lundi 15 mai 2017

La bataille de l'explication

Maintenant que nous avons changé de Président et de gouvernement, il serait peut-être temps, quand l’exécutif aura quelques minutes, d’expliquer enfin un peu plus clairement la guerre que nous menons. Car, et l’attaque du 20 avril dernier sur les Champs Élysées l’a rappelé, nous sommes toujours en guerre contre des organisations djihadistes.

En fait nous célébrerons bientôt les vingt-cinq ans de cette guerre et je ne suis pas sûr que beaucoup de citoyens français soient capables d’expliquer, malgré cinq campagnes présidentielles, qui est l’ennemi et quelle est la stratégie que nous suivons pour le vaincre. Il est vrai que lorsque certains candidats parlent systématiquement d’al-Nostra (fusion improbable de Cosa Nostra et de l’ex-al Nosrah), on peut avoir quelques doutes sur leur capacité à expliquer (sans même parler de vaincre). 

Un jour viendra, je l’espère, où un Président de la République ou un Premier ministre (celui qui est chargé de la mise en œuvre de la politique de défense) cesse de prendre les citoyens pour des grands enfants et explique clairement aux Français qui est l’ennemi (ou qui sont les ennemis) sans employer le mot « terroristes » (même si le mot « terrorisme » peut être utilisé pour décrire certaines de leurs méthodes). J’avoue que j’aimerais beaucoup qu’un responsable de la nation ne se contente pas de citer une « liste de mesures » prises à la suite de chaque événement mais explique vraiment la guerre et réponde à des questions du genre : qu’est-ce que le djihadisme ? Quels sont ses liens avec le salafisme ? Faut-il combattre tous les groupes djihadistes de la Terre ou sinon lesquels, précisément nommés, et pourquoi ? Quelles sont nos options stratégiques ? Comment comptons-nous vaincre ces groupes désignés ? Que se passe-t-il si cette stratégie ne fonctionne pas ? Quel est le bilan de ce que nous avons fait depuis le début de la guerre ? etc.

On pourra me rétorquer qu’il y a une littérature et qu’il y a les médias pour cela. Celui qui veut comprendre peut comprendre, il suffit qu’il en fasse l’effort et qu’il y consacre du temps et un peu d’argent. Cela n’est pas visiblement complètement vrai quand on constate ce qui se déverse sur les réseaux sociaux, en admettant que cela soit un minimum représentatif. Il serait intéressant de sonder les Français sur ce qu’ils savent de la guerre, sur la vision qu’ils ont de l’ennemi et de notre stratégie. On me sonderait moi en tout cas que j’aurais du mal à expliquer certaines choses, notamment le dernier point.

L’ex (et probablement futur) ministre de la défense a bien signé un « Qui est l’ennemi ? ». L’exercice était louable mais il aurait été préférable d’avoir autre chose qu’une compilation de discours cherchant surtout la justification de mesures prises par le ministère (et essayant de démontrer sa compatibilité avec d’autres courants politiques). A sa lecture on a peu appris sur l’ennemi et on reste toujours dubitatif sur la stratégie de la France et son bilan.

Une guerre majeure ne peut se gagner sans impliquer la population, au moins obtenir son soutien. Entre la fragmentation médiatique et les nombreux livres savants (ou parfois crétins car visiblement faits pour l’argent), il y a une voie pour décrire simplement les choses. Un point de situation par le Président à la télévision, sur une heure, seul (pas en mode « face aux Français ») avec tous les aides pédagogiques possibles, relayée par le Net, pourrait être appuyé par des publications gratuites, papiers ou non, décrivant l’ennemi et la guerre autrement que par des slogans, des tweets ou du storytelling. Ce petit fascicule gratuit lisible en deux heures maximum, à la manière du Que sais je ? sur le djihadisme (très utile même avec quelques défauts), aurait une vocation pédagogique et pourrait même s’appuyer sur des sources, exposer des arguments contraires, et même, horreur !, des doutes ou des interrogations. 

