mercredi 22 février 2017

La guerre d'Algérie et le modèle français de contre-insurrection

Fiche au chef d'état-major des armées, 2009
On reparlait beaucoup il y a quelques années d’une école militaire française de la contre-guérilla en Algérie pour s’en inspirer ou pour la vouer aux gémonies. La vérité est qu’il y a surtout eu une conjonction de plusieurs courants de pensée souvent contradictoires qui, au prix de sacrifices considérables (10 morts chaque jour pendant plus de sept ans, 2% du produit intérieur brut par an), est parvenue certes à briser l’organisation militaire du Front de libération nationale (FLN) en Algérie et à obtenir le sentiment d’une adhésion de la population musulmane. Mais ce résultat précaire, rendu inutile par les choix politiques du général de Gaulle et largement mythifié avec le temps, a été acquis au prix d’une profonde crise morale interne et de la dégradation de l’image de l’armée au sein de la nation française. Dans ces conditions, il apparaît difficile de parler de « modèle » français de contre-guérilla.
La brutalité des « Africains »
Les débuts des conflits au milieu des populations n’ont pas le caractère net des déclarations de guerre. Pour autant, la qualité du diagnostic initial y est essentielle car elle détermine largement le cadre des évolutions futures. Au matin du 1er novembre 1954, après la trentaine d’attentats de la nuit, personne en France ne pense vraiment qu’une guerre vient de commencer. On ne sait d’ailleurs pas si les terroristes sont des communistes, des nationalistes, de simples mécontents ou des gangsters. Le gouvernement hésite donc sur la politique à adopter et se contente d’ordonner aux forces de l’ordre de rétablir la paix publique.
Cette première vision de simple trouble à l’ordre public rencontre alors celle de beaucoup d’officiers supérieurs de l’Armée d’Afrique pour qui « l’arabe ne comprend que la force », formant ainsi un mélange désastreux. Dans Les paras dans la ville, le colonel Godard disait d’eux « Ils se disent de « Vieux Africains ». Vieux, en effet, pas tellement par l’âge mais plutôt par l’esprit. Ils seraient tout à fait aptes à faire face à une révolte du genre de celle d’Abd el-kader. Ils sont beaucoup moins à l’aise devant la subversion. Ils ne la conçoivent pas ».
Outre l’arrestation arbitraire de tous les nationalistes modérés (privant ainsi l’exécutif de tout interlocuteur politique et fournissant des centaines de recrues au FLN), les premières opérations conjuguent le principe de « responsabilité collective » (Directive du 14 mai 1955 du général Cherrière), consistant à punir un village abritant des « hors la loi », et le cadre juridique métropolitain pour l’interpellation de ces mêmes HLL, cadre si contraignant qu’il incite à ne pas faire de prisonnier. Si on ajoute l’indulgence vis-à-vis des « ratonnades » des « Européens » et les pratiques policières traditionnellement « musclées », cette guerre sans nom prend d’emblée un tour brutal parfaitement assumé par le général Cherrière, commandant en Algérie, qui annonce : « Nous devons réagir brutalement […] Nous l’avons bien vu lors des massacres de Guelma et de Sétif en 1945. Le général Duval a mis tout le paquet et a maté la rébellion. Nous devons faire de même aujourd’hui si nous voulons éviter une guerre longue » [1].
En termes de processus de production d’idées, on peut qualifier cette première approche d’heuristique simple, c’est-à-dire une méthode non élaborée reposant sur des solutions que l’on juge éprouvées. Dans des contextes où les décisions doivent être prises sous contrainte de temps, cette méthode a le mérite de la rapidité, mais huit mois plus tard, malgré l’arrivée de premiers renforts et l’instauration de l’état d’urgence (avril 1955), force est de constater que cette politique dure, qui marquera les pratiques jusqu’à la fin de la guerre, ne donne pas les résultats escomptés. La guérilla prend même de l’ampleur. La phase exploratoire doit donc continuer, en faisant appel cette fois à des heuristiques élaborées, c’est-à-dire fondées sur des corpus de doctrine que ont fonctionné dans des situations analogues.
Les maladresses des « Métropolitains »
Le général Lorillot remplace le général Cherrière en juillet 1955. Comme son prédécesseur, il met l’accent sur la destruction des bandes rebelles et réclame pour cela des effectifs beaucoup plus importants. Les débats internes sont difficiles car renforcer l’Algérie ne peut se faire qu’au détriment de la modernisation des forces affectées à l’OTAN. Le général Guillaume, chef d’état-major général, et le général Zeller, chef d’état-major de l’armée de terre, demandent à être relevés des leurs fonctions pour protester contre cette orientation mais l’émotion causée par  les massacres du 20 août 1955 dans le Constantinois (une centaine d’Européens et un millier de Musulmans tués) fait basculer le gouvernement. On va passer ainsi de 80 000 hommes en novembre 1954 à 400 000 en août 1956.
Cet afflux massif a plusieurs conséquences imprévues. Ceux qui ont connu l’isolement de l’Indochine y voient le symbole de l’implication de la nation, mais sans comprendre que cela introduit aussi l’opinion publique et les médias dans un conflit où les intérêts vitaux du pays ne sont pas en jeu. Surtout, ces renforts sont loin de donner le rendement attendu. On est incapable de former, d’armer et d’encadrer correctement ces centaines de milliers d’hommes, souvent peu motivés, qui finissent dispersés dans des états-majors pléthoriques où dans les innombrables demandes de protection locales. Cette médiocrité générale se traduit finalement par 8 000 morts par accidents divers (de tir en particulier) et à peu près autant dans les combats que nous subissons (embuscades, coups de main de nuit, etc.). Des ressources financières considérables sont ainsi absorbées, qui auraient plus utiles ailleurs, notamment dans l’aide à la population musulmane, et au bilan, les effectifs des unités qui manœuvrent réellement restent inférieurs à celui des combattant rebelles (15 000 contre 20 000 environ en 1956).
