équipements et d'armement.

      Et cerise sur le gâteau, il est vrai qu'on se demande bien à quoi peut servir l’électronique dans une armée moderne.
      Il suffit de ressortir les avions de la deuxième guerre mondiale et de remplacer les radars par des guetteurs humains équipés de jumelles ....

      Y a des fois, je me pose des question sur le niveau des personnes qui viennent poster ici ....



      Supprimer
  39. TLG pour compléter mon précédent commentaire, l'OTAN est dans une situation encore plus critique que la Russie concernant la production, puisque dans un précédent article du colonel Goya sur ce blog, celui-ci précisé que la production US d'une année pour les obus, ne couvrait les besoins de l'artillerie ukrainienne que pendant 3 semaines, sachant que les Ukrainiens tirent 5 à 10 fois moins d'obus que les Russes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, l'OTAN est dans une situation bien meilleur que la Russie, qui n'a plus qu'une industrie défaillante et dépendante des machines-outils occidentale.

      L'OTAN a encore beaucoup de stock alors que les Russes en sont à sortir les vieux machins de mauvaise qualité. Et dites vous bien ceci: ce qu'on a donné aux ukrainiens, pour le moment, c'est le vieux matos dont on n'avait absolument pas besoin (plus quelques pièces d'artillerie moderne, en quantité très réduite). On n'a donné aucun char, aucun véhicule blindé moderne, aucun avion moderne, bref rien de ce qui constitue la puissance des armées de l'OTAN. L'OTAN peut très bien augmenter la qualité et la quantité du matériel fourni (les limitations sont politiques, pas matérielles) alors que la Russie en est à racler les fonds de tiroirs et à implorer l'Iran, la Corée du nord etc.


      TLG

      Supprimer
  40. Pour la petite histoire, lors de l'invasion de l'Irak par la coalition US en 2003, l'armée US c'est arrêté 2 semaines à 100 km de Bagdad pour remettre en état son équipement qui avait beaucoup souffert depuis l'offensive au départ du Koweït, non pas par les combats, mais par les conditions du désert irakien. Pour information, du Koweït jusqu'à Bagdad le pays est plat comme la main, de plus il y a une autoroute a 6 voies construite par les yougoslaves, donc pas de gros soucis majeures. Le gros problème est la fragilité des équipements militaires occidentaux, qui demandent beaucoup d'entretiens en comparaison des équipements soviétiques.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A quoi sert cette soit disant robustesse du materiel sovietique ?
      Les Russes sont incapables d'une offensive s'enfonçant de plusieurs centaines de km, à la différence des Américains, malgré leur matériel plus exigeant.
      Il est estimé qu'une offensive perd de son allant au bout d'environ 400km. C'est ce qui est ressorti des différentes guerres depuis la SGM. Même sans résistance en face, une pause devient indispensable.
      Le matériel occidental et sa logistique sont donc prevus pour ce genre d'offensives. Et ce devait être pareil pour le matériel soviétique, même si son empreinte logistique est plus faible.
      Cette limite arbitraire n'est pas liée seulement au matériel, mais au ravitaillement qui demande de plus en plus de moyens au fur et a mesure de l'avance, à l'érosion des unités qui doivent laisser des moyens en arrière pour reduire ou tenir certains points et securiser le front contre des contre attaques.

      Supprimer
    2. Réponse à Chef Chaudard : la rusticité et la robustesse d'un équipement militaire est très important, plus votre équipement est sophistiqué plus il est fragile et plus il demande de l'entretien et de la maintenance. La guerre en Ukraine et surtout une guerre d'artillerie, avec des températures extrêmes et malheureusement le matériel russes est tout a fait adapté à ce genre de conflit

