lundi 6 décembre 2021

Le top 6 de ce que la victoire de Koufra peut nous apprendre


Intervention lors de la journée d'étude sur la bataille de Koufra, 26 novembre 2021.

Rappel des faits : La bataille de Koufra est une bataille de la Seconde Guerre mondiale qui eut lieu dans le sud-ouest de la Libye du 31 janvier 1941 au 2 mars 1941. Elle opposa victorieusement les troupes françaises de la colonne Leclerc, composée de 350 hommes et de 56 véhicules automobiles sous les ordres du colonel Philippe Leclerc, appuyée par les Britanniques du Long Range Desert Group, face à l'armée italienne. À l'issue de cette victoire, le colonel Leclerc et ses troupes prononcent le « serment de Koufra », promettant de ne déposer les armes qu'après la libération de Strasbourg. (Wikipedia, et pour quelques détails ici)
Retex

La prise de l’oasis de Koufra par le bataillon du colonel Leclerc dans le mois de février 1941 constitue un combat minuscule dans la Seconde Guerre mondiale par le volume des forces engagées mais ses conséquences ont pourtant été majuscules. Cette « grande petite victoire » peut certainement nous apprendre encore beaucoup. Voici quelques enseignements évidents.

1. La guerre, c’est de la politique et le combat sert à obtenir des gains politiques

Ce qui d’abord frappant avec le combat de Koufra, c’est le décalage entre l’ampleur du la bataille assez modeste, et son impact stratégique et opérationnel. Il faut bien comprendre que bien sûr la guerre est un acte politique, c’est ce qui le distingue de l’action de police, l’autre emploi possible du monopole étatique de la force.

Cet acte politique est d’abord un dialogue violent avec une autre entité politique qualifiée d’ennemie. En l’occurrence, ici c’est l’Axe et plus particulièrement l’Italie. Mais c’est un acte qui peut viser aussi d’autres publics. La colonne Leclerc en particulier, et les Forces françaises libres en général, c’est la « courte épée » de la France, pour reprendre l’expression du général de Gaulle, celle qui lui permet d’exister face aux Alliés, britanniques d’abord et bientôt américains, mais aussi face à la France de Vichy.

La grande habileté du général de Gaulle et de Leclerc, son chef militaire en Afrique subsaharienne, est de faire du Fezzan un front particulier où la France peut obtenir des victoires avec ses propres forces. « Le Fezzan doit être la part de la France dans la bataille d’Afrique », explique alors le général. Dans ce cadre, Koufra n’est pas une victoire alliée, mais une victoire française. L’ampleur de l’effort est modeste, mais le gain opérationnel, la fermeture de la porte vers le sud de l’Egypte, est net et il permet au général de Gaulle une exploitation médiatique forte, via les réseaux de communication de l’époque.  

Parmi les publics que l’on peut viser aussi, outre l’ennemi, les Alliés, l’opinion publique, il y a aussi ses propres forces, surtout lorsque celles-ci sont composées de volontaires. Certains combats n’ont pour d’autre objet que de donner des victoires et de redonner le moral. Ce n’est pas le cas de la victoire de Koufra mais elle fait du bien aux forces françaises qui retrouvent le gout du succès. La France peut gagner et on initie là un cercle vertueux. Par les combats, on accumule de l’expérience, de l’audace, et de recrues pour cette armée de volontaires, ce qui donne encore plus de chance d’obtenir des victoires. A partir de Koufra, les forces françaises libres ne seront plus jamais vaincues dans cette guerre.

2. Start up France libre

Une autre particularité de la colonne Leclerc comme de la 1ère Division française libre qui va se former plus tard, est son côté innovant. La Seconde Guerre mondiale est riche en petites unités, certains parlent d’armées privées, créées par de fortes personnalités au sein des différentes armées. Le Long Range Desert Group (LRDG), avec lequel Leclerc coopère a été créé par un ancien officier britannique passionné par l’exploration du désert, et en constitue un excellent exemple.

Leclerc fait feu de tout bois pour créer une unité adaptée à son combat. Cela relève largement du bricolage mais c’est un bricolage intelligent, qui s’appuie sur le retour d’expérience avec par exemple les deux missions de reconnaissance lancées en janvier 1941 avec un groupe nomade et une patrouille motorisée au sein du LRDG, qui sont en réalité aussi des expérimentations. Sans contraintes bureaucratiques-on est loin des procédures de marchés publics-les hommes de Leclerc apprennent du LRDG à se déplacer dans le désert avec des moyens modernes sur des centaines de kilomètres, à combiner des moyens anciens comme des chameaux ou des canons de 75 mm avec des véhicules légers, et à coopérer avec l’aviation.