Il ne faut pas simplement faire des choses et montrer qu’on les fait, il faut aussi les expliquer, d’autant que le combat est aussi dans le champ des idées et qu’il se déroule au sein de notre propre population. Un livre bien fait est une munition intelligente. Distribuée à des dizaines de milliers d’exemplaires, il peut gagner une bataille. Rappelons qu’actuellement, quand nous cumulons les opérations Barkhane, Chammal et Sentinelle nous dépensons un million d’euros pour neutraliser un seul ennemi. L’effort de combat, qui se caractérise par un faible engagement direct contre l’ennemi, est peu rentable mais il l’est sans doute beaucoup plus que l’effort qui est actuellement mené pour empêcher que ces ennemis existent.

Il n’est pas interdit non plus après l’explication d’en accepter la critique, celle de l’intelligence bien sûr pas de la petite phrase, celle qui démontre (avec cette innovation majeure qui s’appelle l’argument) que la voie choisie n’est éventuellement pas bonne et qui propose mieux. Les démocraties sont normalement transparentes, cela peut être considéré comme une faiblesse dans la mesure où l’adversaire « voit le jeu » mais c’est en réalité une grande force, à condition de faire appel à l’intelligence. 

26 commentaires:

  1. bonjour Monsieur ,c'est toujours un plaisir de vous lire dans votre domaine de compétences;en l'occurence faire appel à l'intelligence me semble relever d'un optimisme délirant alors que précisément la doxa imposé par les pouvoirs en place fait appel au crétinisme le mieux partagé,mais ce n'est pas tant ce point qui est somme toute une constante depuis plus de quarante ans qui manque à votre analyse , mais le fait de feindre ou de ne pas dire que le djihadisme est constitutif de l'islam (vous êtes trop intelligent pour ne pas le savoir) tout comme les haddits,que nos gouvernements successifs ont armés d'une main ces terroristes qu'ils combattaient soit de disant de l'autre(la phrase sur "le bon boulot de Fabius"en est un exemple) en ignorant volontairement les deux condamnations successives par la cour européenne des droits de l'homme de l'islam comme "contraire aux droits de l'homme et à la démocratie"(arrets des 31/7/2001 et 13/8 2003).Quand on combat c'est pour gagner ,il suffit de se souvenir de "l'affaire Algérienne" pour comprendre que l'armée Française dont vous êtes issu souffre toujours de ce syndrome du "on se bat sans moyens pour perdre" alors que cette situation est voulue amplement décrite pour peu que comme vous le dites on "cherche et dépense un peu d'argent".Notre population est celle des bisounours de 68 qui va se faire bouffer sans combat et remplacer sans tambours ni trompettes et continue de veauter en référence à des fausses alternatives fausse gauche/fausse droite alors que le combat est celui du souverainisme contre le mondialisme,nous sommes encore en retard d'une guerre,alors votre idée de fascicule utopique, pardonnez moi,me fait m'esbaudir bruyamment,;la politique n'est pas à l'évidence une compétence du bras séculier mon Colonel.Bien cordialement votre

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les bisounours de 68 ont plus de 70 piges, et pour beaucoup d'entre eux ils sont raccordés à une chimiothérapie. Si on les débranche, là, tout de suite, ce serait de l'abandon de soins.

      Les générations qui sont actuellement au pouvoir ne sont plus des soixante-huitards: Emmanuel Macron est né en 77, il a 39 ans. Et il n'est pas vraiment dans l'ambiance gauchiste post 68...

      Faudrait quand même reparamétrer vos capteurs, là, parce que votre radar est conçu pour accrocher des cibles qui datent de la guerre froide.

      Je dis ça sans vouloir être désagréable.

      Supprimer
    2. Bonjour Tschok ,il ne s'agit pas d'être désagréable ou pas, vous situez comme beaucoup de Français les débats au niveau de l'humeur et de l'affrontement, en oubliant que l'affirmation n'est pas arguments ,les bisounours ont fait des enfants à leur image, en pire, il suffit d'écouter le candidat macron dire que l'art français jamais vu et la culture française non plus , fermez le ban!! , monté sur roulement à billes la girouette rastignac essaye désespérément de ratisser partout pour avoir une majorité(,pour avoir été à Nanterre à l'époque je peux vous dire que 68 a démarré sur une histoire de dortoir de filles ou les les garçons, khon bendit entre autres ne pouvaient pas entrer!!!!)celui qui ne se sert pas des lumières du passé ne peut éclairer l'avenir.En parlant de l'abandon voulu de soins (considérés trop chers) des anciens c'est aussi une vision d'attali le mentor du gigolo dont il suffit de regarder le gouvernement pour comprendre que nous allons comme prévu avoir droit à du hollande en pire , en fait le muppet téléguidé fera là ou lui diront de faire ses commanditaires mondialistes.Bien cordialement

      Supprimer
    3. @Janus,

      Je n'ai pas très bien compris où se trouve votre argumentation, pour tout vous dire.