Qui plus est, ces divisions ont du mal à se débarrasser des habitudes de métropole et d’Allemagne. Le général Lorillot a imposé le bataillon comme pion tactique de base et les opérations de ratissage de 1955-1956 se limitent le plus souvent à des allers-retours de colonnes motorisées incapables d’accrocher les petites bandes de « fellaghas ». En désespoir de cause, ne parvenant pas à distinguer les combattants des civils, on décide de créer des « zones interdites » à la population, dans lesquelles tout Musulman sera forcément un rebelle.
Ces façons de faire désespèrent les vétérans d’Indochine. En 1956, le colonel Trinquier écrit au général Salan : Depuis deux ans on tâtonne ; il faudra encore deux ans pour redécouvrir et mettre au point des méthodes pourtant connues […] Beaucoup de gens m’avaient dit : « Rien de ce que vous avez fait en Indochine ne pourra s’appliquer en AFN, le terrain, le milieu, les conditions de la lutte, tout est différent. Or, rien n’est plus faux, mais il faudrait dans la masse des renseignements tirés d’Indochine déterminer ceux qui peuvent s’appliquer ici. Or je ne pense pas que quelqu’un ait même essayé de faire ce travail ».
Salan lui répond : Le plus grave défaut de notre armée actuelle, c’est qu’elle travaille trop ! Tous les bureaux sont noyés sous la paperasse ! Nos chefs, trop absorbés par des questions secondaires, n’ont plus le temps de réfléchir et de penser aux questions importantes. Ils ne dominent plus aucun problème. En dépit des déclarations officielles, on est partout sur la défensive. Malgré nos grands moyens, nous parons simplement les coups comme nous pouvons, mais toujours à courte vue, dans l’immédiat [2] ».
En parallèle des divisions métropolitaines, les régiments parachutistes et l’armée de l’air constituent les laboratoires d’une autre voie qui combine l’imitation de l’adversaire dans sa légèreté avec la maîtrise de la troisième dimension. Avec la bataille d’Alger en 1957, ces unités apprennent aussi à organiser un renseignement de contre-guérilla. Par capillarité, les Bigeard et autres Jeanpierre font école sur l’ensemble des forces françaises en Algérie.
Les illusions des « Coloniaux »
Au même moment, un autre courant considère que le véritable enjeu n’est pas la destruction des katibas mais le contrôle de la population musulmane selon le principe qu’une fois ce contrôle obtenu, le « poisson » guérillero, privé d’eau, ne pourra survivre. Ce courant lui-même comprend deux branches distinctes.
La première, dans la tradition des bureaux arabes et très inspirée des méthodes de Lyautey [3], s’efforce de pallier la sous-administration et la misère de la population musulmane grâce  à des sections administratives spécialisées (SAS) constituées d’un officier, d’un sous-officier, d’une trentaine de harkis et de plusieurs spécialistes civils ou militaires (médecin, instituteur, comptable, infirmière, radio, etc.). Les premières SAS sont créées en mai 1955 dans les Aurès-Nementchas, sur l’initiative du général Parlange puis l’expérience est étendue à l’ensemble de l’Algérie par le ministre Soustelle contre l’avis de nombreux « Européens » et même de militaires qui voient là une dispersion des efforts sur une mission bien peu guerrière.
Au bilan, pour un investissement limité et des pertes assez faibles (82 officiers et sous-officiers SAS sont assassinés), les 700 SAS s’avèrent un redoutable instrument de lutte contre le FLN grâce au contact qui est renoué avec la population et la source de renseignement qui en découle. Pourtant, cette expérience ne pouvait qu’échouer au regard de l’ampleur de la tâche, de son insuffisance à contrebalancer la peur inspirée par le FLN, de son incompatibilité avec les pratiques militaires dures mais aussi de la contradiction entre cette vision d’intégration totale des Musulmans et celle des deux autres « états finaux recherchés » : l’ « Algérie française (sous domination européenne) » ou l’indépendance. Pour plus de prudence, les SAS sont « démilitarisées » à partir de 1960.
Un second groupe d’officiers prend pour modèle le Viet-Minh, dont ils ont pu mesurer l’efficacité. Eux-aussi estiment que la population musulmane est le « centre de gravité » mais leur combat contre le communisme a introduit des biais dans leur raisonnement. Le premier est qu’ils considèrent que le conflit en Algérie s’inscrit dans le cadre d’une guerre subversive mondiale. Cela les conduit à nier la part de nationalisme dans le combat des rebelles et surtout à considérer que si l’Algérie devient indépendante, c’est la France elle-même qui devient menacée. Le deuxième biais est que, selon eux, la peur inspirée par le rebelle ne peut vraiment être combattue que par une contre-peur plus puissante.
L’arrivée du général Salan en décembre 1956 et la victoire sur le terrorisme à Alger en 1957 donnent une grande extension à cette « guerre psychologique » ou « révolutionnaire ». Les grandes opérations sont délaissées au profit d’une pression permanente sur la population (présence dans les villages, fouilles des gourbis, interrogatoires de Musulmans pris au hasard [4]) qui est elle-même largement regroupée dans des camps afin de mieux la contrôler. Une fois la contre-peur établie, l’étape suivante consiste à marteler un message politique élaborée par le 5e bureau par tous les moyens possibles de la « propagande blanche » (revues, bandes dessinées, tracts, haut-parleurs, etc.), puis à compromette le maximum de Musulmans en les intégrant dans des organisations d’anciens combattants, de jeunes, de femmes, etc. Là où les SAS voulaient conquérir les cœurs, les 5e bureaux recherchent la domination des esprits.
Victoire à la Pyrrhus
L’arrivée au pouvoir du général de Gaulle sonne le glas de la guerre psychologique. De Gaulle lui-même considère ces théories comme puériles (« Foutez-moi la paix avec votre guerre subversive. On ne peut à la fois manier la mitraillette, monter en chaire et donner le biberon ! » [5]) et en 1960, après la semaine des barricades, Pierre Messmer, ministre des Armées, supprime les 5ebureaux et le Centre interarmées de guerre psychologique (« hiérarchie parallèle de commissaires politiques » [6]).
