samedi 22 mai 2021

Mai 1978, le mois de la foudroyance

Savez-vous quel est le mois où les soldats français se sont le plus violemment battus depuis la fin de la guerre d’Algérie? C’est le mois de mai 1978, plus exactement de la dernière semaine d’avril jusqu’au 31 mai 1978. Pendant cette quarantaine de jours, la France conduit deux grands raids aériens et engage quatre bataillons au combat dans trois pays.

Mai 1978, ce sont d’abord les deux derniers raids de la 11e escadre de chasse lors de l’opération Lamantin en Mauritanie. Lamantin a été lancée en décembre 1977 à la demande du gouvernement mauritanien après plusieurs raids motorisés du Front Polisario venant d’Algérie pour attaquer le train évacuant le minerai de fer de Zouerate vers le port de Nouadhibou.

Les forces du Polisario sont déjà organisées en colonnes de 200 à 300 combattants armés sur le modèle KRS, Kalachnikov AK-47 ou dérivées, lance roquettes RPG-7, missiles sol-air SA-7, portées par une cinquantaine de pick-up armés. Un modèle de forces toujours en vigueur aujourd’hui dans les guérillas de la région. En décembre 1977, le Polisario vient également de tuer des ressortissants et de prendre des otages français. Le président Giscard d’Estaing, jusque-là plutôt hésitant et peu interventionniste, accepte alors la demande mauritanienne. C’est le début de ce que l’amiral Labouérie va appeler «le temps de la foudroyance», cette courte période de 1977 à 1979 pendant laquelle on multiplie les interventions audacieuses.

La force Lamantin est, hors la Force aérienne stratégique porteuse de l’arme nucléaire, la première force de frappe aérienne à longue distance de la France. La surveillance puis le guidage vers les objectifs est assurée en l’air par un Breguet-Atlantic de la Marine nationale et au sol près de la frontière algérienne par une «compagnie saharienne» de ce que l’on n’appelle pas encore les Forces spéciales (FS). La frappe est assurée par une dizaine de nouveaux avions d’attaque Jaguar A envoyée à Dakar, à 1500 km de la zone d’action, et aux ravitailleurs en vol KC-135, une première. La conduite des opérations s’effectue dans un poste de commandement aérien dans un avion de transport C-160 Transall dès que l’ennemi est décelé. Les Jaguar atteignent l’objectif après deux heures de vol.

Le point faible du dispositif est la lourdeur de la chaîne de décision d’ouverture du feu qui remonte jusqu’à l’Élysée. Cette procédure, d’autant plus inutile qu’en l’absence de satellites de télécommunications les communications sont lentes, fera échouer au moins un raid de tout en mettant en danger les pilotes français. Il arrivera même un jour, au Tchad, où cette centralisation inutile causera la mort d’un pilote. Dans tous les autres cas, les Jaguar brisent trois raids du Polisario en décembre 1977 et deux en mai 1978, détruisant entre un tiers et la moitié de la colonne à chaque fois.

Lamantin n’est pas encore terminée que se déclenche une nouvelle crise, dans la province du Katanga, ou Shaba, au sud du Zaïre. L’ennemi cette fois et Front national de libération du Congo (FNLC) basé en Angola. Le FNLC lance une grande offensive en mai 1978 avec une force d’environ 3000 «Tigres katangais». La troupe s’empare de Kolwezi, une ville de 100000 habitants, dont 3000 Européens, et point clé du Shaba au cœur des exploitations minières. Les exactions contre la population et notamment les Européens commencent aussitôt. Ce qui n’était qu’une crise intérieure devient alors une affaire internationale. La France et la Belgique décident d’une intervention, mais ne parviennent pas à se mettre d’accord sur la manière de faire. Les Français prônent la prise d’assaut de la ville et la destruction de la force du FNLC alors que les Belges penchent pour une simple évacuation des ressortissants.

Le 17 mai, les légionnaires du 2e Régiment étranger parachutiste (REP) et quelques dragons-parachutistes sont transportés de la base de Solenzara en Corse jusqu’à Kinshasa. C’est l’opération Bonite. Le 19 et le 20 mai 1978, ils sont largués directement sur Kolwezi. L’unité est réduite, à peine 700 hommes, très légèrement équipée et ne dispose d’aucun appui extérieur. Elle fait face à une fraction de la brigade du FNLC qui dispose de la supériorité numérique, de quelques blindés légers et d’un armement individuel supérieur à celui des légionnaires. Le 2e REP gagne pourtant la bataille en écrasant l’ennemi et en le chassant de la ville. Le FNLC se replie en Angola. Les légionnaires ont perdu 5 soldats tués et 25 blessés. L’ennemi a perdu au total 274 combattants tués et 165 prisonniers, très largement du fait des Français, l’action des forces zaïroises puis belges arrivées sur les lieux ayant été très limitées.