      Supprimer
  41. Il y a une bataille que les Russes sont en train de gagner, c'est celle des trolls. Ou plutôt, c'est une bataille que les gens normaux sont en train de perdre par eux même.
    Je ne viens quasiment plus sur ce blog qui devient illisible et inintéressant non pas a cause des troll, mais a cause DE CEUX QUI Y REPONDENT ! Que ce soit des réponses argumentées ou juste un /!\, chaque message répondant à un troll est une défaite de plus. Et ça, vous n'arrivez pas à le comprendre. Il n'y a aucune logique a combattre, aucun sens que les troll n'attribue a des mots qui vous vous énervent. Vous perdez chaque fois que vous cliquez sur "répondre", quelque soit le contenu qui suive ! Moi aussi j'ai parfois envi de répondre à un troll, mais je ne le fais pas, parce que derrière son écran, c'est la seule façon de faire éprouver a ces cons de la frustration. Ça et RIEN D'AUTRE !

    A bon entendeur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas d'accord.
      Je suis d'accord que l'on répond trop aux trolls. Il n'y a pas besoin de se mettre à 6 ou 7, surtout pour des messages et réponses sans intérêt.
      Une ou deux réponses suffisent. Voir même un simple /!\ quand le message ne mérite même pas d'être pris en compte.
      Mais je comprends que des gens soient ulcérés et répondent quand même. Même si c'est inutile.

      En revanche, je ne suis pas pour laisser les messages des trolls sans réponse, sinon ils auront tôt fait de pourrir le blog.

      Je pense que la meilleures solution, c'est de ne pas répondre si d'autres personnes l'ont déjà fait, surtout si c'est juste pour se soulager, si on a rien a apporter au debat. Il faut éviter les reponses inutiles, comme les insultes en retour. Les trolls se fichent de nos réponses. Ils ne prennent même pas la peine d'y repondre, d'ailleurs.

      En revanche, il faut au moins une réponse, le sigle /!\. Plus, si on veut apporter des éléments, si c'est humoristique ou poétique.

      Supprimer
    2. entièrement d'accord avec Chef Chaudard

      Supprimer
    3. C'est discutable. Ok pour ne pas polluer le blog avec des controverses sans fin avec des trolls (...dit-il, répondant à un message sans grand contenu informatif...). Mais d'un autre côté il y a aussi plein de gens qui viennent ici chercher de l'information (on voit souvent des commentaires d'anonymes, ou pas anonymes, qui le disent). Pour les "passants", il semble important de faire du "debunking" et de donner face aux affirmations trollesques un point factuel, histoire qu'un lecteur de passage puisse faire le tri entre affirmations sans fondement et données démontrables. Le /!\ est pas mal ... mais pour quelqu'un qui ne connaît pas la situation, pas forcément suffisant pour savoir pourquoi l'affirmation en question est fausse.

      Supprimer
    4. Le côté humoristique et poétique ne fait pas de mal. Et comme moi aussi j'ai besoin d'un petit exutoire, voilà un assortiment d'insultes à l'usage des trolls, servez-vous, c'est gratuit....

