jeudi 21 avril 2022

Point de situation des opérations en Ukraine 21 avril 2022

La bataille du Donbass

La grande offensive russe dans le Donbass est d’abord une offensive des feux avec un écrasement des positions ukrainiennes dans les sept zones de combat, avec environ 2 400 pièces d’artillerie diverses, et plusieurs centaines de sorties aériennes quotidiennes avec des frappes dans toute la profondeur du théâtre. On note même la présence de batteries antinavires Kh35 utilisées contre des objectifs à terre. 

Toute cette force de frappe, inédite depuis la Seconde Guerre mondiale, peut lancer chaque jour entre 1,5 et 2 kilotonnes d’explosif sur les positions ukrainiennes, qui sont dans le Donbass les plus retranchées au monde après celle de la zone démilitarisée en Corée. L’objectif est de neutraliser autant que possible les forces ukrainiennes dans les zones d’attaques russes, de les fixer dans les zones défensives et d’entraver les mouvements dans la profondeur.

Les attaques russes, se concentrent d’abord dans la zone de Severodonetsk (zone S) et ses abords en particulier au Nord. Les forces russes peuvent y être estimées à 10-12 groupes tactiques (2 régiments LNR, 1 régiment blindé et 1 brigade mécanisée russe) sans doute sous le commandement de la 2e Armée. Elles font face à trois brigades de manœuvre ukrainiennes, soit l’équivalent en unités de combat de 9 GT russes mais avec nettement moins d’artillerie, plus une brigade territoriale et des unités paramilitaires du ministère de l’Intérieur. 

La zone urbaine de Severodonetsk (= ½ Marioupol en superficie) et ses abords retranchés résistent depuis le 2 mars. Elle est désormais très largement sous pression. L’effort russe se porte sur la limite Nord de la zone depuis Lyman à 15 km au Nord-Est de Sloviansk jusqu’à Rubizhne qui jouxte Severodonetsk au Nord, avec l’espoir d’envelopper la ville et de couper ce bastion de celui de Sloviansk-Kramatorsk-Druzkhivka-Konstantinovka (SKDK), l’objectif principal. Le 2e corps d’armée (LNR) attaque toujours dans la région de Popasna au Sud de Severodonetsk pour compléter l’enveloppement. La progression de cette première pince russe est lente mais réelle.

La deuxième pince vise le bastion SKDK à partir d’Yzium (zone Y), où se trouve le groupement de forces principal russe (=22 GT, 1ère Armée blindée de la garde), et d’Horlivka au Sud-Est (zone Donetsk, D, 1er corps DNR, 2e CA LNR et éléments de la 5e Armée russe = 15 GT). La progression russe sur l’axe M03 au Nord face à la 81e brigade est très lente et celle de l’axe Sud tenu par deux brigades ukrainiennes presque inexistante. Même si les forces russes parvenaient à percer et atteindre le bastion SKDK, il faudra à la fois sécuriser les axes contre le harcèlement ukrainien, et s’attaquer à l’équivalent d’un Marioupol renforcé depuis 50 jours. Cela paraît difficile avec les capacités actuelles et en tout cas, sans espoir de victoire avant le 9 mai.

La troisième pince réside dans des attaques complémentaires à partir d’Yzium vers Barvinkova ou de la zone Zaporijjia (zone Z, 58e Armée, 10 GT) vers le Nord depuis la région d’Houliaipole ou depuis la ville de Donetsk sur l’axe N15. L’objectif de cette attaque au Sud est peut-être d’atteindre le point clé de Poprovske. La prise de Barvinkove et de Poproske représenterait une menace d’enveloppement général de la poche du Donbass, mais, encore une fois, en admettant ces prises possibles, plus les forces russes pénètrent à l’intérieur du territoire ukrainien et plus elles sont vulnérables. Quant à la perspective encore plus large de s’emparer de Zaporijjia et Dnipro (= 2 Marioupol chacune), sans parler de Kharkiv (= 3 Marioupol) cela paraît inconcevable à court terme.

Les batailles périphériques

Trois batailles se déroulent en périphérie de celle du Donbass. Les combats sont toujours incertains dans la région de Kherson-Mykolaev, où les forces russes s’efforcent de diminuer la pression ukrainienne par des contre-attaques limitées et surtout l’emploi des feux. Toute la zone occupée Sud est à surveiller entre l’augmentation des activités de guérilla ukrainienne qui fixent de plus en plus de forces russes et les rumeurs de proclamation de nouvelles républiques séparatistes suivie de mobilisations générales.

A Marioupol, les dernières forces ukrainiennes résistent toujours dans le complexe industriel Azov. Elles auraient même lancé une contre-attaque en direction du port. Marioupol tombera, ce qui constituera une victoire tactique russe mais avec une telle difficulté qu’elle apparaît déjà aussi comme une victoire symbolique ukrainienne. Si par extraordinaire, les forces du complexe Azov tenaient toujours le 9 mai, cela gâcherait la célébration de la grande victoire de la Grande Guerre patriotique (même si dans les faits la prise de Marioupol serait quand même proclamée). La résistance ukrainienne fixe également 12 GT russes, assez éprouvés semble-t-il, qui ne peuvent être engagés dans la bataille du Donbass. Elle fixe aussi une norme très dissuasive pour la suite de la guerre, qui peut s’évérer impossible à gagner pour les Russes si chaque grande ville résiste comme Marioupol.

Dans le Nord-Est, les forces ukrainiennes ont pris l’initiative dans la région de Kharkiv, que ce soit au nord de la ville et surtout à l’Est où le 92e brigade mécanisée et la 4e brigade blindée ont atteint la zone Tchouhouiv-Malynivka. De ce carrefour, les Ukrainiens peuvent menacer l’axe logistique principal russe qui va de Belgorod à Yzium via les villes de Velykyi Burluk et Kopiansk, défendu par des forces russes revenues de Kiev mais il faudrait avancer encore de 50 km. Ils peuvent aussi poursuivre vers le Sud-Ouest sur l’axe M03 en direction de l’arrière du grand groupement russe d’Yzium. Cette action est complétée par des raids des Forces spéciales sur les arrières russes, y compris sur le territoire russe.


549 commentaires:

  1. Merci pour cette analyse.
    En sait on sur le niveau de savoir faire des mobilisés ukrainiens suita l'invasion ? Sont-ils tous intégrés à la défense territoriale ou intégrés au fur et à mesure dans l'armée ? Ce réservoir de soldat devrait à un moment avoir un rôle à jouer voire permettre une ou des contre offensives.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les réservistes peuvent venir compléter les brigades de manoeuvre, mais les territoriaux et la garde nationale servent surtout à la défense des villes. Les territoriaux peuvent parfois être utilisés aussi pour de la guérilla sur les arrières et les axes russes.

      Supprimer
    2. Bonjour Colonel ! Pouvez-vous développer ce que vous avez suggéré : "les rumeurs de proclamation de nouvelles républiques séparatistes suivie de mobilisations générales"
      Cette inquiétante manœuvre de déstabilisation Russe est elle susceptible de rencontrer un quelconque succès ?? Merci encore pour vos travaux.

      Supprimer
  2. Concernant Kharkiv, les forces ukrainiennes, selon le message ci joint, aurait récupéré en territoire reconquis un entrepôt plein de matériels militaires ukrainiens volés allant des missiles air-air à des moteurs de chars - espérons qu'il soit évacuer avant qu'il ne soit bombardé - :
    https://twitter.com/space_osint/status/1516864234885373955

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très intéressant. J'allais faire mon cynique sur les ukrainiens qui "capturent" du matériel là ou les Russes le "volent", mais le lien semble indiquer que c'est un tiers (des contrebandiers qui ont été arrêtés) qui avaient fait le coup, donc j'aurais eu tort. Le terme "voler" s'applique donc correctement dans ce cas.

      Plus sérieusement, la grosse prise, c'est "26 missiles R-73 et R-27R" air-air. Le peu de chasseurs ukrainiens qui reste est de plus en plus léger en armements de ce type, et ça va leur faire un bien fou. Le reste (moteurs de chars, pièces détachées de véhicules divers) va aider aussi à remettre en état des véhicules endommagés, mais me semble moins stratégique.

      pour référence : https://fr.wikipedia.org/wiki/Vympel_R-73
      https://fr.wikipedia.org/wiki/R-27_(missile_air-air)

      Supprimer
  3. Merci pour l'analyse, et pour le gros travail effectué sur la carte. Les stratégies des deux camps pour cette bataille semblent se dessiner. Votre exposé confirme que le point faible de l'armée ukrainienne réside dans le manque de moyens offensifs pour contre-attaquer dans la profondeur. En plus de la question de 09:54, pensez-vous que les mesures de contre-artillerie (radars, artillerie à long rayon d'action) qui sont (enfin !) annoncés arriveront à temps, et les personnels formés suffisamment rapidement, pour peser dans cette bataille ?

    RépondreSupprimer
  4. plot twist (à confirmer, pour l'instant, j'ai une seule source) :

    https://liveuamap.com/en/2022/21-april-putin-ordered-shoigu-to-cancel-assault-on-azovstal

    Poutine aurait ordonné à son ministre de la défense de cesse l'assaut sur Azovstal à Marioupol, et de mettre en place un siège à la place. Encore une fois, à confirmer, ça parait bizarre après l'emploi de bombes lourdes, qui semblaient préfigurer un assaut final. Ou alors ça peut être une ruse.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. soldat Pithivier21 avril 2022 à 10:38

      Bonjour.

      Merci monsieur Goya pour ce nouveau point de situation.

      Ne pensez-vous pas que la tactique ''des 3 pinces '' disperse les forces russes ? et ce d'autant plus que les russes semblent avoir des problèmes de coordination de leurs forces: ils ont maintenant un commandement unique mais pas sur que cela permettent de résoudre les mismatchs, surtout s'ils correspondent à des habitudes bien établies.

      Supprimer
    2. soldat Pithivier21 avril 2022 à 10:47

      Herr Elle21 avril 2022 à 10:20

      Voici un lien sur la video de l'entretien Poutine / Shoigu au sujet de Marioupol :

      https://twitter.com/maxseddon/status/1517046534113792001?cxt=HHwWgsC42Z_y0I0qAAAA

      Poutine n'a pas l'air d'être au mieux de sa forme : avachi sur son fauteuil, tenant d'une main le bord de la table ( pour éviter de montrer des tremblements nerveux?) agitant son pied droit sans cessse.

      Supprimer
    3. En effet il semble pas bien du tout, les medicaments ne font + effet, son etat de saté risque de se dégrader rapidement maintenant

      Supprimer
    4. Shoigu n'est pas en uniforme ... ?

      Supprimer
    5. Il a memel air au plus mal le Vladimir. Il donne l impression de souffrir énormément.

      Son coup sa posture sa main droite son pied droit... Il morfle

      Supprimer
    6. Et ils sont en tête à tête ! Poutine à moins de deux mètres d'un autre humain, voilà qui sort des precedentes apparitions. Un homme qui se sait condamné à court terme ?

      Supprimer
    7. soldat Pithivier21 avril 2022 à 14:59

      Bon, je vous ai transmis le lien parce qu'il vient d'un journaliste du Financial Times, @maxseddon, et que par expérience, le FT ne publie pas n'importe quoi.

      Mais comme entre temps mes deux seuls neurones se sont connectés, par hasard notez bien, maintenant je m'interroge : cette vidéo vient certes de Russia 24 TV mais objectivement aucun élément de permet de la dater, le son est a peine audible et surtout mes dernières infos concernant Shoigu indiquaient qu'il avait disparu de la circulation suite à une crise cardiaque fort opportune.
      Ne serait ce donc pas une nouvelle tentative d'enfumage comme les russes en ont le secret ?
      Votre avis svp ,
      Merci

      Supprimer
    8. @Herr Elle
      deux pistes possibles :
      1- des rumeurs disent qu'il y aurait des civils boucliers humains avec les assiégés, ce qui serait une bonne raison de faire preuve d'humanité,
      2- le combat dans des souterrains que l'on ne connaît pas serait très meurtrier pour les assaillants. Les Russes sont économes de la vie de leurs hommes.

      Supprimer
    9. il ne bouge pas son bras gauche... On dirait une paralysie. Mais oui il ne donne pas l'impression de "peter" la forme...

      Supprimer
    10. soyons clairs, tous les toubibs de la CIA et des services Européens examinent cette vidéo, essayent de la dater, et de comprendre cette position trés particuliere de Poutine. Toute la partie gauche qui reste statique et la partie droite qui ne tient pas en place.

      Son pied passe son temps a taper le rythme et sa main reste bloquée sur la table, comme si il voulait la bloquer, version Mitterand mourrant . Bref, rien de naturel la dedans.
      Mais avec la médecine moderne, meme mourrant, il pourra finir son invasion du Donbass en 2023....

      Supprimer
  5. On parle sur les reseau sociaux de soldats ukrainiens qui s'entraineraient à l'utilisation de matériels lourds occidentaux en Pologne, Allemagne, Roumanie... Qu'en est il ?
    J'imagine que devant la force de frappe russe les ukrainiens ne sont pas sans solutions; Défense en profondeur ? dispersion des moyens lourds ? frappe en profondeur sur l’artillerie via drone et FS ? Ont ils d'autres solutions pour contrer cette puissance de feu ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les M777 américains, ''on'' a parlé d'entrainement en Pologne.
      L'article ukrainien (en anglais) - long avec plusieurs vidéos - posté sur Air Défense par Metal Hurlant écrit que c'est l'artillerie lourde et les lances-roquettes multiples qui sont la principale force de frappe de ce pays pour ralentir les offensives russes, loin devant les missiles antichars occidentaux. Le retour aux fondamentaux...
      https://euromaidanpress.com/2022/04/20/javelins-are-good-but-it-is-artillery-strikes-that-coined-ukraines-military-success/?swcfpc=1


      ... Ce sont les frappes d’artillerie et la guerre interarmes, et non les armes portatives livrées par l’Occident et les tactiques de délit de fuite, qui ont créé le succès de l’Ukraine à chasser l’armée russe, explique l’analyste militaire Mykola Bielieskov.

      En d’autres termes, l’emploi effectif de masse de l’artillerie est l’un des facteurs qui rendent la défense efficace grâce à une approche active. En termes simples, c’est une chose de détruire l’équipement ennemi un par un en combat rapproché avec le risque inhérent impliqué. Et c’est totalement autre chose de détruire l’ennemi en masse à des distances de plus de 10 km avec peu de risques pour les personnes en question...


      Supprimer
    2. oui ils s'entrainent..( je le sais parceque ce sont mes "bruyants voisins")..Maintenant ce n est pas non plus tres intensif; plutot de l'apprentissage sur les specs..

      Supprimer
  6. Merci Monsieur Goya!

