jeudi 28 avril 2022

Point de situation des opérations en Ukraine 28 avril 2022

Niveau stratégique

Contre-offensive des Etats-Unis qui se trouvent devant la guerre en Ukraine dans la position de l’Union soviétique profitant de l’engagement massif, absurde et maladroit des Américains au Vietnam dans les années 1960 pour armer leurs ennemis. Les Etats-Unis prennent ainsi clairement la direction d’une nouvelle coalition, où comme à chaque fois ils fournissent au moins 70 % des moyens, non plus de guerre comme pendant le Nouvel ordre mondial, mais de confrontation. L’ennemi est cette fois la Russie et les moyens sont sans limites hormis celle de la guerre ouverte, ce qui n’exclut pas les petits combats pourvus qu’ils n’entrainent pas d’escalade. 

On analysera cette posture plus en détail plus tard, notons simplement à ce stade la relative faiblesse de la Russie face à cette offensive, Russie qui peut se trouver contrer dans tous les champs d’action possible hormis peut-être avec l’arme du gaz-arme à double tranchant et qui ne touche vraiment que les pays européens. A cet égard, l’appel à la menace régulière plus ou moins voilée d’emploi d’armes nucléaires, contredite à chaque fois quelques jours plus tard par le rappel que ce type d’arme ne pourrait être utilisée qu'en cas de menace existentielle, est plutôt un aveu d'impuissance.

Constatons que les Etats-Unis sont capables de faire cela, et de fournir par exemple 30 fois plus d’aide militaire en valeur que la France, car ils s’en sont donnés les moyens depuis plusieurs dizaines d’années au lieu de les réduire sans cesse. Ils ont des stocks et leur industrie de Défense fait de l’industrie, pas de l’artisanat de luxe. Par comparaison, la commande totale prévue du très couteux Missile moyenne portée (MMP) pour équiper les forces françaises correspond à environ une semaine de combat en Ukraine.

Notons l’extension de la théorie de la victoire, qui n’est plus seulement de faire renoncer Vladimir Poutine devant le coût faramineux de cette guerre pour la Russie (une stratégie qui n’a jamais fonctionné seule) ou la pression interne (de la part du peuple ou de son oligarchie administrativo-mafieuse, une option très hasardeuse) mais aussi maintenant de vaincre, voire de détruire, l’armée russe sur le terrain. Historiquement et particulièrement en Russie, c’est d’abord la situation militaire sur le terrain qui conditionne la suite. Le régime tsariste s’est effondré d’abord du fait de la défaite et de la démoralisation de son armée, le régime soviétique aussi après les expériences malheureuses en Afrique et surtout en Afghanistan en parallèle du délitement de la société.  

Niveau opératif

L’effort russe se porte toujours depuis l’axe Yzioum-Lyman-Rubizhne, soit un front de 100 km de large, en direction de Severodonetsk à l’Est et en direction de Sloviansk-Kramatorsk à l’Ouest, depuis Yzium et Lyman. Cette attaque est appuyée par des attaques secondaires, depuis Yzium vers Velyka, pour couvrir l’action principale face à l’Ouest et depuis Kadiivka (République populaire de Louhansk, RPL) pour envelopper Severodonetsk par le Sud en particulier à Novotoshkivske (prise) et Popasna, avant sans doute de se diriger vers Bakhmut et Kramatorsk.

Gagner la bataille du Donbass équivaut à s’emparer d'un rectangle de 100 km de front sur 70 de profondeur, soit la superficie d’un département français, dans lequel se trouve les trois grandes villes. Cette zone est actuellement défendue par les Ukrainiens avec cinq brigades de manœuvre, deux brigades territoriales et plusieurs bataillons de Garde nationale et de milices, soit sensiblement l’équivalent de 20 groupements tactiques (GT) russes. On estime la concentration des forces russes dans la zone à 30 à 40 GT. Les forces russes s’appuient sur leur artillerie et leur capacité de 600 000 obus/jour, et les forces ukrainiennes sur la supériorité tactique de leurs unités de manœuvre, un terrain fortifié et surtout sur les grands bastions urbains équivalents à Marioupol. Toutes choses égales par ailleurs, il faudrait au rythme actuel entre deux et trois mois aux forces russes pour s’emparer de ce rectangle.

Mais les choses ne sont pas égales par ailleurs. Les forces russes conjuguent cet effort par des attaques le long de la frontière des deux républiques séparatistes à partir d’Horlivak et de Donetsk, puis dans la zone Sud du Dniepr à la RP Donetsk sans grand succès, sauf partiellement au centre à Houliaopole. Il est difficile d’imaginer une plus large progression dans la région sans renforcements en unités de manœuvre.

On note en revanche une grande activité russe dans la région de Kherson au Nord du Dniepr, activité par le feu d’abord avant peut-être de nouvelles attaques en direction de Mykolayev et ou de Kryvyi Rih. Peut-être que cette activité est à relier avec la mise en alerte de la 14e Armée en Transnistrie et la destruction du pont de Zatova à l’embouchure du fleuve Dniestr, qui viseraient à fixer les forces ukrainiennes d’Odessa et notamment la 5e brigade blindée pendant l’attaque contre Mykolaev. On ne voit pas cependant comment avec les Russes pourraient progresser avec les forces dont ils disposent. Peut-être s’agit-il de sécuriser l’éventuel référendum de création d’une République populaire de Kherson (RPK) avant d’avoir l’équivalent à Mélitopol, et fixer ainsi politiquement les gains militaires russes.

A Marioupol, les dernières forces ukrainiennes résistent toujours dans le complexe industriel Azov, malgré les bombardements aériens et les attaques qui continuent. Malgré ce bastion de plusieurs kilomètres carrés à l’intérieur de la ville, la victoire – qui sera célébrée par une cérémonie militaire le 9 mai – et le retour à une « vie normale » sont annoncés en Russie.

Situation inchangée dans la région de Kharkiv, toujours bombardée alors que les forces ukrainiennes ont progressé au Nord et à l’Ouest de la ville.

De part et d’autre, on s’efforce d’entraver les communications de l’ennemi vers le front. Les forces aériennes russes s’attaquent à l’infrastructure ferroviaire ukrainienne et on signale plusieurs mystérieuses destructions de dépôts sur le sol russe et même une attaque par le ciel à Voronej au Nord-Est de Moscou.

Niveau tactique

La comptabilité des pertes matérielles par oryxspioenkop.com indique 587 véhicules blindés de combat (chars, véhicules d’infanterie) russes perdus du 5 (fin définitive de la bataille de Kiev) au 28 avril, sur un total de 1622, soit l’équipement d’un groupement tactique (40 véhicules de combat blindés) tous les deux jours, contre un GT par jour auparavant. Il ne s’agit là que des pertes vérifiées, on peut estimer que les pertes réelles sont environ 50 % supérieures. La proportion des véhicules détruits est désormais de 2/3 et celle des abandonnés se réduit beaucoup. Les Russes n’ont perdu que 72 pièces d’artillerie en avril contre le double auparavant et 200 camions contre 600. Cette évolution reflète le désastre qu’à pu représenter la bataille de Kiev pour les Russes -transformée en opération de diversion par la propagande-et l’évolution des combats.

La forte proportion de véhicules d’appui, et notamment de pièces d’artillerie, et de soutien, perdus indique que les arrières des armées russes étaient attaqués, du fait des élongations des armées russes parfois étalées sur des axes étroits de plusieurs centaines de kilomètres et du fait des capacités de raids et de harcèlement des forces ukrainiennes. Les attaques russes actuelles dans le Donbass ou la région de Kherson sont de moindre profondeur et plus larges. On y progresse peu, mais la densité des forces à l’avant est plus importante et la protection des arrières est mieux assurée.

On répertorie également 382 véhicules de combat perdus du côté ukrainien, soit une moyenne de pertes de 5 par jour, assez constante depuis le début. Là encore, la proportion de destruction a augmenté par rapport aux pertes par capture ou abandon. Le rapport des pertes - 1 pour 4 - est toujours très favorable aux Ukrainiens, y compris pour les pertes par destruction. Il faudrait une étude précise des causes de destruction, mais cette différence s’explique en grande partie par la supériorité tactique des Ukrainiens et leur posture générale défensive, qui leur permet de prendre l’initiative des combats dans la grande majorité des cas et une grande densité d’armes antichars « top-down » - missiles Javelin, obus guidés, drones TB2, drones rodeurs, roquettes tirées depuis des bâtiments, - c’est-à-dire pouvant frapper les véhicules depuis le haut.

Pour y faire face dans l’immédiat, les forces russes font appel à la puissance de feu et la neutralisation préalable des zones d’origine de tirs possibles ou réelles. L’artillerie conquiert, les forces blindées-mécanisées occupent. Cela donne un combat très lent et ravageur.

On notera qu’outre la résistance des hommes, la poursuite des combats n’est possible que parce que les deux adversaires ont des stocks de matériels majeurs, qui compensent les pertes considérables, mais aussi dans une moindre mesure de munitions. C’est peut-être de ce côté-là que se situe le talon d’Achille des deux adversaires. Les Russes ont besoin de millions d’obus, les Ukrainiens de milliers de projectiles antichars en tout genre.

1 048 commentaires:

  1. Bonjour M. Goya (et aux autres),
    Et au niveau des pertes humaines (militaires comme civiles d'ailleurs) ? avons nous des estimations "fiables" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, il est difficile d'avoir des source fiable vis à vis des pertes humaines, d'une part les décès militaire en russie sont soumie au secret militaire si j'ai bien compris ensuite chacun des camps minimises grandement c'est perte tout en présentant des pertes ennemie bien supérieur. Ainsi il y aurait moins de 5000 militaires morts dans chacun des camps et plus de 10 000 chez leur adversaires. Je caricature mais en gros c se que l'on peut voir depuis le début de cette guerre. De même les perte civile sont incertaines, ainsi les ukrainiens chiffrent à plus de 20 000 les pertes à Mariopoles mais la ville n'a plus de journaliste indépendant et est sous controle russe, hormis des poche de résistance encerclé, difficile donc de faire un bilan objectif et neutre... Salutation, Ludovic Melin

      Supprimer
    2. Vidéo de la Guerre : https://youtu.be/RlaiB3N2PPY

      Supprimer
    3. Bonjour,

      les estimations récentes données par les USA ou le Royaume-Uni de l'ordre de 12.000 à 15.000 morts du côté russe sont tout à fait en phase avec les fuites qui ont eu lieu dans la presse russe ces derniers temps (la première était sans doute une erreur de la journaliste qui a dû penser que les information données en off pouvaient être publiées mais je me demande si la seconde ne serait pas le fait d'un opposant). Le nombre de blessés extrapolés par un certain nombre d'analystes serait de trois pour un mort mais nous ne savons rien de la réalité des combats et de leur létalité.

      Côté ukrainien, le président Volodymyr Zelensky a déclaré qu’environ 2.500 à 3.000 soldats ukrainiens avaient été tués depuis le début du conflit et quelque 10.000 d’entre eux blessés (source Le Monde).

      Cordialement

      Supprimer
  2. Il ressort de votre analyse qu'aucune supériorité de l'un ou de l'autre ne sera évidente avant plusieurs semaines au moins voire mois tant que l'occident fournira suffisamment les armées ukrainiennes. Si les ukrainiens tiennent jusqu'à savoir comment bien utiliser les armes fournies on peut en effet comme le dit Johnson en avoir pour une an'ee

    RépondreSupprimer
  3. Merci à vous. Ne pensez-vous pas que les Russes vont commencer à manquer de matériel opérationnel? J'ai lu qu'il puisent dans leurs réserves pour remplacer les pertes, notamment en chars, mais je suppose qu'il s'agit de matériel qu'il faut remettre en condition, et certainement moins moderne. Par ailleurs, l'usine d'Uralvagonzavod est-elle toujours à l'arrêt?

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour mon colonel. Vu le niveau de pertes de l'armée ukrainienne(moindre que le niveau de pertes russes, certes, mais probablement beaucoup plus impactant), les renforts de matériel envoyés par les USA et alliés suffiront-ils ? Ne doit-on pas craindre que la stratégie russe de destruction méthodique des villes et villages soit à terme, gagnante ? Comment alors stopper le processus et aider l'Ukraine à reprendre le dessus ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, cette guerre pouvant potentiellement durée des années sauf revers majeur d'un des deux belligérants je ne prononcerai pas sur la défaite ou la victoire d'un des deux camps. En ce qui conserne la stratégie de pillonnage systèmatique russe, elle à l'avantage de permettre à ceci de vider leur stock de vieux obus sans vraiment impactès leur capacité militaire et par un harrassement continu miné le morale de leur adversaire. Mais l'histoire nous montre que des tonne de bombe ne suffise pas pour la victoire, la guerre de 14-18 par exemple à duré près de 4 ans , ainsi les ukrainiens ne tende pas leur cou pour se faire décapité, ils se défendent et s'abritent et évidement lance des contre-attaques d'ou l'envoie de char et d'avions (souvent des modèle qu'il connaisse déjà bien)par les soutients de l'ukraine. De plus les ukrénien et les russe ne combatent pas que sur un front ainsi des contre-attaque depuis karkiv par exemple ils mettent la pression sur les arrières russes bien que plutôt symbolique pour le moment. De même la reprise de kerson permettrait eventuellement de coupé l'accès terrestre par la crimée et grandement géné la progression Russe. Evidement les russes feront tout pour que cela ne se produise pas... Salutation, Ludovic Melin

      Supprimer
  5. Bonjour.

    Il y a un truc qui me chiffonne. J'ai lu (sur wikipedia, ici : https://fr.wikipedia.org/wiki/Obusier_M777 ) que les M777 avaient une durée de vie de 2650 coups selon les standards canadiens. Bon, les canons soviétiques (puis russes) sont sans doute différents, mais ils ont aussi sans doute une limite.

    A 600 000 obus par jour et 2 400 canons présents, ça fait 250 coups par jour. Alors certes, les lance-roquettes multiples ne sont sans doute pas concernés (je pense, corrigez-moi su je me trompe), mais quand même. La bataille du Donbass a commencé depuis deux semaines environ, dans sa phase d'artillerie russe à haute intensité. Ca fait 250 fois 14, déjà 3 500 obus par canon. Auraient-ils utilisé des M777 à la canadienne, ils auraient déjà arrêté.

    On va présumer que les soviétiques avaient d'autres critères de conception et de fabrication que les américains, et faisaient des canons plus solides (mais aussi plus lourds, moins maniables, tout avantage ayant son prix, principe de base en ingénierie), mais il va bien y avoir un moment ou l'artillerie canon va avoir des canons hors d'usage, non? Il restera certes les Grad et autres Uragan, mais ça devrait faire nettement moins.

    Quelqu'un connait les limites, même approximatives d'usages des canons d'artillerie russe?

    RépondreSupprimer
  6. A t on une idée si, malgré les annonces de destructions logistiques favorables aux russes, le matériel peut être acheminé jusqu'aux lignes de front ukrainiennes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La solution alternative est de passer par la route. Sinon c'est possible de réparer une voie ferrée en une journée, les Ukrainiens sont habitué à réparer leurs infrastructure (eau, électricité, téléphone, etc..) depuis plusieurs années dans le Donbass.

      Supprimer
    2. @ Occupied28 avril 2022 à 15:34

      Excellente question. Très gênante, même.
      Selon des infos d'origine russe, ce sont les stations électriques d'alimentation des caténaires qui ont morflées. Les remplacer semble moins facile que rebouter quelques rails. Par ailleurs les Ukrainiens n'ont qu'un faible nombre de loco Diesel de remplacement. Normal, le réseau est presque entièrement électrifié. Nous ne pouvons pas en fournir au débotté parce que l'écartement des rails n'est pas le même qu'en Occident. On pourra le faire, mais ça prendra du temps et reste la question épineuse du transport.
      Pour la route, toujours selon des infos russes , ils (les russes) s'occupent de couper les ponts sur le Dniepr. Mais 2 (ou 3 ?) ponts sont intouchables car ces routes sont au sommet de barrages. Ça laisse de l'espoir.

      Enfin, les russes disent qu'ils pilonnent les zones de concentration/distribution des matériels que nous envoyons en Ukraine. J'ai des doutes, l'efficacité des missiles Calibre semble exagérée. Par exemple le pont ferroviaire au sud d'Odessa serait remis en service. Or, 48h auparavant il avait été traité par 2 Calibre ou équivalent. Le pont est vital pour le carburant pour toute l'Ukraine et pour l'armement destiné à renforcer la zone d'Odessa, le tout provenant de Roumanie.
      Ce panorama répond-il a votre question, si les infos russes sont crédibles?

      Je n'ai que très peu de connaissances tactiques (en plus ce peu est très vieux) mais il me semble que l'armement portable anti-char et anti-aérien que nous leur fournissons fait un travail apprécié. Ce matériel est facilement transportable et dissimulable. Pas besoin d'une longue file de 38 tonnes ou de semi, facilement repérable. Il me semble donc que nous devrions les aider avec ce genre de matériel. Cet armement permettra de gagner du temps. Le temps que l'Occident sorte de sa torpeur et s'engage vraiment.