Le nouvel exécutif suit en cela beaucoup de chefs militaires qui sont exaspérés d’être devenus « les domestiques à la botte des 5e bureaux […] suprématie du territorial sur l’opérationnel [7] » et qui, à la fin de 1958, sont heureux de voir le nouveau commandant du théâtre, le général Challe, redonner la priorité à la destruction des bandes rebelles. La capacité de manœuvre est augmentée au détriment du quadrillage puis concentrée d’Ouest en Est dans de grandes opérations de nettoyage qui vont durer plus de deux ans.
Après plus de trois de tâtonnements, la phase exploratoire semble déboucher sur une véritable analyse et faire place à la phase d’exploitation d’un paradigme à peu près établi. Pour autant, le champ des possibles reste balisé par le passé dont les succès et les erreurs ne sont pas abolis dans les mémoires des habitants ou des militaires. Le plan Challe ne fait d’ailleurs pas forcément l’unanimité parmi ces derniers, notamment chez les tenants les plus durs de la guerre révolutionnaire. Pour le colonel Argoud, « Le général [Challe] aborde le problème avec une optique d’aviateur. Il n’a de la guerre révolutionnaire qu’une connaissance livresque. Il n’a en pas saisi la philosophie. Réagissant en technicien, il ignore les problèmes de la troupe, de la population. Il est confirmé dans cette attitude par son entourage, composé d’une majorité d’aviateurs et d’officiers d’état-major de type classique […] Lancée sur un objectif secondaire [la destruction des bandes], sa manœuvre ne put donner que des résultats partiels [8] ». 
Les résultats sont pourtant là puisqu’en 1960 l’armée de libération nationale est réduite de moitié et, asphyxiée entre les barrages sur les frontières du Maroc et de la Tunisie, elle ne compte plus comme force combattante. Pour autant l'ALN est toujours là, au même niveau qu'en 1955 au moment où on engageait massivement des forces. Les grandes opérations continuent jusqu'au mois d'avril 1961 sans parvenir à réduire entièrement l'ALN. On oublie surtout de dire que cette destruction n’aurait pu se faire sans l’accélération de la politique de regroupement des populations rurales, qui finit par toucher 2 millions de personnes (un quart de la population musulmane) sans parler des 700 000 réfugiés qui viennent s'entasser dans les périphéries urbaines. Ce qui aurait pu être admissible si la France avait fait l’effort nécessaire pour faire vivre dignement cette population, devient honteux et même contre-productif lorsque ces populations sont laissées dans un état misérable, ce qui finit par être le cas le plus fréquent [9]. Le plan de Constantine lancé en 1958 est le premier réel effort de mise en valeur socio-économique mené à grande échelle par l'Etat français en Algérie mais il arrive bien trop tard.  
La population dans la boîte opaque
En 1960, la grande majorité de la population musulmane est dans la position du chat de Schrödinger [10], de gré ou de force à la fois proche des Français et du FLN. Nombre de familles ont d’ailleurs simultanément un homme dans les harkis et un autre parmi les rebelles. Chaque camp peut donc revendiquer en toute bonne foi la victoire dans « la bataille des cœurs et des esprits [11]. ». Comme dans la fausse expérience de Schrödinger, il faut alors l’apparition d’un révélateur, politique cette fois, pour dénouer cette contradiction.
Dans les conditions politiques du début des années 1960, ces révélateurs ne sont plus que deux : l’indépendance de l’Algérie ou l’engagement massif de la France dans l’intégration totale des Musulmans. Finalement, le résultat politique de la victoire militaire du plan Challe n’est que de pouvoir placer ce choix entre les mains de l’exécutif français et non celles du FLN. Or le général de Gaulle a fait son choix depuis longtemps mais il n’a pu le dévoiler plus tôt tant l’action militaire était devenue la continuation de sa propre vision, floue et rétrospectivement peu réaliste mais suffisamment puissante pour lui donner un axe et lui donner le sentiment d’approcher la victoire. En prenant de la cohérence, l’action militaire s’est elle-même piégée dans un sentier qui ne l’amenait pas dans la direction du réalisme politique à long terme du général de Gaulle. Dès lors le drame était inéluctable ouvrant la porte à une version française du « coup de poignard dans le dos ».
Il est possible de s’enorgueillir d’avoir éliminé au total plus de 180 000 combattants rebelles [12] et de considérer qu’ainsi les militaires français ont rempli leur mission, avant d’être trahis par l’échelon politique, version française du « coup de poignard dans le dos » allemand. Mais on peut se demander aussi comment ont pu apparaître, dans une population de 8 millions de Musulmans, plus de 300 000 volontaires pour combattre dans les pires conditions (une telle proportion en Afghanistan donnerait actuellement plus d'un million de combattants taliban).
Le FLN menait effectivement une guerre psychologique auprès de la population musulmane et de l’opinion publique française. Mais dans ce type de guerre, qui est avant tout une confrontation de projets politiques dans le cadre d’une sorte de campagne électorale violente, les différents gouvernements français n’ont jamais pu proposer quelque chose de vraiment réaliste qui puisse à la fois s’opposer à la vision du FLN et guider l’action militaire. D’un autre côté, celle-ci, par ses erreurs de perceptions, l’errance des conceptions et l’incapacité à conjuguer la lutte contre les rebelles avec une action cohérente auprès de la population, a contribué aussi à ce que le FLN gagne la bataille des esprits, sinon celle des cœurs. Rétrospectivement, il semble que plus que de « système » cohérent de contre-guérilla, il vaille mieux parler de « schizophrénie tactique » dont la face sombre a été à la fois refoulée par l’institution militaire et régulièrement mise en avant par tous ceux qui veulent se faire une gloire universitaire ou politique facile