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour cette analyse. Sur la prise de Marioupol ne peut-on pas considérer que la ville est tombée dès lors que seule une partie de l'usine Azovstal est encore sous contrôle ukrainien, sans plus aucun assaut programmé côté russe? Sur la vulnérabilité des troupes russes dès lors qu'elles seront en mesure d'avancer en profondeur, n'est-ce pas à relativiser dans la mesure où les forces ukrainiennes n'ont quasiment pas/plus de capacité de contre-attaques? Enfin, quid de la supériorité aérienne : la Russie multiplie les frappes sur l'ensemble du front, cela signifie-t-il que les défenses aériennes ukrainiennes (S300 notamment) ne sont plus en mesure d'intervenir?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. https://liveuamap.com en est, pour la journée du 21 avril à 15 heures, à 3 sukhoi abattus, dont un SU-25 (les autres ne sont pas précisés, l'un d'entre eux apparait aussi dans une autre vidéo du même site, trop loin et trop en feu lors de sa chute pour être identifié), un MI-8, un KA-52, et un Orlan.

      Le rôle des S300s n'est pas précisé, on a juste un Stinger pour le SU-25 et un starstreak pour un Orlan (la munition coute plus cher que la cible, dans ce cas précis), mais l'aviation russe continue à souffrir.

      Les frappes sont le long du front, en effet, ce qui veut aussi dire que les avions russes ne s'éloignent plus loin en territoire ennemi. Et même là, ils ne sont pas toujours en sécurité. Les systèmes à courte-moyenne portée y sont plus pertinents que les systèmes à longue portée.

      Pour Marioupol et Azovstal, il est toujours dangereux de laisser une poche ennemie non réduite dans son dos.

      Supprimer
    2. sachez que Marioupol est toujours ravitaillée ! L'incroyable armée ukrainienne inspire le monde!

      Supprimer
  8. Quid de la raspoutitsa jamais évoquée ici? Récemment sur France inter un officier ukrainien parlait de ce phénomène qui entravait les blindés russes. Qu'en est-il? Je croyais que le terrain primait?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apparemment ils ont attendu la fin de la raspoutitsa pour attaquer. En trois semaines, le sol a eu le temps de sécher.

      Supprimer
    2. j'ai lu tout à l'heure que la raspoutitsa est à son maximum, les Russes sont obligés de passer par les routes! Encore une énorme erreur de Poutine qui dit s’intéresser à l'histoire mais qui n'y connaît rien en fait. Les militaires Russes vont donc à l'abattoir, même en T90

      Supprimer
    3. @Amiral : ça fait des semaines qu'Oryx n'enregistre plus une seule perte de T90. soit ils n'en ont plus, soit ils ont décidé de ne plus les utiliser.

      Supprimer
    4. et les fameux T14, c'est à se demander si ils existent

      Supprimer
    5. les Russes ont usé leur meilleur matériel sur le front nord, peut-etre n'ont-ils plus de T90?

      Supprimer
    6. Selon un article récent en ligne sur le site d'Air & Cosmos, ces 2 modèles ne sont plus produits car à court de pièces électroniques antérieurement fournies par l'Allemagne.

      Supprimer
    7. C'est dommage, leur voisin viens de s'en faire livrer tout plein des pièces de chars russe ��

      Supprimer
  9. 2400 pièces d'artillerie ! ben dit donc ça laisse rêveur on se croit à Verdun. Tant de pièces n'est ce pas trahir un réel manque d'efficacité ?

    L'autoproclamation des nouveaux territoires russes ne tiendra pas face aux réalités économiques. Cette guerre à retourné même les plus russophiles des Ukrainiens.

    Dans le Donbass il faut attendre les premiers jours des feux seront forcément russe mais quand ils devront avancer leur artillerie sera forcément moins dense, comme à Verdun où les Allemands se sont trouvés face aux poches de résistances françcaises.

    En attendant la leçon de cette guerre est importante pour un pays comme la France, il faut revenir et créer rapidement une conscription moderne et avoir des civiles entrainés et informés autrement que par les jeux vidéos aux affres de la guerre, il faudra aussi créer en parallèle une vraie réserve pour la défense capable de tenir la logistique et les arrières. C'est un vrai contrat de civilisation et de cohésion nationale à créer.

    Sur les armes on voit que les armes intelligentes sont chères et utilisées massivement, on constate aussi qu'on ne sait pas les produire en temps de guerre ou de conflit. On partle de 500 javelins par jours. il faut donc trouver des solutions modernes pour pouvoir soutenir les feux en cas de conflit.

    Idem pour l'aviation il faut de la densité et surtout des avions et des drones de guerre électronique, le renseignement joue à plein et on a même envoyé un Gabriel sur zone, il y a matière à de nombreuses réflexions...

    Bon espérons que les Ukrainiens tiendront, l'armée russe semble tout de même en bout de course et en fin de potentiel. Courage.

    Et si macron pouvait arrêter de macroner ( Nouveau verbe ukrainien pour dénoncer celui qui parle sans rien faire...) ce serait bien d'apporter un soutien fort en clair aux combattants Ukrainiens.

    Pourquoi pas quelques batteries d'Aster pour protéger l'ouest et les axes de ravitaillement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On en pas beaucoup des sampt mamba et il faut du temps pour l'apprentissage. Peu de chances qu'on en livre et leur fabrication est longue aussi. En plus vu le nombre de missiles envoyés par les russes nos batteries ne seront pas suffisantes vu la saturation. Un article de Dsi évoquait ce point l'année dernière je crois sur le manque de défense anti aérienne sur le sol français. Alors si on en manque ce n'est pas nous qui allons pouvoir approvisionner les ukrainiens.

      Supprimer
    2. Nos batteries ? on livre ? plus le petit couplet sur la carence de défense antiaérienne en France? vous êtes franco-ukrainien de toute évidence et que signifie "sampt mamba" ?

      Supprimer
    3. @Anonyme21 avril 2022 à 12:05

      une petite recherche me dit que SAMP/T MAMBA, c'est un système anti-aérien Français. J'ai pris un lien officiel :

      https://www.defense.gouv.fr/sites/default/files/ministere-armees/Fiche%20LPM%20-%20Système%20sol-air%20moyenne%20portée-terrestre%20%28SAMP-T%29%20–%20MAMBA.pdf

      Supprimer
    4. Qu'entendez vous par "on a même envoyé un Gabriel sur zone" ?

      Supprimer
    5. Le transall Gabriel qui devait quitter le service actif et créer un carence capacitaire a été envoyé illico sur les frontières est de l Europe...

      Comme quoi ils sont indispensables

      Supprimer
    6. Oui clairement il y a carence en matière de défense sol air en France. On ne couvre pas tout le territoire avec nos batterie mistral et mamba aster. Et je n'ai rien d'ukrainien 😂

      Supprimer
  10. Merci encore pour l'information et votre analyse toujours la plus objective possible.
    J'aurai une question. Il est parfois évoqué une possibilité que la 11 BAA et la BM au nord de Kherson puissent ne pas avoir la possibilité de se replier au sud du fleuve avec un risque d'isolement lié aux passages limités dans cette région. Est-ce que selon vous cela pourrait être une éventualité.
    Merci Colonel Goya.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a que trois ponts sur le Dniepr. Un pont-barrage à Nova Khakovka, un pont routier et un pont de chemin de fer à Kherson. Le pont routier a été détruit par les Ukrainiens durant leur retraite et remis à peu près en état par les Russes, quant au pont-barrage le détruire c'est inonder la ville, donc crime de guerre qui vaudra peut-être aux Russes une véritable accusation de génocide par la CPIJ s'ils le font.
      Donc destruction des ponts, très difficile. Par contre la percée par une pointe qui pendrait le contrôle du pont-barrage encerclerait en pratique la moitié du dispositif russe au Nord de Kherson.

      Supprimer
    2. Bonjour,

      où avez-vous vu l'information que le pont routier avait été coupé ?
      Il y a plusieurs vidéos de combats autour de ce pont le premier ou deuxième jour de l'invasion dont l'un montre le passage de chars russes sous des tirs d'artillerie ukrainienne. À l'époque, le pont avait été franchi avant que les Ukrainiens puissent faire quoi que ce soit.

      Cordialement

      Supprimer
  11. Marioupol. Ce que dit la TV Russe et on connait déjà le narratif du 9 mai (https://www.vesti.ru/article/2709355)
    Le président de la Russie a rencontré aujourd'hui le ministre de la Défense Sergueï Choïgou pour discuter des progrès de l' opération spéciale en Ukraine .

    Le chef du ministère de la Défense a rendu compte à Vladimir Poutine de la libération de Marioupol. Dans le même temps, il a souligné que les restes des formations de nationalistes ukrainiens (environ 2 000 personnes) se sont réfugiés sur le territoire de l'usine d'Azovstal. Il faudra peut-être encore 3 à 4 jours au personnel militaire russe pour prendre complètement le contrôle de la zone industrielle. Cependant, même maintenant, la situation dans la ville permet de commencer à établir une vie paisible, a souligné le ministre.

    Le président a qualifié la libération de Marioupol de grand succès et a félicité Sergueï Choïgou personnellement et tout le personnel militaire à ce sujet. Il a demandé au ministre de soumettre des propositions pour récompenser des militaires particulièrement distingués.

    "Je veux qu'ils sachent tous que dans notre compréhension, ils sont tous des héros, dans la compréhension de toute la Russie. Ce sont tous des héros", a souligné Vladimir Poutine.

    Dans le même temps, le président a ordonné d'annuler l'assaut contre l'usine d'Azovstal pour inopportunité , notant qu'il faut penser à sauver la vie et la santé des soldats et officiers russes.

    Selon Vladimir Poutine, la zone industrielle devrait être bloquée "pour qu'une mouche ne passe pas", et encore une fois les militaires ukrainiens qui y sont restés devraient se voir proposer de se rendre.

    "La partie russe garantit leur vie et un traitement décent conformément aux actes juridiques internationaux pertinents", a promis le président.

    En outre, Vladimir Poutine a invité Sergueï Choïgou à envisager des mesures supplémentaires pour soutenir les militaires russes participant à l'opération spéciale et leurs familles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La réaction du camarade poutine est intéressante car il existe une parallèle historique à cette situation : Stalingrad.

      Le contexte est certes très différent mais il y a aussi des points communs.

      En particulier le discours de hitler à la brasserie bürgerbräukeller :

      « J'ai voulu atteindre la Volga en un point bien précis, dans une ville bien précise, parce que c'est un point très important. Par coïncidence cette ville porte le nom de Staline. […] Cette ville je la voulais et — vous savez que nous sommes modestes — et cette ville, voyez-vous, nous l'avons. Il reste quelques îlots de résistance. Certains me demandent : « Pourquoi n'en finissez-vous pas plus vite ? » Je réponds : « Parce que je ne veux pas d'un second Verdun. » Je laisse à des petits éléments d'assaut le soin d'achever la conquête [de Stalingrad]. »

      Trois semaine après la sixième armée était encerclée dans Stalingrad.

      Les choses se dérouleront d'une manière très différente cette fois mais le délai jusqu'au 09 mai laisse la place à des surprises.

      Espérons que, comme à Stalingrad, ces surprises soient défavorables à l'agresseur barbare.

      Supprimer
    2. Un peu plus tard, le même jour, à Marioupol, un char russe brûle.

      https://twitter.com/Polk_Azov/status/1517092836411387908

      Supprimer
    3. Après "La partie russe garantit leur vie et un traitement décent conformément aux actes juridiques internationaux pertinents" on pourrait ajouter "et un jugement équitable".

      Ils resteront en vie, mais les combattants d'Azov peuvent s'attendre à finir leur vie en Sibérie !
      je comprends que beaucoup préfèrent mourir.

      En revanche pour les militaires des FAU, s'ils ne peuvent pas être convaincus d'exactions ils seront certainement libérés à la fin de la guerre.

      Supprimer
    4. En tout cas, Poutine ne semble clairement pas au meilleur de sa forme. Plutôt que Parkinson, je penche pour des douleurs. Sa position assise est assez bizarre, et on peut aussi se dire que la table permet à Choïgou de l'entendre car il ne semble pas parler fort. La longue table l'aurait rendu inaudible.

      Sinon, Das Bild, qui est largement repris par ailleurs, indique que sur la liste transmise par l'Ukraine aux Allemands pour l'obtention de matériel, Scholtz en aurait interdit une bonne partie (la liste serait passée de 48 pages à 24), dont les fameux Leopard. La tension politique est très forte (Les Verts et les Libéraux étant favorables à la livraison, ainsi qu'une majorité d'allemands). La situation pourrait se débloquer dans les prochains jours (50 chars Leopard 1 pourraient être livrés dans 6 semaines).

      Petite question au Colonel Goya: la livraison de pièces détachées permettant de remettre en service une vingtaine d'avions, ce ne serait pas le transfert des Mig 29 polonais, démontés?

      Supprimer
    5. Poutine est tout chafouin: il passe littéralement pour un blaireau non seulement auprès de l'occident mais aussi aux yeux des Chinois. Un crétin à la tête d'un vieil empire sur le déclin dont même son meilleur armement ne vaut pas grand chose. Il faut bien se mettre à la place de son plus grand allié Chinois : ils doivent être effrayés par la nullité exposée au monde de leur premier allié

      Supprimer
  12. bonjour
    Je n'ai pas compris le sens de cette phrase
    les rumeurs de proclamation de nouvelles républiques séparatistes suivie de mobilisations générales.
    Si qqun a la bonté de me faire un topo.
    pour le reste merci au colonel GOYA
    est au nom de dieu......
    l'usine de Marioupol c'est le bazeilles des combattants UK

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comparer Marioupol et Bazeilles, c'est une insulte. A Marioupol, il y a essentiellement des Azov sectateurs de Bandera, ils ont utilisé les civils ou les empêchent d'évacuer, ils sont motivés par la seule guerre et n'ont pas beaucoup de considération patriotique ukrainienne. Bref, rien à voir

      Supprimer
    2. Bonjour.

      On peut effectivement reprocher au bataillon Azov de s’être constitué sur des bases douteuses. Mais le Azov de 2022 n’est apparemment plus celui de 2014. Reste le sacrifice de ces soldats, qui pour moi vaut bien plus que des commentaires comme le votre.

      En outre Marioupol est également défendue par la 36e brigade de fusiliers marins.

      Je ne suis pas expert de la bataille de Bazeilles et donc ne me prononcerais pas sur la comparaison. Toujours est-il que le courage dont font preuve les soldats ukrainiens ainsi que la population ukrainienne force le respect.

      Serions-nous capables d’en faire autant ? Serions-nous capables de résister dans une telle adversité ?

      Supprimer
    3. "Le 19 avril, les habitants du village de Rozovka, région de Zaporozhye, ont voté lors d'une assemblée populaire pour rejoindre la république populaire de Donetsk.
      Ainsi le territoire de la RPD s'étend au-delà des frontières de l'ancienne région de Donetsk en Ukraine."
      source : canal Telegram de Boris Karpov

      Il semble que d'autres municipalités aient très envie de faire de même. Après huit ans de brimades ukrainiennes contre les russophones, on les comprend...

      Supprimer
    4. Surtout quand les images des satellites civils, réseau Copernicus entre autre avec une définition au sol de 5 m , montrent que les rangées de tombes s'allongent dans les cimetières autour de Kherson, des excavations apparaissent se remplissant de cadavres au fil des jours et que par ailleurs le corps enseignants de la région a été envoyé en Crimée pour s'y faire russifier.

      Alors oui, les assemblées populaires vont voter ''spontanément'' le rattachement au Donbass ...