      Vous nous dites par exemple que les soixante-huitards ont fait des enfants à leur image et en pire. C'est un argument ça? Perso, j'appelle ça une affirmation relevant du lieu commun, du cliché si vous préférez.

      Ensuite, vous nous racontez l'histoire de Mai 68, qui a commencé dans le dortoir des filles: ce n'est pas un argument, c'est une anecdote.

      Vous nous parlez encore d'Attali, à l'égard duquel vous nourrissez visiblement une animosité personnelle , ce qui ne fait pas un argument, mais seulement une médisance.

      Je continue?

      Je veux bien prendre des leçons, mais faut pas que mon prof soit nul, sinon ça va pas le faire.

      Supprimer
    4. Bonjour Tschoc , ce blog pour rester dans le sujet parle du djihadisme inscrit en toutes lettres dans l'islam depuis sa création il y a1500 ans ,je vous renvoie a son étude approfondie , de même pour la génération 68 et surtout leurs enfants disais-je en pire ,il suffit de rgarder les résultats de l'éducation pour voir l'évidence , que malgré des classes passées de 45 élèves en moyenne il, y a 60ans nous en sommes a 25 sous les cris d'orfraie des profs et un président qui veut les passer a un effectif de 12!!!sachant que les résultats n'ont cessé de se dégrader de façon proportionnelle a l'augmentation du nombre de profs (voir là, encore à ce sujet les rapports sur l'illetrisme de l'éducation nationale)pour attali regardez .. ses conférences de presse ,je peux si vous le souhaitez vous donnez les sources de ce que j'avance ,comme le dit si bien le Colonel Goya "il suffit d'un peu de temps et d'argent" pour avoir sans difficultés ces informations" et je n'ai pas cru bon de polluer ce blog par des reférences qui sont évidentes et à la portée de tous .Ne croyez vous pas que nos interventions directes ou indirectes dans les pays musulmans soient restées sans effets ? et n'ont elles pas accéléré l'arrivée du terrorisme sur notre sol ? certains sont partis en Syrie combattre El Assad croyant avoir l'aval moral de nos dirigeants politiques , alors qu'ils n'ont fait que le jeu des desseins inavoués des Us et ils ne comprennent pas qu'a leur retour ils ne reçoivent pas des félicitations,cette politique étrangère incohérente fait le jeu du terrorisme,notre armée obéissant à l'éxécutif n'est en aucun cas responsable de cet état de fait à la base ,loin de moi l'idée de donner des leçons ,j'expose des faits avec les quels on a parfaitement le droit de ne pas être d'accord ,c'est la liberté du débat sans animosité,j'eusse aimé que vous nous exposiez quels seraient vos solutions et si l'idée du Colonel Goya vous semblait bonne ou perfectible.Cordialement vôtre

      Supprimer
    5. @Janus,

      Il y a du mieux dans ce que vous dites, puisque vous commencez à articuler des idées et des questions:

      1)"Ne croyez vous pas que nos interventions directes ou indirectes dans les pays musulmans soient restées sans effets ? et n'ont elles pas accéléré l'arrivée du terrorisme sur notre sol ?

      2)"certains sont partis en Syrie combattre El Assad croyant avoir l'aval moral de nos dirigeants politiques"

      3)"alors qu'ils n'ont fait que le jeu des desseins inavoués des Us et ils ne comprennent pas qu'a leur retour ils ne reçoivent pas des félicitations"

      4)"cette politique étrangère incohérente fait le jeu du terrorisme,notre armée obéissant à l'éxécutif n'est en aucun cas responsable de cet état de fait"

      Soit 4 propositions.

      Vous les présentez sous forme de "faits" avec lesquels on a le droit de ne pas être d'accord (c'est gentil, merci).

      En réalité, il ne s'agit pas de faits objectifs, mais d'une série d'affirmations relevant de l'opinion personnelle, c'est-à-dire de la subjectivité.