Entre temps, la guerre a repris au Tchad où la 2e armée du Front de libération nationale (Frolinat) de Goukouni Oueddei, aidé par la Libye, vient d’écraser les forces de l’Armée nationale tchadienne (ANT) dans le nord du pays. Les forces du Frolinat sont organisées comme celles du Polisario et elles peuvent lancer des opérations puissantes et à longue distance. Goukouni Oueddei lance une offensive vers N’Djamena. Le gouvernement tchadien, qui avait réclamé le départ des forces françaises quelque temps auparavant demande maintenant leur retour urgent. La France accepte.

L’opération Tacaud est lancée en mars mais très progressivement, car cela coïncide avec les élections législatives en France. La nouveauté tactique est la mise en place des premiers groupements tactiques interarmes (GTIA) modernes, c’est-à-dire des bataillons, d’environ 400 hommes à l’époque, formés d’unités de régiments différents. La formule générale est de disposer d’un, parfois deux, escadron(s) ( sur automitrailleuses de 60 ou de 90 mm, du Régiment d’Infanterie Chars de Marine (RICM) ou du 1er Régiment étranger de cavalerie (REC), d’une compagnie d’infanterie portée sur camions, principalement du 3e Régiment d’infanterie de marine, du 2e Régiment étranger d’infanterie (REI) ou du 2e,REP, et d’une batterie de canons de 105 mm ou de mortiers de 120 mm, du 11e Régiment d’artillerie de marine (RAMa) ou du 35e Régiment d’artillerie parachutiste (RAP).

Quatre GTIA seront formés pour Tacaud, travaillant en coordination étroite avec l’Aviation légère de l’armée de Terre qui déploie au total une vingtaine d’hélicoptères et une escadre aérienne mixte de transport et de chasse qui se met en place fin avril 1978. L’ensemble représentera au maximum 2 300 soldats français.

On en est pas encore là lorsque le premier GTIA formé est engagé le 16 avril à Salal, un point clé au nord de Mossouro. Il n'y alors qu'un escadron du RICM en pointe et une section de mortiers en pointe d'un détachement de l'ANT. Quelques semaines avant le combat de Kolwezi, on s’aperçoit que les rebelles sont nombreux et surtout bien équipés. Les hommes du Nord tchadien sont aussi des combattants courageux. Les appuis aériens sont gênés par la météo et surtout l’armement antiaérien de l’ennemi. Un Skyraider de l’armée tchadienne, piloté par un Français, est abattu par un missile portable SA-7. Après trois jours de combat, le GTIA franco-tchadien est replié. Le RICM a perdu deux morts et dix blessés. L'attaque est relancé le 25 avril avec un GTIA français complet avec en particulier un escadron du REC et une compagnie du 3e RIMa. Le Frolinat est chassé de Salal avec de lourdes pertes. Un marsouin du 3e RIMa est tombé dans les combats.

Des renforts sont engagés, jusqu’à pouvoir former trois GTIA supplémentaires. Des fusils d’assaut SIG 542 ont été achetés en urgence en Suisse pour remplacer les fusils et pistolets mitrailleurs français face aux AK-47 Kalashnikov. Les GTIA français doivent s’emparer des villes du centre du pays afin de protéger le «Tchad utile».

Un premier accrochage intervient le 12 mai à Louga au sud-est de N’Djamena. Les rebelles sont mis en déroute facilement par les Français. L’engagement le plus sérieux survient une semaine plus tard à Ati en plein Centre-Sud du Tchad. Le 19 mai, le GTIA français donne l’assaut, une compagnie du 3e RIMa en tête, à une position très solidement défendue. Les combats sont très violents, mais la combinaison de la qualité des troupes au sol et de l’appui aérien des Jaguar ou des hélicoptères armés permet de chasser l’ennemi. Les combats reprennent le lendemain et le Frolinat est définitivement chassé. Une centaine de rebelles et trois soldats français, deux marsouins et un légionnaire du REC, ont été tués et cinq autres blessés. 