      Supprimer
    5. Si vous prenez vos informations auprès de Boris Karpov, ce commentaire trollesque ne m'étonne guère ...

      Supprimer
  13. Sur la vidéo elle même quelques petites remarques: la table est courte (le covid est fini) et Poutine souhaite discuter d'égal à égal avec son ministre: mêmes sièges, devant le bureau. Le ministre est juste assis sur le bord de son fauteuil pour marquer la déférence.
    Le ministre ne porte pas son uniforme et ses médailles.
    Il n'y a plus le quarteron habituel chef des armées, chef du FSB etc qu'on voyait au début du conflit..mais seul le ministre.
    EN effet le coté gauche de Poutine est parfaitement immobile et le droit "agité" mains et pieds. On ne voit jamais le coté gauche de son visage. Par contre l'élocution est claire, il parle sans note et sans prompteur a priori (le regard semble l'indiquer en tous cas).
    Je trouve que ça donne une sacrée importance à Choigou.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le statut de Choigou semble jouer aux montagnes russes, mais il faut replacer le personnage. Il est ministre depuis 1994, à des fonctions importantes depuis la chute du mur, et a toujours été considéré comme "le seul qui ne fera jamais de coup d'état", parce qu'en tant que Touvan ethnique, et donc non-russe (ethnique), il ne pourrait jamais être leader de toutes les Russies. En tous cas, il est perçu comme tel, et ça rassure tout le monde dans ce marigot.

      C'est un pur politicien. Son uniforme était un déguisement, il n'a jamais été militaire. Il est toujours d'accord avec tout le monde, ne se fâche avec personne. Il a remplacé Serdyoukov à la défense en 2012, pour faire l'exact opposé : Serdyoukov faisait la chasse aux corrompus, et cherchait l'efficacité à tout prix, quitte à se mettre à dos plein de gens. Choigou ne s'est mis personne à dos. Personne. Au pris de nombreux errements dans l'équipement russe des dix dernières années.

      Sa disparition des médias pendant une partie de cette guerre était sans doute une punition pour l'état de l'armée, mais il est trop important dans le dispositif, trop cul et chemise avec tout le monde, trop indispensable pour disparaitre définitivement, semble-t-il. Il est désormais identifié comme incompétent, ce qui semble le rendre encore plus inoffensif. Le mettre en avant ainsi est possiblement (et là, j'insiste sur le conditionnel, c'est juste une interprétation de ma part, contrairement à tout ce qui précède et qui est vérifiable) un moyen pour Poutine de se protéger contre d'autres qui essayeraient de le pousser vers la sortie.

      On verra à la fin le résultat réel. Je ne crois pas qu'il y aura moyen de vérifier mon hypothèse, il sera dur de lire dans le cerveau de Poutine. Mais il me parait évident que ça complote dans tous les coins du kremlin, en ce moment. Tout le monde contre tout le monde, une atmosphère de fin du monde, ou chacun tape d'autant plus fort qu'il craint pour sa peau, et craint tout le monde...sauf Choigou, si inoffensif, si huileux, si amical, si différent, si lisse, certes pas digne de confiance, mais qui lui a atteint son plafond de verre et ne devrait donc faire de mal à personne - il est le seul dans ce cas. Enfin, ça, c'est ce que tout le monde pense là bas. J'ignore si ils ont raison.

      Supprimer
    2. Un bureaucrate, effacé, qui n'est pas russe, a qui ont confie d'importantes responsabilités parce qu'il ne fait peur à personne.... C'est curieux, ça me rappelle un géorgien dans les années 1917/1921...

      Supprimer
    3. Le camarade Staline a été très serviable, jusqu'à la mort de Lénine. Et le petit Emmanuel était tout dévoué à François Hollande.

      Supprimer
    4. Staline avait Beria, georgien comme lui et dévoué. Et Beria avait le NKVD. Si Shoigu n'etait pas un paillasson, Poutine n'aurait pas atteint autant d'années de despotisme sans partage. Après 15 ans de stalisnisme, l'URSS n'avait plus personne pour réfléchir à sa tête. Après plus de 20 ans de poutinisme, c'est le vide absolu.

      Supprimer
  14. Bonjour, est-ce que la Russie n'est pas en train d'épuiser sa puissance de feu sur des positions retranchées, donc seulement pour fixer les positions plutôt que pour réduire les défenses, tandis que l'Ukraine se constitut un stock d'artillerie.
    Lorsque les russes avanceront à découvert, ce sera le moment d'utiliser les armes reçues et ils auront peut-être moins de moyens de défense à ce moment-là ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. totalement d'accord, il me semble évident que les Russes sont en train de s'épuiser. L'armée Ukrainienne va pouvoir donner des cours dans le monde entier !

      Supprimer
  15. On a donc:
    "OMS"=Barbarossa. Avancées fulgurantes dans les premiers temps
    Siège puis retraite de Kiev = siège puis retraite de Moscou. L'élan est perdu, les meilleures troupes cramées, les armements des défenseurs sont la mauvaise surprise
    Siège de Marioupol = Stalingrad: on s'épuise pour un objectif utile mais aussi symbolique, il ne sera jamais totalement pris et les arrières peuvent craquer sous le coup de contre-offensives
    La traversée du Dniepr à Kherson, avec Odessa et MikolaIev en horizon lointain, c'est le Caucase et Bakou au loin. ça finira en retraite sur le Dniepr
    La bataille du Donbass, c'est Koursk. Trop longtemps préparé avec des troupes épuisées mais surtout face à un adversaire qui se retranche depuis très longtemps. Quand l'échec sera avéré, il n'y aura plus qu'à faire marche arrière
    Les armements livrés par les "occidentaux" - l'équivalent de la puissance industrielle soviétique soutenue par l'occident - permettront cet été de lancer un Bagration pour sortir l'armée russe d'Ukraine.
    Les sanctions produisent sur le CMI russe l'effet des bombardements alliés sur l'industrie et les infrastructures allemandes.
    Dupont

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oulala comparaison n est pas raison.

      De plus vous avez tord dans pratiquement tous vos analogismes

      Supprimer
    2. @Unknown 13:39
      Je trouve personnellement le parallelle assez bien fait.
      Il mériterait de votre part un peu plus qu'un "vous avez tord" (sic).
      Un ou deux arguments, par exemple...
      Vous savez que "ce qui s'affirme sans preuve, se rejette sans preuve"?

      Supprimer
    3. C'est assez simple, la bataille de moscou fut la plus grande bataille de la seconde guerre mondiale. Elle fut menée en hiver par des troupes allemandes totalement éreintés et c'est un véritable effondrement des groupes armés allemands qui permis la contre attaque en Ukraine on est pas dans ce scenario, la force russe maximale est de 150 000 hommes et surtout le retrait russe fut volontaire.
      Comparer Marioupol et Stalingrad n'a aussi aucun sens. Marioupol ce serait plus le siège de Sébastopol qui bloqua les divisions allemandes et roumaines... on est très loin de l'operation Mars et de Uranus.

      Donbass et Koursk ? Non plus, L'objectif de koursk pour les allemands était d'essayer désespérement de reprendre une initiative perdue. Le Donbass c'est une guerre d'arrêt, une attrition, une guerre de position, les russes mettent le poid là où ils peuvent parce qu'ailleurs c'est trop loin et trop coûteux pour eux. on est plus dans le cas d'une offensive à intérêt limité de 1917 1918... beaucoup d'artillerie et progression lente. L'échec est qusi assuré vu que les russes semblent nus sans trop de réserve et surtout sans troupes d'assaut.

      Voir les Ukrainiens lancer un Bagaration j'en doute... Il reste suffisament de poid aux russes pour éviter cela au mieux les ukrainiens reprendront un terrain impossible à tenir et à russifier.

      Il est tout de Même peu probable que les russes puissent se maintenir durablement dans les villes hors des républiques auto proclamées. Ils peuvent déporter tout le monde mais il faudra du monde pour re peupler et exploiter ces endroits et la démographie russe est ce qu'elle est.

      Dans tous les cas la russie sortira très affaiblie et ce n'est pas une super nouvelle face à l'ogre Chinois qui lorgne sur les matières premières.
      D'ailleurs l'option sinisation de l'est de l'ukraine par des villes usines chinoises devrait être envisagée, cela a été fait au Vietnam et en Afrique avec à la fin beaucoup de tensions.

      on ne peut pas comparer passer et présent. le passé explique parfois le présent mais ne présage pas de l'avenir. Les grandes campagnes de l'armée rouge sont sans comparaison avec l'armée russe actuelle.

      Supprimer
  16. Bonjour merci pour cette analyse très détaillée. Il semble clair que les russes n’ont pas les moyens humains de prendre les villes. Assez de matériel par contre pour percer dans
    Les campagnes ( terrains plats propices aux chars ) et ainsi contourner les villes. On revient aux tactiques opératives de 1944-45. Aux ukrainiens maintenant de contrer avec leur courage et le matériel fourni.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le dieu de la météo fait que les Ukrainiens ont avec eux la raspoutitsa : les russes sont obligés de passer par les routes, à la queue leuleu. Les pertes doivent être gigantesques

      Supprimer
    2. Une tactique des ukrainiens peut etre est de creer des bouchons et de les attirer la ou ils seront les plus vulnérables ( terrain les plus boises possibles, peu de routes ) , d étirer leur lignes puis de les frapper sur leurs arrières. Les russes ne semblent pas avoir assez d hommes pour protéger leur avance. Mainstein l a fait en 43 exactement dans cette même région et les a étrillés

      Supprimer
  17. Bonne carte.

    Le différentiel d’artillerie est de moyens aérien n’est-il pas suffisant pour en faire un très lent rouleau compresseur en zones rurales pour isoler les grands bastions?

    D’autant plus qu’une avancée lente est plus homogène pour éviter le harcèlement des embuscades Ukrainiennes.

    Une fois ces bastions isolés cela peut encore être très long, mais qu’une question de temps car en dehors de ces zones les capacités de contre-offensive dans la profondeur semble extrêmement limitées.
    Même actuellement plus en capacité, celles sur la régions de Karkov et Kherson ne semblent rien donner de décisif.
    Ces autres bastions disposent-ils d’équivalent d’Azovstal, immense complexe souterrains bunkerisé?
    Sans ça la prise de Marioupol a été question d’un bon mois. Donc ça peut finir façon siège et nettoyage jusqu’à la fin de l’année s’il s’agit de Kramatovsk, Dnipro, puis Karkov ou Odessa… mais on peut s’attendre à des rééditions plus massives sur la fin voyant que toute contre offensive d’ampleur est impossible au profit de la voie diplomatique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, Marioupol a été assiégé des le premier jour et avait déjà 2 fronts fermés auparavant (mer et DNR). Karkhiv est plus dans la situation de Kiev, donc impossible à prendre. Les plus petits bastions c'est réalisable mais ça va être plus compliqué qu'au début de l'offensive.
      Donc le Donbass oui peut-être, mais à quel prix pour tout le monde et pourquoi exactement ?
      Après soit l'armée russe reste en occupation, mais bon, c'est cher payé et impossible sur le long terme, soit les prorusses restent seuls et dans ce cas l'Ukraine reprendra le Donbass plus tard...
      Je ne vois pas la tactique, ni l'utilité, de la Russie une fois qu'ils auront pris le Donbass?

      Supprimer
    2. Non une troupe de siège devient vulnérable. De plus combien de sièges en parallèle ?

      Supprimer
    3. Le but initial était de remettre l'Ukraine du coté russe. L'Ukraine est nécessaire à la puissance russe, c'est l'origine de tout ce bordel.

      Maintenant que l'opération spéciale, qui devait réitérer l'opération Danube en Tchécoslovaquie 1968, a échoué, il n'y a pas d'espoir en l'état pour la Russie de récupérer et sécuriser ses intérêts en Ukraine. Pour les récupérer de manière pacifique, il faudrait déjà en abandonner ce qu'elle a déjà récupérée (Crimée / Donbass) et qu'ensuite, l'Ukraine accepté de renouer avec la Russie. C'est vraiment aléatoire, ça prendrait des années, et il faudrait que la clique Poutine parte, voir soit jugée pour ses crimes (!).

      Partant de là, reste à la Russie la possibilité d'essayer de prendre ce qui reste du Donbass, une région pleine d'intérêt économique.

      On est dans l'hypothetique, sur le papier la force russe a encore des cartes à jouer, ils peuvent encore y croire. C'est vrai que nous on est un peu tombé dans l'optimisme, après le désespoir des premiers jours.

      Soit les Russes gagnent, c'est que les meilleurs forces ukrainiennes qui sont dans cette région ont été défaites, et alors les Ukrainiens n'auront plus d'espoir de récupérer leurs pertes et négocieront une paix(peut-être un peu forcé par France/Allemagne), les Russes pouvant mettre sur la table un retrait à l'ouest du Dniepr et de l'oblast de Kharkov, de Zaporojie...

      Si les Ukrainiens refusent, les Russes peuvent espérer reprendre une dynamique à l'est du Dniepr avec un terrain ouvert plus favorable, une résistance moindre avec une armée ukrainienne de moindre qualité et démoralisée. Un siège laissé devant Dniepropetrovk et Zaporojia, le nord laissé de côté (Kharkov) et une reprise des opérations dans le sud où se trouve encore de gros intérêts Russes : Mykolaeiv et Odessa.

      Une défaite Ukrainienne dans le Donbass ferait également réfléchir les occidentaux sur leur aide à donner à l'Ukraine. Lorsqu'on la voyait perdue bien que combative, on la aidé à minima car on pense aussi à l'après guerre, après la victoire de la Russie, qu'on ne doit donc pas trop fâcher pour pouvoir reprendre des relations normales avec (business is business). Après la victoire dans le nord, on voit l UAF capable d'infliger une défaite sévère à la Russie et c'est là qu'on l'aide franchement. Dans le cas contraire, les occidentaux se calmeront. D'où l'intérêt aussi d'une victoire rapide pour la Russie, plus vite les Ukrainiens seront écrasés dans le Donbass, plus vite les occidentaux lèveront le pied.

      Supprimer
    4. soldat Pithivier21 avril 2022 à 16:00

      Deux liens vers l'avis d'Igor Girkin Strelkov, le chef des séparatistes pro-russes en Ukraine, sur la suite des opérations en Ukraine : il ne croit pas à la victoire russe dans le Donbass !

      https://twitter.com/SamRamani2/status/1517100741030203394

      https://naslovi.net/2022-04-21/danas/girkin-ruska-ofanziva-na-donbas-mogla-bi-da-propadne-poput-bitke-kod-kurska/30414765

      Supprimer
    5. Il est clair que la tactique russe a changé. Dans le Donbass il n'y a plus de population à protéger, l'armée russe peut revenir à ses fondamentaux hérités de l'ère soviétique, le rouleau compresseur des bombardements, suivi d'un nettoyage par l'infanterie. De plus elle n'est pas pressée. D'ailleurs la date limite du 9 mai n'existe que dans le cerveau des Occidentaux. Poutine ni aucun officiel ne s'est hasardé à avancer une date.
      L'anéantissement du corps de bataille ukrainien dans le Donbass n'est qu'une question de temps, puisque les moyens semblent illimités.