      La première chose qu'on doit travailler ensemble, si on veut progresser dans la discussion, c'est la distinction entre fait objectif et opinion subjective.

      Ces 4 propositions étaient précédées dans votre commentaire par des considérations personnelles d'ordre général sur l'islam et le jihad, l'enseignement et le nombre d'élèves par classe ou les conférences de Jaques Attali. Je les laisse de côté, car elles me semblent non-pertinentes.

      Ensuite, on peut réduire vos 4 propositions en les débarrassant des scories du pathos, par exemple en les exprimant sous forme de question par rapport à leur thématique de référence:

      1) Quelle est l'efficacité de notre action extérieure? Est-ce qu'on ne provoque pas ce qu'on redoute?

      2) A-t-on été assez ferme avec les Français qui partent combattre pour Daesh? La lutte contre la radicalisation est-elle une chimère?

      3) Les Etats-Unis, dont nous dépendons pour mener nos actions militaires à l'étranger, sont-ils des partenaires fiables partageant avec nous une communauté de valeurs et d'intérêts stratégiques?

      4) Notre politique étrangère est-elle cohérente?

      Cette façon de procéder évite les jugements de valeurs dès le début de la réflexion.

      Supprimer
  2. Il est clair que nos militaires, y compris les plus brillants sur le plan de l'analyse tactique, restent d'une immaturité politique absolue, partagé entre un loyalisme qui est devenu un servage et la conviction qu'ils sont hommes bons et justes. On ne s'arrache que difficilement au confort intellectuel du camp du Bien.

    RépondreSupprimer
  3. Le premier combat à mener se situe sur notre territoire, c'est celui de la citoyenneté. Il faut ré-inventer le patriotisme et l'inculquer aux jeunes plutôt que de se battre la coulpe et de leur apprendre à detester le pays où ils sont né.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vaste programme sachant que l'élite qui vient d'être reconduite au pouvoir applique l'exact contraire. Vous avez entendu la Marseillaise au Louvre ?

      Supprimer
    2. @ Unknown

      Oui, je l'ai entendue. Il faut dire que je ne suis pas sourd, moi.

      Franchement, vous auriez pu vous renseigner avant de dire une bêtise:

      https://www.rtbf.be/auvio/detail_emmanuel-macron-chante-la-marseillaise-a-la-fin-de-son-discours?id=2210969

      Même les Belges sont au courant. C'est la honte!

      Sinon, voulez-vous que je vous conseille des prothèses auditives? N'hésitons pas à en parler: la surdité est un phénomène naturel qui peut être lié à l'âge. Et à une écoute prolongée de Radio Courtoisie.

      Supprimer
  4. bonjour Unknown,"le vaste programme" prend ici toute sa valeur puisqu'il touche tout les domaines de la vie citoyenne:l'info (non biaisée) réelle ,la volonté politique,l'instruction ,l'éducation de la masse la plus objective possible,la politique étrangère (nous piétinons les suites du traité de Wesphalie) et surtout définir quel destin et a qu'elles visions pour la France les citoyens sont prets a adhérer:mondialistes ou souverainiste,dans le premier cas aucune forme de défense n'est nécessaire ni de politique économique et monétaire le tout étant régit par une "gouvernance mondiale" qui aura la forme étrange d'une bonne vieille dictature sans partage,pas non plus nécessaire ces vieilles lunes que sont le patriotisme et l'appartenance à une nation voir une région,voir une commune ,voir une famille etc etc etc il faut le dire clairement c'est la voie imposée par l'oligarchie mondiale pour l'instant à notre costard téléguidé pseudo président élu par défaut grace au "front républicain" reconstitué pour la circonstance et par une peur instilée chez le Français de base depuis des années du retour évident des troupes SS sur les champs Elysées,le programme économiques tant vanté du pouvoir maintenu en place étant encore plus nul et nocif pour la France que celui des souverainistes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On s'est bien pris camarade janusien. Sans retour à la nation point de salut. Nous continuerons à nous enfoncer dans les oubliettes de la fin de l'histoire.