Au bout du compte, la colonne Leclerc est un laboratoire tactique qui devient la meilleure unité du monde, avec la combinaison LRDG-Special Air Service, pour le combat dans le désert. On peut faire le même constat avec la 1ère Brigade française libre à Bir Hakeim un an un plus tard. La pratique d’une unité, c’est un mélange d’équipements, de méthodes, de structures et de façon de voir les choses. Cela mesure ce qu’elle est capable de faire réellement. Les moyens matériels sont sensiblement les mêmes que ceux des unités qui ont combattu en mai 1940 en Belgique et en France, mais pourtant les résultats sont très supérieurs. On se prend à rêver de ce qui se serait passé en mai 1940 si tous les bataillons français avaient été de la trempe de celui de Leclerc.

3. L’empire du milieu

Les milieux particuliers nécessitent une pratique particulière. Il y a ceux qui font l’effort de se constituer cette pratique, et ceux qui ne le font pas ou pas assez. Les premiers pourront manœuvrer dans le milieu difficile, les autres seront dans des forts et des bases. Les premiers auront l’initiative des combats et l’initiative des combats, surtout aux petits échelons, c’est un très puissant multiplicateur d’efficacité. L’histoire des autres se confondront avec celle des redditions.

Là, pour rester dans le cadre désertique, on peut penser aux combats de 1986-1987 au nord du Tchad et là encore dans le Fezzan, lorsque les « rezzou tgv » de l’armée nationale tchadienne ont triomphé des bases libyennes, avec un peu notre aide, mais on peut penser aussi hélas, aux nombreuses petites garnisons maliennes, nigérienne ou burkinabé, isolées et régulièrement attaquées par un ennemi, qui vit lui dans la région, et maitrise beaucoup mieux le terrain.

En 1940, les soldats de Leclerc ne font pas des tournantes de quelques mois, ils vivent sur place et pour beaucoup depuis toujours, et ils sont capables de mener des raids pendant un mois complet dans le désert, là où leur ennemi ne fait pas beaucoup d’effort. La seule unité italienne qui s’est avérée dangereuse, outre l’aviation, a été comme par hasard la compagnie saharienne. Une fois cette compagnie vaincue, les Italiens n’ont rien fait pour contester le désert aux Français. Dans le désert, le plus mobile dispose d’un avantage opérationnel énorme.

4. Guerre de corsaires et guérilla en uniforme

La colonne Leclerc, dans le raid sur Koufra et les deux campagnes suivantes dans le Fezzan, s’attaque à un ennemi plus nombreux, retranchée, et plus puissant en théorie. Ce sont les Français qui sont en position asymétrique défavorables, du moins en apparence si on regarde simplement les rapports de force initiaux. Au bout du compte, au début de 1943 toute la force italienne dans le Fezzan a été anéantie pour des pertes françaises réduites, et probablement plus du fait des difficultés du désert que des Italiens. D’un point de vue opérationnel, Leclerc a mené un combat en ligne intérieures anéantissant successivement en trois campagnes tous les points d’appui italiens isolés, en les frappant à chaque fois avec la force d’un bataillon.

Sommes-nous capables de faire la même chose, et de mener une guerre de corsaires, faire à un adversaire plus puissant sur le papier ? Ce n’est pas certain. On peut rétorquer que l’on mène désormais ces raids avec des avions de combat ou de plus en plus drones armés. C’est vrai, mais avec de gros inconvénients, cela coûte très cher, les avions et drones sont rares et n’ont pas le don d’ubiquité et puis l’effet n’est pas tout à fait le même lorsqu’on ne prend pas de risques au combat.

On mène des coups de main avec des moyens héliportés, seuls comme les raids de nuit en Libye en 2011, ou en coopération avec des unités légères spécialisées. C’est très bien mais combien sommes-nous capables de mener de des raids et coups de main actuellement ? Très peu. C’est peut-être suffisant contre les ennemis que nous combattons au Sahel et ce n’est pas certain. C’est insuffisant si nous devons faire les choses beaucoup plus en grand. Il aurait été possible de mener contre eux une « guerre de corsaires » comme Leclerc face aux Italiens, en multipliant les raids et les coups de main, de manière à avoir un engagement qui soit au même niveau que celui des attaques terroristes en France en 2015. On n’a pas osé. On ne sait plus, au niveau politique, prendre des risques comme à l’époque de la France libre.