      Ensuite deux cas peuvent se produire :
      1. retour de la négociation et conclusion d'un cessez-le-feu, les républiques du Donbass deviennent indépendantes et quelques mois plus tard demanderont leur intégration à la Fédération de Russie ;
      2. l'Ukraine refuse les conditions russes et le conflit se poursuit. Dans ce cas je ne vois pas la Russie entreprendre la conquête du reste de l'Ukraine. Elle n'y a aucun intérêt, la population lui étant plutôt hostile. Il y aura stabilisation du front comme à Chypre... situation qui peut durer indéfiniment.
      Personnellement je penche plutôt pour l'option 2. Le jusqu'au-boutisme des nations occidentales qui ne cesse de se durcir (les différente nations se faisant une course dans la surenchère aux livraisons d'armement) ne s’accommodera pas d'un cessez-le-feu tant qu'il restera un Ukrainien capable de combattre.

      Supprimer
    6. Les moyens russes sont loin d'être illimités. On le constate d'ailleurs tous les jours. Le plus gros problème est d'ailleurs moins matériel qu'humain. Il est plus facile de remplacer un tank que les 3/4 tankistes qui ont été tués ou gravement blessés, même chose pour les avions et hélicoptères.
      Les meilleures troupes russes, les mieux formées et les mieux équipées, ont été largement saignées à blanc dans les premières semaines du conflit, notamment dans le siège de Kiev, mais pas uniquement. Elles ne seront pas remplacées avant des années.
      La Russie fait appel à des réservistes de 60 ans, généralement dans les minorités ethniques, et les séparatistes semblent commencer à enrôler des adolescents de 15/16 ans. L'intérêt de rattacher les gains territoriaux en Ukraine par des référendums locaux, c'est aussi d'appliquer la mobilisation générale (pas décrétée en Russie, mais décrétées dans les républiques séparatistes), cela afin de grossir les rangs (avec des troupes non entraînées, donc de la pure chair à canon). La Russie n'a plus les moyens de renforcer ses troupes engagées en Ukraine avec les seuls contractuels, mais ne peut déclarer la conscription pour "une opération spéciale". Le fait qu'il ne s'agisse pas officiellement d'une guerre pour les russes implique qu'il n'y a pas d'obligation de partir en Ukraine. Du coup, il y a de grosses difficultés pour reconstituer les effectifs.
      Le problème posé par Poutine, et c'est aussi qu'il est analysé par plusieurs pays occidentaux, c'est que si on ne l'arrête pas de manière définitive en Ukraine, il recommencera, soit en Ukraine, soit ailleurs (et on pense à l'enclave de Kaliningrad). La guerre se poursuivra donc tant que l'armée russe ne sera pas largement détruite, ou que Poutine disparaisse, dans les deux cas en évacuant l'Ukraine (sachant que cela peut ne pas inclure la Crimée).
      En tout état de cause, une fois que l'Ukraine aura gagner la guerre (cela peut être dans plusieurs années), il faudra régler le sort des enclaves russes de Kaliningrad et de Transnistrie. L'UE ne pourra pas se permettre d'avoir des enclaves russes dans son territoire.

      Supprimer
    7. Nox ,

      Compte tenu de vos compétences stratégiques et de votre moral d'acier, il vaudrait peut être mieux aller remonter le moral et donner des conseils à Igor Girkin Strelkov que de traîner sur le forum d'un blog du complexe militaro-imperialo-atlantico ( j'espère n'avoir oublié personne et si c'est le cas désolé ).

      Ou alors vous ne savez pas utiliser l'option traduction automatique de google, c'est peut être ça finalement le secret de votre optimisme pro-russe délirant.

      Ou peut être vous abusez trop du mélange NOx, c'est mauvais pour la santé, vous savez, cela détruit les cellules grises à la longue.

      Ou enfin, et les explications les plus simples sont souvent les meilleures, vous appartenez à l'idiocratie internationale des trolls russes.

      Supprimer
    8. Peut-être participe-t-il à sa façon à la bataille du dumbass? :-)

      Supprimer
    9. Anonyme21 avril 2022 à 17:22

      excellent !

      Supprimer
    10. @Nox
      Citation :

      Elle n'y a aucun intérêt, la population lui étant plutôt hostile.

      Fin de citation

      Le trollage pro-russe ne fait pas dans la nuance. Il est notoire que même dans les territoires russophones, la Russie ne fait plus recette.

      Citation
      Le jusqu'au-boutisme des nations occidentales qui ne cesse de se durcir (les différente nations se faisant une course dans la surenchère aux livraisons d'armement) ne s’accommodera pas d'un cessez-le-feu tant qu'il restera un Ukrainien capable de combattre.
      Fin de citation

      Vous ne faites que réciter sans beaucoup d'imagination , le bréviaire pro-russe.
      IL est maintenant très clair que la résistance à l'envahisseer russe repose essentiellement sur la volonté combative du peuple ukrainien.
      Sans cette volonté, leur livrer des armes ne servirait à rien.

      Or que réclament-t-ils : des armes, des armes et encore des armes. Au point où ils en sont, avec la découvertes des charniers dont sont responsables les Russes, leur motivation ne peut que grandir.

      Vous n'êtes tout simplement pas crédible, et de beaucoup ...

      Supprimer
    11. @Intermittent...
      Je ne sais pas si NOX est un "troll pro russe" (argument un peu facile parfois utilisé pour décrédibiliser un point de vue un peu original). Je ferai toutefois les remarques suivantes sur les points que vous relevez :

      1. Manque d'intérêt d'aller plus à l'W en raison de l'hostilité de la population... cet argument tient la route et le votre aussi, mais pour le coup les russes sont déjà au Dombass alors de leur point de vue autant y rester. NB : personnellement je n'ai jamais trouvé réalisable (plausible ?) le scénario d'une saisie totale de l'Ukraine en raison de la faiblesse des effectifs (180 000 ho env) alignés par les russes (on compare souvent avec Danube en 1968, mais les sov' avait aligné env 600 000 hommes en 2 échelons).

      2. "jusqu'au boutisme occidental" ? Ce n'est pas tant le jusqu'au boutisme occidental qui est à relever que le jusqu'au boutisme des 2 camps. John Mearsheimer (prof de sciences politiques université de Chicago et un des pères de l'école "néo réaliste" en RI) explique fort bien que si d'un point de vue régional la Russie a besoin d'une victoire en Ukraine, les occidentaux (aka les US) ont tout autant besoin d'une victoire pour "punir" l'armée russe et/ou Poutine. L'idée d'un cessez-le-feu impossible tant qu'il restera un combattant ukrainien debout n'est alors pas invraisemblable puisque ce "dernier soldat" constitue à la fois un motif pour les russes pour continuer à cogner, et pour les occidentaux de continuer les livraisons d'armes pour essayer de renverser la situation. Ce n'est pas un scénario pro-russe, c'est juste une vision pessimiste mais hélas plausible.

      3. Scénario à la Chypre ? Encore une fois, quel "trollage" ? c'est même franchement un scénario assez plausible, les 2 armées finissant par s'épuiser, aucune ne réussissant à prendre l'ascendant sur l'autre, et le front se figeant... je doute en revanche que les russes acceptent le déploiement de casques bleus.

      Cordialement

      Supprimer
    12. Bonjour,

      à Chevalier,

      Une hypothétique (et improbable) défaite ukrainienne dans le Donbass ne changerait probablement pas beaucoup la vision occidentale et ne ferait certainement que renforcer la volonté des pays de l'Est (au moins) de protéger le reste de l'Ukraine car ils se voient comme la prochaine cible sur la liste de Poutine.

      D'autre part, les Occidentaux n'ont pas attendu les premiers revers de l'armée russe pour aider l'Ukraine, ça fait déjà des années qu'ils la forment et l'équipent et le flux de matériel (missiles en particulier) a débuté dès le début du conflit pour ne faire que s'amplifier au fur et à mesure de l'intensification des combats.

      à Semper Fi,

      1. Pour ma part, je pense que les buts initiaux des russes (et de Poutine en particulier) étaient bien de conquérir au moins toute la partie à l'est du Dniepr et la région d'Odessa et asservir le reste. L'hostilité potentielle de la population étant une donnée qui n'a jamais été prise en compte. Ils ne se sont rabattu sur le Donbass que devant l'évidence de l'échec de leurs plans.

      2. Je ne serais pas aussi catégorique sur le "jusqu'au-boutisme" des Ukrainiens. Ils ont très tôt accepté une exigence de taille : ne pas rejoindre l'OTAN, ce qui est une très forte concession pour un pays menacé depuis des années par un puissant voisin qui s'est déjà accaparé une part de son territoire. Cela étant, ils ont décidé depuis maintenant longtemps que le retour des territoires séparatistes dans le giron de l'Ukraine était un objectif qu'ils ne pouvaient abandonner. Est-ce être "jusqu'au-boutiste" que de refuser de faire déposséder de son pays et de se battre jusqu'au bout pour ça ?

      Quand aux Occidentaux et aux Américains en particulier, ils ont autre chose à faire que détruire la puissance russe ou faire tomber Poutine, leur nombreuses compromissions depuis 2014 le prouvent (ce qui ne veut pas dire qu'il n'y a pas de "faucons" chez eux mais ça n'en fait pas une politique ni un bloc homogène). il n'est pas même certain que les "buts de guerre" d'un certain nombre de pays occidentaux soient de faire tomber Poutine, beaucoup sachant que c'est un terme improbable.

      D'autre part, je suis toujours mal à l'aise avec une formule du style : " les Occidentaux se battrons jusqu'au dernier Ukrainien " qui fait écho à celle des années 40 de triste mémoire : " les Anglais se battrons jusqu'au dernier Français ". Je sais que ce n'est pas dans ce sens que vous l'employez ici, c'est même le contraire puisque vous indiquez qu'il s'agit de l'aide apportée tant que les Ukrainiens se battront mais je voulais en profiter pour rappeler l'origine nauséabonde de cette phrase.

      3. Ce ne peut être un scénario "à la Chypre" car il n'y a plus de population favorable à la Russie en Ukraine. Une partition ne pourrait s'appuyer sur un nettoyage ethnique en expulsant les non-russes. Ce sera plutôt une partition "à la coréenne" avec dictature à l'Est (sans préjudice d'une nouvelle colonisation de peuplement de Russes).

      Cordialement

      Supprimer
  18. Bonjour Colonel !

    J aurais une question. La puissance feu deployée par les russes, depuis le debut de la guerre et surtout ces derniers jours, semble assez importante.

    Une utilisation aussi massive de leur missile doit aviir un impact sur leurs reserves. Que sait-on de ces dernières?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aux dernières nouvelles, les Russes seraient en passe d'épuiser leurs magasins d'obus vers juin s'ils continuent à ce rythme.

      Supprimer
    2. les Russes ont de faibles stocks de munitions guidées (ça n'a jamais été dans leur doctrine d'utiliser ça, ou si peu), par contre ils ont de gigantesques stocks de munitions anciennes non guidées. Le taux d'echecs est de 30%!!! (1/3 des munitions n'explose pas!!!)

      Supprimer
  19. Merci. Avez vous une idee sur le nombre des chars russes sur le front?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il semble qu'ils aient envoyé quasiment tout ce qui est en état de rouler, ça doit etre énorme

      Supprimer
    2. Cependant, les US viennent de dire qu'avec les dernières livraisons, les ukrainiens ont maintenant plus de tanks que les russes (déployés sur le territoire ukrainien j'imagine).
      Tout de même je continue de penser que l'Ukraine laisse les russes tirer dans le vide (positions du Donbass) et constitue tranquillement une armée de contre-attaques (hommes et matériels).
      D'où l'arrêt des négociations et peu de contre-attaque Ukr depuis quelques temps.

      Supprimer
    3. même pendant la seconde guerre mondiale les tirs d'artillerie ont souvent rien donné, y compris le 6 juin 1944

      Supprimer
  20. Tout d'abord merci pour cette analyse et pour la carte qui s'améliore à chaque version.

    Je profite de la mention de la ville d'Houliaïpole (zone Z) pour mentionner la Makhnovchtchina (Armée_révolutionnaire_insurrectionnelle_ukrainienne), basée dans cette région entre 1918 et 1921. Cet épisode de l'histoire (tant politique que militaire) de l'Ukraine n'est pas suffisamment mentionné par les historiens parlant du conflit actuel (on parle par contre beaucoup des nationalistes de l'époque comme Petlioura). Cette armée populaire "anarchiste" s'est battue notamment contre les russes, aussi bien les blancs de Denikine que les rouges de Trotsky.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce rappel.
      Effectivement cette page est trop rarement mise en avant dans l’histoire mouvementée de l’Ukraine. Malheur aux vaincus… Bandera a bien mieux surnagé. Makhno n’a pas pourtant pas démérité, loin de là, mais il représentait un courant qui n’a pas essaimé.

      Supprimer
    2. Pour ma part il y a quelques années j'avais été fasciné par la lecture de "Garde Blanche" par M. Boulgakov. Décrit le siège de Kiev en 1918 par les troupes de Petlioura alors que l'Hetman allié des allemands s'enfuit et que la menace des Rouges se précise... Le tout vu d'une famille noble russe. Il y a des descriptions vraiment remarquables de foules paniquées et de guerre civile avec plusieurs camps. Il y a aussi une version théâtrale (les jours des Tourbine) que dit-on Staline lui-même aimait beaucoup. Voici un lien vers un article de 1993 qui analyse la pièce avec beaucoup de commentaires (linguistiques, historiques) décrivant la vue que les russes ont des ukrainiens... https://www.persee.fr/doc/slave_0080-2557_1993_num_65_2_6461

      Supprimer
  21. Bonjour,
    Quelles sont les capacités de l'artillerie UKR, est-elle en mesure de mener une contre-batterie efficace ? Les canons livrés par les USA sont-ils déjà en action - avec des munitions à guidage terminal ?)
    Merci pour votre travail
    "Marsouin !", JS

    RépondreSupprimer
  22. Merci pour ces comptes régulier. Avez vous des informations quand aux stocks de munitions russes et à leur capacité de production ? Peuvent-ils maintenir un tel bombardement pour longtemps ?

    RépondreSupprimer
  23. la vidéo Poutine / Shoigu est sidérante. ça ne ressemble pas vraiment à un chef félicitant son général favori pour les succès passés et à venir ! On n'aura pas l'impudence de comparer avec Zélensky qui s'adresse personnellement à 400 millions d'Européens mais la comparasison avec les précédentes prestations du même Poutine est frappante. Les règles de la propagande russes sont toujours déroutantes. Ils peuvent expliquer simultanémentque que l'armée ukrainienne n'est qu'une bande de ploucs nazis, corrompus, lâches, ayant déjà revendu leurs armes et qu'ils présentent un danger mortel pour l'invincinble russie (c'est l'un ou l'autre, les 2 ensembles, ce n'est pas possible). Mais rien n'est improvisé. Qu'ont-ils voulu dire ? A mon avis, ils cherchent à prévenir les poutinolâtres d'une nouvelle catastrophique imminente.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un système ou tout le monde ment, et tout le monde sait que tout le monde ment. Et tout le monde a pris l'habitude d'essayer de lire entre les lignes. Un des trucs qu'on y lit, justement identifié par Anonyme à 11:56 : Choigou est de retour en grâce, quasiment (pas tout à fait quand même) l'égal de Poutine. J'ai émis plus haut une hypothèse, qui sera vérifiée ou non, mais le téléspectateur russe moyen, même le poutinolatre le plus pur, sait qu'on lui ment, et va chercher à gratter ce genre d'informations.