      Supprimer
  5. Post à mon avis d'une effarante naïveté. L'ennemi que nous combattons semble bien être le fruit de ce que nous faisons pour soi-disant défendre nos intérêts, à savoir notre politique étrangère.
    Allons-nous exposer cette politique étrangère devant tous ? Bien sûr que non. Elle est non seulement inavouable, mais surtout dictée par l'étranger, fut-il un "allié". Dès lors toute communication claire et pédagogique sur ce sujet est impossible.
    Dit plus clairement, nous sommes intimement liés à cet ennemi, pas seulement parce qu'il est chez nous, mais parce que nous l'utilisons à des fins intégrant d'ailleurs de nombreux intérêts privés.
    A titre d'exemple,j'invite les lecteurs à lire ce papier trouvé au hasard d'un surf tardif et dont la lecture est édifiante, nonobstant les réserves qui s'imposent car l'auteur ne m'est pas connu:
    http://mlouizi.unblog.fr/2017/05/11/edouard-philippe-futur-premier-ministre/#more-1018

    Si tout cela est vrai, l'ennemi n'est-il pas tout en haut ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh ben M'sieur Goya, vu les coms que je viens de lire, votre Que Sais-je, il va pas se lire en deux heures et la bataille de l'explication, elle va pas être simple...

      Pour Janus, l'ennemi, c'est l'islam. Exit toute réflexion sur le lien djihadisme-salafisme.

      Pour Unknown, c'est le camp du bien ((Unknown doit être une réincarnation de Philip Murray).

      Pour Anonyme, le combat doit être mené sur notre territoire et dans la tête des jeunes, pas assez patriotes à son goût (ça doit encore être un vieux tuuuuuuut, ça).

      Et pour Anonyme 2, l'ennemi, c'est notre politique étrangère et, disons, ce qui est "tout en haut" (je suppose qu'il fait référence au "système", aux zélites ou à chaipakoi du même tonneau.

      Bon, eh ben les gars, on n'est pas rendu.

      Supprimer
    2. Bonjour,et bien c'est exactement ce que j'ai dit,,l'ennemi est bien tout en haut il suffit de lier les secrets de la fédérale reserve d'Eustache Mullins et se renseigner sur la rencontre de Jeckill Island et de lire les mémoires de Rotschild etc etc etc et la petite vidéo de Sarkozy ou il redit avec force sa croyance en l'avènement du nouvel ordre mondial qu'il appelle de ses voeux,le djihadisme n'est qu'un moyen parmi d'autres,l'islam ne se découpe pas en rondelles comme la rosette de Lyon c'est une doxa en aucun cas une religion seule ,l'islam soi disant radicalisé est un leurre pour amuser les petites filles,vous verrez que le jour venu les soit disant modérés marcheront avec les autres ,il va falloir choisir son camp camarade sachant que 37% des musulmans de FRance sont pour la charia,(sondage ifop je crois) avant les lois de la république,ce blog n'est pas le lieu pour débattre du dar al islam,dar al arb et dar al sul chacun ,que celui qui veut rester aveugle le reste , ses filles seront voilées dans 20ans avec la démographie galopante et existante à ce sujet relire la phrase de Boumèdienne à l'Onu,la messe est dite?Bonne journée aux nons voyants

      Supprimer
    3. Sans oublier le discours d'Erdogan aux Turcs de France à Strasbourg (qui ont voté massivement pour son référendum).