      Supprimer
    3. Il me semble que justement l'Ukraine utilise massivement le transport ferroviaire et a une flotte de camions nettement insuffisante pour remplacer le chemin de fer (à confirmer).
      Par ailleurs les Russes semblent s'appliquer à infliger des destructions difficilement réparables, en se concentrant sur les ponts et les sous-stations électriques (seulement 5% des motrices ukrainiennes sont à moteur diesel, toutes les autres sont électriques).

      Supprimer
  7. A t on une idée si, malgré les annonces de destructions logistiques favorables aux russes, le matériel peut être acheminé jusqu'aux lignes de front ukrainiennes ?

    RépondreSupprimer
  8. Mon Colonel, quel est l'intérêt de la France à entretenir le conflit plutôt qu'à faire une mission de bons offices?
    Je comprends que l'intérêt américain soit de se battre jusqu'au dernier ukrainien, mais je ne comprends pas en quoi cela sert nos intérêts ou nos amitiés dans la région (surtout si cela s'achève par une victoire russe sanglante dans un pays dévasté).
    Et je comprends encore moins notre intérêt à un changement de régime (Poutine m'est antipathique, mais passer de Nicolas II à Lénine, Trostky et Staline n'a été profitable à personne)
    Respectueusement,
    Simon

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me permets de répondre: il ne vous a pas échappé que la France est membre de l'UE et de l'OTAN, et que dans la rhétorique servant à justifier l'invasion, il est question de rétablir les anciennes frontières, donc forcément d'envahir des pays membres de l'UE et de l'OTAN (dans les deux cas, cela impliquerait une intervention militaire de la France, en vertu des traités).
      Au demeurant, la Roumanie fait partie des vieux alliés de la France et est très inquiète de la situation en Moldavie.
      La France ne manque donc pas d'intérêts dans la région, ni d'intérêts à voir les visions expansionnistes russes stoppées.
      Il ne me semble d'ailleurs pas que faire changer la Russie de régime soit un objectif. Ce serait plutôt une conséquence.

      Supprimer
    2. "Entretenir le conflit" ? Est ce que ça signifie "laisser la Russie imposer sa tentative de coup de force" On a déjà vu ce que ne pas "entretenir" a donné avec la Crimée...

      Supprimer
    3. Au vu de l'attitude de Poutine cela serait probablement un bien pour l'Europe qu'il ne soit plus au pouvoir. Sans se faire d'illusions pour autant mais je me souviens que quand il avait cédé (en partie) sa place à Medvedev la Russie était moins agressive sur le plan international. Et pourtant Poutine était toujours là en sous-main... Donc a priori on aura de bonnes chances d'avoir un régime russe plus favorable, avec moins d'ambitions de grandeur passée. Peut-être moins personnel aussi.
      Par ailleurs, même en étant conciliants, je ne vois pas comment faire la paix actuellement, Poutine ne semble pas décidé à cela tant qu'il n'aura pas le Donbass. À moins d'une défaite claire...
      De plus c'est aux Ukrainiens de décider, et à nous de les aider tant qu'on peut. C'est eux qui décideront si ils doivent faire la paix et ce à quoi ils sont prêt à renoncer ou non.

      Supprimer
    4. Je me permets aussi de répondre que le massacre de Boucha a définitivement convaincu notre président que Poutine ne veut rien entendre, rien négocier (probablement en raison de sa paranoia accentuée par sa maladie) et dans ces conditions il vaut mieux arreter la Russie par la force.
      On voit d ailleurs que l argument des ukro fascistes a rapidement disparu et maintenant leur but est de rattacher la Transnitrie et s emparer de toute la cote sur la Mer noire. Bref une fois n est pas coutume ceux ci mentent et deforment la réalité en fonction de leur besoin (je me rappelle encore le large sourire de Lavrov qui se moquait des americains quand ceux ci alertaient sur les risques d invasion en fin d année derniere) ou les négations répétées lors de l invasion de la Crimée pour voir ensuite Poutine rigoler fiérement et dire "bien sur que c est nous!" ... Du trés classique en somme, mes amis en Lithuanie sont tout simplement en mode préparation potentielle invasion car ils savent que si l Ukraine tombe ils seront les prochains sur la liste.....

      Supprimer
    5. Le nœud du problème est ici de ramener Vladimir Poutine à la table des négociations, et cela ne dépend que de lui, alors que depuis le début la France par son président a maintenu le dialogue. On voit que Lavrov est dans la ligne de son chef, ce qui fait que toute tentative de médiation se heurte à un mur comme vient de le démontrer la visite du secrétaire-général de l'ONU à Moscou. Il faut être deux pour discuter, et pour le moment le chef du Kremlin ne le veut pas.

      Supprimer
    6. @Simon, je crois que si la Russie veut arrêter la guerre, elle peut le faire dès 16:10, 16h12 au plus tard. Il suffit que Vova le veuille. Personne n'est aller les chercher et personne n'ira les chercher. Ils connaissent le chemin du retour. C'est le même que pour l'aller dans l'autre sens. Ensuite, au delà de l'exaspération qu'il provoque, tout le monde a intérêt à conserver Poutine à la tête de la Russie pour de nombreuses évidences. La question est: Est ce possible? Et là encore, c'est lui et lui seul qui a la réponse.

      Supprimer
    7. @Simon, je crois que si la Russie veut arrêter la guerre, elle peut le faire dès 16:10, 16h12 au plus tard. Il suffit que Vova le veuille. Personne n'est aller les chercher et personne n'ira les chercher. Ils connaissent le chemin du retour. C'est le même que pour l'aller dans l'autre sens. Ensuite, au delà de l'exaspération qu'il provoque, tout le monde a intérêt à conserver Poutine à la tête de la Russie pour de nombreuses évidences. La question est: Est ce possible? Et là encore, c'est lui et lui seul qui a la réponse.

      Supprimer
    8. Merci pour vos réponses,

      @Folker
      Je pense que la Russie a bien vu ses difficultés logistiques, et a bien pris conscience qu'en cas d'invasion des états Baltes un bombardement classique de faible intensité (une dizaine de missiles par jour sur les principaux ouvrages d'art ferroviaires) suffirait à rendre quasi-impossible une invasion, tout en restant en dessous d'un seuil nucléaire. Un article de Theatrum Belli expliquait bien la difficulté logistique russe, étant basée sur le rail.
      A-t-on vraiment intérêt à une défaite de la Russie dans un territoire protégé ni par l'OTAN ni par l'UE? J'ai l'impression qu'une Russie forte faisant le pendant des Etats-Unis (mais trop faible pour envahir militairement l'UE) serait au contraire préférable, plutôt que de n'avoir qu'une seule puissance hégémonique.

      J'ai l'impression que le casus belli a été la volonté de l'Ukraine d'intégrer l'OTAN et l'absence de garantie fournies par d'autres puissances à ce sujet, avec un renforcement de l'armée ukrainienne par les Etats-Unis qui avaient déjà commencé (je peine à croire les russes quand ils parlent de dénazifier un pays ayant un juif président). Peut-être qu'une OTAN purement défensive, n'étant pas simplement les Etats-Unis en Europe et ne cherchant pas à encercler la Russie aurait évité cela. Ou à défaut, au moins une garantie écrite par la France et l'Allemagne de non-extension de l'OTAN à l'Ukraine. Une réponse méprisante à une demande de garantie, certes formulée agressivement, n'a vraiment pas du aider.

      @Sire Sagremore
      Quand Joe Biden évoque un changement de régime, ou que c'est évoqué dans les commentaires ici, je doute vraiment que l'on parle de mettre Medvedev à la place. Un changement de régime en Russie, cela m'évoque plus 1917, et personne n'y a gagné (pas même les ukrainiens, qui ont été victimes d'une famine organisée 15 ans plus tard). Pourquoi est-ce à nous de les aider tant que l'on peut? les interventions extérieures ont juste envenimé et accru des conflits (faire de l'Ukraine un nouvel Afghanistan n'est pas un service à leur rendre, et je ne crois pas à la possibilité d'une victoire nette, claire et rapide des ukrainiens)


      @anonyme
      Laisser faire le coup de force en indiquant quelles sont nos lignes rouges, pourquoi pas. Ou fournir un soutien non-militaire à l'Ukraine, qui permet de rester en bons termes avec tout le monde (des hôpitaux de campagne?).

      @doprdele
      Effectivement, le pouvoir russe et ses médias mentent comme des arracheurs de dent. Nous sommes clairement plus doués pour la propagande de qualité (l'OTAN est défensive et est soumise au Droit par exemple). La Lituanie fait partie de l'OTAN et de l'UE, ce sera un autre morceau autrement plus difficile, surtout s'ils se préparent efficacement à une invasion.

      @anonyme
      Si la Russie arrête maintenant cette guerre/invasion, est-ce qu'elle obtiendra au moins la garantie de non-intégration de l'Ukraine dans l'OTAN, et surtout la garantie d'absence de présence américaine sur place? car je comprends que les russes ne veuille pas de batterie de missiles US à proximité de la flotte de la mer noire. J'ai l'impression, mais je peux me tromper, que le but US est de placer la Russie / Poutine devant le dilemme suivant : soit disparaître en tant que Puissance, soit commettre des crimes de guerre à large échelle (raser les villes à l'artillerie). Placer les russes devant le dilemme "ne pas prendre les villes ou les raser" a du sens du côté ukrainien, s'ils estiment que l'objectif russe principal est l'annexion de vaste pans de l'Ukraine. J'ignore s'il y a une solution permettant à la Russie de se retirer tout en restant une Puissance, ce qui me semblerait idéal.

      Supprimer
    9. [commentaire trop long donc coupé en deux]

      Un point (parmi beaucoup) que je n'arrive pas à comprendre : la date de déclenchement de l'opération, et la façon dont elle a été menée. J'ai l'impression qu'ils ont appliqué un plan sans en dévier quand il s'est avéré inapplicable, et qu'ils ont ainsi usé leurs forces avant de changer de plan. Refaire un coup à la Prague, Kaboul ou Budapest se tentait, mais pourquoi s'obstiner quand cela ne marche pas? au lieu de passer directement à la conquête de territoire si possible, ou alors à l'encerclement ou l'empochement d'unités ukrainiennes? et pourquoi une destruction si tardive du réseau ferré ukrainien, dès que la question logistique devenait sensible? Si l'opération avait été déclenchée au début de l'hiver prochain, après un nouveau cycle de tension dans l'été, la surprise aurait été préservée, et l'Europe se serait tue par peur du froid. Je ne doute pas Guéramissov soit plus intelligent et plus compétent que moi (d'autant plus que je suis un pur civil), mais je ne comprends pas comment les russes agissent, à part s'ils n'ont pas envisagé d'autres options que "être accueilli sans trop de résistance"

      Bien à vous,
      Simon

      Supprimer
    10. @Simon
      "Si la Russie arrête maintenant cette guerre/invasion, est-ce qu'elle obtiendra au moins la garantie de non-intégration de l'Ukraine dans l'OTAN, et surtout la garantie d'absence de présence américaine sur place?"
      Rien ne dit que ça n'a pas été proposé avent l'invasion. Mais Poutine était, de toutes façons, bloqué sur ses ultimatums (inacceptables). La neutralité a été proposée par l'Ukraine lors des pourparlers de paix. La Russie n'a jamais officiellement accepté, ni même proposé, cette solution qui, j'en suis sûr, serait acceptée avec plaisir à Kyiv.
      pour résumer: la Russie ne se contentera pas de la neutralité de l'Ukraine.

      Supprimer
    11. @Simon
      Aucune adhésion de l'Ukraine à l'OTAN n'était proche, la France et l'Allemagne ayant clairement mis leurs vetos depuis 2008. C'est un non-sujet.
      Par ailleurs, l'ultimatum russe à l'OTAN était impossible à accepter. En gros, retour au rideau de fer et à l'Europe de 1988. J'ai connu, et je n'ai pas envie de revoir ça.
      Encercler la Russie? Personne ne le peut. La contenir, oui. Mais pas plus. C'est le plus grand pays au monde, avec une gigantesque façade maritime.
      Les plans d'invasion de la Lithuanie pour désenclaver Kaliningrad sont prêts. Pourquoi créer de nouvelles unités motorisés dans cette enclave sinon? Simplement, Poutine et consorts pensaient l'Occident faible, et tenir suffisamment les Allemands pour pouvoir forcer les choses quand le temps serait venu de reprendre les Pays Baltes. Si l'Ukraine n'avait pas tenu, ils étaient les suivants sur la liste. Aucun doute à avoir là-dessus. Article 5 ou pas. Si on avait laché l'Ukraine, Poutine se serait cru autorisé à envahir les Pays Baltes.
      Pourquoi s'enferrer dans son erreur? Pourquoi croire des bêtises ou s'autopersuader de ses propres mensonges?
      Un conseil: regarder le Grand Blond avec une Chaussure Noire, tous cela y est expliqué. Toulouse piège Milan en lui donnant juste une information erronée. C'est Milan qui construit le piège et se piège lui-même.
      Les Russes (les gouvernants) se sont persuadés eux-mêmes de certaines choses. Que les Ukrainiens n'existaient pas en tant que peuple ou culture, qu'ils désiraient rejoindre la Russie, que l'Occident voulait détruire la Russie et qu'il mentait quand il disait le contraire ....
      La bêtise est humaine. Et finir par croire à ses propres mensonges aussi.
      Pourquoi avoir lancé l'opération en février 2022? Ce n'est pas si difficile à comprendre: déjà, on cumule installation d'un nouveau gouvernement en Allemagne et présidentielles en France qui préside l'UE. Cela suffit à supputer des difficultés pour les Européens à agir de concert, et forcément à réagir vite (ce qu'ils ont du mal à faire de toutes façons). Ensuite, retrait des USA d'Aghanistan, perçu comme une défaite, donc un isolationnisme. Par ailleurs, en février, on évite la boue du printemps, et les réserves de gaz et de pétrôle sont au plus bas en Europe.
      Si l'Ukraine n'avait pas résisté, si Zelensky s'était enfuit,.... en gros, si la Blitzkrieg s'était déroulée comme prévue, l'Ukraine aurait été rayée de la carte avec quelques protestations de principe.
      Mais les Ukrainiens s'étaient préparés depuis 2014, et les réactions des Occidentaux ont été complétement différentes de celles attendues.
      Je sais, ce n'est pas conforme à ce qu'avait prévu des mecs comme Denécé.

      Supprimer
    12. @Chef Chautard
      "pour résumer: la Russie ne se contentera pas de la neutralité de l'Ukraine."
      Pour résumer: l'Ukraine n'acceptera plus qu'on lui impose la neutralité

      Supprimer
    13. @Simon: Abandonnez le postulat selon lequel Poutine est quelqu'un de sensé et raisonnable, vous verrez que toute la situation s'explique d'elle-même.

      Il existe un équivalent dans le théâtre burlesque: Ubu.

      Supprimer
    14. @Sire Sagremore : "Je me souviens que quand [Putin] avait cédé (en partie) sa place à Medvedev la Russie était moins agressive sur le plan international". Pas vraiment. Lorsque la Russie a envahi la Georgie, c'était Medvedev le président. Medvedev et Putin, c'est blanc bonnet ou bonnet blanc.

      Supprimer
    15. @Simon: "une Russie forte faisant le pendant des États Unis mais trop faible pour envahir l'UE".

      Je comprends bien ce que vous voulez dire, mais il faudrait vous demander si c'est possible et raisonnable.
      D'abord, si la Russie doit être le pendant des USA, elle doit avoir des capacités militaires en adéquation. Vous parliez sûrement d'un point de vue économique, mais si elle en a les capacités économiques, la Russie s'armera, quoi que vous en pensiez.
      Ensuite, jusqu'à cette guerre, la France et l'Allemagne ont largement essayé de nouer de bonnes relations avec la Russie. Le gazoduc nord stream 2 prouve le renforcement jusqu'alors des relations économiques entre l'Allemagne et la Russie, au grand dam des Usa.
      Macron a invité Poutine à Versailles, après 2014, donc de l invasion de la Crimée.
      l'Europe a fait le chemin, pas la Russie.

      Maintenant compte tenu du régime politique russe, est ce raisonnable ?
      Les USA sont une grande démocratie, le président ne décide pas de tout. A l opposé, Poutine apparaît détenir tous les pouvoirs.
      Laisser un tel pouvoir dans les mains d un seul homme est dangereux. Donc non, je préfère largement que les USA restent bien supérieurs aux russes.