      Et la première information, c'est "Choigou est important". La deuxième, c'est "Poutine est fatigué". La troisième est "on ne va pas tout sacrifier". Et pas forcément dans cet ordre. Enfin, là aussi, c'est de l'interprétation, mais comme ils mentent (ils ne savent pas dire la vérité, ils ne sont pas équipés pour), on ne peut jamais être totalement surs.

      Supprimer
  24. Marioupol est sur le point de devenir le Cameron Ukrainien. Il en aura la même portée symbolique et un rôle fédérateur analogue.

    RépondreSupprimer
  25. soldat Pithivier21 avril 2022 à 15:29

    autre chose concernant Marioupol :

    Ne pourrait on pas envisager que la vidéo Poutine / Shoigu soit le préambule d'une manipulation de l'opinion comme les russes en ont l' habitude:

    1) la vidéo indique que Marioupol est aux mains des russes. Objectivement personne ne peut dire si c'est vrai ou pas puisque personne ne sait ce qui s'y passe vraiment : Les russes indiquent que la ville est prise sauf le complexe sidérurgique Azov alors que des images satellites montrent encore des combats.
    Mais après tout, la réalité on s'en moque surtout si on est russe, alors on va dire que Marioupol est libérée et dénazifiée.
    2) Marioupol fait partie du Donbass.
    3) Alors mes braves gens, notre ''fabuleuse et invincible'' armée russe, c'est Alexander Dugin qui le dit à longueur d’interviews, a rempli sa mission avec ‘’honneur’’, bon pour Dugin les crimes de guerre n’ont jamais été un problème puisque c’est une stratégie, puisqu’elle a libéré le Donbass des nazis.
    4) On sort les drapeaux, les flonflons et les défilés militaires … et retour à la case départ du 23 février 2022 avec un conflit limité au Donbass.

    Bon, le scénario doit être amélioré mais l’idée est là. Et je sais que c’est une énormité inconcevable pour le français moyen, mais les russes n’ont pas le même esprit critique que nous : ils ont l’habitude de prendre les vessies pour des lanternes depuis au moins … au moins 1917 ?

    RépondreSupprimer
  26. soldat Pithivier21 avril 2022 à 15:38

    Toujours au sujet de Marioupol :

    Les soldats coincés dans l’usine sidérurgique Azov ne pourraient ils pas s’échapper par la mer ?

    Marioupol est située dans le golfe de Taganrog : l’eau est profonde en moyenne de 4,5 m, il y a de nombreux bancs de sable, le bord russe doit être à une vingtaine de kilomètres et il y fait 14°c en ce moment.

    Je ne suis pas militaire mais je me dis que par petits groupes de 3/4 cela doit être faisable.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. une chose étonnate à savoir: l'armée Ukrainienne ravitaille Marioupol! la nuit en rase motte les hélicopteres ukrainiens passent

      Supprimer
    2. @Amiral...
      Ca parait quand même surprenant quand on voit le volume que représente la bouffe, la flotte et les munitions dans "la vraie vie militaire"... ça doit faire un paquet de rotations de MI 8 pour transporter tout ça, pas franchement discret et étonnant qu'ils ne s'en fassent pas dégommer toutes les nuits. Si effectivement, ils le font de manière "standard" (et non simplement anecdotique, histoire de dire "on l'a fait", comme le bombardement de Tokyo par Doolittle), alors c'est sacrément couillu de la part des UKR, et on se demande ce que fichent les guetteurs "LATTA" ou l'artillerie sol-air de l'armée russe.

      Supprimer
    3. sans doute des vols au ras des immeubles la nuit

      Supprimer
    4. Il y a une vidéo soit disant prise à Marioupol montrant un soldat détruisant un blindé avec un missile Matador. Ces missiles ont été livrés seulement fin mars.

      Cela semblerait montrer que les livraisons continuaient encore début avril...

      Supprimer
  27. Le réveil a l'air difficile, M. Goya, vous manquez de plus en plus d'arguments pour prouver l'incapacité notoire de l'armée russe...
    Mais vous creusez quand même ! Bel effort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Armée russe qui reçoit l'ordre de renoncer officiellement à réduire la poche d'Azovstal, après des semaines d'efforts violents. Armée russe qui a quasiment épuisé ses bombes guidées, missiles de croisière, missiles balistiques. Qui utilise ses munitions d'artillerie à un rythme effrayant (c'est que ça suce, 2400 canons). Ils feraient mieux de gagner vite, hein, sinon, ils vont se retrouver à poil.

      Supprimer
    2. Vu les pertes russes, il n'y a plus rien à prouver de ce coté là...
      La Russie ne tiendra plus très longtemps à ce rythme, jusqu'à la fin mai peut-être.
      "Et le combat cessa faute de combattants"

      Supprimer
    3. on cherche tous à comprendre pourquoi la gigantesque armée Russe est aussi nulle. Je pense qu'on a tous des éléments de réponse mais on est quand meme tous étonnés! Meme cette énorme offensive dans le donbass malgré toute l'armée russe en présence foire pour le moment (faut appeler un chat un chat)

      Supprimer
    4. je suis certain que si une armée de deuxième catégorie comme la Finlande rentrerait comme dans du beurre en Russie : les Russes ont forcément dégarni toutes les frontières pour tout envoyé en Ukraine (en tout cas c'est que j'aurais fait vu l'échec total jusqu'à aujourd'hui)

      Supprimer
    5. je ne vois pas en quoi l'armée russe est nulle : on parle de 150 000 hommes engagés sur une telle opération, ce qui est peu. Elle continue de manœuvrer et d'avancer à son rythme, sans que l'armée ukrainienne parvienne à la freiner véritablement.

      Supprimer
    6. Bonsoir cher Anonyme 17:57,
      Positionnons-nous 52 jours plus tôt : l'armée russe était censée en avoir fini avec son "opération spéciale". Vu où nous en sommes, il est clair que, sans aller jusqu'à la qualifier de nulle, c'est pas un bon résultat.

      Supprimer
    7. L’armée ukrainienne a réussit à freiner l’armée russe de manière notable, puisque la ligne face aux séparatistes n’a que peu bougé, et que l’armée russe a été contrainte de se retirer du Nord et n’a pu atteindre Odessa.

      Supprimer
    8. C'est un peu lourd votre café du commerce, entre les va-t'en-guerre français et les pro-Poutine. Faudrait peut-être supprimer la section commentaires ?

      Supprimer
    9. @Romain21 avril 2022 à 18:19 : en même temps, on est sur un blog (donc un espace de discussion en format "commentaire"). Si on n'aime ni les dialogues ni les commentaires, c'est pas sur un blog qu'il faut venir...

      Supprimer
    10. Ca manque cruellement d'argument ce post. Ca s'épuise comme les missiles russes, semble-t-il ...

      Supprimer
    11. Mais tout est basé sur les déclarations du ministère ukrainien de la defense, absolument partie à la guerre (autant pour L'ISW que les photos répertoriées par Onyx et que ce blog).
      C'est incroyable.

      Supprimer
    12. Bonjour,

      Comme pour beaucoup d'activités humaines, si on cherche à savoir, on trouve des informations. Mais il faut pour cela faire un vrai travail de recherche et de réflexion.

      Certes une très grande partie des informations provient des déclarations officielles ukrainiennes mais il existe bien d'autres sources :
      1) Les très nombreuses photos publiées par tous les témoins de cette guerre. En les analysant, il est possible de trouver des informations précises (position, date d'un combat, d'un événement, équipements engagés, perdus...)
      2) Les sources de données institutionnelles (journalistes, images satellites...)
      3) Les Russes aux-même car, même s'ils manipulent les faits, ils nous donnent de précieuses informations quand ils parlent d'une attaque, un repli élastique, la perte d'un navire...

      En croisant toutes les informations et analyses disponibles, il est tout à fait possible de se faire une idée plus ou moins précise de la situation. Il faut pour cela garder un esprit critique, ce qui ne veut pas dire douter de tout ou, pire encore, rejeter ce qui ne nous convient pas mais se poser en permanence des questions simples :
      - quelle est la source de cette informations ?
      - est-elle corroborée par une autre information ?
      - est-elle cohérente avec les autres informations disponibles ?
      - est-elle pertinente ?
      - ...

      Après tout, vous ne faites pas autre chose quand vous lisez des journaux, écoutez la radio, regardez la télé ou surfez sur Internet (enfin, je vous le souhaite...)

      Si on applique cette grille de lecture aux informations de source ukrainienne, on voit une cohérence d'ensemble et un récit qui colle au déroulement tel qu'il est possible de le percevoir.

      Même chose pour les multiples sources ouvertes disponibles : toutes les photos ou vidéos montrent des choses similaires (troupes russes désorientées, nombreux matériels détruits ou abandonnés, guerre relativement statique, innombrables destructions urbaines et nombreux morts civils...) Au passage, le travail fait par Oryx n'a strictement rien à voir avec le discours officiel ukrainien puisqu'ils s'appuient quasi exclusivement sur les sources ouvertes.

      Le récit russe, en revanche, n'a aucune cohérence, on croit réentendre les communiqués de victoires de l'Allemagne en 1944-45. Les informations données montrent en creux la justesse des informations ukrainiennes (défaites autour de Kyiv, Tchernihiv, perte du Moskva, incapacité à percer les défenses dans le Donbass, impuissance à finir le nettoyage de Marioupol...)

      Donc, plutôt que décrier le travail de ceux qui tentent de faire ces analyses, faites les vous-même, c'est à la portée de tout le monde pour peu qu'on s'en donne les moyens. Ou faites leur confiance si vous ne voulez ou ne pouvez investiguer vous-même (ça demande du temps et je comprends que tout le monde ne puisse le faire).

      Dernier point, comment faire confiance à une source - le blog de Michel Goya ou RT par exemple - quand on n'a pas les moyens de tout vérifier ? Il y a sur Internet de nombreux analystes qui dissèquent ces sources et qui donnent des explications détaillées sur celles-ci. Mais pour pouvoir en profiter, il faut se faire un auto-nettoyage de cerveau : " je ne crois rien, je vais juste écouter ce qu'on me dit et voir si c'est rationnel " Très dur à réaliser car nous avons tous des œillères qu'il nous est même difficile de voir soi-même. Se remettre en cause, c'est la clef.

      Bon courage.

      Cordialement

      Supprimer
  28. Ça fait un mois et demi que ce discours est donné. Si vous reprenez ce qui a été dit dans les points de situation précédents vous verrez écrit noir sur blanc l'incapacité russe à lancer l'offensive qui est actuellement lancé.
    Je dis simplement que vos filtres politiques ne vous permettront que d'être étonnés en permanence.

    Et le point de situation du jour est très hypocrite. Nulle mention n'est faite de l'actualisation d'un mode d'action jugé par vous improbable il y a encore 5 jours.

    Il n'y a pas d'honnêteté intellectuelle dans ces analyses et c'est très étonnant car je n'étais pas du tout habitué à cela sur ce blog.

    Et il n'y a toujours pas d'analyse concrète et honnête de l'état de l'armée ukrainienne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l'état de l'armée Ukrainienne est inconnu. Mais une chose est sure: pendant que les russes dorment dans les chars ou dans les tranchées et ne sont jamais relevés, les militaires ukrainiens sont relevés et retournent vers l'arrière se reposer. L'armée Ukrainienne reçoit une avalanche d'équipements. Et ce n'est pas une petite armée. Ils ont aussi récupéré plus de chars russes en bon état que tous les chars qu'ils avaient avant la guerre! Cette guerre restera dans les anales de David qui épuise Goliath (et il semble de plus en plus que Goliath finira épuisé sans gains territoriaux notables). L'hypothèse d'aucun gain territorial devient meme possible!

      Supprimer
    2. Vous avez tout à fait raison elle est plus nombreuse.
      Mais je meurs de rire quand je lis qu'on ne connaît pas son état. C'est impossible vu que la France en est très proche et que l'occident fait tout pour elle. Évidemment que c'est connu, mais c'est bien jalousement gardé et je ne comprends pas pourquoi. Je ne me l'explique pas...

      Supprimer
    3. Continuez à ne pas chercher à comprendre. J'en ai connu comme vous qui se seraient blessés à essayer. Et dès que vous avez construit ce que vous pensez être un raisonnement, partagez le.

      Mon amiral annales prend deux n dans le sens que je lui suppose au vu de votre phrase. Remarquez qu'un seul n renforce le sens du propos.

      Supprimer
    4. L'ami russe s'intéresse aux annales de la marine...

      Supprimer
  29. Vous êtes sur de lire ce blog? Parce que l'option pour les russes de regrouper leurs forces pour les concentrer dans l'est de l'ukraine y est présente depuis plusieurs semaines.
    Vous semblez avoir des difficultés à lire ce qui est sous vos yeux. Et pourtant, je vous cite, vous parlez de 'filtres politiques', d'hypocrisie' et 'd'honneteté intellectuelle'.
    Dans ces conditions, quels termes utiliser pour vous qualifier?
    Aidez-moi, je ne parviens pas à trouver de terme qui ne soit pas dégradant pour vous.

    RépondreSupprimer
  30. Bien des Merci Amiral j'ai tellement ri sur les "anales de David qui épuise Goliath" que je crois bien avoir attraper des zemmouroïdes

    RépondreSupprimer
  31. Salut, pour ce que ça intéresse un lien très complet sur la dernière livraison d'armement US:
    https://www.csis.org/analysis/latest-aid-package-ukraine-major-escalation-support

    Si en parallèle les Européens envoient les fameux chars, avions et systèmes de défense AA, l'armée Ukrainienne va devenir vraiment impressionnante d'ici quelques semaines/mois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce n'est pas grand chose. Et puis il faut les apporter au front et que les ukrainiens soient formés à s'en servir un minimum.

      Supprimer
    2. Pzh2000 néerlandais, et des Ceasar français (en micro flotte) annoncé pour l'artillerie automotrice. Les mécanos ukrainiens aurons du boulot avec tout ces matériels différents...

      Supprimer
  32. Essaim de trolls en formation serrée et mettant en cause sans vraiment d'analyse factuelle l'impartialité des papiers du Colonel Goya.
    Je vous cite donc quelques extraits de ce blog que je suivais avant ce conflit parce que son auteur m'apprenais beaucoup et que je suis parce qu'il continue à m'apprendre beaucoup, qu'il me sort de l'émotion des médias que je ne supporte pas par empathie pour les victimes et que l'analyse, appuyée par sa très longue expérience, est honnête.