[1] Raoul Salan, Mémoires : Fin d’un Empire, Tome 3, Algérie française.
[2] Raoul Salan, Mémoires : Fin d’un Empire, Tome 3, Algérie française, Presses de la cité, 1972, p. 49.
[3] « Je crois comme une vérité historique que, dans un temps plus ou moins lointain, l’Afrique du Nord se détachera de la métropole. Il faut qu’à ce moment là-et ce doit être le suprême but de notre politique-cette séparation se fasse sans douleur et que les regards des indigènes continuent toujours à se tourner avec affection vers la France. A cette fin, il faut dès aujourd’hui nous faire aimer d’eux ». Lyautey, le 14 avril 1925, devant le Conseil de la politique indigène. www.islam-maroc.gov.ma
[4] Directive de janvier 1957. Les interrogatoires doivent être « poussés à fond » (note du 11 mars 1957).
[5] Jean-Raymond Tournoux, cité par Paul et Marie-Catherine Villatoux, La République et son armée face au « péril subversif », Les Indes savantes, 2005, p. 551.
[6] Pierre Messmer, Après tant de batailles, 1992, p. 271.
[7] Colonel Langlais (sous le pseudonyme Simplet), « Guerre révolutionnaire, guerre psychologique ou guerre tout court », in Revue militaire d’information n°309, octobre 1959.
[8] Jacques Duquesne, Comprendre la guerre d’Algérie, Paris, Perrin, 2003, p. 189.
[9] Le 22 décembre 1960, le general Parlange, créateur des SAS et inspecteur des camps de regroupement demande à être démis de ses fonctions constatant le décalage entre le rythme de formation des camps et celui des fonds qui leur sont alloués.
[10] Dans cette expérience fictive, le physicien Erwin Schrödinger imagine un chat enfermé dans une boîte fermée avec un système aléatoire de désintégration atomique qui a une chance sur deux de le tuer au bout d’une minute. Selon la théorie quantique, tant que l’ouverture de la boîte le chat n’est pas faite, le chat est simultanément vivant et mort. C’est l’ouverture (c’est-à-dire l’observation) qui provoque le choix de l’état.
[11] Cette expression est généralement attribuée à Sir Gérard Templer, haut-commissaire en Malaisie de 1951 à 1954.
[12] François-Marie Gougeon, The « Challe » Plan, counter-insurgency operations in Algeria, 12/1958-04/1959, Master of military studies, Command and staff college, Marine corps university, Quantico, Virginia, 22134-5068.