      La connerie à ce point-là, moi, j'dis qu'ça d'vient gênant. (Audiard)
      Si la connerie n'est pas remboursée par les assurances sociales, vous finirez sur la paille !
      Ce commentaire devrait être interdit pour abus de connerie !
      ATCHOUM ! Oh je suis désolé, je suis allergique aux conneries !
      La mort, c'est un peu comme une connerie. Le mort, lui, il ne sait pas qu'il est mort. Ce sont les autres qui sont tristes. Le con, c'est pareil. (Geluk)
      Oui mais celui-là c'est un gabarit exceptionnel. Si la connerie se mesurait, il servirait de mètre-étalon... Y serait à Sèvres. (Audiard)
      J’parle pas aux cons, ça les instruit. (Audiard)
      Dans le temps, si on t’avait foutu à la lourde chaque fois que t’as fait des conneries, t’aurais passé ta vie dehors. (Audiard)
      Quand on est cintré comme toi, on porte un écriteau, on prévient. (Audiard)
      Les cons, ça ose tout. C’est même à ça qu’on les reconnaît. (Audiard)
      Les conneries, c’est comme les impôts, on finit toujours par les payer. (Audiard)
      Pour des raisons particulières, je vous ai longtemps pris pour un salaud et je constate avec plaisir que là aussi, j’avais quinze ans d’avance. (Audiard)
      Il y a une chose plus grave que la trahison, c’est la bêtise. (Audiard)
      Je suis ancien combattant, militant socialiste et bistrot … C’est dire, j’ai entendu des conneries, mais des comme ça, jamais ! (Audiard)
      Ce que tu peux être con ! T’es même pas con, t’es bête. Tu vas jamais au cinoche, tu lis pas, tu sais rien. Si ça se trouve, t’as même pas de cerveau. Quand on te regarde par en-dessus, on doit voir tes dents. (toujours Audiard...)
      Le jour où on mettra les cons sur orbite, t’as pas fini de tourner.(pareil)
      À travers les innombrables vicissitudes de la France, le pourcentage d’emmerdeurs est le seul qui n’ait jamais baissé.(idem)
      – Vous savez quelle différence il y a entre un con et un voleur ?
      – Non.
      – Un voleur de temps en temps, ça se repose. (itou)
      On dit toujours qu'on ne peut pas être et avoir été. Eh ben, j'en connais un dis donc, il a été con et il l'est encore.
      Au championnat du monde de la connerie, il finirait 2ème. Il est trop con pour finir premier (Coluche)
      L'échec, c'est la réussite du con (F. Dard)
      Avoir l'air con peut être utile mais l'être vraiment serait plus facile (Coluche)
      Si les cons n'existaient pas, il ne faudrait surtout pas les inventer (F. Dard)
      Il arrive à un con d'avancer, mais toujours à reculons. (F. Dard)
      La différence essentielle entre un jeune con et un vieux con réside dans le temps qu'il leur reste à être cons
      Il y aurait plusieurs façons d'être con, mais le con choisit toujours la pire (F. Dard)
      Comme disait mon grand-père tous les ans il y a de plus en plus de cons, mais cette année j'ai l'impression que les cons de l'année prochaine sont déjà là.
      Comment font tous les cons pour vivre en bonne intelligence ?
      Ce qui est surprenant avec les jeunes cons, c'est leur propension à devenir de vieux cons."
      Si la haine rendait intelligent, les cons seraient une espèce en voie d'extinction.
      La bêtise a été créée pour que les cons puissent s'exprimer.
      Les cons sont la seule espèce qui ne soit pas menacée d'extinction.
      Au bal des cons, tu seras pas à l'orchestre (Pagnol)

      Raah, ça fait du bien... :-)

      Supprimer
    5. Il faut aussi répondre et probablement harceler les "bouches à merde" souvent pro-ukrainienne qui insulte toutes les personnes qui apporte un peu de "contradictoire" !!

      J'imagine que Chaudard, Alain et tout les autres sont d'accord avec cela, quitte à s'auto-insulter ! :-) :-)

      Supprimer
    6. Des gens malintentionnés, qu'ils soient désignés comme trolls ou emmerdeurs, peuvent facilement pourrir la vie d'un forum en l'inondant de remarques débiles. Pour prendre une image, c'est similaire à quelqu'un qui s'inviterait dans une réunion, agresserait tout le monde sans que personne ose le prendre par le col et le foutre dehors, et qui bien content de l'aubaine rameuterait d'autres débiles ensuite.
      Je constate que cela empire.
      Je pense que le Colonel, qui a certainement d'autres chats à fouetter, devrait prendre un modérateur de confiance, pour nettoyer les déjections les plus évidentes de ces trolls/punks.
      (Je ne parle pas de gens comme orekdhin ou d'autres qui nourrissent la discussion.) Mon avis.