      Supprimer
  6. Mon colonel

    C'est toujours un plaisir de vous lire. Ne pensez vous pas que pour mieux informer le grand publique les points presse de L'EMA devraient être mieux repris et ou diffusés par les médias ( bfm, lci...)Nous connaissons le nombre d'appui feu de la TFW , le nombre de frappe aérienne par semaine, les objectifs visés. Pour la task force Hydra plus discrète par nature sont moins connus. Idem pour la Marine. Psyops au large de la Lybie... Certains chaines comme France 24 passe régulièrement des reportages très complets sur les opex en cours. Dernier en date sur les Caesars en action. Mon avis est très simple. Ces sujets n'intéressent que très peu les français donc on en parle pas ou très peu. Par conséquences les politiques se taisent ( cela ne ramène aucun suffrage). Les objectifs militaires restent flous à par la phrase" Vaincre Daesh " utilisé par tous. Les différents intervenants Russie, USA,France...n'ont pas les mêmes objectifs militaires et ou politiques d'où cette situation de communication. En 91 opération Daguet c'était clair. Libérer le Koweït. Les guerres asymétriques que nous menons( avec des moyens de plus en plus obsolètes ) ne se gagnent pas en gain de terrain. C'est une guerre mondiale contre une idéologie: Le salafisme. Comble de l'ironie ces même salafistes sont armés par le Qatar, l'Arabie saoudite... Nos soi disant alliés. Vous conviendriez que c'est pas facile pour un chef d'état à expliquer!!! Les questions suivantes se posent:le pourquoi, le comment, les moyens..Tant que cela ne sera pas clair comment voulez vous communiquer. De plus notre gouvernement sur réagit par rapport aux attentats !!! Avec une telle politique c'est pas gagné. Ayant étudié le conflit du Vietnam nous en sommes réduit à comptabiliser le nombre de djihadistes tués ( comme les USA au Vietnam) . Le Vietnam restera toujours au Vietnam ( Ho Chi Min). Idem pour L' AFGHANISTAN .
    Pour terminer mon propos je crois qu'un coquille c'est glissée dans votre texte. Vous parler d'un cout de 1 million d'euros! Je pense que c'est plutôt 1 milliard et encore sur la durée ont est loin du compte.
    J'ai volontairement pas développé la mission sentinelle... Nous payons aujourd'hui les mutations produites par la chute du mur de Berlin auxquels les politiques n'ont pas voulu faire fassent. " Dividendes de la paix.."
    Maintenant aller expliquer tout cela...

    Mes respects mon Colonel


    .

    .

    RépondreSupprimer
  7. Mon colonel de manière volontaire je ne lis jamais les commentaires postés avant le mien ( pour ne pas être influencé ).Mon post concernait uniquement l'aspect militaire et communication auprès des civils en laissant de coté les BAP Madama.... L'impact sociétal reste entier. La plus part des actes terroristes ont été commis par des français (Étude du CAT).
    Les politiques ( président) se servent des événements pour redorer leurs blasons. Posture de chef des armées de guerre...
    Ils jouent sur l'opinion publique!!! Les réseaux sociaux en rajoutent avec les fakes news!! Les profs sont complètement débordés par une jeunesse déboussolée et sans perspective d'avenir. C'est notre société qui va très mal ceci à tous les niveaux ( politique, économique, social sans parler des affaires juridiques qui touchent une grandes parties des politiques) . Après lecture des posts précédents cela transparait nettement...
    Il faudra beaucoup de temps, d'argent , explications pour reforger une cohésion sociale et cela dès l'école...
    Personnellement je pense que c'est malheureusement impossible. On ne peut rattraper 30 ans d'histoires. La société a tellement évoluée (internet)que même les news les plus basiques sont remis en cause sur Facebook Twitter...par la plus part des gens qui utilisent ce seul moyen d'information !! C'est ainsi malheureusement reste à trouver comme vous le dites" une arme intelligente" . J'ai peut être trouver ! On l'appelle l'éducation, la probité, le sens du devoir!!!
    Au plaisir de vous lire mon colonel
    Mes respects
    ...

    RépondreSupprimer
  8. Curmudgeon :

    Même avec une immigration musulmane réduite au compte-gouttes, demeure le problème de l'islam déjà opérationnel sur le territoire et de sa percolation patiente dans toutes sortes d'institutions. Cette évolution est particulièrement redoutable, parce qu'on ne peut pas lui appliquer les étiquettes de "terrorisme", "djihadisme", etc. au sens courant.

    Nos dirigeants, penseurs, journalistes, sont tétanisés par l'islam puisqu'il ne le perçoivent que comme "religion" ("culte" en terminologie juridique) et non pour ce qu'il est selon les savants de l'islam eux-mêmes, l'association solide d'une religion et d'une idéologie socio-politique visant explicitement la domination sur les non-musulmans. Telle est la doctrine contenue dans les Écritures, le Saint Coran et la Sunna du Prophète. (L'expression "islam politique" établit une distinction qui n'a pas lieu d'être).

    Chose comique, cette indicibilité de la menace pour les gouvernants va de pair avec sa haute visibilité pour le Français moyen, ne serait-ce que par la prolifération croissante des hijabs.


