mercredi 28 mars 2018

Devenir combattant

Devenir combattant, c’est se porter volontaire pour pénétrer dans des espaces de violence. C’est accepter la transformation de l'être que cela induit avec le risque d’y être détruit ou mutilé dans son corps ou son âme. Devenir combattant, c’est accepter aussi la métamorphose préalable qui sera nécessaire pour évoluer dans un tel monde sans y être broyé à coup sûr. Devenir combattant ce n'est pas devenir "soi-même", c'est accepter d'être un autre, d'accumuler un peu de plus afin de pouvoir l'échanger éventuellement contre du moins et même du tout.

S’il n’y a pas de bonheur des peuples sans liberté, cette liberté dépend du courage des hommes et des femmes qui acceptent et se portent même volontaires pour cette transformation parfois fatale. Si les Français dorment en sécurité, c’est aussi parce que des soldats veillent sur le rempart ou plus exactement que ces soldats sont le rempart. Que l’on cesse de s’intéresser à eux et celui-ci s’effritera.
Nouvelle conclusion 
Sous le feu-La mort comme hypothèse de travail

14 commentaires:

  1. La plus belle définition du combattant volontaire que je connaisse.
    En tous cas la plus vraie.

    RépondreSupprimer
  2. Mon colonel, fort juste et très belle définition du combattant.

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Sobre et juste. Je repense avec émotion à mon filleul que j'ai vu s'entraîner dur, encore et encore pour intégrer les FS au CPA10. Il l'a payé de sa vie en octobre 2016 sur un IED au Mali.
    Alexis Guarato était devenu un authentique combattant, exactement comme vous le definissez, jusque dans son combat à l'hopital Bégin, pendant des semaines. Merci à eux qui dressent ce rempart souvent fort discrètement.

    RépondreSupprimer
  6. Il y a aussi le courage de se battre pour ses convictions qui est pour moi aussi important que de se battre physiquement, surtout que quand on se bat politiquement on n'a pas forcément d'arme pour se défendre. On savais que la guerre en Libye était un crime, mais pourtant cela n'a pas empêcher l'armée d'aller faire du tire au pigeon sans explication tangible, sans posture digne. Faire un retex sur la merde que l'on a semé est aussi une forme de combat courageux. Savoir pourquoi je me bat est ultra important en ce qui me concerne.

    RépondreSupprimer
  7. On ne demande pas à nos soldats de se sacrifier, ça c'est pour les sectes ou les kamikazes, car dans la moindre opération commando on doit créé une porte de sortie pour les soldats, fusse-t-elle très étroite. Même les commandos de tranchés avaient, après incursion derrière les lignes ennemis, un plan de retour. Dans quelques cas exceptionnels de temps de guerre on sait qu'on envoie des soldats au sacrifice: "Allez me repérer ce carrefour là-bas!" Sachant qu'un tire croisé de plusieurs MG39 va s'abattre sur les malheureux partis en reco... Mais l'acte de sacrifice en terme claire est inacceptable à notre époque, surtout que l'on est pas en guerre. Enfin c'est un vaste sujet auquel je n'ai jamais vraiment réfléchie puisque je ne suis pas soldat et encore moins officier. En tout cas je n'aime pas le terme de sacrifice, il me fait penser à une BD d'Alix "Le tombeau des étrusques" où est conté l'histoire du dieu Moloch Bal a qui on offrait des sacrifices d'enfants, non vraiment je préfère parler de "don de soit" plutôt que de sacrifice.

    RépondreSupprimer
  8. Les deux premières phases de votre texte pourraient être un sujet de l'agrégation de philosophie .

    RépondreSupprimer
  9. Ne nous laissons pas cependant, et trop facilement être entrainé dans l'air du temps de la victimisation ambiante.

    Être soldat, c'est aussi vouloir en découdre, pour ne pas subir, et peut être, plus encore, pour faire que la parole de la France soit respectée !
    Bref, d'être encore capable de relever la tête.

    RépondreSupprimer
  10. Définir le combattant, je ne saurai le faire avec clarté et précision. Si je devais me prêter à cet exercice difficile, je me référerais à cette brève compilation de citations ci-dessous qui paraît le résumer.
    " Mourir en combattant, c'est la mort détruisant la mort. Mourir en tremblant, c'est payer servilement à la mort le tribut de sa vie ". William Shakespeare, La vie et la mort du roi Richard II.
    " Mourir en combattant sied mieux au soldat qu’être libre dans la fuite ". Miguel de Cervantès, Don Quichotte.
    " La guerre, ce n'est pas l'acceptation du risque. Ce n'est pas l'acceptation du combat. C'est à certaines heures, pour le combattant, l'acceptation pure et simple de la mort ". Antoine de Saint-Exupéry, Pilote de guerre.
    " Prenez les armes, et montrez votre valeur, soyez prêts au combat ; car il vaut mieux pour nous périr en combattant que d'affronter le spectacle de l'outrage fait à notre nation et à notre autel ". Winston Churchill, Londres, Studio de la BBC, 19 mai 1940.
    " Le même état d’esprit qui rend une personne meilleure peut également faire d’elle un meilleur combattant ". Charles Hackney, Vertus martiales.

    RépondreSupprimer
  11. Merci mon Colonel car dans votre définition je retrouve ce qui fait mon engagement en tant que réserviste.
    Le refus de subir un état de fait et de se rendre disponible pour servir en retour une Nation qui je crois, mais cela n'engage que moi, m'a déjà apporté beaucoup.

    RépondreSupprimer
  12. La vie et le monde n'ont pas de sens , c'est a chacun si il le souhaite de lui en donner un,c'est la liberté de choix de la condition humaine,être un guerrier ou un clerc peu importe,chacun choisit le barreau de l'échelle qu'il peut atteindre ,le tout est- de le faire bien dans toutes ses implications car nous nous le devons

    RépondreSupprimer
  13. Très bel article.
    Un petit lien dans un registre proche: http://www.lemonde.fr/idees/article/2018/04/28/qu-est-ce-qui-conduit-les-soldats-a-se-battre-pour-leur-pays_5291981_3232.html

    RépondreSupprimer