lundi 4 juillet 2016

L'artillerie des stratagèmes-Un livre du colonel Olivier Fort

Le petit n’est pas le simple. Ce qui se passe au niveau des particules subatomiques est au moins aussi complexe que ce qui se passe au niveau des astres géants. De la même façon, la tactique, l'équivalent de la mécanique quantique dans la chose militaire, est un art aussi riche que les spéculations stratégiques. Le premier mérite du colonel Fort est de rappeler combien ce petit espace de quelques centaines de mètres à plusieurs kilomètres où s'affrontent quelques individus doit contenir de compétences mais aussi d’imagination. Il ne s’agit pas ici d’un manuel d’artillerie mais d’un traité sur l’ingéniosité et plus particulièrement sur la manière d’utiliser un moyen a priori purement brutal, la projection de matières explosives, pour frapper les esprits. A cet égard, nombre des exemples cités peuvent largement et utilement être transposés dans d’autres champs tactiques et même dans tous les espaces de confrontation, y compris économiques ou politiciens.

La quantité étant aussi une qualité, un autre aspect remarquable de L’artillerie des stratagèmes est l’incroyable quantité d’exemples qu’il recèle, tirés des conflits modernes depuis les guerres de l’Empire jusqu’aux conflits actuels, n’hésitant pas non plus à puiser dans d’autres champs tactiques, l’artillerie navale, le tir direct des chars, les frappes aériennes pour en tirer des enseignements pertinents. On reste impressionné par ce travail de collecte de longue haleine, au moins treize ans, et qui témoigne de la manière dont l’histoire peut être utilisée intelligiblement comme immense base de données à des fins opératives.

Le livre est lui-même partagé en cinq chapitres, les deux premiers n’en formant en fait qu’un seul sur l’évolution des ruses et stratagèmes en fonction de celle des techniques, avec cette rupture majeure que constitue la possibilité du tir indirect. Un des aspects que j’y ai trouvé parmi les plus intéressants est celui des rapports de ces évolutions et de la culture. Il est toujours étonnant de constater combien de nouvelles possibilités peuvent rester longtemps sous-utilisées car elles heurtent des valeurs. La description de la marine britannique de la fin du XIXe siècle continuant à rechercher le combat rapproché comme à Trafalgar et continuant même à s’entraîner à l’abordage alors que les pièces à bord permettent de tirer à plusieurs kilomètres est assez piquante. Celle des débats sur le caractère lâche des boucliers sur les canons et même du tir indirect sont toujours aussi étonnantes. Il est intéressant par ailleurs de constater, avec l’auteur, que les exemples français sont rares comme si coincée entre une tradition chevaleresque de la bravoure, méprisant « l’attaque par derrière », et celle très technique des armes savantes, excluant ce qui n’est pas calculable, il reste peu de place en France pour la ruse. C’est évidemment une faiblesse et il est heureux que le colonel Fort, chef de la direction des études et de la prospective de l'Ecole d'artillerie, ait choisi ce thème.

Le chapitre suivant sur « l’affrontement des volontés et des intelligences » est sans doute le plus original dans sa description des effets psychologiques indirects des tirs d’artillerie, par leur emploi surprenant le plus souvent mais aussi parfois et paradoxalement par leur emploi annoncé à coups de tracts et de haut-parleurs, confirmant qu’à la guerre ce n’est pas le nombre de soldats que l’on tue qui compte mais celui de ceux que l’on effraie, ce qui sous-entend que l’on connaisse parfaitement son ennemi. Les exemples tirés, dans les deux camps, des opérations de 1987 en Angola, avec notamment l’emploi de psychologues par l’armée sud-africaine, sont parmi les plus intéressants qui confirment bien par ailleurs, outre l’importance du facteur culturel (l’armée sud-africaine avait une tradition de guérilla qui valorisait l’emploi de la ruse), la stimulation que constitue la rareté, voire l’infériorité, des moyens pour leur emploi le plus efficient possible. A cet égard, une des interrogations finales du livre sur la possible contradiction entre la recherche d’effets psychologiques, qui implique souvent de ne pas toucher-au moins tout de suite-l’objectif, et le coût d’emploi des moyens de haute technologie qui exige apparemment un « retour sur investissement » immédiat est des plus intéressantes, qui déborde largement le cadre de l’ouvrage.