23 commentaires:

  1. Article très intéressant, et je ne peux m'empêcher de faire un parallèle avec l'époque de la colonisation, où là aussi les avis s'étaient affrontés et les passions déchaînées quant au modèle de colonisation à suivre.

    Entre les tenants d'une colonisation militaire, ceux partisans d'une colonisation civile, les promoteurs d'une colonisation de "comptoirs", ou ceux encore préférant un système mixte reprenant les avantages de tous les modèles précédents... En définitive, si la France a échoué à intégrer l'Algérie, ne serait-ce pas en raison de son incapacité à établir une voie politique claire sur le temps long?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après 39-45 le monde est rentré dans une période nouvelle de remise en question, et les peuples autochtones ont naturellement aspirés à l'indépendance. La pacification est impossible quand il y a des colons et des colonisés, car n'importe qui est en droit de réclamer l'autonomie, et à partir de là est en droit de se défendre contre l'occupant. La pacification n'a rien d'un voeux pieux...
      -
      C'est comme en physique, il y a des forces immuables et intangibles, et même si on peut en tirer des équations concrètes, cela ne veut dire que l'on peut en changer les règles quantiques et cosmologiques.
      -
      Tout dépend si on s'appuie sur une base moral et que l'on respecte l'ethnologie, ou si l'on privilégie une vision manichéenne et qu'on s'impose par la force. En tout cas pour moi cette guerre d'Algérie reste un relent de la guerre fratricide sous l'occupation, le putsh des généraux en est la preuve cinglante, et cette division perdure encore aujourd'hui faute d'examen de conscience profond au sain de l'institution militaire, enfin ça évolue un peu...
      -
      Une fois j'ai entendu un interview d'un des tireurs de l'attentat du Petit Clamart surprit de constater qu'il n'avait pas été coulé dans le béton?! Et oui, je crains qu'il y a des lobbies trop influents en France, qui menacent ceux qui les dérangent, et que l'on continue de servir tel un valet et son maitre. Ils nous ont mis Sarko, et ils veulent maintenant nous mettre Macron, voilà où on en est, cet-à-dire pacifiés comme des brebis égarés.....
      -
      "Il y a ce qu'on aimerait qui soit, et il y a ce qui est vraiment." (Je suis fière de ma phrase hein?! ^^)