    Donc quelques extraits (vous pouvez vérifier il y a les dates)
    19/3 Marioupol peut être une semaine avant de tomber
    21/3 Marioupol 2 semaines max avant de tomber
    31 jours plus tard ça va tomber c'est sûr mais quand?
    Est ce vraiment le cheminement de l'analyse de quelqu'un aveuglé par la cause Ukrainienne au point de perdre ses repères de militaire et d'honnête homme.
    Ou alors le cheminement d'un spécialiste qui voit une résistance Ukrainienne beaucoup plus tenace que pensé à l'origine et une force Russe moins efficace qu'imaginé à l'origine.
    A ce jour toutes ses erreurs ont consisté à surestimer la capacité des Russes à manœuvrer leur armée et leur puissance.
    Après 55 jours de combat il est possible que l'armée Russe commence à travailler comme dans les livres. Je ne le souhaite pas car je préfère que ce voisin belliqueux soit très affaibli et continue à s'appauvrir au même rythme que sa population décline en nombre et manifestement en qualité de combattant. Je ne remettrai pas en cause pour autant l'honnêteté de ce qu'est j'ai lu ici jusqu'à présent.
    Je ne demande pas au Colonel Goya d'être madame Myroska, le propaganda staffel Russe remplit très bien ce role depuis 55 jours avec des projections d'une rare exactitude.
    L'honnête est différente de la vérité. La première appartient à l'homme qui a de l'expérience, la capacité quasi charnelle de comprendre les informations militaires qui sont portées à sa connaissance et l'élégance de lier tout cela de façon intelligible pour un quasi profane de la chose militaire comme moi.
    La vérité appartient à la propagande, à l'engagement politique, à toutes ses choses qui font que 12000 imbéciles vont défiler un 9 mai, tous nécessairement impatients de rejoindre ensuite la fournaise qu'ils ont eux mêmes allumés ou pire encore, laissé s'allumer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Troll pro russe" dès qu'un avis s'interroge sur les sources de documentation.
      Je n'aurais pas aimer vous avoir à la tribune de l'ONU en 2003...

      Supprimer
    2. @Anonyme21 avril 2022 à 19:55

      La référence à 2003 nous aide à comprendre vos "raisonnements". Vous souhaitez que la Russie gagne parce qu'elle est l'ennemie des USA. C'est probablement pour ça que vous faites référence à l'intervention de De Villepin en 2003.

      Vous voudriez rapprocher la guerre en Ukraine de la guerre en Irak. Hélas pour vous, l'intervention russe n'a rien à voir avec l'intervention des USA en Irak.
      IL va falloir revoir vos "argumentations"

      Supprimer
    3. Apportez des faits complémentaires et sourcés et vous serez vraiment utile. Prendre la posture disant qu'il faut douter des sources sans autre information est juste la leçon numéro un de la manipulation: faire douter des croyances La leçon numéro deux consistant à livrer des opinions et bruits et non des faits pour implanter de nouvelles croyances qui peuvent être les plus effarantes possibles.
      Je vous dis cela au cas où votre vérité se serait construite ainsi jusqu'à penser que la terre est plate ou que Poutine est un gentil poussé à bout par des brutes Américaines.


      Supprimer
    4. L intervention US en 2003 n'est pas plus legitime et defendable que l' agression russe de l' Ukraine en 2022. ET si nous fumes surpris par l'attaque générale russe sur l'Ukraine malgré les avertissements répétés des services de renseignements US , c'est parce que ces derniers ont perdus leur crédibilité en 2003 en fabriquant des faux grossiers pour justifier l'attaque en Irak.

      Supprimer
    5. il y a quand meme une énorme différence: Saddam Hussein était un sanguinaire à la Bachar Al Assaad alors que l'Ukraine n'était pas agressive et était deja agressée depuis 2014

      Supprimer
    6. @Amiral 22 avril a 10.10.
      Il y a aussi des similitudes. Les faucons neoconservateurs du PNAC (https://en.wikipedia.org/wiki/Project_for_the_New_American_Century) avaient l'Irak (et le moyen orient) dans le collimateur bien avant 2003. Osama Bin Laden leur a donne un pretexte, la propagande neoconservatrice (WMD, instaurer la democratie, hahaha) a fait le reste (j'insiste sur le mot neoconservatrice car Biden et Obama n'ont rien a voir avec Cheney, Rumsfeld, Wolfovitz et autres, qui avaient en commun avec Poutine la mentalite du "la fin justifie les moyens" et le mepris pour la vie des autres).
      D'ou l'opposition de nombreux pays notamment europeens a l'invasion de l'Irak.

      Supprimer
  33. les pro-russes semblent avoir des nuits de plus en plus agitées ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si la Russie perd rapidement tant mieux ! Que cette guerre finisse.
      Mais je ne crois pas au narratif de l'armée russe épuisée, à bout de souffle face à l'armée ukrainienne. Et c'est bien dommage

      Supprimer
    2. Personne me semble-t-il ne prétend que l'armée russe est épuisée. Juste qu'elle ne dispose apparemment pas des moyens de ses ambitions (ou plutôt des ambitions de son chef), et qu'elle même en est surprise, ce qui ne doit certainement pas améliorer sa combativité.

      En bref elle n'est pas épuisée, elle est incapable.

      Supprimer
    3. si pas mal d'éléments montrent qu'elle commence à s'épuiser. En tout cas son pic de puissance est derrière elle

      Supprimer
  34. Contrairement à vous je n'ai pris aucun parti pris pro russe ou pro ukrainien.

    Je ne fais que m'interroger sur les informations qui sont donnés dans tous les médias. Et effectivement je doute fortement.
    Mais vous avez l'air d'être bien sûr de vous et tant mieux pour vous, car vous n'avez aucun problème pour croire que ce que l'on vous dit.

    RépondreSupprimer
  35. Mes sources sont purement militaires (françaises pour ceux qui en doutent), non diffusables, donc que je ne diffuse pas.
    Et je remarque que je ne trouve rien qui s'en approche dans les blogs ou médias français (sauf CF2R). Donc je m'interroge, car croire les groupes Telegram ce n'est pas ma tasse de thé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Autrement dit vous vous savez écrire mais ne pas lire afin de ne pas répéter ce qu'on vous confie.
      J'ai assez fréquenté les milieux (non militaires) ou on dispose d'informations non publiques pour savoir qu'il y a une seule règle: on la ferme. Celui qui dit qu'il sait, qu'il ne peut pas dire mais que ce qu'il entend est faux se fait virer en quatre mn. Car indiquer qu'on sait est une faute, désigner ce qui est faux, c'est indiquer ce qui est vrai et ça devient une erreur.
      A partir de là je n'ai absolument aucun doute. Vous vous inventez une vie ou vous êtes dans une tentative de manipulation à base de vide passablement habillé.

      Supprimer
    2. En plus indiquer que CF2R correspond à ce que vous n'avez pas le droit de répéter, revient à diffuser l'information que vous devez garder pour vous.
      Encore un effort de logique pour vraiment faire une manipulation un peu moins grossière SVP.

      Supprimer
    3. Le CF2R est en open source donc je ne comprends pas votre remarque.
      Ensuite il n'y a rien de secret défense sur la guerre en Ukraine.
      Mais vous êtes ultra politisés dans vos discours et utilisez des sources univoques c'est tout.
      Et je suis atterré de cela.

      Supprimer
    4. Anonyme 21:15 Ce que vous voulez dire c'est que vos sources sont interdites de diffusion car issues directement de la propagande du Kremlin.
      Du coup, tout les gens qui critiquent les mensonges russes sont "ultra politisés". Seul le "très Petit Pere des Peuples" est source de Vérité et dépourvu de biais?

      Les Russes mentent. Comme des arracheurs de dents. Ils ont fait du mensonge leur politique. Depuis lontemps. Les assassinats d'opposants niés contre toute évidence, la destruction du vol MH17 objet de plusieurs mensonges différents et de "preuves" fabriquées de toutes pièces, les prétextes fallacieux pour attaquer l'Ukraine, les biolabs en Ukraine, la negation des massacres de civils. On ne compte plus les mensonges grossiers. On en arrive à se demander s'ils ne mentent pas même quand dire la vérité serait plus benefique.

      Rien de ce qui vient d'eux ne doit être cru. Même sur le menu de leurs rations, ils seraient capables de mentir. De leur dires, on ne peut tirer qu'une chose : tenter de comprendre quelles sont leurs probables intentions en fonction du mensonge qu'ils ont monté.

      Supprimer
    5. Ben pour les rations, l'armée russe est en train de becqueter celles de 2015 : il ne faut pas gâcher la marchandise ...
      A moins que les rations de 2022 n'aient été revendues par un vaguemestre indélicat ou mieux elles n'ont même pas été produites mais elles ont été quand même comptabilisées dans l'approvisionnement.

      Supprimer
    6. Anonyme21 avril 2022 à 20:45

      Mes sources sont purement factuelles, blog stratégique français pour ceux qui doutent, diffusables donc je diffuse : Anonyme21 se prénomme en fait '' Hubert Bonisseur de La Bath dit OSS 117, pour vous servir mesdames ...''

      Supprimer
    7. Si votre source est le CF2R...forcément.
      Dans sa note d'actu 590, il titre "que veulent les américains avec leur "invasion" de l'Ukraine qui ne vient pas?"
      Un article raillant des explications météorologiques pour expliquer que l'invasion russe ne survient pas.
      Théorisant qu'il n'existe plus que 2 idéologies conquérantes sur la planète: "le salafisme-djihadisme et les droits humains (hier appelés « droits de l’homme »)."
      La suite de l'article sont des louanges à la tactique russe, je cite "faire bouger ses soldats comme sur un échiquier" ou "très forte dans « l’art de la surprise" et une dénonciation de cette idéologie conquérante "droits de l'homme" des USA et de leurs alliés occidentaux.
      Quel vilaine expression "les droits de l'homme" !!

      Plus tard, dans un bulletin N°27, après l'invasion, il est tenté de légitimer l'invasion russe en expliquant que les occidentaux ont cherché à substituer le format Normandie aux accords de Minsk. Argument complètement idiot, les accords de Minsk découlent des échanges au format "Normandie".
      Que les russes n'ont aucune troupe positionnée dans le Donbass...Il est pourtant demandé parmi la liste des mesures des accords de Minsk 2: "Le retrait de toutes les forces armées étrangères, du matériel militaire, ainsi que des mercenaires du territoire de l'Ukraine sous la supervision de l'OSCE"
      Enfin, il est expliqué que l'occident finance des milices d'extrême droite car ces milices ont été intégrées à l'arme et qu'elles étaient "souvent" composées de militants d'extrême-droite. Un peu léger comme argumentaire. Personne ne s'étonne que ces nazis d'ukrainiens aient élu un président juif ?
      Je serai curieux de connaître le vote à la présidentielle de ces gens, qui à mon avis, est lui aussi qualifié d'extrême-droite.

      Puis viens le bulletin 28 qui vient expliquer la nouvelle phase de la guerre, je cite "conformément à la doctrine opérative russe".
      S'en suit des explications et des éloges de la conduite de l'armée russe et l'incompréhension des occidentaux face à cette tactique.

      Le changement de ligne éditoriale entre la note 590 et le bulletin 27 est assez savoureux.
      Il est très aisé de voir que les notes et bulletins n'analysent rien et viennent appuyer à chaque fois la propagande directe du Kremlin.

      Supprimer
    8. CF2R est vraiment à prendre avec des pincettes, très proche de l'extrème droite. Aucune allusion dans leurs écrits, à ma connaissance, sur les crimes de guerre et massacres de l'armée russe par exemple. Un anti-américanisme viscéral, se demandant bien dans un article récent, si ce n'est pas les américains qui ont provoqué cette guerre...

      Supprimer
    9. CF2R, mais ce n'est pas le service informatique du Service de documentation extérieure et de contre-espionnage où travaille Hubert Bonisseur de La Bath ?

      Supprimer
    10. Exactement. Le Cf2r semble être une officine d extrême droite.
      Encore une fois, c'est d'autant plus ironique de dépeindre l'armée ukrainienne comme nationaliste et d'extrême droite de la part des auteurs. L'hôpital qui se fout de la charité.
      Pour preuve, Jacques Baud le rédacteur des bulletins dont j ai parlé plus haut intervient régulièrement sur TVL, une chaîne youtube créée par un membre du FN et dirigée par un ex du bloc identitaire et Radio Sud devenue le repaire des complotistes.
      Visiblement l'idéologie nationaliste n'est bonne que si elle concerne son propre pays et opportunément la Russie par anti-americanisme primaire.

      Supprimer
  36. Un élément de réponse sur l'a tt Riri on de l'armée russe.
    On parlait au début d'un ensemble compris entre 120 et 160 bataillons (corrigez si je me trompe).
    J'ai entendu le chiffre de 76 bataillons désormais engagés dans la nouvelle offensive. Il en manque (manquerait) au moins une cinquantaine si les chiffres sont exacts. Ils sont peut être à l'arrière. Ou pas.
    Si j'en crois l'ISW, qui nous est tous désormais familier (source américaine, think tank proche des republicains), lui même puisant aux sources du renseignement ukrainien, il n'est pas évident que ces 76 bataillons soient au complet, ou qu'ils disposent de la même "puissance militaire" qu'avant. Pour mémoire l'ISW définit la puissance militaire par une série de facteurs qui incluent le commandement, le moral, la cohésion du groupe, le partage d'un but commun etc.. Pour simplifier, un bataillon de cent hommes, n'équivaut pas à un bataillon de 70 hommes déjà présents + 30 "pièces rapportées" (complètement issu d'un autre bataillon).
    L'armée russe n'est vraisemblablement pas "épuisée", le mot est trop fort. Amoindrie, ça semble incontestable.
    Suffisamment pour être tenue en échec par l'armée ukrainienne ? Les prochains jours vont nous apporter la réponse. Quoiqu'on puisse imaginer aussi que l'Ukraine laisse pénétrer l'armée russe plus avant dans son territoire pour étirer les lignes. Et donner l'impression de reculer pour mieux attaquer les convois sur leurs arrière.
    Ce ne sont que des supputations de ma part.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne voit pas les armes offensives déjà présentes depuis un moment. Je pense aussi que les ukrainiens laissent passer le feu russe pour contre-attaquer le moment opportun.
      Les ukrainiens se battent pour leurs familles et leurs maisons, les russes pour libérer un peuple qui ne veut pas, la différence de moral sera de plus en plus importante. A mon avis le temps joue pour les ukrainiens. Ca n'empêche pas que ça va être difficile.

      Supprimer
    2. Les ukrainiens semblent tenter ou avoir fait une percée à l'Est de Kharkiv en direction des voies ferrées assurant la logistique de l'armée russe sur Izium.
      Si c'est la manœuvre réussie , les forces russes vont se trouver sans ravitaillement et encerclées.

      Supprimer
    3. J ai commenté ce point aussi lors du dernier billet de M. Goya :76 bataillons contre 120 au début de la guerre.
      Ce qui est frappant, c'est la cohérence de ce chiffre avec les pertes enregistrées sur Oryx. Cela confirme que la Russie aurait perdu 30 à 40% de ses moyens engagés.
      D'autre part, je trouve que cette seconde phase de la guerre est arrivée rapidement après le retrait de Kiev, ce qui me laisse penser que les Russes sont conscients que le temps passé joue en leur défaveur.
      1/ parce-que l'Occident augmente sans arrêt la qualité des armements qu'elle envoie
      2/ que la Russie manque d'hommes pour remplacer ses combattants.