      Supprimer
    7. Voilà typiquement le genre de chose à ne pas faire et qui pollue bien plus que le post d'origine : https://lavoiedelepee.blogspot.com/2022/12/tumulte-bakhmut.html?showComment=1671132989088#c966948994513624015

      1 poste trollesque, 8 réponse qui ne comportent que des injures et du blabla contre-productif. Rien à voir avec du débunkage. Ca, c'est une contre-attaque foirée d'avance, et une petite victoire (mesquine, mais victoire quand même) pour le troll.

      Supprimer
    8. Vous faites comme vous voulez.

      Pour ma part, je sais reconnaitre la défaite puisque je n'ai plus la patience de dérouler un fil de 2000 messages désormais essentiellements consacrés à répondre aux débilités des troll. Et puis quels trolls... Regardez nanker, qui n'en a rien à faire du fond et qui s'amuse juste à vous faire tourner en bourrique. Vous seriez pro-russe qu'il serait pro-ukrainien.

      Je vous laisse donc enfoncer les portes ouvertes.

      Si je ne reviendrai plus sur les commentaires de ce blogs, pour celles et ceux ici qui sont plus concernés par cette guerre que les autres (Alain, Itasy ect...), je reste de tout cœur avec vous. Je continue les donations quand je peux, et pour ce que ça peut aider, le thermostat chez moi ne dépassera pas 17° cet hivers (EDF m'informe que j'ai consommer 51% de moins en novembre 2022 par rapport à novembre 2021).

      Tiens... Ca me fait penser... Le Mali, désormais conquis par Wagner, vient d'interdire les ONG françaises. Ca fait 15 ans que je donne mensuellement à une ONG française qui travaille au Mali. Je laisse les vrais pro-russe deviner où ira désormais cet argent.

      Supprimer
    9. @Pedro
      Bon exemple de ce que je voulais dire. Merci.

      Supprimer
    10. @chef chaudard : je pense que si on s'astreignait à la discipline que vous proposez (1 seul post en réponse à un troll, et uniquement pour signaler qu'il est repéré comme tel, le confort de lecture du blog et la valeur des échanges grimperaient en flêche.

      Supprimer
    11. @Pedro. Je suis d'accord avec vous, sur le coup. Une fois un message identifié et éventuellement débunké, il semblerait urgent de passer à autre chose et de laisser de la place à des discussions utiles.

      Après, il y a des gens qui sont agacés, je le comprends aussi, mais comme vous je pense que un peu de discipline collective rendrait les choses plus lisibles.

      Supprimer
  42. Récente parution dans War translated d'une analyse plutôt fouillée et complète sur la situation par un milblogueur pro-russe, Atomic Cherry, qui illustre de manière relativement équilibrée, quel que soit le tropisme de son auteur.
    Parmi les points intéressants, je relève entre autres:
    -les analystes occidentaux pensaient que la Russie allait s'arrêter après un certain niveau de pertes. Cette analyse est défectueuse dès le départ, car elle ne tient pas compte d'un point établi ne serait-ce que par l'histoire militaire, la Russie est un pays ayant une senibilité aux pertes extrêmement basse.
    -la capacité actuelle des forces ukrainiennes reposent au moins autant que le matériel soviétique que sur l'occidental; le soutien des ex-pays de l'Est en munitions, équipements, réparations, est le plus important pour les FAU.
    -l'Occident pense que la guerre sera finie à l'automne 2023. si ce n'est pas le cas, les états alliés de l'Ukraine seront forcés de mettre en place des moyens de production militaire de masse pour la soutenir.
    Pour une lecture exhaustive, https://wartranslated.com/russian-military-analyst-discusses-the-impact-and-scale-of-the-western-military-aid-in-the-war-against-russia/

    lademilune

    RépondreSupprimer
  43. ISW
    ÉVALUATION DE LA CAMPAGNE OFFENSIVE RUSSE, 15 DÉCEMBRE
    15 décembre 2022