      Pour terminer, la Russie n entendra pas traiter l'UE comme une puissance à son égal. Au contraire, elle cherche à nous diviser pour mieux nous tordre le bras ensuite. Il faut voir la propagande que l on subit depuis des années contre les gouvernements pro européens via RT.
      Alors bien sûr les USA ne nous veulent pas que du bien, je ne suis pas dupe. Ils entendent notamment conserver leur prédominance économique sur l'UE. Néanmoins, ils nous veulent moins de mal que les Russes et sont certainement moins susceptibles de nous envahir.

      Supprimer
  9. Bonjour et merci pour vos points de situation réguliers.
    Je tiens seulement à signaler une coquille. La ville russe de Voronej ne se situe pas au nord-est de Moscou, mais bien plus au sud, vers la frontière ukrainienne, à l'est de Belgorod.

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour M. Goya !
    Le NLAW est également un missile top-down quand il est utilisé sur les chars ! Le missile à la charge anti-tank dirigé vers le bas, c'est pour ça qu'on voit le missile continué ça course après avoir explosé au dessus du char !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. https://fr.wikipedia.org/wiki/NLAW#:~:text=Le%20missile%20utilise%20une%20fus%C3%A9e,90%C2%B0%20vers%20le%20bas.

      Le missile utilise une fusée de proximité magnétique et optique pour détecter sa cible qu'il survole avant de détonner au-dessus du toit, où le blindage est généralement moins épais. Sa charge génératrice de noyau possède un calibre de 102 mm, elle contient du PBX et est orientée à 90° vers le bas.

      Supprimer
  11. La thèse de Poutine d'une Ukraine militarisée de façon croissante est donc exacte, et le récit de la petite Ukraine face à l'ogre russe ne tient plus.
    Les Russes jouent leur survie, et nous allons les vider de leur sang.
    Pourquoi au fait ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'autre option c'est laisser Moldavie, Roumanie, Pologne, Hongrie, rentrer au rythme de un pays par an dans le nouvelle union mafieuxoviétique. Jusqu'au mur de Berlin où jusqu'à Brest?

      Supprimer
    2. Ah bon ? Quelqu'un a parlé d'envahir la Russie ? On n'est pas au courant apparemment.
      Même les Ukrainiens, qui sont pourtant bien légitimes à riposter, nient les attaques qu'ils font en Russie (et uniquement sur des cibles stratégiques).
      Donc la Russie ne joue pas sa survie dans cette guerre dont elle est la seule responsable. Si cette guerre lui coûte trop cher elle n'a qu'à l'arrêter, personne n'ira l'attaquer en retour.

      Supprimer
    3. Déjà, c'est très discutable (la Russie conserve d'importantes réserves en matériel), ensuite c'est la Russie qui a agressé l'Ukraine et qui a des visées expansionnistes. Si la Russie se vide de son sang, c'est qu'elle le veut bien. Il lui suffit de respecter les frontières internationalement reconnues pour que tout cela cesse.

      Supprimer
    4. @Unknown33

      Je vois qu'il y a une coquille dans votre message. Je me permets de la corriger "les Ukrainiens jouent leur survie".

      Ne me remerciez pas...

      Supprimer
    5. "La thèse de Poutine d'une Ukraine militarisée de façon croissante est donc exacte."
      Ca s'appelle une prophétie auto-réalisatrice.
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Proph%C3%A9tie_autor%C3%A9alisatrice

      Supprimer
    6. Excusez moi, mais ce sont les Ukrainiens qui jouent leur survie, ce sont les Ukrainiens qui sont agressés et dont l agresseur nie meme le droit a l existence. Que les russes rentrent chez eux et leur sang ne coulera pas....

      Supprimer
    7. "Pourquoi au fait?"
      Parce que les russes continuent à tuer des civils dans un pays qu'ils ont envahi, parce qu'il n'y aucune raison qu'ils s'arrêtent si on ne les arrête pas, et parce que nous ne voulons pas vivre sous la menace d'un dictateur qui agite la menace nucléaire. Si aucune de ces 3 raisons n'a de sens pour vous, alors je me tais.

      Supprimer
    8. Troll russe repéré. Ne le nourrissez pas. Exposez-le aux yeux de tous. Les trolls craignent la faim et la lumière.

      Supprimer
    9. La Russie joue la survie de son fantasme impérialiste. L'Ukraine joue la réalité de la survie de son peuple, de son économie, et de sa culture.

      Supprimer
    10. Anonyme28 avril 2022 à 15:54
      Jusqu'au mur de Berlin où jusqu'à Brest?

      Non vous faites erreur déjà il y a un mois c’était de Vladivostok jusqu’à Lisbonne, mais comme les informations remontées au Kremlin indiquent un succès foudroyant de l’armée russe sur le terrain en Ukraine, l’appétit de Poutine a grandi. Et depuis les derniers discours de Poutine et Lavrov indiquent la construction d’un ‘’Imperium russe’’ des îles Kouriles à Dublin.
      Moyennant quoi, l'armée russe occupe militairement depuis le 14 avril 2022 quatre îles de l'archipel rompant ainsi de manière unilatérale les pourparlers de paix engagés depuis 1945. Juridiquement parlant la Russie est en guerre avec le Japon alors qu'elle mène une opération spéciale en Ukraine.

      https://www.lindependant.fr/2022/04/22/ocean-pacifique-le-japon-accuse-ce-vendredi-la-russie-doccuper-illegalement-ses-territoires-du-nord-10252325.php

      Supprimer
    11. Parce que la Russie est un état terroriste. Poutine et sa clique son à mettre au meme rang que Daesch. Ah vous faites parti de Daesh? je comprends mieux la question...

      Supprimer
    12. Ha ben super, on nous envoie les trolls stagiaires maintenant. Il va falloir être plus subtil que ça, même sur tiktok ça ne passerait pas la.

      Supprimer
    13. Les Russes jouent leur survie jusqu'au dernier Ukrainien

      Supprimer
    14. Les trolls et les idiots utils jouent leur crédibilité

      Supprimer
    15. Désolé je ne suis pas envoyé et je ne suis pas un troll, en fait quand je ne sais pas si vous vous en rendez compte mais ceux qui insultent font exactement comme les Russes, à moindres frais bien sûr. BREF.
      Non je pensais que si Poutine fait cela c'est dans une logique globalement défensive de reconstitution d'un glacis face à l'extension d'une alliance qui lui est ouvertement hostile.
      On peut toujours se lamenter de l'existence des mafias et des marchands d'armes (encore qu'ici on semble aimer la poudre), du fait qu'à Moscou il existe un pouvoir, mais concrètement si on veut la paix des peuples transformer une marche ethniquement diversifiée en mur .. l'euromaïdan fût piloté par Washington c'est prouvé, c'est le meilleur moyen de faire couler le sang. Ou alors Moscou devait se coucher comme aucune grande puissance ne l'a jamais fait ?
      Quelqu'un disait avant qu'il suffisait de considérer Poutine comme irrationnel pour que l'analyse tienne, c'est bien trop facile ! Si un élément est considéré irrationnel alors plus besoin de logique. Et merci pour la prophétie autoréalisatrice mais je ne pense pas que la formation de l'armée ukrainienne ait attendu le 24 février, c'est un peu trop romantique pour être vrai.
      Concernant les ukrainiens ils ne jouent plus leur survie (surtout les tués..) mais l'intégrité territoriale actuelle, et oui ce qui leur arrive est odieux mais poir vous ce n'est que le fait des Russes, pas des nationalistes et des américains ?
      Comme si il y avait le good guy et le bad guy...n'est ce pas un peu naïf ? Vu les 14000 tués ukrainiens dans le Donbass rien qu'entre 2014 et 2019...

      Supprimer
    16. Soldat Pithivier28 avril 2022 à 23:43


      Unknown3328 avril 2022 à 22:10

      ‘’Non je pensais que si Poutine fait cela c'est dans une logique globalement défensive de reconstitution d'un glacis face à l'extension d'une alliance qui lui est ouvertement hostile. ‘’

      Cette affirmation est directement issue du Soft Power Russe ‘’La Russie éternelle, seule contre tous’’ : elle ne correspond donc pas à la réalité. J’avais fait un post sur le Soft Power russe que vous pourrez trouver en date du 22 avril. Et je vous mets ci-dessous quelques liens expliquant la démarche du FSB russe pour implémenter le Soft Power russe dans les pays occidentaux.
      https://www.ifri.org/fr/espace-media/lifri-medias/y-t-un-soft-power-russe
      https://www.geostrategia.fr/le-soft-power-russe-outils-et-limites/
      https://www.ege.fr/infoguerre/etat-des-lieux-du-soft-power-russe

      Supprimer
    17. Soldat Pithivier28 avril 2022 à 23:44


      Unknown3328 avril 2022 à 22:10

      ‘’l'euromaïdan fût piloté par Washington c'est prouvé ‘’

      Apportez nous svp des preuves au sens scientifique du terme c’est à dire des preuves sourcées par 3 sources différentes authentifiées et non connectées entre elles.

      Supprimer
    18. Soldat Piyhivier28 avril 2022 à 23:45

      Unknown3328 avril 2022 à 22:10

      ‘’alors Moscou devait se coucher comme aucune grande puissance ne l'a jamais fait ‘’

      On ne lui demande pas de se coucher mais de respecter l’intégrité territoriale d’un pays souverain, ce qu’elle n’a pas fait le 24 février 2022 en envahissant l’Ukraine.

      Supprimer
    19. Soldat Pithivier28 avril 2022 à 23:46


      Unknown3328 avril 2022 à 22:10

      ‘’Quelqu'un disait avant qu'il suffisait de considérer Poutine comme irrationnel pour que l'analyse tienne, c'est bien trop facile ! Si un élément est considéré irrationnel alors plus besoin de logique ‘’

      Poutine n’est pas irrationnel, il a sa propre logique qui est celle d’un officier du KGB présent en Allemagne lors de l’effondrement du mur de Berlin qui a été obligé de sortir son arme pour se protéger de la foule envahissant un immeuble de la Stasi dans la folie de l’ivresse de la Liberté retrouvée. Un monde s’est effondré, son monde s’est effondré.
      Après comme les autres membres du KGB, il s’est trouvé sans doute perdu, désorienté et ne sachant que faire de ses dix doigts. Le KGB s’est donc transformé en FSB mais les hommes étaient les mêmes toujours aussi inadaptés à la démocratie et au nouveau monde. Et là pour justifier son existence, et peut être aussi essayer de trouver une explication à ce qui s’était passé, le FSB a créé un roman national ‘’La Russie éternelle seule contre tous’’. Au début, ils n’étaient sans doute pas dupes puis petit à petit ils s’y sont mis à y croire de plus en plus jusqu’à s’autopersuader qu’ils avaient raison : ils détenaient enfin La vérité qui expliquait tout.
      Mais malheureusement pour eux, cette vérité n’est qu’un roman national décorrélé de la marche du monde. Et c’est là qu’on peut dire que Poutine est irrationnel puisqu’il n’est plus dans le réel.
      Après il n’est pas le seul dans ce cas, il suffit de lire Doukine et consorts.
      Pour moi, Poutine et Cie ne sont que les derniers soubresauts du cadavre pourrissant de l’URSS.

      Supprimer
    20. Soldat Pithivier28 avril 2022 à 23:47


      Unknown3328 avril 2022 à 22:10

      ‘’Concernant les ukrainiens ils ne jouent plus leur survie (surtout les tués..) mais l'intégrité territoriale actuelle ‘’

      Ben oui, une nation c’est d’abord un territoire national, c’est donc normal de se battre pour défendre son territoire national quand on est un nation. C’est d’ailleurs toute l’histoire de l’humanité que vous refaite là.

      Supprimer
    21. Soldat Pithivier28 avril 2022 à 23:52

      Unknown3328 avril 2022 à 22:10

      ‘’’Comme si il y avait le good guy et le bad guy...n'est ce pas un peu naïf ? Vu les 14000 tués ukrainiens dans le Donbass rien qu'entre 2014 et 2019... ‘’

      Non, il y a juste des morts, des hommes dans la force de l’âge torturés et tués, des femmes violées, torturées et tuées, des enfants souvent violés et torturés mais toujours tués, des morts, des morts et encore des morts …
      Avec toujours en ce qui me concerne les mêmes récits des rescapé(e)s tchéchènes ‘’tu sais, les russes, ils sont arrivés et ...’’, des rescapé(e)s syriens ‘’tu sais, il faut que je te dise, les russes, ils sont arrivés et ...’’ et maintenant avec les respacé(e)s ukrainiens ‘’ tu sais, les russes, ils ….’’

      Alors maintenant pour moi l'équation est devenue très simple russes = morts

      Supprimer
    22. @Unknown33: A propos de Maïdan: Les Usa ont probablement joué un rôle bien évidemment. La question à se poser est de savoir si les ukrainiens ont subi cette révolution ou l'ont souhaité. Et là, la meilleure réponse qui soit est l'engagement du peuple ukrainien pour défendre son pays contre la Russie. Si les ukrainiens avaient estimé qu'on leur avait enlevé le pouvoir, ils auraient accueilli les russes à bras ouverts.

      Sur la logique défensive de la Russie. Désolé mais l'argument ne tient pas la route. Aucun Etat ne peut envahir la Russie car c'est une puissance nucléaire.
      Par ailleurs, avec l'adhésion désormais probable de la Finlande à l'OTAN, réaction aisément prévisible, le concept du "glacis" est un peu foireux.
      Oui la guerre n'est que l'oeuvre des Russes. Leur but est de reconstituer un empire.
      Alors vous pouvez répondre que les USA essayent aussi d'accroître leurs positions stratégiques dans le monde, et notamment en Ukraine. Mais qu'ont choisi les ukrainiens ? La Russie ou les USA ? Les ukrainiens n'ont ils pas le droit de choisir leur destinée ?

      Sur le chiffre des 14000 ukrainiens tués dans le Donbass. C'est fou comme tous les pro-russes sortent ce chiffre en omettant de dire qu'il s'agit des pertes des deux cotés, sachant que 9000 à 10000 étaient des combattants.
      Vous pouvez déjà multiplier ce chiffre par 10 pour la guerre actuelle...

      Supprimer
    23. à Soldat Pithivier et BENOIT C,

      Bonjour,

      quand je pense que je considère Nox comme un troll, on en a un autrement plus grave ici...
      Merci pour votre patience et votre pédagogie pour démonter cette propagande.

      Cordialement

      Supprimer
    24. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    25. Et pendant ce temps là, les Chinois préparent une nouvelle base, cette fois ci aux iles Salomon.

      Comme quoi on peut être un ennemi de l'OTAN, et accroitre son influence et son glacis défensif sans tuer tout le monde au passage.

      Supprimer
  12. Bonjour.

    Je ne comprends pas. 600 000 obus par jour, disons depuis 14 jours, sur 2 400 canons, ça fait 250 obus par jour, donc 3 500 obus par pièce.

    Quelle est la capacité des canons russes avant de lâcher? Les standards canadiens sur les M777 sont de 2 650 tirs avant une mise au rebut de la pièce. Je suppose que les pièces russo-soviétiques sont plus conçues pour la quantité que pour la légèreté, donc tiendront plus longtemps, mais jusqu'à quand?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être que le chiffre de 600k obus/j comprend toute pièce d'artillerie, du petit mortier d'infanterie au 203mm.

      Supprimer
    2. Tirer sur un immeuble d'habitation de 20 étages à 5km de distance ne demande pas la même précision que pour cibler un canon ennemi à 35km. Donc tant que la pièce n'explose pas, je serais tente de supposer qu'ils tirent sans compter !

      Supprimer
    3. La vie d'un tube dépend non du nombre de coups absolu qu'il a tiré mais du nombre de coups pondéré sachant qu'une unité de coup pondéré correspond aux efforts demandés au tube à la charge maximale. Comme la plupart des tirs se font à distance moyenne et donc avec des charges intermédiaires, chaque coup génère des coups pondérés inférieur à 1. Autrement dit, un canon peut tirer beaucoup plus de coups absolus que de coups pondérés. Ceci dit, si l'armée russe dispose de stocks énormes de munitions, elle a aussi un stock important de tubes et peut se permettre soit de relever les pièces en fin de potentiel, soit de changer directement les tubes sur le même affût. Par ailleurs, une quantité certaine de cette artillerie est composée de lance-roquettes multiples qui, quelle que soit la quantité de munitions tirées ont des taux d'usures extrêmement faibles puisque la propulsion de la munition s'exerce par un jet arrière libre.

      Supprimer
  13. Merci Mr Goya pour vos analyses clairvoyantes et au delà du conflit proprement dit. J'étais vraiment impatient de vous lire de nouveau !