      Je pense que la Russie ne parviendra pas à atteindre son objectif dans le Donbass. Néanmoins il est très probable qu'elle annonce une victoire malgré tout.
      Quand elle sentira qu'elle n'a plus les capacités d'attaquer, elle va probablement vouloir vraiment négocier, en commençant par geler la ligne de front par un cessez-le-feu.
      Je doute que l'Ukraine puisse refuser aussi bien militairement que diplomatiquement.
      On pourrait alors revenir à des accords de paix proche de ceux de Minsk ou à un conflit larvé si les parties ne s'entendent pas, ce qui me paraît le plus probable.
      Je ne crois pas trop que l'Ukraine, une fois l'offensive russe passée, soit en mesure de contre-attaquer.

      Supprimer
    4. soldat Pithivier21 avril 2022 à 23:37

      Bonsoir

      Vous trouverez deux liens ci-dessous indiquant des destructions forts opportunes en Russie : Une usine de produits chimiques et un centre de recherche du Ministère de la défense Russe.

      Pour l’instant personne ne connaît l’origine des explosions : actes terroristes ou accidents ?
      Et si ceux sont des actes terroristes, Poutine n’essayerait-il pas de refaire le coup de la seconde guerre de Tchétchénie en agrégeant l’opinion publique russe derrière lui de façon à éventuellement lancer une mobilisation générale ?

      https://twitter.com/kamilkazani/status/1517128844746055681?cxt=HHwWgoCz2a2p9o0qAAAA

      https://twitter.com/AricToler/status/1517180735593103360/photo/1

      Supprimer
    5. Je ne crois pas aux encerclements dans cette guerre, ni russes, ni ukrainiens. Les ukrainiens sont trop bien informés, et savent frapper là ou il faut pour stopper les tentatives d'encerclement russes. Les russes sont trop mobiles par rapport à des ukrainiens pas tous mécanisés/motorisés pour se faire piéger, même si leurs informations sont pourries : au moment décisif, ils parviendront toujours à forcer la sortie, comme ils l'ont fait dans le Nord.

      (croyance appuyée sur des faits, situationnels et historiques récents)

      Supprimer
  37. "L'attrition", vous aviez rectifié.

    RépondreSupprimer
  38. Personnellement je n'ai jamais pensé que jclrmpb, approximativement, il est chiant ce pseudo, était un troll russe. Trop de culture et de références, trop d'argumentation, pour nous convaincre que les russes n'étaient pas les méchants de l'histoire. J'ai toujours pensé que c'était plutôt un "idiot utile", caractérisation qu'on prête à Lenine, ce qui est peu probable, mais définie très bien ces bataillons d'intellectuel, sincères, qui, pour plein de bonnes et mauvaises raisons, avaient chaussé des lunettes rouges et défendaient un système totalitaire parce qu'il était la promesse des jours heureux de l'humanité et la résistance à l'abominable oppression du grand capital. On voit bien maintenant la différence avec nox et une flopée d'anonymes qui eux sont d'authentiques trolls russes : triste, basique, stupide et adepte du copié /collé. En même temps, vu ce que cela doit leur rapporter, il ne faut pas attendre de miracle. Reviens jclm machin, au moins, avec toi, on est obligé de réfléchir pour deconstruire tes arguments.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jc truc machin est le roi du sophisme. C'est un jeu pour moi de les trouver dans son texte. Par ordre de preference: whataboutisme, hareng rouge, empoisonnement des sources, deplacement des buts, homme de paille, argument d'autorité, "motte and bailey" (je sais pas comment on dit en français)...

      Un vrai festival.

      Tout ça en mélangeant le vrai et le faux, méthode classique pour faire passer les mensonges.


      Supprimer
    2. Je ne sais plus si c'est vous qui aviez fait ça mais j'ai lu ici même une très savoureuse "anthropologie du troll" que je n'arrive pas à retrouver. Si quelqu'un voit de quoi je parle et sait où je peux relire ce morceau d'anthologie, je suis preneur.

      Supprimer
  39. motte and bailey = Sophisme de la motte castrale (selon Wikipédia, presque du mot à mot)

    "Le sophisme de la motte castrale est un raisonnement fallacieux qui consiste à assimiler deux positions qui partagent des similitudes, mais dont l'une est modeste et l'autre controversée1. La personne qui argumente avance la thèse controversée, mais lorsqu'on le conteste, insiste sur le fait qu'il ne fait que soutenir la position la plus modeste. "
    https://fr.wikipedia.org/wiki/Sophisme_de_la_motte_castrale

    Merci pour cette typologie des formes de déceptions (enfin tromperies) :-)

    De même pour le red herring qui n'est pas qu'un poisson d'avril mais aussi une fausse piste narrative (ou alors c'est un triple sens, ça devient compliqué !).

    Blog et (essentiel) des commentaires très intéressants à suivre !

    RépondreSupprimer
  40. Il n'y a plus de frappes de précision depuis près d'une semaine tandis que les livraisons d'armes lourdes battent leur plein, ce qui serait le bon moment pour frapper les entrepôts ou ligne de transport.
    Plus de missiles de précision ou pas assez de renseignements ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il y a beaucoup d'annonces de livraisons, mais ont-elles vraiment lieu ?

      Supprimer
    2. Oui.

      En revanche, j'ai cru comprendre qu'il y a parfois des problèmes logistiques pour les acheminer vers le front. Ces derniers jours pas mal de matériel serait resté bloqué à Lviv.

      Supprimer
  41. soldat Pithivier22 avril 2022 à 12:02

    Anonyme22 avril 2022 à 10:26

    Plus de missiles de précision ou pas assez de renseignements ?

    Mauvaises conditions météo : des nuages bloquent les observations des satellites, enfin tout au moins pour les satellites civils, pour les militaires c’est peut être un peu moins impactant mais à voir.

    Normalement tout devrait rentrer dans l'ordre ce we, et les ukrainiens auront à nouveau accès aux infos issues des satellites.

    RépondreSupprimer
  42. Tiens, j'ai trouvé ici quelques précisions sur la suite du plan :

    https://www.tylaz.net/2022/04/22/general-reveals-russias-plans-control-of-southern-ukraine-also-means-a-corridor-to-transnistria/

    Ne loupez pas le passage en mode "personne ne nous aime et n'a jamais aimé", à la fin de l'article, c'est très touchant :- )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, "la terre entière contre nous lors de la grande guerre patriotique comme aujourd'hui", c'est très fort. Lors de la grande guerre patriotique, ils ont été les alliés des anglais (un vrai empire avec l'Inde, à l'époque) d'emblée, et assez vite ils ont eu les livraisons américaines. Seuls contre le monde entier. Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu.

      Là, ils ont juste l'occident qui leur fait les gros yeux. Des acteurs majeurs restent prudemment neutres (Inde, Brésil), voire les soutiennent marginalement (Chine, Iran).

      Une fois qu'on a vu ça, on sait avec quels yeux regarder tout le reste : des yeux blindés contre le mensonge systématique. Ca ne veut pas dire que cette histoire de corridor vers la Transdniestrie est fausse, juste qu'elle s'inscrit dans une propagande plus que douteuse.

      Supprimer
  43. Ils nous refont le coup du tabloid qui annonce via un article les pertes et qui s'efface illico presto l'article (Readovka ): 13 414 soldats russes tués, plus de 7 000 « portés disparus » (ce qui ferait entre 39 000 et 60 000 blessés si on fait un ratio de 3) Pour le Mockba 116 marins tués à bord et plus de 100 disparus.

    Comme toujours un plan qui se déroule sans accrocs

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo pour la citation (inconsciente?) du personnage d'Hannibal dans l'"Agence tout risques". :-)

      Supprimer
    2. il y a aussi la variante: j'aime quand un flan se démoule sans accrocs !

      Supprimer
  44. Paris, par la voix de Macron, vient d'annoncer qu'a minima une demi-douzaine de canons automoteurs Caesar de 155 mm allait être livrée sous peu à Kiev. Est déjà évoqué la livraison ultérieure d'un deuxième lot d'importance similaire. Une quarantaine d'artilleurs ukrainiens débarquent ce WE en France pour ce former à l'emploi du système d'armes. On change ici de nature quant à la qualité de l'aide aux Ukrainiens: précision extrême des tirs, capacité à frapper jusqu'à 50 km de distance et à se retirer prestement avant que n'interviennent les frappes de contre-batterie adverses, simplicité relative (notamment au vu des canons actuels ukrainiens) de mise en œuvre du système, etc. Ces pièces d'artillerie vont être prélevées sur les 36 commandés au Maroc moyennant versement de dédommagements/pénalités à Rabat pour les inévitables retards qui vont s'ensuivre pour le calendrier de livraison de leur commande.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. cela ne va pas changer grand chose pour la situation sur place, mais cela implique d'avantage la France dans un conflit qui n'est pas forcément le sien...

      Supprimer
  45. Je suis allez voir le site CF2R qu'on me vante tant. Je vois que dans leur récente prose il s'acharnent sur un article de "Daily Mail"...

    DM est un journal dit populaire, c. à dire racoleur et sensationnaliste. Certes, c'est peut-être mieux que "The Sun" ou "The Mirror", mais quand même...
    .
    Le canard sensationnaliste DM avait publié des photos d'avions russes en racontant qu'on y voyait un bombardier "nucléaire" au dessus de l'Ukraine.

    Le très respectable et professionnel (enfin, c'est l'impression qu'ils cherchent a donner) CF2R présente cela ainsi:
    NOTE D'ACTUALITÉ N°594 / AVRIL 2022
    UN EXEMPLE DE DÉSINFORMATION BRITANNIQUE CONCERNANT LA GUERRE EN UKRAINE

    Vous pensez que DM est une officine de MI6 ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, mais c'est qu'ils pensent que, comme en Russie, le pouvoir Otanien dicte à la presse ce qu'elle doit dire!

      Si Télé 7 Jours annonce la diffusion du film "Bons baisers de Moscou", c'est qu'ils ont reçu l'ordre de diffuser la propagande atlantiste. Si le Journal de Mickey montre une BD avec Onc' Picsou, c'est qu'ils veulent fustiger les oligarques Russes à la demande des USA. Si Femme Actuelle fait un article sur les méfaits du Botox, c'est pour se moquer du très Petit Père des Peuples à la demande des Ukronazis.

      Il n'est pas concevable qu'un journal à sensation publie des articles de M... simplement pour vendre du papier. Il y a forcément un complot.

      Supprimer
    2. La, cela m'a fait vraiment sourire. Merci, on a vraiment besoin d'un peu d'humour même sarcastique an ce moment.

      Supprimer
    3. Autant on ne peut pas attendre quoi que ce soit de sérieux de la part du Daily Mail, autant CF2R semble loin de la neutralité prétendue. Il est nécessaire de se proclamer en tant que tel pour avoir un minimum de chances d'être lu par un public occidental,Français en l’occurrence; Mais malgré des points pertinents notamment sur la géopolitique Américaine et l'hypocrisie occidentale sur certains conflits, l'on repère une interprétation de l'histoire qui manque d'impartialité. L'historique de leurs publications a un peu de mal à cacher un parti-pris pro-russe. Plutôt que des marionnettes grossières du régime Russe comme Patrick Lancaster, j'aurais tendance à penser que CF2R est porté par des sympathisants politiques français à la Russie. Le communiqué du 20 Avril est intéressant ; Des connections de ce think tank au RN ou FI ne me surprendraient pas.

      Supprimer
    4. Cher @anonyme de 18h25 ...

      Votre poste m'interpelle et m'a poussé à réfléchir.


      Le CF2R c'est Éric Denecé.

      Si vous cherchez des accointances idéologiques de ce Monsieur, vous n'en trouverez pas. C'est un type de droite bon teint et gaulliste.

      En revanche, il s'inscrit nettement dans une tendance anti-atlantiste qui imprègne les milieux de décideurs français et ne s'incarne pas forcément dans un parti. Je pense que depuis le bombardement de la Serbie en 1999 et même avant depuis la 1ere guerre du Golfe et la démission de Chevènement, l'Atlantisme affiché par les gouvernants est rejeté, en particulier quand il paraît contredire certaines alliances traditionnelles telles que l'Alliance Franco-russe, l'Alliance avec la Serbie voire la politique arabe de la France. Je pense que Denecé est de cette école là, ce qui n'est pas déconnant vu son âge et sa formation. C'est également ce qu'on retrouve du côté de la diplomatie, parmi ceux de nos diplomates ou des experts qui se réclament du réalisme (par opposition à l'idéalisme). Je dous honnêtement dire qu'on peut se, sentir un peu chafouin quand on est un diplomate et qu'on voit qu'un BHL ou un Kouchner ont plus de poids pour déclarer la guerre que n'importe quelle note composée avec soin.

      De plus, je pense qu'il faut regarder la position du CF2R comme une simple osture commerciale. Le CF2R est moins un think tank qu'une vitrine de gens qui vendent une expertise. Or, ils se sont plantés en minimisant, comme d'autres, les risques d'une invasion. Du coup, pour montrer qu'ils servent à quelque chose, ils vont essayer de prouver que la Russie n'allait pas attaquer mais qu'elle a été piégée et victime d'une manipulation. Je suis sûr que les Denecé et consorts sont persuadés que les services secrets manipulent les affaires partout dans le monde (chose que ces mêmes services de renseignement et d'action ont également intérêt à faire croire pour conserver leurs budgets). C'est, bien sûr, parfois le cas. Mais les printemps arabes, les révolutions de couleur, les conflits au Tigray ou au Yémen ou l'invasion russe de l'Ukraine ne sont pas que les résultats de l'action de services secrets, ils ont aussi des facteurs internes et des logiques endogènes parfois tout aussi tordues que si elles avaient été manipulées.

      Dernière remarque, mon petit doigt me dit qu'on n'est pas content du départ d'Eric Vidaud du côté du CF2R. Car dans ce business, une grande partie de votre force de vente c'est votre réseau et si vous n'avez pas l'oreille du successeur et ne pouvez pas faire une photo avec lui, cela vous rend moins crédible.

      Bref, le CF2R n'est pas un relai du Poutinisme mais une entreprise qui cherche à vivre, vient de commettre une erreur de conception du produit mais ne peut pas le retirer des rayons ...

      Supprimer
  46. @Anonyme 17:11

    Un conflit qui ne serait pas le nôtre? C'est quoi, un conflit qui serait le nôtre? Des Panzer Allemands sur la Ligne Bleue des Vosges? Des Belges ivres de sang qui envahissent le Nord? Des Suisses expansionnistes déstabilisant les pays voisins?

    Vous a-t-il échappé que nous avions, par l'intermédiaire de l'OTAN et de l'UE, des frontières communes avec la Russie? Que notre intérêt est de sécuriser l'Europe et que le meilleur moyen d'y parvenir est une Russie pacifique ou, au pire, démilitarisée?

    la Russie reste le dernier pays d'Europe imprévisible, expansionniste, capable de passer outre le droit international, se moquant du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes et des valeurs humanistes, suffisamment puissant pour déstabiliser toute la région.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si faire partie de l'OTAN et de l'UE nous entraîne à un conflit avec la Russie, alors il faut en sortir et vite... !
      Faire durer le conflit en encourageant les ukrainiens ne mènera qu'à la ruine de l'Ukraine.
      C'est profondément cynique (sauf pour le complexe militaro-industriel américain).