5. La taille, ça ne compte pas beaucoup au combat

Avoir la supériorité opérative est surtout intéressant parce ce que cela permet d’avoir l’initiative des combats, mais encore faut-il être capable de gagner ces combats. Ce qui est frappant avec le combat de Koufra, c’est que les deux combattants y sont sensiblement de même volume, avec même une légère infériorité du côté français, sans parler d’un armement supérieur et bien sûr des fortifications du côté italien. Or, au bilan, les pertes « définitives » italiennes sont presque 100 fois supérieures à celle des Français. Ce sera pratiquement toujours le cas, lors des rencontres lors des campagnes suivantes. Que se passe-t-il ?

Il faut bien comprendre d’abord que l’égalité des forces sur le terrain est la norme sur le champ de bataille moderne. On prône dans les règlements d’attaquer à 3 contre1. En réalité, au moins au niveau des combats de contact jusqu’à l’échelon du bataillon et même de la brigade, il est très rare de trouver des combats dont le rapport de forces numérique dépasse 2 contre 1. Or, les résultats, comme à Koufra, sont souvent déséquilibrés. Ils ne peuvent donc être anticipés à partir des simples calculs de rapports de volume d’hommes, d’armes, etc. Sinon Leclerc n’aurait jamais attaqué Koufra.

En fait, il faut raisonner en termes de niveau de qualité, ou de gamme, tactique. On peut classer la valeur des bataillons avec une équation simple : la valeur tactique d’une unité est égale à se masse multipliée par la qualité de ses hommes et de son commandement au carré.

En analysant correctement les valeurs des unités et en les classant par an de 1 à 10 (1 pour les bataillons les plus faibles de l’époque et 10 pour les plus puissants), les résultats des combats deviennent prévisibles. Un affrontement d’unités de classes équivalentes donne très souvent des résultats incertains, équilibrés et rarement décisifs, car le point de dislocation (le moment où le dispositif ennemi n’est plus structurée) n’est pas atteint. Avec un niveau d’écart, l’unité la plus forte l’emporte le plus souvent mais là encore rarement de manière décisive. Un écart de deux niveaux donne une probabilité de victoire très importante pour le plus fort et un rapport de pertes de 1 à 10. Avec trois niveaux d’écart la victoire est presque certaine, le niveau de dislocation de l’unité ennemie est presque toujours atteint et le rapport de pertes peut dépasser, parfois largement, les 1 pour 30.

Dans le cas de la bataille de Koufra, les masses sont équivalentes et la position défensive des Italiens leur donne un avantage supplémentaire, mais la qualité des hommes et de leur chef n’est pas du tout la même, Leclerc annulant même l’avantage ennemie de la position défensive par une manœuvre d’intoxication lui faisant croire qu’il est en réalité inférieur. On obtient ainsi un décalage de niveau très important et on atteint le point de dislocation, non pas sur le terrain mais dans la tête des chefs ennemis.

6. L’amalgame c’est la force

La colonne Leclerc, c’est 150 Européens et 200 Tchadiens. Sans l’amalgame avec des recrues locales, rien n’aurait été possible. Notre capacité de projection actuelle, estimée à 15 000 hommes au maximum, est sans doute inférieure à celle des soldats de la France libre. Nous sommes capables de faire encore moins de choses que les seuls Français métropolitains qui ont rejoint alors les rangs de de Gaulle. L’épée de la France est toujours aussi courte, alors que nos ennemis, y compris des organisations armées comme l’Etat islamique ont souvent plus de 15 000 combattants, où les populations au sein desquelles nous évoluons sont toujours plus nombreuses.

Sans renforts locaux, avec des recrues soldées et commandées par la France, nous sommes incapables de tenir un terrain quelconque pendant quelques temps ou de nous emparer de villes comme Mossoul par exemple. Outre que les Américains utilisent plus de réservistes que nous et plus de sociétés privées, c’est seul le recrutement de 100 000 miliciens locaux en Irak, souvent d’anciens ennemis, qui seul leur a permis en 2007-2008 de vaincre l’Etat islamique et l’armée du Mahdi et de se sortir du piège dans lequel ils étaient. Les Russes commandent un corps d’armée complet en Syrie formé de recrues locales, les Turcs utilisent aussi largement des mercenaires. Pensons-y avant d’être dépassés.

