mercredi 25 avril 2012

The Artists

Quand on examine les performances des tankistes soviétiques lors de la Seconde Guerre mondiale, on s’aperçoit que 239 chefs d’engin sont crédités de la destruction d’au moins cinq chars (et souvent autant d’autres véhicules ou pièces d’artillerie). Le capitaine Samokin (mort en 1942, plus de 300 véhicules détruits dont 69 chars), le lieutenant Lavrinenko (mort en novembre 1941, 52 chars détruits dont 16 en un seul combat) et le sous-lieutenant Kolobanov (photo, 24 chars détruits en trois heures) occupent le podium. Au total, ces 239 chefs et leurs équipages, peut-être 2 000 hommes au total sur quatre ans, une minuscule poignée au regard de l’Armée rouge, ont détruit 2 500 chars allemands, soit l’équivalent des dix divisions de panzers qui ont déferlé sur la France en mai 1940.

Ces chiffres sont évidemment sujets à caution mais moins sans doute que les équivalents allemands, les Soviétiques communiquant peu sur les As des chars. Même exagérés, ils signifient cependant qu’avec des moyens modernes les 10 meilleurs équipages soviétiques de l’époque suffiraient pour détruire les 254 chars de l’ordre de bataille français actuel. Autrement dit, au fur et à mesure que les armées se réduisent en volume les hommes d’élite prennent de plus en plus d’importance. Les « hauts potentiels » sont aussi et de plus en plus parmi nos sergents capables de changer le cours des batailles à eux-seuls si on investit en eux et on les laisse exprimer leur talent.

Au passage, on connaît les As des chars allemands, soviétiques, américains de la Seconde Guerre mondiale mais où sont les Français ? Il y a eu aussi d’excellents équipages dans les 1ère, 2e et 5e DB. Pourquoi ne connaît-on pas leurs noms ?

11 commentaires:

  1. Mais quid d'un conflit entre deux armées profesionnelles, l'élite ne deviendrait-elle pas la norme ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La très grande majorité des As des deux guerres mondiales sont des "capitaine Conan", des gars mobilisés qui se révèlent des champions du combat. La professionnalisation augmente le niveau moyen et les chances d'avoir des As, surtout si le niveau moyen des adversaires est faible. Les champions resteront quand même rares.
      Et puis dans certaines conditions les amateurs peuvent rivaliser avec les professionnels. Je ne parle pas de la finale de la coupe de France de football (quoique) mais de la résistance de miliciens amateurs face aux soldats professionnels occidentaux, en Irak par exemple.

      Supprimer
  2. Je reste encore sceptique sur l'idée que l'on connaisse les noms des as des blindés soviétiques de la Grande Guerre Patriotique (on peut les trouver facilement sur Internet grâce aux sites spécialisés, mais dans la presse de vulgarisation et les livres en français ?).
    Wittmann et Carius ont encore de beaux jours devant eux... ça me donne envie de faire un article sur un as soviétique, tiens... Kolobanov, pourquoi pas ?

    RépondreSupprimer
  3. Arnauld de la Rivière25 avril 2012 à 19:34

    Salut Michel, première intervention sur ton blog que je lis régulièrement==> en cadeau, une série de question dont l'objectif est de savoir si une armée moderne d'un pays démocratique (au hasard l'armée française) peut identifier ces hauts potentiels avant l'épreuve du feu.

    Donc, en admettant que les qualités d'As prêtées à ces artistes du combat blindé soient réelles, quelles en sont l'origine ou les causes:
    - s'agit-ils de soldats professionnels ou de conscrits? de braves gars ou des mauvais garçons? Y a-t-il un profil type?
    - leurs qualités sont elles natives ou dues à l'entrainement / instruction?
    - ont elles été identifiées et reconnues (au delà des besoins de la propagande) par leurs chefs/ pairs ou subordonnés; si oui dans quels conditions, à l'entrainement/ au combat? Comment détecter ces soldats d'élites?
    - leurs capacités supérieures à la moyenne ont elles (ou non)un effet multiplicateur sur les capacités des autres membres de leurs unités?
    - ses qualités sont-elles reproductibles et transmissibles et si oui par quel système de formation?
    - ses qualités se développent-elles dans un environnement toujours plus saturé de technologie ou sont elles indépendantes ou autonomes de l'instrument (char, arme individuelle, avions, hélico...)?

    Voilà, je suppose que tu travailles ces questions de longue date, peut être dans un prochain post peux -tu donner des éléments de réponse.

    Amicalement,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Arnauld et bienvenue,
      difficile de répondre. Je te renvoie, ainsi que les autres lecteurs, à ma tentative de réponse dans mon analyse sur les As de la chasse française (Le complexe d'Achille).
      http://www.calameo.com/books/00000977995d2bd5c69f0
      J'en ferai une synthèse sur ce blog.
      En résumé, c'est à peu près aussi difficile que de déceler et pousser de super-champions de sport. Et puis, il y a la chance. Combien de capitaines Conan fauchés avant la gloire ?
      Amitiés

      Supprimer
  4. Chose promise, chose due : l'article sur Kolobanov est en ligne sur le site de l'Alliance Géostratégique, c'est par ici :

    http://alliancegeostrategique.org/2012/04/29/au-commencement-etait-la-guerre-13kolobanov-le-valeureux%c2%a0-les-kv-1-dans-la-tourmente/

    RépondreSupprimer
  5. Parmi les as français, un nom me vient naturellement à l'esprit, celui de Pierre Billotte, qui durant l'action de Stonne le 16 mai 1940 détruisit avec son B1B une dizaine de Panzers (de mémoire).

    Concernant Otto Carius, il est l'auteur d'un excellent (parait il) ouvrage : "Tiger in the Mud". Il est étonnant et dommage, tandis que les revues françaises ne cessent de sortir des numéros consacrés aux Tigres et autres panzers, que ce livre n'ait pas encore été traduis en français. Il me semble que son succès serait certain.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Colonel,

    Je me demandais en lisant ce billet : n'y a-t-il pas eu des combats entre blindés français et allemands de mai à juillet 1940 ? Je pense (notamment) à la bataille de Stonne.

    RépondreSupprimer
  7. Je n'ait plus les chiffres précis en tête mais une revue indiqué que dans les 1800 blindés français et 1100 ou 1200 allemands ont était mit hors de combat durant la bataille de France.

    Frédéric

    PS : impossible de m’identifiai, le site déclare que mon URL contient des caractères interdit...

    RépondreSupprimer