    RépondreSupprimer
  14. Pour compléter Simon, quel est l'intérêt de la France à refuser qu'une puissance européenne puisse envahir et détruire un autre pays européen ? Personnellement, je pense que nous devrions faire une opération militaire spéciale sur la Suisse où une minorité francophone est odieusement dominée par des cantons germanophones. A moins que l'on commence par la Belgique.
    Moi aussi je comprends que l'intérêt russe soit de bombarder les villes jusqu'au dernier ukrainien, mais je ne comprends pas en quoi cela devrait desservir nos amitiés dans la région (surtout si cela s'achève par une défaite russe dans un pays dévasté).
    Et je comprends encore moins notre intérêt à un changement de régime, pourquoi pas démocratique, coopératif, prévisible, pendant qu'on y est, alors que nous avons la chance d'avoir un régime dirigé par des kleptocrates et des siloviki, qui ne tolère aucune opposition, truque les élections, a remplacé toute informations pluralistes par une propagande d'état, interdit d'utiliser des mots aussi courant que guerre, fait de son pays l'un des plus inégalitaire du monde, et menace le reste du monde qui renâcle de frappes nucléaires. Néanmoins, Simon se trompe sur Poutine, il est bien plus que le successeur de Nicolas II, il est la merveilleuse synthèse du meilleur de l'empire des tsars et de la regrettée URSS.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bravo, trés bon commentaire, merci

      Supprimer
    2. C'est presque du Voltaire!

      Supprimer
    3. Anonyme28 avril 2022 à 16:14

      Je ne suis pas d’accord avec vous :

      Vous oubliez la grande liberté qu’ont les russes de pouvoir fumer dans l’espace public et jeter les mégots mal éteints n’importe où quitte à incendier des dépôts de carburants, des usines chimiques ou des centre de recherche militaires …

      Supprimer
    4. Vous avez raison, c'est à ce genre d'interdiction de fumer où bon nous semble que l'on mesure la décadence et la lâcheté des hypocrites pseudos démocraties occidentales, sociétés molles et féminisée ayant perdu toutes vertus viriles et martiales. Une autre preuve : l'occidental émasculé s'effraie de l'éventualité de quelques petites bombinettes nucléaires tactiques, au cas où il resterait quelques ukronazis terrés dans des souterrains, alors que le russe lui n'hésite pas à creuser et dormir durant des semaines dans une zone hautement radioactive. За ваше здоровье! (À votre santé !)

      Supprimer
    5. Les Soviétiques (et l'Otan) n'aurait pas hésité une seconde à l'utilisation d'arme nucléaire dans la trouée de Fulda (et sur l'ensemble du continent Européen). Encore une preuve de la virilité des nouveaux Moscovites qui n'ont pas peur de la mobilisation générale.

      Supprimer
    6. C'est ce genre de posture morale qui mènent aux charniers. Du néoconservatisme: les autres sont des bœufs, l'occident est dans son on droit de bombarder, manipuler, exiger...
      Bref, on sur le fond du propos mais à part se rassurer dans l'entrevoir des privilégiés qui ne vivent pas sous les bombes ça ne sert à rien.
      Si l'occident ne change pas des Poutines il va y en avoir à la pelle, et des plus doués... mais peut-être que les bellicistes s'en satisferont ?

      Supprimer
    7. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    8. Oui, les guerres à distance on adore, ca fait frémir tout le monde. La guerre dans le Donbass depuis 2014, les populations ethniquement russes, les activités de l'OTAN en Ukraine - cela n'existe pas. De Poncins ce matin parlait simplement d'un pays pacifique avec aucune raison à cette agression. Apparemment l'intérêt de la France et de l'Europe se cantonne à faire plaisir à certains généraux (souvent à la retraite) et diplomate du quai non-contents de s'émouvoir de la formidable résistance ukrainienne et du "soutien" de la France. Pendant ce temps, on donne nos usines Renault à la Russie, on encaisse l'inflation et on renie encore plus notre autonomie stratégique.

      Supprimer
  15. Bonjour à tous,
    Si l'on ne peut qu'apprécier de voir tous ces blindés, canons et équipements occidentaux parvenir enfin aux Ukrainiens, j'ai tout de même des interrogations et des inquiétudes quant aux nouveaux défis que cela va poser à cette armée en matière de logistique et de formation. En effet, passer d'équipes de tireurs de missiles portables évoluant à bord de voitures privées ou de pick-up à des blindés lourds et à des canons de 155 mm va générer une lourde empreinte logistique avec une masse de camions logistiques (transport des munitions, des carburants, etc.) devenant autant de cibles pour les frappes russes et dépendant davantage d'infrastructures routières (ponts par exemple) pouvant être détruites. Bref, l'armée ukrainienne risque de se retrouver dans la situation de vulnérabilité logistique qu'a connue l'armée russe. Par ailleurs, la diversité de modèles et d'origines de ces blindés et canons occidentaux peut être la cause de soucis: il va falloir constituer de nombreux stocks distincts de munitions et de rechanges pour soutenir ces armements parfois livrés en faibles quantités, former des mécaniciens et des équipages pour un tas de micro parcs distinctes, habituer les EM à de nombreux matériels et armements aux capacités assez distinctes. Là où les Russes profitent d'une grande harmonisation des munitions, matériels, etc. Au final, en pleine campagne, cela ne risque-t-il pas d'avoir un effet pervers pour l'Ukraine, accroître ses vulnérabilités là où intuitivement on pourrait croire que cela les réduirait?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela pose problème en effet, mais ce changement est inévitable du fait des stocks limité des munitions soviétiques. Au rythme d'utilisation actuel, on ne pourra plus en fournir d'ici quelques semaines ou quelques mois. Il faut donc passer à des armes modernes dont les munitions et les pièces sont encore fabriquées. D'où les obusiers fournis, tous de 155 mm (format OTAN). Ce qui simplifiera l'approvisionnement, et l'entretien (les pièces sont disponibles). Il est probablement prévu des dispositions particulères pour l'entretien. La Slovaquie va réparer les chars Ukrainiens. Il est possible que nous fassions de même pour les armes lourdes fournies.
      On peut noter au passage que les Allemands ont encore réussi à se signaler: ils ont enfin décidé de fournir des blindés, mais relativement anciens, et ne peuvent pas fournir les munitions (véto Suisse qui les fabrique). A priori, une solution serait négociée avec le Brésil. Mais cela explique aussi la non fourniture des Leopard 1, dont le canon de 105 mm poserait des problèmes pour l'approvisionnement en munitions.

      Supprimer
    2. Je pense pas que ce soit une mauvaise chose, la guerre à mis des millions d'Ukrainiens au chômage et ils sont prêt à se battre (et avoir une occupation aussi).

      Supprimer
  16. La France va fournir à priori 12 caesar. C'est peu mais leur qualité est reconnue. Quel impact peuvent ils avoir ? Valent ils l'équivalent de 30,100,200 pièces russes ? Leur principale utilité il me semble est l'utilisation d'obus BONUS capables de détruire un nombre conséquent et rapidement de pièces d'artillerie et véhicules russes ou plutôt la dsitan e atteignable par ses obus ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avec une portée supérieure à celle de l'artillerie russe, et une grande précision, cela donne un avantage non négligeable. A fortiori en combinaison avec des drones.

      Supprimer
    2. 12, c'est sûr, c'est pas beaucoup.

      Le CAESAR est une excellente pièce pour faire de la contre-batterie ou bloquer net une offensive:
      - il est précis dès les premiers coups
      - il est possible de tirer plusieurs obus qui arriveront simultanément sur la cible. Il permet de saturer une zone en surprenant les soldats ennemis avant qu'ils puissent se protéger.
      - Il est rapide à mettre en batterie et à se retirer. Il suffit de quelques dizaines de secondes. La batterie, si elle est repérée, sera partie avant que l'ennemi n'ait pu lui tirer dessus.

      Bien utilisé, c'est une arme redoutable.

      Ses faiblesses: pas de blindage. En cas de bombardement, les véhicules et servants sont sans protection. Il est monté sur engin à roue, ayant des capacités en tout terrain moindre que des engins chenillés.

      Supprimer
    3. @chef. Les dernières versions du CAESAR , (CAESAR NG) dont la version 8X8 sur chassis Tatra trucks) disposent d'une cabine blindée contre les armes de petits calibre et les éclats d'obus. Quelle sera la version livrée à l'ukraine ? no se.

      Supprimer
  17. Il me semble qu'en Irak les quatre Caesar qui y ont été déployés pendant plusieurs années ont fait du très bon boulot, très apprécié par des artilleurs US admiratifs. Néanmoins, les conditions de la confrontation n'avaient rien à voir avec celles d'aujourd'hui en Ukraine. Les Caesar ne deviendront-ils pas des cibles prioritaires immédiatement repérées par les drones russes et traquées jusqu'à leur destruction? En outre, sauf erreur de ma part, ils n'ont tiré en Irak que fort peu d'obus Bonus. La raison en étant l'extrême faiblesse des stocks de ces obus intelligents. Bref, je ne pense pas qu'en Ukraine les Caesar en auront beaucoup plus à tirer. Ce sera donc le recours à des obus plus classiques, moins onéreux et tirés en nombre dans des missions de contre-batterie relativement confortables puisque la portée permettra aux Caesar de demeurer hors de la portée des batteries d'artillerie russes visées.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même avec des obus conventionnels, ils resteront hors de portée des canons russes. Et ils peuvent tirer l'obus excalibur de Raytheon (46 kms de portée) Par contre, ils resteront vulnérables aux MLRS (tornado-S/U).

      Supprimer
  18. Anonyme28 avril 2022 à 15:35

    c'est un sujet souvent abordé dans les fils précédents.
    il se murmure que l'intérêt des démocraties est d'avoir des voisins démocratiques à défaut des autocraties sans pouvoir de nuisance majeur...

    Tout amoureux de la Russie ne peut que lui souhaiter d'être sans poutinisme.
    il y a d'autres régimes politiques possibles pour un peuple que ceux que vous évoquez et on peut souhaiter aux russes qu'ils puissent se choisir leur dirigeant et leurs sources d'analyses du monde - médias - librement ...
    Le peuple russe mérite plus d'ambition et moins de parasites ;)
    cela même si ça doit passer par une phase d'affaiblissement... L'Allemagne n'a pas disparu avec le nazisme... simplement les stratégies de gouvernance inefficaces/non pérennes sont amenées à disparaître...

    si le grand frère avait suivi son petit frère sur son chemin de lutte contre la corruption et d'accès à la démocratie plutôt que d'essayer de le briser rien de tout cela ne serait arrivé.
    La femme dont on a tué le mari avant de la violer sous les yeux de son enfant continuerait de payer les traites de sa maison en rêvant de progrès - et les soldats russes auraient encore le prestige des libérateurs du nazisme en Europe... mais pour cela il aurait fallu que le destin des peuples ne reposent sur un cerveau arriéré et dégénéré.
    cordialement

    RépondreSupprimer
  19. Ca vient de tomber : "Le président des Etats-Unis va accentuer jeudi la pression sur Moscou, en demandant au Congrès une colossale rallonge budgétaire de 33 milliards de dollars pour répondre à la guerre en Ukraine, dont 20 milliards en aide militaire, a annoncé jeudi un haut responsable américain". On était à un peu plus de 3 milliards, là on change carrément d'échelle, les US ne veulent pas que la guerre s'éternise. Ca va être l'heure de vérité pour le pouvoir russe : soit l'escalade immédiate, on ne voit pas trop comment à part du NK, soit la d'escalade, plus ou moins maitrisé, pour ne pas perdre la face, car le temps va vraiment jouer contre eux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A noter que cela s'accompagne par le droit de saisir les avoirs des oligarques. 33 milliards, ça va être vite récupéré dans ce cas.

      Supprimer
    2. J'espérais naïvement que cet argent servirait à reconstruire l'Ukraine...

      Supprimer
    3. L'amateur d'aéroplanes28 avril 2022 à 21:14

      Le président américain Biden a lors de son allocution a 17 h (heure française) indiqué que dans le budget demandé, il y aura de quoi payer les salaires (des fonctionnaires certainement) et les retraites). Et tempérer les effets sur l'alimentation et l'énergie dans le monde de cette guerre.

      Supprimer
    4. Saisir les yachts et les villas, c'est bien, mais il y en aura tellement sur le marché d'un coup que les prix vont chuter. Je vais regarder ce qu'il y a sur mon livret A.

      Supprimer
    5. Autant les yachts - personnalisés à outrance - sont invendables, autant les villas devraient partir très, très, très cher.

      Supprimer
  20. je serais tenté de penser que c'est surement bien. plus ça dure plus le risque d'embrassement augmente sans compter tous ceux qui vont foutre le feu pendant qu'on aura les yeux sur ce conflit.
    il se joue probablement que le monde se divise en deux blocs démocraties vs autocraties et qu'il ne reste plus rien des différents liens d'interdépendance qui malgré tout nous protège d'une séparation/divergence brutale.
    ... et par rapport à ça je suis pas sûr que la Chine prenne la bonne voie...

    RépondreSupprimer
  21. Anonyme28 avril 2022 à 17:14
    Anonyme28 avril 2022 à 15:35

    Devant les horreurs perpétrées par l’armée russe en Ukraine, je me dit à la suite de Montesquieu que ‘’les peuples ont le gouvernement qu'ils méritent’’ : les russes ont donc récupéré Poutine et les ukrainiens ont élus Zélensky.

    J’espère que chaque jour qui passe rapproche un peu plus l’Ukraine de la Victoire.

    Après, franchement ce que deviendra la Russie avec ou sans Poutine, cela m’est complètement égal. C’est un pays à la dérive depuis le début du XXème siècle, alors qu’elle devienne l’arrière arrière cour de la Chine ou que Loukachenko finisse par prendre le pouvoir comme il l’avait espéré après Eltsine ou enfin que le pays sombre dans la guerre civile, ce n’est pas mon problème.
    De toute façon en s’engageant dans ce conflit défiant toute intelligence humaine, Poutine a détruit définitivement la Russie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. si on considère qu'en chaque être humain il y a un potentiel alors personne ne mérite d'être abandonné.
      par ailleurs les individus comme les nations ont des egos et des besoins d'être valorisés... si tu n'y réponds - naturellement ou par calculs - tu te prépares tes prochains conflits.
      on habite la même maison si ton voisin sombre dans une secte ça va te rattraper et ton potentiel à toi aussi sera diminué sans maîtrise de l'étendue du désastre et des conséquence sur ta propre vie.

      dans le groupes les plus douteux et les situations les plus injustes
      il y a toujours des hommes capables de ramer à contre-courant et de reprendre le flambeau de la dignité - on l'a touché du doigt par exemple en 39-45...

      Supprimer
    2. Et puis même après la guerre, la Russie sera toujours là, il faudra bien faire avec...

      Supprimer
  22. Le Col GOYA commence son billet par un commentaire de caractère politique, concernant la position des USA dans ce conflit: ils sont opposés aux Russes de toutes les manières possibles, hormis, pour l'instant, le terrain strictement militaire. Certains commentaires sur ce site me taxaient de troll russe, parce que je faisais remarquer que les USA avaient pour objectif stratégique d'affaiblir la Russie, en poussant les Ukrainiens à guerroyer contre les Russes. Je constate que le col GOYA arrive aujourd'hui à cette conclusion, car tel est bien ce qu'il s'y passe. La question suivante est de déterminer si les USA se sont décidés tout récemment à adopter cette politique, en saisissant l'occasion d'enterrer vivant Poutine, provoquée par sa gaffe, ou si cette intention était la leur depuis longtemps. Je constate que le Pdt TRUMP avait cherché à se rapprocher de la Russie, pour se les allier contre la Chine, et que les Démocrates ont cherché à le renverser par un impeachment justement sur la question ukrainienne, et plus précisément sur celle de savoir jusqu'à quel point les élites démocrates étaient impliquées dans la politique et les affaires ukrainiennes. Il est tout à fait possible que Poutine partage cette approche, à savoir que l'avancée inexorable de l'OTAN depuis la réunification allemande a pour but final le démembrement de la Russie au même titre que celui de la Yougoslavie (son allié, soit dit en passant). Dès lors, la gaffe de Poutine est peut-être en fait un Zugzwang (un coup forcé): il a finalement décidé de livrer bataille sur le sol ukrainien pour la survie de la Russie plutôt que d'attendre le prochain coup sur son territoire. Cela veut dire aussi qu'il estime que son combat est existentiel et que le sort de son pays se joue hic et nunc. Et donc, que pour lui c'est Camerone, sauf que les Russes ne partiront pas seuls dans les oubliettes de l'histoire: ils nous y enverront aussi et ils en ont les moyens. Je persiste à penser que l'incompréhension de la position russe a pour conséquence de nous conduire tout droit aux extrêmes, et je ne vois personne chercher à freiner cette escalade, parce que personne ne semble l'appréhender. Cassandre avait reçu des Dieux le don de prophétiser, pas celui de convaincre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      ce que vous n'arrivez toujours pas à comprendre, et c'est en ça que vous êtes à minima un idiot utile si c'est n'est un troll russe, c'est que les Occidentaux n'en avaient rien à faire de la Russie avant ses petites facéties du côté de la Tchétchénie, de la Géorgie et maintenant de l'Ukraine. Que Poutine soit paranoïaque et craigne un illusoire encerclement est exact mais basé sur une perception complètement fausse (1). Les Occidentaux, et les Américains en premier lieu, ont un problème avec la montée en puissance de la Chine et voudraient se focaliser dessus ; les visées expansionnistes d'une puissance déclinante ne les gênaient pas trop tant que ça restait sous un certain niveau, on fait semblant de ne pas trop voir, on met en place des sanctions pas trop lourdes et on continue le "business as usual".

      Ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a pas de visées de domination économique ni de manœuvres géopolitiques, nous ne sommes pas dans un monde de "bisounours". Mais je trouve que, de la part des Occidentaux, cela se situe à un niveau incomparablement plus faible que ce que jouent la Chine ou la Russie justement.

      (1) De nombreux analystes l'ont parfaitement expliqué. Un très bon texte :
      https://www.ifri.org/fr/publications/notes-de-lifri/russieneivisions/invasion-russe-de-lukraine-une-rupture-politico

      Cordialement

      Supprimer
    2. Vous pouvez toujours croire ça si ça vous chante. Je pense pour ma part qu'il était grand temps que les USA interviennent et même qu'ils auraient dû le faire dès 2014.

      Je laisse à d'autres plus patients que moi vous expliquer pourquoi, même si je doute que les arguments puissent vous atteindre.

      Supprimer
    3. Bonjour
      La seule raison à cette guerre est que Poutine ne veut pas voir une vraie démocratie avec un peuple soit disant frère à sa porte. Cela pourrait donner des mauvaises idées à ses compatriotes. J’ai vécu trois années en Ukraine au début des années 2000, c’était encore l’URSS dans les esprits, j’ai vu le directeur de l’usine dans laquelle je travaillais rassembler les quelques 1000 ouvriers pour leur dire qu’ils devaient voter Kutchma. Depuis, il y a eu la révolution Orange puis Maïdan et la révolution de la dignité. Cela ne serait plus possible. Aujourd’hui malgré tous ses défauts et les manœuvres de la Russie, l’Ukraine est une vraie démocratie et les Ukrainiens ne sont sans doute pas prêts à abandonner leur liberté. Lisez dont l’article du monde qui parle de l’occupation de Kherson et le témoignage de cette femme qui dit qu’aujourd’hui elle sait ce que c’est que la liberté et qu’elle est prête à lutter pour cela.
      Bonne Soirée

      Supprimer
    4. Non mais sans déconner, "la survie de la Russie", vous n'avez pas un peu honte d'écrire des trucs pareils quand ce pays organise tranquillement un génocide? (Pas la peine de venir me faire la leçon sur le sens de ce mot, je sais ce qu'il signifie et je le maintiens. D'ailleurs peut-être qu'à l'issue de cette guerre on pourra enfin faire reconnaître l'Holodomor.)

      Supprimer
    5. Ce ne sont pas les Américains qui nient la culture ukrainienne, qui plantent le drapeau russe (voir soviétique) sur les mairies ukrainiennes (Melitopol et Kherson ne sont pas dans le Donbass), qui effacent les mots Ukraine ou Kyiv des livres d'histoire ...
      Les Américains ne sont pas des anges, mais ils ne sont pour rien dans les causes du conflit. Ils faut les chercher dans la paranoïa russe, leur impérialisme, leur complexe de supériorité, leur peur de l'encerclement qui remonte à plusieurs siècles, et dans l'esprit malade de Poutine.
      Et Dieu merci les Américains sont là pour nous aider, sans eux l'Ukraine serait déjà aux oubliettes de l'Histoire.
      Si l'Otan a autant avancé, ce n'est pas à cause des Américains, mais des Russes. Les peuples qui ont souffert de leur domination étaient bien contents de trouver un parapluie protecteur. Dommage pour l'Ukraine, elle n'a pas eu cette chance, merci à la France et l'Allemagne.

      Supprimer
    6. Pardon, mais vous faites la même erreur que les occidentaux.
      La personnalisation du pouvoir russe et la focalisation sur Poutine.
      Pour le peuple russe et ses dirigeants qu'ils soient politiques, économiques ou militaires, la Russie est le 21 juin 1941 soit la veille de l'invasion allemande.
      Or il y a deux leçons que les russes ont tirés de leur impréparation face a cette offensive :
      1- Nous ne nous laisserons plus surprendre.
      2 - Nous ne nous battrons plus jamais sur le sol russe.
      Ces 2 conclusions sont partagés par 99% des russes et résultent des pertes énormes de la grande guerre patriotique.
      Pour rappel, il n'y avait en 1945 pas une famille russe/soviétique qui n'ait pas perdu un des siens dans cette guerre.
      Et ce souvenir est encore vivace.
      Les russes d'autre part s'informent et les projets de destruction de la Russie, de son découpage en 4 états et autre joyeusetés promises par les think tank US financés par le Pentagone ou le Département d’État, ils connaissent.
      Donc, non, il ne s'agit pas que de Poutine, même si les médias occidentaux utilisent facilement cette image du méchant façon western.
      Regardez l’évolution de Dimitri Medvedev, pourtant l'homme politique russe le plus proche des occidentaux, il est devenu enragé contre l'Occident et surtout l'UE depuis le début de cette guerre.
      Et ne vous leurrez pas, ce que les russes appellent les " libéraux " (ou 5eme colonne), favorables a un rapprochement avec l'Ouest sont politiquement morts pour les 30 ans a venir.La rupture avec l'UE ( pas forcement l’Europe ) est actée du fait de l'engagement de l'UE dans cette guerre.
      La Russie va continuer sa voie avec le reste du monde, soit les 4/5 de l'humanité pour qui la guerre en Ukraine est un micro phénomène strictement européen dont ils se moquent royalement.
      Les occidentaux risquent fort de regretter Poutine, son successeur risque d’être moins patient.


      Supprimer
    7. @DMZ

      J'ai lu le document de l'IFRI que vous proposez plus haut.

      Il est évident que les actions des US actuellement donnent raison à Poutine dans sa vision. On dirait que les US soient s'en fiche, soient ne partagent pas les conclusion de l'IFRI.

      Laurent

      Supprimer
    8. à Laurent et Anonyme à 19:37,

      Évitez de confondre causes et conséquences : la Russie annonce qu'elle est menacée par l'extension de l'OTAN et agresse l'Ukraine ; l'Ukraine se défend et demande l'aide des Occidentaux qui la lui accordent ; la Russie (et les idiots utiles) crie alors : "vous voyez bien que l'OTAN nous menace"...

      Supprimer
    9. Oui, c'est le classique "regarde ce que tu m'as fait faire!"

      Pitoyable...

      Supprimer
    10. @DMZ

      Je ne confonds pas causes et conséquences. Je dis juste que le document de l'IFRI raconte que les russes se sont convaincus eux même que les US veulent les détruire en utilisant des arguments fallacieux ou des faits détournés. Je note donc que l'argent donné et les déclarations voulant une attrition de l'armée russe servira d'argument pour qu'ils continuent à le penser.

      Et donc ça ne risque pas, selon moi, mais je ne suis pas analyste, de faire baisser la tension.

      Laurent

      Supprimer
    11. @DMZ....
      La question n'est pas tant de savoir si les russes (et pas seulement Poutine) ont tort ou raison de penser que l'OTAN est une menace existentielle pour la Russie, mais simplement qu'ils le pensent (eux aussi ont lu le "Grand Echiquier"). Par essence la peur est irrationnelle, et donc les russes ont nécessairement un biais qui les incitent à tout interpréter dans le sens de "l'OTAN et les US veulent notre peau" : actuellement tous les signaux envoyés par les occidentaux n'ont pas d'autres effets que de renforcer ce sentiment. Et non OREKHDINE n'est pas un idiot utile quand il souligne ces éléments.

      Supprimer
    12. Je comprends les objections qui me sont faites et elles méritent examen. Je ne partage cependant pas le manque de politesse de certains et me contenterai de citer un grand Genevois, M. ROUSSEAU, qui écrivait que les injures sont les raisons de ceux qui ont tort. Je voudrais citer l'ouvrage de M. Jean LOPEZ consacré à Joukov (p. 71). Il faisait une remarque sur l'exécution d'un général soviétique qui critiquait la politique de Staline consistant à collaborer avec les nazis:

      "Quel crime a commis Proskurov ? Rien d'autre que douter du credo que Staline et Molotov soutiendront jusqu'à l'attaque allemande du 22 juin et même un peu au-delà : Hitler ne peut pas vouloir une guerre sur deux fronts. Cette arrogance stratégique n'a-t-elle pas coûté à l'Allemagne sa défaite de 1918 ? Hitler ne peut pas envisager d'attaquer l'URSS, qui lui fournit les matières premières dont il a besoin, tant que la Grande-Bretagne, appuyée par les Etats-Unis, refuse de déposer les armes. Tout le drame du 22 juin 1941 est là : Staline agit en rationnel, Hitler, non. Dans une conversation tenue à la fin de la guerre devant Vladimir Dekanozov, Staline aurait ainsi résumé son erreur fondamentale vis-à-vis du Führer: «Je lui ai prêté mes propres pensées. C'est la faute la plus grave. » Joukov dira à Anfilov : « Staline n'avait confiance qu'en lui-même. Il s'est donc lui-même intoxiqué.»

      La grande stratégie ne consiste pas à façonner une politique qui corresponde à sa propre vision du monde. Il faut l'adapter aux présupposés de son antagoniste. von Clausewitz rappelle que la guerre est l'affrontement de deux volontés mues par deux esprits distincts. Il faut donc entrer dans la tête de l'adversaire, ici les Russes, pour façonner notre propre politique. Je prétends, à tort ou à raison, que la politique occidentale envers les Russes depuis 1990 a produit ce résultat. Les Occidentaux n'en sont pas les seuls responsables: les Russes aussi auraient pu s'abstenir d'envahir l'Ukraine autant que nous aurions pu adopter un autre chemin. Dire cela n'est pas soutenir Poutine.

      Autre exemple: l'Allemagne nazie est seule responsable du déclenchement de la seconde guerre mondiale. Mais tous les historiens s'accordent sur le fait que les Allemands avaient la haine des Alliés en raison des conditions draconiennes imposées par le traité de Versailles, et que par conséquent Hitler a été possible à cause de la gaffe de 1919. Cela n'excuse en rien les crimes nazis,ni que l'élection de Hitler était inévitable ou prévisible, mais cela a conduit les Alliés à imposer en 1945 des conditions pour l'Allemagne, certes dures, mais totalement différentes. Le plan Marshall n'était pas un cadeau des Alliés envers les ex-Nazis, mais un acte politique bien réfléchi. MORGENTHAU voulait par vengeance renvoyer les Allemands à la préhistoire, mais l'intérêt bien compris des Alliés était de trouver un accommodement, peu reluisant sur le point de la morale, avec la RFA, relativement peu purgée physiquement de ses ex-Nazis.

      Et en ce qui concerne enfin la recherche des causes ultimes pour satisfaire la Morale, je ne blâme pas non plus Clémenceau d'avoir puni les Allemands en 1919, car il vengeait ainsi la France des conditions que Bismarck lui avait imposées en 1871. Et Bismarck vengeait à Versailles le traité de Westphalie qui marquait la fin des ravages français en Allemagne, ainsi que la subordination du corps allemand aux ambitions du Premier Empire, etc. etc. etc.

      Supprimer
    13. Oui, oui... Remontons la chaîne de responsabilités jusqu'aux temps mythiques où Caïn assassina Abel. Cela exonérera tout le monde.

      Supprimer
    14. à Anonyme, Semper Fi et orekhdin,

      Vous êtes malheureusement hors sujet. Il n'est plus temps de savoir si les positions occidentales ont mené à la guerre ou non. Poutine (et une partie des décideurs russes également mais vu les arrestation, disparitions et assassinats, je serais curieux de voir quelle partie) s'est enferré dans son invasion de l'Ukraine et je ne vois pas ce qui (hormis une capitulation sans condition des Ukrainiens) lui ferait entendre raison. Il ne comprend que les rapports de force, il faut donc tenir bon le cap et aider les Ukrainiens autant que possible.

      Quand à l'inéluctabilité de la marche à la guerre, j'ai en mémoire une réunion professionnelle où je me suis fait allumer dès la première phrase d'une présentation par des collègues qui craignaient, à tort, pour leur boulot suite à une fusion. J'aurais pu dire n'importe quoi ce jour là, je m'en serais pris plein la gueule de la même manière. Poutine est ainsi, son mélange de complexes de supériorité et d'infériorité le pousse à la confrontation et la guerre aurait éclaté sauf gouvernement fantoche à sa botte comme il l'exigeait. Il n'y a malheureusement aucune possibilité de discussion avec des gens qui ont perdu contact avec le réel et il est malsain de rejeter la faute sur les tiers qui n'ont pas voulu se plier à leurs exigences inacceptables.

      Poutine a montré depuis le début de son règne qu'il n'avait qu'une seule manière de traiter les problèmes : par la force. Aucune négociation n'aurait permis de désamorcer la situation si ce n'est l'acceptation pure et simple de ses ultimatums.

      Au passage, le rappel de la marche à la deuxième guerre mondiale n'est pas plus approprié car la Russie n'est pas sous les fourches caudines d'un traité de Versailles mais belle et bien intégrée dans la mondialisation, il ne tenait qu'à elle de profiter au mieux des investissements étranger pour se développer plutôt que se croire victime d'un complot illuminati. Ha ! On me souffle que ça aurait voulu dire partager un tant soit peu bénéfices et pouvoir avec la populace...

      Supprimer
    15. orekhdin29 avril 2022 à 09:08

      Ne seriez vous pas de nationalité Suisse ? parce que vous me rappelez furieusement mon oncle originaire de Zurich : très gentil bien qu'un peu prêchi-prêcha, je n'ai jamais rien compris à ses raisonnements intellectuels, ni culinaires d'ailleurs mais c'est autre chose, mais par contre j'ai passé toute ma jeunesse à bricoler avec lui.

      Supprimer
  23. Moi ce que je comprends pas, c'est pourquoi l'occident détaille autant les livraisons d'arme qu'elle fournie. Quel est le but recherché à part peut être pour "rassurer" les opinions publiques ? Cela informe la Russie inutilement alors qu'il n'y a aucun but stratégique là dedans. Du coup elle va bombarder massivement les infrastructures logistiques. Alors certes elle a des satellites m'enfin les satellites ne voient pas tout. Et l'autre question que je me pose, c'est comment toutes ces armes, surtout lourdes, arrivent à passer et traverser tout l'Ukraine pour arriver jusqu'aux lignes de front, sans qu'elles ne soient détruites ? Parce que bon, livrer des javelin c'est une chose, livrer des chars et autres pièces d'artillerie, c'en est une autre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,

      il y a au moins trois raisons pour annoncer les livraisons d'armes :
      1) faire prendre conscience à Poutine de la détermination à aider l'Ukraine ;
      2) booster le moral des Ukrainiens ;
      3) avoir un minimum de transparence vis-à-vis de son opinion publique en disant ce que l'on fait (de ce point de vue, le chef de l'État et le gouvernement français n'ont pas toujours été exemplaires).

      Il n'est pas nécessaire de détailler tout ce qui est fait mais donner les grandes lignes de l'aide est, à mon sens, indispensable.

      On peut certes estimer que cela donne des informations sensibles à la Russie (c'était la positiond de la France) mais il ne faut pas sous-estimer ses capacités d'espionnage (surtout ses hommes sur le terrain plus que les satellites) et il est difficile de faire de telles livraisons en gardant un secret absolu. Alors autant jouer cartes sur table.

      Le problème de la livraison est un vrai défi mais il l'est pour les deux parties et on sait qu'une part des équipements seront détruits avant de rejoindre le front mais l'enjeu est de minimiser ces pertes. La géographie (peu de routes importantes et peu de voies ferrées) est une contrainte importante.

      L'Ukraine a deux avantages sur la Russie à ce petit jeu :
      - Il y a un trafic civil important (il faut continuer à ravitailler les villes proches du front) dans lequel identifier les chargements militaires n'est pas forcément facile.
      - Elle utilise des drones et des forces spéciales ou des partisans là où la Russie ne peut qu'employer des missiles dont le stock décline.

      Cordialement

      Supprimer
    2. Merci DMZ pour ces précisions !

      Supprimer
    3. La question de l'acheminement des armes lourdes vers le front est centrale. L'armée russe a pour l'instant un certain succès dans la neutralisation des voies ferrées et dans la destruction des espaces de stockage, y compris lorsque des hangars civils sont utilisés, ce qui montre l'efficacité du renseignement d'origine humaine... Et apparemment les Russes sont satisfaits des résultat obtenus car Poutine avait menacé d'une riposte foudroyante qui n'a toujours pas eu lieu.
      L'armée ukrainienne doit donc utiliser les bonnes vieilles techniques qu'utilisaient déjà les Allemands en 1944 : acheminement de nuit par les petites routes, camouflage le jour, discrétion radio. Elle en est capable !