      Supprimer
  2. Votre analyse est bien écrite et exprime, avec le recul du temps (et votre expérience de soldat en opex)une version conforme avec quelques scories...
    La première c'est la photo choisie pour illustrer votre rubrique. En effet, cette vue est tirée du film ''tiers mondialistes'' de la ''Bataille d'Alger'' est-ce voulue? La photothèque de ce conflit est suffisamment complète pour avoir le choix de montrer des combattants à l’œuvre.
    * Vous citez le Gal Cherriéres vous auriez pu marquer son surnom ''Nounours''...
    * Le Gal Salan a effectivement écrit que la paperasse avait envahie le quotidien des officiers, ce qui ne l'empêchait pas, lui cdt en chef, d'effectuer avec son épouse une promenade journalière en voiture. Au passif de ce sybarite : On n'oubliera pas la mutation d'office d'un certain colonel (Bigeard)
    * Le Gal Challe a son actif, en dehors du Plan éponyme, la création des commandos de chasse dans les troupes de secteur (ou de quadrillage). Cette unité était exempt de toutes missions de garnison et devait ''grenouiller'' jour et nuit dans le secteur du régiment. La réussite de ces ''corps francs modernes '' s'est concrétisée par le surnom donné par les populations du bled: ''Les fellaghas fransaouis ''.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Visiblement cette photo (scorie) de "la bataille d'Alger" interpelle. Je l'ai utilisé simplement parce que je trouvais qu'elle avait de la gueule mais comme je suis fatigué de l'expliquer, je la remplace par celle du sch Jeannin (commmando Cobra), nom de ma promotion de sous-officiers d'infanterie.

      Supprimer
    2. @ Trall

      Vous reprochez au colonel Goya d'avoir dans un premier temps illustré son article, par une photo extraite du film " La Bataille d'Alger" que vous qualifiez de tiers mondialiste. Je vous signale que les colonel Trinquier et général Aussaresses, acteurs incontournables de cette bataille, furent toujours élogieux sur ce film !

      Supprimer
  3. Mon colonel,

    Encore un excellent article tout en pragmatisme, réalisme et voire iconoclaste aux yeux des nostalgiques de "l'Algérie française". J'ai notamment apprécié l'alors contradiction entre les buts politiques et militaires, qui ne cesserons de chacun fluctuer au fil de cette guerre. Ce fut une constance dans celle-ci, le pouvoir politique n'eut hélas jamais une vision claire et cohérente du but final de cette guerre. Il fut quasi toujours à la remorque des militaires, dont les doctrines et actions furent tout aussi incohérentes. Résultat un beau gâchis militaire et politique, par manque de vision politique à moyen terme.

    Même le général de Gaulle n'échappa pas à cela, notamment entre 58 et 61, il agit en fonction des événements et ne les anticipa guère. Exemple type : sa caution à l'opération "jumelles" du général Challe qui donna à de nombreux militaires le sentiment d'avoir gagner la guerre, alors qu'ils n'avaient gagner qu'un bataille certes décisive...... mais qu'à court terme ! A sa décharge la situation politique et militaire que lui avait laissé ses prédécesseurs, elle ne lui laissait une marge de manoeuvre limitée.

    RépondreSupprimer
  4. Traversant l'Algérie en stop dans les années 1978-1979, j'ai été pris par divers Algériens qui, découvrant ma nationalité française, me disaient avec beaucoup de nostalgie qu'ils regrettaient les Pieds Noirs qui eux savaient faire tourner l'économie. Y a-t-il de meilleur exemple de l'absurdité de cette guerre logique d'indépendance qui n'était finalement que celle que nous Français avions vécue avec la Résistance ?

    RépondreSupprimer
  5. Quelle opportunité de ressortir ce vieil écrit aujourd'hui? Voue roulez pour Macron maintenant?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci cher Anonyme de donner le départ des commentaires stupides.

      Supprimer
    2. il suffit juste de vous suivre sur twitter. Nettement moins de souffle et d'intérêt (même si on ne partage pas toujours vos conclusions) que dans vos fiches au CEMA et parfois de pertinence. C'est juste dommage!

      Supprimer
    3. le même anonyme
      Pourquoi avoir habiller ainsi Langlais (alias simplet)? car saint-cyrien? car para? car des états de service à faire pâlir tout officier? car pas la même vision du monde que vous?

      Supprimer
    4. Je ne réponds normalement pas aux anonymes mais ce procès d'intention est intéressant (vous êtes donc st-cyrien, para et vous me trouvez nul sur Twitter). Il se trouve simplement que Simplet est le pseudo qu'utilisait Langlais, officier pour qui j'ai par ailleurs la plus grande admiration.