    • La Russie pourrait poser des conditions pour mener une nouvelle offensive contre l'Ukraine, peut-être contre Kyiv, à l'hiver 2023. Une telle attaque a extrêmement peu de chances de réussir. Une attaque russe depuis la Biélorussie n'est pas imminente pour le moment.
    • Les objectifs du président russe Vladimir Poutine en Ukraine n'ont pas changé.
    • Poutine utilise deux efforts militaires simultanés pour poursuivre son objectif de conquérir l'Ukraine et d'obtenir des concessions majeures.
    • Poutine pose probablement les conditions d'une nouvelle offensive avant le printemps 2023 pour contraindre l'Ukraine à offrir des concessions.
    • Les forces russes pourraient mettre en place des conditions pour attaquer depuis le territoire biélorusse, bien que l'ISW continue d'estimer que l'armée biélorusse ne se joindra pas aux combats en Ukraine.
    • Les forces ukrainiennes auraient poursuivi leurs opérations de contre-offensive en direction de Kreminna et Svatove.
    • Les forces russes ont poursuivi leurs opérations offensives dans les régions de Bakhmut et d'Avdiivka.
    • Les forces russes ont poursuivi leurs opérations défensives au sud du fleuve Dnipro, dans le sud de l'Ukraine.
    • Le corps des officiers russes continue de subir de lourdes pertes en Ukraine.
    • Des partisans ukrainiens ont mené une attaque de sabotage contre une sous-station de transformation de puissance à Berdiansk, dans l'oblast de Zaporijia.

    RépondreSupprimer
  44. les titres des post de Michel Goya ressemblent de plus en plus à ceux de "san antonio" du très regretté Frédéric Dard...pour ceux qui ont connu!

    RépondreSupprimer
  45. Il n'est pas interdit d'avoir de l'humour. Je soupçonne d'ailleurs le Colonel d'avoir pensé à "Du rififi a Bakhmut", mais de l'avoir écarté pour éviter les comparaisons trop faciles ! ;) (aparté du matin)

    RépondreSupprimer
  46. Communiqué du Ministère de la défense du Royaume Uni 16 décembre 2022

    Comme le montrent les images, ces dernières semaines, les forces russes ont continué à déployer des efforts considérables pour construire de vastes positions défensives le long de la ligne de front. Ils ont probablement donné la priorité au secteur nord autour de la ville de Svatove.
    Les constructions russes suivent les plans militaires traditionnels de retranchement, largement inchangés depuis la Seconde Guerre mondiale. De telles constructions sont susceptibles d'être vulnérables aux frappes indirectes modernes de précision.
    La construction de lignes défensives majeures est une illustration supplémentaire du retour de la Russie à la guerre de position qui a été largement abandonnée par la plupart des armées occidentales modernes au cours des dernières décennies.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils ont Mr Bean au ministère de la défense du Royaume Uni parce que quand je lis "la guerre de position qui a été largement abandonnée par la plupart des armées occidentales modernes au cours des dernières décennies", je veux bien que tout le monde ait abandonné la guerre de position, mais comme personne n'a vraiment fait une vrai guerre de haute intensité depuis des décennies, je pense qu'il est difficile de présumer de ce qui se passerait réellement si cela arrivait !

      Supprimer
    2. @Le Coq
      Il me semble que les guerres du Golfe, vu les moyens employés, peuvent être qualifiées de "haute intensité".
      Avant elles, les différentes guerres israélo arabes avaient été plutôt chaudes.
      Les Argentins avaient fait des positions défensives aux Malouines.
      Dien Bien Phu etait un point fortifié "moderne".
      Tout cela n'a fait que confirmer ce que l'on savait depuis la deuxième guerre mondiale. Sans être inutiles, les positions statiques ne permettent pas de gagner des guerres.
      Les militaires en ont tiré les conséquences.