      Supprimer
    4. Nox28 avril 2022 à 21:58

      NOX on vous l’a déjà expliqué, l’abus de NOx endommage les cellules grises , ce qui entraîne des confusions sémantiques.
      Je vais donc corriger votre texte, et pour vous permettre de voir vos erreurs les mots corrigés vont être en majuscule :

      La question de l'acheminement des armes lourdes vers le front est centrale. L'armée UKRAINIENNE a pour l'instant un certain succès dans la neutralisation des voies ferrées et dans la destruction des espaces de stockage, y compris lorsque des hangars civils sont utilisés, ce qui montre l'efficacité du renseignement d'origine humaine... Et apparemment les UKRAINIENS sont satisfaits des résultat obtenus car Poutine avait menacé d'une riposte foudroyante qui n'a toujours pas eu lieu.
      L'armée RUSSE doit donc utiliser les bonnes vieilles techniques qu'utilisaient déjà les Allemands en 1944 : acheminement de nuit par les petites routes, camouflage le jour, discrétion radio. Elle en est capable !

      PS : pour votre sevrage du Nox, essayez peut être dans un premier temps le whisky coca.

      Supprimer
  24. Les Russes n'ont plus le choix, ils doivent gagner cette guerre. Au besoin ils utiliseront l'arme atomique et détruiront l'ouest de l'Ukraine qui ne les intéresse pas. Plus nous fourniront d'armes aux Ukrainiens plus cette éventualité est probable. A partir de là, c'est l'escalade nucléaire qui touchera aussi l'Europe occidentale. Poutine a prévenu et comme à chaque fois, il fera ce qu'il a dit, c'est une question de crédibilité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. TROLL!
      TROLL!
      TROLL!

      Supprimer
    2. Poutine crédible , un oxymore digne des meilleurs trolls...

      Supprimer
    3. Vous rendez-vous compte de votre cynisme ? Le choix que vous donnez aux ukrainiens, c'est la destruction par armes conventionnelles ou la destruction par armes nucléaires.

      Supprimer
    4. Anonyme 28/04/2022 a 19:25
      On va essayer d’être dans le débats d'idée et d'éviter de se comporter en primitif qui croit argumenter en écrivant trois fois troll........signe manifeste que la culture européenne a définitivement sombré sous les coups de la "pensée" US.
      Les russes vont gagner cette guerre pour une raison très simple, ils ont le temps et les moyens matériels et surtout humains.
      Une fois les unités UKR du Donbass détruites ou simplement d'ailleurs fixées (ses meilleures unités formées et équipées par l'OTAN ) UKR n'a plus d'unités entrainées et aptes au combat.
      Ce ne sont pas les brigades de défense territoriales ou les volontaires envoyés au front après 3 jours de formation qui peuvent changer le cours de la bataille, quel que soit leur courage.
      En face la Russie peut compter sur les ex-militaires intégrés à la Rosvgardia ( 100 a 120 000) et a les moyens matériels de les équiper.
      C'est d'ailleurs la Rosvgardia qui gère a l'heure actuelle les territoires conquis sous la double casquette de forces de police et d’administration.
      Pas trop mal semble t-il puisqu''il n'y a aucune tension particulière dans ces zones.
      A Berdiansk par exemple ( 110 000 habitants), ou le maire a accueilli les forces russes en libérateurs, ils sont une trentaine a aider l'administration locale. et organiser le ravitaillement depuis la Russie.
      D'autre part il n'y a que 7 ou 8 ponts de classe 40 entre l'embouchure du Dniepr et Kiev.
      Il sera donc facile pour les russes d'isoler l'est et le sud-est de l’Ukraine de l'ouest galicien sachant que le cours du Dniepr est trop large sur la moitié de ce parcours pour y installer en toute sécurité un franchissement tactique.
      Ne resterait que le sud ouest ou les forces russes, appuyées sur celles en Transnistrie, bloqueraient tout offensive ukrainienne.
      Donc votre hypothèse de frappe nucléaire est peu probable.
      Notez aussi que Poutine parle de frappes comme jamais vu auparavant sans donner plus de détails.
      Ce que les occidentaux traduisent par frappe nucléaire.
      Cela reste donc une interprétation



      Supprimer
    5. @Anonyme28 avril 2022 à 20:55

      Pour l'instant, eu égard à leur comportement, les primitifs ce sont plutôt les russes, encore que "barbares" serait sans doute un terme plus approprié.

      Je suis parfaitement capable de développer un discours construit et argumenté, mais c'est totalement vain face aux trolls. Je vais donc continuer à signaler ainsi leur existence pour que les autres intervenants ne perdent pas leur temps à les lire ou à leur répondre.

      A part ça, c'est beau de rêver, mais ce sont les ukrainiens qui vont gagner.

      Troll.

      Supprimer
    6. @Anonyme 28/04/2022 a 19:25

      Ca commençait pas trop mal :

      Citation
      "On va essayer d’être dans le débats d'idée et d'éviter de se comporter en primitif"

      Mais hélas, ça se gâte très vite :
      Citation
      "A Berdiansk par exemple ( 110 000 habitants), ou le maire a accueilli les forces russes en libérateurs, ils sont une trentaine a aider l'administration locale. et organiser le ravitaillement depuis la Russie."

      Aucun Ukrainien n'a accueilli de Russes en libérateur, surtout après les massacres révélés lors de leur départ de la région de Kiev.

      Vous nous prenez pour des "jambons" et votre discours est tellement caricatural que vous n'avez aucune chance de convaincre quiconque ici.

      Supprimer
    7. @Anonyme de 20h55: votre argumentation repose sur le fait que la Russie aurait des moyens illimités et l'Ukraine non. Alors évidemment avec ces bases là, on ne peut être que d'accord avec vous. Ces bases là sont-elles réelles, c'est moins sûr. D'abord comme l'exprime M. Goya, la Russie a perdu 1600 blindés sur 4800 environ (40 x120). Il semble même estimer qu il faut ajouter 50% de pertes à ce chiffre. Ce n'est pas un hasard si désormais ils utilisent beaucoup l'artillerie, ils ne peuvent plus se permettre de perdre des blindés à la vitesse de la 1ere phase de la guerre. Le pendant de cette stratégie, c'est que les avancées se font à pas de loup. Pour chaque km2, ils doivent énormément pilonner au préalable.
      L'aviation est limitée dans ses actions à cause des défenses anti-aériennes.
      Les missiles de précision sont désormais utilisés avec parcimonie.
      La Russie a réorienté sa stratégie dernièrement. Croyez bien que l'ukraine est en train de réorienter la sienne pour faire face à l artillerie. La livraison des Caesar en est la preuve, cette arme est envoyée pour taper l artillerie russe. Les Russes sont en train de jouer leur dernière carte pour conquérir le Donbass.
      Je prédis qu'ils voudront négocier un cessez le feu d'ici 2 a 3 semaines pour geler leurs gains territoriaux.
      Que ce soit clair, le conflit sera gelé mais la guerre pas terminée.

      Supprimer
    8. @Intermittent et BENOÎT C:

      Je suis, sans ironie aucune, très admiratif envers votre patience et votre pédagogie (à chacun de vous). Et je me demande où vous trouvez assez d'abnégation pour prendre le temps de répondre à ce tissu de mensonge et de mauvaise foi. C'est sans doute plus constructif et bien plus courtois que mon attitude de signaler les trolls mais est-ce que ça vaut la peine?

      Au fait, est-ce un vrai troll ou un idiot utile?

      Supprimer
    9. Soldat Pithivier29 avril 2022 à 00:29

      Anonyme28 avril 2022 à 22:24

      Vous avez raison, les trolls ou les victimes intoxiquées par le soft power russe ‘’la Russie éternelle seule contre tous’’, ne changeront pas puisqu’ils sont dans un embrigadement sectaire. Mais par contre, rebondir sur leurs arguments peut servir à faire avancer le débat pour les lecteurs non affiliés à l’idéologie russe, et, puis on peut aussi les taquiner un peu non ?

      Avouer que cela vous a amusé à écrire Troll, Troll, Troll !

      Supprimer
    10. J'avouuuuuuuuue... comme disent les jeunes. ;-)

      Vous avez raison, bien sûr. Pour ma part je suis bien trop écœuré par les discours pro-russes pour leur répondre de façon posée.

      Supprimer
  25. Bataille pour le Donbass : les nazis russes ne peuvent pas prendre Rubizhne et les défenseurs ukrainiens ont libéré Kutuzovka
    28 avril, 20:02

    Les nazis russes avancent dans la zone opérationnelle de l'Est. La plus grande activité est enregistrée dans les directions Slobozhansky et Donetsk. Les défenseurs ukrainiens donnent une rebuffade digne à l'ennemi. Contrôle restauré sur Kutuzovka, région de Kharkov.

    Le soixante-quatrième jour de l'opposition héroïque du peuple ukrainien à l'invasion russe à grande échelle est en cours, rapporte l'état-major général des forces armées ukrainiennes dans son résumé du soir.

    L'opération offensive ennemie se poursuit dans la zone opérationnelle orientale dans le but de boucler le groupement des forces conjointes, d'établir un contrôle total sur le territoire des régions de Donetsk et de Louhansk et de créer un couloir terrestre vers la Crimée temporairement occupée.

    La plus grande activité de l'ennemi est observée dans les directions Slobozhansky et Donetsk.

    Aucun changement significatif dans l'activité ennemie n'a été enregistré dans les directions Volyn et Polissya. L'aviation ennemie continue de livrer des missiles et des frappes aériennes contre des cibles en Ukraine depuis le territoire de la République du Bélarus. Les unités d'aviation des forces aérospatiales de la Fédération de Russie utilisent toujours l'aérodrome de Baranovichi. Les systèmes de défense aérienne des forces armées du Bélarus continuent d'être en service en mode amélioré.

    En direction de Seversk, il n'y avait aucun signe de formation d'un groupement par l'ennemi pour reprendre l'offensive. Les occupants prennent des mesures pour renforcer la couverture de certains tronçons de la frontière. Ainsi, des unités supplémentaires de la Garde nationale ont été introduites dans la zone frontalière en direction des régions de Tchernihiv et de Soumy.

    Dans la direction de Slobozhansky, l'ennemi a déployé jusqu'à cinq divisions de systèmes de missiles opérationnels et tactiques "Iskander-M" sur le territoire de la région de Belgorod. L'ennemi continue de regrouper ses forces. Pour rétablir la préparation au combat, un groupe tactique de bataillon de troupes aéroportées a été retiré en Fédération de Russie. La raison en est des pertes importantes en personnel et en matériel militaire. En outre, le groupe tactique du bataillon des unités de la 29e armée du district militaire oriental a été déplacé de la région de Belgorod de la Fédération de Russie vers la région de Kharkiv. L'ennemi continue la reconnaissance aérienne avec des drones.

    Les unités ennemies ont tenté en vain d'attaquer les positions des Forces de défense ukrainiennes en direction de Brazhkovka et Dovgenki. Ils ont subi des pertes et se sont retirés. De plus, les occupants n'ont pas pu prendre le contrôle des principaux objets de Bolshaya Kamyshevakhi.

    RépondreSupprimer
  26. (suite)

    Les Forces de défense ukrainiennes ont repris le contrôle de la colonie de Kutuzovka, dans la région de Kharkiv.

    Dans les directions de Donetsk et de Taurida, l'ennemi a tiré sur les positions des défenseurs ukrainiens en utilisant de multiples systèmes de lance-roquettes et de l'artillerie sur presque toute la ligne d'affrontement afin de coincer nos troupes et de maintenir les lignes précédemment occupées.

    L'ennemi a tenté en vain de capturer complètement Rubizhne, a subi des pertes et s'est replié sur des positions précédemment occupées.

    Dans la direction de Kurakhovsky, l'ennemi a tenté en vain d'avancer en direction des colonies de Solodka et de Novomikhailovka.

    L'ennemi a continué à infliger des frappes aériennes sur Marioupol. Les principaux efforts se concentrent sur le blocage de nos unités dans la zone de l'usine d'Azovstal afin d'empêcher leur percée.

    En direction de Donetsk - Zaporozhye, l'ennemi a mené une offensive sur Neskuchnoe et Vremovka, mais sans succès. Continue de renforcer le regroupement des troupes.

    Les navires de la flotte des nazis russes en mer Noire et en mer d'Azov continuent d'effectuer des frappes de missiles sur l'Ukraine, d'effectuer des tâches pour isoler la zone de guerre et d'effectuer des reconnaissances.

    Dans la direction sud de Buzh, une tentative d'opérations d'assaut ennemies dans les zones des colonies d'Aleksandrovka, Tavrichesky, Ivanovka et Zagradovka a été repoussée avec succès.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous confondez Poutine et la Russie, pour le moins.

      Supprimer
    2. @ Anonyme28 avril 2022 à 19:35

      au contraire : il ne dit pas les russes mais les nazis russes on pourrait dire les russes poutiniens... qui sont donc différents du russe qui s'est exilé qui s'est démarqué du régime de poutine...
      c'est une manière de nommer les choses, de dire que les soldats se sont déshonorés, et que tous les russes n'ont pas les mains sales... non ?

      Supprimer
    3. En fait c'est simplement le communiqué de l'armée ukrainienne (d'où le vocabulaire utilisé).

      Supprimer
  27. Beaucoup ici évacuent la Russie de leur esprit national et européen. C'est oublier que la Russie est aussi européenne non ? Pas moins que l'Ukraine en tout cas, si l'on considère que l'Europe s'arrête à l'Oural, et sachant que les 3/4 des Russes se situent à l'ouest de cette limite. C'est dramatique pour l'Europe. Que la Russie se suicide par sa faute, est seulement vrai en (grande ?) partie. Les Américains et les Britanniques n'ont cessé de nous en écarter et la grande Europe en paie le prix.

    Je ne crois pas du tout aux trolls russes sur ce site. Par contre, il y a plutôt un vrai clivage entre les, grossièrement, anti-américains (je dois bien concéder que je me mettrais plutôt dans ce camp, c'est plus fort que moi), et pro-américains.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mon voisin aussi est comme vous, anti-américain.

      Il n'arrive pas à comprendre que les américains sont nos alliés. Je suppose que vous non plus.

      Supprimer
    2. Bonjour,

      j'ai peur que cette dichotomie pro-anti-américains ne soit un peu (beaucoup) réductrice. Mes analyses (qui valent ce qu'elles valent...) ne se basent en aucun cas sur ce positionnement et vous aurez du mal à trouver dans mes messages des commentaires franchement favorables ou critiques sur la politique américaine (j'ai mes convictions mais elles n'ont rien à faire ici).

      Il y a indubitablement des trolls russes ici comme ailleurs mais aussi beaucoup d'idiots utiles, c'est-à-dire des personnes qui, de bonne foi, sont aveuglés par la propagande russe car elle les conforte dans certains de leurs schémas de pensée, par exemple en jouant sur la corde anti-américaine.

      Autant j'ai le plus grand mépris pour les vrais trolls, autant j'ai une certaine compassion pour les idiots utiles bien qu'ils ne soient pas moins dangereux que les premiers. De toutes manières, il est souvent bien difficile de faire la part des choses...

      Cordialement

      Supprimer
    3. Merci Romain de mettre un peu de bon sens dans le débat.
      Sur ce blog émettre le début de la moitié d'une idée qui soit critique envers les Ukrainiens vous fait immédiatement qualifier de troll. C'est bien dommage.

      Supprimer
    4. On cherchait un troll, on en a un beau ici : Nox a accusé les Ukrainiens d'utiliser les civils comme boucliers humains (commentaire du 21 à 15:27 sur le point des opérations du 21), et j'en passe.

      Supprimer
    5. Dans ce contexte, quand on est grossièrement anti-américain, on est pro-russe donc pro Poutine.
      C'est exactement la position de Mélenchon ...

      Supprimer
    6. Exact. Le discours officiel de LFI n'a d'ailleurs changé que très récemment au sujet de l'Ukraine. J'ai un collègue encarté chez eux qui me répétait depuis 2014 qu'il y avait des nazis en Ukraine et que la position de la Russie était compréhensible.

      Cette opposition ne me semble pas si caricaturale que ça. Vous pouvez bien ne pas aimer la politique américaine, il n'empêche que la France a beaucoup plus en commun avec les Etats-Unis qu'avec la Russie. Et ce sont nos alliés. On peut ensuite verser dans la casuistique la plus sophistiquée et les arguties les plus byzantines mais je ne vois pas ce qu'il y a à rétorquer à ça.

      Supprimer
    7. @DMZ
      Je suis désolé de vous avoir donné l'impression de d'accuser les Ukrainiens d'utiliser les civils comme boucliers humains. Herr Elle s'interrogeait sur les raisons qu'avait Poutine de cesser l'assaut sur Azovstal. J'ai simplement voulu apporter ma contribution en débat en écrivant ceci :
      "@Herr Elle
      deux pistes possibles :
      1- des rumeurs disent qu'il y aurait des civils boucliers humains avec les assiégés, ce qui serait une bonne raison de faire preuve d'humanité,
      2- le combat dans des souterrains que l'on ne connaît pas serait très meurtrier pour les assaillants. Les Russes sont économes de la vie de leurs hommes."
      Je l'ai écrit au conditionnel et j'ai parlé de rumeurs.
      Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit.