      Supprimer
    5. ni saint-cyrien, ni para (ni colo d'ailleurs) et je ne reproche que certains de vos tweets (souvent des retweets d'ailleurs) lorsqu'il s'agit systématiquement de Fillon ou de Le Pen (d'où ma remarque sur Macron, en lien avec sa position défendue en Algérie et la reprise quasi-simultanée de cette fiche de 2009).
      En revanche, merci pour Simplet. J'ignorais totalement cette explication. Mea Culpa;

      Supprimer
  6. Cher Colonel Goya, c'est toujours un plaisir de lire vos analyses brillantes et sans concession. Ce conflit a éclaté lorsque j'avais 9 ans, écolier à Alger. Même si mes parents sont revenu en 1956 en France, ses développements m'ont profondément marqué. J'en ai développé une aversion totale pour les terrorismes, ce qui m'est revenu depuis deux ans.

    Un élément de compréhension, à mon avis essentiel, qui me manquait à l'époque réside dans le "Quincy Agreement" entre le Roi Ibn Saoud et Franklin D. Roosevelt. Cet accord donnait aux Saoudiens la main-mise sur toutes les terres d'Islam...

    Je crains qu'aucun de nos gouvernants d'alors n'aient été au courant, pas plus qu'aucun de nos services de renseignement militaires.

    Je peux juste dire que quelques soient nos torts et nos, nous n'avions aucune idée de la puissance coalisée qui se mobilisait contre nous.

    RépondreSupprimer
  7. Je trouve que la référence à Schrödinger arrive comme un cheveu sur la soupe et gâche plutôt l'article. En réalité, cette description d'un état d'ambiguïté politique et une expérience de physique théorique n'ont rien à voir, et faire appel à l'un (mal compris même par les physiciens) pour décrire l'autre n'éclaire pas vraiment.

    Vous parlez de refoulé par l'armée et de gloire facile par les dénonciateurs, mais en réalité ce n'est pas le fond du sujet. Le fond du sujet est aussi de le traiter sans verser dans la caricature, or c'est trop souvent le cas des dénonciateurs. Voyez par exemple cet article de Pervillé :

    http://guy.perville.free.fr/spip/article/article.php3?id_article=87
    " Les limites de la démonstration convaincante [il parle ici du livre de Raphaelle Branche] sont franchies quand l’analyse glisse du constat d’une suspicion généralisée envers les musulmans et d’une volonté de terroriser les « hors la loi » et leurs complices à l’affirmation que la torture visait, non seulement à arracher des renseignements, mais à « terroriser tout un peuple » [51]. Si les responsables militaires et politiques français avaient eu conscience d’avoir contre eux un peuple unanime, je ne crois pas qu’ils auraient pu persévérer si longtemps dans leur action. Et si le général Massu avait voulu « terroriser » tous les habitants musulmans d’Alger, il lui aurait suffi de bombarder la Casbah [52], comme les « contre-terroristes » étaient prêts à le faire (et l’ont fait en 1962 au nom de l’OAS), et comme cela s’est fait dans bien d’autres villes en guerre (Jérusalem en 1947-1948, plus tard Beyrouth, Sarajevo et Groznyi). Au contraire, le recours à la torture visait à éviter la répression aveugle en donnant la priorité à la recherche du renseignement par tous les moyens, et la dérive indéniable de la première période (janvier-juin 1957), sous le commandement effectif de Trinquier et d’Aussaresses, a été combattue à partir de juin 1957 par leur successeur le colonel Godard. Cette remarque n’a pas pour but de justifier la torture comme un moindre mal, mais de tenter de situer plus exactement la « grande répression d’Alger » [53] sur l’échelle des répressions connues."

    Or, justement, le fait de traiter ces questions sans excès et sans caricature aurait été de toutes façons difficile dans le contexte français, mais est rendu considérablement plus difficile par la suite de la politique d'immigration de masse qui incite à la démagogie et à la surenchère.
    Il y a par exemple, dans l'une des assemblées parlementaires françaises, une parlementaire dont les parents étaient indépendantistes et qui le revendique : je trouve ceci tout simplement stupéfiant, et emblématique de la politique d'immigration irresponsable qui a été menée.
    Car c'était une énorme erreur de laisser venir puis de donner la citoyenneté à des gens dont une partie nous déteste, et qui sont venus non par volonté de s'intégrer mais par volonté de profiter d'un niveau de vie plus élevé. Il me semble nécessaire de bien garder ce fait en tête (le fait que la politique migratoire menée a été irresponsable) lorsqu'on discute de ces questions, plutôt que de renvoyer paresseusement à une supposée xénophobie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sachez que le chat de Schrödinger est également étudié en science cognitive, ce qui ramène à l'aspect psycho-sociologique de ce conflit.