Le chapitre suivant décrit l’emploi de la ruse dans les conflits conventionnels, les deux conflits mondiaux en particulier mais pas seulement puisqu’on y trouve aussi notamment des cas tirés des guerres indo-pakistanaises. Le fait le plus remarquable y est sans doute la manière dont l’artillerie est utilisée pour changer le comportement de l’adversaire et notamment pour lui faire commettre des erreurs. Le dernier chapitre décrit enfin l’emploi de la déception dans les guerres de contre-insurrection, ou plus exactement au milieu des populations, car la véritable contrainte, en particulier des conflits contemporains est bien celle de cette population civile qu’il s’agit de préserver, alors même que l’adversaire l’utilise souvent pour se protéger (ou simplement parce qu'il vit avec). Plus que jamais et alors que l’artillerie moderne, conçue pour les affrontements géants sur les champs de bataille européens, n’a jamais été aussi puissante, elle se doit d’être « intelligente », ce qui ne concerne pas seulement les têtes des obus baptisés ainsi (parce que simplement précis) mais aussi ceux qui les utilisent. Chaque obus lancé doit désormais être pensé en fonction de ce que l’on veut éviter de faire (des dommages collatéraux) tout en recherchant un effet sur l’ennemi. Les multiples exemples de ce jeu subtil de chats et souris tirés de l’expérience afghane et plus particulièrement britannique, que l’auteur connaît bien, sont passionnants.

Pour conclure, ce travail impressionnant et original est évidemment à lire pour ceux qui pratiquent la chose tactique mais aussi pour ceux qui veulent en appréhender la complexité. Il reste à espérer qu’il introduise le goût et la pratique de la ruse dans nos affaires militaires. A quand un chapitre « déception » dans nos ordres d’opérations ?

Colonel Olivier Fort, L'artillerie des stratagèmes, Éditions Économica, 224 pages, 15 euros.

15 commentaires:

  1. Par le hasard d'une petite carrière, j'ai fait partie des 390 ''casques blancs'' (observateurs français à Beyrouth) qui ont tenté d'amener quelques minutes de silence aux différentes ''bouches à feu'' levantines entre avril 1984 et mars 1986. Sans vouloir tirer une quelconque gloire, les différents officiers & sous-officiers supérieurs des 4 armées ont reçu dans leurs observatoires tous les calibres d'obus, de missiles et de roquettes que les arsenaux américains et soviétiques (voir tricolores)avaient mis à la disposition des artilleurs locaux, résultat: Nos 7 morts ont été par des armes légères d'infanterie (ce que les spécialistes appellent "ALI" sans jeu de mots...). Aucun ''moraquiboun'' n'a été tué ou blessé par de l'artillerie (ah j'oubliais quelques traumatismes sonores et des pertes d'audition à la retraite...).
    Si l'artillerie est indispensable dans les guerres classiques, dans les conflits asymétriques (ou hybrides...)son inutilité s'avère flagrante! Sauf à justifier des unités et des opuscules pour accéder à la voie lactée...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve vos conclusions bien hâtives et manquant de culture tactique . Bien évidemment que l'artillerie a un rôle à jouer dans les guerres asymétriques. Hier en Afghanistan et en Bosnie, aujourd'hui en Irak (les US comme les Irakiens utilisent leurs canons) et en Afrique les effets des tirs indirects contribuent à la manoeuvre interarmes. En effet l éclairement, les fumigènes mais aussi les tirs explo ciblés (LRU et Caesar à Barkhane) appuient le fantassin ou le FS dans sa mission ou lors des accrochages.La contre batterie permet aussi de répondre aux harcèlements des irreguliers et les canons peuvent participer à la déception comme à la dissuasion
      Rappelez vous que se sont des canons français et anglais qui ont contribué à briser le siège de Sarajevo en 95 et qu en Afghanistan 2/3 des pêtres ennemies ont été le fait de nos tirs indirects. Alors ne soyez pas si catégorique. Cordialement