      Ou alors le simple fait que je parle d'humanité et de souci de la vie de leurs hommes à propos des Russes vous paraît-il insupportable ?

      Supprimer
    8. @Romain: ce qui serait intéressant, c'est que vous expliquiez les raisons de votre anti-américanisme.
      Je reproche justement souvent aux "pro-russes" de ne l'être que par opposition aux américains, oubliant au passage les intérêts de la France, de l'Europe et surtout des Ukrainiens concernés au premier chef.

      Supprimer
    9. @DMZ
      @Nox
      Le 25 avril, le gouvernement ukrainien admet qu'il y a un millier de civils dans les souterrains d'Azovstal.
      La rumeur est confirmée et l'intuition de Nox était bonne.
      https://www.lemonde.fr/international/live/2022/04/26/guerre-en-ukraine-en-direct-moscou-accuse-kiev-de-faire-semblant-dans-les-negociations-de-paix_6123550_3210.html
      Il y a encore débat sur leur éventuel statut de bouclier humain. Les Russes déclarent mettre en place régulièrement des corridors humanitaires pour leur permettre de sortir, ce que les Ukrainiens nient.

      Supprimer
    10. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    11. Soldat Pithivier29 avril 2022 à 00:50

      Anonyme28 avril 2022 à 23:41
      @DMZ
      @Nox

      Azovstal est un immense complexe sidérurgique, une ville dans la ville. Au début de la guerre, des familles d'ouvriers et d'employés d'Azovstal se sont réfugiés dans le complexe car c'était la zone la plus protégée de Marioupol et maintenant ils sont pris au piège. Vous trouverez ci après un lien vers un article de Philippe Chapleau qui explique très bien ce qu'est Azovstal :

      https://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2022/04/21/azovstal-le-dernier-carre-des-defenseurs-de-marioupol-22995.html?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

      Et maintenant concernant les corridors humanitaires, Billingcat a suffisamment documenté le non respect par l'armée russe de ceux-ci : rançons des convois, mitraillage des véhicules, passage obligé par des centres de trie ... etc.
      Pour Marioupol, La Croix Rouge parle également de séparation de familles avec déplacements forcés de femmes et d'enfants vers le Donbass.




      Supprimer
    12. Nox28 avril 2022 à 22:22

      Ou alors le simple fait que je parle d'humanité et de souci de la vie de leurs hommes à propos des Russes vous paraît-il insupportable ?

      Non ce n'est pas insupportable c'est irréaliste quand on sait que certaines BTG sont constituées de conscrits qui n'ayant jamais été formés servent de chair à canon, que les rations datent de 2015, que les officiers russes battent leurs subordonnés, sans même parler du nombre de conscrits morts pendant les bizutages ... voila pour quelques infos en vrac, mais pour en savoir bien plus sur l'humanité avec laquelle sont traités les soldats russes il suffit de suivre l'ONG '' les comités des mères de soldats russes ''. C'est une ONG russe donc peut être lui ferez-vous plus confiance qu'à BIllingcat, la Croix Rouge, Amnesty ...etc qui ont elles aussi documenté tout cela parfois au prix de peines de prison puisque en Russie toute personne qui essaye de faire avancer les droits de l'homme passe par la prison.

      Supprimer
    13. à Nox,

      Vous diffusez une propagande ignoble en prétendant apporter une explication et tentez de vous en dédouaner en utilisant un conditionnel mais c'est justement la marque d'un trollage. Comme l'a écrit Stéphanie Lamy : « Peu importe que le faux soit grossier, pourvu qu’il capte l’attention »
      https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2022/04/09/desinformation-russe-peu-importe-que-le-faux-soit-grossier-pourvu-qu-il-capte-l-attention_6121341_4355770.html

      C'est ça qui est insupportable. Si vous avez un peu d'honnêteté intellectuelle, faites votre mea culpa en reconnaissant que vous avez colporté des rumeurs, insultantes pour les Ukrainiens, n'ayant aucun fondement.

      Supprimer
    14. @Romain, il ne s'agit pas d'être pro ou anti-américain, mais de considérer les faits dans leur objectivité: L'invasion par le Russie d'un pays indépendant, l'Ukraine, en absence de toute agression de cette dernière à son encontre.
      On peut ajouter que cette tentative d’invasion fait suite à des actions identiques en Géorgie , Tchétchénie, Moldavie ou Crimée, ce qui permet de penser raisonnablement qu’elle s’inscrit dans un plan d’ensemble, dont le périmètre n’est pas connu. En d’autres termes la dynamique constatée donne de la substance à l’hypothèse selon laquelle d’autres pays limitrophes peuvent devenir à leur tour victimes de la convoitise russe.
      Le sujet n’est donc pas de se situer en faveur ou contre les USA, mais d’adopter une position qui permette de juguler la politique expansionniste russe, qui menace directement nos démocraties.
      Car faut-il le rappeler la Russie est un état autocratique pour ne pas dire une dictature, qui méconnait tous les fondements démocratiques, dont le premier d’entre eux , est le respect de la personne humaine. Les assassinats réguliers ou l’emprisonnement de journalistes et d’opposants politiques, comme la sauvagerie d'un autre siècle qui accompagne son action de guerre situent bien la nature de l’Etat russe.

      Supprimer
    15. @Ulysse....
      La Russie qui menace nos démocraties ??? Ce n'est pas de la propagande ça ? Désolé mais quand je vois les piètres performances de l'armée russe en Ukraine, je m'inquiète beaucoup moins que pendant ma jeunesse où on imaginait l'armée rouge dévaler dans la trouée de Fulda... Vu le temps qu'il leur faut pour atteindre Odessa, on a encore de la marge avant qu'ils s'emparent de Barcelone ou de Brest.

      Supprimer
    16. @Semper Fi: Non, ce n'est pas de la propagande. C'est même le discours belliciste officiel de la Russie qui menace très régulièrement l'occident et ce depuis de nombreuses années. Qu'ils aient les moyens ou non de leurs ambitions n'est pas le problème. Ces menaces sont avérées.

      Supprimer
    17. @DMZ. NOX a écrit: "2- le combat dans des souterrains que l'on ne connaît pas serait très meurtrier pour les assaillants. Les Russes sont économes de la vie de leurs hommes." Or, on n'arrête pas de dire que les pertes russes ont été très importantes sur l'attaque de Kiev (notamment en raison de la dispersion des forces), raison pour laquelle elles se sont regroupées et resserrées sur le Dombass. Dans la mesure où les Russes ont trop perdu d'hommes, je ne vois pas en quoi le fait que maintenant ils cherchent à les économiser serait la preuve d'une faute morale en le constatant. Il semble au contraire que ce soit la réaction logique des Russes à la constatation d'un fait avéré. En quoi dire ceci est-il insupportable ou intellectuellement malhonnête ? Un Russe en raison de sa bestialité atavique serait-il par définition incapable de tout raisonnement, et dire le contraire serait immoral ? Vraiment ?

      Supprimer
  28. En aparté : on n'arrête pas de se plaindre du manque de matériel et de munitions du côté de l'armée française. On dépense pourtant environ 60 milliards par an pour nos armées (je crois que cela comprend la "dissuasion" nucléaire). Pour autant, je ne crois pas que les Français accepteront une augmentation subtancielle de ce budget. Une solution ne serait-elle pas de baisser un peu en gamme de matériel ? Ne devrait-on pas avoir 10 canons traditionnels tractés par des camions plutôt qu'un Caesar à 5-10 millions d'Euros ?

    RépondreSupprimer
  29. En aparté : on n'arrête pas de se plaindre du manque de matériel et de munitions du côté de l'armée française. On dépense pourtant environ 60 milliards par an pour nos armées (je crois que cela comprend la "dissuasion" nucléaire). Pour autant, je ne crois pas que les Français accepteront une augmentation subtancielle de ce budget. Une solution ne serait-elle pas de baisser un peu en gamme de matériel ? Ne devrait-on pas avoir 10 canons traditionnels tractés par des camions plutôt qu'un Caesar à 5-10 millions d'Euros ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben, la Russie à déjà démontré qu'elle n'était pas la force qu'elle prétendait. Si en plus elle est vaincue et forcée de rentrer à la maison par l'Ukraine, l'armée francaise - comme l'OTAN en général - n'aura plus besoin d'etre aussi forte, ou pourra se concentrer sur d'autres menaces.
      D'autre part.
      Dans le budget de la defense, une bonne partie sert à payer les soldes. Un matériel plus performant nécessite moins de soldats, donc moins de solde, dont coûte moins cher au final.
      Une FREMM est, par exemple, très automatisée à cause de cela. Un CAESAR est plus efficace qu'un canon tracté pour le même nombre de soldats.

      Supprimer
    2. Si cette guerre nous appris quelque chose c'est que la quantité n'est pas équivalente à la qualité.

      Supprimer
  30. bonjour monsieur, pourquoi excluez vous la possibilité d'utiliser réellement les armes nucléaires par Poutine ? pourquoi pensez vous qu'il ne s'agit que de "com" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si je puis me permettre : la possibilité que Poutine utilise l'arme nucléaire n'est même pas sujet à réflexion ou débat, car sinon cela signifierait se soumettre à un chantage à l'arme atomique.
      Donc, soit Poutine choisi de détruire le monde, soit il choisit une autre voie...

      Supprimer
    2. Je suppose que c 'est parce que déclencher un conflit nucléaire c 'est signer aussi son propre arrêt de mort...certains tendent à vouloir faire oublier que l'apocalypse nucléaire c 'est dans les deux sens ...j espère que vous êtes rassuré...ou pas.

      Supprimer
    3. Paradoxalement, l'arme nucléaire avait réussi à imposer une période assez longue de paix relative en Europe. Jusqu'à ce qu'un brillant esprit décide que c'était une vachement bonne idée de brandir cette menace dans une guerre de conquête.

      Un joueur d'échecs. Un grand stratège. Un génie.

      Il mesure cinq mètres et il crache du feu.

      Supprimer
    4. Je suis de ceux qui pensent que la santé de Poutine est vraiment précaire. Ça peut être une bonne chose comme une mauvaise, car rien n'est plus dangereux que quelqu'un qui n'a pas plus rien à perdre, surtout quand cette personne a en plus le bouton rouge.
      J'espère donc que le moment où il décidera de l'utiliser, ceux qui auront prévu de rester en vie parmi les intermédiaires entre Poutine et la mise à feu du missile feront ce qu'il faudra...
      En attendant, nous n'avons pas d'autre choix que de nous défendre, et adviendra ce qu'adviendra.

      Supprimer
  31. Amateur d'aéroplanes28 avril 2022 à 21:28

    Le Colonel Goya parle des interventions soviétiques en Afrique. Elles sont assez mal connues encore aujourd'hui. Voici un bilan donné par les médias d'états russes en 2012 que j'avais retranscrit sur le Wiki. Je ne sais toujours pas les circonstances des pertes en Algérie - guerre contre le Maroc ? -: intervention en Algérie (25 tués), intervention dans les guerres israélo-arabes et défense aérienne de l'Égypte (le 30 juillet 1970, cinq MiG-21 soviétiques furent abattus et deux pilotes tués lors d'une bataille aérienne contre Israël) avec officiellement 49 morts en Égypte-Israël et 35 au Liban/Syrie, engagements de forces régulières (parachutistes entre autres) en Éthiopie contre la Somalie et les rebelles anticommunistes à la fin des années 1970 (33 tués), en Angola (11 tués) et Mozambique (8 tués).

    RépondreSupprimer
  32. Depuis quelques temps, et la radicalisation de plus en plus net des occidentaux et des russes, j'ai l'impression que ce conflit régional va déboucher sur le niveau supérieur. J'ai la désagréable impression de me retrouver dans les pages de The Sleepwalkers de C. Clark.
    Plus personne ne recherche la paix aujourd'hui.
    Seulement vu le niveau de nucléarisation des acteurs, pour le prochains conflits mondial, l'avenir est pire qu'en août 14.
    Que le Colonel Goya et les blogueurs les plus bellicistes soit content, la Russie sera bien détruite, mais nous n'en profiterons pas, nous le serons aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est quoi exactement, l'alternative que vous proposez?

      Supprimer
    2. La Russie de Poutine a t’elle réellement besoin d’avoir des signes d’escalade du côté occidental pour justifier sa propre escalade ?? J’en doute de plus en plus…
      Quand on les voit bombarder Kiev au moment où le Secrétaire Général de l’ONU y est, on se dit qu’ils n’ont besoin de personne pour se « monter le bourichon » .
      Face à tant d’agressivité et surtout d’hystérie victimaire , la diplomatie et les discours n’ont plus grande prise sur le Kremlin. Malheureusement seule la démonstration de force militaire et la résolution des Européens à couper leurs liens de dépendance va être comprise par Poutine and co….

      Supprimer
    3. @Joël
      Oui, je nous croyais meilleurs que ça, surtout que chez nous il n'y a pas d'obligation à suivre le régime, mais ça doit être tellement facile de se donner bonne conscience sur internet pendant que les pauvres ukrainiens sont broyés par la géopolitique mondiale...
      Mais quelle amnésie !

      Supprimer
    4. Ben oui. On n'essaie pas de raisonner une brute qui casse tout et menace de tuer tout le monde.

      A un moment, il faut bien commencer à employer le seul langage que la brute semble comprendre.

      Supprimer
    5. C'est tout bénef, l'hiver nucléaire va contrer le réchauffement climatique et 1 milliard de pollueurs en moins.
      Il faut arrêter même Kim Jong n'utilise pas le nucléaire, si on écoutait Poutine il aurait dû lancer sa bombe dès lors qu'on avait fourni un tank. 80% de la population en Russie se trouve dans 5 villes =5 têtes nucléaires. Ce n'est pas le cas aux états-unis et en Europe...

      Supprimer
    6. Les occasions d'éradiquer un ennemi stratégique sont rares. Et quand ont peut le faire avec le sang des autres sans se sentir coupables, c'est encore plus rare.

      La Russie n'est pas l'ennemi stratégique numéro un des USA, c'est la Chine. Mais c'est une menace permanente qui pèse sur leur attention stratégique. Une fois l'armée Russe et tous ses stocks de l'URSS éliminée en Ukraine, les USA pourront se concentrer entièrement sue leur vrai problème, et pas sur la diversion. Ils veulent en finir maintenant, parce que ce genre d'occasions ne se présente pas deux fois.

      Et nous aussi ça nous arrangerait bien. On est pas autant concernés, mais quand même un peu. Donc on aide, à la mesure de nos moyens.

      Supprimer
    7. Mais alors Joël, dites nous ce qu'il faut faire. Et de préférence, dites le nous en essayant de vous mettre à la place des principaux concernés, comme par exemple si vous étiez un Ukrainien...

      Supprimer
    8. @Joel: si je suis votre raisonnement, on devrait dire amen à chaque fois que la Russie brandit la menace nucléaire ? Vous comprendrez tout seul que c'est la porte ouverte à n'importe quelle offensive.

      Supprimer
    9. L'amateur d'aéroplanes29 avril 2022 à 00:27

      Joël est t'il francophone ? Le titre en question est ''Les somnambules : Eté 1914 : comment l'Europe a marché vers la guerre''

      Supprimer
    10. Citation :
      Plus personne ne recherche la paix aujourd'hui.
      Que le Colonel Goya et les blogueurs les plus bellicistes soit content,

      Fin de citation.

      Remarque caricaturale. Il n'y a pas de bellicistes ici, c'est à dire des personnes qui rechercheraient systématiquement la guerre.
      Les dirigeants occidentaux et Macron en premier se sont succédés à Moscou pour négocier un arrêt des combats. L'UKraine a fait des propositions pour arrêter les combats et donnés des gages.
      Ca na servi à rien.

      Vous connaissez l'expression bien connue du début de la deuxième guerre mondiale :

      "Les occidentaux ont choisi le déshonneur pour éviter la guerre, ils auront le déshonneur et la guerre".
      Décidément, vous ne tirez aucune leçon de l'histoire ...

      Supprimer
    11. L'histoire ne nous apprend qu'une seule chose, c'est qu'elle ne nous apprend rien, disait (en substance) Hegel.

      Supprimer
  33. Unknown3328 avril 2022 à 22:29 : Troll russe.

    RépondreSupprimer
  34. on est effrayé par la loi du plus fort, mais il n'y a que ça que Poutine comprenne, il faut le débrancher asap.

    RépondreSupprimer
  35. LONDRES, 28 avril (Reuters) – Le chef de l’espionnage étranger russe a accusé jeudi les États-Unis et la Pologne d’avoir comploté pour gagner une sphère d’influence en Ukraine, le signal le plus fort de Moscou que la guerre pourrait se terminer par une partition forcée de l’Ukraine entre l’Occident et l’Ukraine. Russie.