      Supprimer
    3. Pour une fois, je ne trouve pas que le coq est complètement à coté de la plaque.
      Chef, le point de vue du Ministère de la défense du Royaume Uni semble entendre par moderne un conflit mettant en jeu des "frappes indirectes modernes de précision". De ce point de vue, seul les guerres du golfe ont mis en jeu à la fois tranchées et munitions de précision, non?
      Et à ce moment là, il faut prendre en compte et l'amplitude des tranchées mises en place (je ne suis pas sûr que les fortif irakiennes tiennent la comparaison, mais je n'ai pas de source), et les limitations des stocks (problème que les américains en Irak n'ont pas trop eu).
      Les tranchées sont évidemment surpassées par les munitions modernes, mais de là à les déclarer obsolètes, c'est un peu rapide (d'autant plus qu'il y a encore BEAUCOUP de métal non guidé dans le ciel ukrainien).

      Supprimer
    4. @Chef Chaudard .... Les "guerres du golfe" .... l'opération terrestre de "Tempête du désert" à duré 5 jours !!! Du 23 Février 1991 au 28 février 1991 et il y a eu moins de 300 morts au combat dans la coalition !
      La haute intensité, c'est vraiment quand il y a 2 opposants qui ont la capacité de se battre pendant un certain temps et avec des moyens quasiment comparable !

      Supprimer
  47. "Dans le même temps, les Allemands accentuent la pression sur les sociétés ennemies par les bombardements des capitales, le blocus économique du Royaume-Uni par la guerre sous-marine et le ++ soutien aux révolutionnaires russes. ++"
    Ca vous décrédibilise sacrément d'écrire des choses fausses comme ça, vous savez. Ce n'est pas parce qu'un Richard Pipes isolé va dans votre sens et qu'il est facile à lire qu'il fait consensus. Bien au contraire.
    Si le reste de votre blog est de ce gabarit, ça n'augure pas grand chose de bon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @la carotte enragée: Tout ceci étant du factuel, il ne vous reste plus qu'à aller servir de purée aux soldats du maître du Kremlin.

      ETI

      Supprimer
  48. Un article intéressant sur Bakhmut, son intérêt, son futur ..... Reprenons donc tout d'abord la topographie dans cette région que vous trouverez avec le lien suivant : Topographie Bakhmut .
    Que Constate-t-on :
    - 2 hauteurs aussi bien à l'ouest, qu'à l'est de Bakhmut qui forme du côté ouest un barrage vers Kramatorsk et Sloviansk et à l'est un barrage vers le reste de l'oblast de Louhansk. Ces 2 hauteurs (max 250/260 mètres) ne forment pas un massif régulier puisqu'elles sont pénétrées par plusieurs vallées pour s'ouvrir plus largement au nord vers Siviersk.
    - La situation de Bakhmut ne peut pas être comparée à Dien Bien Phu puisque à l'est la zone est complètement contrôlée par les russes.
    - La partie sud de la hauteur est entourée par 2 voies d'accès principales que sont les M03 au nord et la H20 au sud. Cette dernière étant la liaison principale reliant Donetsk, Konstyantinivka, Kramatorsk et Sloviansk.
    - La prise de Bakhmut par les russes, permettrait peut-être de construire une nouvelle stratégie d'approche vers les 2 villes principales du nord de l'oblast de Donetsk que sont Kramatorsk et Sloviansk par les 2 voies d'accès citées précédemment.
    - La hauteur de Tchassiv Yar, même si elle représente un avantage pour la ligne de défense pourrait être rapidement en danger en cas de contournement par les 2 voies d'accès. Cela obligerait donc les ukrainiens a repositionné une ligne de défense dans la vallée de Kramatork-Sloviansk.

    Cette situation explique peut-être pourquoi il es plus intéressant pour les ukrainiens de se battre pour Bakhmut plutôt que devoir se risque à un repli successif et compliqué vers Kramatorsk et Sloviansk. De même, pour les russes, ce combat est peut-être un préliminaire pour la poursuite de la conquête vers le nord de l'oblast de Donetsk.