Le 31 mai, une force rebelle de 500 combattants accompagnés de conseillers libyens est repérée à Djedda 50 km au nord d’Ati. Le GTIA manœuvre comme à Ati et détruit la bande rebelle en deux jours. On compte à nouveau plus de 80 morts rebelles. Un Jaguar en revanche a été abattu par la défense antiaérienne, mais le pilote est sauvé. Les combats au sol sont terminés, mais la force aérienne française continue un temps de frapper les dépôts et les bases du Frolinat.

Ainsi se terminent cinq semaines de combats. Dix soldats français ont été tués pour peut-être 500 combattants ennemis. Le Polisario a libéré les otages français et a stoppé ses raids. Il va négocier la paix avec la Mauritanie dans les mois qui suivent. Les habitants de Kolwezi et notamment les nombreux Français ont été sauvés et les Tigres katangais chassés du territoire. Le Frolinat a été stoppé au Tchad.

Tous ces résultats ont été obtenus, non par une supériorité de matériels sauf dans le cas des raids aériens, quoique les Jaguar doivent toujours faire face à des tirs de mitrailleuses et de missiles. Deux avions sont ainsi abattus lors de Tacaud. Cela n’a pas été non plus une question de nombre, toujours à l’avantage de l’adversaire, ni même de courage, un paramètre indispensable mais partagé entre les deux camps. La vraie différence s’est trouvée dans la somme de compétences techniques et tactiques individuelles et collectives accumulées par les Français et la qualité de leur structure de commandement, notamment à l’échelon des sous-officiers.

Mais les guerres se gagnent d’abord dans les choix stratégiques, la France gagne alors parce qu’on ose au niveau politique. Ce mois de mai 1978 marque cependant le sommet de l’audace française. Après il y encore un combat très violent au Tchad, lorsque le GTIA en place à Abéché, armé par le 3e RIMa, le RICM et le 11e RAMa, doit faire face à un bataillon léger motorisé et bien équipé de 800 combattants du Conseil démocratique révolutionnaire (CDR), nouvel allié de la Libye. Au bout d’une journée de combat, le bataillon du CDR est entièrement détruit, avec peut-être plus de 300 combattants tués, une quarantaine de véhicules détruits et une grande partie de son équipement lourd détruit ou capturé. Les Français comptent deux marsouins tués, au RIMa et au RICM. C’est le dernier engagement direct au combat d’une unité terrestre française avant 1991.

Comme Superman face à la kryptonite, les forces armées françaises en Afrique sont invincibles sauf face à deux éléments qui effraient l’échelon politique à Paris. Le premier est la sempiternelle accusation de néo-colonialisme dès qu’un soldat français combat en Afrique, que cette accusation soit locale (après que la situation ait été sauvée par les soldats français, rarement avant), régionale ou en France même. Le second est la peur des pertes humaines, françaises au moins, et la croyance que cela trouble l’opinion publique. Ces deux kryptonites ont commencé à agir dès le début des interventions françaises, mais elles prennent une ampleur croissante à la fin des années 1970. Les opérations extérieures françaises sont alors très critiquées par l’opposition de gauche comme autant d’ingérences militaristes et néocoloniales. François Mitterrand parle du président Giscard d’Estaing comme d’un «pompier pyromane» ajoutant du désordre à l’Afrique par les interventions militaires. 

Giscard d’Estaing bascule. L’opération Tacaud se termine en mission d’interposition, donc mal, et il accepte même la formation d’un bataillon français sous Casque bleu au sein de l’éternelle Force intérimaire des Nations-Unies au Liban. On y meurt tout autant, deux soldats du 3e RPIMa y sont tués et le colonel commandant le bataillon est blessé dans un combat contre les Palestiniens, mais ce n'est plus la guerre et ce ne sont que les premiers d'une longue série de morts dans des missions stériles. En mai 1981, L’ancien «pompier pyromane» laisse la place à un «pompier qui craint le feu». Le temps des opérations audacieuses est bien terminé. 

14 commentaires:

  1. Vos articles sur le Tchad remue bien des souvenirs...
    https://lavoiedelepee.blogspot.com/2020/10/la-compagnie-parachutiste-dinfanterie.html

    https://lavoiedelepee.blogspot.com/2015/09/les-ailes-francaises-au-tchad.html

    Dire que c'est de cette période que vient l'expression "marche à l'ombre"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'achat en urgence du SIG 542 n'a pas laissé un souvenir impérissable:
      https://www.areion24.news/2015/10/14/du-famas-a-laif-arme-dinfanterie-future/

      À écouter sur le Tchad ce podcast d'Alexandre Jubelin (son interlocuteur est de la RAND Corporation):
      https://www.irsem.fr/le-collimateur/le-tchad-au-carrefour-des-conflits-du-continent-africain-11-05-2021.html