    Sergei Naryshkin, le chef du Service russe de renseignement extérieur (SVR), a cité des renseignements non publiés qui, selon lui, montraient que les États-Unis et la Pologne, alliés de l’OTAN, complotaient pour rétablir le contrôle polonais sur une partie de l’ouest de l’Ukraine.

    “Selon les renseignements reçus par le service russe de renseignement extérieur, Washington et Varsovie travaillent sur des plans visant à établir un contrôle militaire et politique étroit de la Pologne sur ses possessions historiques en Ukraine”, a déclaré Narychkine dans un rare communiqué publié par le SVR.

    La Pologne a gouverné certains territoires qui font maintenant partie de l’Ukraine à différentes époques dans le passé, plus récemment entre les deux guerres mondiales. L’Ukraine occidentale, y compris la ville de Lviv, a été absorbée par l’Union soviétique à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

    Le SVR a déclaré que les États-Unis discutaient avec la Pologne d’un plan selon lequel les forces polonaises de “maintien de la paix” sans mandat de l’OTAN entreraient dans des parties de l’ouest de l’Ukraine où le risque d’une confrontation avec les forces russes était faible.

    ------------------
    Je jure que ça n'est pas le Gorafi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et malheureusement on vous croit : ce n'est pas le Gorafi ... hélas !

      Supprimer
    2. Un bel exemple de la propagande, espérons qu'elle inspirera nos trolls & utils. Ça changerait un peu...

      Supprimer
  36. les commentaires volent de moins en moins haut... C'est vraiment dommage. Merci tout de même à ceux qui s'obstinent (comme l'auteur du blog) à se limiter aux faits et aux réflexions et non aux rêves ou aux émotions.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pffff...

      Définissez "faits".
      Définissez "réflexion".
      Définissez "rêves".
      Définissez "émotions".

      Et puis discutons voir de la possibilité de se "limiter" aux uns ou aux autres. Parce que je ne suis pas très sûr que les acteurs du conflit soient à même de le faire. Ce qui les pousse à agir est très souvent bien au-delà des "faits" et de la "réflexion".

      Supprimer
    2. Le rêve des Ukrainiens est de conserver leur liberté. Ils meurent pour ça ...
      Votre commentaire est hors de propos.
      Que feriez-vous dans leur situation ?

      Supprimer
  37. Bonsoir
    Merci pour ce blog, et les commentaires qui le plus souvent sont de qualité, en dépit de quelques incursions de trolls..
    J'attendais ce nouveau post avec curiosité, vu les développements en cours (réels ??) du côté de la Transnistrie et les éventuelles conséquences que cela pourrait avoir pour les forces ukrainiennes autour d'Odessa. Peut on envisager que ce soit une manœuvre diversité des Russes après la perte du Moskva?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La Russie commence à tenir le même discours à propos de la Transnitrie que dans le Donbass: population russophone menacée.
      On peut donc s'attendre à l'envoi de forces supplémentaires russes en Transnitrie, ce qui permettra dans une future phase de la guerre (même lointaine) d'ouvrir un nouveau front vers Odessa.

      Supprimer
    2. Je suis dubitatif pour ce qui est d’un renforcement des forces russes en Transnistrie. Le territoire est enclavé, n’a aucun accès à la mer et ses voisins sont soit en guerre avec la Russie, soit en soutien de l’Ukraine, soit ont au minimum leur espace aérien fermé, notamment aux avions russes.

      Supprimer
    3. Il faudrait donc aux Russes ouvrir un corridor entre la Crimée et la Transnistrie pour… transférer des forces dont l’objectif serait de réemprunter ce corridor et l’élargir…? Humm…

      Supprimer
  38. Mais, elle vont arriver par où les forces russes en Transnistrie ?
    L'Ukraine maîtrise l'espace aérien dans cette zone. Un débarquement de troupes russes dans le marigot près du pont que les russes ont fait sauter ? mais là aussi l'armée ukrainienne peut les atteindre. Alors ?

    A moins que la Transnistrie attaque la Moldavie ? mais dans quel but ? étaler la m..de ?
    Personne n'ira aider la Moldavie sauf si elle le demande, et, elle ne peut le demander raisonnablement qu'à la Roumanie ou l Ukraine. L' Ukraine est prise ailleurs donc reste la Roumanie qui fait partie de l'OTAN. On va donc avoir OTAN contre Russie soit la configuration la plus défavorable pour la Russie.

    Ou alors, les russes continuent à suivre bêtement le plan montré par Loukaschenko sur Twitter au début du conflit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une opération militaire russe de pour renverser le gouvernement moldave pro-occidental est tout à fait envisageable. Les prorusses y sont nombreux.
      Mais cela entraînerait l'intervention de la Roumanie (la Moldavie étant la partie de la Roumanie cédée à l'URSS en 1945, et de nombreux moldaves ont un passeport roumain) de manière automatique, ainsi que de l'Ukraine (qui a des troupes de l'autre côté de la frontière).
      Autre possibilité: la Transnistrie prévoit une mobilisation générale (comme les autres républiques sécessionnistes d'Ukraine) pour avoir la chair à canon dont les Russes ont besoin en Ukraine.
      A noter qu'une intervention roumaine ne serait pas un engagement de l'OTAN dans le guerre. L'OTAN est une alliance défensive, pas offensive. Les membres peuvent s'engager dans les guerres ou opérations militaires qu'ils veulent (comme la France le montre régulièrement).
      Je doute que les Russes puisse envisager un débarquement. Une opération militaire serait plus probablement basée sur l'armée russe de Transnistrie complétée de mobilisés.

      Supprimer
    2. Bonjour,

      Cette hypothèse de débarquement se tient, la destruction du pont sur le Dniestr en serait un des prémices, l'Ukraine ne doit pas avoir beaucoup de troupes entre Danube et Dniestr et la Moldavie ne pourrait pas intervenir avant que sa frontière méridionale ne soit atteinte, ce serait alors trop tard pour esquisser la moindre défense.

      La Moldavie ne serait probablement pas envahie si ce n'est le triangle sud de Căuşeni à Bender et Palanca pour relier la Transnitrie à la côte. Les Ukrainiens auraient alors réellement un second front au sud à proximité d'Odessa.

      C'est très inquiétant.

      Il serait peut-être temps que l'OTAN joue le "piéton imprudent" en Moldavie pour dissuader les Russes d'une telle opération.

      Cordialement

      Supprimer
    3. Bonjour,
      Je ne sais pas combien il y a de soldats entre Odessa et la frontière Roumaine, mais amener des renforts n'est pas un problème. Seul le pont est endommagé (voie ferrée), la route du "nord" est praticable. Et les Ukrainiens ont certainement envisager la chose, et prévu un commité d'accueil approprié.

      Supprimer
    4. Non, les ukrainiens ont assez de Neptun et de Harpoon pour cartonner une flotte russe imprudente qui viendrait tenter un débarquement. Flotte qui ne peut plus recevoir de renforts (merci la Turquie). En outre, je doute que les Russes aient assez de troupes à envoyer là-bas.

      Et oui, la Roumanie interviendrait certainement dans une guerre offensive. l'OTAN n'aurait pas à envoyer de troupes...mais enverrait certainement aussi du matériel aux Roumains, qui ferait la différence.

      Il me semble que face à un ennemi qui est en mode "munitions illimitées" et "renseignement illimité", la Russie n'a pas les moyens de ses ambitions. N.B. : ça veut aussi dire que l'Ukraine seule ou la Roumanie seule n'auraient aucune chance. Mais ce n'est pas la configuration.

      Supprimer
    5. Je pense que le bombardement du pont est surtout pour ralentir la livraison d'armes de Roumanie par le train et la Transnitrie une diversion seulement. Il me semble que des plans d'invasions sur Twitter c'est tellement gros que c'est clairement pour fixer des troupes ukrainiennes, comme les manœuvres à la frontière biélorusse.
      Mais bon, on ne sait jamais.

      Supprimer
  39. le problème dans tout ceci est que la raison (tout au moins celle partagée par les occidentaux) ne semble pas être le guide de l'action de Poutine and co. Le cadre logique étant supprimé, tout devient permis. c'est un conflit asymétrique entre le raison et la folie.

    RépondreSupprimer
  40. Serguei Machin-Chouette a cité des renseignements non publiés qui patati-patata...
    Je peux moi aussi citer des documents non publiés qui prouvent indubitablement l'existence du monstre du Loch Ness.

    D'autre part (à l'intention de Unknown 33), les pauvres Ukrainiens ne sont pas écrasés par la géopolitique mondiale, ils sont écrasés par Poutine et son armée de barbares;

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas n'importe quel Machin-Chouette, d'ailleurs on l'a vu à la télé, à la fameuse réunion où la fameuse décision collective de lancer la fameuse opération spéciale à été prise (c'était celui qui bégayait).

      Supprimer
  41. Serguey Protosenya, oligarque russe, ancien vice-président de la compagnie gazière Novatek, a été découvert pendu dans sa résidence de Lloret del Mar, en Espagne. Sa femme et sa fille de 18 ans sont mortes poignardées..

    L'oligarque Gérard Fritzovitch Chroder reste en vie, jusque là :- )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Normal, Gérard Fritzovitch Chroder n'est pas un cadre dirigeant de Gazprom.

      La vague d’assassinat actuelle touche des cadres ou d’anciens cadres dirigeants de Gazprom improprement appelés oligarques, cf. publications du groupe de sociologues de Paris Nanterre
      https://twitter.com/colinlebedev.

      Maintenant pourquoi assassiner des cadres de Gazprom : parce qu’ils s’opposent à l’arrêt des livraisons de produits pétroliers aux pays européens ? Parce qu’ils ont menti sur l’état des réserves pétrolières russes rejoignant en cela tous les pays producteurs de pétrole qui mentent depuis plusieurs années sur l’état des réserves pétrolières mondiales, cf dernier rapport de TOTAL ?

      Ce qui est sûr dans tout ce bordel :
      - la Russie ne survit depuis 20 ans que grâce à sa rente sur le gaz et le pétrole.
      - Ses plus gros clients sont les pays européens,
      - Si ses clients européens ne lui achètent plus ni gaz ni pétrole, la Russie n’aura plus d’apports financiers, le pays s’effondrera encore plus rapidement qu’avec la guerre actuelle.
      - En achetant le gaz et le pétrole russes, les pays européens financent directement la guerre en Ukraine.

      Et surtout n’allez pas croire que la Chine va remplacer les pays européens :
      - La Chine est livrée à partir des gisements sibériens qui sont d'un accés facile car direct.
      - pour transférer le pétrole et le gaz des gisements de l’Ouest de l’Oural à la Chine, il faut construire des pipelines : cela prend du temps, c’est loin et ce sera compliqué techniquement.
      - Les chinois ne sont pas des couillions : les menaces de coupure des robinets faites par Poutine les a fortement interpellé sur le mode si Poutine menace les européens alors il pourra nous menacer aussi. Résultat, les chinois relancent leurs centrales à charbon au lieu de développer la coopération pétrolière avec la Russie.

      Conclusion :
      - Les russes sont des racistes arrogants qui prennent les chinois pour des cons.
      - Les pays européens vont finir par sortir de la dépendance aux produits pétroliers russes volontairement pour assure leur indépendance énergétique ou parce que Poutine aura fermé le robinet.
      - Poutine est en train d’entraîner la Russie à sa ruine.
      Et vive la transition écologique !

      Supprimer
  42. Il faut quand même dire à toutes les personnes qui souhaitent arrêter d'envoyer des armes pour "limiter le nombre de morts " que lorsque la guerre sera finie , dans les zones occupées, tous les opposants politiques, donc les nationalistes et donc tous les ukrainiens d'après Poutine, seront catégorisés comme terroristes et exécutés soit sur place soit dans des camps. Les morts ne se compteront plus en dizaines de milliers mais en millions.
    Alors non, parfois les armes permettent de réduire le nombre de morts. Sans parler du droit de se battre pour sa liberté.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sinon, il n'y a pas à tortiller, la "démilitarization" de l'Ukraine se déroule en conformité avec le plan. Quel grand stratège, quand même...

      Supprimer
  43. Tout d'abord, merci au colonel Goya pour cet excellent blog. L'attente depuis le billet du 21 Avril a été longue ;-)
    Mes apports sont ceux d'un candide en stratégie militaire. Si j'ai bien lu Sun Zi et Clausewitz, je n'en connais que les applications en stratégie d'entreprise.

    Je n'oublie cependant pas que “La victoire revient à celui qui tient le dernier quart d'heure.” et le changement de braquet des USA est une bonne nouvelle pour la nation ukrainienne pour aller vers cette victoire. La violence de la guerre exercée par la Russie pour contraindre l'Ukraine à exécuter les volontés expansionnistes russes n'est aujourd'hui plus acceptée par l'occident (Europe et USA principalement). De nombreux pays supportent donc l'effort de guerre ukrainien en fournissant des aides financières importantes dans différents domaines : humanitaire, fonctionnel, commercial, matériel militaire, renseignement.


    "L’artillerie conquiert" :
    il est clair que le rapport de force est défavorable aux ukrainiens avec une armée russe riche de milliers de canons aux munitions économiques.
    Économiques ? Pour rappel, le projet MMP de l'armée française (remplacement du Milan) est de 400 postes de tirs et 1 500 munitions, pour un coût de réalisation initial de 634,9 millions d'euros (2014) soit un coût unitaire par munition de 200 000 euros et un coût unitaire par poste de tir de 250 000 euros. Une munition de Javelin coûte environ 70 000 €. C'est peu par rapport au coût d'un char qui doit être proche d'une dizaine de millions d'euros.
    N'oublions pas que la Russie dispose de rentrées d'argent substantielles avec un pétrole à 110€ pour un coût d'extraction entre 20 et 40€. Si le pays est aux mains des "copains" de Poutine, je pense qu'ils doivent mettre la main à la poche pour l'effort de guerre sauf si leur vie et celle de leur famille leur importe peu…les exemples récents devraient néanmoins les rendre généreux !
    Le coût est néanmoins relatif tant que l'on travaille avec les "stocks" mais à un moment, il va falloir réparer, produire et là, le coût risque d'être très élevé.
    L'arrivée de canons de 155 à longue portée, rapides et précis est une bonne nouvelle pour les ukrainiens : le coût des munitions est bien moindre et surtout, ils devraient calmer les ardeurs lors des phases de déplacement de l'infanterie russe vers l'occupation. Charge à l'armée de bien les protéger du renseignement et des attaques de l'ennemi (avec du matériel sol/air d'accompagnement par exemple).
    "Les forces blindées-mécanisées occupent. Cela donne un combat très lent et ravageur." : et l'on sait qu'il est plus facile de défendre une position que de l'attaquer. Le bilan humain et matériel est bien moindre du côté russe que dans la conquête par l'infanterie. L'armée russe a mis en place de nouvelles tactiques de combats (par rapport à la bataille de Kiev perdue) qui lui permettent d'économiser ses ressources en blindés et hommes. Les chiffres d'ORYX semblent ne pas confirmer cette qualité tactique mais les avancées sur le terrain sont réelles : pilonnage, front large, peu de profondeur. Il y a urgence à ce que l'artillerie ukrainienne se renforce avec du matériel moderne OTAN afin de pouvoir accéder à la puissance industrielle des pays de l'OTAN (soyons clairs, USA principalement) afin d'inverser le rapport de force "pilonnage".

    RépondreSupprimer
  44. (suite)
    "Les Russes ont besoin de millions d’obus, les Ukrainiens de milliers de projectiles antichars en tout genre."
    A 600 000 obus par jour et avec des stocks anciens, on peut considérer en prenant 1/4 de munitions dysfonctionnelles que ce sont environ 450 000 obus qui explosent chaque jour en Ukraine et que les équipes de déminage auront ensuite à nettoyer l'Ukraine de 150 000 obus non explosés pour chaque jour de combat...un travail considérable pour l'après-guerre et c'est sans compter les mines que laissera l'occupant russe en reculant (prochainement ?).

    Pour l'instant, il est clair que l'armée ukrainienne souffre dans le Donbass et que l'armée russe reprend des positions fortifiées. Les gains russes sont lents mais ils sont là. En sera-t ‘il de même dans les semaines à venir lorsque l'artillerie ukrainienne sera mieux équipée ?
    Je n'oublierai pas les équipements antiaériens canadiens qui arrivent également en ce moment. Les Sukhoi d’appui vont devoir voler vraiment bas...

    RépondreSupprimer
  45. 600 000 obus par jour... Le délire de Poutine. Sachant que les canons livrés à l'otan ont une plus grande portée et une très bonne précision les russes vont clairement s'épuiser. En plus en peine raspoutitsa les Russes sont obligés d'aller sur les routes. Quels piètres stratèges...

    RépondreSupprimer