15 commentaires:

  1. Mon Colonel,
    Merci pour cette mise en perspective historique intéressante. J'y ajouterai une raison au succès: l'armée italienne, malgré les rodomontades de Mussolini, était minée par de nombreuses tares au niveau de l'organisation, de la logistique et partant du moral. On pourrait aussi ajouter un mépris complet du renseignement, et la fâcheuse propension du Duce à prendre ses désirs pour des réalités, et on a ainsi une armée qui ressemble à la grenouille voulant se faire grosse comme un boeuf. Ces déboires avaient été publiquement exposés lors de la "Bataille des Alpes" en 1940, déjà face à des troupes françaises moins nombreuses mais très motivées. Cela ne diminue en rien les mérites de Leclerc et de ses hommes, qui ont su faire preuve d'une grande ingéniosité sur place pour compenser leurs propres faiblesses.
    Sur un autre point vous avez raison, l'appel au recrutement local est bien souvent la seule solution pour espérer en imposer à l'autre sur son propre terrain, ne serait-ce en montant la population contre lui. Sans doute l'a-t-on refusé au Mali précisément pour couper court aux accusation de "colonisation" via des "troupes supplétives", même si cela implique d'abandonner une armée malienne incapable de quoi que ce soit, et surtout de nous relever, tant les défis politiques sous-jacents sont gigantesques (entre autre l'intégrité du gouvernement et le paiement des salaires). Par contre, dans le contexte actuel, je doute que recruter des mercenaires soit une bonne chose. On pourra objecter le "succès" de Wagner en Centrafrique, mais je doute que son règne de brutalité et de spoliation soit un modèle plus durable et plus équitable qu'annoncé. Sauf à appeler "maintien de la paix" une mise en coupe réglée et une véritable colonisation d'un pays par et autre.
    Respectueusement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, je ne parle pas de Wagner en l'occurrence, mais du corps d'armée syrien commandé par les Russes. Je ne suis pas hostile sinon à l'emploi de SMP, à condition qu'elles soient contrôlées bien sûr.

      Supprimer
  2. Merci, mon Colonel

    A encadrer:
    " On se prend à rêver de ce qui se serait passé en mai 1940 si tous les bataillons français avaient été de la trempe de celui de Leclerc."

    Comment faire pour que l'intelligence au combat soit restaurée?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La comparaison entre Koufra et mai 1940 me semble tirée par les cheveux. Quoi de commun entre les forces italiennes de Lybie et les forces allemandes qui avaient vérifié en Pologne leurs capacités stratégiques, tactiques, techniques? Beaucoup de bataillons français de 40 avaient "de la trempe"...

      Supprimer
  3. Mon Colonel,
    Depuis pas mal de temps l'idée qu'une armée africaine sur le modèle de l'Armée Indienne mise en place par les Anglais en Inde et qui leur a permis de tenir durablement un territoire immense avec à la base les faibles effectifs de l'"Armée des Indes" pourrait être un remède à la corruption et à l'inefficacité des armées nationales des pays sahéliens trotte dans l'esprit de gens qui s'intéressent pour des raisons diverses au devenir de ces régions... Que pensez vous de cette possibilité? Il est certain qu'elle nécessiterait des choix politique qui ne sont pas absolument dans l'air du temps, mais une certaine paix dans cette zone n'est elle pas à ce prix d'autant que le seul état quelque peu structuré de la région, l'Algérie , ne semble pas manifester un intérêt pour la chose... JC Laurent

    RépondreSupprimer
  4. Petite répétion à corriger dans le paragraphe 2 (à coopérer avec l'aviation) :

    " à coopérer avec l’aviation, à combiner des moyens anciens comme des chameaux ou des canons de 75 mm avec des véhicules légers, et à coopérer avec l’aviation."

    RépondreSupprimer
  5. Concernant l'enrôlement de "supplétifs" locaux, l'armée US a nettement innové en Syrie.
    Deux journalistes US qui connaissent bien le terrain ont enquêté et les résultats ne manquent pas d'intérêts.
    L'ouvrage ("Accidental Allies") est librement disponible ici:
    https://www.washingtoninstitute.org/policy-analysis/accidental-allies-us-syrian-democratic-forces-partnership-against-islamic-state

    La conjonction réussie des forces spéciales US et des Kurdes Syriens des YPG en vue de combattre Daech n'est certainement pas généralisable.Par exemple, l'alliance célébrée à grande pompe entre l'US Army et les peshmergas a été bien moins efficace et plus destructrice en infrastructures. La question des pertes humaines restent ouverte: les Kurde syriens admettent environ 7000 morts dans leur rang en 5 ans pour l'élimination revendiquée de 52000 méchants. Aucun doute que les Kurdes, conscients de l'enjeu, "en voulait".
    Du côté US (et français, car les FS françaises étaient présentent en petit effectif), les pertes, non publiées, sont sans doute très faibles.