      Supprimer
  8. @ Anonyme le 25 Février

    Vous vous livrez à ce que vous reprochez au colonel Goya : mettre en parallèle deux démonstrations dont le rapport peut être contestable.

    La politique d'immigration de masse en France d'origine algérienne, elle n'est au plus qu'un facteur très secondaire favorisant une vision caricaturale de cette guerre par certains : exemple Raphaëlle Branche. Même si cette immigration n'avait pas existé, cela aurait été de même car cette vision repose sur un substrat politico-idéologique très français : crypto marxisme et tiers-mondisme.

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Monsieur Goya, dans ce contexte je m'attendais à ce que soit cité celui que les Américains présentent comme "le penseur français" à savoir David Galula. N'a t'il eu aucune influence à l'époque ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ose me permettre de répondre à votre interrogation. Les méthodes de David Galula employées pendant la guerre d'Algérie, elles n'eurent aux mieux qu'un succès d'estime au sein de l'état-major algérois. L'heure était aux procédés des "Centurions": en version hard du duo Trinqué - Aussaresses, puis en plus soft et efficaces de celui Godard-Léger.

      D'ailleurs le départ aux USA et suite de sa carrière dans ce pays de l'intéressé, proviennent largement de cette indifférence à l'encontre de ses méthodes.

      Supprimer
    2. Bonjour, il se trouve simplement que Galula a écrit Contre-guérilla et Pacification in Algeria après la guerre d'Algérie et peu de temps avant sa mort, directement en anglais aux Etats-Unis et à une époque où on ne voulait plus entendre parler de cela en France. Contre-insurrection n'a été traduit qu'en 2008 sur l'initiative d'un officier française en poste aux Etats-Unis (Philippe de Montenon).

      Supprimer
  10. Bravo et merci pour cet article (et au tweet de Michel Volle qui me l'a signalé). Ça remet en ordre et de façon très cohérente ce que j'avais appris de diverses sources sur la guerre d'Algérie (que je n'ai pas vécue, né en 1966).

    J'ai partagé un instant la réaction de "Anonyme25 février 2017 à 08:19" sur le chat de Schrödinger, mais l'image me semble au final excellente. La guerre dans la population oblige la population à éviter le "processus de mesure", à trouver dans l'ambiguïté un salut provisoire. Les témoignages de personnes de retour de Syrie et qui disent n'avoir rencontré aucun partisan des rébellions (ayant voyagé en zone tenue par le régime) ou aucun partisan du régime (ayant voyagé en zone tenue par des rébellions) m'inspirent le même sentiment : sans doute ont-elles eu la chance de ne jamais vivre elles-mêmes ce genre de guerres.

    RépondreSupprimer
  11. Bel effort de synthèse ; cependant, un fait politico-militaire important est passé sous silence : l'influence des attentats en métropole - y compris ceux plus tardifs de l'O.A.S. - semble avoir joué un rôle déterminant dans les choix du général.
    De même, la duplicité érigée en règle morale par les indépendantistes mérite sa citation en tant que facteur compliquant l'analyse de situation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La duplicité du FLN flagrante après la su-ignature des accords d'Evian, elle semble surtout résulter de la fracture en son sein entre les négociateurs d'Evian et l'importante faction dure basée en Tunisie : militaires emmenés par Boumédienne avec l'accord de Ben Bella. Ces derniers ne participèrent pas aux négociations d'Evian, les laissèrent seulement se dérouler, et ne se considèrent pas liés par elles !... Pour faire simple le pouvoir gaulliste avait négocié avec des interlocuteurs, qui avaient un poids restreint au sein de la direction effective du FLN.

      Ce sont les attentats en France et surtout en Algérie de l'OAS qui jouèrent un rôle non négligeable dans les choix du général, vu le soutien qu'apportait un majorité de pied-noirs à celle-ci, il se désintéressa de leur sort dès 61. Encore plus dans le trimestre suivant les accords d'Evian, exemple type : refus de faire intervenir l'armée française lors des massacres de Constantine en début juillet 62.

      A la décharge du général à partir de la fin 61 et surtout dès le début 62, on oublie souvent que l'OAS se livra à une quasi guerre civile dans les principales métropoles d'Algérie. Ses attentats en France certes spectaculaires, ils y furent autrement plus circonscrits.

      Supprimer