      Vu le protectorat que déploient les Etats-Unis sur l'Europe, ils sont devenus un état d'Europe imprévisible, expansionniste, capable de passer outre le droit international, se moquant du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes et des valeurs humanistes, suffisamment puissant pour déstabiliser toute la région.
      Ils l'ont prouvé en Yougoslavie, Serbie, Irak, Libye, Syrie...et par l'extension extraterritorial de leur droit, et c'est l'Europe qui paie.

      Pour sécuriser la France, il suffit d'une défense française forte, tout simplement (d'où la création de la force de Frappe par le général de Gaulle qui répond en partie au problème).

      Supprimer
    2. Pour le moment, ce qui entraîne un conflit avec la Russie, c'est plutôt de ne pas faire partie de l'OTAN.
      Ce qui mènerait l'Ukraine à la ruine, c'est d'accepter de vivre sous la menace d'un voisin belliqueux qui année après année grignote votre territoire.
      La Russie respecte le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes en envahissant l'Ukraine ? La Russie n'est pas expansionniste en annexant la Crimée ?
      Visiblement les pays d'Europe préfèrent de loin le protectorat américain aux chars russes. Demandez vous pourquoi.
      Vous avez une sacrée poutre dans l'oeil.

      Supprimer
    3. Ah, j'allais justement demander si quelqu'un n'avait pas la motivation pour lui faire ravaler son vomi. Moi j'ai plus la force.

      Merci Benoît C.

      Supprimer
    4. @ Anonyme22 avril 2022 à 20:32

      on fait pas durer une menace... on affaiblit une menace on diminue une capacité de nuisance
      l'agresseur poutine veut à la fois se faire une conquête territoriale, refaire son empire, repousser les régimes démocratiques à ses portes... il pense que nos valeurs européennes sont merdiques et compte bien nous en faire changer...
      donc on n'est pas les 1ers dans la file mais on en fait partie. Avant nous dans cette file il y a les Ukrainiens - qui se battent avant nous (et pour nos valeurs pour nous) si ils perdent notre tour de se battre viendra plus directement et plus tôt et plus fort...

      et en fait un exemple ici ça a déjà commencé :
      https://www.bfmtv.com/international/afrique/mali/mali-des-mercenaires-russes-filmes-par-l-armee-francaise-en-train-d-enterrer-des-corps_AD-202204210742.html#xtor=AL-68
      (aussi les interventions russes dans les élections de pays démocratiques - tout un travail de sape des démocraties)

      il y a maintenant un sujet sur les approvisionnements de matières premières pour l'économie de l'Europe

      laisser la Russie engloutir l'Ukraine c'est laisser déjà 40% du blé mondial aux mains d'une puissance non démocratique...
      lui laisser un pouvoir d'affamer de soumettre de déplacer des populations de déstabiliser des économies des régimes de faire monter tensions et racismes...
      c'est laisser croître un monstre... qui viendra s'ajouter aux problèmes climatiques.
      tant que dans le langage de l'agresseur on se sera pas fait respecter il va pas s'adoucir de lui-même.
      Il est comme tous les êtres humains tant que je gagne je joue !
      plus on recule devant la menace plus le prix sera élevé quand l'inévitable arrivera et plus on aura un destin d'esclave ou une position de faiblesse.

      Et si les USA sont à bien des égards critiquables ça donne le droit à personne en compensation de s'essuyer les pieds sur les Ukrainiens.
      On peut voir déjà qu'une démocratie expansionniste c'est pas ce qu'il y a de mieux mais une véritable dictature c'est encore pire et bien plus dangereux.
      ... On est pas les maîtres des horloges et des priorités aujourd'hui la question et notre responsabilité c'est récompenser ou punir un violeur
      on avait tous autre chose à faire que de mater des vieux croutons jouer au concours de celui qui a le plus gros missile en lâchant leurs soldats qui se déshonorent et couvrent de boue des peuples entiers et qui de surcroît sont vraiment pas loin de remplir des trains... en se proclamant "chevaliers blancs - héroïques résistants"


      "quand l'homme de 120 kg parle l'homme de 60 kg écoute"...

      au sujet de la grosse bombe et du bouton magique - d'abord nos intérêts ne sont plus uniquement nationaux à l'heure de la mondialisation (ou ce qu'il en restera) puisque tout est imbriqué.
      protéger son pays si tous ses partenaires commerciaux sont en ruines envahis ça le protègera pas de son propre naufrage - donc s'isoler pour se protéger ou être plus fort ça sent l'absurde et l'autruche.
      par ailleurs la dissuasion nucléaire - certes elle sanctuarise son territoire mais est-ce qu'elle nous protègerait de devenir des parias dans le reste du monde ?
      si la protection s'arrête à sa frontière l'horizon risquera furieusement de ressembler à une prison...
      personnellement je pensais que la mondialisation était une sorte de dissuasion nucléaire puisque tout étant imbriqué on peut rien exploser sans se tirer une balle dans le pied... et bien il y a quand même un vieux pervers qui a tenté sa chance au mépris du monde entier...!
      un pareil nuisible n'aurait pas pu émerger aussi brutalement rapidement d'une démocratie...
      donc c'est préférable d'en faire la promotion et de les défendre... d'autant que tant qu'il y aura de pareilles dictatures on sera obligé d'investir dans des armes plutôt que dans des théâtres... au détriment du bien être, de la médecine de la culture des peuples du bien commun...

      Supprimer
    5. @anonyme 00:31
      Tout mon respect pour votre magnifique réponse. Il y a une certaine fierté à vous lire et à se sentir patriote de la démocratie et du Droit face à tant de bêtise et de crimes.

      Supprimer
  47. @ Chef Chaudard.
    Bien envoyé avec justesse. Bravo !

    RépondreSupprimer
  48. S'agissant des Caesar, je pense qu'il y a un changement de nature avec la livraison de ces armes.

    RépondreSupprimer
  49. La Russie n'a pas de chance avec ses systèmes de détection incendie et la manie de ses habitants à laisser traîner des mégots de cigarette. Un incendie a donc ravagé hier l'usine TSNII VVKO centre de recherche militaire spécialisé dans la lutte contre les systèmes furtifs et de façon générale les armements modernes occidentaux.
    Elle est située pas loin de Moscou.
    L'incendie n'aurait pas fait de victimes, ou peut être mais pas beaucoup. La cause du feu est inconnue. C'est un centre théorique de recherches et il n'y a donc pas de conséquences court terme à sa destruction. Ce n'est d'ailleurs même pas une nouvelle. Les infos russes "mainstream" sont d'une discrétion de violette sur ce sujet (Comme s'il fallait passer du temps sur chaque incendie dans un pays aussi grand). Il est possible que ça traine encore sur des télés locales.
    Un lien US avec des photos/ videos.
    https://www.thedrive.com/the-war-zone/deadly-blaze-ripped-through-russias-top-air-defense-research-lab

    Sur un autre sujet ceux qui veulent peuvent chercher sur google "phoenix ghost" un nouveau drone suicide? développé par les US suivant les spécifications Ukrainiennes qui serait déjà opérationnel en parallèle des switchblades?. C'est une histoire étonnante qui, si on la croit, démontre la possibilité de concevoir adapter produire extrêmement vite des systèmes "unmanned" adaptés à des caractéristiques de combat.
    Je ne mets pas de lien car je n'ai rien trouvé de bien dense ou documenté (sinon l'annonce du pentagone qui dit en gros, la seule chose qu'on peut vous dire c'est que ça marche).

    RépondreSupprimer
  50. soldat Pithivier22 avril 2022 à 22:56

    Le softpower russe

    Quelques remarques pour les trolls français et autres admirateurs de la Sainte Russie Poutinesque :

    Poutine en digne officier du FSB a repris à son compte les techniques de manipulation communistes en les actualisant grâce au concept américain de Soft Power (cf. Joseph Samuel Nye ).
    Comme contrairement à ‘’l’american way of life’’, le ‘’russian way of life’’ ne fait rêver personne, (et je me demande bien pourquoi), Poutine a choisi d’attirer vers lui tous ceux qui cherchent à s’éloigner de la pensée occidentale dominante. Et pour les attirer, il a choisi un positionnement très simple et très clair de façon à être accessible à tous ‘’ la Russie éternelle contre tous’’ : la Russie éternelle contre les valeurs démocratiques, le wokisme, les USA, l’Europe … Je vous laisse compléter la liste.

    RépondreSupprimer
  51. soldat Pithivier22 avril 2022 à 22:58

    Soft Power russe ( suite)

    Le FSB, parce qu’il ne faut pas être naïf c’est bien du FSB qui est derrière tout cela, a donc mis en place un véritable plan marketing, pour reprendre un concept peut être plus parlant, visant à promouvoir le produit ‘’Russie’’. Il utilise donc tous les outils habituels du marketing stratégique :

    - ciblage de personnes ou d’organisations à soutenir parce qu’elles présentent une russophilie ou sensibilité particulière à l’un des items ‘’la Russie éternelle contre tous’’.

    - utilisation d’outils de communication : cybermanipulation, Russia Today, Sputnik News entre autres

    - utilisation d’outils de diffusion de la culture ‘’ Russie éternelle’’: instituts culturels, instituts de promotion de la langue russe, promotion de la littérature russe, musique russe … C’est dans ce cadre qu’il faut comprendre par exemple l’organisation de l’exposition Morozov à la Fondation Louis Vuitton.
    Et, mais vous avez le droit de dire que je suis une mauvaise langue, je parle bien de la culture ‘’Russie éternelle’’ c’est à dire essentiellement de la culture russe datant du XIX – début XX, parce que la répression est tellement importante en Russie que la culture russe contemporaine n’existe plus qu’en dehors de la Russie.

    - utilisation de la religion au travers de l’Église Orthodoxe Russe.

    RépondreSupprimer
  52. soldat Pithivier22 avril 2022 à 23:00

    Soft Power russe ( suite de la suite )

    Alors, vous allez peut être me dire, pourquoi parler de Soft Power sur un blog militaire ? Le Soft Power c’est un truc gentillet, ‘’doux’’ comme son nom l’indique …
    Et non justement, Poutine envisage le Soft Power comme un complément indispensable du Hard Power, c’est à dire les opérations militaires. Le Soft Power vise à diviser les sociétés occidentales pour permettre à Poutine de règner. Lors de l’annexion de la Crimée, le Soft Power Russe a joué à fond pour nous faire avaler la pilule d’un acte qui était un viol manifeste de du droit international. Poutine en a conclu que l’occident était corruptible et faible, voire décadent. Et fort de cette conviction, il a décidé d’envahir l’Ukraine le 24 février 2022.

    RépondreSupprimer
  53. soldat Pithivier22 avril 2022 à 23:05

    Soft Power russe ( fin mais juste parce que demain je dois me lever tôt : je vais à la pêche )

    Pour ceux qui veulent aller plus loin, des liens agrées, enfin j’espère, par Hubert Bonisseur de La Bath parce que issus de l’IFRI et l’Ecole de Guerre :

    https://www.ifri.org/fr/espace-media/lifri-medias/y-t-un-soft-power-russe

    https://www.geostrategia.fr/le-soft-power-russe-outils-et-limites/

    https://www.ege.fr/infoguerre/etat-des-lieux-du-soft-power-russe

    RépondreSupprimer
  54. Merci à Chef Chaudard et à soldat Pithivier pour toutes ces précisions. Quand j'aurai en face de moi un interlocuteur sensé et pas trop de mauvaise foi qui vient me reparler de l'impérialisme américain, j'aurai quelques arguments simples à faire valoir.

    Au sujet du soft power, j'aimerai ajouter une chose: j'en ai assez d'entendre des gens chouiner en disant que c'est injuste de "punir" les artistes et sportifs russes qui n'ont rien fait... Avec ce que vient de montrer soldat Pithivier, il est clair que ces personnes participent du soft power russe et qu'il est parfaitement normal de les sanctionner... sauf si elles ont le courage de condamner clairement l'invasion de l'Ukraine. Et c'est un argument qui s'étend aussi au peuple russe dans son ensemble, qui a lui aussi une lourde responsabilité dans ce qui se passe. Après tout, Poutine a été élu et est encore largement plébiscité en Russie. Même parmi les intellectuels russes dans certaines organisations internationales (dans lesquelles ils ne resteront plus très longtemps), on a tendance à traîner les pieds pour condamner la guerre. (On pourrait d'ailleurs faire des parallèles avec d'autres gens qui se lancent dans de grands débats casuistiques quand il y a des attentats chez nous, mais je digresse...)

    A part ça, j'espère que la pêche aura été bonne.

    RépondreSupprimer
  55. PS : C'est un moindre mal par rapport aux horreurs qui se passent en Ukraine, mais l'autocrate botoxé ne se rend d'ailleurs pas bien compte du mal qu'il fait sur ce plan à son propre pays. Je connais un certain nombre de gens autour de moi - et pas seulement des ukrainiens - qui sont maintenant révulsés par la culture russe. Une de mes amies a même balancé à la poubelle (!) tous ses bouquins de langue russe en sauvant seulement Gogol et Boulgakov. Un autre ami musicien a pris la décision de ne plus jouer de morceaux écrits par des compositeurs russes jusqu'à la fin de la guerre. Ce sont des choix assez radicaux, je le reconnais, mais en réaction à une situation elle-même radicale. Alors c'est dommage pour Toltsoï et Tchaïkowski mais je peux comprendre...

    RépondreSupprimer
  56. Puisqu'on parle de Tolstoi, il y a de longues, et assez ennuyeuses d'ailleurs, pages dans Guerre et Paix qui décrivent les stratégies de la bataille de Borodino. Pour résumé, rien ne c'est passé comme prévu et comme demandé ; les ordres n'arrivaient pas, les bataillons qui devaient être à gauche étaient à droite, ceux qui devaient avancer reculaient et inversement. Bref, Léon, qui était profondément pacifique, soutient que les batailles se gagnent par le courage, la motivation et l'improvisation des soldats engagés et que les États majors sont complètement aux fraises. Vlad et ses généraux devrait relire Tolstoi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce gros bouquin a du changer de titre en Russie, on le trouve maintenant sous le nom de "opération spécial et liberation"

      Supprimer
    2. ou plutôt: guère épais l'oxymore

      Supprimer
  57. Pour compléter les liens fournis par soldat Pithivier, que je remercie pour ses contributions à ce blog.

    https://www.geostrategia.fr/invasion-russe-ukraine-rupture-politico-strategique/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très intéressant cet article! Merci Alain H.

      Pour résumer très grossièrement sous forme de psychologie de comptoir, on pourrait dire que l'arrogance impérialiste n'est finalement que la compensation d'un complexe d'infériorité qui finit en paranoïa.

      Supprimer
    2. je remplacerai "impérialiste" par "nationaliste"

      Supprimer