    A suivre ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui est intéressant sur cette carte c’est qu’elle montre une topographie inversée de celle de Popasna. Ce qui relativise les messages de ceux qui voudraient voir en Bakhmut un nouveau Popasna.

      Supprimer
    2. On avait observé plus ou moins la même chose lors de la bataille de Sievierodonetsk.
      Il y avait clairement une solution de replis et la possibilité de construire une ligne de défense derrière la ville quelque km plus à l'ouest avec de bonne position. Ils ont pourtant accepté le combat urbain.
      On n'a jamais eu les vraies raisons de ce choix.
      On a mis en avant les brigades territoriales qui voulaient absolument combattre au plus près de leurs secteurs, la volonté de prouver au monde la détermination ukrainienne de résister à l’invasion. Nous n’avons jamais eu le bilan chiffré de cette bataille non plus. Elle a couté chère et des rumeurs de 500 pertes définitive par jours au plus fort ont été rapporté coté ukrainien. Au demeurant, il n’y a pas eu d’encerclement.

      La ville de Bakhmut étant déjà détruite et vidé de sa population, il n’est pas forcément très rentable de donner son potentiel défensif aux russes pour rien. La réorganisation du dispositif sur les hauteurs créerait sur la carte un saillant bien visible et pénible à gérer coté communication.

      D’autre localités plutôt épargnées seraient intégrées à la ligne de défense.
      Contenir les combats dans une zones libre de civiles en plein hiver est peut-être la meilleur des explications

      Supprimer
    3. @Coq, j'ai le sentiment qu'il ne faut pas surestimer l'importance de la topographie. Quand on a des avances de quelques centaines de mètres par jour au mieux, que le terrain soit plat, en pente, boisé ou nu ne doit pas faire une diférence énorme. Même si il faut tirer le char à la main, on arrive à faire 100m par jour... De même quand on tire une roquette HIMARS depuis 50 km, que la cible soit en haut ou en bas d'une colline de 100m ne doit pas faire tellement de différence...

      Les lignes de ravitaillement (routes) ont en revanche une importance réelle, vu les volumes de munitions à acheminer...

      Supprimer
  49. Merci mon Colonel pour ce nouveau point, sur Bakhmut cette fois.
    Toujours aussi intéressant de vous lire, de vous voir construire vos arguments à partir de faits rassemblés (que nous connaissons pourtant) pour les articuler jusque dans une direction qui apparait ensuite évidente ou simplement logique.

    Voici un apport en réponse : une interview trouvée hier d'un capitaine d'artillerie à Bakhmut...
    https://mobile.twitter.com/NLwartracker/status/1602222209631752193
    (Pour ceux qui ne comprennent pas l'anglais, les sous-titres sont disponibles sur la video
    pour ceux qui ne savent pas les mettre : => clic ss-titres + clic parametres => traduction automatique et choisir français)

    RépondreSupprimer
  50. Pour tous les trolls qui pensent qu'il n'y a plus d'argent pour l'Ukr.
    La Banque mondiale débloque 2 milliards de dollars pour soutenir le secteur privé ukrainien
    Le paquet sera financé pour moitié en fonds propre par la SFI, l’autre moitié reposant sur des garanties fournies par des gouvernements donateurs.

    RépondreSupprimer
  51. Bonjour, question sans doute naïve, quel est le ratio de munitions (obus notamment) à utiliser en combat urbain pour abattre un adversaire ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est variable :
      - 1 goutte de polonium 210
      - 1 goutte de novitchok
      - 1 balle de calibre 12.7mm (par exemple PGM H2)
      - 1 balle de calibre 7.62mm (par exemple FRF2)
      - 1 chargeur de 5.56mm
      - 1 grenade offensive modèle F1
      - 1 tapis de bombe (méthode US)

      Il n'y a que l'embarras du choix pour nettoyer !