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'islamisation de la France est indicible pour nos politiques parce qu'ils en sont soit les complices soit les acteurs. Il y a quelque chose d'assez incroyable à voir le scénario du Soumission de Houellebecq se dérouler sous nos yeux. Le roman de Houellebecq, très rusé, porte d'ailleurs moins sur la conquête politique de l'islam que la mort-vivante de la population française, son absence de toute spiritualité, sa veulerie, sa lâcheté abyssale, sa capacité à sacrifier ses intérêts de long-terme au profit de ses intérêts de court-terme (en gros le vote Macron qui exprime assez bien le vieux fond pétainiste et trouillard de notre inconscient collectif). Il faut donc se préparer au pire.

      Supprimer
  9. Messieurs,

    Votre ancien ministre vient d'être nommé ministre de l'Europe. On m'informe qu'on vient de mettre le feu au cercueil national. L'ultra-européiste Goulard à la Défense. Vous allez pleurer mais ne vous inquiétez pas ils viendront vous voir en opération pour vous serrer la main devant le rideau et pour continuer à vous assassiner derrière. Pour lancer la bataille de l'explication, il faudrait déjà lancer celle du Réel. Adios !

    RépondreSupprimer
  10. Une armée de mercenaires comme l'armée dite Française ne peut défendre que des intérets particuliers,le patriotisme ne s'achète pas,la notion de nation non plus;Rome en est morte ;il est d'ailleurs significatif que les publicités Tv pour le recrutement soient axées sur l'action on ne sait ou , comme une fin en soit et rien sur la défense du pays,rien qui fasse appel à la cohèsion pour défendre des valeurs républicaines , rien de rien.Nous faisons partie d'un "machin" (conférence de presse de Nantes) dit l'otan , comme le qualifiais le général de Gaulle,qui en aucun cas ne défend les intérets de la France mais ceux de mercantis internationaux et surtout US ..Nous n'avons d'ailleurs aucun besoin des Us ni de l'otan pour notre défense,la france est assez grande pour avoir sa voix propre dans le concert des nations si nous en avions la volonté

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Thomas MOLLARD17 mai 2017 à 19:21

      Monsieur Janus 2a, je ne vous remercie pas pour vos commentaires insultants à l'égard de notre armée, pas plus que je ne répondrai aux éléments que vous ne manquerez pas de renvoyer. Le propre du troll est bien de nourrir des polémiques stériles. Que vous souhaitiez pérorer sur vos sujets d'intérêt peut à la limite rester supportable. Mais que vous portiez de tels jugements sur l'engagement de nos hommes et tout simplement inacceptable. J'espère que vous n'écrivez pas tout cela depuis le confort douillet d'un siège bien rembourré, mais d'un théâtre d'opérations d'où vous vous engagez personnellement. Monsieur, je ne vous salue pas.

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. cher monsieur Mollard,je considère que mes propos n'ont d'insultants ,ils décrivent une situation , certes dits sans fioritures , mais la vérité doit être regardée en face , autrement rien ne pourra changer si on se cache derrière son petit doigt,je ne crois pas que nos hommes se battent pour la France en Afghanistan ni au mali ni nulle part ailleurs à moins d'accords militaires qui le justifierais en tant qu'allié de ces pays , mais vous remarquerez que le silence radio est total sur ce point,par ailleurs n'essayez pas de me culpabiliser , ça marche d'autant moins que le nombre de médailles reçues sur les champs de bataille( verdun entre autres) par mes parents suffirait a vous faire courber l'échine( dont une dso qui dit mieux)c'est précisément parce que je suis un patriote que je regrette la conscription qui scelle l'engagement patriotique et le devoir vis à vis de notre nation (pas les intérets particuliers des autres)Vous ne m'avez donc pas compris ,il ne s'agit pas là de polémiques mais du coeur du problème , encore faut il avoir le courage d'en débattre sereinement (je peux me tromper) si le role d'une armée ne se définit pas comme devant être le bras séculier de la nation pour la nation alors effectivement je me suis trompé,la politesse étant l'honneur des civils ,Monsieur je vous salue et regrette de vous avoir froissé bien involontairement

      Supprimer
  11. Au Colonel MOLLARD

    Merci pour cette mise au point!
    Les propos tenus par cette personne m'ont choqué et n'avait rien à voir avec le billet du Colonel Goya..

    Merci mon colonel
    Mes respects

    M

    RépondreSupprimer