    Dans la discrétion, loin des flash-info, cette alliance accidentelle a été un grand succès.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je préfère l'exemple des 90 000 Fils de l'Irak de 2006 à 2008, dont l'impact a été décisif.

      Supprimer
  6. Florence Roumeguere8 décembre 2021 à 21:02

    Bonjour, permettez-moi juste une petite remarque : la photo d'illustration n'est pas de Koufra mais de Bir Hakeim où l'on reconnait Joseph Pecro, Compagnon de la Libération à titre posthume, membre du bataillon d'Infanterie de Marine...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, et merci pour cette remarque. J'ai trouvé la photo ici :
      https://www.defense.gouv.fr/terre/actu-terre/koufra-une-bataille-un-serment-et-une-premiere-victoire-pour-la-france-libre
      Je change la photo.

      Supprimer
  7. Je ne voudrais pas vous contredire car je connais peu l'exemple que vous citez. Promis, encore un livre à acheter...
    Simplement, je vous soumets un extrait de l'ouvrage. Il me semble significatif.
    "un exemple parlant du modèle du nord-est de la Syrie, le coût du paiement et de l'équipement des FDS s'élève en moyenne à 472 millions de dollars par an en Syrie, contre 81,2 milliards de dollars par an en Irak entre 2003 et 2011."

    Bien entendu, démographie et extension géographique sont limitées dans la zone d'action, le nord de la Syrie, par rapport à l'Irak. Mais l'ennemi est le même, et ses effectifs parfois plus nombreux car la frontière était une passoire. Raqqa était "sa" capitale devant Mossoul.
    Les effectifs de FS, variables et non publiés, étaient très faibles. Un nombre variant entre 200 et 2000 semble plausible.
    En somme: faible coût, faible engagement, faibles remous journalistiques et succès quasi-total.
    [J'oublie l'action de l'aviation, très importante pour les succès de Manbij et Raqqa. Mais non sans contreparties regrettables, telles la destruction parfois inutile d'infrastructures civiles.]

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mes excuses.
      Mal placé. C'était en réponse à Michel Goya 8 décembre 2021 à 22:47.

      Supprimer
  8. Exactement. Toute action militaire vise un but éminemment politique. La victoire devrait obtenir le but pressenti. Or, les campagnes en Irak, Afghanistan, Libye, probablement celle au Sahel se sont soldées avec des conquêtes militaires ayant obtenu l’effet opposé à celui souhaité. Après une première phase de victoire écrasante, les opérations de stabilisation sur le terrain ont fini par obtenir tantôt:
    - d'accroître l'instabilité de la région investie
    - donner à l'ennemi le contrôle sur un territoire plus vaste de celui qu’il occupait avant l’intervention militaire
    - mettre en place des gouvernements hostiles aux vainqueurs des actions militaires
    - voir monter en puissance des sociétés en rupture culturelle ouverte avec celle des libérateurs

    Pendant la deuxième guerre mondiale, les ingénieurs de la RAF étudiaient les avions qui revenaient du combat, et ils renforçaient les endroits qu'ils voyaient touchés le plus souvent. Cela n'améliorait pas de manière significative le résultat. Puis ils ont retourné la perspective, ils se sont dit que les avions qui étaient touchés à ces endroits revenaient quand même à la base, il fallait renforcer les endroits qu'ils ne voyaient jamais atteints, car probablement c'était là qu'ils avaient été touchés, les avions qui ne revenaient jamais.
    A partir de là, les résultats ont commencé à être performants.

    Les "avions" d'occident qui s'écrasent au sol - les pays qui leur ne reviennent jamais - sont tous frappés au même endroit...

    RépondreSupprimer
  9. Merci infiniment, mon colonel, pour la gestion de ce site qui mériterait d'être lu avec la plus grande attention, par nos dirigeants... Si toutefois nous en avions.
    Je vous souhaite un joyeux Noël, ainsi qu'une heureuse Saint-Sylvestre.
    Bien respectueusement, de la part d'un ancien appelé 1964/1A. Cela date :-)

    RépondreSupprimer