      Supprimer
    2. /!\ pour Anonyme 10:59, car évoquer le "tapis de bombe" comme méthode US, on voit qu'il est très très du côté bolchevik.

      Supprimer
    3. @Anonyme 10.44 : "quel est le ratio de munitions (obus notamment) à utiliser en combat urbain pour abattre un adversaire ?"

      Enorme. Je n'ai pas le temps de faire une étude statistiqu exhaustive, mais un rapide tour sur google donne par exemple à Verdun 240 T d'explosifs par jour, soit 72 000 T sur la bataille totale, Ce qui correspondrait à 50M d'obus, pour 300 000 morts, donc près de 200 obus pour tuer un combattant.

      Je crois que c'était pire au VietNam (surtout parce que les Américains ont été très innefficaces), mais ce sont le genre de chiffres du XXe siècle et c'est sans doute analogue en ce moment : il me semble qu'on parle de dizaines de milliers d'obus russes par jour, si on se base sur les chiffres que j'estime plus haut (50k morts Ukr en 250 jours = 200 par jour) amène à un ratio dans la même gamme : quelques centaines d'obus par victime.

      Supprimer
  52. https://twitter.com/NOELreports/status/1603663354094096384
    Le point sur les frappes de ce matin à 9 h - pour la 2e journée consécutive, la défense aérienne a abattu...
    Vinnytsia (1) ; Khmelnytsky (1) ; Région de Jytomyr (2) ; Région de Ternopil (1) ; Région de Mykolaïv (6) ; Région de Dnipropetrovsk (5) ; Zaporijjia (3) ; Région de Kirovohrad(2) ; Région de Kharkiv (4) ; Verkhnotoretske (2) ; Région de Kyiv (4)... pas fini
    Eau et métro coupés à Kiyv, Kharkiv privé d'électricité aussi,
    + le système de chauffage ne fonctionne plus » à Krementchouk, « les trains électriques » de certaines régions vont rouler sur des locomotives "de réserve" (cf. le Monde Live)

    https://twitter.com/NOELreports/status/1603668494029053953/photo/1
    Après quelques jours où le nombre de morts ru étaient redescendus à 300-400 morts/jour, depuis 3 jours, la moyenne/jour est remontée au taquet : 740 => 650 => 680 hier

    Réaction rapportée d'une ukrainienne de Kharkiv sous abri : "Poutine doit vraiment en être au désespoir pour en arriver là, c'est moins fort... Bon, et toi, tu manges avec nous ce midi ?"

    RépondreSupprimer
  53. Concernant la livraison des patriots et leur utilisation
    "La Russie ne dictera pas l'aide américaine à la sécurité de l'Ukraine "
    https://youtu.be/8q63o42COtE

    RépondreSupprimer
  54. Dépôt de munitions hier au soir à Irmino => trop de fumeurs
    https://twitter.com/bayraktar_1love/status/1603481690709581832

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Est-ce que quelqu'un a recensé depuis le début les incendies ou explosions dus à des "mégots mal éteints" ?
      EC du 35

      Supprimer
    2. @EC: Wikipedia !
      https://en.wikipedia.org/wiki/2022_Russian_mystery_fires

      Supprimer
  55. Sur la carte présentée du Poulet_Volant, avec l'article du colonel. Je n'ai pas vu le lien donc je vous le mets ici avec les 2 cartes.
    Je me répète mais ce travail sur ces cartes, travail pointilleux de géographe, précis, détaillé, la recherche de sens différents pour exprimer ce résultat... donne un rendu fabuleux. Vraiment chapeau bas au Poulet_Volant
    https://mobile.twitter.com/Pouletvolant3/status/1603415720695681024
    Il s'agit de 2 cartes sur Bakhmut depuis juin. L'une traduit le nombre d'impacts d'artillerie, et l'autre la concentration de feu (c'est cette dernière qui accompagne l'article)

    RépondreSupprimer