      Supprimer
    2. Petites contradictions:
      La Bosnie avec son épicentre Sarajevo n'était pas un conflit asymétrique, cela était une guerre de positions avec une ligne de front entre Serbes et Bosniaques (et au milieu le contingent onusien notamment Français).
      Pour l'Afghanistan on a vu quoi? le résultat actuel montre que c'est un conflit hybride et qui dure avec d’après vous, 1/3 des talibans survivants...
      L'utilisation de nos canons Caesar à Barkhane, pourquoi une durée d'utilisation si limitée?
      " ce qui a toujours menacé la pensée militaire, c'est le dogmatisme non appuyée par l'expérience " (R. Aron)

      Supprimer
  2. C'est sibyllin et ça donne donc envie de le lire. Déjà le tire indirecte n'est pas, pour ma pars, vraiment claire.
    En tout cas l'aéroport de Donetsk a semble-t-il connu une utilisation classique de l'artillerie... Et puis le général Leclerc a pu prendre un village avec un seul canon; Napoléon a fait feu de tout bois à Wagram avec une redoutable et unique artillerie de campagne; les mortiers allemands ont fais très peur aux français en 1870 et aux vieux fort de style Vauban remis étrangement au goût du jours à cette époque; la grosse Bertha réussissait à toucher Paris; aux Rwanda l'artillerie française pouvait arroser une bonne partie du pays alors qu'ils se découpaient à la machette; les canons de Navarone n'ont pas existé, mais la prise des canons de 88 de l'île d'Elbe a bien existé et on peut être fière des français qui ont escaladés ces falaises et pris les canons qui pouvait entraver le débarquement à Anzio; le responsable de l'artillerie à Dien-Bien-Phu est partie de lui-même; Les V2 étaient aussi de l'artillerie; à Falloujah on a pu voir des roquettes utilisés comme artillerie, envoyés sur la ville avec la précision qu'on imagine; les catapultes, les trébuchets, et toutes sortent de canons ont une trajectoire balistique et sont donc de l'artillerie, etc, etc.
    Voilà en gros l'image d'Epinal que j'ai de l'artillerie, et connaitre les perspectives d'un professionnel dans ce domaine doit être précieux, surtout si le côté déception accompagne en plus l'analyse (la psychanalyse étant plus mon dada), de cette fameuse et fumeuse arme qui a agrandit le champ de bataille d'une manière exponentiel total, puisque les missiles balistiques peuvent carrément faire le tour de la Terre, voir y rester en orbite jusqu'à leur ultime utilisation, réduisant ainsi l'espace et le temps, en attendant les futurs armes laser qui vont elles, encore changés les préceptes et encore affiner un peu plus les concepts.
    Enfin j'imagine que les missiles et autres roquettes ne doivent pas être traités dans ce livre.
    Pour la déception, je me demandais d'ailleurs quel service des armées en était le planificateur, mais si je comprends bien, elle n'est pas encore dans les manuels opérationnel. Ce qui n'est finalement pas très étonnant, car souvent la déception peut facilement dans notre monde hyper-médiatisé, être peu avouable, car la déception est aussi simplement le synonyme du mensonge, et ça, c'est une pilule qui est dure à faire avaler par le grand publique, donc ça restera un truc pour initié, encore faut-il en comprendre toute son importance et toujours agir avec cette donne primordial, la psycho-sociologie des peuples étant finalement la cible principal, car quand le peuple est conquis, le terrain l'est aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La prise de l'île d'Elbe n'a rien à voir avec Anzio.
      Rome était déjà prise depuis 12 jours lorsque a commencé l'attaque de l'île d'Elbe.

      Supprimer
    2. La prise de l'île d'Elbe n'a rien à voir avec Anzio.
      Rome était déjà prise depuis 12 jours lorsque a commencé l'attaque de l'île d'Elbe.

      Supprimer
    3. @ Homère d'Allore
      Merci de me rectifier j'avais un doute sur la chronologie en l'écrivant, ces canons étaient en faite beaucoup plus au Nord d'Anzio, et ils étaient surtout un problème pour la ligne logistique maritime aussi bien pour ravitailler l'Italie, que pour la suite des opérations en Corse et en Provence. Par contre cette opération commando reste un sujet très intéressant pour ceux qui ne la connaitraient pas, elle est aussi et surtout le déclencheur de la conquête de toute l'île d'Elbe, ce qui ne fut pas une mince affaire. (Le Grand Commando - La Bataille de l'Ile d'Elbe - Juin 1944 par Raymond Muelle.)