      Supprimer
    2. Outre les publications de monsieur Michel Goya, il y a deux livres intéressants sur le Tchad:
      - L'un concernant l'opérationTacaud, paru en 2021 de monsieur Yves Cadiou:
      https://www.edition999.info/Opex-Tacaud.html

      L'autre paru en 2019: "Tchad, les guerres secrètes de la France" de Damien Mireval.
      http://lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr/archive/2021/03/14/bombe-atomique-forces-speciales-tchad-et-italie-coup-d-oeil-21960.html

      Supprimer
    3. Pour avoir un point de vue d'aviateur, il y a ce site:
      http://aviateurs.e-monsite.com/pages/1946-et-annees-suivantes/operation-lamentin.html

      Supprimer
  2. Je ne savais pas que l'Armée française utilisait des L1A1 à lunette de visée.(Voir soldat debout à droite sur la photo)

    RépondreSupprimer
  3. Les SIG 542 étaient frabriqués sous licence par Manuhrin non?

    RépondreSupprimer
  4. Pour Kolwezi, l'option choisie de sauter directement sur la ville a été la bonne, l'ennemi s'attendait à l'aéroport, comme l'avait fait les para-commandos belges quelques années plus tôt:
    https://theatrum-belli.com/24-novembre-1964-les-paras-commandos-belges-sauvent-des-centaines-de-civils-occidentaux-a-stanleyville-operation-dragon-rouge/

    Cette opération outre son succès pour les otages, a eut un autre effet: faire oublier le soldat de la guerre d'Algérie dans une société où l'anti-militarisme était très en vogue. Le soldat français redevenait un rôle positif en sauvant les civils d'un massacre assuré.

    Pourrait-on refaire une telle opération de nos jours ?
    https://www.lefigaro.fr/vox/histoire/2018/05/22/31005-20180522ARTFIG00283-40-ans-plus-tard-pourrait-on-refaire-kolwezi.php

    RépondreSupprimer
  5. Les dernières generations du feu ont aussi vécu des choses qu'il faut raconter, car la guerre ne meurt jamais.
    https://www.revueconflits.com/entretien-avec-le-general-christophe-gomart/

    RépondreSupprimer
  6. Un satisfecit pour avoir écrit sur l'opération aérienne Lamentin. Pas de dispositif de troupes au sol (seuls les mécanos & "petafs" et un élément de fusilier commando de l'air)!
    En effet, uniquement l'alliance:
    * de l'aéronavale avec un Bréguet Atlantique pour détecter les colonnes du Polisario,
    ** du transport aérien avec un P.C. Volant en Transall ;
    La finalité:
    *** La frappe des Jaguars (décollant de Dakar) qui étaient ravitaillés en vol par un KC 135 (avion des Forces Aériennes Stratégiques).
    Le résultat: Le Polisario et ses convois de Santander ( marque ibérique de Land Rover) ont été quelque peu pulvérisés (sans oublier que les jerrycans qui alimentaient ces 4x4 n'ont pas eu un effet retardant...).
    "Museau" des médias, pas de "morts pour la France ", une opération préfigurant les interventions aériennes des vingt dernières années du XX° siècle.

    RépondreSupprimer
  7. Un satisfecit pour avoir écrit sur l'opération aérienne Lamentin. Pas de dispositif de troupes au sol (seuls les mécanos & "petafs" et un élément de fusilier commando de l'air)!
    En effet, uniquement l'alliance:
    * de l'aéronavale avec un Bréguet Atlantique pour détecter les colonnes du Polisario,
    ** du transport aérien avec un P.C. Volant en Transall ;
    La finalité:
    *** La frappe des Jaguars (décollant de Dakar) qui étaient ravitaillés en vol par un KC 135 (avion des Forces Aériennes Stratégiques).
    Le résultat: Le Polisario et ses convois de Santander ( marque ibérique de Land Rover) ont été quelque peu pulvérisés (sans oublier que les jerrycans qui alimentaient ces 4x4 n'ont pas eu un effet retardant...).
    "Museau" des médias, pas de "morts pour la France ", une opération préfigurant les interventions aériennes des vingt dernières années du XX° siècle.

    RépondreSupprimer
  8. le fal est une bonne arme;un peu lourde ,mais tres bon stopping power pour l epoque,le 7,5 etait aussi tres bon;il y a quelques annees lors d un stage,nous les moniteurs avons pu faire le parcours avec des fal;

    RépondreSupprimer