      Supprimer
  3. Bonjour, merci pour cette référence.
    Mais je suis perplexe: est-ce que, il y a quelques jours, vous n'avez pas proposé une liste de "livres de vacances"?
    Que je ne retrouve nulle part, est-ce que je l'ai rêvée, ou est-ce qu'il faut que j'arrête l'apéro...?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je reçois plus de livres que je n'ai le temps d'en lire. Je ne sais pas comment faire pour en parler, sachant que je n'en parle que lorsque je les ai lu. J'essaye de rattraper mon retard et je vais m'efforcer de faire une série de recension dans les jours à venir.

      Supprimer
    2. Merci de votre réponse.
      En fait il faut bien que j'arrête l'apéro.
      La liste de livres à laquelle je pensais est ici:
      http://www.opex360.com/2016/07/03/quelques-livres-pour-vos-vacances-dete/

      Supprimer
  4. Respect aux anciens du Liban, mais le conflit afghan a confirmé le rôle important de l'artillerie en contre-insurrection. Elle permet de frapper durement l'insurrection, mais surtout elle joue un rôle essentiel pour protéger les unités au contact. En effet, elle permet de tenir l'insurgé à distance. Si elle n'était pas présente nous n'aurions pas l'avantage de la portée des armes sur l'ennemi, or celui-ci cherche à nous infliger le maximum de pertes pour obtenir un avantage stratégique et nous inciter à partir. L'artillerie a permis de sauver de nombreuses vies de nos soldats tout en ne faisant pas de dommages collatéraux, ce qui aurait donné un autre avantage stratégique à l'ennemi. Il y a eu une grande différence pour la sûreté de nos troupes entre le moment où les Caesar sont arrivés et la période qui a précédé leur déploiement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à ANONYME effectivement ce n'est qu'apres l'embuscade d'UZBEEN que l'emploi de l'Artillerie s'est avéré plus que nécessaire.Le vieil adage "PAS UN PAS SANS APPUI" est semble-t-il bien pris en compte par les chefs.Quant à monsieur TRALLE je lui conseille de lire le livre du General Benoit ROYAL "L'artillerie dans les guerres de contre-insurrection.

      Supprimer
    2. Entre ceux qui font la promotion de leur arme et ceux qui ont connu le souffle du boulet dans leur environnement, il y a une légère différence que le Lcl Galula a résumé par cette phrase:
      " Toute théorie militaire échafaudée en l'absence d'expérience vécue est vaine "

      Supprimer
  5. @ anonyme du 8 juillet. Galula ne veut pas dire par là qu'il ne faut se baser que sur son experience personnelle au feu et ignorer celle des autres...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne pas oublier que Galula alors capitaine, à priori entre 1956 et 58, en Kabylie il ne pouvait se référer qu'à son expérience personnelle sur ce théâtre d'opération. Celui-ci du fait d'un réseau routier composé quasi que de quelques pistes, il se prêtait fort mal à l'emploi d'artillerie : pièces de 105 et de 155 ne pouvaient être acheminées à proximité des massifs montagneux ou étaient les rebelles, et les mortiers de 70 et 100 pouvaient eux emprunter ces pistes mais se faufiler fort difficilement hors d'elle. Résultat même ces derniers de part leurs portées limitées, ils furent de peu d'utilités et guère utilisés.

      De plus les moyens d'observations-ciblages, ainsi que la précision de l'artillerie d'alors était bien éloignée de celle actuelle : le Casear n'existait pas dans les années 50 !..... L'artillerie fut bien employée pendant la guerre d'Algérie, mais ses résultats souvent fort maigres et aux prix de multiples dommages collatéraux. Cela ainsi que déjà dit ci-dessus, résultait avant tout de la topographie du terrain ou opérait le plus souvent la rébellion : Kabylie, Aurès, et Nementchas entre autre. Ajouté à cela sa relative imprécision provenant avant tout de son absence de ciblage précis : GPS, Laser et équipe ad hoc n'existaient pas alors !...

      Le Lcl Galula avait donc raison dans les conditions de l'époque, et surtout de ce conflit.... CQFD...

      Supprimer